Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florilège des Cahiers de doléances du Nord

 | 
Philippe Marchand

Troisième partie: les assemblées bailliagères

V. Vers les Etats généraux

Texte intégral

1Le 20 avril 1789, la campagne électorale s’achève dans le département. Les cahiers sont rédigés et adoptés ; 33 députés s’apprêtent à rejoindre leurs collègues du Tiers Etat, du Clergé et de la Noblesse à Versailles.

2Dans les assemblées bailliagères, les élections se sont faites au scrutin plurinominal secret. Il fallait obtenir la majorité absolue pour être élu. L’histoire de ces scrutins reste fort mal connue. Quelques témoignages comme ceux du subdélégué Hennet et du fils de l’avocat Wartel montrent que la compétition a souvent été vive. Cabales et intrigues se sont nouées en coulisses.

3Qui sont ces hommes qui abandonnent pour quelques semaines, du moins le pensent-ils, leurs occupations professionnelles, leur cure, leurs terres, leur famille ?

4Dans le Tiers Etat, si la voix des campagnes se fait entendre avec plus ou moins d’intensité au cours des débats, elle s’éteint, complètement lors des élections qui sont un succès pour les représentants de la ville. Le Tiers Etat a droit à 18 députés en y comprenant les 2 députés de la ville de Valenciennes. 15 d’entre eux sont des citadins. La composition professionnelle s’établit ainsi :

Professions

Députés

% délégation

Officiers royaux et/ou municipaux
Avocats
Paysans
Négociants
Maître de forges
Professeur

8
3
3
2
1
1

44,4 %
16,6 %
16,6 %
11,4 %
5,5 %
5,5 %

  • 1 — Cf. p. 178.

5Les paysans ne sont donc qu’au nombre de 3. Parmi eux, on compte deux riches propriétaires fonciers de la région lilloise dont l’un est d’ailleurs maire de sa communauté. Leur élection est acquise difficilement après plusieurs tours de scrutin qui voient les députés ruraux du bailliage de Lille exiger une représentation proportionelle à leur poids1. Les autres assemblées bailliagères font majoritairement confiance au monde de l’administration et de la justice : 61 % de la députation. Les représentants du négoce et de l’industrie sont très minoritaires.

6Dans le clergé, les élections sont un succès pour les curés de campagne. Ceux-ci manifestent leur « leadership » en faisant élire 6 des leurs sur les 8 députés que le clergé peut envoyer à Versailles. Les deux derniers élus sont Mgr. d’Arberg, évêque d’Ypres et Mgr. de Salm-Salm, évêque de Tournai. L’élection de l’évêque d’Ypres est obtenue au prix d’une manœuvre de dernière minute. En effet, l’assemblée du clergé du bailliage de Bailleul avait élu deux curés. L’évêque d’Ypres, après avoir conseillé au curé Blanckaert, l’un des deux élus, de démissionner vu son grand âge se fait élire par les seuls prêtres de son diocèse, les représentants venus des paroisses relevant du diocèse de Saint-Omer étant rentrés chez eux. Le choix de ces deux prélats étrangers est fort mal accueilli dans le département. Aux protestations de la noblesse se joignent celles du Tiers et d’une grande partie du clergé. Elles n’y font rien. Les évêques de Tournai et d’Ypres se rendent à Versailles et assistent aux séances des Etats généraux jusqu’au 20 juillet 1789. Ce jour là, l’Assemblée nationale prononcera leur invalidation comme étrangers.

7La députation de la noblesse comprend les principaux représentants de cet ordre dans le département. En portant leurs suffrages sur le prince de Robecq, le marquis d’Estourmel, le comte de Sainte-Aldegonde, le comte de Lannoy, le duc de Croÿ, le prince d’Arenberg, les nobles du département choisissent des représentants de la haute noblesse détenteurs pour la plupart de hautes fonctions militaires. L’âge moyen de cette délégation est assez élevé : 51 ans. Conformément aux vœux de leurs électeurs, les députés de la noblesse se rangent immédiatement parmi les tenants de l’Ancien Régime social. Devant la tournure des événements, le duc de Croÿ et le baron de Noyelles démissionneront rapidement. Seuls, le marquis d’Aoust et le marquis d’Estourmel rejoignent immédiatement la minorité aristocratique réformatrice. Cette attitude vaudra au marquis d’Estournel d’être désavoué par les nobles du Cambrésis.

8Mais nous n’en sommes pas encore là. Les députés doivent prendre la route. Ils le font souvent en groupes. Arrivés à Versailles, ils se mettent en quête d’un logement et commencent à s’interroger. Une grande aventure commence.

☆☆☆

Documents. Les députés du Nord aux Etats généraux

1. — Invalidé le 20 juillet 1789 comme étranger. Remplacé par l’abbé Van den Bavière.

2. — Démissionne le 12 novembre 1789. Remplacé par Louis-Joseph Pilat.
3. — Démissionne le 11 novembre 1789. Remplacé par Louis-Alexandre Poutrain, avocat à Lille, suppléant.
4. — Invalidé le 20 juillet 1789 comme étranger. Remplacé par Pierre-Louis-Joseph Nolf, curé de Saint-Pierre de Lille, suppléant.
5. — Démissionne le 28 septembre 1790.
6. — Démissionne le 27 décembre 1789. Remplacé par Pierre-Joseph du Chambge, baron d’Elbecq, maréchal de camp, suppléant.
7. — Démissionne le 1er décembre 1789.

Quelques destins

9Nous présentons six biographies de députés du Nord aux Etats généraux. Notre choix a été guidé par le souci de retracer des trajectoires significatives. Avec Barbotin, nous avons affaire à un curé révolutionnaire dans les premières semaines de la Révolution. La nuit du 4 août entraîne chez lui un changement radical et en fait un adversaire déterminé de la Révolution. Son collègue Besse, jureur, prêtre constitutionnel, en revanche reste fidèle jusqu’à sa mort à l’idéal qui l’avait amené à rejoindre le Tiers Etat. On observe la même ligne de conduite chez Bouchette qui sans doute déçu par les excès de la Terreur rentre dans la vie privée mais ne reniera jamais la Révolution. Avec Merlin de Douai, nous avons un exemple de notable qui traversera tous les régimes en cumulant les plus hautes fonctions politiques, judiciaires et administratives. Ses facultés d’adaptation sont remarquables. Il ne connaît qu’une période sombre dans une existence chargée d’honneurs, la Restauration. D’Aoust de Cuincy est un exemple de noble qui semble s’être rallié à la Révolution avec sincérité. Est-ce l’exécution de son fils qui l’éloignera du jacobinisme ardent dont il se fait le partisan en 1792-1794 ? Ce personnage est trop mal connu encore. Quant au marquis d’Estourmel, c’est une personnalité ambigue dont la seule ambition paraît être de jouer un rôle même au prix de reniements. Une girouette ?

Aoust de Cuincy, Eustache-Jean-Marie, marquis d’

10Né à Douai le 23 Mars 1741, le marquis d’Aoust est originaire d’une vieille famille normande. Il suit la carrière des armes et sert au régiment du Roi-Infanterie. Suite à quelques mécomptes, il donne sa démission et se retire dans ses domaines de Cuincy. Elu député de la noblesse du bailliage de Douai, il siège parmi la minorité réformatrice de son ordre. Il se range à la proposition de réunion des trois ordres. Dans la nuit du 4 août, il adhère à la proposition d’abolition des droits féodaux. En 1791, il ne peut siéger à l’Assemblée législative et rentre à Douai. Il occupe alors les fonctions d’administrateur du district de Douai. Il s’affilie au club des Jacobins et fait paraître à Lille un journal intitulé Le Père Duchêne du département du Nord à la tonalité anti-monarchique. En septembre 1792, il est élu député du département du Nord à la Convention. Il siège parmi les Montagnards et démocratise alors son nom en l’écrivant Daoust. Il demande l’envoi de commissaires dans son département pour y enquêter sur les municipalités suspectes de tiédeur et d’incivisme. Il est l’un des commissaires. Il vote la mort du roi, justifiant sa position en ces termes : La mort de Louis ou la République. Louis a trop vécu. Sa mort est une justice. Les républicains ne connaissent d’autres principes que d’être justes.

11En février-mars 1794, il est exclu du club des Jacobins comme ci-devant. Quelques mois plus tard, son fils aîné, général de division à l’armée des Pyrénées orientales, est rendu responsable d’échecs subis devant Perpignan, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire et exécuté (2 juillet 1794). A la fin de la Convention, d’Aoust revient à Cuincy où il vit dans l’anonymat. Il en sort pour présider l’administration municipale du canton de Douai et participer à la fondation de la Société d’Agriculture de Douai. Devenu un paisible notable bien éloigné du jacobin qu’il avait été, il se rallie à Bonaparte. Il est nommé conseiller d’arrondissement et maire de Cuincy sous le Consulat. Il meurt le 17 février 1805.

Barbotin Emmanuel

12Né à Wavrechain-sous-Faulx le 25 mars 1741, Emmanuel Barbotin est curé de Prouvy en 1789. Il jouit grâce aux dîmes dont il est le titulaire de revenus importants. Il dirige une véritable petite exploitation agricole et vit fort à l’aise. Il est élu député du clergé du bailliage du Quesnoy le 18 avril 1789. Comme son collègue Besse, il faut partie des curés décidés à se joindre au Tiers Etat et se montre partisan des premières réformes proposées par le Tiers Etat. L’abolition de la dîme dans la nuit du 4 août provoque chez lui un revirement catégorique. L’idée de se voir réduit à 1500 francs de traitement annuel le fait passer carrément à droite. Il écrit le 23 août : J’ai été chagrin tout mon saoûl depuis le 4 août et le 4 octobre : Si mon revenu allait être borné, il faudrait bien se résoudre à diminuer le train.

13En novembre 1789, il regagne Prouvy. Il y séjourne quelques mois et en profite pour se faire élire maire. Il regagne ensuite Paris et siège de nouveau à l’Assemblée constituante. Il ne prête pas le serment à la Constitution civile du clergé et se trouve alors dépossédé de sa cure. Il semble avoir émigré quelque temps. Réfractaire, il rentre à Prouvy et y exerce le culte clandestinement de 1792 à 1794. On perd ensuite sa trace jusqu’en 1801. Après le Concordat, il s’installe à Prouvy mais ne reprend pas de fonctions sacerdotales sans doute par refus de se rallier au nouveau régime. En 1815, lors de la seconde Restauration, il retrouve sa cure de Prouvy en qualité de desservant provisoire. Il meurt à Prouvy le 25 février 1816. Les lettres qu’il a écrites du 13 avril 1789 au 27 janvier 1790 sont d’une grande richesse. Elles retracent son itinéraire idéologique.

14A. Aulard, Lettres de l’abbé Barbotin député à l’Assemblée constituante, Paris, Société de l’Histoire de la Révolution française, 1910, 92 p.

Besse Jacques-Joseph

15Né à Trelon le 27 août 1747 d’un père médecin, Jacques-Joseph Besse fait des études à l’abbaye bénédictine de Liessies. Ordonné prêtre, il est nommé à la cure de Saint-Aubin (arrondissement d’Avesnes) en 1784. Il est élu député du clergé du bailliage d’Avesnes le 18 avril 1789. Il se range immédiatement dans le groupe des curés décidés à rejoindre le Tiers Etat. Il est de ceux qui le 4 août acceptent l’abandon de la dîme. Il écrit le 2 septembre 1789 : Cette disposition patriotique fut vivement blâmée par plusieurs de nos confrères qui nous reprochèrent de disposer d’un bien qui n’est pas à nous. Je pense qu’ils avaient raison, car ce bien n’est pas à nous, il est à la Nation (Journal de Paris, 2 septembre 1789). Le 2 septembre 1789, il vote la nationalisation des biens du clergé. En août 1791, il prête serment à la Constitution civile du clergé. Il obtient une cinquantaine de voix aux élections de l’évêque constitutionnel du département du Nord (30 marrs 1791). Après la séparation de l’Assemblée constituante (30 septembre 1791), il retrouve sa cure de Saint-Aubin. Nommé à la cure de Sainghin-en-Mélantois le 15 novembre 1792, il est arrêté en fructidor an II (août-septembre 1794), puis libéré quelques semaines plus tard. En mars 1797, il fait partie du « presbytère » (conseil épiscopal) institué par Primat, évêque de Cambrai, qui essaie de remettre de l’ordre dans l’église constitutionnelle. Quelques temps plus tard, il quitte l’Eglise et se marie. Après le Concordat, il parvient à faire lever l’excommunication qui le frappe et peut faire convalider son mariage. Son épouse meurt en 1806. Il se retire alors au Cateau puis à Bazuel où il vit d’une modeste pension de l’Etat. Il meurt le 7 octobre 1821.

16L. Balory, « Un curé constitutionnel Jacques-Joseph Besse (1747-1821) », dans Bulletin de la Société historique de Villeneuve d’Ascq et du Mélantois, n° 27, 1988, p. 3-57.

Bouchette François-Joseph

17Né le 25 août 1735 à Bergues, François-Joseph Bouchette fréquente le collège des Jésuites de Bergues, puis fait son droit à l’université de Douai. Reçu avocat, il s’installe dans sa ville où quelques plaidoiries retentissantes le font remarquer. En 1789, il se lance avec ardeur dans la campagne électorale. Il contribue activement à la rédaction des doléances de sa ville et réduit à néant les prétentions du magistrat de Bergues dont il dénonce les prétentions et les manœuvres pour contrôler l’assemblée de la ville. Il taxe le cahier que les officiers avait préparé d’inconstitutionnel, calqué sur de faux principes. A l’assemblée bailliagère, son rôle est décisif pour évincer les députés dunkerquois dont aucun représentant ne figure dans la commission chargée de préparer le cahier bailliager. Elu troisième des quatre députés du Tiers Etat du bailliage de Bailleul, Bouchette siège immédiatement parmi les réformateurs et fréquente le club des Jacobins auquel il reste fidèle jusqu’au terme de la législature. Très vite, il se sépare des autres députés du Tiers Etat du bailliage de Bergues qu’il accuse de former un tripot d’espèce aristocratique. Il accueille avec enthousiasme les premiers événements de la Révolution. Il écrit le 5 août 1789 : Chers concitoyens, Réjouissez-vous partagez avec nous la joye et la satisfaction que nous venons d’éprouver dans la séance d’hier. C’est la plus grande et la plus belle Révolution que présentera l’histoire. La noblesse vient de faire des sacrifices qu’elle appelle justes et le clergé imite son exemple. Pendant son séjour à l’Assemblée constituante, il garde le contact avec ses amis de Bergues qu’il informe régulièrement des événements et de l’œuvre accomplie. Ses lettres nous le présentent comme un anti-clérical se moquant des « cagots » de la « prétraille » et des « calotins ». Il applaudit à toutes les mesures prises contre l’Eglise et sa hiérarchie. Il se fait le défenseur des intérêts de la Flandre maritime et surtout de ceux de sa ville. Il rentre à Bergues au lendemain de la séparation de l’Assemblée constituante (30 septembre 1791) et est élu président de la société des Amis de la Constitution en 1792. En octobre 1792, il est élu maire de Bergues. Le 15 avril 1793, il est épuré et doit se défendre contre de très vives attaques des représentants en mission Duquesnoy et Carnot. Arrêté et remis en liberté, il participe à une cérémonie célébrée à la société des Amis de la Constitution où sont détruits des symboles de la féodalité. Il y apporte ses titres d’avocat et de licencié ès lois qu’il livre au feu. Il est alors chargé du triage des ouvrages provenant des communautés religieuses du district de Bergues pour constituer la bibliothèque municipal de Bergues. Il accomplit cette œuvre avec beaucoup d’intelligence. En 1795, il renonce aux fonctions publiques et reprend sa profession d’avocat. Il finit sa vie en gérant une fortune rondelette constituée par divers héritages et l’achat de biens ecclésiastiques. Il figure parmi les soixante contribuables les plus riches de Bergues. Fidèle aux convictions qu’il affichait quand il siégeait à l’Assemblée constituante, il reste jusqu’à sa mort un bourgeois jacobin, fidèle disciple des Encyclopédistes dont il est un fervent lecteur. Il meurt le 9 septembre 1810.

18C. Looten, Lettres de François-Joseph Bouchette (1735-1810) avocat à Bergues, membre de l’Assemblée Nationale constituante, Paris, Champion, 1909, 679 p.

Estourmel, Louis-Marie marquis d’

  • 2 — Cf. p. 170.

19Né à Suzanne le 11 mai 1744, le marquis d’Estourmel descend d’une famille noble possédant de vastes propriétés dans la Picardie et le Cambrésis. Il embrasse la carrière des armes. Elle le mène au grade de maréchal de camp en 1784. En 1787, il fait partie de l’Assemblée des Notables comme membres des Etats d’Artois. Il obtient la charge de grand bailli d’épée du Cambrésis créée à l’occasion de la convocation des Etats généraux. Il dirige la campagne électorale et préside l’assemblée bailliagère réunissant les trois ordres à Cambrai. Dans son discours d’introduction2, il présente un programme bien timide de réformes et plaide pour le maintien des prérogatives seigneuriales et honorifiques. Cette attitude lui vaut d’être élu député de la noblesse du bailliage de Cambrai. Il siège au centre de l’Assemblée et fait figure de libéral partisan des réformes. Dans la nuit du 4 août, il renonce, pour lui et sa province, aux privilèges héréditaires et à tous les droits féodaux. Cette attitude lui vaut d’être blâmé par les Etats du Cambrésis. Il s’excuse alors en invoquant l’enthousiasme communicatif qui avait entraîné tout le monde. Les Archives parlementaires signalent qu’il aurait rédigé dans les semaines qui suivent un discours contre la dîme qu’il ne prononce pas. Inquiet de la tournure que prennent les événements, il se rapproche de la droite. Il défend la jouissance des droits reconnus au Cambrésis lors de sa réunion à la France, prononce plusieurs discours favorables aux ordres religieux. Le 18 mai 1790, il demande un rappel à l’ordre contre Robespierre pour insulte au roi. Il se plaint des désordres occasionnés par la correspondance des sociétés populaires avec les corps de troupes. Après la séparation de la Constituante, il est nommé inspecteur général des années. Il est mis à la retraite le 19 juin 1793. Devenu suspect, arrêté et emprisonné, il ne doit son salut qu’à la chute des Montagnards. En 1795, il préside l’assemblée du canton de Bray-sur-Somme. Au lendemain du coup d’Etat de Brumaire, il se rallie à Bonaparte. Le nouveau régime saura le remercier. Chevalier de l’Empire, membre de la légion d’honneur il siège au Corps législatif de 1808 à 1814. Il adhère à la déchéance de Napoléon et accueille avec joie les Bourbons et la Restauration. En octobre 1814, il demande la restitution aux émigrés de leurs biens. Il ne joue plus aucun rôle politique. Il meurt à Paris le 13 décembre 1823. En 1811, il avait fait paraître un recueil de ses discours à la Constituante dans lequel il justifiait sa conduite. Il y écrit en particulier : J’ai cru devoir réunir les opinions que j’ai émises à la tribune de l’Assemblée constituante, pour vous faire voir que, fidèle au cahier que la noblesse du Cambrésis m’avait confié je n’ai laissé aucune occasion de présenter les articles qu’il contenait... Je crois avoir tenu parole ; vous me jugerez en lisant mes opinions et mes comptes rendus ; car j’en ai rendu chaque fois que le côté droit faisait une protestation ; je partageais ses opinions quant au fond ; mais quant à la forme, je ne pouvais admettre la protestation, étant convaincu que, dans toute assemblée délibérante, le voeu de la majorité ne peut être entravé par la minorité.

A.D. Nord. Photo Danvers.

Merlin de Douai, Philippe-Antoine, comte

20Né à Arleux le 30 octobre 1754 dans une famille de paysans aisés, Merlin de Douai fait ses études en qualité de boursier au collège d’Anchin de Douai puis à la faculté de droit de l’université de cette même ville. Reçu avocat au parlement de Flandre, il acquiert une très grande renommée qui lui vaut de collaborer à la rédaction des articles du Répertoire de jurisprudence de Guyot. En même temps, il se constitue une importante clientèle qui lui aurait rapporté 15 à 16 000 livres annuellement dès 1782. Il est chargé des intérêts de l’abbaye d’Anchin (Douai) dont il défend les droits seigneuriaux avec efficacité. En 1777, il fait un riche mariage. En 1782, il achète une charge de secrétaire du roi, office conférant la noblesse.

MERLIN DE DOUAI
A.D. Nord. Photo Danvers.

21Le 4 avril 1789, le Tiers Etat du bailliage de Douai l’élit député aux Etats généraux. Il se range dans la majorité réformatrice mais ne prend guère la parole. Modéré, il défend le principe de la monarchie constitutionnelle. Au lendemain de la nuit du 4 août, il entre au comité des droits féodaux et présente un rapport sur les problèmes posés par l’abolition des droits féodaux (8 février 1790). Il se consacre entièrement à cette question. Il combat vivement toute proposition de déchéance du roi.

22Au lendemain de la séparation de l’Assemblée Constituante, il est élu président du tribunal criminel du Nord où il siège jusqu’en septembre 1792. Elu député du Nord à la Convention (1er sur douze), Merlin de Douai manifeste son adhésion à la république. Lors du procès de Louis XVI, il vote la mort du roi. Il effectue différentes missions près de l’armée du Nord et en Vendée. Il fait ensuite fonction de secrétaire de la Convention puis entre au comité de législation. Il y est chargé de préparer une législation nouvelle sur les suspects. Son rapport modéré suscite l’opposition des Montagnards. Il présente alors au nom du comité la loi sur les suspects du 17 septembre 1793 inspirée par les Montagnards. Il s’est toujours défendu d’en être l’auteur, prétendant n’avoir été qu’un porte-parole. Hostile à Robespierre, il participe activement à la préparation du 9 Thermidor.

23Elu président de la Convention thermidorienne, il fait passer toute une série de mesures anti-jacobines. Il propose et obtient le retour des députés girondins arrêtés en octobre 1793. Il joue un rôle important en politique extérieure. Sous le Directoire, il est membre du conseil des Anciens, ministre de la Justice et prépare un Code des délits et des peines qui restera en vigueur jusqu’en 1811. Il entre au Directoire exécutif au lendemain du coup d’Etat du 18 fructidor an V (4 septembre 1797). Il démissionne le 30 prairial an VII (18 juin 1799). Après le 18 brumaire auquel il adhère, Bonaparte le nomme à la Cour de Cassation dont il sera le procureur général jusqu’en 1814. Conseiller d’Etat à vie, il est fait comte de l’Empire en 1810, membre du comité pour les affaires de la couronne et grand officier de la légion d’honneur. Bien que son nom ait figuré en tête de l’adresse de la Cour à Louis XVIII, il est remplacé à la cour de Cassation pendant la première Restauration. Il y revient pendant les Cent-Jours. L’arrondissement de Douai l’envoie alors comme député à la Chambre. Lors de la seconde Restauration, il doit s’exiler comme régicide. La révolution de 1830 lui rouvre les portes de la France. Il entre alors à l’Académie des sciences morales et politiques et meurt à Paris en 1838 comblé d’honneurs.

Deux témoignages

Barbotin, curé de Prouvy, raconte

24Du Quesnoy, le 13 avril 1789

25Mon Révérend Père,

  • 3 — Renaut.

26Ce que je craignais est arrivé. A la pluralité de 161 voix sur 226, le curé de Preux-au-Bois3 et moi avons été nommé députés du clergé du bailliage du Quesnoy. Ainsi songez à être curé de Prouvy pour quelques mois. Vous enverrez Joseph, demain, avec le chariot. Il faut qu’il passe par le Quesnoy et parle, en passant, chez Delzon, près du Beffroi. Dès qu’il part après dîner, c’est assez.

27Catherine apprêtera à souper pour mardi, une salade, s’il s’en trouve, un petit rôti et quelque autres misère.

28S’il n’y a point à dîner pour mercredi, on prendra ce qui sera necessaire à Valenciennes en passant.

29Il faudra que Catherine prépare tout ce qui faut pour faire une petite lessive de chermises et de mes meilleurs mouchoirs car il faudra partir sans délai. C’est demain notre dernière assemblée.

30Je suis très sincèrement, mon révérend père, Votre très humble et très obéissant serviteur.

31Em. Barbotin

32Curé de Prouvy, député aux Etats généraux Au Révérend, très Révérend Père Englebert Baratte, capucin, chez M. Barbotin, curé de Prouvy, député aux Etats généraux.

33Versailles, le 10 mai 1789

34Mon Révérend Père,

35Nous sommes enfin arrivés après bien de la chaleur, poussière, fatigue, etc..., mais tous en bonne santé, le vendredi 8 à 3 heures après-midi.

36Notre premier soin fut de dîner et ensuite de chercher des logements, que nous ne trouvâmes pas ce jour là. Après bien des courses, nous sommes enfin logés, très petitement, à la vérité, mais proprement, commodément, en bon air et près du château. Il nous en coûte pour cet objet chacun 60 livres par mois. Nous ne sommes pas encore arrangés pour la nourriture, mais il paraît que nous la payerons très cher, puisque le premier repas et la première nuit nous ont coûté un louis pour quatre. Le soir nous vivons à la parisienne : un morceau de pain qui est très bon ici, et quelques verres de bière assez médiocre font tout notre souper. De déjeuner, on n’en parle pas : nous n’avons pas le moyen de tant manger ; il faudra rétrécir nos boyaux et accoutumer le gosier à l’eau de la Seine, qui ne parait pas m’incommoder jusqu’à présent. Mon plus mauvais vin vaut infiniment mieux que celui que je suis obligé de boire. Si on s’en plaint, vous pouvez consoler ceux à qui on en présentera, en leur disant que le maître de la maison n’est pas aussi bien servi.

37Le lundi 4 mai, on a chanté la messe du Saint-Esprit et fait ensuite une procession générale, à laquelle ont assisté tous les députés arrivés, au nombre d’environ 800, ainsi que le roi, accompagné de toute la famille royale et des princes de son sang, ducs et pairs, etc. C’était, dit-on le plus beau coup d’œil qu’on n’ait jamais vu depuis l’existence de la monarchie...

38...

39Au Révérend, très Révérend Père Englebert Baratte, capucin, chez M. Barbotin, curé de Prouvy, député aux Etats généraux.

40Lettres de l’abbé Barbotin, député à l’Assemblée Constituante. Publiées par A. Aulard, Paris, Société de l’Histoire de la Révolution française, 1910, 92 p., p. 1-3.

François-Joseph Bouchette, avocat à Bergues, raconte

41Versailles, 27 avril 1789

42Monsieur et cher ami,

  • 4 — Evêque d’Ypres.
  • 5 — Bouchette, de Kytspotter, Herwyn, Delattre de Balzaert.

43Nous sommes ici arrivés samedi à midi tous en bonne santé et depuis lors, nous avons cherché à nous loger ensemble, de façon qu’aiant trouvé une maison entière, nous nous en sommes accommodés, et que M. l’Evêque4 et nous quatre du Tiers-Etat5 nous logeons ensemble rue Saint-Antoine, maison de M. Duchêne, n °19, et nous nous mettons en ménage pour être comme en famille, mieux à notre aise et à meilleur marché. Comme rien n’était prêt et que les députés de toutes les provinces n’ont pu être arrivés, l’assemblée est remise au 4. M. Necker, à qui nous avons été présentés aujourd’hui nous a dit que la présentation des députés au roi n’aura lieu que samedi, ou vendredi au plutôt ; en attendant, nous allons à Paris demain, pour en revenir jeudi au soir. Ce ne sera donc que la semaine prochaine que commenceront les travaux. En attendant, je vous prie de nous mander ce que l’on débite de particulier là-bas. M. Necker nous a paru fort distrait ; mais Mme Necker était plus gaie et fournissant à la conversation, nous disant qu’il y avait de bonnes nouvelles de l’empereur qui se porte mieux. Il faut voir si, d’ici au 4, il n’y aura point de Révolution : car le clergé surtout est fort intrigué, et d’ailleurs la magistrature ne l’est pas moins. Le pis qu’il y a pour ces deux corps, c’est que les choses sont tant avancées ; il ne serait plus possible de rétrograder.

44Nos logemens sont, par provision, pris pour trois mois, et nous ne pouvons savoir pour combien il faudra en prendre de plus ; bienheureux si nous pouvions venir en vacance. On ne sait ce qui peut arriver, et il ne transpire absolument rien.

45Vous voudrez bien, cher ami, avoir la bonté de communiquer tout ceci à ma sœur et à vos dames en leur présentant mes humbles respects, et me croïant toujours avec les sentiments que vous me connaissez, votre très humble et très obéissant serviteur.

46 P.-S. — Bien des complimens à MM. De Carren, De Baecker, et à tous nos bons concitoïens qui s’informeront de nous. Quand nous aurons plus de papier, de plumes et d’encre nous pourrons en écrire davantage. Nous allons tâcher de nous fournir de tout, et puis nous tâcherons d’avoir plus de matière à écrire.

47Ch. Camille Looten, Lettres de François-Joseph Bouchette (1735-1810) avocat à Bergues, membre de l’Assemblée nationale constituante, Paris, Champion, 1909, 679 p., p. 221-222.

Notes

1 — Cf. p. 178.

2 — Cf. p. 170.

3 — Renaut.

4 — Evêque d’Ypres.

5 — Bouchette, de Kytspotter, Herwyn, Delattre de Balzaert.

Table des illustrations

Légende 1. — Invalidé le 20 juillet 1789 comme étranger. Remplacé par l’abbé Van den Bavière.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende 2. — Démissionne le 12 novembre 1789. Remplacé par Louis-Joseph Pilat.3. — Démissionne le 11 novembre 1789. Remplacé par Louis-Alexandre Poutrain, avocat à Lille, suppléant.4. — Invalidé le 20 juillet 1789 comme étranger. Remplacé par Pierre-Louis-Joseph Nolf, curé de Saint-Pierre de Lille, suppléant.5. — Démissionne le 28 septembre 1790.6. — Démissionne le 27 décembre 1789. Remplacé par Pierre-Joseph du Chambge, baron d’Elbecq, maréchal de camp, suppléant.7. — Démissionne le 1er décembre 1789.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende A.D. Nord. Photo Danvers.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende MERLIN DE DOUAIA.D. Nord. Photo Danvers.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540