Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord

 | 
Alain Lottin

Les populations rurales du Nord de la France et la religion pendant la Révolution - État de la question

Dominique Rosselle

Texte intégral

  • 1 C. Mazauric, Sur la Révolution française, Editions Sociales, 1970. F. Furet, « Le catéchisme révol (...)
  • 2 R. Secher, Le génocide franco-français, La Vendée, PUF, 1986.
  • 3 R. Sedillot, Le coût de la Révolution française, Perrin, 198.

1La proximité de la commémoration du Bicentenaire de 1789 relance, et avec quelle vigueur, les études sur la Révolution française. En effet, l’historiographie révolutionnaire, qui semblait s’être assoupie depuis la bruyante passe d’armes entre François Furet et Claude Mazauric1, sortait récemment de sa léthargie avec la parution d’ouvrages sur la question vendéenne2 ou sur les conséquences économiques de la Révolution3 pour connaître, depuis un an environ, l’activité fébrile que l’on sait, et que l’on suit à grand peine tant est rapide le rythme de publications aussi bien en France qu’à l’étranger. A ce flux éditorial viennent s’ajouter les conclusions des colloques, tables rondes, débats qui précisent peu à peu les points d’accord de la communauté historienne nationale et internationale. Toutefois, si un relatif consensus semble se dessiner sur le dossier socioéconomique, il n’en va pas de même sur celui de la question religieuse.

2Les rapports entre la religion et le pouvoir tiennent une grande place dans l’histoire révolutionnaire. Du mercredi 13 juin 1789, où trois curés de la sénéchaussée de Poitou quittèrent les députés du Clergé pour gagner la salle des Menus Plaisirs, lieu de réunion du Tiers Etat aux Etats généraux de Versailles, au 16 juillet 1801, date de la signature du Concordat entre Bonaparte et Pie VII, les bouleversements de structures allaient s’ajouter aux troubles de conscience des clercs avant de jeter le désarroi parmi les paroissiens. Ceux-ci furent d’abord privés des cadres référents de leur existence quotidienne avant d’être entraînés par le tourbillon de la répression contre le « fanatisme et la superstition ».

3On peut alors légitimement se poser la question de la réception populaire à « cette révolution culturelle » pour reprendre une expression chère à Gérard Cholvy. L’interrogation est d’importance car notre horizon est particulièrement obscurci par l’historiographie disponible. Depuis le milieu du XIXe siècle, une « histoire édifiante », lourde de préjugés, a singulièrement gommé le sentiment réel des classes populaires à l’égard de la politique religieuse des autorités révolutionnaires. Cette vision des choses n’étant pas l’apanage unique des tenants dits de la « Contre-Révolution » mais aussi celle de l’historiographie officielle de la IIIe République qui a souvent minimisé, pour ne pas dire dévalorisé, le courant populaire de résistance à la déchristianisation.

  • 4 Guide de recherches sur la Révolution française, Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1987.

4La bibliographie régionale, comme l’a souligné Alain Lottin dans le précieux Guide de recherches de la Révolution française. Nord, Pas-de-Calais4, non seulement n’échappe pas à cette règle, mais souffre aussi d’autres maux préjudiciables au développement des connaissances.

1. Notre historiographie date quelque peu

  • 5 V. Derode, Histoire religieuse de la Flandre Maritime, 1857.
  • 6 Th. Leuridan, Essai sur l’histoire religieuse de la Flandre Wallonne, Roubaix, 1897.
  • 7 M. Leglay, Cameracum christianum ou Histoire du diocèse de Cambrai, Lille, 1849.
  • 8 C. J. Destombes (abbé), Histoire de l’Eglise de Cambrai, Lille, 1890-1891.
  • 9 J. Lestoquoy, La vie religieuse d’une province, le diocèse d’Arras, Arras, 1949.
  • 10 A. Deramecourt, Le clergé du diocèse d’Arras, Boulogne et SaintOmer pendant la Révolution, 1789-18 (...)
  • 11 L. Detrez, La Flandre religieuse sous la Révolution, 1789-1801, Lille, 1928.
  • 12 J. Peter et Ch. Poulet, Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution, 1789-180 (...)
  • 13 J. Plumet, L’évêché de Tournai pendant la Révolution française, Louvain, 1963.
  • 14 L. Trenard, « La période révolutionnaire » in Les diocèses de Cambrai et Lille, pp. 183-206, Colle (...)

5Victor Derode en 18575, Théodore Leuridan en 18776 avaient fourni les premières études d’histoire religieuse sur les Flandres maritime et wallonne. Cette dimension d’analyse générale s’effaça vite pour faire place à des études diocésaines : Le Glay sur le diocèse de Cambrai vers 18497, suivi par l’abbé Destombes en 1890 et 18918. La situation du diocèse d’Arras ne sera connue que beaucoup plus tard, en 1949, par le travail de l’abbé Jean Lestoquoy9. Quant aux études directement consacrées à la Révolution, elles débutèrent dès 1884 avec les quatre volumes sur les diocèses d’Arras, Boulogne et Saint-Omer du futur évêque de Soissons, l’abbé Deramecourt10. Lucien Detrez ne reprenait cette voie qu’en 1928 avec son premier tome de la Flandre religieuse pendant la Révolution11. Deux ans plus tard paraissait le premier volume de l’important travail du chanoine Joseph Peter et du bénédictin de l’abbaye Saint-Paul de Wisques, Dom Charles Poulet, consacré au département du Nord12. Les études les plus récentes étant celles de Jules Plumet sur l’évêché de Tournai parues en 196313 et de Louis Trenard qui traitait de la période révolutionnaire dans les diocèses de Cambrai et de Lille en 1978 pour un volume de la collection des Diocèses de France coordonnée par Pierre Pierrard14.

2. Notre historiographie ne fournit guère de synthèses directement utilisables

6Une exception peut-être, l’œuvre de Peter et Poulet qui date cependant tant par sa méthodologie que par le traitement des résultats.

3. Notre historiographie fait une part quasi-exclusive au sort des clercs

7Sur les quelques cent quatre-vingt-dix références bibliographiques recensées dans le Guide de recherches que nous évoquions plus haut, près de cent quatre-vingts ont directement trait au sort des ecclésiastiques avec une érudition souvent pointilleuse tels les travaux du prolixe Maurice Chartier sur le clergé de l’est du département du Nord.

8Dans ces conditions, dresser un état des lieux des rapports entre la paysannerie du Nord de la France et la religion pendant la Révolution se révélait être une tâche beaucoup plus ardue, mais aussi beaucoup plus stimulante pour l’esprit, que nous ne le suspections au départ. Aussi, plutôt que de livrer dans sa sécheresse un catalogue des quelques acquis essentiels tirés du corpus bibliographique existant, avons-nous préféré, au prix d’une errance chronologique et thématique, poser un nombre limité de problèmes, suggérer des pistes de recherches à entreprendre ou parfois à reprendre. En effet, il nous semble plus que jamais nécessaire de « revisiter » des domaines que nos prédécesseurs croyaient avoir explorés. Songeons aux serments, au culte constitutionnel, aux conditions de la déchristianisation, à la détente toute relative du Directoire avant le raidissement fructidorien, à l’apaisement impérial... Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons déterminer quelle a été la place des laïcs pendant cette période troublée, singulièrement celle des centaines de milliers de paysans qui constituaient, rappelons-le, plus de 80 % de la population de nos deux départements à la fin du XVIIIe siècle.

9Il faudrait donc nous interroger sur les points suivants.

LA PRATIQUE RELIGIEUSE EN MILIEU RURAL À LA FIN DU XVIIIe SIÈCLE

  • 15 A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme, 1598-1668, Dunkerque, 1984.
  • 16 Y. M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle, la vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (...)

10Alors que les travaux d’Alain Lottin15 nous éclairent sur ce point pour le temps de la Contre-Réforme et que ceux d’Yves-Marie Hilaire16 le font pour le milieu du XIXe siècle, nous ne sommes guère valablement renseignés sur l’état de la pratique religieuse de nos paysans pour la seconde moitié du XVIIIe siècle. De fait, ce qui transparaît et qui a été souvent reproduit dans des ouvrages régionaux, de décennie en décennie, c’est l’affirmation d’une universalité de l’ascendance du clergé sur une paysannerie docile, respectueuse des enseignements et des commandements de l’Eglise, fidèle dans sa pratique sacramentelle. La citation suivante, extraite de Peter et Poulet, étant un exemple caractéristique :... « Dans les villages (du Nord de la France), l’assistance à la messe est également si générale et la pratique des sacrements si régulière que le curé de six cents âmes ne parvenait pas, à certains jours, à satisfaire tous les pénitents et tous les communiants qui se présentaient s’il n’avait le concours de religieux... ». Les apports de l’historiographie récente, mais aussi la simple pratique des archives rurales nous incitent à plus de prudence. Nous avons tous en mémoire les admonestations et les récriminations de curés contre des paysans plus sensibles au son du violon et au goût de la bière fraîche de la taverne du village qu’aux charmes de la rhétorique dominicale... Plus problématiques encore, les remontrances du Clergé au printemps 1789 qui stigmatisent le travail dominical :... « on supplie sa majesté de faire donner des ordres les plus formels afin que la loi de sanctification des dimanches et fêtes soit inviolablement observée et singulièrement en ce qui concerne la cessation de tout travail, même public... ».

11Il conviendrait donc, quand les archives le permettent, de dresser une cartographie du comportement religieux à cette époque pour faire cesser cette ambiguïté entre l’optimisme de l’historiographie régionale et le pessimisme des archives. Cette étude devrait, pour être valablement discutée, comporter des paramètres aussi divers que le poids foncier du paroissien, le degré d’alphabétisation, la catégorie socio-professionnelle, l’emprise seigneuriale et sa nature, etc... Seuls moyens pour apprécier l’état de « sacralisation » ou de « désacralisation » de l’espace régional à la veille de la Révolution.

LES RAPPORTS ENTRE LES PAYSANS ET LEURS CURÉS À LA VEILLE DE LA RÉVOLUTION

  • 17 A. Playoust, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au XVIIIe siècle, Arras, 1976. H. Plate (...)
  • 18 H. Loriquet, Les cahiers de doléances de 1789 dans le Pas-de - Calais, Arras, 1891. A. de Saint-Lé (...)

12Si nous commençons à être renseignés sur l’état du clergé rural à la fin de l’Ancien Régime (Arlette Playoust, chanoine Henri Platelle, Gilles Deregnaucourt)17, il est plus rare de trouver des données sur la nature des rapports entre les curés et leurs paroissiens. Cette question mérite pourtant attention car elle peut largement expliquer les fronts d’adhésion ou au contraire d’opposition dans la société rurale de l’époque. Ce qui nous incite à suggérer cet axe de recherches, ce sont les remarques glanées dans les doléances du Nord et du Pas-de-Calais18, qu’il s’agisse des cahiers des communautés rurales ou des ordres privilégiés. On y découvre une vision contrastée génératrice d’interrogations. En effet, si les doléances paysannes font une assez large place aux récriminations contre le clergé régulier, particulièrement contre les abbés commendataires, et le Haut-clergé séculier, on ne trouve guère d’allusion aux curés de base sauf au travers de problèmes de casuel ou de portion congrue. Par contre, les documents issus du premier ordre étaient plus attentifs au Bas-clergé, notamment les cahiers du littoral où l’influence de l’évêque de Boulogne-sur-Mer, Monseigneur Partz de Pressy, a donné lieu à la rédaction de bien belles pages sur le sort des curés aux revenus modestes. On y voit un évêque soucieux de redorer le blason du clergé rural pour éviter qu’il soit... « un objet de mépris pour ses paroissiens dont il ne se distingue guère du fait de l’indécence de son logement et de la précarité de ses revenus... ». La restauration du prestige des curés et plus encore des vicaires de campagne, assortie d’une refonte du casuel et des prélèvements décimaux, était pour ce grand homme d’Eglise la condition nécessaire à une reconquête spirituelle des campagnes boulonnaises.

13Il faudrait donc vérifier ce silence relatif des paysans à l’égard de leurs curés. Etait-ce le signe du mépris ? de l’indifférence ? ou plus simplement d’une compréhension par la proximité du statut social ? Nous penchons pour cette dernière hypothèse, encore qu’une analyse régionale s’impose là encore dans ce domaine qui n’a pas fait l’objet de travaux même succincts.

LE RÔLE DU CLERGÉ RURAL DANS LA VIE POLITIQUE DE 1789

14On connaît bien la célèbre boutade selon laquelle... « Ce sont les curés qui ont fait la Révolution... ». Toutefois, on ne peut l’appliquer à l’ensemble des diocèses du Nord de la France et voici encore esquissée une piste de recherches. En effet, et pour nous en tenir au seul Pas-de-Calais, on constate en avril 1789 une rupture brutale entre Haut et Bas-clergé artésien alors que rien de tel ne se produit en Boulonnais, Calaisis ou Montreuillois. Dans ces quartiers, la concorde règne tout au long des débats et de la rédaction des doléances. Ainsi l’on va même jusqu’à suggérer, à Boulogne notamment, que le premier ordre soit dignement représenté à Versailles par les plus hauts dignitaires de la hiérarchie ecclésiastique. Comment expliquer une telle divergence d’attitudes ? :

15• qualité de l’épiscopat ? Monseigneur de Partz de Pressy avait incontestablement meilleure presse que l’évêque d’Arras, Monseigneur Louis de Conzié. Mais cela ne peut être la seule explication.

16plus grande « conscience politique » des curés artésiens ? Il faut être prudent sur ce point et nous ne pouvons guère adhérer aux affirmations de Peter et Poulet selon lesquelles le clergé de nos provinces était sous l’influence pernicieuse de Mably et des loges franc-maçonnes ! Pour juger de la perméabilité aux Lumières, il faudrait entreprendre une analyse systématique d’inventaires après-décès de curés, dresser des listes des ouvrages recensés dans leurs bibliothèques et surtout entreprendre un dépouillement des dizaines de libelles qui dorment sur les rayons des archives ou bibliothèques de nos grandes villes.

17Ce n’est qu’après cette analyse du discours pré-révolutionnaire que l’on pourra dresser, avec plus de certitude qu’aujourd’hui, un portrait-type du curé « acteur politique » en 1789...

LA CONSTITUTION CIVILE DU CLERGÉ ET SES CONSÉQUENCES

18Avec le vote, le 12 juillet 1790, des quatre-vingt-neuf articles de la Constitution civile, nous voici au cœur du problème étudié au cours du colloque d’Arras à savoir les rapports entre deux Eglises. Les travaux régionaux, sur ce point, sont relativement abondants, mais nécessitent d’être presque tous « revisités ».

  • Ainsi la qualité et la nature des réponses épiscopales à la mise en place de l’Eglise constitutionnelle n’ont pas fait l’objet d’un intérêt suffisant. Pourquoi des lettres pastorales si fortes à Boulogne ou à Calais tandis qu’à Arras on se contenta, après bien des atermoiements, de reproduire le texte boulonnais ? Attitude qui ne manqua pas de susciter des réactions « pro-constitutionnelles » chez certains curés activistes (comme à Hersin-Coupigny par exemple) dont il faudrait mieux cerner la personnalité et les motivations.
  • Le serment, pour nos deux départements, doit aussi être réétudié. Non pas dans sa globalité car l’on sait que le refus fut massif mais plutôt dans sa spécificité régionale. Pourquoi 5 % de « jureurs » en Flandres et plus de 20 % en Avesnois ? Pourquoi des contrastes aussi marqués entre villes et campagnes ? Pourquoi les villes de l’est du département du Nord se singularisent-elles avec des taux de la moitié ? Notons enfin que pour le Pas-de-Calais, le travail serait à entreprendre notamment en milieu urbain.
  • Le climat de mise en place du clergé constitutionnel doit également être mieux cerné par l’élaboration d’une enquête régionale fouillée. Pourquoi souhaiter une telle entreprise ? Parce qu’elle mettrait en lumière de manière indiscutable une rupture ville/campagne que nous pressentons à de multiples indices isolés. C’était en ville que l’on procédait au recrutement, parfois lointain, de « jureurs » pour pourvoir les cures de nos départements ; c’étaient encore des citadins qui escortaient le curé constitutionnel vers sa nouvelle paroisse... Pour les villageois, c’était au contraire l’arrivée d’un étranger, d’un forain, élément perturbateur et perturbant des cadres de la vie quotidienne tissés au fil des siècles. Intervient alors un groupe particulier de « résistants » à ce nouvel ordre des choses : les robustes paroissiennes des campagnes capables de barricader un porche d’église, de chahuter le jureur en le couvrant d’immondices ou encore de le faire fuir à coups de pierres ou sous la menace de fourches et de faux.

19Il y a un champ d’études intéressant à savoir la place de la femme dans la résistance à la nouvelle Eglise, mais aussi à la vague de déchristianisation qui surgira quelques mois plus tard.

20La présence dans une même paroisse de deux desservants aussi différents ne pouvait provoquer, à la campagne, qu’une réévaluation de la qualité des prestations de l’Eglise traditionnelle. Il y a désormais une bonne et une mauvaise messe, un bon et un mauvais baptême, etc... Cette nouvelle évaluation des valeurs ecclésiales induira des comportements paysans qu’il faudrait analyser à l’échelle locale et régionale. Songeons au déplacement nocturne à plusieurs kilomètres du village, parfois au-delà des frontières, pour trouver le bon prêtre ou encore aux conditions de la mise en place de réseaux clandestins d’assistance aux « non jureurs ».

21Avec la déclaration de suspicion à l’égard des prêtres fin 1791, la guerre avec l’étranger en avril 1792, la publication du décret d’avril 1793 ordonnant la délation des réfractaires, nous franchissons un nouveau pas dans la radicalisation des rapports ville/campagne. En ville, on agresse, on massacre parfois (Saladin à Lille) ; à la campagne, on cache, on protège, on démissionne de fonctions officielles par solidarité... Il faudrait s’interroger sur les corrélations qui pourraient exister entre cette attitude paysanne et la montée des prélèvements économiques, pousser l’analyse jusqu’au niveau de l’acteur local : qui aide, qui est passif, qui dénonce ?

LA TERREUR ET LA DÉCHRISTIANISATION ACTIVE

22Avec l’an II de la République, nous entrons dans l’ère des tempêtes tant pour l’Eglise constitutionnelle moribonde que pour les réfractaires. La volonté de déchristianisation (mais sommes-nous tous d’accord sur ce concept ?) des autorités passe à la fois par une destruction des cadres habituels (nouveau calendrier avec le fameux décadi, modification des noms des villages et des lieux-dits), par l’imposition d’autres pratiques collectives comme les innombrables fêtes patriotiques qui préfigurent la mise sur pied du culte de l’Etre Suprême, par la destruction des édifices cultuels, par la « déprêtrisation la plus inflexible ».

23Autant de chocs pour la masse paysanne, autant de motifs de dénonciation, d’incarcération en cas de non approbation... Là encore, une enquête devrait être instruite dans les fonds judiciaires révolutionnaires pour dresser une typologie des motifs d’arrestation, fonder une sociologie des délateurs et des victimes – enquête qui devrait être effectuée par secteurs régionaux pour mettre en valeur certaines spécificités comme l’action des représentants gouvernementaux, l’influence des sociétés populaires, la barrière de la langue comme en Flandre maritime ou des paysages dans les zones bocagères du Montreuillois ou de l’Avesnois.

24Autre enquête, plus difficile encore : quelle a été la réception à la campagne du culte de l’Etre Suprême ? Y a-t-il eu diffusion hors des villes vers les ruraux et par quels vecteurs ?

25Enfin, il faudrait revenir à une des interrogations de départ : l’état de la pratique pendant cette période troublée. Le drame de l’an II a-t-il fortifié certaines consciences attiédies ? N’y a-t-il pas eu un regain de foi ? Des indices existent, isolés, mais révélateurs. Ainsi le succès et la propagation rapide d’actes miraculeux comme celui de la chartreuse de la Boutillerie ou encore la correspondance d’aristocrates qui signalent la ferveur retrouvée de leurs anciens tenanciers.

VERS LE CONCORDAT ET L’APAISEMENT

26Après Thermidor, et pour plusieurs années encore, nos départements vont connaître une histoire confuse et encore ignorée. Ainsi nous ne sommes guère renseignés sur les troubles « muscadins » de 1795. Ont-ils gagné les campagnes ? Ont-ils eu une influence sur le culte traditionnel ? Même ignorance sur la poussée royaliste de 1797, que d’aucuns disent très forte en Flandres et en Avesnois, qui devrait faire là aussi l’objet d’études urbaine et rurale pour détecter d’éventuelles corrélations entre cette montée de l’antijacobisme, les dérèglements économiques et le poids des levées d’hommes pour l’armée. Il n’empêche que cette poussée droitière a réactivé « le parti avancé » qui a entraîné la brutale réaction du 18 fructidor avec sa nouvelle vague de déchristianisation marquée par des destructions d’édifices cultuels sans précédent.

27Cette fois, la population rurale va renâcler encore plus ouvertement. On déserte les fêtes révolutionnaires, on se presse aux offices des « missionnaires », on marque sa résistance en allant jusqu’à attaquer les symboles même de la Révolution comme les arbres de la Liberté dont un grand nombre ont été abattus pendant la période 1798-1799. Là encore, une clarification régionale s’impose pour mieux comprendre le succès du coup d’état du 18 Brumaire an VIII et l’apaisement qui en découla.

28Apaisement qui n’était qu’apparent car les oppositions restaient vives entre les extrêmes politiques et les heurts jacobins/royalistes furent encore nombreux. Ces oppositions marquèrent les esprits pour longtemps et engendrèrent une mémoire des événements, particulièrement ceux ayant trait à la religion, extrêmement vivace dans nos départements.

29Au simple énoncé de ces thématiques de recherches, on constate que l’ethnologie religieuse du Nord et du Pas-de-Calais pendant la Révolution est encore à faire. Ce ne sont pas les historiens qui s’en plaindront. Lhistoire religieuse en milieu rural dans la France du Nord a encore de beaux jours devant elle...

Notes

1 C. Mazauric, Sur la Révolution française, Editions Sociales, 1970. F. Furet, « Le catéchisme révolutionnaire » in Annales E.S.C., no 2, Marsavril 1971. L’auteur a republié cet article avec des développements complémentaires dans Penser la Révolution française, Gallimard, 1978.

2 R. Secher, Le génocide franco-français, La Vendée, PUF, 1986.

3 R. Sedillot, Le coût de la Révolution française, Perrin, 198.

4 Guide de recherches sur la Révolution française, Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1987.

5 V. Derode, Histoire religieuse de la Flandre Maritime, 1857.

6 Th. Leuridan, Essai sur l’histoire religieuse de la Flandre Wallonne, Roubaix, 1897.

7 M. Leglay, Cameracum christianum ou Histoire du diocèse de Cambrai, Lille, 1849.

8 C. J. Destombes (abbé), Histoire de l’Eglise de Cambrai, Lille, 1890-1891.

9 J. Lestoquoy, La vie religieuse d’une province, le diocèse d’Arras, Arras, 1949.

10 A. Deramecourt, Le clergé du diocèse d’Arras, Boulogne et SaintOmer pendant la Révolution, 1789-1802, Arras, 1884-1887.

11 L. Detrez, La Flandre religieuse sous la Révolution, 1789-1801, Lille, 1928.

12 J. Peter et Ch. Poulet, Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution, 1789-1802, Lille, 1930-1933.

13 J. Plumet, L’évêché de Tournai pendant la Révolution française, Louvain, 1963.

14 L. Trenard, « La période révolutionnaire » in Les diocèses de Cambrai et Lille, pp. 183-206, Collection Les diocèses de France dirigée par P. Pierrard, Paris, 1978.

15 A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme, 1598-1668, Dunkerque, 1984.

16 Y. M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle, la vie religieuse des populations du diocèse d’Arras, 1840-1914, Lille, 1977.

17 A. Playoust, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au XVIIIe siècle, Arras, 1976. H. Platelle, Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle, Paris, 1965. G. Deregnaucourt, « Christianisation et déchristianisation dans les villes et les campagnes de la France du Nord au XVIIIe siècle. Le cas du diocèse de Cambrai » in colloque Livres et Lumières dans les Pays-Bas Français, Valenciennes, 1987.

18 H. Loriquet, Les cahiers de doléances de 1789 dans le Pas-de - Calais, Arras, 1891. A. de Saint-Léger et Ph. Sagnac, Les cahiers de la Flandre Maritime en 1789, Paris, 1906-1910. Ph. Marchand, Florilège des cahiers de doléances du département du Nord, Lille, 1989. J.-P. Jessenne et D. Rosselle, Florilège des cahiers de doléances du département du Pas-deCalais, Lille, 1989.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université Charles de Gaulle

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540