Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

L'enquête

VIII. District de Lille

Texte intégral

1. La Bassée

1Réponse de la municipalité de La Bassée, 30 Novembre 1790

2(A.D. Nord L 8871/1)

3Département du Nord
District de Lille
Municipalité de La Bassée

4Questions sur l’etat actuel, le régime et les ressources du college de La Bassée

51° Ce college n’a jamais été appellé autrement que celui des Peres Augustins de la Bassée.

  • 1 L’initiative de la fondation du collège revient en fait au grand-bailli de la ville, De La Fosse, q (...)

62° Il doit son etablissemens à Mr de Gravet, abbé, et religieux de St Vaast d’Arras en 16271.

73° L’instruction a été dès son origine confiée aux Peres Augustins de la ci-devant province de Flandre et Wallone, qui furent appelés à cet effet, dans cette ville consequemment à des ecclesiastiques.

84° Ledit Sr. abbé fondateur à placé 18000 florins (de) Flandre en constitution de rente sur les Etats de la ci-devant province d’Artois, lesquels par differentes deductions que lesdites rentes à essuiée, ne produisent plus que huit cent livres de France pour la portion des regens ÿ attacher, sommes tres modiques, meme insuffisante si leur zele pour l’instruction de la jeunesse ne l’emportoit sur toute autre interet particulier.

95° La surveillance a toujours été soumis tant à l’instruction de leur superieur regulier qu’a celle des municipaux qui chaque année assistent à la distribution des prix qui sont conferés à ceux qui ont fait le plus de progrès dans le cours de l’année.

106° Le genre d’enseignement a toujours été conforme à ceux des autres colleges des villes voisines, et on ÿ enseigne ce qu’on appelle vulgairement les humanités depuis la septième jusque et compris la rethorique.

117° Cet enseignement est gratuit, il ne coute rien a l’administration générale de la ci-devant province, non plus qu’a la commune de cette ville, ce qui fait que lors de l’etablissement des pedagogues, il fut conservé dans son entier.

128° La durée de l’enseignement est depuis le premier octobre jusqu’au premier de septembre.

139° L’enseignement ainsi que les regens sont subordonnés à la police de leurs superieurs reguliers.

1410° Le nombre des eleves montoit autrefois à soixante dix et plus, mais les circonstances particulieres, specialement celles qui regnent aujourd’hui à diminué le nombre qui se monte à cette epoque à quarante ou environ.

1511° Les classes baties par ledit fondateur sont suffisantes pour un nombre plus considerable d’éleves qu’il ÿ eussent depuis son etablissement.

1612° Aussitot qu’ils ont l’age, et des qualités requises, c’est à dire quand ils savent lire et écrire, c’est ce qui depend de la volonté des parens.

  • 2 Un pensionnat ouvert en 1714 cesse de fonctionner en 1777.

1713° Les batimens sont en tres bon état et entretenus à leurs frais, sans rien exiger du public, tant pour l’enseignement que pour l’entretien desdits batimens de cet etablissement, tres utiles pour cette ville et les villages voisins, non seulement du departement, mais meme de celui du Pas-de-Calais, cet etablissement procure en outre aux habitans de cette ville une ressource à une certaine classe honete d’habitans par les pensions et demi-pensions des ecoliers2.

1814° Meme reponse qu’a l’article 4me.

1915° A usage cÿ dessus énoncée.

2016° Aucunes, si non l’enseignement et les reparations.

2117° Par l’etablissement dudit college, il n’en rendent compte à personne, si l’on excepte que cette pension est portée dans celui général de la maison.

2218° Meme raison que ci-dessus, ou il nÿ a point de revenus point de caisse depuis la cessation des paiemens de la derniere année par la suppression des Etats de la ci-devant province d’Artois.

Observation

23Et comme ce college est frequenté par presque tous enfans des fermiers, il en resulte un bien général et de ressources pour les habitans de La Bassée, ou il ne se trouve qu’un commerce en détail, c’est ce qui engage les peres et meres de venir vendre leurs grains et denrées aux marchés de cette ville, d’ÿ faire les amplettes necessaires pour l’entretien de leurs enfans et qui si La Bassée etoit sans college, les marchés aux grains et autres denrées deviendroient deserts et produiroit bientot la ruine totales des habitans.

24Fait en notre assemblé du corps municipal de la ville de La Bassée le trente novembre mil sept cent quatre vingt dix.

25J. Crespin

26Secrétaire greffier, par ordre.

BIBLIOGRAPHIE

27La Bassée, collège d’humanités dans Les collèges français..., t. 2, p. 376-377.

2. Lille

28Réponse du principal du collège de Saint-Pierre de Lille, 13 novembre 1790

  • 3 Claude Fleury (1640-1723), prêtre, auteur de nombreux ouvrages ayant pour thème l’histoire du droit (...)

29(A.D. Nord L 88703)

30Mémoire pour le college de Saint-Pierre de Lille en réponse à la lettre et aux questions adressées le 26 octobre 1791, par Messieurs les Administrateurs composant le directoire du district de Lille, au principal de ce College.

31Observation préliminaire

32On a placé en marge les 18 questions proposées par M.M. les Administrateurs. On s’est seulement permis d’en changer l’ordre qu’il eut été difficile d’adapter au plan qu’on a du se former en redigeant, non seulement pour répondre à ces questions, mais pour y suppléer, comme porte la lettre qui leur était jointe, si elles n’embrassaient point tous les objets relatifs au College, et ajouter même les observations necessaires pour mettre le Directoire du Département à portée de connaître cet etablissement dans les plus petits détails.

33On examinera

341° l’origine du College de Saint-Pierre de Lille, son ancienne célébrité, ses diverses dénominations.

352° ses améliorations successives jusqu’à nos jours.

363° son organisation, son régime actuel, son enseignement.

374° ses bâtimens, son local, son pensionnat.

385° ses revenus et leur emploi, ses annexes.

396° la nécessité de deux Colleges à Lille ou la conservation de celui de Saint-Pierre.

I. Origine du College de Saint-Pierre. Son ancienne célébrité. Ses diverses dénominations

  • 4 Claude Fleury (1640-1723), prêtre, auteur de nombreux ouvrages ayant pour thème l’histoire du droit (...)
  • 5 Cf. H. Platelle, Le temporel de l’abbaye de Saint-Amand des origines à 1340, Paris, Librairie d’Arg (...)

40Toute l’histoire nous rapporte la maniere dont s’est fait l’enseignement dans les differens siecles. Les anciens capitulaires des souverains et les canons de Conciles (a) chargeaient de l’instruction publique tous les corps ecclésiastiques ; « Il y avait de tous les tems, dit M. Fleury (b)4 des ecoles dans toutes les eglises cathedrales et dans les principaux monasteres. Celles de Saint-Amand5 célèbre sous la premiere race de nos Rois, ainsi que plusieurs autres, sont des preuves que l’histoire du pays nous fournit ; pour les chapitres de chanoines on trouve partout des Dignités, Ecolatres, des Prebendes préceptoriales, etc. En un mot, l’ancien droit commun, tant civil que canonique, imposait à tous ces corps l’obligation indispensable d’avoir chez eux des ecoles publiques et d’y entretenir des maîtres instruits.

41Ce sont ces ecoles anciennes que tous les historiens nous représentent comme des asyles où se sont conservées les lettre durant les siecles d’ignorance, qui comptaient dans leur sein des disciples de toutes les parties de l’Europe, et dont plusieurs ont donné naissance aux plus fameuses universités (c).

  • 6 Eglise Saint-Pierre de Lille. Cf. H. Platelle, « Le chapitre Saint-Pierre de Lille et son emprise s (...)

42Elles étaient encore dans la plus grande vigueur au milieu du onzieme siecle, epoque de la fondation de l’Eglise de Lille6 ; et l’on doit au chapitre de Saint-Pierre la justice de dire que, relativement à l’education de la jeunesse, il a rempli envers le public ses obligations dans toute leur étendue.

  • 7 Ce personnage est cité dans la chronique d’Heriman de Tournai écrite entre 1142 et 1146. Il n’est p (...)
  • 8 Hénault (1685-1770). Président au parlement de Paris. Auteur d’une production littéraire et histori (...)
  • 9 Jean-Luc d’Achery (1609-1685). Bénédictin, il publie en 1655-1677 un recueil intitulé Veterum aliqu (...)

43Immédiatement après son érection, ses premiers soins furent d’établir des ecoles, et d’y préposer un maître célèbre, connu dans l’histoire littéraire sous le nom de Raimbert7 M. le Président Hénault8, dans son Abrégé chronologique de l’Histoire de France place ce savant au rang des Grands-Hommes de son siecle ; et Stériman, dans le Spicilegium de dom Luc d’Achery (d)9 après une énumération de tous les pays, même de l’Italie méridionale qui envoyaient des disciples aux ecoles de Tournai, nous apprend que celles de Lille étaient alors en grande rivalité avec les premières.

44Il s’ensuit que les ecoles de Saint-Pierre ont eu un principe très légal puiqu’elles n’ont été établies qu’en exécution de toutes les loix civiles et ecclésiastiques qui étaient alors en vigueur.

  • 10 Johannés De Spauter (vers 1480-1520). Il enseigne les humanités en particulier à Bergues. Il est l’ (...)

45On voit encore en 1511, à la tête de ces ecoles, un personnage de réputation (e), le savant Despautere10 qui lui dédie un de ses ouvrages, en fait le plus bel éloge, jusqu’à dire que son nom répandu dans toute la France et dans toute l’Allemagne, était une preuve éclatante de son grans scavoir. Aussi le Chapitre, pour se procurer, n’avait-il épargné ni instances ni promesses.

  • 11 Cf. A. Lottin, « La vie religieuse » dans Histoire de Lille, t. 2, De Charles Quint à la conquête f (...)
  • 12 Buzelin (1572-1629). Jésuite, il réside presque constamment au collège de Lille. Il est l’auteur de (...)
  • 13 Cf. p. 166.
  • 14 Les Augustins s’installent bien à Lille en 1614. Mais ils obtiennent la permission d’enseigner le 5 (...)

46Les ecoles de Saint-Pierre ont subsisté seules dans la ville pendant quatre siècles et demi. Ce ne fut qu’en 1535, lorsque la grande population l’exigea, que fut établie la premier ecole latine du Magistrat11. Elle a été d’abord tenue par des maîtres laïcs ; et les Jésuites au rapport du P. Buzelin (f)12 en obtinrent la direction en 159213. Les Augustins en 1614 furent aussi admis aux fonctions publiques de l’Education14.

  • 15 Concile de Trente, 23e session De reformatione canon 18, 1563 (cf. Fontaine de Resbecq, Histoire de (...)

47Au reste la dénomination de colleges, dans le sens qu’on lui donne aujourd’hui, ainsi que la forme qui est propre à ces sortes d’etablissemens, n’avaient guère été en usage jusqu’alors. Les colleges, comme l’observe M. Fleury (ibid.) n’étaient dans l’origine que de simples « Hospices pour les religieux et les pauvres etudians qui allaient prendre des leçons aux Ecoles publiques... Là, on enseignait la Grammaire, la Dialectique, la Philosophie, la Médecine, les Canons et la Théologie ». Et l’on voit par les Monumens historiques que ces différentes sciences, excepté la Médecine, ont aussi été cultivées dans les ecoles de Saint-Pierre de Lille. Le chapitre, d’après les décrets du Concile de Trente15 reçus dans nos provinces, établit un chanoine théologal, qui allait y donner des leçons pour ceux qui se destinaient à l’etat ecclésistique ; et c’est à cause de cela qu’elles furent appellées pendant quelque tems Séminaires (g). Mais l’étude des langues formait toujours dans les Ecoles de Saint-Pierre la partie principale de l’enseignement public.

48Dans ce même tems, la coutume s’était déjà introduite en France d’enseigner dans plusieurs colleges ou hospices (h) ; et cet usage est devenu par la suite si général, surtout après l’établissement des Jésuites, que le nom de Colleges, adopté par cette Société, s’est communiqué à presque tous les lieux destinés à l’instruction publique. Peu de tems après, il s’opéra dans la plupart de nos ecoles, un changement plus essentiel : on jugea à propos d’y borner l’enseignement aux langues grecque et latine, à la rhétorique et à la dialectique, et de réserver aux Universités l’étude de toutes les sciences supérieures. Ce fut donc à cette époque que les ecoles Belgiques, ainsi limitées à l’étude des Belles-Lettres furent appellées Colleges d’Humanités, et ce nom inusité parmi nous jusqu’au milieu du seizième siecle, et qui n’est fondé que sur un barbarisme (i) l’emporta sur celui d’Ecoles, si célèbre autrefois dans Athènes et dans Rome.

49Il est donc clair que les ecoles de Saint-Pierre ont été de tous tems ce qu’on nomme aujourd’hui College d’Humanités ; et que cette dénomination moderne, bien loin d’avoir agrandi leur manière d’être, n’a fait qu’y restreindre les objets d’enseignement.

II. Ses améliorations successives jusqu’à nos jours

50Depuis cette epoque le chapitre n’a point cessé de travailler au bien de l’education, et de saisir tous les moyens qui pouvaient y contribuer. C’est dans cette vue qu’il s’adressa en 1567 au souverain pontife, Pie V, qui réunit au college de Saint-Pierre une prébende canoniale ; et Philippe II, roi d’Espagne et souverain des Pays-Bas, confirma cette réunion par Lettres patentes de l’année suivante. On convertit depuis une petite chapellenie en office qui servit d’honoraires au principal et l’on fonda successivement un très grand nombre de bourses en faveur des ecoliers indigens.

  • 16 Tiroux, auteur d’une Histoire de Lille publiée anonymement chez L. Prevost à Lille en 1730.

51Qu’il soit permis d’examiner un instant si le college procurait alors au public le bien qu’il avait droit d’en attendre. Voici le temoignage qu’en rend le sieur Tiroux en 1730 dans son Histoire de Lille16, et qui ne doit point paraître suspect : « c’est l’endroit de la ville, (dit-il, page 14) où l’on y enseigne le mieux les Humanités, tant par la maniere d’y faire expliquer les auteurs latins par les ecoliers a l’imitation de ces fameux colleges de France, dont ils expliquent la méthode et les rudimens, que par l’habileté des maîtres.

52En 1748, le desir d’ouvrir un azile plus ample et plus commode aux ecoliers pensionnaires fit reconstruire a grands frais la partie la plus considérable du college ; et lorsque la caisse fut entierement libérée, on erigea une chaire publique de sixieme, et même depuis (en 1781) une de septieme, specialement destinée à l’étude de la langue française qui etait trop negligée dans notre Province.

  • 17 Rolland d’Erceville, Compte rendu aux Chambres assemblées des différents mémoires envoyés par les U (...)

53On établit en même tems l’alternat entre les régens, d’après les principes lumineux développés par M. le President Rolland dans son compte rendu aux chambres assemblées au Parlement de Paris le 13 mai 176817 : de sorte que les régens de seconde et de troisieme roulent également entr’eux ; mais le professeur de rhétorique et le régent de septieme sont stables.

54Ce fut encore le college de Saint-Pierre qui fit revivre le premier dans notre ville l’étude des lettres grecques, et qui adopta un plan raisonné et suivi sur l’enseignement de la geographie, comme on peut en juger d’après le programme d’exercices. Deux professeurs sont chargés d’en donner des leçons les mardis, jeudis et vendredis depuis dix heures et demie jusqu’à onze heures et demie. On y admet non seulement les ecoliers du college, mais encore tous les jeunes gens de la ville que les parens veulent y envoyer. Le cours de cette étude est de deux années : le plus jeune professeur, qui est en même tems régent d’humanités, donne aux commerçans des leçons préliminaires sur la géométrie, puis sur la sphère, le globe terrestre et la géographie moderne ; tandis que les ecoliers de la seconde année reprennent sous l’autre maître (k) la même géographie moderne, ensuite l’ancienne, la chronologie et les principes de l’histoire.

55L’on peut juger de l’utilité des divers etablissemens qu’on vient de detailler par le grand nombre d’ecoliers qu’ils ont attirés au college de Saint-Pierre depuis (de) longues années. Ils étaient le 20 octobre dernier au nombre de deux cens six.

III. Son organisation. Son régime actuel. Son enseignement.

56Le college, ci-devant sous l’administration du chapitre et l’inspection de son ecolâtre, est desservi par un principal, un sous-principal, un professeur de rhétorique, six régens d’Humanités et un professeur de Géographie.

57L’usage du chapitre a toujours été de ne choisir pour instituteurs que des ecclesiastiques promus aux ordres sacrés et même prêtres (1). Ils n’ont pas leur pension au college et consequemment ils sont libres de n’y pas demeurer : la plupart vivent dans le voisinage, en pension ou en famille ; et l’on se rassemble souvent pour se concerter. Cette liberté dont jouissent les professeurs, loin d’être préjudiciable au college, lui est très-avantageux : l’union surtout et la bonne intelligence se maintiennent mieux entre tous les maîtres. L’on a vu bien des colleges ne devoir leur discredit qu’aux divisions domestiques qui y regnaient.

  • 18 Règlement d’études et de discipline pour les collèges du ressort du Parlement de Flandre, 13 août 1 (...)
  • 19 Règlement d’études et de discipline pour le collège de Saint-Pierre (18 articles), 30 septembre 178 (...)

58Le college est soumis au réglement d’études et de discipline qui a été homologué au Parlement de Flandres le 13 août 176818 et ensuite envoyé à tous les colleges du ressort. Il avait de plus un petit réglement particulier19, donné par le chapitre, explicatif du premier, dont il ne differe en aucun point essentiel.

59On y enseigne, outre les objets déjà détaillés les langues française, grecque et latine et toutes les parties de la littérature. L’enseignement y est gratuit.

  • 20 Catéchisme contenant en abrégé l’Histoire Sainte et la Doctrine Chrétienne, édité pour la première (...)

60Quant à la religion, on fait dans chaque classe les samedis et dimanches des instructions relatives a cet important objet. On explique et l’on fait apprendre aux plus jeunes le catéchisme du diocèse et l’historique de M. Fleury20, tandis qu’on développe aux trois classes supérieures les principes et les preuves de la religion naturelle et révélée. Le principal en outre est chargé les dimanches d’une instruction sur l’Evangile du jour, et il doit préparer pendant le Carême par des catéchismes journaliers les prétendans a la premiere communion. Tous les jours, après la classe, les ecoliers entendent la messe dans la chapelle du college ; et ils assistent aux vêpres les dimanches et fêtes : chaque mois ils s’approchent des sacremens.

61La septieme qui est séparée de la sixieme, n’étant qu’une classe preparatoire au cours d’humanités, le régent qui y est préposé commence ses leçons par les premiers élémens de la grammaire française : il ne donne a ses eleves les rudimens de la langue latine que vers Noël, lorsqu’ils savent parfaitement conjuguer en français, et expliquer toutes les parties d’une phrase quelconque. Ainsi l’on admet, dans cette classe tous les enfans qui savent lire et écrire sous la dictée.

62Le college fait avant Pâques et après l’Assomption des exercices publics sur toutes les parties de l’enseignement, notamment sur l’explication des auteurs grecs et latins propres à chaque classe ; ensuite se fait la distribution solennelle des prix en présence d’un concours très nombreux de personnes, lesquelles, on ne craint point de le dire, ont toujours témoigné leur satisfaction de la maniere dont les ecoliers répandent et déclament. Aussi est-il de fait que la déclamation, devenue aujourd’hui plus nécessaire que jamais, forme au college de Saint-Pierre une partie essentielle de l’education.

63Les classent s’ouvrent le 1er octobre, et se ferment le 24 août ; depuis Noël jusqu’à l’Epiphanie et pendant la quinzaine de Pâques, les ecoliers sont en vacances ; et ils ont congé les mardis et jeudis de l’année, l’après-dinée seulement. La durée des leçons journalieres est de deux heures tant le matin que le soir.

IV. Ses bâtimens. Son local. Son pensionnat.

64Les classes, au nombre de huit, placées au rez-de-chaussée, peuvent contenir chacune commodément soixante et dix ecoliers ; celle de septieme, sans être plus grande que les autres, peut en tenir jusqu’à cent parceque ses bancs forment un amphithéâtre. Elles sont exposées au midi, et une rangée de tilleuls les met à l’abri des trop grands chaleurs.

65Ces details ne peuvent être regardés comme minutieux ; l’administration qui les a demandés croit avec raison que rien n’est indigne de son attention, lorsqu’il s’agit du bien-être physique ou moral de la jeunesse confiée à ses soins.

66Les bâtimens sont dans le goût moderne, d’une grande solidité et en fort bon état. Le college a l’avantage d’être placé vers le centre de la ville et d’avoir deux entrées en différentes rues, l’une pour le pensionnat et l’autre pour les classes. Une cour étendue, garantie des vents du Nord par les bâtiments, reçoit, du côté opposé, le grand air d’une longue suite des jardins.

67Cette situation avantageuse, la commodité du logement, et surtout la discipline exacte que l’on tache de maintenir assurent à ce college un pensionnat suivi. Les pensionnaires ont tous une chambre particulière : ils étaient le 20 octobre dernier au nombre de quarante deux ; et l’on peut en loger soixante très aisément. Pendant les heures d’etudes, ils sont distribués en différentes salles, où l’inspection des maîtres ne se borne point à y entretenir le bon ordre : on leur fait une répétition suivie sur tous les devoirs de la classe ; et ils jouissent d’une petite bibliothèque commune relative à la religion, à l’histoire et aux autres objets de l’enseignement.

68Les pensions sont entierement au compte du principal, de sorte que tout l’ameublement du college lui appartient (m). Le chapitre n’a jamais jugé convenable de mettre les pensions en économat ; pour ne point exposer la caisse du college à une perte sensible, en cas de non réussite du pensionnat.

V. Ses revenus et leur emploi. Ses annexes

69Il n’est pas possible au principal de donner sur ces objets tous les renseignemens qu’il desirerait parceque la caisse n’était pas de son ressort ; il ordonne au college les menues reparations courants. Il devait pour les autres s’adresser à l’ecolâtre qui lui-même avait recours au chapitre, lorsqu’il s’agissait de dépenses considérables. L’administration appartenait donc au corps ; et les comptes du college, qui a son receveur et sa caisse particulier, se rendaient en présence de l’ecolâtre et des chanoines commissaires, nommée à cet effet.

70Les revenus du college consistent : 1° dans le produit d’une prébende canoniale avec tous ses fruits et emoluemens quelconques, même distributions quotidiennes et horaires.

71On ne parle point ici de ses charges, parcequ’on ne verse dans la caisse particuliere du college que le produit net de la prébende. Le produit net, évalué (année commune) dans les déclarations du chapitre à 5500 livres de France ou environs, sert à payer les appointemens du sous-principal et des professeurs, ainsi qu’il suit :

le sous-principal perçoit annuellement

150 livres de France

le professeur de rhétorique

600 livres de France

les régens de seconde

et troisieme chacun

400 à 800 livres de France

Ceux de quatrieme, cinquieme,

sixieme et septieme chacun

300 à 1200 livres de France

Le professeur de géographie

100 livres de France

2850 livres de France

72Le reste de la prébende est employé à l’entretien des bâtiments, aux dépenses relatives aux exercices publics, telles que frais d’impression, musique, distribution des prix et autres objets semblables que l’on trouvera détaillés dans les comptes.

73Le dernier compte rendu est de trois années, et comprend l’échéance de Saint-Jean 1788 ; le boni se trouve à cette époque de 7110 livres parisis 16 sols 8 deniers.

74On présume que ce boni doit être actuellement augmenté.

  • 21 Nord, 4 km N.-E. de Lille.
  • 22 Nord, 11 km N.-N.O. de Lille.
  • 23 Nord, 9 km N.-N.O. de Lille.

752° L’on doit compter parmi les revenus du college le produit d’un office qui tient lieu d’honoraires au principal, vu qu’il ne perçoit rien sur la caisse du college. Les biens en sont sous sa régie : ils consistent en un bonnier de terres labourables situées à Lambersart21, onze cens de prairies situés à Quesnoy-sur-Deule22 et quelques rentes sur des terres situées à Prémesques23 ; et ils forment un revenu net annuel de 200 livres 17 sols de France, déduction faite des vingtiemes royaux et de la rétribution de 104 messes que le principal doit décharger annuellement pour le fondateur.

  • 24 Deûlemont, 16 km N.-O. de Lille.

76Les annexes du college consistent en treize fondations differentes qui forments un grandnombre de bourses en faveur des ecoliers pauvres. Ces fondations qui étaient sous l’administration du chapitre, sont tenues par le receveur du college, toutes dans des caisses particulieres. Les treize derniers comptes en ont été pareillement rendus pour trois années, comprise la Saint-Jean 1788. Finalement la dignité ecolâtrale a aussi ses biens particuliers régis par l’ecolâtre ; ils consistent en six bonniers de terres labourables situés a Deulesmont24.

VI. Nécessité de deux colleges à Lille, ou conservation de celui de Saint-Pierre

77Après avoir taché de satisfaire à la lettre de Messieurs les Administrateurs, qu’il soit permis d’entrer dans une discussion qui ne lui est point étrangère. On croit donc devoir examiner la double question de savoir si la conservation des deux colleges de Lille est necessaire au district ; et au cas qu’il n’en fallût qu’un lequel des deux de celui de Saint-Pierre, ou de celui de la ville devrait avoir la préférence. D’abord cette question ne parait pas pouvoir regarder le moment actuel, puisque les décrets de l’Assemblée nationale, concernant l’aliénation des biens nationaux ont toujours excepté provisoirement les biens des colleges et des hôpitaux et qu’ils ont même mis expressément sous l’administration des directoires de districts les colleges ci-devant administrés par les chapitres (n). Ainsi l’on a lieu d’esperer que Messieurs les Administrateurs n’accepteraient point de souscription sur la totalité des biens du Chapitre de Saint-Pierre, qu’au préalable ils n’eussent mis à l’écart une portion de revenus équivalente au produit d’une prébende dont jouit le college de Saint-Pierre, ou que leur sagesse ne leur eut suggéré quelqu’autre moyen provisoire.

78Après cette réflexion, l’on n’hésite point d’avancer que le bien de l’education publique exige à Lille deux colleges.

  • 25 Ph. Marchand, Depuis les Pays-Bas autrichiens et les Provinces-Unies, des parents écrivent au princ (...)

79La grande population de la ville et du district, les relations de commerce que cette ville frontiere entretient non seulement avec tout le département, mais encore avec les Pays-Bas et l’Angleterre attirent dans nos colleges beaucoup d’ecoliers etrangers25. Les familles les y placent avec d’autant plus de confiance qu’elles trouvent ici des correspondans qui se chargent de les surveiller ; et ces services rendus par nos negocians ne servent qu’à resserrer les liens du commerce.

  • 26 Les Brigittins desservent le collège d’Armentières ; les Récollets ceux de Tourcoing (cf. p. 190-19 (...)

80D’ailleurs si les colleges d’Armentieres, de Tourcoing, de La Bassée, d’Estaires26 qui sont desservis par des réguliers se trouvaient supprimés, le nombre de nos ecoliers ne pourrait qu’augmenter. Il est vrai que les habitans de la campagne n’auront plus la prespective de placer leurs enfans dans des maisons religieuses ; mais ils auront d’un autre côté la juste ambition de les voir un jour élevés à toutes les places auxquelles le nouvel ordre des choses les appelle, et ils sentiront sans doute que leurs dispositions naturelles ayant été développées dans les colleges, ils auront dans les elections un grand avantage sur les autres et n’en seront d’ailleurs que plus capables d’exercer leurs fonctions. L’on s’apperçoit même dès à présent qu’on sent à la campagne plus que jamais le besoin de s’instruire.

81Supposez un seul college dans cette ville ; si l’enseignement y languit, sera-t-il toujours bien facile d’y porter remède ? et s’il perd la confiance du public, quel part prendront les citoyens à qui leurs facultés ne permettront pas d’éloigner leurs enfans ?

82Deux colleges au contraire entretiendront entre eux une noble rivalité ; ils se copieront l’un l’autre dans toutes les bonnes choses pour ne point rester en arrière ; et les parens auront la faculté précieuse du choix. Le choix produira entre les deux colleges l’émulation la plus continue et la plus puissante, parcequ’ils auront pour juger la voix publique qui ne se trompe guères et que le nombre de leurs disciples sera le signe infaillible de leurs succès.

83Si malgré ces raisons l’administration était déterminée soit de son propre mouvement soit par les décrets de l’Assemblée nationale à ne conserver qu’un college dans cette ville, celui de Saint-Pierre parait avoir des titres pour mériter la préférence. Depuis l’an 1090, il s’est maintenu on ose le dire avec honneur pendant le long espace de sept siècles et il a subsisté seul pendant quatre siècles et demi ; son emplacement est sans contredit beaucoup plus avantageux aux famille qui y envoient leurs enfans ; il a de plus un pensionnat suivi ; et il croit pouvoir citer en sa faveur la confiance publique, vu que le nombre de ses ecoliers est double de celui de l’autre college.

84Ce serait une puerilité que de lui objecter sa qualité de ci-devant college de chapitre puisqu’il est aujourd’hui college de district ; et qu’il a d’ailleurs toujours été à l’usage de la nation, c’est à dire un lieu public destiné a instruire la jeunesse du pays dans les sciences et dans la vertu ; et s’il n’avait pas existé, la ville était en droit d’exiger que le chapitre le fondât puisque comme on l’a démontré il y était rigoureusement obligé par toutes les loix de l’Eglise et de l’Etat.

85Il est vrai que ses biens sont la plupart restés impartis et confondus avec ceux du chapitre parceque dans la collegiale de Lille les prébendes n’ont jamais été divisées ; mais rien n’est plus facile que d’en extraire une part suffisante.

86Ne proviennent-ils pas de la suppression d’une maison religieuse ; et n’ont-ils pas été consacrés, comme ceux de l’autre college à un usage public, celui de l’éducation ? Les biens des deux colleges se trouvent donc à cet égard dans la même catégorie ; et la question se réduit à savoir auquel des deux on assignerait les fonds nécessaires à sa conservation.

87Il n’est point improbable que l’Assemblée nationale pour mettre dans le commerce un plus grand nombre de biens de mainmortables décrétera la vente de ceux qui appartiennent aux fabriques, hôpitaux et maison d’education, en chargeant les directoires d’en employer le produit dans des acquisitions de rentes, ou en assûrant tout autre moyen de pourvoir à l’entretien des etablissements publics. Dans ce cas les biens des deux colleges seraient également soumis à l’alienation.

  • 27 A la date de l’enquête, Lille ne possède plus que deux collèges, le collège des Augustins ayant ces (...)

88Quoiqu’il en soit, si cette grande ville se trouvait reduite à n’avoir plus qu’un seul college au lieu de trois qu’elle avait autrefois27, celui de Saint-Pierre ose esperer de réunir les suffrages du public en sa faveur ; et il prie Messieurs les administrateurs, composant le directoire du district de Lille de vouloir protéger un establissement spécialement confié par les décrets de l’Assemblée nationale.

Lille, ce 13 novembre 1790
J.B.J. Lienard, prêtre, licentié en théologie,
principal du college de Saint-Pierre de Lille.

  • 28 Capitulaire Admonitio Generalis, Aix-la-Chapelle, 789. Dans ce vaste programme de réformes, Charlem (...)
  • 29 Capitularie de Théodulfe, évêque d’Orléans (750-821). Dans ce recueil de préceptes, conseils et dir (...)
  • 30 5'Concile du Latran, 9e session (1514). De la réforme de la curie.
  • 31 Concile de Cambrai, article III, canon 1, Des écoles. Le concile de Cambrai se tient en juin-juille (...)
  • 32 Paul-François Velly (1709-1759), auteur d’une Histoire de France jusqu’au règne de Charles IX.
  • 33 François de Zypaëus (1578-1650). Tout en poursuivant une carrière d’ecclésiastique dans le diocèse (...)

89(a) Capitular. Acquis.-Gran. An 78928 Capitul. Theodulf. An. 797. c. 2029. Conc. Lateran V. Sess. 9 de Reform, curia30. Conc. Camerac. Art. 3. c l31. Voir Les discours de M. Fleury sur l’Hist. ecclés. L’Hist. de France par M. Velly32, L’Hist. littér. etc., v. aussi Zÿpaus, consult, can. LV de Magistr.33.

90(b) Instit. au droit ecclés. Part I. C. 20.

  • 34 Antoine Gaspard Boucher d’Argis (1708-1791). Juriste, il publie l’Institution au droit ecclésiastiq (...)

91(c) L’Université de Paris, entr’autres, qui est la plus ancienne de toutes tire son origine de l’Ecole de l’Eglise de Paris. Voir M. Boucher d’Argis34 dans ses Notes sur M. Fleury, ibid.

92(d) T. II, page 889.

  • 35 Cf. note 7.

93(e) Jacobus Papa. V. Despaut. Comm, gramm. p. 58635.

  • 36 Cf. note 9.

94(f) Gallo. Fland. L-II. C. 35 ; et Annal, L-XII36. Elle était située rue des Malades. Ce ne fut qu’en 1611, lors de l’agrandissement de la ville que les Jésuites furent transférés dans la rue qui porte leur nom.

  • 37 Cf. note 12.

95(g) L’on sait qu’en stile de compte les anciens termes sont toujours scrupuleusement conservés par les receveurs et leurs copistes. Voilà pourquoi les comptes du college sont encore intitulés comptes du séminaire. Le Chapitre eut d’abord intérêt d’adopter ce titre afin de se soustraire à la contribution exigée par le Concile de Trente (session 23 de Reformat, cap. 18)37 pour l’érection des nouveaux séminaires, qu’il ordonne par ses décrets. Il ne faut point au reste confondre ces séminaires établis par le Concile avec nos séminaires épiscopaux d’aujourd’hui puisqu’on y enseignait la grammaire, et qu’on y recevait les enfans dès l’âge de douze ans pourvu qu’ils sussent lire et écrire ; qui legere et scribere competenter noverint (conc. Trid. ibid.).

96(h) M. Fleury, ibid.

  • 38 Collège de Saint-Pierre fondé en l’an 1090.

97(i) Le mot latin collegium pouvait à la vérité convenir à la Société des Jésuites, uniquement considérée comme Société ; mais il n’a jamais pu signifier un lieu public d’enseignement. Les Romains à l’imitation des Grecs, appelaient ce lieu Schola qui signifie otium, loisir, repos ; ou ils lui donnaient la dénomination latine de ludus parcequ’ils regardaient l’étude des Lettres comme un jeu et un délassement. Au reste, le College de Saint-Pierre s’est conformé dans le tems à l’usage qui a prévalu ; et on lit au dessus de sa porte principale : Collegium Sancti Petri fondatum anno 109038.

98(k) Le Sr. Clarisse, ancien principal du college. C’est à son intelligence et à ses soins qu’on est particulièrement redevable de ces leçons ; il donne les siennes depuis 7 ans par pur zèle, sans en retirer aucun émoluement.

99(l) On ne peut citer qu’un seul exemple où le Chapitre ait confié même pendant peu de tems la chaire de Rhétorique à un laïc ; encore a-t-on cru d’abord qu’il se destinait à l’état ecclesiastique.

100(m) Il en faut excepter les bancs, tables communes, armoires attenantes aux murailles, et ce qui concerne la chapelle, la sacristie et les classes.

  • 39 2 novembre 1789.

101(n) Décret sur la vente des biens nationaux, art. XIV39.

BIBLIOGRAPHIE

102E. Hautcœur, Histoire de l’église collégiale et du chapitre Saint-Pierre de Lille, Paris, 1896-1899, 3 vol. , XII-480 p., 473 p. et 561 p.

103Lille, collège de Saint-Pierre dans Les collèges français..., t. 2, p. 428-433.

104Observations de Lepan, principal du collège de la ville de Lille, sans date

105(A.D. Nord B 19 803)

106Réponses du collège de Lille

107Observations du principal

108Le bien de la chose m’ayant paru exiger et plus de nettete et plus de developpement je me suis occupé de cet objet de maniere a satisfaire le bureau mercredi prochain.

  • 40 Lepan Jacques Marie Joseph, principal du collège de Lille de 1767 au 12 janvier 1791.

109Le Pan40, principal

1101° Le college de la ville.

  • 41 Lettres patentes confirmatives du collège de Lille, 12 décembre 1767 (A.D. Nord Placards 8351 no 5)
  • 42 Lettres patentes pour la translation de l'hôpital militaire de la ville de Lille dans les bâtiments (...)

1112° Le college a remplacé les jesuites le 1er avril 1765 en execution de l’édit du mois de fevrier 1763 : il a été confirmé par lettres patentes du roi du 12 décembre 176741 et transféré place aux Bleuets par celles du 3 juin 178142.

  • 43 Seconde.

1123° L’instruction est confiée a des ecclesiastiques scavoir un principal un sous-principal, un professeur de rhetorique et cinq regens d’humanités pour les 2de43, 3e, 4e, 5e et 6e classes et un pour la septieme etablie provisoirement par le bureau de l’administration qui nomme les principal et professeurs : le sous-principal est au choix du principal ainsi que les sous maîtres et les domestiques (voir l’edit art. 16 et 18).

1134° Le principal jouit par an de 1500 livres, le sous-principal de 1200 livres, le professeur de rhetorique 1200 livres, le regent de seconde 1000 livres, le regent de 3e de 1000 livres, celui de 4e de 900 livres, celui de 5e de 900 livres, celui de 6e de 900 livres.

  • 44 En marge de la réponse de Lepan.

en execution de l’article III des lettres patentes qui permet que lesdits appointemens soient augmentes (lorsque les revenus du college pourront le comporter) de la somme de deux cens livres par an. Et par l’article VII il pourra être accordé après 20 années de services quatre cens livres de pension emerite44.

114Celui du 7e a 400 livres.

115Outre ce, ils sont logés dans le collège, vivent en commun et sont nourris aux frais de l’administration le tout conformement aux dites lettres patentes du 12 decembre 1767.

  • 45 L’évêque de Tournai.

1165° Le college, sous la juridiction, autorité et surveillance de la cour du ci-devant Parlement, est confié a un bureau d’administration composé de l’Evêque45 ou de son representant, du premier juge royal, du procureur du Roi, de deux officiers municipaux, de deux notables et du principal du collège conformement à l’édit du mois de fevrier 1763 (articles III et VI). Ce bureau a un secretaire aux gages de 300 livres et un receveur, voir article VII du dit edit.

  • 46 Réglement d’études et de discipline pour les collèges..., 13 août 1768.

1176° On y enseigne les humanités juqu’à la rhetorique inclusivement conformement au Plan d’études de l’université de Douai homologué le 13 août 1768 pour tous les colleges du ressort46.

1187° L’enseignement est gratuit en conformité de l’article IV des lettres patentes du 12 decembre 1767.

1198° La duree est annuelle sauf les temps de vacances et les congés fixés par un réglement de l’université de Douaÿ homologué en Parlement le 13 août 1768 avec ledit Plan d’etudes calqué sur celui de l’Université de Paris.

1209° Les sous-principal et régens surveillent les ecoliers avant, après et pendant les classes, et le principal a la surveillance générale.

et remplit les fonctions de Pasteur dans la chapelle du college les dimanches et jours de fête, a l’égard des ecoliers externes et pensionnaires quand il y en a

12110° A l’epoque de la rentrée des classes au 1er octobre il se trouvait cent quarante sept externes et point de pensionnaires ; le pensionnat a été supprimé par délibération du bureau du 18 août 1789 attendu que le nombre des pensionnaires n’etait point suffisant pour subvenir aux frais qu’il occasionnait.

12211° Chaque classe peut contenir cinquante à soixante eleves. Outre le logement des principal, professeurs et regens on compte trente huit à quarante chambres de pensionnaires qui sont très belles et en bon air. Et les batimens sont distribués de façon qu’on pourrait facilement en augmenter le nombre. Il ÿ a de plus une chapelle et deux infirmeries très commodes, un refectoire et tout ce qui est relatif a un pensionnat (belle cour et jardin).

12312° Les eleves sont reçus dans les classes (à) Page de sept a 8 ans les pensionnaires pourraient y etre reçus au college comme par le passé à 5 ou 6 ans (il y a un emplacement commode pour les enfans de cet âge séparé des autres elèves).

12413° Les batimens sont en bon etat et le college consiste en plusieurs cours dont une vaste entourée de batimens enoncés dans la reponse a l’article 11°. (La seconde cour etait destinée aux recréations des pensionnaires quand il ÿ en avait).

  • 47 Secrétaire du bureau d’administration.

Avis a M. Cambier47 qu’il est inutile de parler de ce qui n’existe plus. C’est actuellement un jardin.

12514° Les biens et revenus du collège montent année commune à environ vingt mille florins.

12615° Ils sont emploiés au payement des honoraires de tous les instituteurs, à leurs nourritures et à l’entretien des batimens, maisons, fermes et autres charges aux quelles sont soumis les dits biens.

  • 48 L. Mahieu, Les pensions des Jésuites...

12716° Les charges sont une rente perpétuelle de deux mille livres par an envers le collège de Maubeuge, le contingent du collège pour la pension des ci-devant jesuites48, des rentes viageres d’environ douze cent livres, outre les bourses conferées aux ecoliers meritants et de plus quelques autres charges de moindre consequence.

Outre ces revenus les pauvres ecoliers ont quelques biens particuliers à eux que l’on distribue chaque mois, et autrement aux premiers des classes, etc... La Bourse commune des Pauvres fournit encore pour 4 pauvres ecoliers du college de Lille en rhetorique sde ou 3e environ 100 florins et outre ces secours l’abbaye de Phalempin dispose de plusieurs bourses dont le college a obtenu deux cette année pour la philosophie à Douai.

12817° Les derniers comptes ont été rendus le 18 novembre 1789 et le 10 mars 1790 : le premier concernant le collège et le second concernant l’ancien pensionnat.

12918° Le dix huit novembre jour du dernier compte rendu, l’excedant de la recette etait de 13103 florins 3.6. de laqu’elles on a placé sur la municipalité de cette ville douze mille florins en rentes heritieres pour fonder deux bourses en faveur des ecoliers qui vont etudier en philosophie.

130L’on verra que j’ai voulu entreprendre de corriger ce projet de réponses ; mais la plupart des articles étant manqués j’ai été obligé de refaire le tout à neuf. J’aurai l’honneur de présenter mon travail au bureau.

  • 49 Le collège de Saint-Pierre.

131Une reflexion essentielle, c’est que, par les Réponses, il faut montrer l’utilité et la perfection d’un etablissement, auquel on voudrait dans ce moment en preferer un autre49, parce qu’il est plus ancien et qu’il a des amis qui on conjuré la perte du nôtre sous le point de vue qu’il y a un pensionnat à Saint-Pierre...

  • 50 Membre du bureau d’administration du collège.

132M. Fremicourt50 sent déjà tout le poids de cette reflexion.

133Réponse des administrateurs du collège de la ville de Lille, sans date

134(A.D. Nord L 8869 ; A.C. Lille 17956/2)

135Département du Nord
District de Lille
Municipalité de Lille

136Questions sur l’Etat actuel, le régime et les ressources du Collège de Lille

1371° Ce collège autrefois desservi par les Jésuites est appellé le Collège de la Ville.

1382° Il a été fondé par les officiers municipaux en 1592 et depuis la sortie des Jésuites il a été ouvert le 1er avril 1765 et confirmé en 1767 dans le même emplacement, d’où en 1781, il a été transferé dans les bâtimens de l’hôpital militaire.

1393° Elle est confiée à des personnes ecclésiastiques.

1404° Les appointemens sont fixés ainsi :

ceux du principal à

1500 livres

du sous principal à

1200 livres

du professeur de rhétorique à

1200 livres

du regent de seconde à

1000 livres

du regent de troisieme à

1000 livres

du regent de quatrieme à

900 livres

du regent de cinquieme à

900 livres

du regent de sixieme à

900 livres

du regent de septieme etabli

provisoirement par le bureau à

400 livres

total

900 livres

141Les dits maîtres sont en outre logés dans le collège et y vivent en commun aux frais de l’administration ; ils ont la perspective d’une pension émérite de 400 livres.

1425° Il a été jusqu’ici surveillé par le Parlement et administré par un bureau composé de l’Evêque ou de son représentant ; du premier juge royal ; du procureur du Roi ; de deux officiers municipaux ; de deux notables habitans et du Principal avec un secrétaire.

1436° On y enseigne les humanités jusqu’à la rhétorique inclusivement c’est à dire que outre les connaissances des langues française, latine et grecque avec l’enseignement suivi de la religion, on y donne des leçons de goût et des notions historiques et géographiques.

1447° Il est absolument gratuit.

1458° Sa durée est annuelle, sauf les tems de vacances et les congés fixés par les reglemens.

1469° Son régime et sa discipline tant scholastique qu’intérieure sont reglés par l’edit de février 1763, par les lettres patentes du 25 février 1765 et du 12 décembre 1767.

14710° Il y avait 149 ecoliers externes. Le pensionnat a été suspendu par délibération du bureau du 18 aoust 1789, attendu que le nombre des elèves n’etait pas suffisant pour subvenir aux frais.

14811° Chaque classe peut en contenir environ 50. Celles de sixiéme et septiéme en recevraient plus de 100. En outre les logemens des instituteurs, les dortoirs contiennent 57 chambres pour les elèves. Les bâtimens sont distibués de façon qu’on pourrait aisément en augmenter le nombre. Il y a de plus une chapelle, une salle d’exercices, deux infirmeries et tout ce qui est relatif à un pensionnat.

14912° Les ecoliers sont admis dans les classes dès l’âge de 7 à 8 ans.

15013° Les bâtimens sont en bon état et situés entre cour et jardin, le surplus énoncé dans la réponse à l’article 11.

15114° Les biens consistent en fonds de terres, maisons et rentes dont les revenus montent, année commune, à vingt cinq mille francs ou environ, sans y comprendre la caisse particulière des pauvres ecoliers qui porte annuellement quatorze cent livres.

15215° Ils sont employés au payement des honoraires des instituteurs, à leur nourriture, et à l’entretien des bâtimens, maisons, fermes et autres charges auxquels sont soumis ces biens.

15316° Ces charges sont 1°) une rente perpétuelle de 2000 livres par an envers le college de Maubeuge. 2°) le contingent du collège pour la pension des ci devans jésuites. 3°) des rentes viagères d’environ 1200 livres. 4°) les bourses que le bureau a établies et qu’il confere à des ecoliers méritans avec quelques autres charges de moindre conséquence 17° Le 18 novembre 1789 et le 10 mars 1790. Le premier concernant le collège et le second concernant l’ancien pensionnat.

15418° Au dernier compte l’excédent de recette était de seize mille trois cent soixante dix huit livres dix neuf sols trois deniers dont on a placé sur la ville de Lille quinze mille livres en rentes héritières pour la fondation de deux bourses.

BIBLIOGRAPHIE

155Ph. Marchand, Recherches sur l’histoire de l'enseignement au XVIIIe siècle. Le collège de Lille, 1er avril 1765-10 nivôse an V (30 décembre 1796), thèse de 3e cycle, 1971, 816 p. dactyl, et 1 vol. annexes (consultable A.D. Nord, 3 J 321, 1 et 2).

156Lille, collège de la ville dans Les collèges français..., t. 2, p. 434-439.

157Réponse de l’école de mathématiques, 26 octobre 1790

158(A.C. Lille 17956/2 ; A.D. Nord L 8877/2)

159Departement du Nord District de Lille

  • 51 Pour respecter l’ordre chronologique, la publication des réponses des écoles publiques de dessin, d (...)

160Reponses du professeur de mathematiques dans l’ecole public de l’académie des arts de la ville de Lille aux questions faites sur l’etat actuel, le regime et les ressources de cette ecole, par le Directoire du Departement du Nord du 26 octobre 179051.

  • 52 L’expression « Académie des Arts » est utilisée à partir de 1766 quand les trois écoles sont réunie (...)
  • 53 Allusion à la fondation d’une Académie de Peinture et de Sculpture, le 29 juillet 1775.

1611° Les ecoles de dessein, d’architecture et de mathematiques sont etablies dans la ville de Lille sous le nom d’Academie des arts52 : parcequ’on a joint a cet etablissement une association academique53 de differens artistes dont la reception et aggregation est sujette a certaines formalites, et dont le mode a été etabli dans le tems par MM. les Magistrats ainsi chaque professeur doit s’intituler : professeur... dans l’ecole publique de l’academie des arts.

1622° L’ecole de dessein à été etablie en 1755 par une ordonnance du Magistrat du cinq fevrier, en 1761, on y ajouta une lecon d’architecture et en 1762 on y joignit une lecon de mathematiques. Ce ne fut que plusieurs années après que l’on y ajouta l’association academique dont j’ai parlé cy dessus.

  • 54 Le Tilier, peintre lillois.
  • 55 Guéret, professeur et directeur de l’école de dessin de 1756 à 1775.
  • 56 Louis Watteau (1731-1798), professeur adjoint de Guéret en 1770, il lui succède en 1778.
  • 57 Thomas François Joseph Gombert (1725-1801), descendant d’une célèbre dynastie d’architectes lillois (...)
  • 58 Nicolas Joseph Saladin, professeur de l’école de mathématiques dès son ouverture.

1633° L’instruction a toujours été confiée a des laïques ; l’enseignement de l’ecole de dessein a d’abord été confie au Sr. Tillier54, peintre, auquel le Sr. Queret55 aussi peintre succeda peu de tems apres. Le Sr. Vatteau56, actuellement professeur suceda au Sr. Queret. L’ecole d’architecture a été confiée dans son origine au Sr. Gombert pere57 ; le Sr. Lietard, actuellement professeur, lui a succedé. Le Sr. Saladin58, medecin, a été jusqu’ici le seul professeur de mathematiques.

  • 59 Des exercices publics et des concours clôturent l’année scolaire dans les trois écoles à la veille (...)

1644° Le professeur de mathematiques a une pension de 450 f. a laquelle on à ajouté sur une requete qu’il a presentée en 8bre 1778 et qui fut repondue le 20 janvier 1779 une gratification annuelle de 150 f. a cause des theses qu’il fait soutenir chaque année a la Saint-Luc59 ; cela forme un total de 600 f. ; il y a long tems que ce professeur a reclamé auprés des anciens magistrats tant sur la modicité de cette pension, que sur la disproportion a l’egard de celle des autres professeurs, pour quatre jours de lecons par semaine que l’on exige de lui, et de lecons très difficiles a donner ; mais cette justice quelquefois promise, a toujours été retardée et n’est pas encore rendue. Il espere que la nouvelle municipalité lui sera un jour plus favorable.

  • 60 L’administration des trois écoles est confiée à une commission de huit membres choisis par le magis (...)

1655° Sous la surveillance du corps municipal et administrés par ses commissaires60.

1666° On y enseigne tout ce qui a rapport aux mathematiques sans exception. Les programmes des exercices publics que l’on joint a ces reponses feront connaître mieux qu’une longue explication.

1677° Absolument gratuit.

1688° Les lecons se donnent le mardi et les trois derniers jours de la semaine, le soir, depuis cinq heures jusqu’à sept, l’hyver, et depuis six jusqu’a huit l’été.

  • 61 Ordonnance en forme de réglement pour les Ecoles de Dessin, d’Architecture et de Mathématiques, 8 o (...)

1699° On trouve dans le recueil aux ordonnances imprimées du magistrat de Lille tout ce qui concerne cette question, il seroit trop long de transcrire ces ordonnance et même de les extraire61.

17010° Le vingt octobre etoit le tems de la distribution des prix par consequent il n’y avoit plus d’eleves. L’enseignement chaque année commence a l’epoque de la Saint-Luc. Pendant l’année commencée en octobre 1789 et finie en octobre 1790, le professeur n’a inscrit dans son registre que 40 eleves. C’est l’ardeur pour la Garde nationale qui a beaucoup diminué pendant ce tems le nombre des eleves de cette ecole ou l’on n’admet que des jeunes gens déjà formés, les années precedentes le nombre des eleves surpassoit toujours 60 et même quelquefois 70.

17111° L’ecole de mathematiques est toujours trop petite dans le commencement du cours. Si les jeunes gens qui viennent s’y faire inscrire la frequentoient jusqu’a la fin, l’emplacement seroit trop borné mais soit que cette science ne soit pas faite pour toutes les tetes, soit inconstance de la part des jeunes gens, ou plutot insouciance de la part des parens qui ignorent encore l’utilité des mathematiques on voit dans le courant de l’année le nombre des eleves inscrits d’abord, diminuer insensiblement de sorte qu’à la fin de Tannée il en reste rarement plus de trente ; cette année il n’en restait qu’une vingtaine : le programme joint ici indiquera leur force car il est a remarquer que ce n’est pas le plus fort qui a soutenu sa thèse.

17212° On ne regarde pas à l’âge dans l’école de Mathematiques ; mais il est très rare qu’on y admette les jeunes gens avant l’âge de 13 à 14 ans.

17313° Les bâtimens sont neufs presque partout ayant été construits en 1764 sur l’emplacement d’une ancienne maison de force près de l’Eglise de St Pierre. Mais cette question et les suivantes doivent être répondues par M.M. les Officiers Municipaux.

174Lille ce 4 novembre 1790

175Saladin, professeur de Mathématiques

176Waymel, secrétaire greffier.

☆☆☆

177Réponse de l’école d’architecture de Lille, 26 octobre 1790

178(A.C. Lille 17956/2)

179Reponses du professeur d’architecture de la ville de Lille
aux questions faites par le departement du Nord le 26 octobre 1790

180 Ecole d’architecture 2° Le professeur actuel est entré en exercice en 1765, mais l’école fut établie en 1761.

1813° Laïques.

1824° Six cens florins.

1835° Par le corps municipal qui a remplacé les anciens magistrats dans leurs fonctions.

1846° L’architecture, tant pour la décoration que pour la distribution et la construction des batimens, edifices...

1857° Il est gratuit. Les eleves qui y sont admis ne doivent qu’y apporter leur papier, crayon,...

1868° La durée des leçons journalières est de deux heures ; les leçons se donnent les trois derniers jours de la semaine, le soir depuis cinq heures jusqu’a sept.

1879° Le professeur maintient la police dans l’intérieur de sa classe. Celle exterieure depend des municipaux. Si quelque cas particulier exigeait des choses consequentes, le professeur en ferait son rapport aux assemblées des commissaires du corps municipal. Ces assemblées se font regulierement au commencement de chaque mois.

18810° Soixante eleves.

18911° Cens cinquante eleves.

19012° A l’age de douze ans.

19113°, 14°, 15°, 16°, 17° Ces questions seront repondues par M.M. les officiers municipaux.

19218° Le batimens est neuf.

193Lille ce 2 novembre 1790

194A.J. Lietard

195Réponse de l’école de dessin, sans date

196(A.D. Nord L 8877 ; A.D. Lille 17956/2)

197Département du Nord
District de Lille

198Questions sur l’etat actuel, le régime et les ressources des Ecoles de dessein, d’architecture et de mathematiques etablies dans la ville de Lille

199Réponse du professeur de l’école gratuite de dessein

2001° Ecole gratuite de dessein.

2012° Cette ecole fut établie, rue des Malades, actuellement hopital Saint-Louis par Mrs les Magistrats de la ville de Lille le 5 fevrier 1755.

  • 62 François Watteau (1758-1823), il obtient la survivance de la charge de son père en 1786.

2023° Les professeurs de la dite ecole sont L. Watteau père, adjoint professeur F. Watteau62 fils et professeur en survivance.

2034° Le professeur a douze cents francs de traitemen et le professeur adjoint sert gratuitement.

2045° Sous la surveillance de Messieurs les Maires et Officiers municipaux qu’il y a nomment deux commissaires de leurs corps.

  • 63 L’enseignement dispensé à l’école de dessin se voulait essentiellement pratique et visait à former (...)

2056° On y enseigne toutes les parties du dessein propres aux Arts et Metiers63. Ceux qui se destinent aux arts ont de plus la classe de la bosse et celle du modele pour se perfectionner.

2067° Il est gratuit.

2078° On tient régulièrement les leçons de la classe de dessein les quatre premiers jours de la semaine pendant deux heures en été depuis six heures jusqu’a huit, en hiver depuis cinq jusqu’a sept.

  • 64 Le réglement est de 1766. Voir note 11.

2089° Il y a un reglement déposé dans la classe par Messieurs du Magistrat fait en 176464 contenant le régime, les subordinations et la discipline a observer.

20910° Aux trois premières classes du dessein cent vingt elèves, à la classe de la bosse et celle du modele, trente eleves.

21011° Cent cinquante.

21112° Suivant les reglemens on y reçoit des eleves qui sachent lire et écrire.

21213° L’ecole de dessein est distribuée en trois pieces dont la plus grande contient la premiere classe de dessein, la suivante pour y poser le modèle et dessiner d’après la bosse, la troisieme sert a y deposer les figures et tête en bosse.

213Signé : Louis Watteau, professeur de l’ecole gratuite de dessein de la ville de Lille 14° Revenus et ressources de ces ecoles : neant.

214Signé : Waymel, secrétaire-greffier.

215Archives du Nord L88772

BIBLIOGRAPHIE

216L. Lefebvre, La musique et les beaux-arts à Lille au XVIIIe siècle, Lille, imp. Lefebvre-Ducrocq, 1893, 53 p.

217L. Lefebvre, « Les écoles gratuites de dessin à Lille au XVIIIe siècle », L’Architecture et la construction dans le Nord, janvier 1893, p. 153-157.

218D. Nicole, « Note sur l’école d’architecture à l’Académie des Arts de Lille avant 1800 », L’Architecture et la construction dans le Nord, janvier 1900, p. 57-59.

219P. Marmottan, Notice historique et critique sur les peintres Louis et François Watteau dit de Lille, Lille, Danel, 1889.

220Réponse de l’école de chirurgie de Lille, 3 novembre 1790

221(A.C. Lille 17956/1)

222Aujourd’hui le trois novembre mil sept cent quatre vingt dix, le Collège de Chirurgie de Lille s’est assemblé sur les billets de convocation du Sieur Chastanet lieutenant du premier Chirurgien du Roi, a l’effet de prendre connaissance d’une lettre de M.M. les officiers municipaux de la commune de Lille dont le contenu consiste a demander auxdits membres dudit collège des renseignemens ou reponses aux diffferentes questions contenues dans un tableau qui était joint à la dite lettre.

223Département du Nord
District de Lille

224Questions sur l’etat actuel, le regime et les ressources de l’ecole de la Chirurgie etablie dans la ville de Lille.

2251° Nos Ecoles portent le nom d’Ecole publicque de Chirurgie.

  • 65 La déclaration du 1er juin 1771 ne figure pas dans le dossier. Elle est publiée par E. Leclair, t.  (...)

2262° Elles ont été etablies par une déclaration du Roi dont on joint ici un exemplaire65, déclaration qui a été donné à Versailles le premier juin 1772 enregistrée au parlement de Douay le 3 juillet suivant.

2273° L’instruction est confiée à six personnes du nombre des membres du Collège de Chirurgie de Lille, nommées par le Roi sur la présentation de trois sujets faits par M.M. les officiers municipaux. Voyez art. 29 et 30. de laditte déclaration.

2284° Ces six professeurs se sont jusqu’ici acquittés gratuitement de leurs fonctions n’ayant jamais pu obtenir sous l’ancien régime aucune rétribution de M.M. les officiers municipaux qui cependant avant la création desdittes ecoles payaient pensions à M.M. Boucher medecin, Waroquier père et La Buissière chirurgien pour des cours d’anatomie et de chirurgie, pensions qui ont été supprimées au moment de la création de ces Ecoles. Non seulement ces six professeurs ne reçoivent aucun emoluement des peines qu’ils se donnent ; mais encore par l’art. 48 de la déclaration ci jointe, ils sont obligés de payer la somme de cinq livres par chacun des cadavres dont ils ont besoin dans leurs démonstrations. Le Collège de Chirurgie a décidé qu’il était injuste que les professeurs fussent chargés de ce fardeau et qu’en conséquence les cinq livres dont il est question devaient s’acquitter aux frais de la bourse commune.

2295° Les Ecoles de Chirurgie sont surveillées et administrées par le Lieutenant et les deux prévôts du Collège.

2306° On y enseigne toute la chirurgie théorique et pratique et par conséquence toute la médecine générale, puisqu’il est impossible de séparer la science de la chirurgie d’avec celle de la medecine proprement dite. Cette science a été divisée en six branches par la déclaration ci jointe laquelle attribue l’une de ces six branches à chacun des six professeurs. Voyez le titre 4 de la déclaration.

2317° L’enseignement est gratuit ainsi qu’il a été observé ci dessus.

2328° L’enseignement dure pendant toute l’année ; il commence au premier lundi libre du mois de mars et finit le dernier vendredi du mois de février. Chacun des six professeurs fait pendant deux mois de suite le cours dont il est chargé, et il y a leçon pendant deux heures, tous les lundi, mercredi et vendredi de chaque semaine. Voyez la déclaration art. 4.

2339° On croit avoir satisfait à cette question.

23410° Il y a habituellement et il y avait au mois d’octobre 1790 de 50 à 60 elèves qui suivent les cours de Chirurgie.

23511° L’ecole peut contenit cent cinquante élèves à peu près.

23612° Les élèves y sont admis à tout âge.

23713° Il n’y a qu’une seule pièce destinée a l’enseignement. Elle fait partie de la maison appartenant au Collège de Chirurgie.

238On observera que le Collège de Chirurgie a acquis cette maison de ses propres deniers et à charge d’arrentement de sorte que le dit Collège s’est obligé par laditte acquisition a payer annuellement la somme de cent cinquante sept livres au profit de l’hopital général de cette ville.

239Outre cette charge le Collège de chirurgie supporte encore celle des impositions propriétaires et locatives auxquelles il a été obligé malgré un grand nombre de réclamations qui ont été faites.

24014° Ces Ecoles n’ont d’autres revenus que celui qui résulte de la somme de trois livres que chaque etudiant est obligé de payer lorsque les professeurs lui délivrent des attestations de la régularité et de la sagesse avec laquelle il a suivi leurs cours. Ce revenu extraordinaire est ordinairement très modique attendu que grand nombre d’élèves ne demandent point d’attestations et que les autres n’en demandent qu’apres avoir suivis les Ecoles pendant plusieurs années. Il résulte de la que presque toujours la bourse commune du Collège de Chirurgie doit ajouter aux revenus dont il est question pour remplir les dépenses que nécessite l’entretien des Ecoles.

241Quant aux dépenses nécessaires pour l’acquisition et l’entretien des instrumens bandages et machines qui sevent aux démonstrations elles ont toujours été à la charge des professeurs la bourse commune n’étant point assez riche pour y satisfaire.

242Fait et délibéré à Lille dans notre chambre de juridiction ordinaire les jours, mois et an que dessus. Etaient signés Chastanet, F. Vandergrat doyen, F.Js. Quittez, Cuvellier, Ducret, M J. Tilman, L.L. Prevost, Marchand, Pionnier, F. Godelin, Dupont, Waroquier fils, Brielman, Tison et Fs. Elie Brulois greffier.

243Collationné a l’original Fs. Elie Brulois maître en chirurgie et greffier du Collège.

BIBLIOGRAPHIE

244E. Leclair, Histoire de la chirurgie à Lille, {Mémoires de la Société d'études de la province de Cambrai), t. XVIII et XIX, 1911-1912, 400 p. et 347 p. ; t. XIX, p. 132-156 (le collège de chirurgie) et p. 301-331 (notes biobibliographiques sur les membres du collège cités dans la réponse).

245Réponse de la Noble Famille, sans date

246(A.D. Nord L 9009)

247Questions sur l’Etat actuel, le régime et les ressources de la Maison établie et connue à Lille sous le nom de Noble Famille

2481° Cette maison a été fondée sous le titre de Sainte et noble famille par la dame de Sepmeries en 1686.

  • 66 Conseil souverain créé en 1668 au lendemain, devenu parlement en 1686. Le parlement réside à Tourna (...)

2492° En vertu des lettres patentes données au mois de mai 1686 enregistrées au parlement de Tournay66 le 11 decembre de la dite année.

2503° La fondatrice a établie pour la régie de cette maison trois administrateurs, savoir un de ses parens, un des administrateurs de la bourse commune et un homme d’étude sans postuler, lesquels nomment une demoiselle noble directrice qui est chargée de veiller, tant à l’education des jeunes demoiselles qui y sont reçues qu’à l’economie de la depense et pour l’aider ils lui adjoint une seconde demoiselle sous directrice.

2514° Les trois administrateurs remplissent leurs fonctions gratuitement, la directrice a une pension de 300 fancs, la sous directrice une de 250 francs. Les domestiques sont gagés comme les autres domestiques de la ville.

2525° La réponse a cet article se trouve pleinement remplie dans l’article trois cy dessus, en y ajoutant cependant que les comptes de cette maison se rendent tous les trois ou quatre ans au magistrat de cette ville.

2536° Les principes de la vraie religion en un mot et une éducation tres chretienne. On y enseigne les jeunes demoiselles a lire ecrire, la grammaire française par principes, l’orthographe, l’aritmetique, une teinture de géographie et d’histoire et tout ce qui est analogue à l’education des demoiselles, la danse, la musique et toutes sortes d’ouvrages des mains propres à leur état.

2547° Ces enseignemens sont gratuits.

2558° Les demoiselles sont reçus dans cette maison depuis l’äge de sept ans et y restent jusqu’à dix huit ans, pendant lequel tems, elles sont nourries, vetues, entretenues tant en santé qu’en maladie gratuitement, sans qu’il en coute un denier aux parens, a leur sortie elles sont rabillées totalement à neuf convenablement a leur état avec une douzaine de chemises et les autres pièces de linge nécessaires ; en un mot le trousseau qu’on leur donne monte à cinq ou six cens francs.

2569° Le meme que ce qui s’observe dans toutes les maisons religieuses destinées à l’éducation de la jeunessz.

25710° On n’y recoit jamais aucunes pensionnaires, toutes les demoiselles qui ont les qualités requises y ont toujours été reçues, le nombre n’en étant pas fixé, il est plus ou moins grand selon les circonstances. Le nombre actuel est de dix huit.

25811° Il y en eut souvent vingt quatre et plus, et on pourait meme moiennant quelque changement, en augmenter encore le nombre.

25912° Les demoiselles y sont admises dès l’age de sept ans et y restent jusqua celui de dix huit, comme il a été dit a l’article huit cy dessus. Il faut qu’elles soient nées dans la ville ou chatellenie de Lille, Douay ou Orchies, dans la province d’Artois ou du Haynaut français, de familles domicilliées et originaires du pais, de peres et meres nés de peres et meres nobles.

26013° Cette maison est tres bien et solidement bâtie, propre pour son usage composée de dortoirs, laboratoires, refectoire, cour et jardin, et une tres belle chapelle uniquement destinée à l’usage des demoiselles. On y célèbre tous les jours une messe a laquelle assistent toutes les demoiselles, ainsi qu’aux vepres qu’elles y chantent les dimanches et fêtes apres lesquels le chapelain y donne la bénédiction. Ces demoiselles y chantent de plus elles memes pendant l’année plusieurs obits fondés et le chapelain y fait le catéchisme tous les jeudis.

26114° La dame de Sepmeries a doté considérablement cette maison en la fondant, lui ayant donné la terre de Sepmeries près de Valenciennes et plus deux autres belles parties de biens, et cet établissement ayant été regardé si avantageux pour ces provinces que plusieurs personnes, telles que Melle de Noyelle, Melle de Peruwez, Mde de la Monsterie, et encore d’autres, se sont empressés de l’augmenter.

26215° Aux besoins journaliers de cette maison, a l’entretien des batimens et aux payemens des droits d’idemnité des biens fonds qu’elle possede ny en ayant presque point qui n’y soient assujetis ce qui est considérable.

26316° La réponse se trouve dans l’article precedent.

26417° Le receveur de cette fondation rend ordinairement ses comptes tous les quatre ans par devant le magistrat, le dernier qu’il rendit fut le premier juillet 1786.

26518° Il se trouve dans les biens de cette fondation plusieurs parties de biens qui exigent des réparations considérables meme des redifications totales. Dans ces circonstances les administrateurs pour faire face a ces depenses sans avoir recours au moïen onereux de l’emprunt et pour ne pas mettre cette maison dans la necessité de refuser les sujets qui se présenteraient se sont occupés depuis nombre d’années d’entrer dans la plus scupuleuse économie pour s’accumuler par ce moïen un fond suffisant pour remplir ces objets sans interompre le cours de cette fondation, a quoi ils sont en partie parvenus, y ayant par le dernier compte rendu un excedent de recette de quatre vingt sept mille trois cent soixante huit florins cinq patars deux deniers.

BIBLIOGRAPHIE

266Fontaine de Resbecq, « La Sainte et Noble famille de Lille 1690-1793 », Bulletin de la Commission historique du Nord, t. XII, p. 25.

267Service éducatif des Archives du Nord, Catalogue de l’exposition. L’alimentation en Flandre au XVIIIe siècle, Archives du Nord, avril 1974, no 60-61.

268Rapport sur le collège des Hibernois de Lille, 9 novembre 1790

269(A.D. Nord L 9009)

  • 67 Jean Morel, bourgeois de Lille, donne aux prêtres irlandais venus s’installer à Lille à l’initiativ (...)
  • 68 La Madeleine, 3 km N. de Lille
  • 69 En 1723, le magistrat donne aux Hibernois le droit de faire une quête générale dans la ville pendan (...)
  • 70 C’est en 1643 que le magistrat accorde aux Hibernois l’autorisation d’enterrer les morts contre une (...)

Département du Nord
District de Lille
Municipalité de Lille
Collège des Hibernois

Renseignemens demandés sur les Hotels-Dieu, hopitaux, maladreries, maisons et atteliers de charité etc...

Art. 1er

Art 1 er

Municipalités où sont situés ces établissements

Le séminaire ou collège des Hybernois est situé dans l’étendue de la municipalité de Lille

Leur nombre dans chacune desdites municipalités et leurs dénominations ?

Il est le seul dans laditte ville sous la dénomination de Seminaire ou College des Hybernois.

Art. 2

Art. 2

Destination de ces hôpitaux et hôtels Dieu ?

Destiné a y recevoir des jeunes gens pour y faire leurs humanités et ensuite en former des ecclésiastiques pour propager la foi en Hirlande.

Titre de ces établissemens

Cet etablissement est fondé par un personnage hirlandais dont on ignore le nom en 1610 et M. Cusacq pretre hirlandais a été mis en possession de l’achat du terrin pour la fondation le 17 septembre 161067

Fondations ÿ réunis ; à quelle époque ; et en vertu de quels titres ?

Néant.

Art. 3

Art. 3

Nature de leurs revenus, s’ils consistent en biens fonds, droits, rentes, octrois etc. Les designer et rappeller les titres et l’époque des derniers baux.

Ils consistent en peu de biens fonds, en quelques maisons caduques susceptibles de beaucoup d’entretien, en une rente fonciere d’une rasiere de grain et en rentes heritieres sur la ville de Lille et les cy devant état de la Flandre wallonne.

Art. 3

Art. 3

Nature de leurs revenus, s’ils consistent en biens fonds, droits, rentes, octrois etc. Les designer et rappeller les titres et l’époque des derniers baux.

Ils consistent en peu de biens fonds, en quelques maisons caduques susceptibles de beaucoup d’entretien, en une rente fonciere d’une rasiere de grain et en rentes heritieres sur la ville de Lille et les cy devant etat de la Flandre wallonne.
Les biens fonds consistent en trois cent de terre situés au faubourg de la Madelaigne68 au loyer annuel de 24 florins par bail commencé a la St. Remy 1789.
en la moitié de trois cent de terre situées audit faubours donnés en arrentement aux demoiselles Desfontaines, le 20 décembre 1773 au loyer annuel de 12 florins.
Et en la moitié d’un tiers de demie bonnier situé audit faubourg au rendage de neuf florins douze patars par bail commencé à la St. Remy 1785.
En deux autres articles consistant le premier en 75 verges de terre et le second en la moitié de trois cent de terres lesquels quant à présent n’ont pu etre recouvrés.
En vingt lettres de rentes heritieres sur la ville au revenu annuel de 771 florins 19 patars 3/5.
En seize lettres de pareilles rentes sur les cy devant etats de la Flandre wallonne au revenu annuel de 548 florins.
En une rente sur les domaines de Cassel de 23 florins 12 patars. Une autre rente a titre de prébende de la fondation du sieur Courouble de 26 florins par an. En six maisons et une portion de maison la premiere tenant à l’église au loier de 72 florins par bail commencé a la my mars 1782 sur laquelle somme on tient compte des vingtiemes propriétaires ainsi que les suivantes.
La seconde en suivant au loier annuelle de 108 florins par bail commencé a la St. Pierre 1789. Le troisieme au loier de 90 florins par bail commencé a la mi mars 1782. La quatrieme au loyer annuel de 90 florins par bail commencé a la St. Pierre 1785.
La cinquieme au loyer de 144 florins par bail commencé a la St. Remi 1785.
La portion de maison au loyer de 77 florins 4 patars par bail commencé a la St. Pierre 1786.
La sixieme au loier de 240 florins par bail commencé a la St. Pierre 1789.

Art. 4

Art. 4

Ressources provenant de l’économat de ces etablissemens
Du travail des pauvres qui y sont admis
De la vente d’effets inutiles.
Des amendes.
Des aumones.
Des confiscations.
Des legs.
Des dons.
Des quêtes.
Des troncs.
Masse du revenu annuel de chacun de ces etablissemens.

Les aumones consistent en ce que le chapitre de St. Pierre donnait annuellement la somme de 80 florins ou environ et les trois quettes qui se font dans la ville69 tant en argent que chandelles et bois qu’on peut évaluer tous frais fait a la somme de quarante huit florins. De plus en la somme de deux cent seize florins accordés audit college sur les aumones du roy.
De plus le port exclusif des corps morts accordé audit college par M.M. du Magistrat deduction de tous frais ce que porter année commune de six cent florins70.
Pour le loier des chaises dix neuf florins quatre patars par année.

Art. 5

Art. 5

Genre des dépenses extraordinaires depuis 10 ans, une année sur 10

La maison est chargée de deux bourses a raison de cent soixante florins pour les deux par an envers deux ecoliers qui sortent dudit college et de quatre vingt huit messes pour les fondateurs et bienfaiteurs. En sus de la nourriture de M le Prefet, des jeunes gens boursiers et autres, des habillemens des boursiers gages et nouriture des domestiques et entretient des batimens.

Art. 6

Art. 6

Date des derniers comptes rendus

Le compte de ladite fondation a été rendu au mois de janvier 1790

Etat de la caisse à l’époque du 1er aout 1790

Il se trouvait a cette epoque un assignat de trois cent livres et peu de monnoie.

Art. 7

Art 7

Officiers et employez qui les desservent.
En quelle qualité ?
Leurs traitemens
Par qui administrés et surveillés

M. Moore est prefet dudit college aux honoraires annuels qui lui sont attribués par M.M. du Magistrat a raison de deux cent quarante florins par an par dessus soixante douze florins qui lui sont également attribués pour vins a lui dus. A Bonvin chantre pour service qu’il rend a la maison en qualité de chantre, pour les offices dix sept florins douze patars.
A Angelique Gruiez servante pour ses gages, fette de Lille et nouvelle année cent six livres de France. Ladite fondation est administrée par MM. Lagache et Duquesne.

Art. 8

Art. 8

Nombre de personnes admises dans ces maisons de bienfaisance.

Il y a present dans le college six boursiers et deux pensionnaires.

Art 14e

Art. 14

Nombre de personnes de tout age et de tout sexe que chacune de ces maisons contient ou pourrait contenir ?
Waymel secrétaire greffier.

Cette maison peut contenir quatorze jeunes gens hirlandais.

BIBLIOGRAPHIE

270J.C. Dufermont, Les collèges anglais, écossais, irlandais à Lille et à Douai de l’avènement de Jacques II à la mort de Louis XVI (1685-1793), Mémoire de maîtrise, Université de Lille III, 1967, 97 p.

271Lille, collège des Hibernois dans Les collèges français..., t. 2, p. 441.

272Rapport sur les écoles dominicales de Lille, 9 novembre 1790

273(A.D. Nord L 9009)

  • 71 Maximilien Villain de Gand, baron de Rassenghien, comte d’Isenghien, gouverneur de Lille de 1566 à (...)
  • 72 Créé en 1750 par la réunion de la Bourse des pauvres (1627) et de l’administration de l’Hôpital gén (...)
  • 73 3358 florins 3 patars 6 deniers.
  • 74 Fondée le 13 septembre 1605 par Guillaume de Boileux dit de Bapalme, riche marchand de draps. En 16 (...)
  • 75 Fondée en 1664. Les écoles des Bapaumes et des Bons-Fils sont journalières. Sous le titre d’écoles (...)

Département du Nord
District de Lille
Ecoles dominicales
pour l’enseignement
et la jeunesse.

Renseignemens demandés sur les
Hotels-Dieu, hopitaux, maladre
ries, maisons et atteliers decharité
etc..

Art. 1er

Art. 1er

Municipalités où sont situés ces établissemens

A Lille

Leur nombre dans chacune desdites municipalités

Il y à six ecoles dominicales dans la ville dont cinq pour les garçons et une pour les filles ; il y en a une septième sur les paroisses de La Madeleine hors des portes de la ville.

Art. 2

Art. 2

Destinations de ces hopitaux et hotels Dieu

Les Ecoles dominicales sont destinées à l’enseignement des enfans pauvres qui y reçoivent non seulement des instructions mais des aumônes en argent et en habillemens.

Titre de ces Etablissemens

Elles ont été fondées en 1584 par le Comte d’Ysenghien gouverneur de la ville de Lille71

Fondations y reunies à quelle époque et en vertu de quels titres ?

Plusieurs personnes charitables ont augmenté ces fondations en differens temps.

Art. 3

Art. 3

Nature de leurs revenus ; s’ils consistent en biens fonds, droits, rentes, octrois. Les désigner et rappeller les titres et l’époque des derniers baux.

Rentes héritières sur les ville et Etat de Lille, redevance annuelle due par quelques etaux de bouchers.

Art. 4

Art. 4

Ressources provenant de l’economat de ces établissemens

Néant

Du travail des pauvres qui y sont admis

Néant. Les enfans y sont instruits et n’y travaillent pas. Ils n’y sont d’ailleurs que quelques heures par jour.

De la vente d’effets inutiles

Néant

Des amendes, des aumônes, des confiscations, des legs, des dons.

Néant

Des quêtes

Les administrateurs du bureau de la Charité Générale72 en font dans la ville tous les 3 mois pour les Ecoles dominicales, ce qui leur produit annuellement environ 450 florins.

Des troncs

Néant.

Masse du revenu de chacun de ces établissemens

Suivant le dernier compte la recette totale pour les années 1783 et 1784 non compris le débit du comptable par son compte précédent est de 3358.3.6.73 ce qui fait pour une année 1679.1.9.

Art. 5

Art. 5

Charges dont ces hopitaux ou hotels Dieu peuvent être grevés Dépenses ordinaires et annuelles depuis 10 ans ; en quoi elles consistent.
Genre de dépenses extraordinaires de puis 10 ans, une année sur 10

Il n’y en a point d’autres que les distributions ordonnées par les fondations, les honoraires des maîtres, l’entretien des ecoles et les choses qui y sont necessaires telles que papier, plumes, etc... et les frais de comptabilités. Tous ces objets réunis forment la dépense totale du dernier compte s’élevant pour les années 1783 et 1784 à 2985.15.8 Ce qui fait année courante 1492.17.10

Art. 6

Art. 6

Date des derniers comptes rendus

Le 26 mai 1788 pour les années 1783 et 1784.

Etat de la caisse à l’epoque du 1er août 1790

Par son dernier compte le comptable doit 8914 flo.3.9.

Art. 7

Art. 7

Officiers et employés qui les desservent En quelle qualité ? Leur traitement ?

Ecole Dominicale établie sur le Cimetière et la paroisse de St Sauveur un chapelain qui y célèbre la messe pour 2 ans un prêtre qui enseigne 2 maîtres

Ecole Dominicale établie aux Bapaumes74
2 maîtres pour 2 ans 168. ecole Dominicale établie aux Bons Fils75 pour 2 ans d’enseignement 160
Ecole Dominicale de St André
un maître pour 2 ans 192.
Ecole Dominicale établie sur la paroisse de St Sauveur pour l’enseignement des filles
2 maîtres pour 2 ans 96.
Ecole Dominicale de la paroisse de St Maurice
2 maîtres pour 2 ans 115.4.
Ecole Dominicale de la Madeleine banlieue
un maître pour 2 ans 72.
Frais d’enseignement pour 2 ans
1153.12.
Pour une année 576.16.

Par qui administrés et surveillés

Administrés par le Bureau de la Charité générale et surveillés par douze commissaires.

Art. 8

Art. 8

Nombre de personnes admises dans ces maisons de bienfaisance

Le nombre varie suivant les saisons et le plus ou le moins d’activité du commerce. Il est toujours considérable.

Nombre des malheureux qui y sont assistés

Néant

Leur régie
Leur sexe

Art. 9

Art. 9

Genre de travail dans ces hopitaux et hotels Dieu ?
Gains des infirmiers
Gains des garçons
Gains des filles

Néant

Art. 10

Art. 10

Personnes entrées une année sur dix. Personnes mortes une année sur dix.

On l’ignore, les notes particulières des maîtres ne se conservent pas.

Art. 11

Art. 11

Régime de ces établissemens

Néant

Art. 12

Art. 12

Enseignement que les pauvres y reçoivent

Les principes de notre religion, et la lecture, l’écriture, l’orthographe, et l’arithmétique.

Art. 13

Art. 13

Etat des édifices et batimens
Réédifications, améliorations, réparations à y faire
Les frais d’entretien

Leurs distributions
Leur situation
Leur salubrité

On les entretient convenablement

Art. 14

Art. 14

Nombre de personnes de tous ages et de tout sexe que chacun de ces maisons contient ou pourrait contenir

On l’a dit à l’article 8. On pourrait en recevoir un plus grand nombre.

274Waymel
secrétaire greffier

BIBLIOGRAPHIE

275Fontaine de Resbecq, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789, p. 245-251.

276Toussaint, Monographie de l’enseignement primaire à Lille de 1584 à 1889, Lille, Imp. Le Bigot frères, 1889, 121 p.

277J. Houdoy, L’instruction gratuite et obligatoire depuis le XVIe siècle à Lille, Lille, s.d., 44 p.

278A. Lottin, Lille citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, Westhoek-Editions, Les Editions des Beffrois, 1984, 518 p., p. 191-204.

3. Tourcoing

279Lettre de la municipalité de Tourcoing au directoire du district de Lille, 9 novembre 1790

280(A.D. Nord 8871)

281M.M. les President et administrateurs du directoire du district de Lille Messieurs

282Pour correspondre a vos vues et a celles du directoire de departement, nous avons l’honneur de vous remettre ci joint l’etat de questions que vous nous avez adressé le 26 octobre dernier, sur l’etat actuel, le régime et la ressource du college de ce lieu, avec nos reponses et observations d’utilité pour cet endroit, que nous vous prions, Messieurs, appuier et faire valoir lorsquil s’agira de prendre des arrangemens, sur ces sortes d’etablissements, vous nous obligeré beaucoup

283Nous avons l’honneur d’etre tre respectueusement

284Messieurs

285Vos tres humbles et tres obeissants serviteurs les Maire et officiers municipaux de Tourcoing.

286Tourcoing le 9 novembre 1790 L.J. Piat secrétaire greffier

287Réponse de la municipalité de Tourcoing, 9 novembre 1791

288(A.D. Nord 8871)

289Departement du Nord District de Lille

290Questions sur l’etat actuel, le régime et les ressources du college de Tourcoing

2911° College de St. Bonnaventure.

  • 76 Philippe IV.
  • 77 François Villain de Gand, évêque de Tournai de 1647 à 1666.
  • 78 Audit.

2922° Par celle du Souverain76, sous l’agreation de l’eveque de Tournai77 et de la municipalité de Tourcoing, en vertu de l’arrangement fait avec le provincial des Recolets de la province de St. André, pour leur admission aud.78 Tourcoing le 19 avril 1666.

2933° Aux Recolets du couvent de ce lieu.

2944° Aucun, ils vivent de quettes et aumônes.

2955° Sous celle de cette municipalité. Le gardien des Recolets est le prefés né du college, et le pere provincial nomme les regens.

2966° Les principes de la langue latine depuis la figure jusques et compris la rethorique plus le catechisme latin, la geographie et l’histoire ancienne et moderne.

2977° Oui.

2988° C’est une charge de l’etablissement des Recolets, qu’ils observeront aussi longtemps qu’ils resteront ici. L’on peut dire a leur louange qu’il est sorti de leur college beaucoup de grands sujets, on prie de prendre en consideration l’utilité de ce college, a cause de notre grande population et de celle des villages de notre canton qui y envoient leurs enfans, qui y attire aussi des etrangers.

2999° On y enseigne deux heures et demie le matin, compris la messe, sous la surveillance d’un regent, et deux heures apres midi. Les ecoliers son subordonnés a leurs prefes et regens.

  • 79 L’échantillon constitué par les lauréats du collège de 1779 à 1790 montre que 70,9 % des élèves son (...)

30010° Environ soixante ecoliers, il n’y a pas de pensionnat ; tous les ecoliers du lieu sont chez leurs parens, et ceux du dehors79 paient leurs pension chez les bourgeois.

30111° Les classes pourraient contenir environ cent cinquante ecoliers. Il ni a pas de pensionat, mais il y a un terrein suffisant pour en former un assez spacieux.

30212° A l’age de neuf a dix ans.

30313° Les battimens sont en bon etat, placé a front de la rue des Recolets, tenant au jardin du couvent de ces peres, dont trois classes en bas et deux au premier etage.

30414° Ce college n’a aucun revenus ni resources dont l’entretient est a la charge de cette municipalité.

30515° Repondu par l’article precedent.

30616° Idem.

30717° Il ne s’en rend aucun, n’y aiant par de revenus.

30818° Il n’existe par de caisse.

BIBLIOGRAPHIE

309H.J. Leblanc, Histoire du collège de Tourcoing sous l’administration de M. l’abbé Lecomte, Tourcoing, imp. J. Mathon, 1870, 567 p.
L’auteur a consulté la réponse de la municipalité dans les archives du collège Saint-Bonnaventure. Il en présente un commentaire et en cite quelques passages.

310J.E. Van den Driessche, Histoire de Tourcoing, Tourcoing, G. Frère, 1928, 2 vol. , t. 2, p. 27.
L’auteur a consulté la réponse de la municipalité dans les Archives du Nord. Il en fait une brève analyse.

311G. de Lylle, Ecoles et scolarisation à Tourcoing de 1779 à 1802, les effets de la crise révolutionnaire, Mémoire de maîtrise, Université de Lille III, 1978, 180 p.

312J. Flipo, Le palmarès du collège de Tourcoing, Tourcoing, Institution libre du Sacré-Cœur, 1935, 290 p.

313Tourcoing, collège Saint-Bonnaventure dans Les collèges français..., t. 2, p. 655-657.

Notes

1 L’initiative de la fondation du collège revient en fait au grand-bailli de la ville, De La Fosse, qui intéresse à son entreprise l’abbé de Saint-Vaast d’Arras.

2 Un pensionnat ouvert en 1714 cesse de fonctionner en 1777.

3 Claude Fleury (1640-1723), prêtre, auteur de nombreux ouvrages ayant pour thème l’histoire du droit, la théologie, l’histoire ecclésiastique et le droit canon.

4 Claude Fleury (1640-1723), prêtre, auteur de nombreux ouvrages ayant pour thème l’histoire du droit, la théologie, l’histoire ecclésiastique et le droit canon.

5 Cf. H. Platelle, Le temporel de l’abbaye de Saint-Amand des origines à 1340, Paris, Librairie d’Argences, 1962, 350 p., p. 63-69, « La vie intellectuelle. Ecoles, scriptorium, bibliothèque ».

6 Eglise Saint-Pierre de Lille. Cf. H. Platelle, « Le chapitre Saint-Pierre de Lille et son emprise sur la vie religieuse de la ville », dans Histoire de Lille (sous la direction de L. Trénard), t. 1, Des origines à l’avènement de Charles-Quint, Lille, Giard, s.d., 510 p., p. 321-330.

7 Ce personnage est cité dans la chronique d’Heriman de Tournai écrite entre 1142 et 1146. Il n’est pas connu par ailleurs. Faut-il l’identifier avec le scribe, chantre de l’église de Lille qui rédigea et souscrivit trois chartes de Robert le Frison comte de Flandre (1072-1092) et de Robert II son successeur (1092-1111) ?

8 Hénault (1685-1770). Président au parlement de Paris. Auteur d’une production littéraire et historique abondante dans laquelle on relève en particulier L’Abrégé chronologique de l’Histoire de France publié en 1744.

9 Jean-Luc d’Achery (1609-1685). Bénédictin, il publie en 1655-1677 un recueil intitulé Veterum aliquot scriptorum qui in Galliae bibliothecis Benedictinorum latuerant, Spicilegium. L’ouvrage est connu sous le nom de spicilegium.

10 Johannés De Spauter (vers 1480-1520). Il enseigne les humanités en particulier à Bergues. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de grammaire dont les Commentant grammatici.

11 Cf. A. Lottin, « La vie religieuse » dans Histoire de Lille, t. 2, De Charles Quint à la conquête française (1500-1715), Privat, 1981, 534 p., p. 85-90.

12 Buzelin (1572-1629). Jésuite, il réside presque constamment au collège de Lille. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages. Les plus importants sont les Annales Gallo-Flandriae qui s’arrêtent en 1611 et Gallo-Flandria Sacra et Profana (1625).

13 Cf. p. 166.

14 Les Augustins s’installent bien à Lille en 1614. Mais ils obtiennent la permission d’enseigner le 5 septembre 1622 et leurs classes commencent le 1re octobre.

15 Concile de Trente, 23e session De reformatione canon 18, 1563 (cf. Fontaine de Resbecq, Histoire de l’enseignement primaire... p. 294).

16 Tiroux, auteur d’une Histoire de Lille publiée anonymement chez L. Prevost à Lille en 1730.

17 Rolland d’Erceville, Compte rendu aux Chambres assemblées des différents mémoires envoyés par les Universités, 13 mai 1768.

18 Règlement d’études et de discipline pour les collèges du ressort du Parlement de Flandre, 13 août 1768 (A.D. Nord C 18797).

19 Règlement d’études et de discipline pour le collège de Saint-Pierre (18 articles), 30 septembre 1782 (A.D. Nord 16 G 496 f°850-863).

20 Catéchisme contenant en abrégé l’Histoire Sainte et la Doctrine Chrétienne, édité pour la première fois en 1683, ce catéchisme est réédité en France et à l’étranger jusqu’au milieu du XIXe siècle.

21 Nord, 4 km N.-E. de Lille.

22 Nord, 11 km N.-N.O. de Lille.

23 Nord, 9 km N.-N.O. de Lille.

24 Deûlemont, 16 km N.-O. de Lille.

25 Ph. Marchand, Depuis les Pays-Bas autrichiens et les Provinces-Unies, des parents écrivent au principal du collège de Lille 1768-1780, Lias, Sources and documents relating to the early modern history of ideas, 1985, t. XII, no 2, p. 193-243.

26 Les Brigittins desservent le collège d’Armentières ; les Récollets ceux de Tourcoing (cf. p. 190-191) et d’Estaires. Les Augustins tiennent celui de La Bassée (cf. p. 147-149).

27 A la date de l’enquête, Lille ne possède plus que deux collèges, le collège des Augustins ayant cessé son exercice en 1787 faute d’élèves.

28 Capitulaire Admonitio Generalis, Aix-la-Chapelle, 789. Dans ce vaste programme de réformes, Charlemagne fait figurer un chapitre intégralement consacré à l’école. « Nous voulons que des écoles soient créées pour apprendre à lire aux enfants. Dans tous les monastères et les évêchés, enseignez les psaumes, les notes, le comput, la grammaire... ».

29 Capitularie de Théodulfe, évêque d’Orléans (750-821). Dans ce recueil de préceptes, conseils et directives, Théodulfe écrit : « Que les prêtres tiennent des écoles dans les bourgs et dans les campagnes... ».

30 5'Concile du Latran, 9e session (1514). De la réforme de la curie.

31 Concile de Cambrai, article III, canon 1, Des écoles. Le concile de Cambrai se tient en juin-juillet 1565 à l’initiative de Maximilien de Berghes, archevêque de Cambrai pour faire exécuter les décrets-arrêtés dans la 5'session du concile de Trente (cf. note 12).

32 Paul-François Velly (1709-1759), auteur d’une Histoire de France jusqu’au règne de Charles IX.

33 François de Zypaëus (1578-1650). Tout en poursuivant une carrière d’ecclésiastique dans le diocèse d’Anvers, il publie de nombreux ouvrages dont les Consultationes canonicae Tridentini recentiarumque pontificiarum constitutionum depromptae (1640).

34 Antoine Gaspard Boucher d’Argis (1708-1791). Juriste, il publie l’Institution au droit ecclésiastique de M. Fleury avec de nombreuses notes.

35 Cf. note 7.

36 Cf. note 9.

37 Cf. note 12.

38 Collège de Saint-Pierre fondé en l’an 1090.

39 2 novembre 1789.

40 Lepan Jacques Marie Joseph, principal du collège de Lille de 1767 au 12 janvier 1791.

41 Lettres patentes confirmatives du collège de Lille, 12 décembre 1767 (A.D. Nord Placards 8351 no 5).

42 Lettres patentes pour la translation de l'hôpital militaire de la ville de Lille dans les bâtiments du collège et du collège dans les bâtiments de l'hôpital militaire, 3juin 1781 (A.D. Nord Placards 8351 no 6).

43 Seconde.

44 En marge de la réponse de Lepan.

45 L’évêque de Tournai.

46 Réglement d’études et de discipline pour les collèges..., 13 août 1768.

47 Secrétaire du bureau d’administration.

48 L. Mahieu, Les pensions des Jésuites...

49 Le collège de Saint-Pierre.

50 Membre du bureau d’administration du collège.

51 Pour respecter l’ordre chronologique, la publication des réponses des écoles publiques de dessin, d’architecture et de mathématiques, devrait commencer par celle de l’école de dessin. Il paraît plus logique cependant de placer en tête celle de l’école de mathématiques car son auteur a eu le souci d’y inclure un bref historique des trois écoles.

52 L’expression « Académie des Arts » est utilisée à partir de 1766 quand les trois écoles sont réunies dans un seul bâtiment que le magistrat de Lille leur fait construire.

53 Allusion à la fondation d’une Académie de Peinture et de Sculpture, le 29 juillet 1775.

54 Le Tilier, peintre lillois.

55 Guéret, professeur et directeur de l’école de dessin de 1756 à 1775.

56 Louis Watteau (1731-1798), professeur adjoint de Guéret en 1770, il lui succède en 1778.

57 Thomas François Joseph Gombert (1725-1801), descendant d’une célèbre dynastie d’architectes lillois, il fonde une école gratuite d’architecture en 1758. En 1761, le magistrat crée un cours public et gratuit d’architecture qu’il confir à Gombert.

58 Nicolas Joseph Saladin, professeur de l’école de mathématiques dès son ouverture.

59 Des exercices publics et des concours clôturent l’année scolaire dans les trois écoles à la veille de la Saint-Luc (17 octobre).

60 L’administration des trois écoles est confiée à une commission de huit membres choisis par le magistrat pour la plupart dans son sein.

61 Ordonnance en forme de réglement pour les Ecoles de Dessin, d’Architecture et de Mathématiques, 8 octobre 1766, dans Recueil des principales ordonnances des magistrats de la ville de Lille, Lille, J.B. Henry, 1771, 608 p. ; p. 453-464. L’ordonnance du 8 octobre sert de réglement définitif pour les écoles. Elle entre dans tous les détails nécessaires au bon ordre et à la régularité des cours. Précédée de dispositions générales, elle comporte un réglement spécial pour chacune des écoles.

62 François Watteau (1758-1823), il obtient la survivance de la charge de son père en 1786.

63 L’enseignement dispensé à l’école de dessin se voulait essentiellement pratique et visait à former des artistes pour les manufactures d’étoffes.

64 Le réglement est de 1766. Voir note 11.

65 La déclaration du 1er juin 1771 ne figure pas dans le dossier. Elle est publiée par E. Leclair, t. XVIII, p. 132-156.

66 Conseil souverain créé en 1668 au lendemain, devenu parlement en 1686. Le parlement réside à Tournai jusqu’en 1709. Il est alors transféré à Cambrai puis à Douai (1714).

67 Jean Morel, bourgeois de Lille, donne aux prêtres irlandais venus s’installer à Lille à l’initiative de Christophe Cusak, fondateur du séminaire irlandais de Douai, un immeuble.

68 La Madeleine, 3 km N. de Lille

69 En 1723, le magistrat donne aux Hibernois le droit de faire une quête générale dans la ville pendant la quinzaine de Pâques.

70 C’est en 1643 que le magistrat accorde aux Hibernois l’autorisation d’enterrer les morts contre une modeste rétribution. L’autorisation devient privilège en 1771 et la fonction de croque morts est une des sources essentielles du pain quotidien des Hibernois.

71 Maximilien Villain de Gand, baron de Rassenghien, comte d’Isenghien, gouverneur de Lille de 1566 à 1583. C’est à son initiative que le magistrat de Lille ouvre une école pour accueillir le dimanche les enfants âgés de plus de 8 ans des paroisses Saint-Sauveur et Saint-Maurice. Il lègue une rente héritière de 166 florins pour son entretien. Par la suite, des écoles dominicales sont ouvertes dans les autres paroisses de la ville.

72 Créé en 1750 par la réunion de la Bourse des pauvres (1627) et de l’administration de l’Hôpital général (1738), le bureau de la Charité générale contrôle les œuvres d’assistance publique.

73 3358 florins 3 patars 6 deniers.

74 Fondée le 13 septembre 1605 par Guillaume de Boileux dit de Bapalme, riche marchand de draps. En 1609, les administrateurs de la Bourse des pauvres font de cette école un internat pour 80 enfants à qui étaient dispensés l’enseignement de l’écriture, de la lecture, de l’arithmétique et une formation professionnelle.

75 Fondée en 1664. Les écoles des Bapaumes et des Bons-Fils sont journalières. Sous le titre d’écoles dominicales, le magistrat regroupe donc toutes les écoles administrées par la Bourse des pauvres puis par la Charité générale.

76 Philippe IV.

77 François Villain de Gand, évêque de Tournai de 1647 à 1666.

78 Audit.

79 L’échantillon constitué par les lauréats du collège de 1779 à 1790 montre que 70,9 % des élèves sont de Tourcoing. Les autres bourgs du Ferrain en fournissent 23,1 %. Les 6 % restants sont surtout composés de Lillois et de quelques Tournaisiens.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540