Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord

 | 
Alain Lottin

Un Doyenné de Hainaut à la fin de l’Ancien Régime et face à la Révolution : Le doyenné de Bavay et son Clergé

Gilles Deregnaucourt

Texte intégral

  • 1 Peter, J. et Poulet, Ch., Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution (1789-1 (...)

1Mille cinquante-sept ecclésiastiques sur mille trois cent quarante-sept, soit 78,47 %, se prononcèrent contre la Constitution civile du clergé dans le département du Nord1. Certains pourtant s’étaient réjouis de la convocation des Etats généraux et avaient applaudi les premières réformes qu’ils appelaient de leurs vœux.

  • 2 Ibid., p. 134-136. Avesnes : 40,17 % ; Le Quesnoy : 18,4 % ; Valenciennes : 4,08 % ; Cambrai : 14, (...)

2Issus de l’ancien archevêché de Cambrai, les districts d’Avesnes, du Quesnoy, de Valenciennes et de Cambrai présentent des taux variables de soumission2, mais le chiffre demeure globalement faible : 17,8 % des prêtres prêtèrent serment. Ce fut à partir de ces maigres effectifs que l’Eglise constitutionnelle dut s’organiser. Huit prêtres sur dix résignaient leur bénéfice, et tout ministère leur était interdit.

  • 3 Voir surtout Tackett, T., Religion, Revolution and Regional Culture in Eighteenth-Century France. (...)

3Les travaux de Bernard Plongeron, Jacques Bernet ou Timothy Tackett, parmi d’autres, invitent à repenser la question des serments ecclésiastiques3. Une méthodologie nouvelle modifie fondamentalement cette histoire jusqu’à présent soumise à une dichotomie simplificatrice, et nous invite à entreprendre une sociographie des assermentés et des réfractaires. Je propose ici quelques éléments de réflexion ou de comparaison à partir du modeste échantillon des prêtres de paroisses de la partie française du doyenné de Bavay.

  • 4 Crespin et Quiévrechain dépendaient du district de Valenciennes.

4Au cœur du Hainaut, le petit doyenné de Bavay présentait à la fin de l’Ancien Régime la particularité d’être soumis à une double souveraineté : française dans quinze paroisses et quatre succursales, autrichienne dans dix-neuf paroisses et six succursales. Toutes cependant dépendaient spirituellement de l’archevêque de Cambrai. La réorganisation diocésaine de 1790 accentua le clivage : désormais les paroisses françaises s’intégraient au nouveau diocèse du Nord confié à Jacques Primat, tandis que Mgr de Rohan maintenait sa souveraineté au-delà de la frontière. La réorganisation administrative civile confiait la plupart de ces paroisses au district du Quesnoy4.

5Le serment de 1791 se heurta à un refus massif de la part des curés de paroisses puisque la seule prestation fut celle du doyen Augustin Carlier. Cette unanimité, qui fut celle du Valenciennois et du Hainaut en général, mérite une tentative d’explication sur la base d’une hypothèse évidente : y a-t-il une typologie du prêtre réfractaire en nos régions septentrionales ?

  • 5 A. D. Nord, L 217, f° 28 et Lefebvre, G., Les paysans du Nord pendant la Révolution française, Par (...)
  • 6 Peter et Poulet, op. cit., I, pp. 229-230.
  • 7 Ibid., pp. 233-248.

6Tous les prêtres réfractaires du district considéré furent soumis aux lois en vigueur. Leur position devint inconfortable dès l’automne 1791 en dépit des conseils de modération de l’assemblée départementale. A partir de décembre, les troubles religieux devinrent plus aigus. Ainsi Lobez, ancien curé de Gussignies, fut-il molesté par les patriotes en avril 17925, tandis qu’à Vieux-Mesnil, on menaçait de réduire en cendres les maisons des fidèles qui assistaient aux offices du curé réfractaire Brasseur6. A cette date, les esprits de certains, déjà échauffés depuis Varennes et l’entrevue de Pilnitz, s’enflammaient du fait de la déclaration de la guerre. Finalement, le 20 avril, le département réclama du ministre Roland le pouvoir d’interner les réfractaires, et la guerre entraîna alors les premiers décrets de proscription7.

  • 8 Ibid., p. 250, d’après A. Tournai, fonds du vicariat de Cambrai, 20 juillet 1792 (disparu).
  • 9 B. M. Douai, Ms 1035 (dégradations du presbytère).
  • 10 A. D. Nord, L 2117, 7.

7Dans le canton de Bavay, occupé à partir de juillet, les réfractaires bénéficièrent d’un sursis. Depuis la Belgique voisine, Rohan les confirmait dans leur ministère8 tandis que divers constitutionnels subissaient quelques tracasseries : Carlier, à Bavay9, Tellier, nouveau curé de La Longueville, menacé par un Uhlan et ne devant son salut qu’en se dissimulant dans un four pendant le pillage de sa maison10.

  • 11 Peter et Poulet, Ibid., p. 286.

8La première occupation autrichienne fut de courte durée (jusqu’en août 1792). Au-delà, les réfractaires furent l’objet des mesures de proscription. On sait que les prêtres furent décrétés hors-la-loi le 19 mars 1793 et que le 23, la proscription s’appliquait à tout le clergé non conformiste11.

  • 12 Ibid., p. 295 et A. D. Nord, L 9056 et 823.
  • 13 A. D. Nord, L 8021.
  • 14 Lefebvre, G., op. cit., p. 561, note 2.
  • 15 Peter et Poulet, op. cit., p. 296, d’après A. R. Bruxelles, Registres de la Jointe de Valenciennes (...)
  • 16 Ibid., I, p. 297.
  • 17 Trelcat, Histoire de l’abbaye de Crespin, 646-1793, Paris, 1923, t. II, p. 193.
  • 18 Ibid., t. II, p. 193, et A. D. Nord, L 9050, 222.

9La deuxième invasion autrichienne et l’occupation partielle du département assurèrent un nouveau répit aux réfractaires du canton de Bavay et leur épargnèrent les effets de la Terreur des années 93 et 94. Effective à partir de juillet 1793, la présence autrichienne hâta la fuite de plusieurs constitutionnels, comme celle du curé de Bettrechies12, et la destitution, voire l’incarcération de ceux qui voulaient se maintenir : tel fut le cas de Vassart, ancien récollet, devenu curé de Hon-Hergies13, des curés de Saint-Waast-La-Vallée et de Gussignies, enlevés et conduits à Raismes d’où ils purent s’évader14. Dans les paroisses, on assista satisfait au retour des curés insermentés comme P. A. J. Bar à La Flamengrie, P. J. Pitou à Houdain, F. R. Loubert à Pont-sur-Sambre, J. F. E. Delvallée à Crespin, Ph. J. Lobez à Gussignies ou J. B. Limelette à Mecquignies15. Depuis Mons toute proche, Rohan se réservait d’ailleurs la nomination aux cures et déléguait Benoît Pigot, supérieur de la Mission du diocèse de Toul, muni des pleins pouvoirs pour l’administration de la partie reconquise du diocèse de Cambrai16. Maladroitement, plusieurs de ces prêtres tentèrent de recouvrer les biens dont ils estimaient avoir été spoliés : à Crespin, Delvallée fut éconduit lorsqu’il voulut récupérer ses biens auprès des acquéreurs17 ; en cette même paroisse, ainsi qu’à Gussignies, la résistance des populations en matière de dîmes ne fut pas moindre18. Tous ces prêtres cependant reprirent le chemin de l’exil lorsque le territoire fut totalement libéré de l’occupation autrichienne en août 1794.

  • 19 Peter et Poulet, op. cit., p. 399.
  • 20 Loridan, J., Les ursulines de Valenciennes avant et pendant la Terreur, Paris-Lille, 1901, pp. 167 (...)
  • 21 Duvergier, Collection générale des décrets..., t. VIII, p. 265.
  • 22 Ibid.

10La réapparition de quelques-uns au sein de leurs ouailles durant les mois d’occupation n’avait pas constitué un réel retour. Dès avant l’invasion, en effet, des missions clandestines s’étaient développées. Dans l’Αvesnois, le fameux Delcroix, établi à Esclaibes, avait rassemblé autour de lui d’autres prêtres parmi lesquels Loubert, ex-curé de Pont-sur-Sambre, et Pitou de Houdain19. Avec d’autres compagnons, ils trouvaient fréquemment asile à Pont-sur-Sambre, chez deux religieuses brigittines de Valenciennes retirées dans leurs familles20. Loccupation autrichienne favorisa leur apostolat. Dès la fin de l’été 1794, leur situation redevint illégale et la clandestinité s’imposa impérativement à eux lorsque la Convention décréta, le 6 septembre 1795 (20 fructidor III), le bannissement à perpétuité des prêtres déportables et rentrés d’exil, avec menace de les traiter comme immigrés s’ils foulaient de nouveau le sol français21. Le 25 octobre (3 brumaire IV), elle remit en vigueur les lois de 1792 et de 1793 contre « les prêtres sujets à la déportation et à la réclusion »22

  • 23 Destombes, C. J., Histoire de l’Eglise de Cambrai, Lille, 1890-1891, t. III, pp. 283-285.
  • 24 Peter et Poulet, op. cit., II, pp. 236-238.
  • 25 Vos, J., Les paroisses et les curés du diocèse actuel de Tournai, 8 vol. , Bruges, 1899-1904, t. I (...)
  • 26 Peter et Poulet, op. cit., II, pp. 236-238
  • 27 Ibid., II, p. 201 et sq., d’après A. Tournai, Correspondance RohanGodefroy, fonds du Serment Libert (...)
  • 28 Ibid., II, p. 333.
  • 29 Ibid., II, p. 360, voir note 2 et la déclaration de Pitou en cette circonstance.
  • 30 Ibid., II, p. 348.

11Parmi les anciens curés du district de Bavay se détachent deux figures marquantes de cette action subversive : celles de François-Régis Loubert et de Pierre-Joseph Pitou. Loubert, clandestin de la première heure, fut le compagnon de Delcroix à Esclaibes. De 1794 à 1800, on le trouve à Preux-au-Bois, avec d’autres, rassemblant autour de lui des foules empressées, puis à Pont-sur-Sambre, sa propre paroisse23. Nommé vice-doyen d’Haspres dans le cadre de l’organisation de l’Eglise clandestine24, il se cachait souvent dans les bois de Thiant. Loubert resta fidèle à ses idéaux jusqu’au terme de son existence puisque, nommé à la cure de La Longueville en 1802, il démissionna par aversion pour Belmas et gagna la Belgique où il mourut en 183625. Pitou fut un autre pionnier des missions clandestines. Son zèle le fit remarquer des cadres de l’Eglise clandestine et il fut nommé vice-doyen clandestin d’Avesnes26. Eadministration sévère du préfet Dieudonné ne lui permit pas de sortir de la clandestinité après le 18 brumaire27. Il parvint pourtant à réunir une sorte de synode le 22 décembre 1801 pour réorganiser son doyenné et répartir son personnel28. En juillet 1802 il refusa d’accueillir Belmas à Avesnes29, et ne se départit pas de son aversion pour l’amalgame des deux clergés. Belmas écarta cette personnalité ombrageuse de ses terroirs de prédilection et nomma Pitou vice-doyen d’Arleux30.

  • 31 Deregnaucourt, G., « Deux documents sur le séminaire et les séminaristes du diocèse de Cambrai au (...)
  • 32 Chartier, M., « L’ex-constituant Jacques-Joseph Besse », Revue du Nord, t. XXI, 1935, pp. 121-129.
  • 33 Id., « Les députés du clergé en 1789 pour les bailliages d’Avesnes, du Cambrésis, de Douai et Orch (...)
  • 34 Au premier tour de scrutin et sur 48 sujets, les plus favorisés furent Nolf (160 voix), Primat (13 (...)
  • 35 B. M. Douai, Ms 1035.
  • 36 Ibid., Lettre de Renaut, député, curé de Preux-au-Bois, 4 avril 1791.
  • 37 Ibid., Lettre de Descamps, 31 juillet 1792.
  • 38 A. D. Nord, L 9572.
  • 39 Peter et Poulet, op. cit., I, p. 251, d’après A. Tournai, fonds du vicariat de Cambrai.

12Tout autre apparaît l’itinéraire personnel d’Augustin Carlier, curédoyen de Bavay. La notoriété de cet ancien professeur de théologie du Séminaire des ordinands de Beuvrages31 devenu doyen de Bavay lui valut d’être élu suppléant de Jacques-Joseph Besse, curé de Saint-Aubin32, lors du scrutin du 17 avril 1789 au bailliage d’Avesnes33. Il se soumit, semblet-il sans hésitation, au serment de 1791. Le 30 mars 1791, il obtint 42 voix au premier tour de scrutin de l’élection de l’évêque constitutionnel34. Dès lors, cette personnalité ambiguë devait subir, avec un certain opportunisme, les péripéties locales de la Révolution. Sa correspondance avec Besse et Renaut, élus à l’Assemblée constituante35, révèle une personnalité intéressée. Il devint administrateur et électeur de district du Quesnoy, ce qui lui permit de se maintenir à Bavay et lui valut bien des sollicitations de la part de ses confrères assermentés36. Les deux occupations autrichiennes lui imposèrent diverses tracasseries. En juillet 1792, son confrère Descamps, curé constitutionnel de Féron, lui écrit ses inquiétudes : « L’on m’a dit qu’ils (les Autrichiens) ne vous avoient pas été favorables, l’un dit qu’on vous a pilliez, d’autres disent qu’on vous a maltraité et qu’ils ne font pas de distinction entre un curé resté à sa paroisse d’un qui en a déplacé un autre » ; Descamps réclame des précisions, affirmant qu’il est « disposé à (se) retirer »37. Cette première occupation fut de courte durée et, en dépit des témoignages de sympathie adressés aux Autrichiens par Trésoigne, le maire de la ville38, et de la nomination toute théorique d’un curé par Rohan39, Carlier tira son épingle du jeu.

  • 40 A. D. Nord, 1 9056, 1011.
  • 41 B. M. Douai, Ms 1036.
  • 42 Chuquet, A., Les guerres de la Révolution, 3e série, t. X, Paris, 1896, p. 348.
  • 43 Voir supra notes 13 et 14.
  • 44 Duvergier, pp. cit., t. VII, p. 240.
  • 45 A. D. Nord, L 7829, 19 thermidor an II.
  • 46 A. D. Nord, L 4980, 4 frimaire an III.
  • 47 A. D. Nord, ibid., 7 brumaire an VI.
  • 48 Bievelet, H., « Un collectionneur heureux. Notes sur la collection de l’abbé Carlier », Etudes bav (...)

13L’alerte fut plus chaude lors de la seconde occupation de la ville (de l’été 93 à l’été 94). Carlier dut rétracter son serment, faire amende honorable et se soumettre aux censures ecclésiastiques40. On ht dans ses papiers personnels la déclaration suivante : « Je soussigné, Augustin Carlier, déclare n’avoir prêté le serment anathématisé par la bulle du souverain pontife Pie VI du 13 avril 1791, mais d’avoir suivi dans la prestation de mon serment ce qui m’avait été prescrit par la circulaire du Vicariat en date du 6 janvier 1791. En outre je déclare ne point adhérer, ni n’avoir jamais adhéré à aucun schisme. Enfin je déclare être soumis en tout dans l’exercice de mes fonctions aux lois de l’Eglise, à celles du souverain pontife Pie VI et du prince Ferdinand archevêque de Cambrai. A. Carrier, 22 juin 1793. Je déclare comme calomniateurs et responsables de toutes ces calomnies ceux qui débitent que j’ai prêté le serment »41. Selon Chuquet42, il se serait agenouillé au seuil de son église en guise de pénitence, tandis que son vicaire, Lemaire, rentré d’émigration, célébrait la messe solennelle devant toute la paroisse réunie. On ne trouve aucune indication relative à d’éventuelles persécutions comme celles qu’eurent à subir les curés constitutionnels de Hon-Hergies, de Saint-Waast et de Gussignies43, paroisses toutes proches. Cette relative tranquillité révèle sans doute un réseau de solidarité et de clientèle qu’il est pour l’heure bien difficile de démêler. Thermidor remit en selle Carlier. On sait cependant que la Convention renforça la législation antichrétienne. Ainsi le 2 août 1794 (15 thermidor II), le jour où elle obtenait l’arrestation de Joseph Lebon, elle décréta que les ministres du culte devaient être exclus de toute fonction publique44, et c’est ainsi que Carlier, membre du district du Quesnoy, fut obligé de donner sa démission45. Au-delà, Carlier devait se soumettre à tous les serments requis, et être constamment considéré comme n’ayant « jamais émigré, ni sorti, resté à son poste, ne ces (sant) de donner des preuves de son civisme »46, « comme un homme de bonnes mœurs, républicain et observateur des lois »47, soucieux de recouvrer les arrérages de son traitement. En 1802, Augustin Carlier fut confirmé par Belmas dans sa charge de curé-doyen de Bavay ; il avait alors soixante-dix ans. Il devait s’éteindre en 1818, après avoir consacré l’essentiel de ses dernières années à ses collections d’antiquités romaines48.

  • 49 Tackett, T, op. cit., p. 93. La réflexion qui suit s’inspire largement des éléments rassemblés dan (...)

14Une sommaire sociographie des prêtres envisagés ici ne révèle aucune différence notable entre Carlier et ses confrères réfractaires. Elle contribue cependant à rendre compte du refus massif d’insoumission. En effet, quelle qu’ait été l’importance des considérations personnelles, intellectuelles et celle des arguments théologiques qui justifièrent la position des jureurs et des réfractaires, le choix ne peut être dissocié de l’expérience sociale et professionnelle des prêtres. Dans une approche des comportements collectifs des curés face au serment, il faut donc envisager les profils biographiques des prêtres (âge, ancienneté de service dans la paroisse, origines sociale et géographique, revenus), le milieu ecclésiastique (formation, accession aux bénéfices, épiscopat local, relations entre prêtres...), les attitudes politiques du clergé (jansénisme, richérisme, mouvements collectifs...) et, plus largement, la culture religieuse spécifique du diocèse envisagé49.

  • 50 Séminaire de Tournai, Ms 115, Status generalis dioecesis Cameracensis, 1716.
  • 51 A. D. Nord, C 5651.
  • 52 Le mode de calcul est proposé par Tackett, T., « Histoire sociale du clergé diocésain dans la Fran (...)
  • 53 15 811 h. en 1716 d’après le Status generalis... ; plus de 30 000 h. à la fin des années 1780 (est (...)
  • 54 Mahieu, L., « Mouvement des ordinations et tableau de l’augmentation du clergé dans le diocèse de (...)

15Informé des statistiques actuelles du recrutement sacerdotal, l’historien reste confondu par l’importance de la vocation au cours du XVIIIe siècle. La décrue des vocations à la fin de l’Ancien Régime fut, à Cambrai, sans commune mesure avec celle que les chercheurs ont observée ici ou là, même si la croissance démographique contribua à la rendre plus évidente. Dans le doyenné de Bavay, 93 % des paroisses connurent une ou plusieurs vocations au cours du XVIIIe siècle ; plus d’un tiers des paroisses virent naître plus de cinq futurs prêtres ; on dénombre ainsi dixhuit vocations à La Longueville (260 habitants en 171650 et 848 en 178851). Globalement, le taux de recrutement au sacerdoce est de 4,83 pour 1 000 habitants au début du siècle et se maintient à 2,53 dans les années 1770-178052, alors même que la population avait presque doublé53. Au-delà de la Révolution, les vocations hennuyères reprirent, nombreuses54.

16L’analyse révèle en outre l’importance de la vocation en milieu rural, alors que le diocèse comptait parmi les plus peuplés au XVIIIe siècle, et les plus dynamiques d’Europe occidentale. La croissance démographique et le gonflement des villes y connaissaient des taux considérables. La diffusion de la manufacture textile et des houillères, qu’il faut envisager en relation avec les ruptures d’équilibre social au sein des communautés, n’empêchait pas le maintien d’une riche agriculture sur des terroirs dominés par la grande propriété ecclésiastique.

17Souvent ruraux, les aspirants au sacerdoce étaient issus de milieux socio-professionnels dont l’enquête révèle l’assise généralement prospère.

18Les quinze prêtres du district de Bavay étaient tous enfants du pays, natifs de ce Hainaut si fertile en vocations sacerdotales tout au long du XVIIIe siècle. Les paroisses d’origine des prêtres du doyenné de Bavay ne sont jamais éloignées de plus de trente-cinq kilomètres. La distance moyenne séparant la paroisse d’origine de la paroisse où les prêtres exerçaient leur ministère est inférieure à dix-huit kilomètres à vol d’oiseau.

  • 55 Pour l’ensemble du diocèse antérieur à 1790, la proportion de prêtres d’origine rurale dépasse 70  (...)
  • 56 Titres de rente ou de pension alimentaire constituée par les parents du candidat au sous-diaconat (...)
  • 57 Carlier : A. D. Nord, 3 G 2927 ; Riche : 3 G 2982 ; Pitou : 3 G 2979 ; Limelette : 3 G 2868 ; Tous (...)
  • 58 Richard: 3 G 29821; Lobez: 3 G 2969.
  • 59 3 G 2966.
  • 60 3 G 2924.
  • 61 Defromont, A., L’Avesnois au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des sociétés rurales, thèse dac (...)
  • 62 De Melle, Bar et Destrée.
  • 63 A. D. Nord, 3 G 2969.
  • 64 Deregnaucourt, G., thèse citée, pp. 137 et sv.
  • 65 Defromont, A., thèse citée et Lefebvre, G., op. cit.

19Ces prêtres étaient des ruraux dans une large majorité55. Deux prêtres étaient natifs des villes voisines de Maubeuge et Valenciennes ; un troisième était de Bavay. La consultation des titres patrimoniaux56 révèle cinq fils de fermiers57. Les prêtres natifs de Bavay et de Maubeuge sont déclarés fils de « bourgeois » ou de « marchands-bourgeois » sans autre précision ; encore convient-il d’ajouter que la rente cléricale de ces clercs est assise dans les deux cas sur des biens fonciers extra-muros58. Leporcq était fils d’un marchand rural de Trélon59 ; Brasseur celui du lieutenantmayeur de Gommegnies60 ; un tel office, on le sait, était le plus souvent l’apanage des censiers et autres coqs de village61. Le titre patrimonial fait défaut pour trois prêtres, deux sont ruraux, l’autre d’origine indéterminée62. Quant à Loubert, de Valenciennes, il était pourvu d’une chapellenie au moment de la constitution de sa rente, et son titre fut assis sur cette chapellenie63. Cette sociologie sommaire des prêtres de notre échantillon est celle, à quelques nuances près, de l’ensemble du clergé séculier du diocèse de Cambrai au XVIIIe siècle64. Une solide aisance s’imposait aux familles si elles voulaient satisfaire aux conditions matérielles et intellectuelles de l’accès de leur fils au sacerdoce. Une enquête plus approfondie au travers des rôles fiscaux ou des contrats de mariage démontrerait sans aucun doute le bien-être matériel des familles capables d’entretenir un séminariste puis de doter un prêtre de la rente viagère canoniquement requise. Cette notabilité était en outre celle de catégories socio-professionnelles très largement impliquées dans les activités de production les plus caractéristiques de la société d’Ancien Régime et tout particulièrement le secteur primaire. C’est là la spécificité moyenne d’un diocèse qui comptait pourtant parmi les plus urbanisés et les plus industrialisés d’Europe occidentale : en Cambrésis et en Hainaut, la carrière ecclésiastique, boudée par les élites urbaines, était le quasi-monopole d’une classe de notables ruraux et de gros censiers dans le cadre traditionnel et de plus en plus anachronique de la grande propriété ecclésiastique, structurée, traditionnelle et imperméable aux innovations. Cette élite rurale se distinguait des autres cultivateurs par sa prospérité, les titres qu’elle s’appropriait, son refus de toute contradiction, son conservatisme politique et économique. Dominer les villages, en arbitrer les conflits, les relier aux niveaux supérieurs d’autorité, affirmer des valeurs aveugles aux nouveautés, telles étaient les ambitions de ce groupe. Ce n’est certainement pas un effet du hasard si la proportion de jureurs la plus élevée de tout le diocèse se signale dans la région herbagère, précisément en des terroirs où la propriété ecclésiastique était moins forte et la domination des gros censiers moins évidente65.

20Cette notabilité était la conséquence des modalités de recrutement imposées par la hiérarchie : longueur des études, fréquentation du séminaire, mise en application stricte de la règle du titre patrimonial.

  • 66 Deregnaucourt, G., voir l’ensemble de la 2e partie, pp. 229 et sv.
  • 67 Ibid., pp. 306 et sv.
  • 68 A Douai, la durée des études de philosophie des futurs prêtres était de deux ans, celle des études (...)
  • 69 Ibid., pp. 318 et sv et pp 333 et sv.

21L’abondance du recrutement s’accompagna d’une remarquable rénovation du sacerdoce66. Au XVIIIe siècle, la hiérarchie, qui avait fait table rase des errements du passé, imposa à son futur clergé de longues études, modalité supplémentaire de régulation du recrutement ecclésiastique. Les futurs prêtres accomplissaient plusieurs années d’humanités67 à la lumière de la foi chrétienne, puis faisaient leur philosophie ou leur théologie68. La rhétorique conférait la maîtrise du verbe, essentielle pour la direction de conscience et comme instrument de domination ; la philosophie se voulait à Douai (comme à Louvain) rempart contre les ennemis de la foi. Quant à la théologie, elle demeura marquée du sceau de la plus grande orthodoxie69, hostile au processus de sécularisation et aux séductions des idées nouvelles.

  • 70 Ibid., pp 341 et sv, essentiellement d’après l’inventaire de la bibliothèque du séminaire, B. M. C (...)

22La culture cléricale70 préparait le futur prêtre aux tâches quotidiennes de la pastorale, mais la réflexion sur les objections apportées par la pensée des Lumières et par l’évolution de la société en était exclue. Cette insuffisance enfermait la plupart des prêtres dans un modèle ecclésiologique définitif et intemporel. Le clergé, très encadré doctrinalement, ne disposait guère de la réflexion théologique propre à l’éveiller aux mutations culturelles de son temps. Au contraire, cette culture maintenait les jeunes clercs sur des positions de plus en plus anachroniques, empreintes d’un pessimisme augustinien, mal adaptées aux mutations accélérées du siècle.

  • 71 Ibid., pp. 274 et sv et pp. 412 et sv, essentiellement d’après les papiers de Carlier, B. M. Douai (...)

23En fait, par le séminaire71, la hiérarchie inculquait définitivement ce qu’elle déterminait comme essentiel, c’est-à-dire l’esprit sacerdotal, marqué des sentiments d’humilité, de gravité, de retenue et de soumission à la volonté divine exprimée par leurs supérieurs.

  • 72 Ibid., pp. 440 et sv, d’après A. D. Nord, 3 G 2908.
  • 73 Ibid., pp. 451 et sv.
  • 74 Ibid., pp. 510 et sv.

24L’institution du concours72 fut en outre pour les archevêques un moyen efficace de battre en brèche un système bénéficiai qui se trouvait compliqué de particularismes et de privilèges, un instrument de centralisation, d’affaiblissement des autonomies centrifuges, de régulation du recrutement d’un clergé paroissial. Cet objectif était d’autant mieux atteint que les prêtres du Cambrésis et du Hainaut étaient assurés de trouver dans le ministère paroissial stabilité et situation matérielle confortable73. Cette aisance n’éteignait certes pas l’esprit revendicatif à l’égard des gros décimateurs qui savouraient les meilleurs fruits du prélèvement ecclésiastique. Pour ces prêtres contestataires, il s’agissait d’une question de justice, mais, sauf pour quelques individualités, leurs doléances n’autorisent pas à conclure à l’existence d’une contestation de type richériste. Pour éviter l’affaiblissement d’une discipline et d’une homogénéité acquises durant les années de formation, des assemblées décanales et des retraites renforçaient le contrôle de l’officialité et l’efficacité des exhortations épiscopales. Des visites périodiques complétaient l’arsenal de la surveillance et de la formation. Les mœurs étaient exemptes de reproches et l’orthodoxie doctrinale, fruit d’une formation sulpicienne, antijanséniste et ultramontaine, couronnait les efforts des prélats74.

  • 75 B. M. Cambrai, Ms 1035.
  • 76 Ibid., brouillon de lettre de Carlier, 1790, sans autre précision de date.

25Finalement, le clergé paroissial du Hainaut comme de l’ensemble du diocèse était bien proche de l’idéal de l’époque. Avec opiniâtreté, une hiérarchie vigilante avait su en contrôler le recrutement social, imposer des modalités cohérentes de formation et d’accès au sacerdoce, écarter les séductions de l’esprit des Lumières, renforcer la cohésion interne d’un corps essentiel à l’accomplissement de la pastorale. Un tel clergé ne pouvait qu’être réticent à se soumettre à l’Eglise constitutionnelle. Comme toute politique, celle des archevêques connaissait ses « ratés ». En une province où l’on ne compte que un à deux jureurs pour dix curés, c’est une typologie des réfractaires qu’il convient d’établir, non celle des jureurs. De ceux-ci, il reste à découvrir les déterminations qui sont d’ordre personnel et non collectif. Augustin Carlier, à cet égard, m apparaît assez représentatif. Sa correspondance avec ses collègues Renaut et Besse75 ainsi que son itinéraire personnel pendant et après la Révolution laissent entrevoir une personnalité opportuniste, intéressée, un homme persuadé, selon sa formule, « que les fonds attachés (aux) bénéfices sont aussi inamovibles que (les) personnes » et qu’un « ancien soldat » tel que lui ne pouvait être « réduit sans l’avoir mérité à la pai d’une recrue ou à la solde d’un simple factionnaire »76.

26Voir tableau page suivante.

ORIGINE ET CARRIÈRE DES CURÉS DES PAROISSES DU CANTON DE BAVAY

ORIGINE ET CARRIÈRE DES CURÉS DES PAROISSES DU CANTON DE BAVAY

Notes

1 Peter, J. et Poulet, Ch., Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution (1789-1802), Lille, 1930-1933, 2 vol., t. I, p. 134.

2 Ibid., p. 134-136. Avesnes : 40,17 % ; Le Quesnoy : 18,4 % ; Valenciennes : 4,08 % ; Cambrai : 14,56 %.

3 Voir surtout Tackett, T., Religion, Revolution and Regional Culture in Eighteenth-Century France. The Ecclesiastical Oath of 1791, Princeton, 1986, 426 p., traduction française, Paris, Cerf, 1986.

4 Crespin et Quiévrechain dépendaient du district de Valenciennes.

5 A. D. Nord, L 217, f° 28 et Lefebvre, G., Les paysans du Nord pendant la Révolution française, Paris, 1924, p. 792.

6 Peter et Poulet, op. cit., I, pp. 229-230.

7 Ibid., pp. 233-248.

8 Ibid., p. 250, d’après A. Tournai, fonds du vicariat de Cambrai, 20 juillet 1792 (disparu).

9 B. M. Douai, Ms 1035 (dégradations du presbytère).

10 A. D. Nord, L 2117, 7.

11 Peter et Poulet, Ibid., p. 286.

12 Ibid., p. 295 et A. D. Nord, L 9056 et 823.

13 A. D. Nord, L 8021.

14 Lefebvre, G., op. cit., p. 561, note 2.

15 Peter et Poulet, op. cit., p. 296, d’après A. R. Bruxelles, Registres de la Jointe de Valenciennes, 1er registre.

16 Ibid., I, p. 297.

17 Trelcat, Histoire de l’abbaye de Crespin, 646-1793, Paris, 1923, t. II, p. 193.

18 Ibid., t. II, p. 193, et A. D. Nord, L 9050, 222.

19 Peter et Poulet, op. cit., p. 399.

20 Loridan, J., Les ursulines de Valenciennes avant et pendant la Terreur, Paris-Lille, 1901, pp. 167-168.

21 Duvergier, Collection générale des décrets..., t. VIII, p. 265.

22 Ibid.

23 Destombes, C. J., Histoire de l’Eglise de Cambrai, Lille, 1890-1891, t. III, pp. 283-285.

24 Peter et Poulet, op. cit., II, pp. 236-238.

25 Vos, J., Les paroisses et les curés du diocèse actuel de Tournai, 8 vol. , Bruges, 1899-1904, t. III, p. 48.

26 Peter et Poulet, op. cit., II, pp. 236-238

27 Ibid., II, p. 201 et sq., d’après A. Tournai, Correspondance RohanGodefroy, fonds du Serment Liberté-Egalité, 24 août 1801, (disparu).

28 Ibid., II, p. 333.

29 Ibid., II, p. 360, voir note 2 et la déclaration de Pitou en cette circonstance.

30 Ibid., II, p. 348.

31 Deregnaucourt, G., « Deux documents sur le séminaire et les séminaristes du diocèse de Cambrai au XVIIIe siècle : règlements de vie pratique et spirituelle », Revue du Nord, t. LXVII, no 266, 1985, pp. 649-662, d’après B. M. Douai, Ms 910.

32 Chartier, M., « L’ex-constituant Jacques-Joseph Besse », Revue du Nord, t. XXI, 1935, pp. 121-129.

33 Id., « Les députés du clergé en 1789 pour les bailliages d’Avesnes, du Cambrésis, de Douai et Orchies et du Quesnoy », Semaine relig. dioc. Cambrai, 1940, t. XXII.

34 Au premier tour de scrutin et sur 48 sujets, les plus favorisés furent Nolf (160 voix), Primat (131), Besse, curé de Saint-Aubin (57), Preux, curé de Catillon (45), Carlier (42), Vanderbrouck, curé de Loon (31), Bracq, curé de Ribécourt (29)..., voir Peter et Poulet, op. cit., I, p. 142.

35 B. M. Douai, Ms 1035.

36 Ibid., Lettre de Renaut, député, curé de Preux-au-Bois, 4 avril 1791.

37 Ibid., Lettre de Descamps, 31 juillet 1792.

38 A. D. Nord, L 9572.

39 Peter et Poulet, op. cit., I, p. 251, d’après A. Tournai, fonds du vicariat de Cambrai.

40 A. D. Nord, 1 9056, 1011.

41 B. M. Douai, Ms 1036.

42 Chuquet, A., Les guerres de la Révolution, 3e série, t. X, Paris, 1896, p. 348.

43 Voir supra notes 13 et 14.

44 Duvergier, pp. cit., t. VII, p. 240.

45 A. D. Nord, L 7829, 19 thermidor an II.

46 A. D. Nord, L 4980, 4 frimaire an III.

47 A. D. Nord, ibid., 7 brumaire an VI.

48 Bievelet, H., « Un collectionneur heureux. Notes sur la collection de l’abbé Carlier », Etudes bavaisiennes, Lille, 1976, pp. 23-57.

49 Tackett, T, op. cit., p. 93. La réflexion qui suit s’inspire largement des éléments rassemblés dans Deregnaucourt, G., Le clergé paroissial du diocèse de Cambrai, 1686-1790, thèse préparée sou la direction du professeur Alain Lottin, soutenue à Lille III en janvier 1988, 1000 pages dactylographiées.

50 Séminaire de Tournai, Ms 115, Status generalis dioecesis Cameracensis, 1716.

51 A. D. Nord, C 5651.

52 Le mode de calcul est proposé par Tackett, T., « Histoire sociale du clergé diocésain dans la France du XVIIIe siècle », Revue d’hist. mod. et Cont., 1979, p. 221, à savoir : nbre moyen annuel 25 1000 h.
Estimation de la population.

53 15 811 h. en 1716 d’après le Status generalis... ; plus de 30 000 h. à la fin des années 1780 (estimations) d’après A. D. Nord, série C et Dictionnaire d’histoire et de géographie administrative des communes de Belgique, t. I et II, Bruxelles, 1983.

54 Mahieu, L., « Mouvement des ordinations et tableau de l’augmentation du clergé dans le diocèse de Cambrai (1802-1913), Bull. d’études de la Prov. de Cambrai, t. XLIII, 2e fasc., 1956, pp. 1-52.

55 Pour l’ensemble du diocèse antérieur à 1790, la proportion de prêtres d’origine rurale dépasse 70 %.

56 Titres de rente ou de pension alimentaire constituée par les parents du candidat au sous-diaconat et contractée devant notaire ou hommes de fief.

57 Carlier : A. D. Nord, 3 G 2927 ; Riche : 3 G 2982 ; Pitou : 3 G 2979 ; Limelette : 3 G 2868 ; Toussaint : 3 G 2989.

58 Richard: 3 G 29821; Lobez: 3 G 2969.

59 3 G 2966.

60 3 G 2924.

61 Defromont, A., L’Avesnois au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des sociétés rurales, thèse dactylographiée, Lille, 1972, t. III, pp. 747 et sv.

62 De Melle, Bar et Destrée.

63 A. D. Nord, 3 G 2969.

64 Deregnaucourt, G., thèse citée, pp. 137 et sv.

65 Defromont, A., thèse citée et Lefebvre, G., op. cit.

66 Deregnaucourt, G., voir l’ensemble de la 2e partie, pp. 229 et sv.

67 Ibid., pp. 306 et sv.

68 A Douai, la durée des études de philosophie des futurs prêtres était de deux ans, celle des études de théologie de quatre ans le plus souvent.

69 Ibid., pp. 318 et sv et pp 333 et sv.

70 Ibid., pp 341 et sv, essentiellement d’après l’inventaire de la bibliothèque du séminaire, B. M. Cambrai, Ms 1033.

71 Ibid., pp. 274 et sv et pp. 412 et sv, essentiellement d’après les papiers de Carlier, B. M. Douai, Ms 910.

72 Ibid., pp. 440 et sv, d’après A. D. Nord, 3 G 2908.

73 Ibid., pp. 451 et sv.

74 Ibid., pp. 510 et sv.

75 B. M. Cambrai, Ms 1035.

76 Ibid., brouillon de lettre de Carlier, 1790, sans autre précision de date.

Table des illustrations

Titre ORIGINE ET CARRIÈRE DES CURÉS DES PAROISSES DU CANTON DE BAVAY
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteur

Maître de conférences à l’Université Charles de Gaulle

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540