Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

Avant-propos

Éric Gobe

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue la première publication collective du programme de l'IRMC Ingénieurs et société au Maghreb. Il rassemble la plupart des contributions de la rencontre thématique de Rabat (2-3 février 2001) qui portait plus particulièrement sur « Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation ».

2Les articles publiés dans ce recueil sont des textes intermédiaires qui font état des réflexions des membres du programme. Les participants à la rencontre de Rabat étaient alors à divers stades d'avancement de leurs travaux. Certains chercheurs ont présenté des contributions énonçant les hypothèses et les perspectives de leur recherche, tandis que d'autres ont évoqué les premiers résultats d'enquêtes déjà achevées.

  • 1 Voir à ce sujet Vincent GEISSER (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires et i (...)

3Pourquoi avoir choisi de se pencher de manière spécifique sur la question de la formation des ingénieurs marocains, algériens et tunisiens ? Si la question de l'emploi des diplômés au Maghreb a été largement abordée, tant par le discours des politiques que des chercheurs1, en revanche la communauté scientifique a négligé l'étude des formations d'ingénieurs. Or, ces dernières apparaissent stratégiques en terme de développement dans la mesure où elles sont censées fournir la main-d'œuvre qualifiée, les cadres et les innovateurs du secteur productif.

4Au Maghreb, l'effort de formation a été d'autant plus massif que la présence de Maghrébins dans les corps techniques au moment de l'indépendance était insignifiante. Cependant, au-delà des discours sur la nécessité de former des ingénieurs et des techniciens, la question de la formation des compétences se pose moins aujourd'hui en termes de pénurie de cadres techniques, qu'en termes de massification de certaines formations d'ingénieurs. Il convient désormais de s'attarder sur les implications scolaires, professionnelles et sociales des arbitrages imposés par le nouveau contexte de la transition libérale ou d'austérité budgétaire qui touche les États maghrébins. L'horizon professionnel des diplômés des écoles d'ingénieurs est plus rétréci que dans les trois premières décennies des indépendances. L'administration et les entreprises publiques restent le premier employeur des ingénieurs au Maghreb ; mais elles recrutent désormais au compte-gouttes. Certaines catégories d'ingénieurs se trouvent déqualifiées, voire déclassées et, parfois, au chômage. Si cette situation est moins dramatique pour les jeunes diplômés ingénieurs que pour d'autres catégories de diplômés, il n'en demeure pas moins qu'ils connaissent un processus d'insertion professionnelle plus lent que dans les années 1980. Par ailleurs, la perspective de carrières peu attractives dans leurs propres pays incitent certains ingénieurs formés à l'étranger, dans des écoles d'élites, à ne pas « rentrer au pays ».

5N'y a-t-il pas danger, dans un tel contexte, de voir les gestionnaires du système éducatif réduire fortement les effectifs des filières technologiques de haut niveau, sans prendre en compte le manque à gagner qu'une telle politique produirait du point de vue des savoirs scientifiques sur les sociétés et les systèmes de gouvernement ?

6Par ailleurs, l'histoire de la figure de l'ingénieur au Maghreb a été abordée lors de cette rencontre. Des historiens ont posé des jalons permettant de mieux comprendre les pratiques professionnelles et le discours des ingénieurs de la période coloniale. Last but not least, l'étude des professionnalités d'ingénieurs à l'époque contemporaine nous a permis d'appréhender les fonctions exercées et le rôle joué par les ingénieurs dans l'organisation, en interaction avec leur environnement extérieur.

Notes

1 Voir à ce sujet Vincent GEISSER (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires et itinéraires migratoires, Paris, Ed. du CNRS, 2000. L'ouvrage présente les résultats du programme de recherche de l'IRMC « Flux et gestion des compétences intellectuelles dans les échanges euro-maghrébins », conduit par Vincent Geisser de 1995 à 1998.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter