Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florilège des Cahiers de doléances du Nord

 | 
Philippe Marchand

Avant-propos

Philippe Marchand

Texte intégral

1 1789 : Dans les futurs départements du Nord et du Pas-de-Calais, plus de trois mille assemblées se réunissent pour rédiger des cahiers de doléances et élire des députés en vue des Etats Généraux du royaume de France.

2 1899 : Premier centenaire de la prise de la Bastille. La République qui s’enracine veut faire connaître les cahiers de doléances. L’œuvre commencée au plan national avec la publication des Archives parlementaires se poursuit dans notre région. Archivistes et historiens se mettent au travail. H. Loriquet publie les cahiers de doléances du Pas-de-Calais ; A. de Saint-Léger et Ph. Sagnac publient les cahiers de la Flandre maritime.

3 1989 : Une grande partie des cahiers du département du Nord reste inédite. Les ouvrages anciens ne sont plus disponibles. La connaissance de la société française à la fin de l’Ancien Régime a beaucoup progressé. L’enseignement de l’histoire requiert des documents. Un large public recherche des sources régionales sur la période révolutionnaire.

4La région Nord / Pas-de-Calais et le Centre d’Histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest se sont associés pour proposer une publication consacrée aux cahiers de doléances.

5Au delà de la célébration, ce Florilège veut être utile pour un large public. Mais ses ambitions sont circonscrites. Le lecteur n’y trouvera pas l’ensemble des cahiers de doléances du Nord et du Pas-de-Calais mais une anthologie rassemblant des cahiers et des extraits de cahiers significatifs.

6Trois critères ont dicté le choix. Pour les cahiers ruraux, les plus nombreux et les mieux étudiés à ce jour, nous proposons des exemples révélateurs de la vigueur variable des revendications et des modes de rédaction. Nous suivons ensuite les différents niveaux de la consultation : des communautés villageoises et des villes aux assemblées bailliagères des trois ordres. Enfin, il a semblé légitime de veiller, dans la limite des sources disponibles, à une représentation équitable des différents secteurs de chaque département.

  • 1 — La riche approche linguistique mise en œuvre dans certaines recherches n’est pas évoquée ici.

7Les documents tiennent une place privilégiée. Les exposés introductifs se veulent une aide à leur compréhension et à la lecture d’autres textes. Ils ne prétendent constituer ni un commentaire systématique ni un renouvellement des recherches1. Après un rappel du contexte national et départemental, ils s’attachent à la description du déroulement de cette vaste consultation et à la recension des principales revendications. Une approche de la composition des députations à Versailles clôt ces exposés introductifs.

8Le glossaire fournit les éléments d’explication ponctuels que la lecture des cahiers demande.

9Les cahiers de doléances constituent un corpus de documents exceptionnels. Les images représentant cette vaste opération sont rarissimes. L’illustration et l’approche sensible de l’événement doivent donc reposer sur des fac-similés qui jalonnent les grandes étapes de ce Florilège. En les franchissant, nous suivons au rythme régional l’ébranlement sans précédent d’une vaste consultation préalable aux Etats Généraux qui fait entrer la France entière en Révolution.

10Pour nommer les ensembles territoriaux présentés dans ces deux volumes, les auteurs ne disposaient pas de termes génériques s’étant imposés au cours des siècles. Jusqu’en 1789, Flandre, Hainaut, Artois, Boulonnais, Cambrésis... étaient les noms connus des contemporains. Les départements du Nord et du Pas-de-Calais apparaissent en 1790. Il n’a pas semblé anachronique d’utiliser ces deux appellations qui sont bien connues de leurs habitants. La carte page 14 permettra au lecteur de retrouver la géographie administrative de la France du Nord à la fin de l’Ancien Régime et sa correspondance avec le découpage né de la Révolution.

☆☆☆

11 Pour la réalisation de ce Florilège des Cahiers de doléances du Nord, j’ai bénéficié de l’aide de M. Lannette, directeur des Archives du Nord, et de ses collaborateurs. Auteurs du chapitre IV qui dresse l’état des sources, ils ont considérablement facilité mon travail. Je les remercie de leur concours.

Notes

1 — La riche approche linguistique mise en œuvre dans certaines recherches n’est pas évoquée ici.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540