Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florilège des Cahiers de doléances du Nord

 | 
Philippe Marchand

Conclusion

Texte intégral

J’ai fait surtout un grand usage des cahiers dressés par les trois ordres en 1789. Ces cahiers dont les originaux forment une longue suite de volumes resteront comme le testament de l’ancienne société française, l’expression suprême de ses désirs, la manifestation authentique de ses volontés dernières... C’est le document le plus sérieux qui nous reste de l’ancienne France et celui que doivent sans cesse consulter ceux qui veulent savoir quel était l’état d’esprit de nos pères au moment où la Révolution éclata.
A. de Tocqueville

1L’intérêt exceptionnel des cahiers de doléances réside sans contexte dans le témoignage qu’il nous livre à chaque ligne sur les réalités de l’ordre ancien et sur la manière dont il est perçu. Certes que de différences entre tous ces cahiers ! Cependant au delà de la diversité, le lecteur y découvrira quelques thèmes majeurs : la volonté de reconstruire le royaume, l’amour du souverain, l’attachement aux coutumes et aux institutions provinciales, l’hostilité aux droits seigneuriaux et la défense des communaux...

2Mais les cahiers de doléances ne sont pas seulement un testament. Ils sont un point de départ. Leur rédaction et l’élection des députés chargés de les porter à Versailles consacrent l’entrée des Français dans la citoyenneté. Désormais rien ne sera plus comme avant. En convoquant les Etats généraux le 8 août 1788, le monarchie ignore qu’elle sanctionne la naissance de la vie politique nationale. La consultation et la campagne électorales de la fin de l’hiver sont la première étape de la longue marche de la France vers la démocratie.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540