Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

Entre sévérité et clémence. L'épuration de la presse lilloise

Jean-Paul Visse

Texte intégral

  • 1 La Croix du Nord ne reparaît que le 6 septembre, le temps de convaincre le CDL que ses dirigeants n (...)

1Lille, libérée le dimanche 3 septembre 1944, les Lillois voient paraître, dès le mardi 5, de nouveaux quotidiens édités par des mouvements de résistance ou des partis politiques autorisés : La Voix du Nord, Nord-Matin, Liberté, Nord Libre et Nord Éclair1 qui a devancé ses confrères, la veille au soir. Ceux-ci ont pris possession des imprimeries et des salles de rédaction de journaux qui avaient continué à paraître pendant l’occupation. L’épuration de la presse commence avec la liberté retrouvée.

Croquis au crayon du Président Darondel

2Tous les périodiques parus sous l’occupation ont été suspendus pour six mois. En vertu d’ordonnances de plus en plus sévères prises durant les mois qui suivent, le processus de renouvellement de la presse se prolonge avec l’épuration professionnelle des journalistes ayant travaillé durant l’occupation, puis les poursuites engagées contre les dirigeants des journaux et des sociétés qui les avaient édités, voire contre certains membres des rédactions.

  • 2 Cette étude n’évoque pas le cas du magazine La Vie du Nord, créé en octobre 1941, par un adepte de (...)

3Dès le départ, cette épuration apparaît donc rapide, voire brutale. La presse d’information générale et politique, à laquelle se limite cette étude2, a en effet pris une part primordiale dans la guerre psychologique menée en territoire occupé par les nazis. La Résistance estimait nécessaire le renouveau d’une presse dont l’attitude était déjà fort critiquée avant-guerre.

4Quelles furent ces différentes étapes de cette épuration de la presse de l’arrondissement de Lille ? Comment fut-elle perçue par les périodiques appelés à la remplacer ? Fut-elle conforme aux aspirations de la Résistance ?

Le quotidien de l’occupation

5À la veille de l’invasion, dans chaque arrondissement du Nord et du Pas-de-Calais sont édités plusieurs périodiques d’information générale et politique. Dans certains chefs-lieux paraissent même un ou deux quotidiens. L’arrondissement de Lille occupe une place exceptionnelle avec une dizaine d’hebdomadaires et surtout cinq quotidiens.

  • 3 Elle arrête sa parution lors de l’arrivée des Allemands à Lille le 28 mai. Sur ordre des occupants, (...)
  • 4 Les directeurs de journaux citent en référence les discours de Jules Jeanneney et d’Édouard Herriot (...)

6Le 17 mai 1940, à l’approche de l’armée allemande, faute de personnel, ces journaux suspendent leur parution. À la demande du préfet du Nord, une feuille commune qui porte le titre de ces cinq journaux est imprimée à L’Écho du Nord. Dirigée par un employé de ce quotidien, Lucien Dewerse, elle continue à paraître après l’arrivée des Allemands à Lille3. Les directeurs du Grand Écho et du Réveil du Nord de retour dans la capitale des Flandres en juillet, les responsables des quotidiens présents dans l’arrondissement se réunissent à plusieurs reprises pour étudier la situation et décider de l’attitude à prendre. Le maréchal Pétain, mais aussi diverses personnalités politiques4 ont demandé aux Français de reprendre le travail. Arguant des démarches de leur personnel qui souhaite travailler, d’une exploitation possible de leur entreprise par un occupant peu satisfait par la feuille commune, et de leur volonté de venir en aide aux habitants d’une région en plein chaos, les responsables des quotidiens décident de faire reparaître séparément leur publication. Seuls Le Grand Écho et Le Réveil du Nord obtiennent une autorisation de l’occupant. Ce dernier accepte cependant que l’équipe du Journal de Roubaix puisse donner des informations locales en page deux de l’édition de Roubaix-Tourcoing du Grand Écho sous une barrette « Écho du Nord-Journal de Roubaix ».

7Le 31 juillet, le journal à cinq titres paraît pour la dernière fois et, le lendemain, Le Grand Écho et Le Réveil du Nord sont de nouveau en vente. Malgré l’absence de leur directeur, prisonnier à Rennes, les responsables du Journal de Roubaix entendent bien, eux aussi, sortir leur publication dans les plus brefs délais. Ils tentent, en vain, une nouvelle démarche auprès des services de la Propagande à Bruxelles. Libéré, le directeur du journal finit par obtenir l’autorisation de paraître à partir du 1er janvier 1941. Ces quotidiens ne sont pas les seuls dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais à repaître. Aucun autre périodique autorisé : Le Télégramme de Boulogne, Le Phare de Calais, Le Petit Calaisien, Le Courrier du Pas-de-Calais n’atteint la notoriété et le tirage des trois titres de l’arrondissement de Lille qui, avant la guerre, faisaient partie des plus grands quotidiens régionaux.

  • 5 Expression de Me Meigné, avocat du directeur du Journal de Roubaix, dans Nord Éclair, « Le procès d (...)

8Leur vie sous l’occupation peut se diviser en plusieurs phases ou « étapes de la contrainte5 ». Durant les premiers mois, les journalistes se contentent de diffuser les communiqués de l’occupant et des articles d’agences de presse allemandes ou favorables à l’Allemagne. Ce qui n’empêche pas plusieurs incidents de se produire. 

  • 6 Le Réveil du Nord appose, lui, les initiales inversées de son rédacteur en chef.

9L’arrivée à Lille, en janvier 1942, d’un nouveau chef à la Propaganda Staffel marque un véritable tournant. Réunissant l’ensemble des journalistes, il leur reproche leur attentisme et, tout en proférant des menaces, il leur demande de s’aligner sur l’attitude des journaux de Paris et de Bruxelles favorables à la collaboration. Il institue désormais des conférences bihebdomadaires auxquelles un rédacteur de chaque titre doit être présent pour y recevoir de la documentation et des instructions sur les sujets à traiter. En mars, ce censeur exige des articles signés, et surtout après le retour de Laval au pouvoir, en avril 1942, des articles politiques. C’est ainsi que paraissent des éditoriaux, pour la plupart arrangés à partir de dépêches d’agences, portant le monogramme de chaque titre6. Les responsables des quotidiens tentent parfois de freiner les consignes allemandes voire de s’y opposer. Le rédacteur en chef du Grand Écho refuse ainsi de mettre le monogramme de son journal en tête d’un article justifiant les exécutions d’otages.

  • 7 Fondateur du journal collaborationniste Les Nouveaux Temps, Jean Luchaire est le président de la Co (...)
  • 8 Selon la police Leclercq aurait adhéré au PPF au début de l’année 1942 et en aurait été radié en se (...)

10Cette solution ne satisfait toujours pas les Allemands qui imposent l’arrivée d’un directeur politique dans chaque rédaction et considèrent les directeurs des journaux comme de simples éditeurs. Ancien correspondant de guerre au Matin, puis chargé de la censure à Vichy, Charles Tardieu, combattant de la Grande Guerre reconverti à une collaboration « sincère » entre la France et l’Allemagne, est nommé au Grand Écho. Au Réveil du Nord, après le désistement d’un journaliste envoyé par Luchaire7 à la demande de la Propaganda Staffel, la fonction d’éditorialiste est assurée volontairement par un rédacteur du journal, tout comme au Journal de Roubaix. En août 1943, après le suicide de l’éditorialiste du Réveil du Nord, la Propaganda Staffel le remplace par un membre du Parti populaire français8, précédemment imposé au Phare de Calais, Auguste Leclercq. Jour après jour, ces éditorialistes développent tous les thèmes favorables à la collaboration. Ils s’en prennent aux Alliés, au Général de Gaulle, au Front populaire, aux juifs.... Tardieu se montre le plus prolifique et le plus virulent. Quant aux rédacteurs « ordinaires », ils tentent d’échapper à l’emprise allemande par une présence minimale à la rédaction. Cela n’empêche pas certains d’entre eux d’effectuer des reportages de propagande exigés par l’occupant, d’autres de donner des comptes rendus de visites ou de conférences de personnalités favorables à la collaboration. Sans pratiquer la collaboration active et non sans velléité de résistance, ces journaux vont de concessions en concessions. 

11Par la suite, les Allemands réclament des éditorialistes intérimaires issus des rédactions pour remplacer Tardieu, Leclercq et Tulliez lors de leurs absences. Un secrétaire de rédaction du Grand Écho rédige ainsi 112 éditoriaux. En août 1944, les directeurs sont remplacés par les éditorialistes nommés commissaires administrateurs. Le premier geste de Tardieu est de congédier le rédacteur en chef du Grand Écho.

  • 9 Cf. notamment « Le masque est jeté », La Voix du Nord, n° 32, 20 mai 1942, p. 6 ; « La presse libre (...)

12Tous savent depuis de longs mois qu’il leur faudra rendre des comptes à la libération du territoire. La Voix du Nord clandestine, par exemple, les a avertis à plusieurs reprises9 : en mai 1942, elle affirme que « l’arrestation des traîtres sera immédiate », elle prend rendez-vous avec « Tardieu et autres journalistes payés pour influencer et dénaturer la pensée française », mais aussi les propriétaires des journaux : « Nous n’oublierons pas les noms de ceux qui, sans résistance, ont livré leurs journaux ou vendu leur plume ». Dès juillet 1942, elle annonce le remplacement de « la presse pourrie de Vichy ou d’Allemagne […] par la presse libre et indépendante ». En 1943, aucun dirigeant de publication autorisée ne peut ignorer ce qu’il adviendra de celle-ci à la Libération. Faut-il attribuer à ces menaces la préparation d’un nouveau quotidien par le directeur du Journal de Roubaix ou la sortie d’une publication clandestine, le Nord libre, par celui du Grand Écho en mars 1944 ?

Une législation de plus en plus sévère

13L’épuration de la presse a été préparée dès l’occupation à partir de deux sources : la Résistance intérieure qui a créé une fédération de la presse clandestine et la commission de la presse de la Délégation générale. Au printemps 1944, leurs réflexions aboutissent au Cahier bleu. Rédigé par Pierre-Henri Teitgen, futur secrétaire général à l’Information, et destiné aux futurs commissaires de la République, préfets et délégués à l’Information, ce Cahier bleu prévoit de faire « table rase en matière de presse », notamment par la suppression des journaux ayant paru sous l’occupation. Parallèlement, le GPRF, installé à Alger, prend une première ordonnance le 22 juin 1944 : tous les journaux qui ont appliqué les consignes de l’autorité occupante seront suspendus pour six mois, les imprimeries, les sociétés de presse et de distribution utilisées par ces journaux seront réquisitionnées.

14Une nouvelle ordonnance, publiée le 30 septembre 1944, harmonise les points de vue du Cahier bleu et de l’ordonnance du 22 juin 1944. Pour la zone nord, les périodiques créés après le 25 juin 1940 et ceux qui ont paru plus de quinze jours après l’armistice sont interdits jusqu’à la décision des poursuites engagées contre leurs dirigeants ou possesseurs. En cas de sanctions, ces périodiques ne pourront plus reparaître. Cette décision entraîne l’interdiction d’utiliser le titre, et, pour les anciens propriétaires, de se servir des installations des entreprises confiées à l’administration des domaines. Quant aux journalistes, ils ne peuvent plus, à partir du 1er avril 1945, exercer leur activité que munis d’une nouvelle carte d’identité professionnelle. Une ordonnance du 17 février 1945 interdit définitivement, et pour tout le monde, l’usage des titres ayant « pendant quatre ans servi d’enseigne à la propagande ennemie ».

15Ces textes ne visent que des personnes physiques qui, souvent, ont agi au nom d’une personne morale et avec les moyens de celle-ci. Il apparaît inconcevable qu’une société qui a publié un journal pendant quatre ans ne soit pas sanctionnée. Fait nouveau dans le droit français, la responsabilité pénale de l’entreprise constituée sous forme de personne morale est instituée. L’ordonnance du 5 mai 1945 rend ainsi pénalement responsable toute société de presse qui, par ses organes de direction ou d’administration, a enfreint les lois pénales en vigueur, lorsque les faits reprochés révèlent l’intention de favoriser les entreprises de toute nature de l’ennemi.

  • 10 Compte rendu de la séance du CDL Nord du 12 octobre 1945. Collection particulière.
  • 11 Témoignage de Jean Catrice en septembre 1974.
  • 12 AD Nord 27W38378/5.

16Dans le département du Nord, le problème de la presse a été abordé lors d’une réunion du CDL à Lille en mai 194410. Jean Catrice, chargé « de préparer la disparition des journaux de l’occupation et d’organiser la sortie immédiate des journaux reflétant les diverses tendances résistantes11 » y présente une circulaire intitulée « Régime de la presse au jour de la libération - Mesures incombant aux autorités locales »12 qui contient les principales dispositions arrêtées dans le Cahier bleu. La répartition des imprimeries réquisitionnées est examinée. En fonction de leurs capacités techniques, elles sortiront un ou plusieurs titres. Les communistes revendiquent L’Écho et les socialistes Le Réveil, les démocrates populaires semblent se contenter du Journal de Roubaix. Lors de la réunion suivante, les membres du comité décident que les journaux des mouvements La Voix du Nord et Front national seront également fabriqués à L’Écho et celui de Libé Nord au Réveil du Nord.

L’épuration professionnelle

  • 13 Entré au Télégramme de Boulogne en 1925 comme secrétaire de rédaction, Henry Gross avait été nommé, (...)

17En raison du rôle particulier de la presse, l’épuration prend plusieurs formes : professionnelle et judiciaire. Avant la libération, un seul cas d’épuration sauvage à l’encontre de journalistes a été enregistré dans la région. Le 10 septembre 1943, le rédacteur en chef du Télégramme de Boulogne, Henry Gross13, est abattu chez lui par des résistants. À Lille, Auguste Leclercq a été victime d’une tentative d’assassinat en août 1944, mais il impute cet attentat plus à sa qualité de secrétaire fédéral du PPF qu’à ses activités journalistiques.

  • 14 « Une déclaration », Nord Matin, mardi 5 septembre 1944, p. 4.

18L’épuration légale commence le 3 septembre. Le préfet Roger Verlomme signe une série d’arrêtés fixant le nouveau régime de la presse et qui reprennent les ordonnances du gouvernement provisoire. Comme le proclame sur toute sa quatrième page, Nord Matin : « Tous les journaux qui, durant l’occupation, furent les instruments de la propagande de Goebbels sont interdits. Le gouvernement provisoire de la République, faisant table rase, veut dans une démocratie assainie, créer les conditions d’une presse libre, au service de la vérité14. » Ces arrêtés permettent la mise en place d’une nouvelle presse, choisie sur des critères politiques, mais ils ne règlent pas le sort des dirigeants et des journalistes de la presse de l’occupation.

  • 15 Journal officiel du Commissariat régional, arrêté n° 74. Cf. également « Une commission de presse v (...)
  • 16 Ces quatre membres de la presse sont Marc Choquet, Léon Robichez, Robert Helle et Augustin Charlet. (...)
  • 17 Dans le compte rendu de la séance du 23 octobre 1944 au matin du CDL du Nord, on peut lire p. 4 : « (...)

19L’épuration pénale est précédée d’une épuration professionnelle. Le 21 septembre 1944, le commissaire de la République, Francis-Louis Closon, prend un arrêté intitulé « Journalisme professionnel et Création d’une carte d’identité provisoire »15 . Aucun journaliste ne peut exercer dans la région s’il n’en est pas muni. Elle est délivrée par une commission présidée par le délégué régional à l’information et composée de quatre journalistes résistants16. Selon l’article 3 de cet arrêté, la commission se prononce sur les demandes qui lui sont adressées « en tenant compte de l’attitude du demandeur depuis le 25 juin 1940 ». Une première sélection s’opère avant l’attribution d’une carte définitive au niveau national17.

20L’ordonnance du 2 mars 1945 charge la commission d’identité des journalistes professionnels de remplir le rôle de commission d’épuration. Lors du procès du Grand Écho, en décembre 1945, l’un des journalistes de la commission départementale, Augustin Charlet, détaille la procédure. Le dossier de chaque postulant composé d’un questionnaire et d’un mémoire sur son activité pendant la guerre passe entre les mains des membres du CDL puis des journalistes. Après avis, les dossiers sont transmis au Commissariat à l’information qui décide d’accorder ou de refuser la carte professionnelle.

  • 18 « Camouflage ! », Nord Matin, mercredi 20 septembre 1944.

21Faute d’avoir pu accéder aux archives de la Commission de la carte, il est impossible d’établir le nombre exact de rédacteurs issus des trois journaux étudiés qui se sont vu refuser ce sésame pour exercer leur profession. En écoutant Charlet, on constate que « tous les journalistes de L’Écho du Nord sauf trois ont été repris à La Voix du Nord ». Ce qui suppose, dans le respect des ordonnances du gouvernement provisoire, l’obtention de la carte professionnelle. L’un des journalistes écartés l’a même obtenue et travaille pour un titre parisien. Sur les vingt-trois rédacteurs et reporters du Journal de Roubaix, cinq ont été éliminés. Seul le journaliste qui a assuré pendant quelques jours, en août 1943, l’intérim de l’éditorialiste, a été suspendu pendant un an à partir du 1er septembre 1945, par la commission d’épuration. Nord Matin s’est-il montré plus exigeant ? Peu d’anciens rédacteurs travaillant au siège du Réveil du Nord semblent avoir poursuivi la carrière. Trois, selon nous, ont été repris par le nouveau quotidien socialiste, un quatrième à Nord Eclair, un cinquième à la Croix du Nord. Dans un éditorial, le rédacteur en chef du journal insiste sur ce point : « Notre épuration a été totale et vigoureuse. Aucun rédacteur qui a écrit pour Goebbels n’est à Nord Matin. Aucun de ceux qui sont suspects ne travaille dans notre équipe18 ». Par contre, quel que soit le titre, tous les localiers semblent avoir retrouvé leur place.

  • 19 Journaliste à Nord Matin, Marc Choquet a été rédacteur au Réveil du Nord. Rédacteur en chef à Nord (...)

22La commission départementale s’est-elle montrée indulgente ? La solidarité profes-sionnelle n’a-t-elle pas joué au moment d’émettre un avis pour l’attribution de la carte ? Sur ses quatre membres, deux au moins travaillaient dans la presse d’avant-guerre, un autre préparait au Journal de Roubaix la sortie de Nord Éclair19. En tout cas, la commission ne semble pas avoir voulu compromettre l’avenir des journalistes « ordinaires », de ceux qui ont été contraints de rédiger des articles qui ne s’en prenaient ni aux alliés, ni à la Résistance ou ne faisaient pas l’apologie du régime de Vichy. Ainsi, la demande d’un jeune journaliste qui avait accompagné des enfants lors d’un séjour en Bavière et dont les articles avaient été remaniés par la Propaganda Staffel reçut-elle un avis favorable, assorti cependant d’un blâme du CDL. En tout cas, aucun journaliste qui a vu sa carte renouvelée n’occupait un poste hiérarchique dans l’ancienne presse, aucun ne s’était enrichi grâce à son activité professionnelle pendant l’occupation, aucun n’était membre d’un parti politique ou d’une association collaborationniste. Il faut cependant souligner que, faute de signature, la commission et plus tard le juge d’instruction furent souvent incapables de retrouver la paternité de biens des articles de complaisance, voire de propagande.

L’épuration pénale

23Les dispositions prévues pour la répression des faits de collaboration s’appliquent à une partie du personnel des entreprises de presse. Une procédure est engagée contre les trois éditorialistes en place à la Libération. Seuls, les cas de Tardieu et Leclercq sont disjoints de ceux des autres journalistes et les deux hommes sont jugés séparément.

  • 20 Éditorialiste au Réveil du Nord, Roger Lacquemane, s’était suicidé en 1942. Rédacteur en chef duran (...)
  • 21 Marcel Bucard, chef du mouvement franciste, de l’acteur allemand Heinrich George, l’équipe de l’heb (...)

24Une procédure touche quinze autres rédacteurs ou secrétaires de rédaction du Grand Écho, une seconde onze journalistes du Journal de Roubaix et une troisième neuf du Réveil du Nord. Parmi ces journalistes, quatre ayant travaillé au Grand Écho, cinq au Journal de Roubaix et trois au Réveil du Nord sont envoyés devant la Cour de justice en même temps que les propriétaires de leur entreprise. Pour deux autres journalistes du Réveil du Nord, et un du Grand Écho, il n’y a pas d’instruction ou de procès en raison de leur disparition avant l’ouverture de l’une ou de l’autre20. Ces poursuites visent d’une part des journalistes ayant exercé des fonctions de rédacteur en chef ou de secrétaire général de la rédaction, des journalistes qui ont assuré, à un moment où à un autre, l’intérim de l’éditorialiste nommé par les Allemands, d’autre part deux rédacteurs qui effectuèrent un reportage en Allemagne, et un troisième qui donna des comptes rendus de la visite de proches du régime de Vichy ou de partisans de la collaboration21… faisant ainsi, par des propos rapportés, l’apologie de cette collaboration.

  • 22 Le 16 juillet 1940, Lucien Dewerse a été condamné par le tribunal militaire de Lille à cinq ans de (...)
  • 23 AD Nord, 9 W 513, non daté.
  • 24 Les bénéfices de la Société des journaux réunis ont été plus modestes, s’élevant à 4 449 000 francs (...)

25Fait exceptionnel, les actionnaires des trois quotidiens sont également poursuivis par la Cour de justice : le président directeur général, l’administrateur et cinq membres du conseil d’administration de la Société régionale de publications (SRP) qui éditait le Grand Écho ; la présidente directrice générale, le directeur des services et deux administrateurs de la Société de la Presse populaire (SPP), propriétaire du Réveil du Nord ; le directeur général du Journal de Roubaix, seul responsable du quotidien. Aux directeurs, il est reproché d’avoir fait reparaître leur publication alors qu’ils étaient notamment instruits du rôle que le régime nazi faisait jouer à la presse de son pays, mais aussi avertis par la condamnation du directeur de la feuille à cinq titres qui avait osé braver l’occupant22, puis d’avoir cédé aux exigences allemandes et ainsi d’avoir publié des écrits nocifs. Aux membres du conseil d’administration d’avoir entériné les décisions prises par ces dirigeants. À tous – et le procureur insiste sur ce point – d’avoir encaissé de substantiels bénéfices de l’exploitation du journal. La SRP aurait réalisé un bénéfice net de 25 138 893 francs, soit une augmentation de 22 % par rapport à ceux d’avant-guerre. Son directeur aurait touché près de 3 400 000 francs net d’impôt23. Les bénéfices de la SPP seraient encore plus considérables : 43 900 000 francs. La propriétaire du Réveil aurait reçu ainsi 7 407 316 francs, le directeur des services 2 332 463 francs 24.

La presse de la trahison doit disparaître

  • 25 Léon Chadé, « Le procès Tardieu », La Voix du Nord, 10 décembre 1944.
  • 26 Cf. Francis-Louis Closon, Commissaire de la République du Général de Gaulle, Julliard, Paris, 1980, (...)
  • 27 Louis Lallemand a été secrétaire fédéral du Nord du parti communiste avant la guerre, responsable d (...)

26« Premier grand procès de la trahison », selon l’expression de Léon Chadé, directeur de La Voix du Nord25, celui de Charles Tardieu se déroule dans une certaine impatience. À Lille, lorsque le parquet commence à instruire à partir du 2 novembre 1944, il y a longtemps que les communistes se montrent exaspérés26. Au lendemain de la Libération, leur quotidien, Liberté, avait prévenu : « le peuple attend que les pouvoirs publics fassent preuve d’énergie dans la lutte contre les traîtres ». Tout au long des semaines, il a maintenu la pression. Après l’arrestation de Tardieu le 27 septembre, il s’interroge : « Qu’attend-on pour réunir une cour martiale formée par les hommes qui ont lutté par la patrie ? » Lors du congrès des comités de Libération, quelques jours avant le procès de l’éditorialiste du Grand Écho, Louis Lallemand, vice-président du CDL Nord27, se fait l’écho de cette exaspération : « Parmi les traîtres arrêtés suivant la liste dressée par le CDL dans la clandestinité aucun, cent jours après la libération, n’a encore été jugé et châtié. »

  • 28 Jean Lechantre, « Stupeur et indignation », Nord Matin, 10 novembre 1945.

27La nouvelle presse s’accorde au moins sur le sort qui doit être réservé à Tardieu. Par contre La Voix du Nord et Nord Éclair font preuve d’une prudente réserve lorsqu’il s’agit de juger dirigeants et rédacteurs des journaux interdits. Nord Matin et Liberté, au contraire, souhaitent une « justice impitoyable ». Ils se montrent très agressifs à l’égard des dirigeants de l’ancienne presse qualifiés de « Nazis du Grand Écho » ou de « Kollaborateurs du Journal de Roubaix ». Le rédacteur en chef de Nord Matin, Jean Lechantre, souligne cette différence entre les quotidiens régionaux : « Liberté et Nord Matin sont demeurés dignes des feuilles clandestines – dont ils sont nés – en fustigeant implacablement les hitlériens appointés du Grand Écho du Nord28 ».

  • 29 AD Nord 9 W 1072. Tardieu : Extrait des minutes du greffe de la cour d’appel de Douai.
  • 30 Titre de La Voix du Nord,
  • 31 Directeur du journal Aujourd’hui, financé par l’ambassade d’Allemagne à Paris, Georges Suarez (1890 (...)
  • 32 André Pierrard, « Ne pas passer l’éponge », Liberté, 15 décembre 1944.
  • 33 Dans son ouvrage, Francis-Louis Closon écrit p. 75 : « Le cortège initial groupant au départ enviro (...)

28Le mécontentement succède à l’impatience. Dès le verdict contre Tardieu, rendu après dix minutes de délibération, les travaux forcés à perpétuité et l’indignité nationale, la colère explose dans les journaux. L’inculpé est reconnu coupable « du crime de trahison en entretenant, en temps de guerre, des intelligences avec une puissance étrangère ou avec ses agents en vue de favoriser les entreprises de cette puissance contre la France », et d’avoir « participé sciemment à une entreprise de démoralisation de la nation, ayant pour objet de nuire à la défense nationale29 », mais il a bénéficié des circonstances atténuantes et échappe au poteau d’exécution30. « Comme Suarez31, il était voué à la mort » s’insurge André Simoens dans Liberté. Chadé y voit un verdict de pitié : « en l’occurrence, ajoute-t-il, pitié et faiblesse se confondent ». Un éditorial signé Voix du Nord estime ce « verdict incompréhensible » car « la justice doit être d’autant plus dure que l’homme est haut placé ». André Pierrard qui parle d’insulte, incite à « ne pas passer l’éponge32 ». Tous les mouvements de Résistance appellent à une manifestation le jeudi 14 décembre où 3 000 personnes, selon le commissaire de la République33, 15 000 personnes selon Liberté se retrouvent devant la préfecture aux cris de « Closon à l’action ! Tardieu au Poteau ! »

  • 34 Fabriqué à l’imprimerie du Grand Écho, Liberté qui avait entamé une campagne de presse contre l’ex- (...)
  • 35 De tous les journaux poursuivis, Le Grand Écho est bien sûr le plus important, mais son procès est (...)

29Le procès du Grand Écho s’ouvre le 6 novembre 1945 dans un climat passionné34 auquel le grand public, désertant le prétoire, ne semble guère prendre part. L’enjeu est important. Presse et procureur accordent en effet à ce procès une portée symbolique : « Votre verdict, insiste le représentant du ministère public, constituera un précédent dont on ne manquera pas de s’emparer dans les autres affaires de presse35 ».

30À la barre, témoins de l’accusation et témoins de la défense, tour à tour, dédouanent les accusés : le directeur du journal n’a cessé « de donner des consignes tendant à freiner la propagande allemande », ses sympathies étaient gaullistes, un témoin parle de « travail souterrain de résistance », un autre du « patriotisme incontestable du Grand Écho ». Le débat tourne autour de la reparution, faute originelle pour le procureur, qui ne peut être considérée « comme un crime contre la patrie » pour la défense. Un journaliste, membre de la Résistance, a d’ailleurs rappelé que « la radio anglaise [avait donné] pour instruction à chacun de rester à son poste et de ne pas quitter son travail ». Les avocats de la défense, citant en exemple « les directeurs de journaux qui ont bénéficié d’un non-lieu ou d’un classement », s’interrogent sur la différence de traitement imposé d’une région à l’autre et parlent d’une « justice excessive vis-à-vis des journalistes de la région ».

31À l’issue de trois heures de délibération, tous les accusés sont reconnus « coupables d’avoir accompli ou participé sciemment à une entreprise de démoralisation de la nation, ayant pour objet de nuire à la défense nationale, en vue de favoriser les entreprises de l’ennemi », soit en exerçant des fonctions de directeur du Grand Écho et de président ou de membre du conseil d’administration de la SRP, soit en écrivant des articles en faveur de l’ennemi et de la collaboration avec l’ennemi. Sept chefs d’accusation ont été retenus contre le directeur du journal : avoir fait reparaître le Grand Écho, n’avoir marqué vis-à-vis des empiètements de la Propaganda Staffel que de timides velléités de résistance, n’avoir élevé aucune protestation sérieuse contre les exigences allemandes qui ont abouti à la mainmise totale des Allemands sur LÉcho du Nord, avoir consenti un contrat à Tardieu et avoir renoncé de ce fait à exercer toute influence sur l’orientation politique du journal, n’avoir pas fait jouer la clause de résiliation du contrat de Tardieu lorsqu’il écrivait des articles abominables « dociles aux désirs exprimés par le censeur [allemand], pour s’être interposé entre le censeur et le personnel de la rédaction afin de provoquer la candidature d’un éditorialiste destiné à remplacer Tardieu lors de ses absences, avoir souscrit dix parts de fondateurs de 25 000 francs à l’agence Inter-France ».

  • 36 Le directeur et l’éditorialiste intérimaire sont déclarés en état d’indignité nationale à vie. Pour (...)

32Tous les condamnés bénéficient de circonstances atténuantes.Pourtant, la sentence rendue par le jury dépasse les réquisitions du procureur général. Quatre ans de prison ont été requis contre le directeur du journal qui est condamné à cinq ans de travaux forcés. Six mois de prison ont été demandés par le procureur contre les membres du conseil d’administration ; tous sont condamnés à deux ans de prison sauf une rentière de 71 ans qui n’a participé à aucun conseil d’administration pendant l’occupation. La peine de l’éditorialiste intérimaire passe de 10 ans de prison à 20 ans de travaux forcés. Chacun est frappé d’une peine encore plus infâmante, l’indignité nationale pour une durée plus ou moins longue36, entraînant la mort civique, la privation du droit d’exercer les fonctions d’administrateur ou de directeur de société, de collaborer à un journal... Chacun voit ses biens propres totalement ou partiellement confisqués.

  • 37 Membre du mouvement Voix du Nord, Maurice Pauwels est l’un des principaux rédacteurs des n° 61, 62 (...)
  • 38 Maurice Pauwels, « La dictature de la Résistance », La Voix du Nord, 11 décembre 1945.

33Le verdict suscite des commentaires divergents. Justice a été rendue pour Liberté alors que La Voix du Nord exprime sa stupéfaction. Son rédacteur en chef adjoint Maurice Pauwels37, ancien déporté, s’interroge sur le sens de ce jugement : « Les résistants actifs, les vrais auraient grand peine à réunir deux cents noms dans ce département. Et de ceux-là combien ont accepté ou accepteraient encore aujourd’hui de figurer parmi ces jurys des cours spéciales qui défigurent le visage de la vraie justice ?38 » Cette « indulgence envers les Kollaborateurs » lui vaut une cinglante réplique de la part de Jean Lechantre dans Nord Matin. Une pétition en faveur du principal condamné, signée par 97 % du personnel de l’ancien Grand Écho, est adressée au chef du gouvernement provisoire. Plus tard, des personnalités, dont le cardinal Liénart, appuient en vain le recours en grâce déposé par le directeur du journal.

  • 39 L’audiencier de Nord Matin note que « les points sur lesquels repose l’acte d’accusation ressemblen (...)
  • 40 Ils sont condamnés à des amendes allant de 80 000 à 20 000 F, de 15 à 10 ans d’indignité nationale, (...)

34Rapidement se pose le problème de la cohérence des jugements prononcés lors de ces procès de presse. Un mois plus tard, du 18 au 20 décembre 1945, se présentent à la barre les actionnaires du Réveil du Nord et trois rédacteurs ayant rédigé des éditoriaux politiques. L’accusation est identique à celle portée contre le Grand Écho par le même procureur et les débats sont menés par le même président39. À quelques nuances près : aucun ouvrier ne vient témoigner en faveur des dirigeants du Réveil comme l’ont fait ceux du Grand Écho pour leur patron, le directeur administratif n’aurait pas eu les velléités de résistance de son confrère,… Cependant le rôle du Réveil du Nord est présenté comme moins néfaste en raison de son tirage moindre. Après la plaidoirie, Nord Matin salue un vigoureux réquisitoire, l’avocat général a demandé pratiquement les mêmes peines que pour les dirigeants du Grand Écho : cinq ans pour le directeur administratif, deux ans pour deux membres du conseil d’administration dont la présidente, un an pour un quatrième. Pour les journalistes, les peines sont parfois plus sévères allant de dix ans de travaux forcés à cinq ans de prison. À la surprise générale, les accusés sont acquittés. Seul un rédacteur, membre du PPF et du COSI, est condamné à deux ans de prison, Personne n’échappe à l’indignité nationale, mais pour une durée limitée40.

  • 41 « Insulte à la presse résistance. Verdict scandaleux au procès du Réveil », Liberté, 21 décembre 19 (...)
  • 42 Jules Delignies, « Insulte à la Résistance », Nord Matin, décembre 1945.
  • 43 « L’épilogue de l’affaire du Réveil », La Voix du Nord, 21 décembre 1945.

35La SPP est dissoute comme l’a été la SRP. Si tous les biens de cette dernière ont été confisqués au profit de l’État, seule la moitié de ceux de la SPP le sont. Les journalistes ont également été frappés différemment. Parmi les rédacteurs qui ont effectué un reportage en Haute-Bavière, seul celui du Grand Écho a été condamné à une peine de prison. « On croit rêver » pour Liberté qui dénonce une « insulte à la presse résistante41 ». L’audiencier de Nord Matin tient les mêmes propos en pensant « à ceux qui, dans leur chair, dans leurs biens, dans leurs familles, ont souffert pour que le pays retrouve sa liberté42 ». La Voix du Nord y trouve une nouvelle occasion de pointer « les contradictions, l’incohérence des juridictions d’exception43 » : « les chefs d’accusation étaient les mêmes, les charges similaires, les deux jugements diffèrent dans la rigueur et dans l’esprit. »

  • 44 La Voix du Nord, pour sa part, écrit : « les débats ressemblent point par point à ceux de L’Écho ».

36Pour reprendre la formule employée par Nord Matin, le procès du Journal de Roubaix, en mars 1946, « est la réédition de celui de l’Écho44. » Une trentaine de personnes témoignent à décharge : le directeur a une attitude correcte et courageuse pour le personnel, il a aidé la Résistance et n’a jamais douté de la victoire alliée… Le procureur démontre une nouvelle fois que, dans cette affaire, les intérêts l’ont emporté sur les sentiments.

  • 45 Le premier est en outre condamné à dix ans d’indignité nationale, la confiscation de ses biens pers (...)

37Le directeur du Journal de Roubaix, reconnu coupable, est condamné à deux ans de prison, l’éditorialiste à cinq ans de prison45. Les autres journalistes sont acquittés. La Société des Journaux réunis est dissoute, et un quart de ses biens sont confisqués au profit de l’État. Prenant exemple des jugements précédents, les avocats de la défense qui ont rejeté toute idée de jurisprudence ont plaidé pour une sanction « proportionnée à l’échelle du tirage ». Une sorte de responsabilité morale à l’exemplaire vendu.

  • 46 Jacques Estager, le commissaire du gouvernement, accusant les dirigeants, déclare : « leurs intérêt (...)

38La presse socialiste et la presse communiste restent insatisfaites par cette épuration qu’elles souhaitaient exemplaire. La presse de la trahison doit disparaître à tout jamais, et ceux qui, involontairement ou non, ont inoculé la propagande ennemie doivent payer. L’épuration est également posée comme un axiome garantissant les conditions de vie de la nouvelle presse. Lors du procès du Grand Écho, Jacques Estager écrivait déjà dans Liberté : « Pour assurer la vie et l’indépendance de la presse nouvelle née au service du pays, il importe que la presse de la trahison et ses dirigeants soient châtiés impitoyablement46 ». Quant à la défense, elle n’a vu qu’« une entreprise de vengeance », dont « le but [est] de condamner pour spolier ».

  • 47 « Camouflage », Nord Matin, 20 septembre 1944.
  • 48 Selon les déclarations du secrétaire du directeur du Grand Écho, Léon Chadé aurait été embauché par (...)
  • 49 Dans une lettre adressée à la cour de justice de Lille, datée du 5 novembre 1945, Jules Houcke, ret (...)

39Apôtres d’un assainissement radical, les quotidiens de gauche, malgré les condamnations prononcées, s’interrogent sur la portée de l’épuration. Des journaux ne seraient que la continuation des anciens titres. Manière habile de pointer des confrères, deux semaines après la Libération, Nord Matin écrivait déjà : « La liquidation des journaux de la trahison, leur disparition, leur interdiction n’a pas été, ici, pour nous à Nord Matin, un simple changement de nom47 ». Liberté est plus direct, qui, en novembre 1945, clame : « des journalistes hier rédacteurs à L’Écho sous contrôle boche » sont « aujourd’hui rédacteurs à un grand quotidien régional ». Le procès du Grand Écho aurait d’ailleurs, souligne-t-il, apporté « de curieuses révélations » sur la paternité de ce quotidien. Le journal communiste pense-t-il au recrutement, en 1943, par le directeur du Grand Écho48, de Léon Chadé devenu directeur de La Voix du Nord, et aux contacts entre ce même dirigeant et Jules Houcke, devenu président du conseil de surveillance de La Voix du Nord49. Les minutes du procès que nous avons pu consulter n’apportent pourtant aucun indice.

40À la fin du mois de septembre 1945, la légitimité de Nord Éclair a été remise en cause. Liberté et Nord Matin publient deux lettres du propriétaire du Journal de Roubaix révélant que le nouveau quotidien de la démocratie chrétienne a été préparé, dès novembre 1943, par une équipe recrutée par lui-même. Ces révélations incitent à s’interroger sur la direction de Nord Éclair composée d’anciens adjoints du directeur du Journal de Roubaix. L’épuration ne serait-elle qu’un faux nez dans deux titres sur six ? C’est ce que pense la presse de gauche pour qui se joue là aussi la conquête de l’opinion donc du pouvoir.

Conclusion

41La Résistance avait fait de l’assainissement de la presse une priorité. Conformément aux dispositions prises par le gouvernement provisoire, au lendemain de la Libération, une nouvelle presse s’installe dans le département du Nord. Selon les arrêtés du préfet et du commissaire de la République, six nouveaux quotidiens, émanations des mouvements de Résistance et de partis politiques autorisés, remplacent les titres qui ont poursuivi leur parution durant l’Occupation. Aucun d’entre eux n’échappe à cette volonté de renouveau. La transition semble pourtant s’opérer sans heurt, le directeur du Grand Écho demande ainsi à ses journalistes de travailler avec « la même conscience » pour La Voix du Nord désormais établie dans ses locaux.

42Quelques mois plus tard, dirigeants et journalistes de la presse d’occupation rendent des comptes. Au nom du devoir à l’égard de la Résistance et des morts, les quotidiens de gauche, particulièrement vindicatifs, réclament des peines exemplaires. Le cas de Charles Tardieu, éditorialiste étranger à la région, imposé par Laval et les Allemands, ne suscite aucune commisération de la part des journaux apparus à la Libération. Tous s’accordent, au contraire, à trouver la condamnation infligée au héraut de la collaboration comme un aveu de faiblesse.

43Les polémiques éclatent avec le procès du Grand Écho du Nord, symbole de la réussite de la presse d’avant-guerre, proche des milieux industriels régionaux. Face à un directeur qui argue de son refus de se mêler à toute vie publique et de sa volonté constante de limiter l’influence allemande sur son journal, l’accusation oppose la parution d’articles de « propagande » et d’éditoriaux servant les fins de l’ennemi, le profit tiré de la reparution de la publication. Rien ne peut justifier cette reparution, assimilée à un crime contre la patrie, et qui a conduit à céder aux exigences allemandes. Le verdict apparaît exceptionnellement lourd avec des peines qui s’apparentent à une véritable mort civique et professionnelle pour le directeur du journal. Liberté et Nord Matin s’en satisfont à peine tandis que La Voix du Nord le condamne et que Nord Éclair, préparé durant l’Occupation à la demande du directeur du Journal de Roubaix, se tient dans une prudence réserve. Selon l’expression de l’avocat général, « ce procès dépasse la personnalité des accusés » et dans l’esprit de beaucoup, son verdict doit faire jurisprudence. Pour les partis de gauche, il faut frapper d’autant plus fort que le directeur du Grand Écho était avant la guerre une personnalité régionale d’importance et sa responsabilité morale plus grande. Le procureur souligne combien, alors que l’emprise allemande sur le journal est de plus en plus forte, sa démission aurait été un geste propre à marquer les esprits. L’enjeu de ce procès est tel que des pressions antagonistes semblent peser sur les jurés. Durant le procès, l’avocat général évoque des tentatives pour les influencer de la part de proches des inculpés, tandis que, lors du tirage au sort des jurés, sept personnes convoquées sont absentes à la suite d’une heure de convocation erronée.

44Au sein de la même juridiction, à quelques semaines d’intervalle, pour des faits similaires, des verdicts différents sont prononcés. On ne peut donc que s’interroger sur les critères qui permirent de mesurer la responsabilité, voire « l’esprit de collaboration » de chacun. La sévérité de certains verdicts écarte définitivement ceux qui ont le plus de velléités de revenir dans le monde de la presse et peut-être remettre en cause l’équilibre établi à la Libération.

45Peu de journalistes « ordinaires » ont été liés à un parti ou un mouvement collaborationniste ou ont eu des relations personnelles avec l’ennemi. Évitant de se compromettre, la plupart ont surtout opposé leur force d’inertie. Malgré les filtres mis en place, l’épuration professionnelle apparaît peu importante d’autant que ceux qui pouvaient craindre une sanction, n’ont pas sollicité le renouvellement de leur carte professionnelle. Cette mansuétude bénéficie également à des cadres recrutés par les propriétaires d’anciens journaux. La nécessité de faire appel à des professionnels confirmés pour assurer la sortie des nouveaux titres explique peut-être cette attitude et laisse l’impression, à la gauche, d’une épuration inachevée.

46Par la suite, des mesures individuelles ou les amnisties atténuent les peines infligées par la Cour de justice. Ainsi, malgré l’abomination qu’il suscita, après un recours en grâce rejeté en août 1946, Tardieu voit, en mai 1948, sa peine ramenée à vingt années de travaux forcés. Par le jeu de remises successives, elle arrive à expiration le 15 février 1954, alors qu’il est en liberté conditionnelle depuis 1950.

47De son côté, en février 1947, le directeur du Grand Écho est remis en liberté. Quatre mois plus tard, en juin, la dégradation nationale est ramenée à dix ans, puis remise moins d’un an plus tard, la confiscation de ses biens est limitée à 500 000 francs. Le 27 octobre 1949, la Cour d’appel annule l’interdiction de gérer des sociétés, ce qui lui permet de reprendre des activités. Enfin, le 28 avril 1951, il est amnistié.

  • 50 Le témoin rapporte que, soupçonné d’avoir des attaches avec la clandestinité, le directeur du Grand (...)

48Cependant, l’amnistie n’est pas la réhabilitation. La condamnation qui l’a frappé lui apparaît d’autant plus exorbitante que, pour les mêmes faits, des dirigeants de journaux de province ayant paru sous l’occupation ont bénéficié soit d’une mesure de classement soit d’une ordonnance de non-lieu. D’autres, après avoir été condamnés à des peines plus lourdes, ont été acquittés. Pendant près de quinze ans, il n’a de cesse que d’obtenir cette réhabilitation. À la faveur du témoignage, en 1962, d’un ancien chef des Renseignements généraux, membre de la Résistance50, Alexandre Kervarec, le 18 novembre 1964, la Cour de cassation casse et annule l’arrêt de la Cour de justice. La tâche qui pesait sur lui est enfin lavée dans la plus grande discrétion. Symboliquement, l’État est condamné à payer un franc à titre de dommages et intérêts, en réparation du préjudice subi.

Notes

1 La Croix du Nord ne reparaît que le 6 septembre, le temps de convaincre le CDL que ses dirigeants n’avaient pas demandé d’autorisation à l’occupant. Nord Soir, journal du mouvement Libération-Nord, ne paraît qu’à partir du 17 octobre 1944.

2 Cette étude n’évoque pas le cas du magazine La Vie du Nord, créé en octobre 1941, par un adepte de la collaboration, André Cauvin, condamné à mort par contumace après la Libération.

3 Elle arrête sa parution lors de l’arrivée des Allemands à Lille le 28 mai. Sur ordre des occupants, elle reparaît le 2 juin pour deux numéros. Les Allemands décident de publier eux-mêmes un quotidien La Gazette du Nord tout en autorisant la parution d’un Bulletin de Lille consacré exclusivement aux nouvelles locales. Devant l’échec de La Gazette du Nord et l’intérêt suscité par le Bulletin de Lille, ils exigent la reprise du journal à cinq titres à partir du 21 juin.

4 Les directeurs de journaux citent en référence les discours de Jules Jeanneney et d’Édouard Herriot devant l’Assemblée nationale, le 10 juillet 1940.

5 Expression de Me Meigné, avocat du directeur du Journal de Roubaix, dans Nord Éclair, « Le procès du Journal de Roubaix », 8 mars 1946.

6 Le Réveil du Nord appose, lui, les initiales inversées de son rédacteur en chef.

7 Fondateur du journal collaborationniste Les Nouveaux Temps, Jean Luchaire est le président de la Corporation nationale de la presse qui assure le contrôle idéologique de cette presse.

8 Selon la police Leclercq aurait adhéré au PPF au début de l’année 1942 et en aurait été radié en septembre 1943. Admis à nouveau en juillet 1944, il en devient secrétaire fédéral.

9 Cf. notamment « Le masque est jeté », La Voix du Nord, n° 32, 20 mai 1942, p. 6 ; « La presse libre », n° 37, 29 juillet 1942 ; « l’éditorial de l’Écho », 6 septembre 1942, p. 4 ; « À bon entendeur salut », n° 40, 17 septembre 1942, p. 7 ; « La déchéance de la presse », n° 47, 1er janvier 1943, p. 2.

10 Compte rendu de la séance du CDL Nord du 12 octobre 1945. Collection particulière.

11 Témoignage de Jean Catrice en septembre 1974.

12 AD Nord 27W38378/5.

13 Entré au Télégramme de Boulogne en 1925 comme secrétaire de rédaction, Henry Gross avait été nommé, en mars 1943 par les Allemands, rédacteur en chef.

14 « Une déclaration », Nord Matin, mardi 5 septembre 1944, p. 4.

15 Journal officiel du Commissariat régional, arrêté n° 74. Cf. également « Une commission de presse va statuer sur les collaborateurs et les traîtres du journalisme », Nord Matin, 22 septembre 1944, n° 16.

16 Ces quatre membres de la presse sont Marc Choquet, Léon Robichez, Robert Helle et Augustin Charlet. Après la guerre, Marc Choquet est distingué par le gouvernement américain pour services rendus aux parachutistes américains durant l’occupation et reçoit la médaille commémorative 1939-1945. Robert Helle est membre du Front national. Augustin Charlet était membre du mouvement de résistance « Libé-Nord ».

17 Dans le compte rendu de la séance du 23 octobre 1944 au matin du CDL du Nord, on peut lire p. 4 : « M. Catrice [délégué régional à l’information] annonce qu’en ce qui concerne la carte de journaliste, une commission d’épuration de la presse va fonctionner à Paris, qui délivrera ces cartes d’une façon définitive. Qu’en attendant M. Catrice proposera au CDL une liste des journalistes fournie par les journaux – Le CDL choisira sur cette liste des personnes qui lui semblera bon de faire passer devant une commission d’épuration que formera M. Catrice et qui comprendra 3 membres du CDL, 3 journalistes, 2 membres du Commissariat à l’information, commission qui statuera sur le maintien ou non, des cartes provisoires. »

18 « Camouflage ! », Nord Matin, mercredi 20 septembre 1944.

19 Journaliste à Nord Matin, Marc Choquet a été rédacteur au Réveil du Nord. Rédacteur en chef à Nord Eclair Léon Robichez a été employé au contentieux du Journal de Roubaix à partir de 1943. Chef des services sportifs de La Voix du Nord, Augustin Charlet était journaliste sportif au Grand Écho.

20 Éditorialiste au Réveil du Nord, Roger Lacquemane, s’était suicidé en 1942. Rédacteur en chef durant quelques semaines, en août 1944, Frédéric Lagrange, qui a pris la fuite le 30 août, est mort en Allemagne en mai 1945. Le rédacteur en chef du Grand Écho, Eugène Saillard, hostile à la collaboration, mais qui publia des éditos avec le monogramme GE, se suicida quelques semaines avant son procès sur la tombe de sa femme disparue mai 1940.

21 Marcel Bucard, chef du mouvement franciste, de l’acteur allemand Heinrich George, l’équipe de l’hebdomadaire Je suis partout

22 Le 16 juillet 1940, Lucien Dewerse a été condamné par le tribunal militaire de Lille à cinq ans de réclusion et à la déportation. L’OFK 70 s’est toujours opposée aux demandes de libération ou de réduction de peine. Il meurt le 2 mai 1944 en Allemagne.

23 AD Nord, 9 W 513, non daté.

24 Les bénéfices de la Société des journaux réunis ont été plus modestes, s’élevant à 4 449 000 francs avant impôt. AD Nord 9 W 260/2. Lettre de l’inspecteur principal de l’enregistrement, chargé du séquestre de cette société au directeur régional de l’information, le 13 juin 1945.

25 Léon Chadé, « Le procès Tardieu », La Voix du Nord, 10 décembre 1944.

26 Cf. Francis-Louis Closon, Commissaire de la République du Général de Gaulle, Julliard, Paris, 1980, p. 72-73.

27 Louis Lallemand a été secrétaire fédéral du Nord du parti communiste avant la guerre, responsable de la région Nord-Ardennes des FTP pendant la guerre.

28 Jean Lechantre, « Stupeur et indignation », Nord Matin, 10 novembre 1945.

29 AD Nord 9 W 1072. Tardieu : Extrait des minutes du greffe de la cour d’appel de Douai.

30 Titre de La Voix du Nord,

31 Directeur du journal Aujourd’hui, financé par l’ambassade d’Allemagne à Paris, Georges Suarez (1890-1944) a été le premier journaliste fusillé le 9 novembre 1944.

32 André Pierrard, « Ne pas passer l’éponge », Liberté, 15 décembre 1944.

33 Dans son ouvrage, Francis-Louis Closon écrit p. 75 : « Le cortège initial groupant au départ environ 7 000 personnes, se réduisait à 3 000 manifestants devant la préfecture. »

34 Fabriqué à l’imprimerie du Grand Écho, Liberté qui avait entamé une campagne de presse contre l’ex-directeur de ce journal a dû s’incliner devant les menaces des ouvriers du Livre si la direction ne mettait pas fin à cette série d’articles. L’intention de l’ex-directeur, avant sa suspension, de distribuer une prime à son personnel, ne serait pas étrangère à la démarche des ouvriers imprimeurs. (AD Nord, 27 W 38367/6, lettre du 31 août 1945).

35 De tous les journaux poursuivis, Le Grand Écho est bien sûr le plus important, mais son procès est le premier après celui du Nord Maritime qui n’a donné lieu qu’à quelques lignes dans la presse régionale.

36 Le directeur et l’éditorialiste intérimaire sont déclarés en état d’indignité nationale à vie. Pour les autres condamnés, en raison des circonstances atténuantes, cette peine est limitée à cinq ou dix ans.

37 Membre du mouvement Voix du Nord, Maurice Pauwels est l’un des principaux rédacteurs des n° 61, 62 et 63 du journal clandestin. Arrêté le 4 avril 1944, il est emmené en Allemagne par le dernier train de Loos le 1er septembre 1944. Déporté au camp de Sachsenhausen, puis de Buchenwald, il est libéré le 11 avril 1945.

38 Maurice Pauwels, « La dictature de la Résistance », La Voix du Nord, 11 décembre 1945.

39 L’audiencier de Nord Matin note que « les points sur lesquels repose l’acte d’accusation ressemblent étrangement à ceux qui étayèrent le réquisitoire de M. le Procureur Bornet lors du procès du Grand Écho. »

40 Ils sont condamnés à des amendes allant de 80 000 à 20 000 F, de 15 à 10 ans d’indignité nationale, et, pour les dirigeants, d’une confiscation de 50 à 30 % de leurs biens.

41 « Insulte à la presse résistance. Verdict scandaleux au procès du Réveil », Liberté, 21 décembre 1945.

42 Jules Delignies, « Insulte à la Résistance », Nord Matin, décembre 1945.

43 « L’épilogue de l’affaire du Réveil », La Voix du Nord, 21 décembre 1945.

44 La Voix du Nord, pour sa part, écrit : « les débats ressemblent point par point à ceux de L’Écho ».

45 Le premier est en outre condamné à dix ans d’indignité nationale, la confiscation de ses biens personnels et 1 000 francs d’amende, le second à l’indignité nationale à vie, la confiscation d’un quart de ses biens et 12 000 francs d’amende. Un journaliste, bien qu’acquitté, est condamné à cinq ans d’indigné nationale et 1 000 francs d’amende.

46 Jacques Estager, le commissaire du gouvernement, accusant les dirigeants, déclare : « leurs intérêts ont étouffé leur patriotisme… », Liberté, 11 décembre 1945.

47 « Camouflage », Nord Matin, 20 septembre 1944.

48 Selon les déclarations du secrétaire du directeur du Grand Écho, Léon Chadé aurait été embauché par celui-ci pour rédiger son journal clandestin Nord Libre. Dans son ouvrage Le mensonge reculera, Natalis Dumez affirme que Léon Chadé avait passé un contrat avec le directeur du Grand Echo dès 1942.

49 Dans une lettre adressée à la cour de justice de Lille, datée du 5 novembre 1945, Jules Houcke, retenu à l’Assemblée constituante, écrit : « Je me suis rendu le 2 mai 1944 à Paris et je me suis vu confirmer que La Voix du Nord devait paraître dès la Libération et qu’elle s’installerait dans les locaux du Grand Écho du Nord. Rentré à Lille, j’informai mes amis de cette décision et comme nous parlions du propriétaire du Grand Écho, […], j’exprimai l’avis qu’il serait intéressant de le voir pour connaître son état d’esprit et dans quelle mesure il se rendait compte de sa position face à l’intérêt supérieur du Pays. Je cherchai donc à[le] rencontrer, sans aboutir à ce moment-là. La veille de la Libération, le vendredi 1er septembre, je rencontrai cette fois [le directeur du Grand Écho] pour lui signifier que la Voix du Nord s’installerait dans les locaux de la Grand-Place et que son journal était interdit. Le jour de la parution de La Voix du Nord, le 5 septembre, [il] m’a demandé de réunir le personnel du Grand Écho et l’invita à travailler pour les nouveaux journaux avec la même conscience et le même dévouement qu’il avait toujours témoignés­ ». (AD Nord, 9 W 261).

50 Le témoin rapporte que, soupçonné d’avoir des attaches avec la clandestinité, le directeur du Grand Écho avait fait l’objet de deux enquêtes de la part des services allemands en avril 1943 et mai 1944, et de conclure : « loin d’avoir collaboré, il s’est opposé de toutes ses forces à la politique allemande ».

Table des illustrations

Légende Croquis au crayon du Président Darondel
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Auteur

Institut catholique de Lille

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540