Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

L'enquête

III. District de Bergues

Texte intégral

1. Bergues

1Lettre de la municipalité de Bergues au directoire du district de Bergues, 13 décembre 1790

2(A.D. Nord L 6275)

3Bergues Saint-Winoc le 13 décembre 1790

4Bergues
College ou maison d’éducation
Séminaires

5Messieurs,

6Nous avons l’honneur de vous adresser tous les renseignemens qu’il nous a été possible de nous procurer sur l’etat du collège et seminaires qui se trouvent dans cette ville, que vous nous avez demandé en conséquence des lettres du département des 21 et 22 octobre dernier dont copies étaient jointes a celle que vous nous avez fait celui d’écire en date du 17 du précédent mois de novembre.

7Nous vous prions, Messieurs, de vouloir bien ajouter aux raisons et moyens deduits dans nos observations ensuitte de nos reponses aux demandes faites sur l’etat de notre college, ceux que pourra dicter votre sagesse, en apui de la petition que nous y faisons, et qui presente a la fois des avantages pour l’etat et pour tous les habitants de ce district.

8Nous avons l’honneur d’être avec une parfaite veneration
Messieurs
Vos très humbles et tres obeissans serviteurs les maire et officiers municipaux

9Réponse de la municipalité de Bergues

10(A.D. Nord L 6275)

11Departement du Nord
District de Bergues
Municipalité de Bergues

12Colleges et maisons destinées a l’education de ma jeunesse

  • 1 Ouverte le 17 mars 1752 pour y apprendre « à épeller lire et écrire en flamand... ».
  • 2 Fondée en 1781.
  • 3 Il s’agit de l’école d’Yserin ou Dyserinschool, sorte d’ouvroir où les Filles s’exercent à la coutu (...)
  • 4 Cf. p. 25.

131° Il n’existe dans la ville de Bergues qu’un seul college pour l’éducation de la jeunesse et pour l’enseignement des humanités ; il y a de plus deux ecoles publiques l’une française et flamande1, l’autre française2 pour la lecture, ecriture et arithmétique, une autre pour aprendre a faire des dentelles3 et deux seminaires4 pour les ecoliers du college et dont on a fourni des details sur les tableaux precedens.

142° Ce college a eté institué par lettres patentes d’Albert et Isabelle, comtes de Flandres, données a Bruxelles, le 23e jour de mars l’an de grace 1600 enregistrées en la chambre de comptes a Lille au registre des chartes y tenu commençant au mois de janvier 1602 enterinés selon leur forme et teneur aux charges y contenues du consentement de M. Mgr les President et gens desdits comptes le 17e jour de novembre 1603. On joint ici copie desdites lettres patentes et de celles renversales du magistrat de Bergues et du Pere provincial des cy devant jesuites au nom du general de son ordre.

153° Depuis le renvoi des jesuites l’instruction a toujours été confiée a des prêtres seculiers.

  • 5 La municipalité confond l’Edit du Roi portant réglement pour les collèges qui ne dépendent pas des (...)

164° Conformement a l’arret de reglement du Parlement de Flandres du mois de février 1763 le Principal jouit de 1200 livres, le professeur de Rhétorique de 1000 livres, ceux de poesie et de syntaxe de 800 livres, les professeurs de grammaire, figures et derniere classe de 700 livres, le prefet de deux cens livres tournois par an5.

175° Un bureau actuellement composé de deux officiers municipaux, du procureur de la commune, de deux notables personnes de la ville et du principal de ce college qui s’assemble regulierement tous les mois, et plus souvent lorsque des affaires l’exitent, surveille l’administration des biens et l’ordre et l’instruction du college. Un receveur pensionné de 375 livres par an fait toute la recette et depense, dont il rend tous les ans un compte general, et donne tous les mois un bref etat de recette et deepense a l’assemblée du bureau ; le receveur ne peut faire aucun payement sans avoir au prealable produit le memoire au bureau et obtenu un ordre signé de deux administrateurs ; un secretaire greffier chargé d’acter les resolutions et d’ecrire generalement tout ce qui lui est ordonné pour le service de l’administration est pensionné de 300 livres par an. Le principal a soin de l’interieur de la maison. Il pourvoit a la nourriture des professeurs, auxquels en consideration de la cherté des vivres a eté accordé cent francs d’augmentation a chaque, pour suffire aux frais de leur nourriture pour laquelle chacun d’eux doit en outre laisser defalquer 300 livres de sa pension par an ; ce principal surveille de plus les professeurs et les ecoliers, chaque professeur s’attache particulierement au bon ordre et a l’enseignement de sa classe et le prefet est chargé de la surveillance generale du progrés et des mœurs de tous les ecoliers.

  • 6 Composition conforme aux dispositions de l’Edit de février 763, Bergues avec une partie de la Fland (...)
  • 7 La Constitution civile du clergé (12 juillet 1790) crée le diocèse du Nord. Bergues échappe désorma (...)

18Ce bureau etait precedemment composé de l’eveque d’Ipre, comme diocesain, qui s’y fesait representer par un curé de cette ville, du grand bailli comme premier officier de justice, de deux officiers de justice, de deux officiers municipaux, de deux notables personnes de la ville, du lieutenant bailli qui n’avait pas de voix lorsqu’il s’y trouvait avec le grand bailli et du principal du college6. Le curé de Saint-Pierre chargé des pouvoir de l’eveque d’Ipres ne frequente plus le bureau depuis que la jurisdiction en France de cet eveque a eté suprimée7.

  • 8 Edit de 1750 interdisant l’enseignement de la dialectique... dans tous les collèges de Douai et des (...)

196° On enseigne les elemens de la latinité, la grammaire, la syntaxe, la poesie, la rhetorique, la version et la geographie ; on y aurait enseigné bien d’autres sciences telles que la Dialectique, la Philosophie, la mathematique etc. si on n’en avait eté empeché en faveur de l’université de Douai qui a constamment eté maintenue dans le droit d’enseigner ces sciences a l’exclusion de tous autres villes8.

207° Oui.

218° De six ans pour ceux qui ne sont pas obligés de faire deux années de syntaxe, et de sept pour ceux qui ne sont pas assez instruits par une premiere année de cette classe pour pouvoir passer en poesie.

229° Les classes s’ouvrent a sept heures et demie, a huit en hiver jusqu’à dix heures ; apres midi a une heure et demie en eté, a deux en hiver jusqu’a quatre heures ; tous les ecoliers accompagnés de leurs maîtres se rendent tous les dimanches a huit heures et les jours de classe a dix heures a la messe qui se dit a l’eglise du college ; les samedis a trois heures et demie au salut ; outre les heures de classe, il y a tous les jours des heures d’etude fixées depuis quatre heures et demie jusqu’a six heures et demie ; les dimanches, les après midi des mardis et jeudis et au jour de congé par mois tous les ecoliers doivent etre rendus au parc du college pour s’y amuser ensemble et s’habituer a parler le latin ; les ecoliers de chaque classe sont subordonnés a leurs maîtres, tous le sont au prefet, les prefet et professeurs au principal, et tous sont subordonnés au bureau.

2310° Le nombre des écoliers de ce college etait a cette epoque de 80. Aucun n’habite cette maison, tous demeurent chez leurs parens, ou sont en pension chez des bourgeois de cette ville et une grande partie est logée dans les deux seminaires etablis en cette meme ville.

2411° Les six classes pourraient contenir six a huit cens ecoliers et tous pourraient commodement être logés au college qui comprend des battimens tres solides et tres considerables.

2512° Ordinairement les ecoliers commencent leurs etudes a 10, 11 ou douze ans et on les reçoit a cet age aux deux séminaires.

2613° Les batimens sont en tres bon etat ; leur emplacement est dans la haute et plus saine partie de la ville ; tous les appartemens sont parfaitement aërés ; la distribution du bas consiste dans une eglise assez spacieuse, une sacristie, une grande place vis à vis dans laquelle les prêtres infirmes et convalescens disent la messe, quatre a cinq chambres pour des domestiques, une grande place qui a eté longtemps louée pour magazin, une autre y tenante, une grande salle avec une chambre d’entrée et de retraite, dans laquelle se tiennent les assemblées du bureau, deux autres places dont l’une est tres grande, qui du tems des jesuites n’en faisaient qu’une qui leur servit de refectoire, une tres grande cuisine et une tres belle place a manger. Le haut comprend les logemens du principal et six regens ; chaque regent a au moins deux places ; il y a de plus 40 a 50 chambres vacantes, qui a tres peu de fraix pourraient etre arrangées pour y loger des ecoliers, en outre la salle de spectacle ou de distribution des prix, qui le theatre compris peut avoir cent pieds de longueur sur 26 a 30 de largeur.

27Un tres beau parc pour les ecoliers a l’entour duquel sont etablies les classes, une tres belle basse cour, un jardin tres considerable et un autre enclos au milieu des batimens.

2814° En biens fonds, rentes hereditaires et foncieres provenus en grande partie de l’hopital de la Madgeleine, et qui doivent suivant les lettres patentes, jointes par copie, retourner a l’administration des pauvres de cette ville, de l’instant que cet etablissement serait supprimé ; et autres aquis avant l’epoque de l’ordonnance qui defend les acquisitions des main-mortes.

2915° Ces biens servent a payer les principal, professeurs, prefet, receveur et secretaires, loyers des domestiques et entretiens de tous les batimens du college et tous autres qui appartiennent a cette administration.

3016° Ce college paye encore annuellement deux mille livres tournois au bureau des finances, somme a laquelle a eté fixée sa contribution au payement des pensions des cy devant jesuites pour les dix dernieres des trente années durant lesquelles cette contribution doit etre continuée.

3117° Tous les ans s’y rend un compte comme on l’a dit cy dessus et le dernier s’est rendu le dix decembre 1790. Le present compte ne sera clos qu’a la fin de ce mois.

3218° Par ce dernier compte l’administration etait en arriere de la somme de...* argent de France, mais on observe que toute l’année des baux echus en 1790, et une grande partie de ceux echus en 1789, sont encore a recouvrer, que d’ailleurs on a pendant ces deux dernieres années eté obligés d’exposer beaucoup des fraix en reparations, de sorte que cette administration n’est effectivement par arrierée.

33* Comme ce compte ne s’est pas rendu au jour qui d’abord avoir eté pour cet effet, mais on prevoit que d’apres icelui la caisse pourra etre en arriere de 5000 livres ou environ.

Observations

34Outre le grand nombre de bourses fondées dans les deux seminaires a Bergues, a l’egard desquels la municipalité de cette ville s’est amplement expliquée par ses reponses aux demandes portees par le tableau qui concerne lesdits seminaires, cette municipalité est en possission de la colation de dix autres bourses de 75 livres tournois chaque par an dont elle dispose en faveur des ecoliers qui manifestent des heureuses dispositions pour la continuation de leurs etudes, et qui d’ailleurs appartiennent a des parens chargés d’une nombreuses famille ou qui ne sont pas suffisemment moyennés pour favoriser leurs poursuites ; la municipalité permet toujours aux ecoliers qui donnent des marques de progrès dans les classes de Bergues de transporter avec eux le revenu de ces bourses dans celles des universités ou des seminaires jusqu’a ce qu’ils ont parfait le cours ordinaire des etudes pour se procurer l’etat de leur vocation.

35Le curé de Saint-Martin conjointement avec le greffier civil de cette ville, a defaut de parens de la fondatrice dispose d’une bourse de 60 livres par an, fondée par Dame Danielle Barbeloos, veuve du sieur Jean Carrette, ecuier conseiller du Roi et president de la chambre des comptes a Lille ; ce curé conjointement avec le marguiller et autres administrateurs de la fabrique de ladite eglise de Saint-Martin dispose aussy d’une bourse de 90 livres de France par an fondée par Jean Valleys.

36Quelques particuliers de cette ville et même des etrangers sont collateurs de quelques bourses de moindre importance dont ils disposent en faveur des ecoliers qui etudient en cette ville.

37Tous ces avantages reunis, que nul autre lieu de ce district, ni même celui d’Hazebrouck ne presente, considerée en outre la parfaite centralité de cette ville relativement a l’etendue de tout son district, la commodité de son accés de toute part, et bien d’autres motifs qu’on pourait ajouter, determineront a ce que espere la municipalité, MM. les administrateurs du Departement du Nord, sur l’avis favorable qu’elle supplie MM. les Administrateurs de son district de donner, non seulement a maintenir et favoriser cet etablissement, mais même a en fixer l’indispensabilité par la reunion des biens et fondations des autres colleges du district, peu frequentés et peut être plus onereux pour les ecoliers a raison de peu de facultés dont ils jouissent.

38Il resulterait de cette reunion 1°) l’avantage de pouvoir vendre au profit de la nation les batimens des colleges supprimés et emploïer les autres revenus qui servent presentement pour payer les pensions des principal et professeurs, les fraix d’administration et autres, en fondation de bourses en faveur des ecoliers moins aisés des lieux ou ces supressions se seraient faites, lesquelles bourses pouraient être données par concours ou resteraient a la collation des municipalités de ces lieux ; 2°) celui d’augmenter par le concours plus nombreux d’ecoliers l’utile emulation qui toujours a eté si vivement excitée au college de Bergues et dont les professeurs ont constamment eprouvé la flateuse consolation d’en voir les plus heureuses suites ; 3°) de pouvoir etablir dans ce college un pensionnat pour les ecoliers etrangers, et même de pouvoir au moyen d’une legere contribution respective et proportionnée au revenu des colleges réunis y instituer de nouvelles classes de mathematique, d’histoire, de philosophie et autres sciences utiles ou necessaires ; par ces etablissemens les parens resteraient plus longtems rapprochés de leurs enfans et on eviterait d’ailleurs a des frais considerables qu’ils doivent exposer en routes et autres pour les envoier et placer dans les universités.

☆☆☆

Département du Nord
District de Bergues
Municipalité de Bergues

39Séminaires

  • 9 Pierre de Cupère, mort à Gand en 1613.
  • 10 Charles Van den Bussche, curé de la paroisse Saint-Pierre de Bergues de 1605 à 1633.

401° Deux seminaires existent dans la ville de Bergues, et on n’en connaît point d’autres dans ce district ni meme dans celui d’Hazebrouck. Le premier fondé par M. de Cuipere9, conseiller pensionnaire a Bourbourg, le 12 février 1607, est situé dans la plus haute partie de la ville, vis a vis de l’entrée des classes du college ; le second dit seminaire de Saint-Pierre fondé par M. Charles Vandenbussche10, curé de Saint-Pierre et doyen de chretienté, le 4 mai 1621 est etabli dans la plus haute et la plus saine partie de la ville ; ces deux seminaires sont en tres bon etat presentement. Le premier peut loger 34 ecoliers dans des chambres particulieres, le second 10.

412° Le seminaire de M. de Cuipere jouit de 3750 livres tournois par an, fondé pour vingt boursiers a raison de cent cinquante livres pour chaque ; les ecoliers ajoutent 45 mêmes livres par an, pour leur nourriture, chauffage, lumiere et logement. La collation de toutes ces bourses apartient a Mr cy devant Marquis de Harchies comme successeur du fondateur.

  • 11 Avekapelle, 6 km E. de Furnes.
  • 12 Abbaye de Saint-Winoc à Bergues.

42Le seminaire de M. Vandenbussche ne jouit d’aucun revenu autre que celui de dix bourses dont six fondées par le susdit fondateur et quatre par M. Desitter, curé a Avecapelle11, chatelenie de Furnes, domination autrichienne. Les dix premieres de ladite année 1621 raportent chaque 125 livres tournois par an dont la collation appartient au parent feodal du fondateur, M. l’abbé de Saint-Winnoc12, M. le curé de Saint-Pierre, le principal du college des humanités et le maire de cette ville et cy devant chatelenie, comme chef de la municipalité, tous administrateurs de ce seminaire ; les quatre dernieres bourses raportant cent cinquante même livres, au moyen des quelles les ecoliers qui en sont pourvus sont nourris, chauffés, eclairés et logés audit seminaire, en ajoutant par ceux qui jouissent des six premieres soixante livres, et trente même livres pour ceux qui profitent des quatre autres, par an.

433° M. Pierre Louis Varlet, prêtre, prefet et professeur au college des humanités, agé de 44 ans, habite et surveille ce premier seminaire en qualité de President depuis trois ans. Il jouit d’une pension de 500 livres par an et de 196 livres pour gages et entretien d’une cuisiniere, il y reçoit et debourse generalement tout, et rend compte tous les ans de son administration par devant le maire et commissaires de la municipalité de Bergues en presence du collateur.

44M. Winnoc Kien, prêtre, confesseur et supot de l’église paroissiale de Saint-Pierre, agé de 66 ans habite en qualité de president et surveille ce second seminaire depuis 24 ans, il ne jouit d’aucune autre gratification que de celle de son logement, même au contraire il parait par les comptes qu’il a rendu de son administration et notamment par celui clos dans le cours de cette année qu’il contribue du sien en faveur de ce séminaire ; peu de frais suffiraient pour elever les batimens de ce seminaire a un deuxieme etage et le rendre ainsi susceptible de recevoir un nombre d’ecoliers infiniment plus considerable.

☆☆☆

45Lettre du directoire du département du Nord aux maire et officiers municipaux de Bergues, 19 décembre 1790

46(A.D. Nord L 261)

47Messieurs,

48Nous avons reçu par voie du district de Bergues la requête de votre commune tendante a ce que l’établissement relatif a l’education publique du district soit fixée en la ville de Bergues.

49Nous nous empressons d’appuyer auprès de l’assemblée nationale lorsqu’elle s’occupera de l’education publique les motifs de votre commune pour la conservation de votre college et en entendu l’utilité à tout le district de Bergues.

☆☆☆

50Lettre de la municipalité de Bergues au directoire du district de Bergues, 8 mars 1792

51(A.D. Nord L 6275)

52Bergues, ce 8 mars 1792

53Nous avons l’honneur de vous adresser, Messieurs, nos reponses sur les differentes demandes relativement aux colleges et etablissement d’education et d’instruction qui existent en cette ville comportées par la lettre de MM les administrateurs composant le directoire de notre département que vous nous avez communiquée par copie.

54Nous vous prions, Messieurs, de vouloir apuier par tout votre pouvoir le projet pour les nouveaux etablissemens que nous desirerions voir eriger en cette ville et dont l’avantage serait commun, non seulement pour les habitans de ce district mais même pour ceux du district limitrophe.

55Les maire et officiers municipaux.

56Réponse de la municipalité de Bergues

57(A.D. Nord L 6275)

58Département du Nord
District de Bergues

59Education 3e bureau

60Collège et seminaires de la ville de Bergues

61Demande faite par MM. les Administrateurs
du directoire du département du Nord :

62Une notice sur chacun des collèges et autres établissements d’éducation et d’instruction qui existent dans l’étendue du district.

63Réponse de la municipalité de Bergues :

64Il n’existe dans la ville de Bergues qu’un seul collège pour l’enseignement des humanités et deux séminaires habités par des écoliers qui fréquentent les classes du collège.

65Demande :

66Si l’instruction y est gratuite ; à qui elle est confiée ; si ce sont des professeurs laïcs eclesiastiques ou ci devant religieux ; quel est leur traitement ; leurs noms et le tems de leurs services en ÿ comprenant aussi ceux qui se sont retirés par défaut de prestation de serment.

67Réponse :

  • 13 Le 6 février 1791. Tout le personnel du collège, à l’exception de Varlet, prête serment.

68L’instruction y est gratuite et fut d’abord confiée aux ci devant jesuites ; depuis le renvoi de ceux ci, elle a eté exercée par des prêtres seculiers jusqu’au moment que tous ces derniers à l'exception du Sr Varlet professeur de 3e et president du seminaire de Cuiper (qui) s’est dû retirer par defaut de prestation du serment civique13 ont dans le cours de l’année 1791 eté promus à des cures et autres fonctions publiques ; à cette époque les administrateurs du bureau du college a defaut de pouvoir trouver des prêtres a disposé de ces places en faveur des laïcs qui les ont demandés sous les traitemens ordinaires et annuels.

Scavoir

pour le principal

1200 livres

professeur de rhetorique

1000 livres

regent de 2de

800 livres

regent du 3e

800 livres

regent du 4e

700 livres

regent du 5e

700 livres

et celui du 6e

700 livres

69Le regent precedemment chargé de la prefecture jouissait en outre de 150 livres par an ; mais cette pension a eté supprimée et les fonctions en sont presentement atribuées au principal qui ne profite rien de ce chef.

70De plus chacun de ces pensionnés jouit de 200 livres par an pour supplement aux frais de la nourriture en commun au college, d’une provision de bois de chauffage pour sa chambre ; et tout le bois necessaire pour la cuisine est fourni aux frais de l’administration ; tous les regens sont logés gratuitement au college, a l’exception du principal et du regent de cinquieme. Le premier demeure avec sa femme, et l’autre habite comme president le seminaire de Cuiper en cette ville. Pas moins, ces derniers pretendent profiter de la gratification accordée pour la nourriture commune ainsi que de celle du bois de chauffage que la municipalité ne croit plus pouvoir leur accorder parce qu’ils ne mangent et ne se chauffent point au college.

  • 14 Louis Bareel nommé curé de Socx en octobre 1791.

71Le Sr. Vandenbussche, homme marié, a eté nommé a la place de principal par le directoire du departement vacante par la demission du Sr. Barel promis a la cure de Socx14.

  • 15 La municipalité écrit à propos de Vandenbussche dans un mémoire au directoire du département :
    Il n’ (...)

72La municipalité a lieu de croire que pour toutes ces raisons deeduites par son memoire adressé au dit directoire du departement dans le cour du mois de fevrier de la présente année et par lesquelles elle a verifiée combien la religion de ce directoire devait avoir été surprise pour le determiner a la nomination du sieur Vandenbussche qui ne scait pas un mot de la langue professée au collège, et qui ne reunit aucune des capacités requises pour l’exercice du principal ; devra se demettre de cette place15.

73Le sieur Josse De Clerck professeur de rhetorique ;
le sieur Waeles regent de 2e ;
le sieur Herrein regent de 3e ;
le sieur Croninck regent de 4e ;
le sieur Chent regent de 5e et 6e ;
ces cinq derniers nommés par les administrateurs du bureau du college.

74Les 5e et 6e classes ont été reunis par le petit nombre d’ecoliers qui les frequentent, et la pension du Sr. Chent qui enseigne l’une et l’autre est fixée a 800 livres par an.

75Le Sr. Varlet prêtre et régent de 3e du seminaire de Cuiper a été renvoyé de l’une et autre de ces places pour le susdit defaut de prestation civique apres les avoir desservi au grand applaudissement des ecoliers, de leurs parens et de la municipalité de cette ville pendant sept à huit années consecutives.

76Demande :

77Sous quelle surveillance et par qui chacun de ces etablissemens est administré.

78Réponse ;

79Le college est surveillé et ses biens administrés par la municipalité de cette ville depuis que par sa lettre du 6 octobre 1791 le directoire du departement a remis cette administration a ses soins.

80Le receveur est pensionné de quatre cent et le secrétaire de trois cens livres fixés par nous ; le reste du service se fait gratis.

81Demande :

82Quel est le genre d’enseignement.

83Réponse :

84On y enseigne les elemens de la latinité, la grammaire, la syntaxe, la poesïe, la rhétorique et la géographie.

85Demande :

86Quelles sont les regies de discipline et de subordination.

87Réponse :

88Les classes s’ouvrent en été a sept heures et demie, à huit heures en hiver jusqu’a dix heures, apres midi à une heure et demie en été à deux heures jusqu’à quatre heures. En hiver tous les ecoliers accompagnés et surveillés par leurs maîtres se rendent tous les dimanches à huit heures, les jours de classe à dix heures a la messe qui se dit en l’eglise du college ; les samedi à trois heures et demie au salut ; les heures d’etude du matin sont depuis onze heures jusqu’a midi, le soir depuis quatre heures et demie jusqu’à six heures et demie.

89Outre ces dimanches et les après midi des mardis et jeudis, on accorde ordinairement un jour de congé par mois.

90Aux jours de congé tous les ecoliers se rendent au parc du college pour s’y amuser ensemble et sont obligés de parler le latin.

91Les ecoliers de chaque classe sont subordonnés à leur professeurs, tous le sont au préfet ; les préfet et professeurs et ecoliers sont subordonnés au principal et tous le sont aux administrateurs qui nommaient à toutes les places de desservans du college.

92Demande :

93Le nombre des eleves qui frequentent communement les maisons et de ceux qui pourraient y etre reçus.

94Réponse :

9534 ecoliers composent presentement la totalité des eleves de ce college, precedemment renommé par le grand nombre et les progrés de ceux qui le frequentaient.

96La municipalité qui previt combien le nouvel ordre des choses particulierement la suppression des ordres religieux, qui dans l’ancien regime presentaient des etablissemens pour les enfans des citoïens quelconque diminueraient le nombre des eleves des colleges, dont les instructions elementaires etaient indispensables pour tous ceux qui se proposaient d’entrer dans les susdites maisons, considerant d’ailleurs combien il etait necessaire et meme urgent d’ouvrir de nouvelles voyes d’occupation et d’instruction pour la jeunesse, surtout du moment que des anciennes allaient devenir inutiles pour la suppression de leur but, a cru entrevoir que celle qu’offrirait l’institution d’une academie publicque et gratuite de dessein, peinture, anathomie, pilotage etc. serait agreable et infiniment avantageuse aux citoïens de tous ages et de toutes les classes.

  • 16 Delorge a laissé plusieurs oeuvres dont une Bataille d’Hondschoote. Sur ce peintre : L. Lemaire, Un (...)
  • 17 Joseph II, empereur d’Autriche de 1780 à 1792.
  • 18 Marie-Antoinette.

97En effet cette academie dirigée par le sieur Delorge16 ci devant peintre de l’Empereur Joseph 217 et de la reine de France18, membre et associé a plusieurs academies, en conformité de l’arreté du departement pensionné de 800 livres par an provisoirement payés par la ville vient de nous donner des preuves les plus flatteuses, qui ne deviendront que plus satisfaisantes par la suite et au fur et a mesure que le nombre des eleves déjà monté a 115 respectivement appliqués aux enseignemens enoncées par la piece jointe s’elevera et produira d’emulation entre eux.

98Le six classes du college pourraient contenir six à huit cens ecoliers et tous pourraient etre commodement logés dans cette maison ; dont tous les batimens sont dans le meilleur etat ; leur emplacement est dans la haute et la plus saine partie de la ville ; tous les appartemens en sont parfaitement aérés ; la distribution du bas consiste dans une eglise tres spacieuse ; une sacristie ; un grand appartement y attenant en majeure partie occuppée par l’accademie et les professeurs d’icelle, une très grande place longtems louée pour magasin, une grande salle avec une autre d’entrée ou se tiennent les administrateurs et dans laquelle premiere les archives du college sont déposés, deux autres places l’une très spacieuse, lesquelles du temps des Jesuites n’en faisaient qu’une qui servit de refectoire, une très grande cuisine et une très belle place à manger.

99Le haut comprend les appartemens des regens, chacun d’iceux composé au moins de deux belles chambres, celui du principal de quatre ou cinq, quatre ou cinq chambres de domestiques et de plus une trentaine d’autres non occupées et qui a peu de frais pourraient etre arrangées et distribuées pour y loger un très grand nombre de pensionnaires.

100Un grand parc pour les ecoliers a l’entour duquel se trouvent les six classes ; au dessus de quatre d’icelles est etablie la salle de spectacle servant pour les distributions des prix, et qui le theatre compris peut avoir cent pieds de longueur, de plus une tres grande basse cour, un superbe jardin, et un autre enclos dans le batiment du college.

Seminaires

101Il existe en outre en cette ville deux seminaires, celui de Saint-Pierre fondé par Mr Charles Vandenbussche curé de cette paroisse et doyen de chrétienté le 4 mai 1621 en très bon etat et placé dans la plus haute partie de la ville. Et celui fondé par Mr de Cuiper conseiller pensionnaire a Bourbourg le 12 fevrier 1607 etabli vis-à-vis le parc des ecoliers du college.

102Le premier ne jouit d’aucun revenu autre que celui de dix bourses dont six fondées par le susdit fondateur en 1621 rapportant chaque 120 livres par an dont la collation appartient aux administrateurs du seminaire qui etaient l’abbé de Saint-Winoc, le curé de Saint-Pierre, le parent du fondateur, le principal du college et le bourgmaistre de la ville. Cette collation pourrait dans le nouvel ordre des choses convenablement etre attribué à la municipalité de concert avec ledit héritier, les quatre dernieres fondées par M. Desitter curé d’Avecapelle13, chatelenie de Furnes, domination autrichienne, rapportant chaque cent cinquante livres par an, dont la collation appartient au fondateur reversiblement a sa mort a des personnes designées par l’acte de fondation ; les ecoliers pourvus de ces bourses sont nouris et couchés audi seminaire en ajoutant 60 livres par ceux qui profitent des six premieres, et 30 livres pour ceux qui sont pourvus des quatre dernieres bourses. M. Kien, prêtre, confesseur et supost de l’eglise de Saint-Pierre, agé de 67 ans, presidoit depuis 25 ans ce seminaire sans aucune retribution contribuant meme tous les ans du sien pour la commodité et l’agrement des ecoliers et pour reparation dans le batimens, au moment que pour defaut de prestation du serment civique il a dû quitter cette maison presentement occuppée par le Sr. Cauche, curé constitutionnel de ladite paroisse de Saint-Pierre, qui ne continue pas moins de disposer de la maison habitée par le Sr. Debacker, precedent curé, appartenante a la fabrique de cette eglise. De dix bourses cinq sont remplis dans ce seminaire.

103Le seminaire De Cuyper jouit de 3750 livres de France par an et fut fondé pour 20 bourses de 150 livres. Chaque boursier ajoute 45 livres par an ensemble, 195 livres.

104La collation de toutes les bourses appartient a M. Deharchies, sucesseur du fondateur.

105Ce seminaire pourrait contenir 34 ecoliers qui tous seraient logés dans des chambres particulieres.

106Le fondateur ou son successeur nomme a la place du president de concert avec la municipalité.

107Le president etait pensionné de 500 livres par an et 136 livres pour gages et entretien de la cuisinière. Il recevait et déboursait et rendait compte tous les ans de son administration à ladite municipalité en présence du fondateur ou son représentant.

108Mr. Varlet, prêtre, préfet et regent du 3e au college deservait depuis 3 à 4 ans cette place ; par le susdit defaut de prestation du serment civique elle fut ouverte et confiée par le directoire du département au Sr. Louis Chent, jeune homme, médecin et régent de cinquieme et sixieme classe au college sans aucun certificat ni meme connaissance de la municipalité.

109Neuf écoliers composent presentement la totalité des eleves de ce seminaire qui precedemment ne pouvait fournir assez des places pour ceux qui en sollicitaient.

110Outre les 30 bourses fondées dans ces seminaires la municipalité de cette ville est collateur de dix autres bourses de 75 livres chaque par an dont elle dispose en faveur des écoliers qui manifestent des dispositions heureuses pour l’étude et qui d’ailleurs apartiennent a des honnetes parens chargés de nombreux famille, ou qui ne sont point suffisamment faculttatés pour souffrir les frais de la poursuite des etudes de leurs enfans. La municipalité est dans l’habitude de permettre aux pourvus qui ont bien du mérite de transporter avec eux le revenu de ces bourses aux universités et seminaires jusqu’à ce qu’ils ont parfait le cours ordinaire des études pour se procurer l’état de leur vocation.

111Le curé de Saint-Martin conjointement avec le greffier civil de cette ville a defaut des parens de la fondatrice disposait d’une bourse de 60 livres par an fondée par Dame Daniele Bardeloos, veuve de Sr. Jean Carette, eculier conseiller du roi et president de la chambre des comptes à Lille. Ce curé avec les marguilliers et administrateurs de la fabrique de cette paroisse dispose d’une autre bourse de 30 livres par an fondée par Jean Veilleye.

112On a toujours dit ici que quelques particuliers de cette ville et autres étrangers d’icelle sont collateurs de bourses de moindre importance dont ils disposent en faveur des écoliers de ce gymnase. De sorte que pour le moment il ÿ a beaucoup plus de bourses que d’écoliers au collège.

113Les bourses vacantes pourraient utilement etre occupées par les élèves de l’académie de dessein ou de toutes autres institutions d’instruction et d’éducation telles que de classes de mathematique, géometrie, d’histoire, de différentes langues nécessaires pour le commerce, de philosophie, de morale, etc. dont pour l’etendue de ses batimens le college pourrait souffrir non seulement les etablissemens mais offrir meme des logemens pour les professeurs et une grande partie d’eleves qui les fréquenteraient.

114Les revenus du college qui consistent en biens, fonds, rentes, etc., la majeure partie reversible a l’administration des pauvres de cette ville a la suppression du college, pourraient contribuer aux frais de cet etablissement ; les ecoliers aisés pourraient y ajouter ; les pauvres pourraient concuremment avec ceux du college etre pourvus des bourses fondées aux seminaires et autres ci dessus énoncées. Les revenus des autres colleges du district dont l’exercice serait supprimé fourniraient des nouvelles dont la collation serait en indemnité justement attribuée aux municipalités des lieux dans lesquels les suppressions seraient operées. Une autre lieu de ce district ni meme de celui d’Hazebrouck ne réunit à beaucoup prez les avantages que présente cette ville. Sa parfaite centralité relativement à l’etendue de tout ce district, la commodité de son accès de toute part et dans tous les tems, et bien d’autres raisons favorisent sa cause.

115A tous ces avantages se joignent d’eux meme celui de l’émulation toujours plus ordinaire dans de nombreux concours et dont on ne peut meconnaître les precieuses suites, celui de rapprocher plus longtems les enfans de leur parens qui ne peut paraître indifférent et qui d’ailleurs eviterait aux fraix des voiages et demeures eloignées qui souvent, où de gré ou forcément determinent ces derniers à ne laisser suivre par leurs enfans les cours des carrieres d’instruction qui pourraient les rendre utile à leur patrie.

116Les six principal et regens du college coutent la pension et gratification sept à huit mille livres par an ; cette depense pourrait etre modifiée. L’enseignement de la latinité pourrait etre tres bien exercé par deux ou trois regens ; on pourrait employer les regens supprimés pour la latinité à de nouvelles classes qu’on erigerait. Les traitemens des maîtres et des etablissemens de ces derniers seraient en partie payés au moyen des premières pensions qui ne subsisteraient plus, et l’administration des colleges serait a meme de contribuer en outre pour le payement de grande partie des fraix que les divers etablissemens pourraient necessiter. Au reste si ce projet pouvait etre adopté autant qu’il nous parait avantageux pour les habitans quelconques de ce district et même de celui limitrophe la municipalité se chargerait bien volontiers d’en presenter le plan et les moyens de l’executer et de le maintenir.

117Tous les bons citoyens de cette ville concourraient avec nous pour en assurer et continuer la meilleure réussite.

118Au surplus on pourrait revoir nos reponses fournies sur semblables demandes faites par le directoire de département datées du 13 decembre 1790 et envoyées le meme jour au district de Bergues.

119Fait à l’assemblée du conseil de la municipalité ce 2 mars 1792.

☆☆☆

120Nombre des ecoliers du college de Bergues Saint-Winoc

en première

3

en seconde

2

en troisième

6

en quatrième

8

en cinquième

5

en sixième

10

34

121Ensemble trente quatre ecoliers du college de Bergues, aretté le 27 fevrier 17e quatre vingt douze, et certifié veritable par le soussigné principal du dit college.

122C. Vandenbussche

123Enseignemens qui se professent dans l’Academie de peinture et dessein de la ville de Bergues et noms des eleves de tout âge, qui fréquentent cette academie.

124Enseignemens

125L’architecture
la figure
le paysage
l’arpentage
les fortifications
l’ornement
la perspective
la construction des batimens
la mitologie
l’histoire de l’antique
l’anatomie
les fleurs
la miniature
le portrait au petit et grand
la charpente
la menuiserie
la maçonnerie
la serurie
le pilotage
et généralement tout ce qui regarde
les arts et metiers

126Noms des eleves pour l’architecture

1 Benoit Turpin

2 Frans Wolf

3 S. Hellez

4 F. Vandorme

5 Salomon Brunet
A. Clapsteen
P. Cousyn
J. Ferré pere
Ballaert pere

10 J. Turpin le jeune
Oudendycke
F. François
Ant. Joos
Louis Sapelier

15 Philibert Denys
F. Dehaene
Wînoc Barbez

18 Benoit Blomme
Dominique Cattor

20 Daniel
Pierre Gontier
Pierre Salomé
Louis Siber
Benoit Chent

25 Bernard Cock
Laureins
Ch. Mouaert
Jean Brunet
Josse Wyts

30 Isador Hagron
Benoit Hagron
Winoc Fauverghe
Pierre Bourelle
François Desneyder

35 Aim. Dellelis
Salomon Delaliau
Louis Disseaux
Lafaix (militaire)
Jean Nicolas (milit.)

40 Jaques Blinck
Vinsant
J. Herreyn
Boulare (militaire)
Devinneaux (milit.)

46* Jaques Faroux
*pro 45

127Le paysage

1 Louis Kien

2 Raimond Cattoir

3 Catereel fils

4 Bertein (militaire)

5 Josse Lejeune

6 Jean Chent

7 Joseph Derieux

8 Nicolas Dumont

9 Duclaux (militaire)

10 N. Armentier (idem.)

11 Elshoecht, le jeune

12 Auguste Ravier

128Le plan-terrier, arpentage

1 Vancaemer

2 W. Fauverghe

3 Dedeystere

4 Henry Gautier

5 J. Duclos (militaire)

6 Barbez, le jeune

7 C. Vanderverre

8 Catereel

129Architecture militaire

1 Joseph Langagne

2 Jean Rochard

3 Robere

4 Boulard (militaire)

5 Duflos (idem.)

130Noms des eleves pour la figure

1 Pierre Kien
Louis Kien
J. Pallencier
P. Dordu

5 Louis Disseaux
L. Dordu, l’ainé
B. Bloemens
S. Deleau
Daniel Decouway

10 Legros
Coussin
J.B. Herreyn
Eloi Herreyn
Jean Bieswal

15 Beaupere (militaire)

16 Jaques Wintin
Louis
Wandewynckel
Jean Pluvier
Jean Salperhyck

20 Ph. Dewiert
Angilbert Cloedt
Pierre Dudouit
M. Cattoir
Louis Cattoot

25 Winoc Chent
Benoit Vandewynckel
F. Sausseur
J. Ferré fils
Jean Cousyn

30 Hermant
Dufrenoy

32 Delaef

33 C. Turpin
Charles Joly

35 F. Sapelier
Pierre Christiaens
Pierre Legier
Joseph Vandorme
Leonard Barbez

40 Frans Choequeel
Ch. Devaecke
Bernard Decaussidière (militaire)

44 Pierre Cheron (idem.)

131Recapitulation du nombre des eleves

pour l’architecture

46 (45)

pour la figure

44

le paysage

12

l’arpentage

8

architecture militaire

5

total 115 (114)

132Les eleves ne sont reçus qu’audessus de quatorze ans.

133Je soussigné directeur de la susdite Academie de Bergues, declare que lesdits enseignemens s’y professent et que le nombre des eleves, qui est de cent et quinze est veritable et conforme au registre de l’Academie.

134Bergues ce 27 fevrier 1792

135J. Delorge
Ci-devant peintre de l’Empereur Joseph II
et de la reine de France,
membre et associé à plusieurs academies.

136J.L. Elshoecht l’ainé
Adjoint de l’Academie

BIBLIOGRAPHIE

137Hanau, Histoire de Bergues - Saint-Winoc, Dunkerque, 1892, 2 vol. sur le collège et les écoles : t. 2, p. 272-285.

138Ch. De Croocq, « Le séminaire de Cupère à Bergues », Bulletin du Comité Flamand de France, 1908, p. 305-318.

139Ch. de Croocq, « Histoire du collège de Bergues - Saint-Winoc 1600-1923 », Annales du Comité Flamand, 1923, t. 33, 431 p.

140Bergues, collège d’humanités dans Les collèges français..., t. 2, p. 106-111.

141Bergues, séminaire de Cupère dans Les collèges français..., t. 2, p. 111-112.

142Bergues, séminaire Van den Bussche dans Les collèges français..., t. 2, p. 114.

2. Dunkerque

143Lettre de la municipalité de Dunkerque au directoire du district de Bergues, 27 janvier 1791

144(A.D. L 6273)

145Municipalité de Dunkerque
Education publique

146Dunkerque le 27 janvier 1791

147Messieurs,

148Nous avons l’honneur de vous adresser ci joint le tableau de renseignements que vous nous avez demandés concernant les etablissements d’education publique. Nous avons tardé à remplir vos vœux sur cet objet par les difficultés que nous avons éprouvé pour recueillir les eclaircissemens demandés et qu’enfin nous sommes parvenus à nous procurer.

149Nous sommes avec vénération

150Messieurs

151Vos très humbles et très obeissans serviteurs. Les maire et officiers municipaux.

152MM. les Président et Administrateurs du directoire du district de Bergues.

153Réponse de la municipalité de Dunkerque

154(A.C. Dunkerque K 68)

155Municipalité de Dunkerque

156District de Bergues

157Etablissements publics

I

1581° Le collège pour l’enseignement de la langue latine.

  • 19 L’exercice du collège débute en 1620.
  • 20 Le 15 avril 1762. Le collège de Dunkerque est situé dans le ressort du parlement de Paris.
  • 21 Lettres patentes confirmatives du collège de Dunkerque, 6 mai 1769 (A.D. Nord D 548/9).

1592° L’établissement en a commencé en 165619 et depuis le départ des jesuites20 il a été régi d’après les lettres patentes du 6 mai 176921 sous la protection de la municipalité.

1603° L’enseignement est confié a des prêtres séculiers.

1614° Le principal a 1200 livres. Le régent de rhetorique, sous-principal 900 livres et les quatre regens chacun 800 livres par an ; il ÿ a en outre deux pensions de 400 livres chaque accordées en consequence desdits lettres patentes.

1625° Il est surveillé et administré par un bureau qui est prevu par lesdites lettres patentes.

1636° Depuis les elemens de la langue latine jusqu’à la rhetorique inclusivement.

1647° Oui.

1658° Elle est de 7 a 8 ans selon la capacité des sujets.

1669° Il n’y a aucun regime attendu qu’il n’y a point de pensionnat ; la subordination et la discipline des ecoliers sont sous la surveillance du principal.

16710° Il y avait a cette epoque 40 eleves, ils etaient tous externes.

16811° Les classes peuvent contenir environ 120 ecoliers, et 80 pourraient être logés dans la maison moyennant les depenses et arrangemens locatifs pour les recevoir.

16912° On reçoit les ecoliers a l’age de 9 a 10 ans, du moment ou ils savent lire et ecrire.

17013° En general les batimens se trouvent en bon etat par les soins des administrateurs.

17114° Les revenus consistent en plusieurs maisons et parties de terre se montant annuellement a environ 12000 livres.

17215° Ils servent a paier les appointemens des principal, regens, receveur greffier etc. aux frais de culte de l’église et a l’entretien des batimens du college et des biens en dependans.

17316° Outre les charges designées par l’usage et emploi ci dessus ainsi que les rentes dont les biens sont chargés montant annuellement a 4000 livres environ ces biens ont subi des ameliorations et reparations ainsi qu’il apparaît à l’article 18 ci apres.

17417° Le dernier compte a ete rendu le 20 aout 1790 18° Les administrateurs ont emploié en 1788 et 1789 les fonds en caisse a la reconstruction de deux maisons et l’on est actuellement occupée à renouveller le toit de l’eglise et a rebatir la tour ; cette derniere depense absorbera tous les fonds et excedera meme les revenus de l’annee courante de plus de 3000 livres qui par l’economie et l’augmentation des biens se trouvent passés par la suite.

II

1751 ° L’école de la providence de Melle Denis.

1762° Etablie par lettres patentes du mois de janvier 1773 sous la protection de la municipalité.

1773° L’instruction est confiée par la fondation a deux sœurs de la providence de la maison de Rouen. La fondatrice est à la tete de cette école.

1784° Le traitement des deux sœurs est de deux cent cinquante livres chacune et leur logement dans la maison donnée ou se tiennent les classes ; 100 livres pour fournir aux enfans plumes, encre, papiers, livres, livres d’instruction et de prieres.

1795° Elle est sous la surveillance de la fondatrice, du curé et de la municipalité et après le decès de la fondatrice par deux personnes de sa famille.

1806° On y apprend les principes de la religion apostolique et romaine, a lire et a ecrire.

1817° Oui.

1828° Les enfans sont journellement 8 heures a l’ecole : la durée depend des parens des enfans qui les retirent a volonté.

1839° Les eleves doivent sous l’inspection des directrices frequenter les offices les dimanches et fêtes.

18410° Le nombre des ecoliers etait de 200 tous externes.

18511° L’ecole ne peut en contenir que 200 a 250.

18612° A l’age de 7 ans, on y est admis jusqu’a 16 ans, et quelquefois plus longtems a leur volonté.

18713° Les batimens sont en tres bon etat ; la ville est obligée a leur entretien et rebatisse moyennant une somme de 3000 livres qu’elle a reçue pour cet objet.

18814° Les ressources et revenus consistent dans la fondation.

18915° Les fonds sont employés aux payement des maîtresses et a la distribution des prix.

19016° Neant.

19117° Neant attendu que les sœurs directrices sont payees par rente des fonds donnés par la fondatrice.

19218° Il n’y a pas de caisse et si on denaturait la fondation, la fondatrice peut reclamer son bien pour en faire tel usage qu’elle trouverait convenir.

III

1931° L’ecole de Melle Bondu.

1942° Etablie par lettres patentes du mois de janvier 1773 sous la protection de la municipalité.

1953° L’instruction est confiée a un ecclesiastique et a quelques demoiselles qui s’y livrent gratuitement. La fondatrice se trouve encore a la tête.

1964° La fondatrice a pour son logement une petite maison situee porte Saint-Jacques, a charge par elle de payer annuellement 60 livres pour papiers, encre etc. a l’usage de l’ecole.

1975° Elle est sous la surveillance du curé, de la municipalité et de la fondatrice et après son déces par deux personnes de sa famille.

1986° On y apprend les principes de la religion catholique, apostolique et romaine, a lire et ecrire en flamand.

1997° Oui.

2008° Les enfans males y sont admis journellement depuis 8 heures jusqu’à 9 le matin et les filles depuis 11 jusqu’a 12. La duree depend des parens des enfans.

2019° Les élèves doivent sous l’inspection des directrices frequenter les offices les dimanches et fêtes.

20210° Le nombre des ecoliers etait de 200 tous externes.

20311 ° Il ne peut en contenir que 200 et aucuns ne peuvent y etre logés.

20412° De l’age de 9 ans jusqu’à 16.

20513° Les batimens sont en très bon etat ; la ville est obligée a leur entretien et rebatisse moyennant une somme de 3000 livres qu’elle a reçu pour cet objet.

20614° Les revenus s’elevent a 950 livres.

20715° Il y a 500 livres qui servent a l’achat des prix qu’on distribue annuellement soit en habits soit en autres neccessites pour les pauvres les 450 livres restant forment le traitement et le logement des enseignants.

20816° Neant.

20917° Neant. Ces caisses sont aux soins de la fondatrice.

21018° Il n’y a jamais rien en caisse, au moien du traitement annuel qu’on paye aux deux maîtresses et des prix qu’on distribue.

IV

2111° Delle Quandalle rue du Moulin, l’ecole fondée par M. Bertrand Thiery.

2122° L’ecole fondee par M. Bertrand Thiery et etablie par lettres patentes du 29 aout 1786 sous l’autorisation de la municipalité.

2133° L’instruction est confiée a quelques personnes ecclesiastiques et laïques.

2144° Elles n’ont aucun traitement ; elles se consacrent gratuitement a cette instruction.

2155° Les administrateurs sont le curé, le maire, un officier municipal.

2166° On y apprend les principes de la religion catholique, apostolique et romaine et a lire a ecrire en flamand.

2177° Oui.

2188° Les filles y sont admis journellement depuis 11 heures jusqu’a midi, les garçons depuis 5 heures jusqu’a 6 heures et demie le soir : la durée depend de la volonté des parens.

2199° Idem.

22010° Le nombre des ecoliers etait de 180 tous externes.

22111° Les classes ne peuvent en contenir que 180 sans qu’ils puissent y loger.

22212° Depuis l’age de 7 jusqu’a 18.

22311° Les classes ne peuvent en contenir que 180 sans qu’ils puissent y loger.

22412° Depuis l’age de 7 jusqu’a 18.

22513° Les batimens sont en bon etat.

22614° Cet etablissement n’a jusqu’a present aucun revenu.

22715° Néant.

22816° Il y a encore a rembourser 4800 livres qui ont ete avancés pour former cet etablissement.

22917° Néant.

23018° La caisse est en arriere mais si on laisse l’etablissement conforme aux lettres patentes on espere par des aumones eteindre l’emprunt.

V

2311° La pauvre ecole fondee par Melle Vernimen.

2322° Instituée en l’année 1646 sous la protection de la municipalité.

2333° L’instruction est confiee a des personnes laïques ; il ÿ a une directrice et quatre autres filles.

2344° La directrice n’a aucun traitement, au contraire elle soutient cet etablissement a ses depens ; les quatre autres filles ont chacune 100 livres par an ; il ÿ a deux servantes a l’usage de cette ecole qui ont pour gages 100 livres par an chacune.

2355° Elle est sous la surveillance de la directrice, du curé, du pere gardien des Capucins et une personne de la famille de la fondatrice.

  • 22 Raccomoder.

2366° Les enfans apprennent a faire la dentelle en la derniere perfection et quelques années avant leur sortie ils y apprennent au parfait a coudre et a rassarcir22 ; la meme ecole de couture sert pour quelques pauvres filles externes qu’on y apprend gratuitement.

2377° Oui.

2388° Il y a 16 pauvres filles qui y demeurent. Elles y entrent a l’age de 6 ou 7 ans et elles y restent jusqu’a l’age de 20 ans.

2399° Elles sont quant au regime et discipline sous l’inspection de la directrice qui veille aux mœurs et a la religion.

24010° Il y en avait 16 conformement a l’institution.

24111° La maison est susceptible d’en recevoir 7 de plus si les moyens le permettaient.

24212° Depuis l’age de 6 a 7 ans jusqu’a 20.

24313° Une partie des batimens est en bon etat, l’autre partie exige des refections.

24414° Les revenus de cet etablissement consiste 1° dans le produit d’un jardin rapportant annuellement 500 livres, 2° dans une rente rendante annuellement 570 livres, 3° en deux cens livres que l’hopital fournie, 4° 50 livres d’un particulier sur le revenu, cy dessus doivent etre tenus 9 enfans de l’ancienne fondation ; et les 7 autres sont fondés par des particuliers qui payent 700 livres dont les fondateurs.

24515° Néant.

24616° La directrice est en avance de dix huit cens livres qu’elle a fournies pour les besoins pressants de cet etablissement.

24717° Le dernier compte a été rendu au mois de mars 1790.

24818° La caisse est en arrieree puisque la directrice est en debours de 18 cens livres ; il y a cependant encore a vendre au profit de cet etablissement pour 1300 a 1400 livres de dentelles.

VI

2491° L’ecole fondée par Melle Cornille Demeulebecque.

2502° Instituée en 1696 sous la protection de la municipalité.

2513° L’instruction est dirigée par les delles Faroux et quelques autres filles ; Me Stival, pretre, dirige le spirituel.

2524° Les directeur, directrice et autres filles n’ont aucun traitement ; ils se vouent gratuitement a l’education des pauvres.

2535° Elle est administrée par la delle directrice sous l’assistance de quelques autres filles au nombre de six sous la surveillance de commissaires nommés par la municipalité depuis l’expulsion des Jesuites.

2546° On y enseigne les principes de la religion chrétienne et on y apprend a lire et écrire.

2557° Oui.

2568° Les enfans y sont admis journellement en eté depuis 7 heures jusqu’a 8 du matin et l’hiver jusqu’a 8 heures du matin : la durée dépend des parens des enfans.

2579° Idem.

25810° Il y en avait 130 tous externes.

25911° Les classes ne peuvent en contenir d’avantage que 130 à 150 et aucunes n’y peuvent loger.

26012° On les reçoit de tout age.

26113° Le tout en bon etat.

26214° Les revenus sont de 100 livres pas an. Sur les biens du college il y a actuellement 17 ans d’arrerages de dus. Ladite somme etait annuellement employee pour les pauvres enfans qui frequentent cette ecole.

26315° Cet article se trouve repondu par le precedent.

26416° Néant.

26517° Néant.

26618° Il n’y a pas de caisse ; les directrices font encore annuellement a leurs depens des distributions de prix en hardes et autres objets pour les enfans pauvres.

VII

2671° L’ecole d’architecture.

2682° Etablie en 1760 sous l’autorite de la municipalite approuvee par l’intendant.

2693° L’instruction est donnée par des personnes laïques : il y a un professeur et un secretaire.

2704° Le traitement du professeur est de 600 livres ; le secretaire avait pour toute indemnite l’exemption des droits de ville sur les boissons de son menage ; mais depuis le decret qui supprime toute exemption il ne tire aucune retribution.

2715° Elle est sous la surveillance de MM. les officiers municipaux.

2726° On y enseigne la géométrie, l’architecture et charpente.

2737° Oui.

2748° Les eleves y sont admis cinq mois de l’hiver par annee depuis 5 heures du soir jusqu’a 8 : la durée depend de la capacité et de la volonte des eleves.

2759° Elle est regie par le professeur et le secretaire qui sont chargés de faire executer le reglement de police homologué par le magistrat le 30 octobre 1766 sous la surveillance des officiers municipaux.

27610° A l’epoque du 2 novembre 1790 jour ordinaire de l’ouverture de l’ecole il se trouvait 37 eleves tous externes.

27711° Elle peut contenir 40 eleves : aucuns n’y pourraient etre logés.

27812° On les reçoit a tout age, et commencement de 10 a 12 ans.

27913° La ville place cette ecole dans un lieu convenable ; elle est actuellement aux recollets.

28014° L’ecole n’a aucun revenu ni ressource ; elle est entirement a la charge de la commune.

28115° Ce que la commune lui fourni est emploié a l’usage de l’ecole.

28216° Elle est chargée de la pension du professeur, des lumiere et chauffage ; ces objets peuvent monter a 600 livres.

28317° Néant.

28418° Il n’y a point de caisse ; c’est la ville qui pourvoit aux besoins de cet etablissement.

VIII

  • 23 Cf. A D. Nord, C 4570, 1779-1782.

2851° L’ecole de dessein et de peinture23.

2862° Etablie en 1769 sous l’autorisation de la municipalité.

2873° L’instruction est confiée a une personne laïque elue au concours.

2884° Le traitement du professeur est de 600 livres par an et son logement.

2895° Elle est sous la surveillance d’un conseil d’administration composé d’un officier municipal, d’un conseiller de l’amirauté, d’un conseiller de la chambre de commerce, de huit conseillers et d’un secretaire tresorier.

2906° On y enseigne le dessein et pour l’encouragement des eleves on distribue annuellement des medailles d’argent pour ceux qui se sont les plus distingués.

2917° Oui.

2928° L’ouverture se fait le 18 octobre de chaque année et la cloture le 1 avril. L’on travaille depuis cinq heures du soir jusqu’a 8. La durée depend de la capacité ou de la volonté des eleves.

2939° Le professeur surveille ses eleves sous l’inspection d’un conseiller qui est remplacé alternativement et a des epoques fixes.

29410° Il y avait au 21 octobre jour d’ouverture 42 eleves tous externes. Il y en a actuellement 71 tous externes.

29511° Elles peuvent contenir 100 eleves au 24 novembre 1790.

29612° L’age n’est point fixe, mais communement on les reçoit a 8 ans quoiqu’il a ete arrete de ne recevoir les eleves qu’a l’age de 12 ans.

29713° Idem. Elle est actuellement aux Carmes.

29814° Cet etablissement n’a d’autre ressource que celle fournie par la municipalité, le pilotage et la chambre de commerce consistant en 1200 livres par année.

29915° Ils servent a faire les appointemens du professeur et a ceux du secretaire tresorier. Le surplus est emploié a l’achat d’estampes, lumiere et autres depenses ulterieures de cette ecole.

30016° Les charges annuelles montent a 1200 livres tant pour la pension du professeur, secretaire, chauffage et lumiere.

30117° Néant. Il y a plusieurs comptes prets a rendre.,

30218° On ne pourra en constater le reliquat qu’apres la reddition des comptes.

  • 24 A.D. Nord, C 4572, Lettre du subdélégué annonçant l’envoi d’un Mémoire par lequel le curé, le bourg (...)

303On a omis l’ecole des pêcheurs aussi fondée24.

BIBLIOGRAPHIE

304F. Lennel, L’instruction primaire dans le département du Nord pendant la Révolution, 1789-1802, Paris, J. Tallandier, 1909, 136 p.
L’auteur signale qu’il a vu la réponse de la municipalité de Dunkerque. Il l’intitule « Tableau des établissements publics ». Il commet une erreur de datation en datant la réponse du 20 octobre 1790. Il considère que l’école fondée par B. Thiery et tenue par la demoiselle Quandalle constitue deux établissements distincts.

305Dunkerque, collège d’humanités dans Les collèges français... t. 2, p. 289-296.

306Ph. Marchand, « Le collège de Dunkerque 1620-1793 », Revue de la Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, octobre 1988, no 20, p. 47-61.

3. Hondschoote

307Réponse de la municipalité d’Hondschoote, 7 décembre 1790

308(A.D. Nord L 6275)

309Messieurs,

310En exécution de votre lettre du 17 novembre dernier à laquelle est jointe copie de celle du département relative à l’instruction de la jeunesse, nous avons l’honneur de répondre aux demandes qu’elle renferme ainsi qu’il suit.

  • 25 Selon la typologie proposée par M.M. Compère et D. Julia, le collège Saint-Joseph où enseigne un se (...)

3111° Il ÿ a à Hondschoote une école à qui l’on donne le nom de collége25 dont le patron est St Joseph destiné à l’enseignement et education publics.

3122° Etabli suivant les registres des récollets le 12 fevr. 1712 par la convention ou accord d’entre le magistrat d’alors et les p.p. récollets.

3133° Ce collége particulièrement confié auxdits p.p. récollets à raison d’un traitement de cent huit florins par an que la commune paie.

3145° Ce collége est sous la surveillance de la municipalité qui en est administrateur en chef.

3156° On ÿ enseigne les principes de la langue latine et ceux de la religion catolique, apostolique et romaine.

3167° La commune paie cent huit florins par an pour cet enseignement par dessus quelques gratifications.

3178° On y fréquente deux heures le matin et deux heures l’après dinée.

3189° Les écoliers vont en classe à huit heures du matin, à la messe à dix heures, ÿ rentrent à deux heures de relevée, en sortent à quatre, ils sont obligés à l’idiome latin ; les jours de congé ils se retirent au collège pour le jeu commun. Tous ÿ sont obligés de parler le latin.

31910° Le nombre était régulièrement de quinze à vingt ; depuis la révolution il est réduit à la moitié ; aucun écolier n’ÿ loge.

32011° La classe peut contenir une trentaine d’écoliers : aucun n’ÿ est logé, tous sont chez leurs parens ou logés chez les bourgeois.

32112° On les admet quand ils savent lire et écrire, comme à l’age de onze, douze ou treize ans.

32213° Dans un étât à être à l’abri du vent, c’est à dire dans un assez bon étât.

32314° La ville en fait les frais, il n’ÿ a aucun fonds ni revenu sur lequel il est fondé.

32415° Est à l’enseignement des écoliers.

32516° Aucune charge sauf le traitement des p.p. récollets.

32617° La commune paie pour l’enseignement comme il est dit à l’article 3 dont on ne rend aucun compte ; sinon que cette dépense est portée dans les comptes de l’administration.

32718° Il n’ÿ en a point.

328Pour ce qui est relatif aux observations ultérieures nous croions utiles et même prudent de continuer les choses à cet égard sur le même pied, en enjoignant au professeur jusqu’à ce qu’il soit autrement statué, d’enseigner en même tems la langue française par principes, sans omettre néanmoins l’enseignement de la langue latine qui peut toujours venir à l’appui de quelque chose utile de façon qu’en attendant la municipalité requérera que le maître professeur ait à diviser les heures, une le matin et une l’aprés dinée pour la langue française et les deux autres restantes pour l’enseignement de la langue latine.

329Le maire et les officiers municipax de la ville et territoire d’Hondschoote, de nôtre assemblée du 7 décembre 1790.

BIBLIOGRAPHIE

330Hondschoote, collège Saint-Joseph dans Les collèges français..., t. 2, p. 338.

4. Watten

331Réponse de la municipalité de Watten, 23 novembre 1790

332(A.D. Nord L 6275)

333Messieurs,

334Conformément aux ordres du departement du 28 octobre dernier regardant la denomination et nombre des colleges, l’education public etc nous avons l’honneur de vous observer

3351° Quau départ des ci-devant jesuites anglais de Watten arrivé le 1re avril 1765 il ÿ avait un college dans larrondissement de leur cloître. Le battiment etait spacieux et commode a l’usage de pensionnaires. Cet emplacement et ces battimens existent encore, il est meme augmenté et il prend aujourd’hui le nom de chateau habité par de riches hollandais refugiés.

3362° Il y avait de quatre a cinq regens qui enseignerent la jeunesse anglaise, française et flamande.

3373° La tour de l’ancien monastere existe encore et il se trouve une chapelle spacieuse sous la dite voute de cette tour dans laquelle chapelle on disait la messe et on la peu encore dire puisqu’elle est restée intacte apres la demolition de l’eglise.

3384° Aprés le départ des dits jesuites il est resté quelques membres qui se sont secularisés et continuer denseigner et tenir les pensionnaires et qui a encore duré une dizaine d’années jusqu’au moment que M. levecque de St Orner a obtenu ledit college et tout son revenu.

3395° A lepoque du 20 octobre et avant ce tems il ne se trouve plus des eleves mais le tout reste encore dans son etat primitif et le nombre de 80 pensionnaires y peuvent commodement loger.

340Fait ce 23 novembre 1790.

BIBLIOGRAPHIE

341P. Delattre, « Les établissements de Jésuites en France depuis quatre siècles », Répertoire topo-bibliographique. Enghien-Wetteren, 5. vol., 1949-1957, t. 5, 1957, col. 204-211.

Notes

1 Ouverte le 17 mars 1752 pour y apprendre « à épeller lire et écrire en flamand... ».

2 Fondée en 1781.

3 Il s’agit de l’école d’Yserin ou Dyserinschool, sorte d’ouvroir où les Filles s’exercent à la couture, à la dentelle.

4 Cf. p. 25.

5 La municipalité confond l’Edit du Roi portant réglement pour les collèges qui ne dépendent pas des Universités (février 1763) et les Lettres patentes confirmatives du collège de Bergues (12 décembre 1767) qui, au lendemain de l’expulsion des Jésuites (1 re avril 1765), Fixent les traitements des nouveaux régents. La poésie correspond à la classe de seconde ; la syntaxe à la 3e ; la grammaire à la 4e ; la Figure à la 5e ; la dernière classe à la 6e.

6 Composition conforme aux dispositions de l’Edit de février 763, Bergues avec une partie de la Flandre maritime relève du diocèse d’Ypres.

7 La Constitution civile du clergé (12 juillet 1790) crée le diocèse du Nord. Bergues échappe désormais à la juridiction spirituelle de l’évêque d’Ypres.

8 Edit de 1750 interdisant l’enseignement de la dialectique... dans tous les collèges de Douai et des autres villes des Pays-Bas français. Son enseignement est réservé à la faculté des Arts de l’Université de Douai.

9 Pierre de Cupère, mort à Gand en 1613.

10 Charles Van den Bussche, curé de la paroisse Saint-Pierre de Bergues de 1605 à 1633.

11 Avekapelle, 6 km E. de Furnes.

12 Abbaye de Saint-Winoc à Bergues.

13 Le 6 février 1791. Tout le personnel du collège, à l’exception de Varlet, prête serment.

14 Louis Bareel nommé curé de Socx en octobre 1791.

15 La municipalité écrit à propos de Vandenbussche dans un mémoire au directoire du département :
Il n’a fréquenté que pendant cinq à six semaines les classes du collège, ne s’est appliqué à aucune étude, ne scait pas un mot de latin, n’est à même de faire ni exhortation ni discours signifiant en langue quelconque, et à beaucoup près n’est pas maître ès-arts.
Le directoire du département du Nord maintiendra sa nomination.

16 Delorge a laissé plusieurs oeuvres dont une Bataille d’Hondschoote. Sur ce peintre : L. Lemaire, Un tableau de la bataille d’Hondschoote par Delorge gravé par Avril. Bulletin du Comité Flamand de France, 1922, p. 276-295.

17 Joseph II, empereur d’Autriche de 1780 à 1792.

18 Marie-Antoinette.

19 L’exercice du collège débute en 1620.

20 Le 15 avril 1762. Le collège de Dunkerque est situé dans le ressort du parlement de Paris.

21 Lettres patentes confirmatives du collège de Dunkerque, 6 mai 1769 (A.D. Nord D 548/9).

22 Raccomoder.

23 Cf. A D. Nord, C 4570, 1779-1782.

24 A.D. Nord, C 4572, Lettre du subdélégué annonçant l’envoi d’un Mémoire par lequel le curé, le bourgmestre et quelques particuliers de Dunkerque demandent que le roi leur permette premièrement d’y établir une école où les enfants de pêcheurs reçoivent gratuitement une éducation chrétienne et analogue à leur condition, 26 mars 1789.

25 Selon la typologie proposée par M.M. Compère et D. Julia, le collège Saint-Joseph où enseigne un seul régent est une régence latine.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540