Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

L'enquête

VII. District du Quesnoy

Texte intégral

1. Bavay

1 Réponse de la municipalité de Bavay

2(L. Delhaye, p. 297-299)

31° Un collège des prêtres de l’Oratoire qui, n’étant liés par aucuns voeux, font le bien de l’état, sans être et sans jamais avoir été à charge ni à l’état, ni à la ville de Bavay, dans laquelle ils répandent plus de huit mille francs, par les ouvriers qu’ils emploient, et par le concours du monde qu’ils attirent à raison de leur pensionnat.

  • 1 Philippe IV, roi d’Espagne.

42° Ce collège fut institué le 28 avril 1632 à la demande des bourgeois et par l’approbation du Roi1 ; il fut bâti à differentes époques aux frais de l’Oratoire, et à l’emplacement acheté par les mêmes pères.

  • 2 Tous membres de l’Oratoire.

53° L’instruction est confiée à des prêtres et à des aspirants à la prêtrise2.

64° Ils n’ont aucun traitement.

75° Le supérieur a l’administration entière de la maison, laquelle est surveillée par les supérieurs majeurs.

86° On y enseigne l’école Française jusqu’à la rhétorique inclusivement, l’orthographe, l’arithmétique, l’histoire sainte et profane, la géographie, le grec à ceux qui l’aiment, les langues française et latine qu’on parle alternativement.

  • 3 Le prix de la pension est en 1789 de 304 livres à la table des Pères, de 234 livres à la première (...)

97° L’enseignement est gratuit : les pensionnaires ne paient que leur pension qui est modique3 ; ceux de demi-pension donnent douze ecus par an pour le logement, la soupe et la bière ; les externes trois livres environs pour feu, chandelles et mois de classe.

108° Le temps des études dure plus ou moins selon l’entrée et la capacité des élèves ; le plus court de cinq ans et demi et le plus long de sept ans.

119° Le supérieur préside a tout le collège ; deux préfets veillent au bon ordre et aux mœurs ; chaque classe a son professeur ; les écoliers se lèvent à cinq heures en été, demi-heure plus tard en hiver ; ils sont toujours surveillés, soit à l’étude soit au jeu, par un des préfets ; la prière et l’étude se font en commun ; après la prière du matin, une heure d’étude, le déjeûné, une demi-heure de récréation, la messe, deux heures et demie de classe (chaque classe a son régent), récréation, ensuite une heure d’étude ; on dîne à midi, récréation, demi-heure d’étude, récréation, deux heures un quart de classe, une heure de récréation, étude d’une heure et demie, le souper et récréation jusqu’à la prière du soir, après laquelle les écoliers se retirent en silence à leurs chambre, surveillés par les préfets jusque pendant la nuit ; les dimanche et les fêtes pas de classe, mais une heure de catéchisme en deux fois, trois heures seulement d’étude en trois temps différents. Mardi et jeudi la promenade sous les yeux des régents ou préfets ; les écoliers sont subordonnés à leurs maîtres respectifs, les maîtres aux préfets et tous au supérieur.

1210° Cinquante sept pensionnaires, quarante six en demi-pension et vingt cinq externes ; l’année précédente on logeait dans le collège deux cent six écoliers dont quatre vingt quatre étaient pensionnaires et 123 en demi-pension.

BIBLIOGRAPHIE

13L. Delhaye, Bavay et la contrée qui l’entoure, Douai, Dechristié, 1889, 501 p.
L’auteur publie la réponse de la municipalité aux dix premières questions de l’enquête. Il l’a probablement consultée dans les archives communales. Il n’indique pas la date de sa rédaction.

14 Bavay, collège d’humanités dans Les collèges français..., t. 2, p. 88-92.

Notes

1 Philippe IV, roi d’Espagne.

2 Tous membres de l’Oratoire.

3 Le prix de la pension est en 1789 de 304 livres à la table des Pères, de 234 livres à la première table, et de 199 livres à la seconde table.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540