Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

La destitution de Mgr Dutoit, évêque d’Arras

Bruno Béthouart

Texte intégral

1Il est courant de confondre l’Église avec ses dirigeants alors que, sur le plan théologique et pastoral, celle-ci rassemble d’abord et avant tout la communauté des chrétiens vivants ou non autour du Christ qui est « le chemin, la vérité et la vie » selon les évangiles. Mais très souvent, y compris dans le milieu des chercheurs en histoire, la position des catholiques se confond avec celle de sa hiérarchie ecclésiale et plus particulièrement avec celle du successeur de Pierre à Rome ou, avec celui qui occupe le siège épiscopal. Cette confusion volontaire ou non peut aboutir à des généralisations, voire des contresens historiques dans certains cas comme celui de Mgr Henri Édouard Dutoit dont l’attitude durant la Seconde Guerre mondiale ne fait pas l’unanimité chez les catholiques du diocèse d’Arras.

  • 1 Michel Beirnaert, « Henri Édouard Dutoit, évêque d’Arras pour le meilleur et pour le pire ? » Gauhé (...)

2Né à Armentières le 4 juillet 1873, cet intellectuel devient assez rapidement, après son ordination, supérieur de l’Institution Notre-Dame-des-Victoires à Roubaix puis vice-recteur des facultés catholiques de Lille de 1910 à 1920 et secrétaire général de 1920 à 1925. En 1928, Achille Liénart, devenu évêque de Lille, le nomme vicaire général et archidiacre de Lille–Roubaix–Tourcoing1. Successeur de l’illustre Mgr Julien au siège épiscopal d’Arras en février 1931, il conserve autour de lui les chanoines Édouard Maréchal comme chancelier, Victor Pollard et Paul Hoguet. L’influence de ce dernier si déterminante auprès des syndicalistes et du monde ouvrier est contre-balancée auprès de l’évêque par celle d’Édouard Maréchal qui, avant-guerre, assiste aux Semaines sociales et se montre pacifiste dans la ligne de Marc Sangnier.

  • 2 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presses Université, 1996, p. 68-70.

3Mgr Dutoit, dès son arrivée dans le diocèse, n’hésite pas à se faire le commis-voyageur de la doctrine sociale de l’Église en présidant des journées d’études et en encourageant des initiatives. Chacun de ses adjoints dispose d’un domaine de compétence bien défini mais il tient à prendre les décisions. Malgré de nombreuses visites pastorales où il se montre affable et attentif, il n’a que peu de contacts personnels avec les prêtres du diocèse ou avec les quelques responsables des mouvements ou associations. C’est ainsi que Jules Catoire, le premier permanent laïc, fondateur du Syndicat Libre des Mineurs qui est proche de Mgr Hoguet2, n’est pratiquement jamais reçu à l’évêché alors que le cardinal Liénart reçoit régulièrement Georges Torcq et Charlemagne Broutin.

4Comme d’autres évêques, Mgr Dutoit dénonce le danger raciste avec conviction au moment de la parution de l’encyclique de Pie XI, Mit Brennender Sorge, en mars 1937, en même temps que le danger communiste. Durant la « drôle de guerre », il maintient cette ligne de fermeté et engage les fidèles dans « une véritable croisade pour le salut de la civilisation chrétienne ». Le dimanche 10 septembre 1939, Mgr Dutoit fait lire dans les églises du diocèse une lettre pastorale datée du 7 faisant appel au courage de tous et à la prière de chacun. Dans une seconde lettre pastorale du 5 octobre, il lance un appel en faveur du chapelet perpétuel pour la victoire et le relèvement de la France et adresse un hommage à la Pologne lors de la messe solennelle du 15 octobre, en la cathédrale d’Arras. À l’occasion du nouvel an, Mgr Dutoit écrit le 4 janvier 1940 : « nous nous battons pour la plus juste des causes ». En février à l’occasion du Carême, il choisit pour thème « la notion chrétienne de la liberté » dénonçant le racisme comme contraire à cette conception. Il autorise les fidèles à ne plus faire maigre les vendredis de Carême.

  • 3 Hubert Claude, « La hiérarchie catholique, le gouvernement de Vichy et l’Occupant dans la zone rése (...)

5Lors de l’attaque fulgurante des blindés allemands, en mai 1940, le comportement de l’évêque d’Arras se transforme soudainement. Pris de panique, il décide de fuir son évêché alors que le cardinal Liénart reste à son poste en compagnie du préfet, que beaucoup de curés de paroisse assument les dangers encourus par leurs ouailles tels l’abbé André Bourdrel à Oignies au moment de la folie meurtrière des troupes SS. Mgr Dutoit cherche à échapper comme tant d’autres à la « tenaille » allemande. Bloqué à Noyelles, il est ramené vers Berck : un prêtre le rencontre en ces jours tragiques : « Mgr Dutoit était pour moi quelqu’un sur qui on pouvait compter, ferme sur le plan doctrinal, un homme solide à tout point de vue et qui nous en imposait à tous. J’avoue que j’ai été surpris, assez décontenancé quand, le rencontrant sur les routes de l’évacuation, en mai 1940 il m’a fait l’effet d’un homme apeuré, qui craignait très fort l’arrivée des Allemands ». Ce jugement est recoupé par plusieurs témoignages3.

6Comment à partir de ce parcours préliminaire en arriver à une « démission » demandée par Pie XII en 1945 ? La référence à Pétain, les enjeux de la Libération et les relations entre la France et le Vatican peuvent aider à comprendre l’issue étonnante de sa trajectoire.

Pétain, la référence

Au nom du respect de l’autorité établie

7Revenu à Arras, il va modeler son attitude sur celle du cardinal Liénart. Celui-ci fixe, dès le 25 octobre 1940, la position de la hiérarchie devant le nouveau pouvoir : « loyalisme à l’égard de l’autorité civile ; sur ces points les esprits sont égarés dans notre région par la propagande anglaise : on peut être ami de l’Angleterre sans trahir la France. Le gouvernement actuel a pris un parti français. Il fait un travail admirable, il faut le soutenir. Ce n’est pas se compromettre, c’est le devoir. Il est encore plus impérieux quand la France souffre et que ce gouvernement cherche le bien. N’écoutez ni Londres, ni Paris, mais Lyon et Toulouse. On confond cause et effet. Tout ce que nous subissons est conséquence de la défaite qui n’est pas imputable à Pétain ».

8Le texte du cardinal s’adresse aux curés et doyens, il est très clair dans son affirmation de soutien au régime en cette fin d’année 1940. Mgr Dutoit ne dit rien d’autre à quelques différences importantes près : il s’empresse de faire profession de maréchalisme en public, à plusieurs reprises : d’abord à Arras dès le 30 juin puis à Saint-Omer, à Boulogne, le 25 août, et à nouveau, Arras le 3 novembre. Comme le dit le doyen Latreille chargé de régler du dossier Dutoit à la Libération « ce qui pouvait être dit avec habileté, avec un certain sens de la vision et de la diplomatie par de grands seigneurs de l’épiscopat, Liénart, Gerlier, était répété, monnayé à un degré inférieur par des évêques, qui eux ne trouvaient pas de formules aussi heureuses ». Parmi ces « évêques secondaires » figure Mgr Dutoit « qui a payé les pots cassés » selon André Latreille.

9Cette analyse qui se veut aussi explicative s’appuie des pièces à conviction. La lettre pastorale du nouvel an 1941 est catégorique : « le gouvernement du maréchal Pétain est le gouvernement légitime de la France. Il a reçu l’investiture officielle d’une Assemblée nationale. Il ne s’est pas imposé par la violence. Il émane d’un choix librement consenti. Les circonstances ont désigné le Maréchal Pétain et les représentants du pays l’ont élu. Demandons-nous s’il y a un Français qui se sente d’humeur et de taille à donner des leçons de patriotisme au vainqueur de Verdun et au sauveur de l’année chancelante de 1917. C’est un grand bienfait de la Providence que d’avoir porté au pouvoir à l’heure de notre affreux désastre, le seul homme qui pût nous obtenir de la part du vainqueur, la liberté d’entreprendre ce redressement et l’imposer d’autre part au pays avec le maximum de prestige et d’autorité ».

Au nom d’un attachement à sa personne, à ses idées

10L’attachement à la personne du maréchal est ancien chez l’évêque d’Arras qui le considère un peu comme un diocésain puisqu’il est « du pays ». De plus, le dimanche 13 mai 1934, à l’occasion de la réouverture solennelle de la cathédrale d’Arras, il reçoit du ministre de la Guerre, le vainqueur de Verdun, la croix de la Légion d’honneur. Certes il n’a pas été décoré comme le cardinal sur le front en 1917, mais l’amitié ne s’est pas démentie, renforcée notamment par les fréquentes rencontres à Notre Dame de Lorette.

11« Si le chef de l’État est en droit de trouver quelque part des sujets fidèles, n’est-ce pas chez nous, puisqu’il est de chez nous ? Oublierons-nous qu’il est né à Cauchy-à-la-Tour, qu’il a reçu ses premières leçons de latin de son oncle l’abbé Legrand, curé de Bomy, parfait modèle de saint, austère et dévoué curé de campagne, qu’il est comme le général Frère, l’actuel gouverneur militaire de Lyon, ancien élève de Saint-Bertin, qu’il a commandé le 33e régiment d’infanterie en cette ville d’Arras où il s’est montré à la fois fidèle gardien de la discipline et plein de sollicitude paternelle pour ses hommes ? ». L’invitation à l’attachement personnalisé est une simple transposition de ce qu’il pense. « Le vieillard qui a donné sa personne à la France » comme le rappelle le cardinal doit obtenir du chrétien un abandon filial qui relève davantage de la relation vassalique que de l’adhésion démocratique.

12La fidélité à sa personne doit s’accompagner d’une fidélité à ses convictions, non seulement sur les causes du désastre, les « mensonges qui nous ont fait tant de mal », mais sur les solutions, telles que le retour de la Famille, du Travail et de la Patrie. Ces valeurs viennent d’être choisies comme mots d’ordre pour la campagne d’année par l’ACJF. En 1938, elles sont partagées par l’ensemble des catholiques qui apprécient également le retour de l’enseignement catholique.

13Le maréchal veut aussi conclure la paix avec l’ennemi d’hier dans l’honneur, il veut la collaboration : n’y a t-il pas pour Mgr Dutoit « ignare dans l’art singulièrement complexe de la politique » la nécessité d’adhérer à ce qui lui rappelle d’une certaine façon le message de réconciliation franco-allemand de Mgr Julien ? Lors des Semaines sociales de Lille, le 25 juillet 1932, il a été fait allusion au « devoir d’universelle collaboration ». L’idéal pacifiste de Sangnier et de Briand reste un espoir aux yeux du vicaire général Édouard Maréchal et de son évêque. Mais les propos justifiant la collaboration au nom de ce pacifisme choquent profondément les diocésains dans un contexte d’occupation insupportable. Le terme a pris une coloration très marquée aux yeux de l’opinion publique. La lettre pastorale du 22 décembre 1940, publiée dans La Semaine religieuse du diocèse d’Arras, le 1er janvier 1941, est très mal « reçue ».

Dans ce message [du Maréchal], un mot a surpris et même a fait scandale : le mot collaborer. Pourquoi ? Parce qu’on l’a mal compris. On a conclu : non seulement nous sommes vaincus mais nous perdrions même notre honneur en acceptant de devenir en tout les auxiliaires du vainqueur et de porter avec lui la responsabilité de toutes ses entreprises : rien n’est plus faux. La collaboration suppose simplement une libre et loyale volonté d’entente. Je collabore : donc je ne suis plus l’esclave à qui l’on interdit toute initiative de parole et d’action ! Je collabore donc j’ai le droit d’apporter une pensée personnelle et un effort original à l’œuvre commune. Je puis dire non et même je puis dire mieux. On ne me refuse pas d’être moi-même et de mettre en valeur mon génie et mes ressources pour accroître le prix de cette collaboration qu’on déclare souhaitable et utile. La collaboration est le signe sous lequel devra se conclure pour être durable la paix de demain. Qu’un grand soldat ait le premier prononcé ce mot au lendemain d’une défaite et en réponse à l’invitation du vainqueur, qu’il ait abdiqué l’esprit de revanche au profit de l’esprit de justice, avec l’espoir de créer une atmosphère nouvelle, favorable au rapprochement et à la réconciliation de tous les peuples, c’est une gloire peu commune et qui a chance de compter un jour dans l’Histoire comme une contribution efficace et méritoire à la paix et au bonheur du monde entier.

Que cette attitude soit difficilement comprise et acceptée de nos alliés, nous n’avons lieu ni de nous en étonner ni de leur en faire grief. Ils se tromperaient fort d’ailleurs s’ils venaient à croire que la France a purement et simplement changé de camp. Elle est entrée seulement dans une voie nouvelle qui est ouverte à tous les peuples et où elle estime que tous pourraient un jour venir la rejoindre dans la justice et dans l’honneur.

  • 4 Michel Beirnaert, id cit, p. 73.

Nous avons longuement et chaudement plaidé, nos bien chers frères, la cause du devoir civique parce qu’il emprunte aux circonstances présentes une importance exceptionnelle et qu’il est sujet à de subtiles et dangereuses contradictions, susceptibles d’égarer les esprits. Ce devoir est simple autant qu’il est grave : suivre et appuyer de notre confiance le Maréchal Pétain4.

  • 5 René Lesage, La résistance en Artois occidental juin 40-mai 44, DEA, Lille 3, 1990.

14Les réactions de certains catholiques sont vives. Lors de ses visites pastorales de l’été 1941 des tracts sont distribués, notamment en la cathédrale de Saint-Omer5 :

Artésiens, votre évêque dont on ose à peine prononcer le nom, Mgr Dutoit, collabore avec les Allemands et non content, il veut vous faire collaborer. Un catholique digne de ce nom, digne de Dieu ne collabore pas avec l’ennemi. Car un catholique, s’il n’a pas de haine, veut la justice et la liberté. Car un catholique, s’il est tolérant, veut le respect de toutes les religions. Justice, Liberté, Paix, Honnêteté, Franchise et Liberté de conscience, tout, enfin, ce qu’un Catholique vénère est foulé aux pieds et souillé de sang par l’ennemi, le seul, l’Allemand. Si donc Mgr Dutoit vient en haute chaire de vérité, aujourd’hui, demain peut-être, vous parler de collaboration, en profanant par ses propres paroles, les lieux saints et son saint titre : VOUS LES CATHOLIQUES LES VRAIS CATHOLIQUES VOUS VOUS LEVEREZ ET EN SILENCE DIGNEMENT VOUS SORTIREZ,VOUS DEVEZ SORTIR DE L’ÉGLISE pour bien montrer que la route qu’il suit est une fausse route, et pour rester vous-mêmes, de vrais catholiques dignes de Dieu, des vrais Français dignes de la Patrie, France Debout ! 

15Six juristes des Facultés catholiques rappellent dans un texte qui fait suite au message de Mgr Dutoit « combien cette déclaration [sur la collaboration] a blessé nos sentiments et nous paraît difficile à concilier avec les exigences de la vertu de patriotisme » et « quelle immense douleur » ils ont ressenti « en un moment où les libertés humaines sont si parcimonieusement mesurées aux Français, qu’une autorité ecclésiastique ait pu leur sembler rétrécir encore le peu qui leur reste ». Malgré les précautions de langage, l’argumentation réfute le choix volontaire d’une défaite utile au renouveau de la politique intérieure au détriment d’une victoire qui reconduirait les erreurs du passé.

Au secours de la logique pétiniste

16À propos du STO, Mgr Dutoit conseille aux jeunes, en mars 1943, de s’y soumettre. « Nous sommes en présence d’une nécessité, conséquence de notre défaite. Cette nécessité est reconnue par nos chefs qui n’ignorent pas les sacrifices qu’elle impose et qu’ils ont fait valoir auprès de l’autorité allemande, afin d’obtenir des compensations et notamment la libération accélérée de nos prisonniers. Nous avons dès lors un double devoir : celui d’exécuter l’ordre qui nous est donné et celui de ne pas refuser notre part du sacrifice qui est demandé au pays tout entier ». Au sujet de l’attitude des prêtres : « Il est bien vrai qu’en s’associant à la Relève, le clergé donne un exemple et nous n’hésitons à pas dire que la conscience chrétienne fait à tous un devoir de l’imiter. Nous sommes en présence d’une nécessité, conséquence de notre défaite ». La position du cardinal, là encore, est plus nuancée. En affirmant, le 21 mars 1943, qu’il est possible de « s’y dérober sans péché », il conseille, selon les cas, de « faire preuve d’un véritable esprit social et national ».

17La notion d’expiation revient souvent en référence aux idées des contre-révolutionnaires de Bonald et de Maistre : les événements tragiques portent en eux mêmes un caractère providentiel : « Dieu est l’auteur de tous les États » remarque de Bonald. « La révolution a commencé par la déclaration des droits de l’homme, elle ne finira que par la déclaration des droits de Dieu » poursuit de Maistre. Le 25 septembre 1941, Mgr Dutoit affirme : « Il faut demander avant tout la reconnaissance des Droits de Dieu ». L’expiation est l’attitude première, la condition de base : « nos souffrances, nos ruines, nos deuils, c’est le châtiment des fautes et c’est la garantie d’une Renaissance chrétienne d’autant plus complète qu’elle aura été chèrement payée ». Dans cette croisade « de la prière, du sacrifice et de la charité », le régime de Vichy « fait son devoir » en assurant la paix civile, en garantissant la liberté de culte, en ouvrant des écoles chrétiennes [le maréchal fait un don personnel de 50 000 francs en faveur des écoles libres du diocèse], en défendant la famille. La prière et la pénitence sont les armes spirituelles qui, seules, peuvent venir à bout des malheurs du pays. La vierge de Lourdes est invoquée de même que Joseph qui « n’a jamais ouvert la bouche, ni pour se plaindre ni pour se vanter ».

18Mgr Dutoit s’investit dans le combat contre « les forces du mal ». L’essentiel est d’ordre religieux or « parmi les réformes proposées [par le Maréchal Pétain] ou déjà en application, on est heureux de constater que plus d’une porte la marque d’une inspiration chrétienne ». Mgr Dutoit, ce grand personnage, impressionnant, à la belle prestance, reste proche de ses fidèles, parcourant le diocèse, proposant des « mots d’ordre » comme la dévotion au Sacré-Cœur lors du Carême de 1941, la dévotion mariale en 1942 et en 1944 une « campagne de messe » cumulée avec l’ordre de réciter un milliard d’Ave Maria et un vœu d’érection d’une tour à la Cathédrale.

  • 6 François Delpech, Revue du Nord, n° 237, avril-juin 1978, p. ibidem p. 457-459.
  • 7 Témoignage de Bernadette Catoire, 15 septembre 1993.

19À propos de la question juive, Mgr Dutoit, selon François Delpech6, sauve quelques personnes [juives] qui lui en sont très reconnaissantes » ; il ajoute « mais vous savez qu’on en a rien dit publiquement ». L’influence du chancelier Maréchal semble avoir été déterminante dans le renforcement et le maintien du choix idéologique de l’évêque d’Arras. « Considéré comme le numéro deux du diocèse, l’abbé Maréchal faisait toujours obstacle même vis-à-vis de Mgr Hoguet, mon père en a souffert comme Mgr Hoguet »7. L’évêque d’Arras laisse dire à son vicaire général chancelier Edmond Maréchal, dans une circulaire du 25 septembre 1942, que la question juive n’est pas une question religieuse mais qu’elle doit être traitée sur le plan politique. Il prétend justifier la récente rafle au nom de l’argument classique de l’antisémitisme économique : « Depuis 1933 [les juifs] avaient accaparé à Lens par exemple, plus de 70 % du commerce local, et Dieu sait dans quelles conditions pour les mineurs trop naïfs ou trop dépensiers ». Dans le domaine religieux, il ajoute : « Il n’y a pas de changement dans la pratique institutionnelle de l’Église ; on peut toujours accepter au baptême les Juifs qui veulent sincèrement se convertir. On devra, en raison des circonstances actuelles, les prévenir loyalement dès le début de leur instruction, que le baptême ne modifie en aucune façon leur position vis-à-vis des nouvelles lois françaises ».

20Pour les syndicalistes, le refus de plus en plus déterminé de la Charte du Travail se conjugue avec des convictions religieuses profondes. La déception est grande quand Jules Catoire prend connaissance des positions de Mgr Dutoit sur les bombardements alliés qu’il dénonce en janvier 1943 en exprimant « son indignation devant la barbarie » qualifiant les auteurs de « terroristes ».

L’heure des comptes pour Mgr Dutoit

Le rôle des résistants chrétiens

21Jules Catoire, en accord avec les responsables du Syndicat libre des mineurs que sont Louis Delaby et Félix Pierrain, n’hésite pas à critiquer les prises de position « légitimistes » de certains évêques comme l’archevêque de Marseille, Mgr Delay qui ne cache pas son admiration pour le maréchal Pétain tout comme le cardinal Baudrillart. Il s’oppose également au cardinal Liénart sur la charte du Travail. En profonde harmonie avec Mgr Hoguet, vicaire épiscopal en charge du monde ouvrier, il souffre et dénonce les prises de position de Mgr Dutoit dont il mesure rapidement et totalement les conséquences néfastes de tels propos.

22Cependant, pour le premier permanent laïc du diocèse d’Arras, malgré le désaccord complet avec son pasteur, un évêque demeure un évêque : au-delà d’une personne, la fonction demeure ; le lien avec Rome est indissoluble, il ne peut être rompu par la seule faiblesse humaine. Le caractère indiscutable de son activité de résistance dans le Pas-de-Calais depuis l’année 1940 place Jules Catoire au cœur de « l’affaire Dutoit » dans un rôle discret mais semble-t-il efficace, en lien avec Jean Catrice.

  • 8 Serge Laury, « Aspects de la vie religieuse pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord-Pas-de- (...)
  • 9 Hubert Claude, « la hiérarchie catholique, le gouvernement de Vichy et l’Occupant dans la zone rése (...)

23Les collaborateurs notoires sont soumis à une épuration « sauvage » – dans un premier temps – puis légale par la suite. Déjà au lendemain de la Libération, la nouvelle du remplacement de Mgr Dutoit est évoquée. Le Patriote du Pas-de-Calais annonce, dans son premier numéro d’après la Libération, daté du dimanche 3 et lundi 4 septembre, en première page, dans un entrefilet : « Mgr Dutoit quitte Arras : Nous apprenons en dernière heure que Mgr Dutoit a pris la décision de quitter Arras. Le Te Deum de demain sera présidé par M. Chappe archiprêtre de la Cathédrale, ancien combattant ». La brièveté de l’article souligne, à la fois, le caractère récent de la nouvelle mais aussi la volonté de ne pas « mettre de l’huile sur le feu ». Pourtant, les propos du prélat lors des derniers bombardements précédant la libération choquent l’opinion publique et ne font qu’aggraver son cas. Ils viennent en effet s’ajouter à ceux de janvier 1941 où il justifie la collaboration, puis ceux de mars 1943 où il appelle à respecter le STO. Le mois suivant, dans La semaine religieuse d’Arras, il s’en prend à « l’influence des propagandes haineuses et mensongères » qui, dit-il, serait responsable du drame des habitants de Beuvry, victimes de « la barbarie des raids aériens ». En janvier 1944, fidèle à son « idée claire »8, cet ancien vicaire général du cardinal Liénart, ancien combattant de la guerre 1914-1918, décoré de la Légion d’honneur par le maréchal Pétain, pourfend ceux qui « s’arrogent le droit de troubler l’ordre public et de porter atteinte à la vie nationale sous prétexte de faire échec à un pouvoir qu’on accuse d’usurpation et de trahison »9.

24Les résistants sont qualifiés par le prélat de « partisans qui s’érigent en arbitres et vengeurs du patriotisme », qui se comportent en « bandits de profession », exerçant « leurs rapines et leurs vengeances ». De tels propos sont très mal reçus notamment parmi les résistants catholiques tels que l’abbé Lorent curé de Sains-en-Gohelle qui, membre du Front National, demande la mise en jugement de son supérieur.

  • 10 Interview de Bernadette Catoire, 15 septembre 1993
  • 11 Interview du père Régis de Beer, 13 décembre 1992.

25La position de Jules Catoire, selon sa fille10, consiste à chercher à protéger la fonction au travers de la personne, à préserver l’avenir de l’Église d’Arras. Le père Régis De Beer11 considère que Jules Catoire aurait souhaité dans un premier temps que l’évêque puisse, malgré son attitude et surtout ses propos déplacés, demeurer en place au nom du caractère sacré de sa charge. Désigné avec René Louis, lors de la séance du Comité départemental de Libération du 23 septembre 1944 à la préfecture, comme titulaire délégué aux commissions de vérification d’internement, il doit constater le 9 octobre 1944, que la commission de justice et d’épuration de cette instance départementale de la Résistance présidée par Guy Mollet vote, à la demande du Front National, l’arrestation de Mgr Dutoit ainsi qu’à celle de l’adjoint à la direction des mines de Bruay : « nous accusons Mgr Dutoit de collaboration avec l’ennemi ».

  • 12 Hypothèse émise à partir de témoignages croisés tels que ceux du père Mailliez, curé de Saint-Nicol (...)

26Ayant quitté le chef-lieu du département, le 1er ou le 2 septembre 1944, Mgr Dutoit est accueilli dans la communauté religieuse des Dominicaines qui tiennent un pensionnat de jeunes filles à Bucquoy. Des résistants des Forces françaises libres, prévenus par une indiscrétion, viennent l’arrêter et le tiennent prisonnier dans un habitation proche. C’est alors que le chanoine Parenty, futur évêque auxiliaire du diocèse d’Arras, muni d’un brassard de la Croix-Rouge arrive en moto pour délivrer le prisonnier. Les responsables du CDL lui ont donné la mission de requérir les forces de gendarmerie de Foncquevillers et, avec l’aide de soldats anglais, d’extraire l’évêque retenu par les FFI pour le conduire dans une résidence privée léguée par ses propriétaires à l’évêché, au château de Gommecourt, à proximité de Bucquoy où il demeure jusqu’à la mi-novembre12.

  • 13 André Latreille, De Gaulle, la Libération et l’Église catholique, Paris, Cerf, p. 49-55.

27Le préfet Cabouat aurait alors accepté que Jules Catoire obtienne le transfert de Mgr Dutoit à Lille. La version de Jean Catrice, qui affirme avoir pris en charge l’évêque d’Arras en le faisant venir à Lille pour le mettre sous la protection de l’évêché, confirme ces propos. Les deux résistants auraient ainsi, l’un justifié le départ, l’autre réalisé le sauvetage. Bien au fait de la question en tant que sous-directeur des Cultes, André Latreille n’hésite pas à affirmer que « c’est la présence des catholiques dans la Résistance et que ce sont leurs efforts qui ont sauvé la plupart des évêques qui étaient menacés à ce moment-là. Cela n’a pas été commode parce que les mêmes hommes étaient à la fois convaincus qu’une épuration était une nécessité pour le crédit de l’Eglise et pensaient, d’autre part, que cette épuration ne devait pas être sauvage, qu’elle devait être éclairée »13.

La demande d’internement

28Le cas de Mgr Dutoit est cependant particulier par les charges qui pèsent sur lui du fait de ses propos mais aussi par son attitude assez peu lucide sur les risques qu’il encourt. En effet, dès le 20 septembre 1944, Mgr Dutoit a fait officiellement une demande pour rentrer à Arras. Le préfet Cabouat lui répond que c’est totalement exclu dans l’immédiat. Mgr Dutoit décide de braver cette interdiction et vient, le 13 octobre 1944, au grand séminaire d’Arras, rue d’Amiens à l’occasion d’une retraite des membres de son clergé. Cette désobéissance qui correspondrait également à un manquement à la parole donnée entraîne une riposte immédiate du préfet qui lui ordonne de repartir à sa résidence de campagne sous la conduite du vicaire général Pollart.

  • 14 Interview de Louis Beugniez le 20/02/1978.

29Une demande d’internement administratif est prise le 20 octobre 1944 sur ordre du préfet qui n’a pas apprécié l’attitude de l’évêque et en accord avec le Comité départemental de Libération pour « injures flagrantes à l’égard de la Résistance, des alliés, des forces combattantes ». En effet, après une longue discussion, la demande d’internement est votée par 7 voix contre 2. « Ont voté pour le Front National, c’est-à-dire l’abbé Lorent, la CGT, Libération, le PS, la Voix du Nord, la CGA, ont voté contre la CFTC, donc Catoire, et le PDP, Jo Martin »14. Jules Catoire n’a pu empêcher l’internement de l’évêque qui relèverait davantage cette fois-ci de la sanction alors que le premier internement à la Libération aurait eu pour but de le protéger.

30Deux possibilités s’offrent alors : le renvoi devant une cour de Justice ou devant un jury d’indignité nationale dans le cadre de la chambre civique d’Arras ou de Béthune. Lors du congrès des comités locaux de Libération, un militant démocrate-chrétien signale à Jules Catoire, le 29 octobre, qu’on lui rappelle qu’« au début de cette semaine, le CDL a demandé l’arrestation de Mgr Dutoit qui, pendant 4 ans, a fait rougir de honte les catholiques sincères », ajoutant qu’« il avait servi la politique de Berlin ». Lors du CDL du 30 octobre, l’abbé Lorent est auditionné : il expose le contenu de ses échanges avec le vicaire général Pollart et le chanoine Chappe concernant l’arrestation de Mgr Dutoit. L’abbé Lorent conclut à une indiscrétion du préfet : le CDL fait officiellement une demande d’enquête sur « les antécédents » du préfet.

L’intervention du cardinal

  • 15 Serge Laury, « Aspects de la vie religieuse pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord–Pas-de- (...)
  • 16 Revue du Nord, n° 238 Juillet-septembre 1978 avec témoignage de Jules Catoire, p. 495-498.

31Celui-ci veut absolument éviter un procès qui mettrait en grande difficulté son ancien vicaire général. Il écrit au Général de Gaulle, le 6 novembre 1944, alors que, le 2 octobre précédent, il a confié à un proche lors de la venue du président du GPRF à Lille : « je vais serrer la main au Général parce que je le dois, mais je ne l’aime pas »15. Le Général lui répond, le 17 novembre, et s’enquiert auprès du préfet Cabouat des causes de l’aggravation des mesures. Il se montre perplexe sur la pertinence d’un emprisonnement de l’évêque dans sa propre ville épiscopale. En effet, dans un premier temps, le préfet a voulu l’éloigner mais le retour à la mi-octobre l’irrite et justifie à ses yeux l’incarcération qui n’est pas appréciée par les autorités nationales. Le cardinal Liénart reçoit alors Mgr Dutoit à l’évêché de Lille puis celui-ci est accueilli chez les Filles de l’Enfant Jésus, au 12 bis rue de Thionville dans l’attente d’une décision de justice à son endroit. En liberté surveillée, il attend que l’on statue sur son sort16.

32Face à ce qu’il appelle « une atteinte à la dignité épiscopale », le cardinal engage son autorité, son prestige, pour, avec l’aide de ses collègues Mgr Chollet et Mgr Guerry, tenter de sauver l’évêque d’Arras. La situation est en effet incertaine : le 9 novembre, le chanoine Maréchal, chancelier très compromis par ses positions pro-allemandes, est inculpé d’intelligence avec l’ennemi et se voit condamné par la Cour de Justice de Douai à neuf années de réclusion. Le conseiller est puni, l’évêque doit donc au cardinal sa protection.

33Un certain nombre de facteurs locaux et nationaux viennent complexifier le dossier. Le préfet Cabouat est, en effet, victime d’une contestation de la part de certains résistants qui lui reprochent de prendre des décisions sans consultation préalable et de manière contradictoire. La mise en difficulté du préfet en cette fin d’année 1944 n’est pas pour déplaire à des résistants qui lui reprochent non seulement son attitude dans l’affaire Dutoit mais également « une hostilité à l’égard des FFI et des cultivateurs » comme le rappelle l’abbé Lorent dans un rapport du 30 octobre. Il est alors décidé non d’obtenir le déplacement et encore moins la révocation du préfet mais une enquête pour connaître « les antécédents de M. Cabouat ». Les remarques critiques du chef du gouvernement renforcent les méfiances du Comité départemental de Libération qui va, en effet, obtenir le départ du préfet. Celui-ci quitte le département le 11 décembre 1944 après avoir été auditionné par une commission d’épuration au ministère de l’Intérieur : il est alors placé « dans la position d’expectative », le 6 janvier 1945, avant d’être mis à la disposition du commissaire général pour les affaires allemandes et autrichiennes, le 26 juillet 1945.

34En liberté provisoire chez les religieuses, l’évêque d’Arras demeure à Lille en fin d’année 1944 : la cour de justice est évitée et, en échange, le Vatican lui aurait interdit de revenir dans son diocèse. Cependant, une motion du CDL fait état le 26 décembre 1944 d’une demande des éléments catholiques de l’instance de résistance de se faire leur interprète auprès du nonce apostolique « pour que l’Évêché soit le plus rapidement pourvu d’un autre titulaire ». Face à ces pressions y compris au sein de l’Église, Jules Catoire veut éviter la mise en accusation. Il va trouver un allié au plan national en la personne du doyen André Latreille qui a été choisi par le ministre de la Justice Adrien Tixier comme conseiller dans les affaires ecclésiastiques. Ce gaulliste de la première heure, prend contact avec Mgr Suhard durant l’Occupation en lui conseillant de prendre des distances vis-à-vis du régime de Vichy. Sa proximité avec le Général de Gaulle, lui aussi catholique pratiquant et soucieux d’éviter le désordre institutionnel, lui permet d’essayer de clarifier la situation des relations avec Rome et de renforcer le souci de la séparation du religieux et du politique auquel tient le chef du gouvernement.

Une affaire entre Paris et Rome

D’abord le nonce apostolique

  • 17 André Latreille, op. cit., p. 49-55.

35Le général en fait une question de principe : les personnes ayant servi sous Vichy doivent quitter leur poste quelle que soit leur attitude avec l’occupant et le gouvernement de Vichy. L’épuration des évêques se trouve donc liée directement à la normalisation des rapports du GPRF avec le Vatican. Avec quelques autres, l’évêque d’Arras devient un des points de débat entre Paris et Rome. Informé par Mgr Théas, évêque de Montauban qui n’a pas hésité à critiquer les mesures antisémites en 1942 et par Mgr Tisserant qui, à Rome, a soutenu Témoignage chrétien, le pape Pie XII se résigne à ne pas entrer en conflit direct avec le chef de l’État français. Mgr Valério Valeri a pourtant conseillé aux évêques français de ne pas se « rapprocher trop de cet homme » mais, de par son accréditation officielle, il participe chaque année aux cérémonies de vœux au Maréchal et aux autorités allemandes. De Gaulle obtient donc le départ du nonce. Son remplaçant n’est autre que Mgr Roncalli, le futur Jean XXIII. Pie XII choisit, sur proposition du Général de Gaulle, de prendre comme ambassadeur au Vatican, Jacques Maritain, philosophe thomiste et porte-parole de la résistance spirituelle, réfugié aux USA. Soucieux de renouer les relations avec l’homme qui incarne la légitimité de la Résistance, il se montre vigilant sur le respect de son autorité spirituelle et hiérarchique sur l’épiscopat français. L’annonce des épurations l’installe dans un état de vigilance afin d’éviter toute ingérence intempestive du pouvoir politique17.

Puis Mgr Dutoit et ses collègues compromis

  • 18 Ibidem.

36Pour tenter de trouver des solutions acceptables par le Vatican pour les trente évêques compromis selon la rumeur publique, Mgr Roncalli, le nouveau nonce, s’efforce de conduire avec prudence et habileté la négociation entre janvier et juillet 1945. André Latreille, l’homme de confiance du Général de Gaulle, est en contact permanent avec lui : il n’hésite pas à lui fournir des conseils dans la gestion des dossiers individuels de prélats concernés. À propos de l’attitude de l’évêque d’Arras, le doyen estime que la procédure engagée à son égard lui semble « de nature non seulement à apaiser l’émotion mais à répondre à une exigence de justice égale pour tous et peut-être à convaincre le Saint-Siège de l’urgence de prendre en considération les demandes du gouvernement ». En retour, il insiste auprès des dirigeants français sur la nécessité de renouer les contacts avec Rome et sur le nécessaire équilibre entre les attentes de chaque partenaire. Il n’hésite pas à évoquer le pire : « qu’arriverait-il si Pie XII, pour une raison de forme ou parce qu’au fond il apprécierait autrement la culpabilité de Mgr Dutoit, ne consentait pas à priver ensuite l’évêque de sa juridiction ? Dans quelles conditions s’engageraient les négociations imminentes relatives aux autres évêques incriminés ? »18.

  • 19 Interview de Maurice Schumann, Notre Histoire, n° 114, septembre 1994, p. 37.
  • 20 Hubert Claude, id. cit., Revue du Nord, n° 237 avril-juin 1978.

37C’est donc ainsi que l’affaire Dutoit devient le point de passage des nouvelles relations entre Rome et Paris. Le doyen Latreille insiste sur la nécessaire participation de la curie pour la gestion de l’épuration du personnel épiscopal. Alors que le président du Conseil national de la Résistance, le démocrate-chrétien Georges Bidault demande à André Latreille « d’en trouver dix ou douze », le Général de Gaulle qu’il rencontre le 30 janvier rue Saint- Dominique, « convient qu’il ne s’agit que d’une opération limitée, quatre ou cinq ». Parmi ceux-ci figure Mgr Dutoit. En effet son dossier comporte des lettres du commissaire de la République de Lille Francis-Louis Closon, démocrate-chrétien, auteur avec Maurice Schumann à Londres d’une revue Volontaire pour la cité chrétienne19, un rapport du procureur général de Douai. Le doyen Latreille considère qu’il fait partie des cas canoniquement valables d’odium plebis pris en compte par la hiérarchie ecclésiale : « La présence de Mgr Dutoit, de retour dans sa ville épiscopale peut mettre en question son existence, sa vie même, par conséquent nous pouvions dire : il est rejeté par son troupeau. Ce qui canoniquement et pratiquement constituait un argument bien plus solide que le grief tiré des manifestations en l’honneur du Maréchal lesquelles pouvaient dans l’optique du Saint-Siège pouvaient passer pour une erreur politique non pour une faute capable de disqualifier un chef de diocèse »20.

  • 21 Yves-Marie Hilaire, Gérard Cholvy, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 3, éd. Beauch (...)

38L’accord entre Rome et Paris a permis de limiter l’épuration épiscopale à des cas précis : la « démission » de Mgr Dutoit et celles de Mgr Dubois de la Villerabel, archevêque d’Aix, de Mgr Auvity évêque de Mende, de Mgr Beaussart évêque auxiliaire de Paris ont éclairci les relations entre le Vatican et le GPRF21. Celui-ci prouve ainsi son indépendance tandis que le souverain pontife maintient son autorité spirituelle sur le clergé national. Le caractère indiscutable des compromissions de ces quelques évêques justifie la prudence et donc l’absence de mise en accusation d’autres prélats dont l’attitude a été quelquefois ambigüe mais moins clairement partisane. En ce début d’année 1945, pour éviter tout incident diplomatique, il faut rester prudent et temporiser. Le 8 février le garde des Sceaux conseille de retarder la procédure qui vise à faire passer Mgr Dutoit devant une chambre civique mais non de la suspendre.

39En effet, le 22 avril, Guy Mollet publie dans Liberté un article intitulé « Socialisme et Laïcité ». Il dénonce un retour en force des catholiques pétainistes : « voilà qu’aujourd’hui les fous, non contents de ne pas avoir dû reculer veulent faire un pas en avant. Ils veulent sauver ce qu’a donné Pétain. Ils maintiennent en place ceux qui ont trahi ; le citoyen Dutoit a encore rédigé la dernière lettre pastorale. L’école laïque est menacée. Et la vieille querelle va reprendre, si les fous entraînent derrière eux la masse des chrétiens sincères. Aux laïcs nous crions : alerte, aux chrétiens : casse-cou ! ». La position alarmiste mais également préventive du chef socialiste se comprend à la suite de la lecture du rapport par le chancelier du diocèse d’Arras le chanoine Roux, vicaire et chancelier le 13 mars 1945 :

Combien nous sentons qu’il nous manque quelqu’un aujourd’hui. Quelqu’un dont la place est inoccupée ici et dont la pensée, j’en ai l’assurance, est toute préoccupée de nous là bas au lieu d’exil qui se prolonge. Une assemblée comme celle-ci sans notre évêque bien aimée, n’est-ce pas un corps sans âme ? Nous ne voudrions, Messieurs et chers confrères, que cette année marquée pour le chef du diocèse et pour ses prêtres fidèles par une épreuve sans précédent ne pas faire avec lui qu’un seul cœur. J’ai la conviction que je serai votre interprète à tous en adressant à notre Père commun l’expression de la tristesse profonde que nous éprouvons par son absence en même temps que l’hommage filial et indéfectible attachement de nos personnes à sa Personne vénérée.

40Ce texte ne contient aucun regret sur l’attitude politique de l’évêque et se termine par un post scriptum : « le chancelier auquel ‘l’estime’ est gardée n’est autre que le vicaire général Maréchal ». La tristesse, la nostalgie sont présentes sans remise en cause des prises de position de ces deux membres de la hiérarchie catholique.

Le rôle de Mgr Roncalli

41À sa manière bonhomme et discrète, le nouveau nonce apostolique, de janvier à juillet 1945, malgré le ressentiment et les animosités, parvient à gérer chaque dossier : Mgr Dutoit « accepte » ou plutôt comprend la nécessité de démissionner. Résidant chez les Filles de l’Enfant Jésus, il est nommé évêque de Létopolis puis, le 7 mai 1949, archevêque de Sébastopolis d’Abasgie. Le journal La Croix lui adresse des félicitations pour cette nomination. Lors de la cérémonie des obsèques de l’évêque, qui se déroule à Arras, le 22 avril 1953, une foule importante est présente. Mgr Dutoit est inhumé discrètement dans le caveau des évêques pour éviter de nouveaux rebondissements.

42Un nouvel évêque lui a succédé dès le 3 février 1946 : Victor Jean Perrin, Après avoir été consacré à Rennes, le 19 janvier 1946, en présence du nonce apostolique Mgr Roncalli, il est intronisé dans la cathédrale d’Arras. L’attitude durant la Seconde Guerre mondiale de cet ancien supérieur du grand séminaire de Rennes est claire : il a refusé de se laisser constituer prisonnier à Rennes lors de l’arrivée des Allemands. Mgr Evrard, évêque auxiliaire d’Arras, ne peut s’empêcher de rappeler dans son discours d’accueil que le nouvel évêque « trouve la ville mais surtout la chrétienté en ruines, car les ruines matérielles sont toujours le symbole d’autres ruines ». Cet homme pieux et prudent parvient peu à peu à faire oublier cet épisode particulier et à se faire respecter et aimer de ses fidèles.

Conclusion

43L’argumentation de Mgr Dutoit est assez paradoxale : la victoire allemande est, dès 1940, acceptée comme un fait pratiquement irréversible. Il justifie l’esprit de sacrifice du maréchal Pétain, ce grand soldat montrant l’exemple. Il considère que l’acceptation de la défaite est la condition d’une renaissance. Il s’agit, de fait, d’une critique de la disposition d’esprit liée à la victoire de 1918. La vision doloriste, pessimiste sur la nature humaine se mêle à la valeur rédemptrice de la souffrance : la défaite acceptée est meilleure qu’une orgueilleuse victoire pour la reconstruction intérieure du pays. Quant à la nouvelle Europe qui va émerger, la France doit là encore montrer l’exemple aux peuples qui, « après avoir déposé les armes, seraient obligés de constituer entre les adversaires de la veille une collaboration équitable ». Pétain, dans la vision de Mgr Dutoit, ne fait que devancer ce qui est inéluctable. N’est-ce pas, estime Mgr Dutoit, le rôle d’un politique ?

44Pour tenter de comprendre une telle position, une autre hypothèse pourrait s’appuyer sur l’ambiguïté du terme collaboration, utilisée très fréquemment durant l’entre-Deux-Guerres dans le langage catholique social, au sens de collaboration de classe en opposition à la lutte des classes. Le rapprochement avec l’Allemagne serait dès lors, pour Mgr Dutoit, la manifestation politique d’une volonté sociale ancienne et traditionnelle dans l’Église. Fait-il la confusion ou joue-t-il sur les mots ?

45Il est cependant étonnant de la part d’un intellectuel, en charge d’un peuple dans de telles circonstances, de ne pas saisir les enjeux et de ne pas faire preuve d’un minimum de prudence. Quand, dans le journal des prisonniers, Le trait d’union du 12 janvier 1941, il est indiqué que « l’évêque d’Arras a promulgué une lettre pastorale dans laquelle il s’est prononcé sans réserve pour la collaboration franco-allemande », les prisonniers et les autres Français sont en droit de s’interroger. Quand la propagande allemande rappelle que l’évêque d’Arras « recommande la collaboration », aucun démenti de sa part ne vient réfuter une telle interprétation.

  • 22 Archives diocésaines d’Arras, 3 Z 10/114a. L’auteur remercie Michel Beirnaert et Audray Cassan qui (...)

46Mgr Dutoit tente de se justifier, en 1945, auprès de Mgr Roncalli, nonce apostolique à Paris, après avoir eu connaissance par l’intermédiaire de l’aumônier catholique de l’Armée britannique d’un extrait d’une émission de la BBC le 12 janvier 1941 « les Français parlent aux Français »22. Jean Marin, dans un dialogue avec un autre résistant dénonçant les propos de l’évêque, prend sa défense. Il estime au contraire qu’au sujet de cette lettre pastorale « on peut y trouver très exactement la condamnation, non pas de la collaboration, une collaboration idéale, mais de la collaboration telle que le veulent les Allemands ». Il souligne en effet que « la lettre de l’évêque d’Arras déclare : ‘la collaboration, ça n’est pas l’esclavage’. Croyez-vous un instant que l’évêque d’Arras ait pu parler de cette façon-là de la collaboration avec Hitler dont il sent très bien qu’il n’a pas d’autre intention, en nous offrant la collaboration, que de nous mettre à sa merci et d’abuser de notre pays ? … Je crois que, dans le cas qui nous occupe, l’évêque d’Arras assigne au principe de la collaboration des conditions telles que son mandement signifie en fait que la collaboration est impossible avec l’Allemagne nazie ». Dans un courrier en date du 13 février 1945, adressé à Mgr Roncalli, Mgr Dutoit approuve le texte de Jean Marin : « il est bien tel que je l’entendais et fait ressortir le vrai sens de cette lettre à l’encontre de la propagande allemande qui lui a fait dire le contraire de ma pensée ». Pourquoi l’évêque n’a-t-il pas, au moment des faits rapportés, aussitôt dénoncé cette « manipulation » des autorités nazies ?

Notes

1 Michel Beirnaert, « Henri Édouard Dutoit, évêque d’Arras pour le meilleur et pour le pire ? » Gauhéria, n° 86, septembre 2013, p. 55-56.

2 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presses Université, 1996, p. 68-70.

3 Hubert Claude, « La hiérarchie catholique, le gouvernement de Vichy et l’Occupant dans la zone réservée », Revue du Nord n° 237 avril-juin 1978, p. 253-286 avec interventions de l’abbé Berthe, A Latreille dans le débat.

4 Michel Beirnaert, id cit, p. 73.

5 René Lesage, La résistance en Artois occidental juin 40-mai 44, DEA, Lille 3, 1990.

6 François Delpech, Revue du Nord, n° 237, avril-juin 1978, p. ibidem p. 457-459.

7 Témoignage de Bernadette Catoire, 15 septembre 1993.

8 Serge Laury, « Aspects de la vie religieuse pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord-Pas-de-Calais », Revue du Nord n° 237, avril-juin 1978, p. 351-394.

9 Hubert Claude, « la hiérarchie catholique, le gouvernement de Vichy et l’Occupant dans la zone réservée », Revue du Nord n° 237 avril-juin 1978, p. 253-286.

10 Interview de Bernadette Catoire, 15 septembre 1993

11 Interview du père Régis de Beer, 13 décembre 1992.

12 Hypothèse émise à partir de témoignages croisés tels que ceux du père Mailliez, curé de Saint-Nicolas-les-Arras, proche de Jules Catoire, de Mlle Catoire, du père Régis de Beer, de l’abbé Berthe, d’André Latreille et de M. Brisacier de la direction des cultes.

13 André Latreille, De Gaulle, la Libération et l’Église catholique, Paris, Cerf, p. 49-55.

14 Interview de Louis Beugniez le 20/02/1978.

15 Serge Laury, « Aspects de la vie religieuse pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord–Pas-de-Calais », Revue du Nord n° 237 avril-juin 1978,, p. 351-394.

16 Revue du Nord, n° 238 Juillet-septembre 1978 avec témoignage de Jules Catoire, p. 495-498.

17 André Latreille, op. cit., p. 49-55.

18 Ibidem.

19 Interview de Maurice Schumann, Notre Histoire, n° 114, septembre 1994, p. 37.

20 Hubert Claude, id. cit., Revue du Nord, n° 237 avril-juin 1978.

21 Yves-Marie Hilaire, Gérard Cholvy, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 3, éd. Beauchesne, 1990, p. 115.

22 Archives diocésaines d’Arras, 3 Z 10/114a. L’auteur remercie Michel Beirnaert et Audray Cassan qui ont accepté de mettre à disposition ces documents.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Université du Littoral

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540