Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

L'enquête

I. Directoire du département du Nord correspondance avec les districts

Texte intégral

1 Lettre du directoire du département du Nord aux directoires des districts d’Avesnes, de Bergues, de Cambrai, de Douai, d’Hazebrouck, du Quesnoy, de Lille et de Valenciennes, 22 octobre 1790

2(A.D. Nord L 261 folios 6-7)

3Douay, 22 octobre 1790

4Messieurs,

5L’administration confiée à nos soins exige de notre part la plus grande surveillance sur tous les objets qui peuvent contribuer au bonheur de la société. Les renseignemens que nous allons vous demander, Messieurs, intéressent l’Etat et la Religion : ils consistent à vous faire rendre compte par les municipalités, et par toutes autres personnes que cela regarde, du régime et des ressources actuelles des différens etablissemens destinés à l’instruction de la jeunesse et qui peuvent exister dans l’étendue de votre district. Nous vous serons donc obligés de vouloir nous satisfaire le plus promptement possible, sur chacun des points ci-après.

  1. Dénomination et nombre des collèges, maisons et écoles destinés à l’enseignement et à l’education publics.
  2. Date de leur institution, par quelle autorité.
  3. Si l’institution est confiée à des personnes laïques ou ecclésiastiques.
  4. Leurs traitemens.
  5. Sous quelle surveillance, par qui et comment sont-elles administrées.
  6. Quel est le genre et le degré d’enseignement particulier de chacun de ces etablissemens.
  7. Cet enseignement est-il gratuit ?
  8. Quelle en est la durée.
  9. Quels sont le régime, la subordination et la discipline de chacune de ces maisons.
  10. Nombre des elèves qui s’y trouvent à l’époque du 20 octobre 1790, en désignant ceux logés dans ces maisons, d’avec les externes.
  11. Nombre des élèves que les classes peuvent contenir et qui peuvent être commodément logés dans ces maisons.
  12. A quel âge on y est admis.
  13. En quel état se trouvent les batimens, emplacemens, distribution et destination des pièces.
  14. En quoi consistent les revenus et ressources de chacune de ces maisons d’étude.
  15. Leur usage.
  16. Quelles en sont les charges.
  17. Epoque des derniers comptes rendus.
  18. Situation actuelle des caisses.

6Toutes les observations, Messieurs, que vous croirez devoir ajouter aux détails que nous vous demandons avec une confiance qui égale votre zèle et votre patriotisme nous seront d’autant plus agréables qu’elles serviront à nous éclairer sur un objet extrêmement important, puisqu’il s’agit de former des hommes, pour en faire des citoyens éclairés et vertueux.

Nous avons l’honneur d’être très parfaitement Messieurs
Vos très humbles et très obeissans serviteurs les administrateurs composant le directoire du département du Nord
Lagarde, secrétaire

☆☆☆

7 Lettre du directoire du département aux directoires des districts d’Hazebrouck, du Quesnoy et de Valenciennes, 14 mai 1791

8(A.D. Nord L 4835, L 6273, L 7863)

9Douay le 14 may 1791

10Nous vous avons priés, Messieurs, dés le mois d’octobre dernier le 22 de nous instruire de tout ce qui concerne le régime et les revenus d’etablissemens destinés a l’education de la jeunesse. Plusieurs districts nous ont fourni depuis longtems les renseignemens relatifs à leur arrondissement. Nous vous serons obligés d’accélérer de votre coté vos recherches et de nous en communiquer le résultat : aucun objet n’exige plus d’attention et de sollicitude de la part de l’administration et c’est par là que nous pouvons aider la patrie le plus utilement. Vous sentés d’ailleurs, Messieurs, combien il importe de transmettre à l’assemblée nationale les détails demandés dans le moment où elle va s’occuper du mode de l’education et des améliorations que le bien public exige en cette partie.

11Les administrateurs composant le directoire du département du Nord à MM. les administrateurs du directoire du district du Quesnoy.

☆☆☆

12 Lettre du directoire du département aux directoires des districts d’Avesnes, de Bergues, de Cambrai, de Douai, d’Hazebrouck, du Quesnoy, de Lille et de Valenciennes, 19 août 1791

13(A.D. Nord, L 6273, L 7863, L 4838)

14Douay le 19 aout 1791

15Nous vous prions, Messieurs, de ne plus différer a nous procurer les renseignemens que nous vous avons demandés sur le régime et les revenus des collèges et autres etablissemes destinées à l’éducation publique. Tout ce qui a rapport à cet objet intéressant excitera sans doute votre attention. Les bourses ou fondations particulières destinées à subvenir à l’education des jeunes gens peu aisés sont des ressources precieuses dont il est essentiel de surveiller l’emploi et d’assurer la conservation. Nous vous serons obligés de nous donner des connaissances detaillés sur des fondations tant celles dont le corps, communautés religieuses ou autres administrations etaient chargés que celles qui ont leurs biens et leurs revenus particuliers. Les titres et papiers déposés dans vos archives vous fourniront des lumières à cet egard. Les municipalités pourront aussy vous aider dans ce travail. Nous vous serons obligés de nous faire part le plus promptement possible du résultat de vos recherches et des vues que le bien public vous suggerera à cet égard.

16Les administrateurs composant le directoire du departement du Nord

☆☆☆

17 Lettre du directoire du département du Nord aux directoires des districts d’Avesnes, de Bergues, de Cambrai, de Douai, d’Hazebrouck, du Quesnoy, de Lille et de Valenciennes, 23 décembre 1791

18(A.D. Nord L 268 folios 3-4)

19Douay, le 23 décembre 1791

  • 1 Le décret instituant un Comité de l’instruction publique formé de 24 membres est du 14 octobre 179 (...)
  • 2 Talleyrand-Périgord, Rapport sur l’instruction publique au nom du Comité de Constitution les 10, 1 (...)

20« L’institution, Messieurs, que l’Assemblée Nationale a faite d’un Comité de l’instruction publique1, annonce assez son intention d’établir incessamment un plan d’éducation nationale conforme aux principes de la Constitution. La nécessité d’une grande réforme dans le système actuel est sentie depuis longtems. L’Assemblée nationale constituante l’avait reconnue, et si les affaires pressantes qui se sont multipliées sur la fin de sa session, le lui avaient permis, sans doute, elle aurait statué sur le plan complet qui lui avait été proposé par M. l’ancien évêque d’Autun2 au nom de son comité de Constitution. Enfin cette réforme est ardemment desirée par tous les citoyens éclairés, par tous ceux qui aiment véritablement la constitution, et qui désirent l’affermissement de ses principes. Ce n’est pas assez de les avoir reconnus et déclarés, il faut encore les mettre sous la sauvegarde des mœurs, il faut en pénétrer tous les cœurs, il faut qu’ils deviennent familiers au peuple, et qu’ils entrent dans ses plus douces et dans ses plus chères habitudes ; c’est par le moyen d’une bonne éducation nationale ; c’est en perfectionnant toutes les parties de l’instruction publique que l’on peut parvenir a un but si desirable.

  • 3 Cf. note 40 p. 21.

21C’est en nous présentant ces considerations si puissantes que le ministre de l'intérieur nous mande de lui envoyer les renseignemens qu’il doit procurer au Comité de l’instruction publique3.

22Nous vous prions, Messieurs, en vous rappellant les lettres que nous vous avons ecrites au mois d’octobre 1790 et depuis, de vouloir bien vous occuper très promptement de rédiger un mémoire qui contiendra une notice sur chacun des collèges et autres établissemens d’éducation et d’instruction qui existent dans l’étendue de votre district.

23Vous voudrez bien indiquer si l’instruction y est gratuite, à qui elle est confiée, si ce sont des professeurs laïcs, ecclesiastiques ou ci-devant religieux ; quel est leur traitement, leurs noms et le tems de leurs services, en y comprenant aussi ceux qui se sont retirés par défaut de prestation du serment civique.

24Sous qu’elle surveillance et par qui chacun des ces établissemens est administré.

25Quel est le genre d’enseignement, quelles sont les règles de discipline et de subordination.

26Le nombre des élèves qui fréquentent communément ces maisons et de ceux qui pourraient y être reçus.

27Quel est le nombre des bourses et leur valeur dans les collèges où il y en a de fondées, et à qui la dispostition de ces bourses appartient. Vous voudrez bien ajouter à ces renseignemens la designation des bâtimens occupés par les collèges ou autres establissemens soit à titre de propriétaire ou de locataire.

28La designation de leurs revenus actuel soit en biens fonds, soit en rentes, soit en octrois ou autres droits supprimés.

29Nous ne saurions vous recommander trop d’activité dans ce travail dont le retard, en arrêtant les opérations du Comité de l’instruction publique préjudicierait infiniment au bien public, ainsi qu’à l’avantage particulier de votre district. Nous vous prions donc, Messieurs, de presser les municipalités auxqu’elles vous aurez recours de vous envoyer dans le plus court délai possible leurs instructions parparticulières ; et si vous éprouvez du retard de quelqu’une faites nous toujours parvenir ce que vous aurez reçû, sauf à vous procurer ensuite le complément et nous l’envoyer successivement.

30Les administrateurs composant le directoire du département du Nord.

☆☆☆

Notes

1 Le décret instituant un Comité de l’instruction publique formé de 24 membres est du 14 octobre 1791.

2 Talleyrand-Périgord, Rapport sur l’instruction publique au nom du Comité de Constitution les 10, 11 et 19 septembre 1791.

3 Cf. note 40 p. 21.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540