Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

L'enquête

IX. District de Valenciennes

Texte intégral

1. Saint-Amand

1 Réponse de la municipalité de Saint-Amand, 18 novembre 1790

  • 1 Les archives communales de Saint-Amand sont déposées aux Archives départementales du Nord.

2(A.C. Saint-Amand 2D13)1

3Renseignemens demandés à la municipalité de Saint-Amand sur le regime et les ressources actuelles des etablissemens qui ÿ existent destinés à l’instruction de la jeunesse.

418 novembre 1790

51° Il n’existe aucun collège à Saint Amand, les religieuses de paix enseignent gratuitement les jeunes filles.

62° Leur etablissement date de 1650.

73° Repondu a l’article 1er 4° Neant.

85° Neant.

96° A lire, ecrire et les principes de la religion.

107° Il est repondu art. 1er.

118° Les religieuses enseignent tous les jours.

129° Néant.

1310° On ne loge personne mais les eleves sont au nombre de 130.

1411° La classe peut contenir 200.

1512° A l’age de sept ans.

1613° Les batimens font partie du couvent.

1714° Néant.

1815° Néant.

1916° Néant.

2017° Néant.

2118° Néant.

Observations

22Les Dames Religieuses de paix établis depuis 1650 en la ville de St Amand ont continuellement tenu des ecoles publiques pour les jeunes filles dans lesquelles on leur enseigne a lire, a ecrire et les principes de la religion apostolique, catholique et romaine. Leur ecole est d’une trés grande ressource pour la ville.

  • 2 Sur la revendication d’un collège à Saint-Amand, cf. Broutin, Projet d’érection d’un Collège en la (...)

23La decence y a toujours regné et tous les pauvres y sont egalement reçus et enseigné avec les plus grands soins. Il serait essentiel vu la nombreuse population de cette ville, la quantité de villages trés peuplés qui l’environnent d’y etablir un collège2 qui serait desservi par des pretres qui en même tems rendraient service à la paroisse ce qui diminuerait la depense necessaire au culte et à l’augmentation des vicaires. Cet etablissement serait d’autant plus facile a executer qu’il existe nombre de quartiers particuliers dans l’abbaye solidement batis ce qui n’exigeraient aucune depense.

2. Valenciennes

24 Réponse de la municipalité de Valenciennes, 19 mai 1791

25(A.C. Valenciennes K4 2 bis)

26Directoire du district
Education

27Valenciennes le 19 May 1791

28M.

  • 3 Allusion aux élections partielles de novembre 1790 pour le renouvellement de sept officiers munici (...)

29Le changement de la municipalité3 a été la cause du retard apporté aux renseignements que le departement demandait sur les etablissements destinés a l’instruction, et malgrez nos recherches, nous aurions encore tardé a y satisfaire si nous ne pensions que quelques articles moins elucidés ne devaient pas arreter notre travail. Nous allons Messieurs copier les demandes et donner les reponses. Nous ne savons pas forcer les administrateurs subordonnés parceque nous considerons que leurs travaux gratuits ne peuvent etre dus qu’a l’amour du bien public et que cet amour doit etre essentiellement libre.

301° Il faut distinguer les colleges et ecoles pour les individus du sexe masculin et ceux du sexe feminin.

31Pour les uns, il y a le collège de Sainte Croix l’école des pauvres, l’école dominicale.

  • 4 Ecole de Notre-Dame des Anges fondée en 1611 par Charlotte Françoise de Sepmeries. Les soeurs de c (...)
  • 5 Ecole fondée par les Soeurs Grises de Saint-François.

32Pour les autres l’ecole des ursulines, celle de la congregation4 et celle de St François de Sale5

33ainsi six etablissements publics.

  • 6 L’expulsion des Jésuites (1765) a libéré des locaux dans le collège de Sainte-Croix, que la munici (...)

342° Le magistrat et conseil de la ville de Valenciennes qui representaient la commune ont fondé le college en 1580 ; ils y ont etabli differents enseignements a differentes epoques : la peinture et sculpture en 1783, les mathematiques en 1782 puis l’architecture en 17896.

  • 7 La première leçon de l’école dominicale a lieu le 25 septembre 1584.

35L’ecole dominicale fut fondée en 15867 par la meme commune. Quant à l’ecole des pauvres on n’a pas pu decouvrir son origine mais il est a croire qu’elle fut fondée par le magistrat en 1530 tems ou il a reuni en une seule masse toutes les anciennes fondations charité et aumone et on voit qu’en 1673 c’etait les surintendants de l’aumone générale qui fournissaient à la dépense de cette école. Les ursulines et religieuses de la congregation ne furent admises en cette ville que sous la condition d’enseigner la jeunesse, leurs ecoles datent donc de leur etablissement en cette ville.

36Il en est de meme de celle de St François de Sales.

  • 8 Il s’appelait Grenet. Sa nomination en 1785 a étonné les contemporains. Un Valenciennois écrit : « (...)

373° Dans le college de Sainte Croix, l’instruction des humanités peut être confiée ou aux ecclesiastiques ou aux laïcs, elle l’etait aux ecclésiastiques, un seul laïc y enseignait la troisieme8. Les mathematiques, sculpture, peinture, architecture, y sont enseignées par des laïcs.

  • 9 L’enseignement du catéchisme était confié aux Jésuites qui quittent le collège le 1er avril 1765.

38L’ecole dominicale est desservie par des recolets depuis la suppression des jesuites9.

39L’ecole des pauvres par un laïc.

40On a vu cy devant que les ecoles des filles l’etaient par des religieuses.

  • 10 La rédaction de la réponse de la municipalité de Valenciennes se situe au lendemain du serment. Le (...)

41Actuellement le college est desservie par des mariés et des nonmariés, on a interdit l’habitation commune aux mariés, le departement a annullé la nouvelle institution et les officiers municipaux sauf le maire sont en représentation contre cette délibération du département10.

  • 11 A.D. Nord Placards 8178 no l 108. Lettres patentes confirmatives du collège, 12 décembre 1767.

424° Le traitement des professeurs des humanités dans le college de Sainte Croix est fixé par l’article 3 des lettres patentes du 12 de decembre 176711, ce traitement cependant qui suppose une vie commune devra etre changé, si la nouvelle nomination est unfïrmée parceque la vie commune n’aura plus lieu.

43Le preposé a l’ecole des pauvres reçoit annuellement cent florins du receveur de l’aumone generale et a son logement.

  • 12 Noms donnés aux maîtres et aux maîtresses de l’école dominicale à l’origine (cf. Pierrard..., p. 1 (...)
  • 13 Les sergents sont chargés de ramasser les enfants vagabonds et de les amener à l’école. Pendant le (...)

44L’ecole dominicale dans laquelle on n’enseigne plus a lire ni a ecrire mais simplement le catechisme, qui depuis le renvoi des jeésuites qui la desservaient gratuitement est confiée aux recolets dont deux reçoivent six francs a la noël. Les six maîtres et onze maîtresses, les recordeurs et les recordeuses12 recoivent, tous les jours d’ecole qui sont les dimanches, les maîtres trois patars chacun, les maitresses treize liards, les recordeurs quatre liards, les recordeuses trois liards. Depuis les maîtres ont 46 livres hainaut et les maîtresses 24 annuellement. Les sergents13 au nombre de trois qui sont presents pour contenir les enfants ont quatre patards. Le maître d’architecture avait 900 francs, celui de mathematiques d’abord 400 francs, ses appointements furent portés a six parcequ’il representa que les professeurs des autres sciences etaient païé plus largement, il fut ensuite reduit par ladite municipalité a 400 livres. Et celle actuelle crut pour l’avantage public et l’oeconomie reunir les chaires d’architecture et de mathematiques et fixer les emoluemens a 900 livres pour l’enseignement des deux sciences.

45Le professeur de peinture a annuellement la somme de 1200 francs. Celui de sculpture celle de 900 francs. Il y a outre ce un modele et un concierge qui recoivent le modele 400 et le concierge 300. Quant aux enseignemens confiés aux religieuses avant dites elles le remplissaient gratuitement et en execution des conditions de leur admission en cette ville.

465° La surveillance du college de Ste Croix et son administration sont determinées par les lettres patentes de 1763, le nouveau regime a laissé a la municipalité une administration qui lui appartenait parceque la commune etait fondateur et dotateur. Il y a un receveur particulier pour les biens de ce college qui gere sous les ordres de la municipalité.

47L’ecole dominicale etait regi par deux religieuses que le bureau municipal remplace.

48Il en est de meme de l’ecole des pauvres, de peinture et de sculpture, mathematiques et architecture.

49Pour l’enseignement des filles les superieures des maisons religieuses reglent et surveillent toujours cependant sous l’inspection de la police.

506° Dans le college destiné aux humanités on y enseigne la religion les langues française, latine, grecque et les belles lettres, jusqu’a present le degrés de l’enseignement y a été parfait il a produit nombre de sujet excellents en tout genre.

51On ne peut aussi que se louer de l’enseignement de la peinture et sculture dont on develope toutes les parties.

52Quant aux mathematiques et architecture, l’enseignement est si recent, il a été si peu frequenté et enseigné pour la premiere partie, si peu suivie pour la seconde tant pour le maître que pour les ecoliers qu’on ne pourrait en fixer le genre.

53A l’ecole dominicale on enseigne le cathechisme.

54A celle des pauvres a lire, ecrire et le catechisme.

55Dans les ecoles destinées aux seules filles, lire, ecrire, les premieres regies d’arithmetique forment tout l’enseignement.

567° Il l’est entierement parceque la commune y a pourvu par les avances qu’elle a fait, les paiements qu’elle fait et les conditions qu’elle a impose a la reception des communautés religieuses.

578° Les humanité durent six ans ; quant a l’academie de peinture, ecoles d’architecture, de mathematiques et autres la durée en est determinée par les differents reglements faits pour ces etablissements, mais les eleves y restent plus ou moins selon leurs dispositions. Il en est de meme pour les ecoles dominicales, des pauvres et autres.

589° Le college a son reglement qui repondra a cette question, il en est de meme des ecoles de peinture, sculture, mathematiques, architecture, on les joint.

59Quant a l’ecole dominicale on y enseigne tous les dimanches après la messe et l’apres diner apres vepres, deux recollets ont le grand enseignement, deux officiers municipaux tiennent la main a l’ordre, trois sergents de ville veillent et executent.

60Deux officiers municipaux tiennent aussi la main a l’ecole des pauvres, l’enseignement se donne tous les jours depuis midi et demi jusqu’a deux heures.

61Dans les ecoles des filles on enseigne tous les jours le matin depuis huit heures jusqu’a dix et demi sauf les dimanches et fetes et les aprés dîners depuis une heure jusqu’a trois et demi sauf lesdits jours mardy et jeudy. On y distingue meme l’ecole des pauvres ou tous les enseignements sont confondus et finissent plustot pour laisser le tems du travail.

  • 14 22 octobre 1790.

6210° Il y avait a cette epoque14 dans les humanités 134 ecoliers dont 24 logés au college, depuis paques et le renouvellement des professeurs il en reste 57 et un seul logé au college.

63Dans la classe du dessin et peinture 90 eleves, dans celle de la bosse et du model 24 en tout 114.

64A l’ecole de mathematiques 30 ecoliers et a celle d’architecture 14. Quant aux eleves des écoles des pauvres et dominicales le nombre varie chaque jour et ne peut meme pas etre deternimé par approximation. Il en est de meme des ecoles de filles.

6511° Au college de Ste Croix chaque classe des humanités peut contenir au moins 200 ecoliers ce qui fait 1200 pour les six classes. La classe de dessin peut en contenir 120, celle de la bosse et du modele 60 en tout 10.

66Les ecoles de mathematiques et d’architecture se tiennent dans le meme emplacement, il peut contenir 60 ecoliers.

  • 15 Ouvert en 1775.

67Tous ces etablissements existent au college ou il y avait encore un pensionnat15 dans lequel on peut loger commodement plus de cent ecoliers et on en logerait plus de deux cent moiennant quelques changements qui seraient peu fraieux.

68L’ecole dominicale peut contenir plus de deux cent ecoliers. Celle des pauvres cinquante.

69Les ecoles des filles aux ursulines peuvent contenir... aux dames de la congregation... a celle de St François de Sales...

7012° On reçoit les enfants au pensionnat a l’age de 8 ans et dans les humanités des qu’ils sont assez instruits.

71A l’academie de peinture et sculture a 7 ans.

72Il n’y a pas d’age fixé pour les mathematiques et architecture, ecole dominicale et des pauvres ainsi que les différentes ecoles de filles.

7313° Tous les batimens du college de Ste Croix sont en bon etat, les emplacemens sont destinés comme il est dit au logement des principal sous principal et professeurs seulement.

74L’ecole des pauvres est presque neuve.

75L’ecole dominicale se tient a l’hotellerie qui est un vieux batiment destinés a une classe de pauvre venants de citoiens bourgeois dechus.

76Les ecoles de filles sont neuves et aux communautés religieuses admises pour cet enseignement.

7714° Les revenus du college, ses ressources sont detaillés dans le tableau joint, ils fournissent aux depenses des humanités, peinture, architecture et mathematiques.

78L’ecole dominicale avait un revenu de 3715 florins legué par M. de Maude, ce revenu fut reduit par les remboursements et les pertes a 759 florins trois patards. La commune fournissait a certaines depenses qui furent rejettées par le grand conseil sur les revenus du college.

79Il en est de meme de l’ecole des pauvres.

80Les ecoles de filles n’ont aucun revenu particulier, les religieuses qui en sont chargées entretiennent a leurs frais les ecoles et l’enseignement.

8115° Le resultat de ce qu’on vient d’exposer prouve l’usage des revenus.

8216° On les trouve dans le tableau ci joint.

8317° Le dernier compte de l’administration du college a ete rendu pour 1788 le 5 fevrier 1791.

8418° Il n’y a aucun fonds en caisse.

85Les maire etc...

Etat des revenus et charges du collège de Valenciennes

Observations sur le present état

86Tous les revenus du collège quelconques ont été portés dans la recette à l’exception des 2000 fl. de rente que la ville lui doit et qu’elle ne lui paye plus.

  • 16 Marie-Thérèse, née en 1717, règne de 1740 à 1780. Le 13 septembre 1773, elle proclame la dissoluti (...)
  • 17 Les biens des Jésuites des Pays-Bas autrichiens situés dans le ressort du parlement de Flandre son (...)

87Les biens en rentes qui appartenaient à ce collège et qui étaient jesuites sous la domination de l’Impératrice Reine ont été saisis de son autorité16. Ceux que les jesuites de laditte domination possedaient en France ont été saisis par represaille en vertu d’un arret du Parlement qu’il fallait demander tous les ans17. On payait a ce college le montant des revenus saisis portant par année 1846 flo 17 p. 17 d. Cet objet ne sera-t-il pas dans l’ordre actuel des choses susceptible de quelques difficultés.

  • 18 Saint-Saulve, 2 km N.-E. de Valenciennes.
  • 19 Onnaing, 6 km N.-E. de Valenciennes.
  • 20 Quarouble, 8 km N.-E. de Valenciennes.

88Les communautés de Saint-Saulve18, Onnain19 et Quarouble20 doivent chacune une rente de 24 flo. pour le droit de crinquet consistant en toutes menus rentes qui se levaient sur chaque partie de terre et dont la collecte se faisait par les mayeur et gens de loi ce qu’ayant refusé de continuer et etant survenues d’autres difficultés ces rentes n’ont pas été payées depuis 1759.

89Le Mont-de-Piété de Valenciennes doit une rente de 12 flo 12 p. qui n’a pas été payée depuis plus d’un siècle.

90La rentrée due aux dames Semerriennes provient d’une somme de 30000 flo. qu’elles ont pretées aux jesuites à 3 pour % pour être employée à la construction des batimens neufs.

91Toutes ces dépenses portées pour ledit college sont effectives et on n’en connaît point d’autre mais comme il en est toujours d’extraordinaire et qu’il est impossible de prévoir on a porté pour cet objet 552 flo.

BIBLIOGRAPHIE

92Fontaine de Resbecq, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789..., p. 278-282 et p. 385-400 (document concernant l’école dominicale).

93J. Loridan, Les Ursulines de Valenciennes avant et pendant la Terreur, Paris-Lille, Desclées de Brouwer, 1901, 306 p. ; p. 37-48 : les écoles des Ursulines.

94P. Pierrard, « L’écolâtrerie de Saint-Jean et l’enseignement à Valenciennes des origines au début du XVIIe siècle », Mémoires du Cercle archéologique et historique de Valenciennes, t. III, 1957, p. 31-143.

95A. Lottin, « Contre-Réforme et instruction des pauvres, le rôle des écoles dominicales vu à travers les initiatives hennuyères et lilloises », Recueil d’études d’histoire hainuyère offertes à M.A. Arnould, Mons, 1983, 2 vol. , t. 2, p. 195-206.

96 L’Académie de peinture et de sculpture à Valenciennes au XVIII e siècle, catalogue d’exposition, Valenciennes, édition de la Société des Amis du Musée de Valenciennes, 1986, 115 p. ; p. 11-12 : histoire de l’Académie.

97 Valenciennes, collège Sainte-Croix dans Les collèges français..., t. 2, p. 668-675.

Notes

1 Les archives communales de Saint-Amand sont déposées aux Archives départementales du Nord.

2 Sur la revendication d’un collège à Saint-Amand, cf. Broutin, Projet d’érection d’un Collège en la ville de Saint-Amand en 1765, Bulletin de la Société d’Etudes de la province de Cambrai, t. I, 1899-1900, p. 217-226. Les auteurs de la réponse reprennent un voeu exprimé dans le cahier de doléances du tiers état de la ville (4 avril 1789).

3 Allusion aux élections partielles de novembre 1790 pour le renouvellement de sept officiers municipaux.

4 Ecole de Notre-Dame des Anges fondée en 1611 par Charlotte Françoise de Sepmeries. Les soeurs de cette communauté, appelées Sepmeriennes, s’affilient à l’ordre de SaintAugustin en 1670.

5 Ecole fondée par les Soeurs Grises de Saint-François.

6 L’expulsion des Jésuites (1765) a libéré des locaux dans le collège de Sainte-Croix, que la municipalité utilise pour y installer l’Académie de peinture et de sculpture, puis l’école de mathématiques et d’architecture.

7 La première leçon de l’école dominicale a lieu le 25 septembre 1584.

8 Il s’appelait Grenet. Sa nomination en 1785 a étonné les contemporains. Un Valenciennois écrit : « Ancien répétiteur très estimé et très suivi du pensionnat, c’est le premier professeur laïc marié qu’on vît occuper une chaire dans le collège », « Journal de Sohier-Chotteau » dans Loridan, « Valenciennes au XVIIIe siècle. Tableaux historiques et journaux inédits », Mémoires de la Société d’Etudes de la province de Cambrai, 1913, t. XX, 489 p. ; p. 417.

9 L’enseignement du catéchisme était confié aux Jésuites qui quittent le collège le 1er avril 1765.

10 La rédaction de la réponse de la municipalité de Valenciennes se situe au lendemain du serment. Le personnel, à l’exception de Grenet, a refusé le serment. Le 28 avril 1791, la municipalité expulse les réfractaires et nomme cinq régents, un sous-principal et un principal, tous laïcs. Le directoire du département, qui fait valoir ses droits à la nomination du personnel (loi du 22 décembre 1789 donnant aux administrations départementales « la surveillance de l’éducation publique »), annule la décision de la municipalité.

11 A.D. Nord Placards 8178 no l 108. Lettres patentes confirmatives du collège, 12 décembre 1767.

12 Noms donnés aux maîtres et aux maîtresses de l’école dominicale à l’origine (cf. Pierrard..., p. 131).

13 Les sergents sont chargés de ramasser les enfants vagabonds et de les amener à l’école. Pendant les leçons, ils doivent maintenir l’ordre (cf. Pierrard..., p. 135-136).

14 22 octobre 1790.

15 Ouvert en 1775.

16 Marie-Thérèse, née en 1717, règne de 1740 à 1780. Le 13 septembre 1773, elle proclame la dissolution de la Compagnie de Jésus dans ses états. Elle fait saisir leurs biens y compris ceux appartenant aux collèges français ex-jésuites (cf. Paul Bonenfant, « La suppression de la Compagnie de Jésus dans les Pays-Bas autrichiens 1773 », Mémoires de l’Académie royale de Belgique, t. XIX, fascicule 3, 1925, 262 p., p. 125-132).

17 Les biens des Jésuites des Pays-Bas autrichiens situés dans le ressort du parlement de Flandre sont saisis en 1773. Au terme de longues négociations avec le Comité jésuitique des Pays-Bas autrichiens, ils sont vendus en 1783 (A.D. Nord Placards 8179 Lettres patentes qui ordonnent la vente des immeubles que les Jésuites des Pays-Bas autrichiens possédaient dans le ressort du Parlement de Flandres et qui règlent l’emploi des deniers qui proviennent de cette vente, 5 mars 1783).

18 Saint-Saulve, 2 km N.-E. de Valenciennes.

19 Onnaing, 6 km N.-E. de Valenciennes.

20 Quarouble, 8 km N.-E. de Valenciennes.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540