Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

Introduction

Texte intégral

  • 1 E. Allain, « L’enquête scolaire de 1791-1792 », Revue des questions historiques, 1891, t. 50, p. 1 (...)
  • 2 J. Ozouf, « Les statistiques de l’enseignement primaire au XIXe siècle », dans Pour une histoire d (...)
  • 3 E. Allain, « L’enquête scolaire de l’an IX », Revue des questions historiques, 1892, t. 51, p.

1Pendant la période qui va de 1791 à l’an IX, l’Etat lance de nombreuses enquêtes sur l’instruction publique. Citons en particulier l’enquête de 1791-1792 à l’initiative du Comité d’instruction publique1, l’enquête directoriale de l’an V voulue par François de Neufchateau2, l’enquête de l’an IX décidée par Chaptal3. Elles n’ont jamais fait l’objet d’une publication et d’une exploitation systématique pour le département du Nord. Mais leur existence est connue. Ce n’est pas le cas de l’enquête sur « les différens établissemens destinés à l’instruction de la jeunesse » que je publie. Celle-ci présente deux caractéristiques. Lancée en octobre 1790 à l’initiative du directoire du département du Nord, elle est donc bien antérieure à la première grande enquête nationale sur l’instruction publique de 1791-1792. Elle est unique en son genre. A ma connaissance, aucune autre administration départementale n’effectue une enquête sur ce thème en 1790.

Naissance d’une enquête

  • 4 Avesnes, Bergues, Cambrai, Douai, Hazebrouck, Le Quesnoy, Lille et Valenciennes.
  • 5 A.D. Nord L 261 P 6-7.
  • 6 C. Dehaisnes, « L’université de Douai en 1790. Lettres et mémoires de M. Placide de Bailliencourt (...)
  • 7 En application des décrets des 14 et 20 avril 1790 qui prescrivent « aux assemblées de districts e (...)

2Le 22 octobre 1790, le directoire du département du Nord envoie aux huit districts du département4 une lettre circulaire leur demandant de répondre à dix-huit questions relatives « au régime et aux ressources actuelles des différens établissemens destinés à l’instruction de la jeunesse »5. L’abbé Dehaisnes qui publia en 1866 la réponse de la municipalité de Douai à ce courrier6 écrit que celui-ci trouve son origine dans le décret du 2 novembre 1789 mettant les biens du clergé à la disposition de la nation. Sa démonstration est simple. Il constate que le district de Douai demande à la municipalité de dresser l’inventaire des biens des collèges et des séminaires de l'université le 2 septembre 17907. Il fait état de l’inquiétude du recteur qui entreprend la rédaction d’un long mémoire de défense de l’université approuvé par la municipalité de Douai le 12 septembre, témoignant de sa volonté de ménager l'université. Et il en vient à la circulaire du département datée du 22 octobre, qu’il présente comme un rappel à l’ordre pour obtenir au plus vite l’inventaire des biens de l’université. Il n’en est rien. Dehaisnes confond deux entreprises nettement distinctes :

  • d’une part, l’inventaire du mobilier réclamé par le département du Nord comme il l’est par les autres départements en application du décret du 2 novembre 1789.
  • d’autre part, une enquête que le département engage de sa propre initiative.

3L’introduction de la lettre du département,

  • 8 Cf. p. 35-37.

L’administration confiée à nos soins exige de notre part la plus grande surveillance sur tous les objets qui peuvent contribuer au bonheur de la société. Les renseignemens que nous allons vous demander, Messieurs, intéressent l’Etat et la Religion : ils consiste à vous faire rendre compte par les municipalités, et par toutes autres personnes que cela regarde, du régime et des ressources actuelles des différens établissemens destinés à l’instruction de la jeunesse et qui peuvent exister dans l’étendue de votre district8,

4et les dix-huit questions qui suivent :

  1. Dénomination exacte et nombre des collèges, maisons et écoles destinés à l’enseignement et à l’éducation publique.
  2. Dates de leur institution, par quelle autorité ?
  3. Si l’instruction est confiée à des personnes laïques ou ecclésiastiques.
  4. Leurs traitemens.
  5. Sous quelle surveillance et par qui et comment sont-elles administrées ?
  6. Quel est le genre et le degré d’enseignement particulier de chacun de ces établissemens ?
  7. Cet enseignement est-il gratuit ?
  8. Quelle en est la durée ?
  9. Quels sont le régime, la subordination et la discipline de chacune de ces maisons ?
  10. Nombre des élèves qui s’y trouvent à l’époque du 20 octobre 1790, en désignant ceux logés dans ces maisons d’avec les externes.
  11. Nombre des élèves que les classes peuvent contenir et qui peuvent être commodément logés dans ces maisons.
  12. A quel âge on y est admis ?
  13. En quel état se trouvent les bâtimens, emplacemens, distribution et destination des pièces ?
  14. En quoi consistent les revenus et ressources de chacune de ces maisons d’étude ?
  15. Leur usage.
  16. Quelles en sont les charges ?
  17. Epoque des derniers comptes-rendus.
  18. Situation actuelle des caisses.

5montrent bien que l’intention de la jeune administration départementale n’est pas de faire un inventaire du mobilier et des titres des collèges et de l’université, mais de dresser un tableau des institutions d’enseignement du département.

  • 9 R. Robinet, Centenaire de la loi du 10 août 1871 sur le Conseil général. Catalogue de l’exposition (...)

6L’administration départementale entrée en fonctions au mois de juin 17909 a déjà lancé plusieurs enquêtes sur la mendicité, sur l’état de l’agriculture... pour satisfaire aux sollicitations du pouvoir central. Mais ici, elle agit de son propre chef. Quels sont ses objectifs ? La circulaire apporte une première réponse à cette question. Le département définit en ces termes sa mission : exercer « la plus grande surveillance sur tous les objets qui peuvent contribuer au bonheur de la société ».

7Parmi ces objets qui intéressent « l’Etat et la Religion », il place l’instruction,

objet extrêmement important puisqu’il s’agit de former des hommes pour en faire des citoyens éclairés et vertueux.

  • 10 D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981, 394 p. Voir en pa (...)
  • 11 Cité dans J. Deschuytter, L’esprit public dans le Nord en 1791 ou le mythe de l’élan populaire, Ga (...)
  • 12 Décret du 12 décembre 1789.
  • 13 A.D. Nord, L 260, f°110-111.
  • 14 A.D. Nord, L 4832, Requête de la municipalité du Quesnoy, octobre 1790.
  • 15 A.D. Nord, L 4837, Lettre de la municipalité de Valenciennes au directoire du département du Nord, (...)

8Ce discours n’a guère le mérite de l’originalité. On y retrouve en filigrane des thèmes qui feront l’objet de vastes débats pendant la Révo-Révolution : la nécessité d’instruire l’enfant pour former l’Homme nouveau dont la nation a besoin, le rôle et la place de l’Etat dans l’instruction10. Mais, en le tenant dès octobre 1790, les administrateurs du département manifestent très tôt leur volonté d’être présents sur le terrain de l’éducation. Ils répondent à l’appel du marquis d’Esquelbecq qui déclarait, dans un discours prononcé avant l’ouverture de l’assemblée électorale, que les futurs administrateurs auraient « à diriger plus soigneusement l’Education Publique, ce grand ressort des bons gouvernements »11. Le décret portant constitution des assemblées administratives, en chargeant les assemblées du département « de la surveillance de l’éducation publique et de l’enseignement politique et moral »12 leur en donne le pouvoir. Or, les évènements incitent le directoire du département à agir. Le 22 septembre 1790, le directoire du district de Cambrai, qui s’est substitué aux Etats du Cambrésis dans l’administration du collège de Cambrai, entre en conflit avec le receveur du collège qui refuse de lui rendre ses comptes13. Le district de Cambrai demande au département de trancher. Au début du mois d’octobre 1790, la municipalité du Quesnoy, privée des octrois qui lui permettent d’entretenir son collège, adresse une demande de secours au département14. Le 1re octobre 1790, la municipalité de Valenciennes sollicite son intervention dans le conflit qui l’oppose au district sur la question de l’administration du collège de Sainte-Croix15. Enfin, il y a tous les problèmes nés de la suppression de la dîme puis de la nationalisation des biens du clergé qui incitent les municipalités et les bureaux d’administration des collèges à demander des éclaircissements. Le département est donc amené à prendre des décisions dans un domaine qu’il connaît mal. L’enquête doit donc lui fournir les éléments d’appréciation lui permettant d’agir à bon escient, « utilement ». En même temps, le département veut jouer le rôle de médiateur entre les municipalités et le pouvoir central. L’enquête doit réunir les pièces du dossier qu’il utilisera pour plaider la cause des établissements d’instruction de son ressort auprès de l’Assemblée Nationale. A la municipalité du Quesnoy qui lui propose de payer le traitement des professeurs du collège sur les biens des Jésuites de Valenciennes, il fait répondre par le directoire du district :

  • 16 A.D. Nord, L 261, f°72, Lettre du directoire du département au district du Quesnoy, 24 novembre 17 (...)

L’Assemblée Nationale n’a pas encore décidé mais ajourné la question si les biens destinés à l’enseignement sont des biens nationaux ou s’ils doivent être regardés comme propres aux communes qui renferment dans leur sein des établissements d’instruction, nous ne pouvons de nous-mêmes changer la disposition de ces biens. L’autorité de l’Assemblée et du chef suprême de l’administration seraient nécessaires pour opérer ce changement qui aurait pour but de faire de l’enseignement un objet d’utilité publique commune à tous les citoyens. C’est donc au corps législatif que la municipalité du Quesnoy doit s’adresser à présent, si elle ne croit pas devoir attendre le moment peu éloigné où l’Assemblée nationale prononcera sur cet objet intéressant.
De notre côté, nous avons prié les différents districts de nous communiquer l’état des revenus et des besoins des maisons d’éducation ainsi que des traitemens des professeurs. Ces renseignemens donnés à propos nous mettent à même d’adresser les observations convenables lors de la discussion générale de cette partie16.

  • 17 Cf. p. 53-55. Sur l’obsession des gouvernants et des auteurs de plans d’éducation pendant la secon (...)

9A la municipalité de Bergues qui s’inquiète dans sa réponse d’un éventuel remodelage de la carte scolaire par l’Assemblée nationale entraînant la suppression des collèges17, le département écrit :

  • 18 Cf. p. 56.

Nous avons reçu par la voie du district de Bergues la requête de votre commune tendante à ce que l’établissement relatif a l’éducation publique soit fixé à la ville de Bergues. Nous nous empresserons d’appuyer auprès de l’Assemblée nationale lorsqu’elle s’occupera de l’éducation publique les motifs de votre commune pour la conservation de son collège et en étendre l’utilité à tout le district de Bergues18.

Le déroulement de l’enquête

10En possession de la lettre du département, les districts n’en font pas la même lecture. Les sept districts d’Avesnes, Bergues, Douai, Hazebrouck, Le Quesnoy, Lille et Valenciennes, l’interprètent de façon restrictive et réduisent le champ de l’enquête a quelques villes de leur ressort. Leur choix se porte en priorité sur les villes pourvues d’un collège :

  • Avesnes et Maubeuge dans le district d’Avesnes.
  • Bergues, Dunkerque et Hondschoote dans le district de Bergues.
  • Douai et Orchies dans le district de Douai.
  • Hazebrouck, Bailleul, Cassel, Estaires et Merville dans le district d’Hazebrouck.
  • Lille, La Bassée et Tourcoing dans le district de Lille.
  • Bavay, Landrecies et Le Quesnoy dans le district du Quesnoy.
  • Valenciennes dans le district de Valenciennes.
  • 19 A.D. Nord, L 6361, Procès verbal du directoire du district de Cambrai, 23 octobre 1790.

11Ces districts font également parvenir le questionnaire à quelques villes, choisies sans doute parce que de tout temps elles avaient réclamé un collège et/ou parce qu’elles possédaient des maisons d’éducation privées. Le questionnaire est ainsi adressé aux municipalités de Berlaimont, La Gorgue, Marchiennes, Saint-Amand, Solre-le-Château, Steenvoorde et Watten. Le district de Cambrai, après avoir enregistré « la lettre du département par laquelle il demande des renseignemens très étendus sur les différens établissemens destinés à l’instruction publique » décide d’expédier le questionnaire à toutes les communes de son ressort19. Cette première étape de l’enquête est bouclée pour le 29 octobre 1790.

12A leur tour, les municipalités des villes font des lectures différentes de la circulaire du département. Pour de nombreuses municipalités, l’expression « différens établissements destinés à l’instruction de la jeunesse » se réduit, en dépit des précisions apportées par la question 1, aux seuls collèges. Les municipalités d’Avesnes, Bavay, Douai, Hondschoote, La Bassée, Orchies et Tourcoing interprètent ainsi le questionnaire. En revanche, les municipalités de Dunkerque, Maubeuge, Saint-Amand et Valenciennes s’intéressent à tous les établissements d’enseignement, petites écoles, collèges et écoles spécialisées. La municipalité de Lille retient les écoles et les écoles spécialisées mais ne tient pas compte des petites écoles. Aucune maison d’éducation privée n’entre dans le champ de l’enquête.

  • 20 Cf. p. 91.
  • 21 Cf. p. 88.
  • 22 Cf. p. 85.

13En règle générale, les enquêtes locales sont conduites avec rigueur. Il faut cependant distinguer le cas des villages du district de Cambrai de celui des villes. Dans les villages du Cambrésis, les réponses sont l’œuvre du maire, assisté d’un ou de plusieurs membres de la municipalité, parfois du greffier. Le (la) maître(sse) d’école, quand il (elle) existe, ne figure jamais parmi les signataires. La réponse de la municipalité d’Hem-Lenglet20 montre qu’il (elle) a pu être consulté(e) pour apporter certaines précisions : montant de l’écolage, nombre d’élèves au 22 octobre... L’objet de l’enquête est globalement compris. Seule la municipalité d’Estourmel commet un contre-sens complet en répondant qu’« il ne se trouve aucune personne qu’il soit perfectionnée pour les armes »21. La multiplicité des questions, parfois sans rapport avec la situation scolaire de modestes villages, semble cependant avoir dérouté bon nombre de maires et d’officiers municipaux. Maladresses et omissions sont fréquentes. La municipalité de Carnières est la seule à suivre le questionnaire point par point, pour formuler ses réponses ou préciser par un 0 (zéro) que la question est sans objet22. Les autres municipalités se contentent d’une réponse globale parfois très succincte. Cinq municipalités, sur les trente-trois déclarant avoir une école, indiquent le nombre d’élèves scolarisés. C’est peu. Les maires ont interprété au pied de la lettre la question 10 qui demandait l’état de la fréquentation au 20 octobre. Or, comme le signalent quelques réponses (Blécourt, Carnières), les écoles rurales vaquent encore à cette date. Les maires ont donc jugé inutile de répondre. Notons d’ailleurs que les maires qui répondent à cette question fournissent des estimations : « quarante écoliers année commune » à Cuvilliers, « environ trente » à Estrun, « quatre-vingt dans le plus fort de l’année » à Esnes, « environ quatre-vingt à l’époque du 20 octobre » à Iwuy, « une quarantaine d’enfants pendant cinq mois d’hiver » à Neuville-Saint-Rémy. Beaucoup de municipalités retiennent avant tout de la lettre du département le commentaire final :

  • 23 Cf. p. 36.

Nous vous prions aussi d’ajouter à ces détails les différentes observations que votre patriotisme croira pouvoir servir à nous éclairer sur un objet aussi important23.

  • 24 Cf. p. 85.

14et expriment longuement leurs doléances et leurs espoirs relatifs au service de l’enseignement. Signalons enfin l’opportunisme de la municipalité de Carnières profitant de l’occasion qui lui est ainsi donnée pour réclamer « les pièces de terre qu’ils sont sorties de notre village et terroir »24 lors de l’établissement des limites communales.

  • 25 Cf. p. 163-165.
  • 26 Cf. p. 150-162.
  • 27 C. Dehaisnes évoque « les souvenirs d’une fille de M. Bailliencourt qui, ajourd’hui encore, après (...)
  • 28 Cf. p. 44-47.
  • 29 Cf. p. 199-202.
  • 30 Cf. p. 131-139.

15Dans les villes, les municipalités mettent à contribution les responsables des établissements, administrateurs et enseignants. Ceux-ci prennent leur tâche fort au sérieux. Les administrateurs du collège de Lille rédigent un premier projet de réponse. Lepan, principal du collège, le reprend pour l’annoter et le compléter article par article. Le projet ainsi amendé est alors présenté au bureau d’administration du collège pour la rédaction de la réponse définitive25. La minutie et la rigueur de la démarche des administrateurs du collège de Lille sont exemplaires. Le travail réalisé par J.B.J. Liénard, principal du collège de Saint-Pierre de Lille, est de la même veine ; non content d’apporter les éclaircissements demandés, il se plonge dans les archives de la bibliothèque du chapitre de Saint-Pierre pour faire œuvre d’historien en retraçant la naissance et le développement de son établissement au cours des siècles26. Placide de Bailliencourt travaille plusieurs semaines d’affilée avec le recteur et les professeurs des quatre facultés, des collèges et des séminaires de l’université, pour rédiger la réponse de Douai27. Le même sérieux s’observe à Maubeuge où les administrateurs font une description d’une remarquable précision des bâtiments du collège28. Les municipalités se réunissent pour revoir les réponses. Quelques municipalités, Dunkerque, Maubeuge et Valenciennes, les regroupent en un seul rapport. Les réponses ponctuelles et/ou globales sont alors transmises aux districts. Des collèges et des municipalités joignent à leur envoi des pièces complémentaires venant éclairer leur propos. La municipalité de Valenciennes complète sa réponse avec le dernier compte-rendu de la situation financière du collège de Sainte-Croix29. La municipalité d’Orchies envoie l’acte de fondation du collège et son réglement de discipline30.

  • 31 A.D. Nord, L 8085, Délibération du directoire du district de Lille signalant l’envoi de cet état g (...)
  • 32 Cf. p. 41-43.

16Les districts de Lille et d’Avesnes rédigent un texte de synthèse à partir des différents rapports. L’« état général » du district de Lille31 est perdu. Le district d’Avesnes élimine de son rapport de synthèse la description des petites écoles de Maubeuge32. Les autres districts se contentent de faire parvenir tous les rapports reçus au département.

  • 33 Cf. p. 36-37.

17L’enquête lancée le 22 octobre 1790 se poursuit pendant l’année 1791. La majorité des réponses sont établies pour la fin du mois de janvier 1791. A cette date, les districts d’Avesnes, de Cambrai, de Douai, de Dunkerque et de Lille se sont mis en règle. En revanche, les districts d’Hazebrouck, du Quesnoy et de Valenciennes ne se sont pas encore manifestés. Un premier rappel à l’ordre leur parvient le 14 mai 179133. Le département ne se contente pas de réclamer une réponse rapide aux questions posées le 22 octobre ; il donne une nouvelle orientation à sa démarche en précisant :

Nous vous serions obligés d’accélérer de votre côté vos recherches et de nous en communiquer le résultat : aucun objet n’exige plus d’attention et de sollicitude de la part de l’administration et c’est par là que nous pouvons aider la patrie le plus utilement. Vous sentés d’ailleurs, Messieurs, combien il importe de transmettre à l’Assemblée Nationale les détails demandés dans le moment où elle va s’occuper du mode de l’éducation et des améliorations que le bien public exige en cette partie.

  • 34 J. Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique, Paris, Imp. Nationale, Collection d (...)

18La décision de l’Assemblée Nationale de consacrer une partie des séances de son comité de constitution à l’étude d’un plan d’instruction public34 n’est sans doute pas étrangère à ce propos. Le directoire du département sait que l’Assemblée reçoit des mémoires consacrés à cette question par des particuliers et des administrations. Il entend donc participer à cette œuvre nationale dont il souligne une fois encore la portée. En même temps, la lettre du département témoigne de la volonté, déjà exprimée dans le courrier adressé à la municipalité de Bergues de décembre 1790, de préparer l’avenir en présentant à l’Assemblée un dossier solide pour plaider la cause des établissements d’instruction du département.

  • 35 Ph. Guignet, « Valenciennes sous la Révolution et l’Empire », dans Histoire de Valenciennes, Lille (...)

19Le district de Valenciennes envoie les réponses des municipalités de Saint-Amand et de Valenciennes à la fin du mois de mai. Son retard est à mettre au compte de la municipalité de Valenciennes qui rédige sa réponse, au demeurant fort longue, le 19 mai. Elle justifie la lenteur de sa production par le changement du corps municipal en février 1 79135 et son souci de bien faire. En fait, il semble que le concours des responsables n’a pas été total. N’est-ce pas ce qu’il faut comprendre quand la municipalité écrit :

  • 36 Cf. p. 195.

Nous ne savons pas forcer les administrateurs subordonnés parce que nous considérons que leurs travaux gratuits ne peuvent être dus qu’à l’amour du bien public et que cet amour doit être essentiellement gratuit36.

  • 37 Cf. p. 37.
  • 38 Cf. p. 37.
  • 39 En particulier A.D. Nord, L 4838, L 8954.

20Sans nouvelles des districts du Quesnoy et d’Hazebrouck, le département rédige une seconde lettre de rappel le 19 août 179137. Elle est envoyée à tous les districts, car le département se voit interpellé de tous côtés sur la question des bourses d’études qu’il n’avait guère évoquée dans sa circulaire d’octobre 1790. Pour répondre aux nombreuses questions qui lui sont posées sur ce sujet, le département demande aux directoires des districts d’enquêter sur les fondations et leur utilisation38. Cette nouvelle demande est à l’origine d’un copieux dossier de réponses présentant un tableau complet des bourses d’études instituées dans les collèges et séminaires du département à la fin de l’Ancien Régime39.

  • 40 J. Guillaume... p. 46. La démarche du ministre de l’intérieur vient à l’appui de l’enquête lancée (...)
  • 41 Cf. p. 38-39.
  • 42 Cf. p. 57-67.

21A l’automne 1791, le seul district d’Hazebrouck est défaillant. Une nouvelle occasion est donnée, en décembre 1791, au directoire du département de le relancer pour arriver au terme de son projet initial. Le 15 décembre 1791, le ministre de l’Intérieur demande en effet aux directoires des départements de rédiger « une notice sur chacun des établissements d’éducation et d’instruction » situés dans leur ressort. Les mémoires demandés avaient pour objet de s’informer de la situation financière des établissements scolaires40. Dès réception de la lettre du ministre, le directoire du département du Nord la transmet aux districts en rappelant l’existence de sa circulaire d’octobre 1790, les questions qu’elle posait, auxquelles il en ajoute une sur les bourses41. Une seule municipalité donnera suite à cette nouvelle demande du département : celle de Bergues qui reprend d’ailleurs des passages entiers de son premier mémoire42.

Bilan des réponses

Tous les districts, à l’exception de celui d’Hazebrouck, ont répondu à l’enquête du département :

Tous les districts, à l’exception de celui d’Hazebrouck, ont répondu à l’enquête du département :
  • 43 Cf. p. 141-142.
  • 44 Cf. p. 142-143.

22Le district d’Hazebrouck compte pourtant quatre collèges, à Bailleul, Cassel, Estaires et Hazebrouck. Les recherches, tant dans les archives communales que départementales, sont restées vaines. Tout laisse à penser que ces quatre villes n’ont pas répondu aux sollicitations du département. Deux faits plaident en faveur de cette hypothèse : le 24 août 1791, le district d’Hazebrouck, pour satisfaire à la seconde lettre de rappel du département, se contente d’expédier un bref état de la situation financière des quatre établissements, accompagné d’un projet de réorganisation du réseau des collèges de son ressort43 ; il ne répond à aucune des questions posées. Le 23 décembre 1791, le département signale n’avoir reçu que « quelques renseignemens »44.

  • 45 A.D. Nord, L 390, Le directoire du département accuse réception « des renseignements donnés par le (...)

23L’absence de réponses en provenance de Cambrai et du Cateau peut également surprendre. Les réponses ont bien été établies, le 22 novembre 1790 pour le collège du Cateau et le 26 novembre 1790 pour le collège et le séminaire de Cambrai45, et doivent donc être considérées comme perdues.

  • 46 Ce terme désigne les séminaires de Douai qui avaient pour fonction d’héberger les étudiants des fa (...)

24Au total, les réponses passent en revue les quatre facultés de l’université de Douai ; trente-trois collèges et séminaires46, sur les quarante-quatre du département, décrivent la situation de l’enseignement élémentaire dans quarante-cinq communes du Cambrésis. Enfin, ces réponses dressent l’état complet des institutions éducatives de Dunkerque, Maubeuge et Valenciennes.

25Ce premier bilan fait déjà de l’enquête de 1790 un document de premier plan pour notre connaissance du paysage culturel du département du Nord, à l’aube de la révolution.

Une source suggestive

  • 47 Cf. les réponses de la municipalité de Bergues et du principal du collège de Saint-Pierre de Lille (...)

26Le nombre et la diversité des questions posées sur l’histoire institutionnelle, la situation administrative et financière, les effectifs, l’état des bâtiments, le régime et le contenu des études, l’existence ou l’absence de pensionnats, contribuent à la richesse de l’enquête. La brassée d’informations qu’elle livre donne naissance à un document bien plus pertinent que l’enquête de 1791-1792 qui ne porte que sur la situation financière des établissements, même si certaines municipalités se laissent aller à fournir des informations débordant du champ des questions posées. Un autre point mérite d’être souligné. Les renseignements que donne l’enquête du département doivent être considérés comme fiables. Ils ont été puisés à la source même et ne sont pas le fruit d’une investigation rétrospective, comme c’est le cas pour l’enquête de l’an IX. D’autre part, il n’y a aucune arrière-pensée dans les réponses, même si quelques-unes trahissent une certaine inquiétude47 ; l’enquête de 1790 ne s’inscrit pas en effet, comme celle de fan IX, dans une perspective de réforme du système éducatif visant à faire cesser l’expérience décriée des écoles centrales et à créer un nouveau réseau d’établissements. Principaux de collèges et municipalités n’ont aucun intérêt à travestir la réalité et à gonfler les chiffres des effectifs, par exemple.

  • 48 J. Peter, « L’enseignement secondaire dans le département du Nord pendant la révolution 1789-1802  (...)
  • 49 Décret du 27 novembre 1790 pour le premier serment ; décret du 22 mars 1791 pour le second.
  • 50 Cf. p. 77.
  • 51 Statistique du département du Nord. Douai, Marlier, 1804, 3 volumes, t. 3, p. 137-142.

27Parmi les multiples attraits des réponses, il en est un qui mérite particulièrement de retenir l’attention car il remet en cause l’historiographie ancienne des avatars de l’enseignement au début de la révolution dans le département du Nord48. Les réponses à la question 10 font en effet connaître les effectifs scolaires au 20 octobre 1790. Les chiffres ainsi fournis montrent que le déclin des collèges commence bien avant l’obligation du serment imposé aux ecclésiastiques et à toutes les personnes chargées de l’instruction publique49, toujours présenté comme la cause fondamentale de l’affaiblissement et de la désorganisation de l’enseignement. La réalité est plus complexe. Trois réponses comparent la situation en octobre 1789 et en octobre 1790 ; elles mettent en évidence une baisse importante des effectifs entre ces deux dates. Le collège de Bavay, qui comptait 206 élèves en octobre 1789, n’en compte plus que 128 au 20 octobre 1790 ; à La Bassée, sur 70 élèves en octobre 1789, il en reste 40 au 20 octobre 1790 ; enfin, à Hondschoote, « le nombre des écoliers était régulièrement de 15 à 20, depuis la Révolution il est réduit à la moitié »50. La comparaison des chiffres avancés pour l’année scolaire 1788-1789 par la Statistique du département du Nord51 et des chiffres de l’enquête de 1790 confirme l’existence d’une chute parfois brutale des effectifs bien avant le serment :

(1) Statistique du département du Nord.
(2) Enquête 1790.
(3) Facultés de théologie, de droit, de médecine et des arts.

28Les municipalités de Douai et de La Bassée en expliquent l’origine :

  • 52 A. Pastoors, Histoire de la ville de Douai pendant la Révolution 1789-1802, Douai, Delarra imprime (...)
  • 53 Cf. p. 119.
  • 54 Cf. p. 148.

On doit observer ici que, depuis nombre d’années, toutes les maisons de l’université étaient constamment remplies et qu’ils y restaient rarement des places vacantes. Mais les troubles de l’été dernier52 ont fait déserter un grand nombre d’écoliers et ont été la cause que bien des parens n’ont osé, cette année, envoïer leurs enfans, malgré les assurances qu’on leur donnait que la tranquillité était parfaitement rétablie et qu’on n’avait plus rien à craindre ; c’est à cette cause, qui n’est qu’éphémère et instantanée, qu’on doit attribuer le petit nombre d’écoliers qui s’est trouvé ici le 20 octobre dernier...53.
Les circonstances particulières, spécialement celles qui règnent aujourd’hui, ont diminué le nombre d’écoliers54.

  • 55 Au collège d’Anchin, le jeune Varesquelle quitte le pensionnat « le 27 juin 1790 à cause des troub (...)
  • 56 Les fléchissements soudains des effectifs des collèges du Nord de la France pendant les guerres du (...)

29Les troubles urbains de l’été 1789 et du premier semestre de l’année 1790 ont été préjudiciables au recrutement des collèges. Inquiets, les parents ne renvoient pas leurs enfants en classe après les vacances ou les en retirent à la moindre alerte55. Le phénomène n’est pas nouveau56. Le serment, en empêchant toute récupération, ne fera qu’accélérer un déclin déjà observable en octobre 1790. Les écoles spécialisées enregistrent, elles aussi, une baisse de leurs effectifs. Les raisons en sont différentes. Saladin, professeur de l’école de mathématiques de Lille, signale l’inscription de 40 élèves pendant l’année 1789-1790, contre 60 à 70 les années précédentes, et constate :

  • 57 Cf. p. 170.

C’est l’ardeur pour la garde nationale qui a beaucoup diminué pendant ce tems le nombre des élèves de cette école où l’on n’admet que des jeunes déjà formés57.

Le destin de l’enquête

30Conformément à son projet, le directoire du département fait parvenir le dossier ainsi constitué à l’Assemblée constituante. C’est ce qui ressort d’un long rapport établi par le 4e bureau du directoire du département chargé des questions relatives à l’enseignement :

  • 58 A.D. Nord, L 4838, 1792.

Pour surveiller utilement l’éducation publique, le directoire avait demandé des renseignemens exacts sur les collèges et autres établissements d’éducation publique afin de les transmettre à l’Assemblée nationale. Ces renseignemens ont été envoyés en grande partie58.

31Nous ignorons tout du sort réservé à cet envoi.

32L’enquête du directoire du département du Nord a dormi pendant de nombreuses années dans les cartons des archives départementales et communales. Elle n’est guère utilisée lors de l’enquête de 1791-1792 comme en témoigne une lettre de la municipalité de Douai. Au département qui la presse de lui faire parvenir les tableaux réclamés par le Comité d’instruction publique, la municipalité de Douai, installé en mars 1791, répond le 12 avril 1792 :

  • 59 A.D. Nord, L 7537, 12 avril 1792.

Nous avons commencé ce travail en traitant les articles sur lesquels nous avions les notions nécessaires mais nous nous trouvons arrettés à chaque pas, attendu le défaut d’uniformité et la complication qui existe dans ces differens etablissemens...
Il ÿ a dans ces deux tableaux des colonnes auxquelles nous accollerons des details considerables qu’il est impossible d’abreger et d’autres où nous ne dirons presque rien n’aÿant rien pû découvrir. Enfin, Messieurs, nous sommes aussi convaincus qu’on peut l’être de l’importance et de l’urgence de cette matière, mais elle est si vaste et si fort embrouillée qu’elle demanderait tout le tems de plusieurs commissaires pour etre achevée à la fin du mois. Encor leur faudrait-il les renseignemens que nous ne pouvons obtenir pour en venir à bout59.

  • 60 Fontaine de Resbecq, « Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont fo (...)
  • 61 F. Lennel, L’instruction primaire dans le département du Nord (1789-1802), Paris, Tallandier, 1909 (...)
  • 62 J. Peter, « L’enseignement secondaire dans le département du Nord pendant la Révolution 1789-1802) (...)
  • 63 J. Deschuytter, L’esprit public..., p. 119-127.
  • 64 Cf. bibliographie à la suite de chaque réponse.
  • 65 Ibid.

33A aucun moment, il n’est fait allusion au remarquable travail de Placide de Bailliencourt et de ses collaborateurs pourtant déposé dans les archives de la commune. Conseils d’arrondissements et municipalités l’ignorent quand ils établissent leurs réponses à l’enquête de l’an IX, comme l’ignorent Bottin et Dieudonné, auteurs de la Statistique du département du Nord publiée en 1804. Fontaine de Resbecq n’en a pas connaissance quand il enquête sur la situation de l’enseignement primaire dans le département du Nord60. L’enquête lui aurait été cependant d’un grand secours pour la rédaction du chapitre consacré aux petites écoles de l’arrondissement de Cambrai. L’abbé Dehaisnes est le premier à en avoir exhumé et publié une réponse. Lennel61, Peter62 et Deschuytter63 utilisent ponctuellement quelques réponses mais ne s’interrogent pas sur leur appartenance à un ensemble. Quelques réponses, retrouvées généralement dans les archives communales, sont publiées dans des monographies de villes et d’établissements scolaires souvent anciennes64. Plus récemment, deux mémoires de maîtrise consacrés à l’histoire de l’enseignement à Maubeuge et à Tourcoing utilisent les réponses de ces municipalités65.

  • 66 M.M. Compère et D. Julia, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles, Répertoire France du Nord et (...)

34Pour l’essentiel, l’enquête du département du Nord est restée inédite. J’en ai fait la première étude systématique pour la préparation de notices consacrées aux collèges du Nord sous l’Ancien Régime66. La publication de l’enquête de 1790 fera connaître une entreprise originale de la jeune administration du département du Nord. Unique en France, elle témoigne de l’intérêt que l’assemblée départementale porte aux problèmes éducatifs depuis sa création.

Notes

1 E. Allain, « L’enquête scolaire de 1791-1792 », Revue des questions historiques, 1891, t. 50, p. 143-203.

2 J. Ozouf, « Les statistiques de l’enseignement primaire au XIXe siècle », dans Pour une histoire de la statistique, t. 1, Contributions, Paris, Imprimerie Nationale s.d., 593 p., p. 139-154.

3 E. Allain, « L’enquête scolaire de l’an IX », Revue des questions historiques, 1892, t. 51, p.

4 Avesnes, Bergues, Cambrai, Douai, Hazebrouck, Le Quesnoy, Lille et Valenciennes.

5 A.D. Nord L 261 P 6-7.

6 C. Dehaisnes, « L’université de Douai en 1790. Lettres et mémoires de M. Placide de Bailliencourt publiés avec d’autres documents inédits », Mémoires de la Société impénale d’Agriculture, de Sciences et d’Arts séant à Douai, t. VIII, 1863-1865, 1866, p. 213-255.

7 En application des décrets des 14 et 20 avril 1790 qui prescrivent « aux assemblées de districts et à leurs directoires de procéder à l’inventaire du mobilier, des titres et papiers dépendant de tous les corps et communautés séculiers et réguliers, fabriques, hôpitaux, maisons de charité, ou autres établissements publics ».

8 Cf. p. 35-37.

9 R. Robinet, Centenaire de la loi du 10 août 1871 sur le Conseil général. Catalogue de l’exposition, 1971. P. Schultz, La décentralisation administrative dans le Nord de la France 1790-1793, Lille, P.U.L., 1982, 155 p. Le Conseil général du département du Nord, composé de 36 administrateurs élus par les assemblées primaires, se réunit à Douai, chef-lieu du département, le 17 juillet 1790. Son premier soin est l’élection du directoire du département, organe permanent, composé de 8 membres.

10 D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981, 394 p. Voir en particulier les chapitres 1 et 2, p. 18-124.

11 Cité dans J. Deschuytter, L’esprit public dans le Nord en 1791 ou le mythe de l’élan populaire, Gap, imp. Louis-Jean, 1971, 182 p., p. 120. Commissaire du roi, chargé de surveiller la formation de l’administration départementale, le marquis d’Esquelbecq prononce ce discours le 1re juillet 1790.

12 Décret du 12 décembre 1789.

13 A.D. Nord, L 260, f°110-111.

14 A.D. Nord, L 4832, Requête de la municipalité du Quesnoy, octobre 1790.

15 A.D. Nord, L 4837, Lettre de la municipalité de Valenciennes au directoire du département du Nord, 1re octobre 1790.

16 A.D. Nord, L 261, f°72, Lettre du directoire du département au district du Quesnoy, 24 novembre 1790. Il s’agit des biens enlevés aux jésuites lors de leur suppression en 1765. Ils servaient au paiement des pensions versées aux Jésuites.

17 Cf. p. 53-55. Sur l’obsession des gouvernants et des auteurs de plans d’éducation pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle et la Revolution de construire « un espace scolaire cohérent, hiérarchisé suivant un rapport géométrique à la population » voir D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir..., p. 172-187.

18 Cf. p. 56.

19 A.D. Nord, L 6361, Procès verbal du directoire du district de Cambrai, 23 octobre 1790.

20 Cf. p. 91.

21 Cf. p. 88.

22 Cf. p. 85.

23 Cf. p. 36.

24 Cf. p. 85.

25 Cf. p. 163-165.

26 Cf. p. 150-162.

27 C. Dehaisnes évoque « les souvenirs d’une fille de M. Bailliencourt qui, ajourd’hui encore, après 76 ans écoulés, se rappelle avoir vu, durant un ou deux mois, un grand nombre de prêtres, de professeurs et d’écrivains, travaillant avec son père et lui fournissant des renseignements » (L’Université de Douai... p. 220).

28 Cf. p. 44-47.

29 Cf. p. 199-202.

30 Cf. p. 131-139.

31 A.D. Nord, L 8085, Délibération du directoire du district de Lille signalant l’envoi de cet état général le 9 mars 1791.

32 Cf. p. 41-43.

33 Cf. p. 36-37.

34 J. Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique, Paris, Imp. Nationale, Collection de documents inédits sur l’histoire de France, t. 1, 1889, XXIV-540 p. Cf. p. IV-VI « Les bases de l’éducation nationale étaient un des objets dont l’assemblée avait décrété, le 1re janvier 1791, de s’occuper sans interruption dans ses séances du matin ».

35 Ph. Guignet, « Valenciennes sous la Révolution et l’Empire », dans Histoire de Valenciennes, Lille, P.U.L., 1982, 333 p., p. 165-166.

36 Cf. p. 195.

37 Cf. p. 37.

38 Cf. p. 37.

39 En particulier A.D. Nord, L 4838, L 8954.

40 J. Guillaume... p. 46. La démarche du ministre de l’intérieur vient à l’appui de l’enquête lancée par le Comité d’instruction publique le 23 novembre 1791 et connue sous le nom d’enquête de 1791-1792.

41 Cf. p. 38-39.

42 Cf. p. 57-67.

43 Cf. p. 141-142.

44 Cf. p. 142-143.

45 A.D. Nord, L 390, Le directoire du département accuse réception « des renseignements donnés par le directoire du district de Cambrai sur le collège de Cateau et sur la fondation des bourses du collège Majoris de Cambrai le 22 novembre 1790 ». Il reçoit « les renseignements donnés sur le collège de Cambrai et le séminaire de Cambrai », le 26 novembre 1790.

46 Ce terme désigne les séminaires de Douai qui avaient pour fonction d’héberger les étudiants des facultés et des collèges de l’université de Douai, et les séminaires de Bergues créés pour loger des boursiers élèves du collège de Bergues (cf. p. 108-109 et p. 50).

47 Cf. les réponses de la municipalité de Bergues et du principal du collège de Saint-Pierre de Lille (p. 53-55 et p. 158-160).

48 J. Peter, « L’enseignement secondaire dans le département du Nord pendant la révolution 1789-1802 », Annales du Comité flamand de France, 1911-1912, t. XXX, p. 211-392.

49 Décret du 27 novembre 1790 pour le premier serment ; décret du 22 mars 1791 pour le second.

50 Cf. p. 77.

51 Statistique du département du Nord. Douai, Marlier, 1804, 3 volumes, t. 3, p. 137-142.

52 A. Pastoors, Histoire de la ville de Douai pendant la Révolution 1789-1802, Douai, Delarra imprimeur, 1905, 526 p., p. 37-38. B. Lefebvre, « Troubles et permanences révolutionnaires 1789-1815 », dans Histoire de Douai, Westhoek, Editions des Beffrois, 1985, 347 p., p. 155. En juin 1790, Douai est le théâtre de troubles violents provoqués par le soulèvement des régiments en garnison contre le commandant général baron de Tott. Le Journal historique et littéraire, publié à Maestricht, insère dans son numéro du 15 juin 1790 cette lettre envoyée de Douai :
Notre Université est déserte, culbutée, anéantie. Il n’y reste plus ni humanistes, ni philosophes, ni médecinistes, ni juristes, ni théologiens. Ceux qui n’ont pu prendre le large, ont été enlevés par les troupes nationales, qui se sont mises sous les armes au nombre de plus 16 000 hommes. Ils ont maltraité les docteurs et les membres de l’Université ; ils ont pillé les collèges et la caisse militaire. Tous les étudiants, jusqu’aux enfants du Collège Anglois, ont été obligés de les suivre dans les casernes pour y passer la nuit. Un théologien, qui avait voulu s’échapper, a été meurtri de coups, et il en est mort le lendemain. D’autres sont grièvement blessés. Tous les couvents sont à la discrétion de ces monstres.
Cité dans Bulletin de la Société d’Etudes de la province de Cambrai, t. 2, 1900-1901, p. 50. Le tableau est exagéré, mais il ne peut que renforcer l’inquiétude des parents de pensionnaires en particulier. Nous connaissons mal les troubles urbains — chronologie, déroulement, ampleur — dans le département du Nord.

53 Cf. p. 119.

54 Cf. p. 148.

55 Au collège d’Anchin, le jeune Varesquelle quitte le pensionnat « le 27 juin 1790 à cause des troubles ». Deux de ses condisciples, Mulet et de la Vieilleuse renoncent à leurs études le 15 décembre 1790 pour le même motif (A.D. Nord, D 336, Compte des pensionnaires du Collège d’Anchin 1790-1791). Deux pensionnaires du collège de Maubeuge rejoignent leur famille, l’un le 27 juin 1790 l’autre le 29 juin 1790, tous deux à cause des troubles. Un pensionnaire « rentré » le 15 septembre 1790 « sort du collège » le 15 octobre 1790 (A.C. Maubeuge H 3).

56 Les fléchissements soudains des effectifs des collèges du Nord de la France pendant les guerres du XVIIe siècle en témoignent.

57 Cf. p. 170.

58 A.D. Nord, L 4838, 1792.

59 A.D. Nord, L 7537, 12 avril 1792.

60 Fontaine de Resbecq, « Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le département du Nord », Bulletin de la Commission Historique du Nord, 1879, t. XIV, 426 p.

61 F. Lennel, L’instruction primaire dans le département du Nord (1789-1802), Paris, Tallandier, 1909, 136 p.

62 J. Peter, « L’enseignement secondaire dans le département du Nord pendant la Révolution 1789-1802) », Annales du Comité Flamand de France, 1911-1912, t. XXX, p. 211-392.

63 J. Deschuytter, L’esprit public..., p. 119-127.

64 Cf. bibliographie à la suite de chaque réponse.

65 Ibid.

66 M.M. Compère et D. Julia, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles, Répertoire France du Nord et de l’Ouest, t. 2, Paris, I.N.R.P.-C.N.R.S., 1988, p. 710.

Table des illustrations

Titre Tous les districts, à l’exception de celui d’Hazebrouck, ont répondu à l’enquête du département :
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/901/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende (1) Statistique du département du Nord.(2) Enquête 1790.(3) Facultés de théologie, de droit, de médecine et des arts.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/901/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/901/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/901/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540