Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

Conclusion

Fabrice Maerten

Texte intégral

1À la lecture des différents textes de cette journée d’études, une conclusion s’impose d’emblée pour un historien belge de la Seconde Guerre mondiale : les chercheurs français désireux d’étudier le phénomène de l’épuration au lendemain du dernier conflit planétaire ont la chance de pouvoir disposer de sources d’une grande richesse. Mais encore faut-il les exploiter judicieusement, ce que n’ont pas manqué de faire les divers intervenants au colloque du 1er février 2014.

2La plupart des huit exposés traitant en tout ou en partie du Nord et/ou du Pas-de-Calais
– auxquels il convient de joindre l’intervention de Dirk Luyten sur la répression de la collaboration syndicale en Belgique – n’ont en effet pas hésité à délaisser l’histoire politique et institutionnelle traditionnelle pour questionner les sources sur la façon dont l’épuration avait été appliquée à divers groupes socio-culturels. En outre, les auteurs ont généralement été soucieux d’analyser les réactions des membres des structures concernées ainsi que de l’opinion publique à ces mesures. Par ailleurs, plusieurs d’entre eux ont débordé du cadre de l’épuration judiciaire, pour dresser aussi un bilan des autres formes de l’épuration légale (économique, administrative ou professionnelle), ainsi que de l’épuration spontanée. Enfin, tout en ne dédaignant pas le contexte général, surtout juridique, les auteurs ont souvent alterné avec bonheur études de cas particuliers et analyses quantitatives fouillées.

3De ce vaste panorama régional de l’épuration vue essentiellement d’en bas, nous semble ressortir l’image d’une confrontation entre structures sociétales et l’État français qui aboutit, après une répression limitée, fruit de subtils compromis, à une quasi-restauration des ensembles en question. C’est en tout cas l’impression qui se dégage des analyses de Jonas Campion sur la gendarmerie, de Bruno Béthouart sur l’Église catholique à travers le cas de Mgr Dutoit, de Marie-Christine Allart sur le monde agricole, de Jean-François Condette sur le personnel enseignant, et même, dans une certaine mesure, de Jean-Paul Visse sur l’univers de la presse. Ajoutons que les textes de Jonas Campion (gendarmerie) et Dirk Luyten (syndicats) paraissent faire état du même phénomène en Belgique.

4Pour expliquer cette épuration légale relativement légère parmi ces divers corps sociaux pourtant impliqués dans une mesure plus ou moins large dans le régime de Vichy, les auteurs soulignent l’importance des mécanismes d’auto-défense mis en place. Ces stratégies sont d’autant plus efficaces que, comme le soulignent par exemple les rapports des préfets et sous-préfets analysés par Philippe Roger dans sa belle synthèse sur l’épuration dans le Pas-de-Calais, l’État a tout intérêt à tourner rapidement la page. Le relèvement du pays ne peut en effet se produire que dans une paix sociale et une harmonie retrouvées. Plus fonda-mentalement, les nouveaux dirigeants ne désirent pas trop affaiblir ces composantes de la société, qui leur servent de relais pour asseoir leur pouvoir sur la Nation et assurer sa prospérité. Une épuration de leurs éléments les plus compromis avec l’occupant suffit, à leurs yeux, à apaiser l’opinion publique et à donner l’image d’une République régénérée.

5Convient-il dès lors de dire que l’épuration dans le Nord–Pas-de-Calais a été de peu d’ampleur ? C’est un autre mérite de cet ouvrage d’apporter une réponse nuancée à cette question.

6D’abord, si l’épuration légale a été relativement modérée – nous y reviendrons –, il ne paraît pas en avoir été de même pour l’épuration extra-légale ou spontanée, analysée principalement par Marie-Christine Allart et Philippe Roger. Ainsi, selon ce dernier, les attentats contre les collaborateurs ont été particulièrement nombreux dans les deux départements du Nord. Pour le seul Pas-de-Calais, on en comptabilise 169 au moins. La plupart d’entre eux sont perpétrés à l’été 1944, leur diminution nette après le 7 septembre 1944 attestant de la reprise en mains rapide de la répression de la collaboration par les autorités légales. Il est aussi intéressant de remarquer que les victimes sont surtout des étrangers (essentiellement des Polonais), des membres des forces de l’ordre, des femmes, des résistants, des bandits, du personnel d’encadrement des mines et des cafetiers.

7Ensuite, si l’épuration légale a, en dehors des cas flagrants de collaboration politique, militaire, policière, économique ou intellectuelle directe ou indirecte (via Vichy) avec l’occupant, relativement peu touché les « piliers » de la société nordiste de l’époque, il apparaît à travers diverses communications qu’elle a plus durement atteint des groupes plus fragiles.

8C’est, semble-t-il, le cas des femmes comme le montrent le texte de Catherine Lacour-Astol relatif à l’épuration judiciaire selon le genre dans le Nord, mais aussi de façon plus diffuse les interventions de Marie-Christine Allart sur l’épuration dans le monde agricole du Pas-de-Calais et de Jean-François Condette sur celle des personnels de l’Éducation nationale de l’académie de Lille.

9Par ailleurs, et alors qu’ils sont déjà durement frappés par la répression spontanée, les étrangers (Polonais surtout, mais aussi Belges) constituent, selon Marie-Christine Allart, une part importante des personnes du monde agricole internées administrativement à la Libération. Ces deux sujets – l’internement administratif à la Libération et la part des étrangers dans l’épuration légale – mériteraient à l’évidence d’être approfondis.

10En outre, en marge de leur communication, certains intervenants ont avancé que les milieux populaires avaient également été davantage touchés que la moyenne par la répression légale, affirmation qu’il serait évidemment utile de confirmer par une étude fouillée.

11Enfin, dans son exposé sur la taxation et la confiscation des profits illicites dans la France du Nord, Béatrice Touchelay a bien montré que l’épuration économique a été loin d’être insignifiante, et ce même si l’opération de recouvrement de ces profits n’a pas atteint les résultats espérés initialement. Encore conviendrait-il de savoir avec plus de précision quels types de collaborateurs cette répression économique a surtout atteint.

  • 1 Étienne Dejonghe et Daniel Laurent, Libération du Nord et du Pas-de-Calais, Paris, 1974, spécialeme (...)

12Riches de multiples apports qui consolident notamment l’étude pionnière d’Étienne Dejonghe et Daniel Laurent1, ces actes ont aussi le mérite d’ouvrir la porte à de nouveaux questionnements. Les quelques références à la répression spontanée et légale vécue à l’issue de la Première Guerre mondiale et à l’influence de celle-ci sur les comportements quelque vingt-cinq ans plus tard (voir surtout le texte de Catherine Lacour-Astol) font penser qu’une réflexion plus approfondie sur ce thème pourrait fournir des clés de compréhension de l’épuration dans le Nord–Pas-de-Calais après la Seconde Guerre mondiale. À ce titre, une comparaison avec la Belgique, qui a vécu elle aussi une double épuration, ainsi qu’avec le reste de la France, qui ne l’a pas connue, serait du plus grand intérêt. De manière générale, la spécificité indéniable du Nord–Pas-de-Calais par rapport au reste de la France, soulignée par plusieurs intervenants (en particulier Jean-François Condette, Catherine Lacour-Astol, Philippe Roger et Béatrice Touchelay), serait encore mieux mise en valeur par une comparaison globale avec les régions du pays situées plus au sud. Cette analyse pourrait ainsi confirmer (ou infirmer ?) l’impact du fort sentiment anti-allemand et anti-nazi ainsi que de la profonde implantation communiste dans le degré élevé d’épuration spontanée avant la Libération. Elle pourrait aussi permettre de mieux comprendre pourquoi ce type d’épuration diminue très rapidement dès la fin de la première semaine de septembre 1944 (moindre anarchie due à la présence rapide et massive des troupes alliées ?) et pourquoi l’épuration légale, surtout pour ce qui a trait aux chambres civiques, chargées d’instruire les crimes « d’indignité nationale », est relativement modérée (collaboration avec l’occupant et attachement à Vichy beaucoup plus marginaux qu’ailleurs ?). Pour étayer cette comparaison, une analyse aussi synthétique que celle de Philippe Roger sur le Pas-de-Calais serait utile pour le Nord.

13D’autres problématiques ont à peine été effleurées et mériteraient d’être approfondies. Ainsi en va-t-il du rôle des tribunaux militaires ou de la question générationnelle, tout de même abordée dans la contribution de Jean-François Condette. Si les structures fondamentales de la société nordiste sont plutôt restaurées, y-a-t-il tout de même un certain renouvèlement des élites via l’arrivée d’une nouvelle génération ou les anciens responsables restent-ils généralement en place ?

14Autre question, peut-être plus fondamentale. Dans le jeu d’influence des différents acteurs, on a beaucoup évoqué, dans ces actes, l’appareil d’État, les structures fondamentales de la société nordiste et l’opinion publique, mais finalement assez peu les partis politiques et les syndicats (voir surtout la contribution de Dirk Luyten sur les syndicats belges, plusieurs autres textes, comme ceux de Jonas Campion, Philippe Roger et Jean-Paul Visse, faisant référence aux forces politiques de gauche sans les placer au centre de leur analyse) et la Résistance (principalement via l’introduction de Robert Vandenbussche, même si elle apparaît en toile de fond de quelques autres textes, notamment ceux de Bruno Béthouart, Jean-François Condette et Philippe Roger). Il est vrai que plusieurs contributions soulignent la rapide mise à l’écart de la Résistance dans le processus épuratoire, mais cette problématique mériterait certainement d’être analysée de façon plus approfondie. Comme il serait intéressant d’examiner avec précision, si cela n’a pas déjà été fait par ailleurs, dans quelle mesure les partis politiques et les syndicats, en particulier ceux sortis vainqueurs de la lutte clandestine – on songe évidemment surtout au parti communiste et à la CGT – ont pesé ou non sur le phénomène. Enfin, toujours dans cette quête des rapports de force, il serait intéressant de mesurer de manière plus précise la part d’autonomie des pouvoirs régionaux et locaux face aux ministères parisiens dans la mise en œuvre de l’épuration légale (la question est abordée dans les articles de Bruno Béthouart, Jean-François Condette et Béatrice Touchelay).

15Enfin, la problématique de l’application des peines, des libérations anticipées, de l’amnistie, et de manière générale, des conséquences à long terme pour la société, les groupes, les familles et les individus des mesures d’épuration prises dans l’immédiat après-guerre, évoquée de-ci de-là (notamment chez Jean-François Condette, Béatrice Touchelay et Jean-Paul Visse), mériterait à elle seule une kyrielle de recherches.

16Si certaines incertitudes subsistent encore au terme de cet ouvrage, ce dernier aura tout de même eu l’immense mérite de confirmer, avec les nuances précieuses propres aux recherches historiques de qualité, que l’épuration dans le Nord–Pas-de-Calais – en tout cas l’épuration légale – aura été d’une relativement faible ampleur en volume et en temps. Mais peut-on écrire pour autant que cette épuration fut modérée ?

17Cette dernière question, éminemment subjective, renvoie en effet à un jugement de valeur qui a varié selon la position occupée vis-à-vis du processus par le groupe dont la personne faisait partie, et selon ce qui a été vécu sous l’Occupation. Ainsi, sur base de l’enquête menée sur la question début 1946, par les préfet et sous-préfets du Pas-de-Calais auprès de l’opinion publique, Philippe Roger constate que si, pour le préfet, l’épuration est considérée comme sévère, les avis divergent dans la population, selon qu’elle soit rurale (parfois trop de sévérité) ou ouvrière (trop d’indulgence), ou que l’on évoque l’épuration politique (satisfaction) ou économique (mécontentement). De manière générale, ajoute l’auteur, les Français sont déçus, car ils s’étaient fait une image de la répression à l’échelle de leurs souffrances ou de leurs espoirs. Réalité, ou le plus souvent fantasme comme tend à le montrer l’étude de Béatrice Touchelay, ils ont l’impression que ce sont les collaborateurs de médiocre importance qui ont fait les frais de l’épuration au détriment des « gros », surtout dans le cas de l’épuration économique. Pour reprendre la belle citation de Philippe Roger, « l’opinion n’admet pas la criante injustice de l’argent ». Par ailleurs, on devine que si pour le parti communiste et la plupart des résistants, l’épuration a été considérée comme trop modérée, elle a été jugée trop sévère par les milieux proches de Vichy…

18Septante ans après les faits, à la lumière des documents disponibles et des études réalisées, on peut cependant avec le recul considérer que l’épuration dans le Nord–Pas-de-Calais n’a pas fondamentalement bouleversé l’ordre établi, même si elle a sans doute facilité certains glissements (voir notamment l’étude de Jean-Paul Visse). Elle peut donc être qualifiée de modérée, puisqu’elle n’a pas été l’instrument d’une révolution, à peine d’une certaine rénovation dans un esprit général de restauration.

19Et fondamentalement, elle semble avoir joué le rôle d’outil stabilisateur de la société souhaité par le nouvel État français. En effet, et contrairement à ce qui s’est passé en Belgique, où l’épuration a été vécue par une partie de l’opinion publique flamande comme une répression injuste de l’État belge vis-à-vis des siens, elle a contribué à un apaisement des esprits et à une pacification des relations entre les diverses composantes de la population. Aussi, même si les blessures occasionnées par l’épuration touchent encore aujourd’hui un certain nombre de familles nordistes, on peut dire que dans l’ensemble, et depuis un certain temps déjà, elle fait partie du passé.

Notes

1 Étienne Dejonghe et Daniel Laurent, Libération du Nord et du Pas-de-Calais, Paris, 1974, spécialement p. 174-186. Voir aussi Étienne Dejonghe et Yves Le Maner, Le Nord–Pas-de-Calais dans la main allemande, Lille, 2000, p. 363-370.

Auteur

CEGESOMA

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540