Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florilège des Cahiers de doléances du Nord

 | 
Philippe Marchand

Première partie : La convocation des Etats généraux

II. Le département du Nord en 1789

Texte intégral

  • 1 — A.D. Nord L768 Mémoire sur l’administration du département du Nord adressé à l’Assemblée constitu (...)
  • 2 — Lors de sa réunion à la France, le Hainaut avait perdu ses Etats qui sont rétablis en 1788.

1« Le département du Nord contient au moins un million d’habitants ce qui fait la 24e partie du royaume. Il succède aux Etats, administrations et intendances du Hainaut, de la Flandre wallonne, de la Flandre maritime et du Cambrésis. Il embrasse les provinces les plus disparates dans leur régime, les plus opposées dans leur manière d’asseoir, de répartir, de percevoir les impôts, d’évaluer les terres, de les cultiver, de les mesurer1 ». Superposition de cadres anciens d’origines féodales maintenus au lendemain de la conquête et de circonscriptions nouvelles, les intendances ou généralités, la géographie administrative du département du Nord est en effet fort complexe. En voici les grandes lignes à la veille de la Révolution. Legs du passé, des Etats provinciaux dominés par les privilégiés sont chargés en Flandre wallonne, dans le Cambrésis et dans le Hainaut2 de voter les subsides au roi et, à cette occasion, de lui présenter des remontrances. La Flandre maritime a perdu ses Etats. Elle a cependant une assemblée, le Département, qui, sans avoir les prérogatives financières des Etats, peut agir auprès du roi pour défendre les intérêts de la province. Les institutions urbaines apparues au Moyen Age restent fort vivaces. Lille, Douai, Orchies, Valenciennes, Dunkerque, Maubeuge... ont des magistrats jaloux de leurs prérogatives.

2Le pouvoir central est présent et bien présent. Deux intendants, l’un à Lille et l’autre à Valenciennes, administrent le premier l’intendance de Flandre et d’Artois regroupant la Flandre maritime, la Flandre wallonne et l’Artois, le second l’intendance du Hainaut qui réunit l’ensemble des territoires constituant l’est du département. Assistés de leurs subdélégués, ils ont la haute main sur les affaires du pays.

La France du Nord à la fin de l’Ancien Régime. Le Nord de la Préhistoire à nos jours, Editions Bordessoules.

La France du Nord à la fin de l’Ancien Régime. Le Nord de la Préhistoire à nos jours, Editions Bordessoules.

3Leur interventions dans la nomination des magistrats urbaines est significative à cet égard. La présence des intendants et de l’administration royale a sans doute accéléré l’intégration du département dans le royaume de France. Mais elle suscite toujours une certaine hostilité qui trouvera à s’exprimer dans les cahiers de doléances.

4Dans le domaine judiciaire, le Nord a conservé ses lois et ses coutumes. La conquête a cependant amené la création de juridictions nouvelles et en particulier du parlement de Flandre. Installé à Douai depuis 1714, son ressort correspond à peu près aux limites du département. A peu près, car une partie de la Flandre maritime, les châtellenies de Bourbourg et de Dunkerque, reste sous la juridiction souveraine du parlement de Paris.

5La géographie ecclésiastique est tout aussi complexe en 1789. Le département est partagé entre quatre diocèses dont deux étrangers. Une moitié de la Flandre maritime relève de l’évêque d’Ypres, l’autre moitié de l’évêque de Saint-Omer qui a aussi sous sa juridiction le pays d’Armentières et de La Bassée. Le reste de la Flandre wallone dépend de l’évêque de Tournai. Le Cambrésis et le Hainaut français sont sous la juridiction de l’archevêque de Cambrai dont l’immense diocèse se prolonge dans les Pays-Bas autrichiens jusqu’aux environs de Bruxelles et en Artois.

6Ces chevauchements de circonscriptions et partages d’autorité encouragent les particularismes et les affrontements. Provinces disparates constate la jeune administration départementale en 1790 mais aussi « attachées à leurs intérêts et ardentes à les poursuivre. De là un nombre d’affaires en tout genre. Les tribunaux sont continuellement en activité ; les chambres d’administration n’y ont point de relâche... ».

7A la veille de la Révolution, deux voyageurs anglais, le docteur Rigby et l’agronome Arthur Young, traversent le département. Ils ne tarissent pas d’éloges sur la situation de son agriculture qui leur apparaît, et de loin, supérieure à ce qu’elle est dans les autres régions du royaume. Dans sa grande thèse consacrée aux paysans du Nord pendant la Révolution, Georges Lefebvre souligne également la prospérité agricole du département. L’agriculture n’est pas son seul fleuron. Le temps de l’industrie se profile à l’horizon avec la découverte et l’exploitation du charbon dans la région de Valenciennes. En 1789, 4000 ouvriers travaillent pour la compagnie d’Anzin. Le textile est une autre activité majeure. A la laine et au lin s’ajoute le coton pendant le XVIIIe siècle. Les campagnes voient se développer la manufacture rurale ; de petits bourgs comme Roubaix, Tourcoing prennent leur essor. La production augmente sensiblement. Le dynamisme économique encourage l’exhubérance démographique particulièrement sensible dans les villes où la population se fait prolifique.

8Ce bref tableau de la situation économique serait trompeur si on n’en montrait pas les zones d’ombre. Les progrès de l’agriculure restent insuffisants pour empêcher la répétition des crises frumentaires dans les années qui précèdent la tenue des Etats généraux. La croissance de quelques secteurs « industriels » ne doit pas masquer certaines défaillances. Retenons parmi ces dernières le maintien de la métallurgie au bois dans l’est du département alors que la métallurgie au coke introduite en France reste ignorée de nos entrepreneurs. Plus grave encore est la situation douanière du département littéralement enclavé. Coupé du reste du royaume par la barrière des cinq grosses fermes, il l’est également des Pays-Bas autrichiens par la frontière. Ces barrières pénalisent l’activité économique du département qui de surcroît subit le choc du traité de commerce franco-anglais (26 septembre 1788). Ouvert aux produits anglais, le département enregistre une augmentation notable des faillites. Autre ombre au tableau : les écarts sociaux grandissants. Dans les campagnes où la pression démographique s’accentue, journaliers et manouvriers, petits propriétaires à la recherche d’une activité salariée supportent de plus en plus difficilement toutes les charges qui pèsent sur eux. Dans les villes, un bon tiers de la population appartient au menu peuple accablé par un paupérisme croissant. Le « méchant hyver » 1788-1789 attise toutes ces difficultés dont les cahiers de doléances se font l’écho.

☆☆☆

Documents. Le témoignage d’un Anglais

De Calais à Lille, 4 juillet 1789

9Le caractère le plus frappant du pays que nous traversâmes hier est son étonnante fertilité. Nous franchîmes une distance de soixante-dix milles et j’ose dire que nous ne vîmes pas un acre qui ne fût dans l’état de culture la plus soignée. L’abondance des récoltes dépasse tout ce que j’aurais pu imaginer — des milliers et des dizaines de mille d’acres de froment supérieur à tout ce qui peut être produit en Angleterre ; avoine d’une hauteur extraordinaire. Il y a aussi une immense quantité de fèves, beaucoup de lin, un peu de tabac, et du pastel... Les routes ne sont pas seulement plantées d’arbres, mais en certains endroits elles sont pendant des milles tracées en ligne droite, ce qui n’est pas très agréable... Les routes sont sillonnées de passants, de voitures, de chariots, de charrettes...

10Je dois avouer que je croyais les Français légers, insignifiants, d’un extérieur chétif, et vivant dans une misérable condition causée par l’oppression de leurs maîtres. Ce que nous avons vu contredit cette appréciation ; les hommes sont vigoureux et bâtis en athlètes, et l’apparence du pays montre que le travail reçoit des encouragements...

De Lille à Chantilly en passant par Douai et Cambrai, 6 juillet 1789

11Hier nous avons franchi très aisément plus de quatre-vingt dix milles... Nous traversâmes une campagne ravissante, car ici elle commence à offrir plus de variété qu’en Flandre. La culture de ce pays est vraiment incroyable, nous avons parcouru plus de deux cent mille, et nous n’avons pas vu un pouce de terrain qui ne fût soigneusement entretenu et fertile.

12L’agriculture occupe surtout les femmes. Toute la terre est sarclée à la main. Les paysans sèment des carottes avec du blé, et arrachent le chaume à la main, laissant ainsi une récolte passable de carottes : exemple extraordinaire de travail ingénieux. Je suis sûr que ces gens ont tout ce qu’il faut pour être heureux ; tout ce que nous voyons porte la marque d’un travail industrieux et d’un joyeux entrain.

13Voyage d’un Anglais en France en 1789. Lettres du docteur Rigby. Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1910, 245 p., p. 9-11, p. 16-17.

La crise économique dans la région lilloise en 1789

Observations sur l’état actuel de chaque manufacture, fabrique et autres établissements.

14Les fabriques d’huiles de graines, la verrerie, les fours à chaux sont en activité mais les fabriques de toille et de linge de table languissent. Il s’élève dans le district des fabriques en coton que contrarie singulièrement le traité de commerce fait avec l’Angleterre et qui demandent à être encouragées. La bonnetrie, les fabriques de draps et de couvertures ne se soutiennent que très difficilement et les fabriques de toillerie saÿterie et petite-draperie qui sont les plus nombreuses sont diminuées de plus de moitié et même s’anéantiront insensiblement si elles ne sont promptement secourues. Le délabrement de ces fabriques influe par un effet rétroactif sur les fabriques de savon, d’huile, de vitriol et sur la filature du lin. Enfin si les tanneries, les papeteries, les raffineries de sel souffrent moins en opposition la filetrie si importante pour la ville de Lille menace un total anéantissement.

Causes de cette langueur

15Tous ces désastres proviennent :

161) de la modicité des droits que payent à leur entrée les toilles de lin étrangères.

172) de l’introduction frauduleuse du linge de table de Flandre et de Silésie.

183) du défaut dans le blanc d’une perfection égale à nos voisins.

194) des frais occasionnés par la nécesité de faire blanchir les fils chez l’étranger.

20...

216) de l’introduction en France et dans les prossessions françaises de fils à coudre, filoselles et cordonnets d’Allemagne.

227) de l’immensité de toillerie étrangère qui a été introduite dans les isles françaises a la faveur de la franchise de certains ports.

238) de la concurrence des étoffes anglaises qui est ruineuse pour les fabriques en lame du district parce que le prix des matières premières est bien plus bas et la fabriquation plus légère en Angleterre qu’en France.

24...

2510) de l’économie industrieuse que mettent les Anglais dans la filature du coton par des mécaniques admirables à la faveur desquels ils écrasent toutes les autres fabriques en ce genre avec lesquelles ils concourent.

26A.D. Nord L8301 Mémoire du directoire du district de Lille sur la situation de l’industrie dans la région lilloise (1790).

Le prix de la rasière de blé à Douai, 1786-1789.

Le prix de la rasière de blé à Douai, 1786-1789.

1. — 8 florins 8 patars. La rasière de blé vaut 84,25 litres. D’après M. Mestayer, « Prix des grains à Douai, 1745-1793 » dans Werken intgeven door de Faculteit van Letteren en Wijsbegeerte 136e Aflevering, 1965, p. 578-630.

Notes

1 — A.D. Nord L768 Mémoire sur l’administration du département du Nord adressé à l’Assemblée constituante par les administrateurs composant le directoire du département du Nord, 1790.

2 — Lors de sa réunion à la France, le Hainaut avait perdu ses Etats qui sont rétablis en 1788.

Table des illustrations

Titre La France du Nord à la fin de l’Ancien Régime. Le Nord de la Préhistoire à nos jours, Editions Bordessoules.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Le prix de la rasière de blé à Douai, 1786-1789.
Légende 1. — 8 florins 8 patars. La rasière de blé vaut 84,25 litres. D’après M. Mestayer, « Prix des grains à Douai, 1745-1793 » dans Werken intgeven door de Faculteit van Letteren en Wijsbegeerte 136e Aflevering, 1965, p. 578-630.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540