Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

L'épuration dans le Pas-de-Calais

L’épuration dans le monde agricole. L’exemple du Pas-de-Calais

Marie-Christine Allart

Texte intégral

  • 1 Henry Rousso, « L’épuration en France : une histoire inachevée ». Vingtième Siècle. Revue d’histoir (...)
  • 2 Peter Novick, L’épuration française 1944-1949, Éd. Baland, 1985, 364 p.
  • 3 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne dans la guerre, 1939-1945, Rennes, éd. Ouest-France/mémorial de (...)
  • 4 Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation, imaginaire et comportement d’une sortie de (...)
  • 5 Par exemple dans L’épuration sauvage, Éd. Tempus, 2008, 693 p., Philippe Bourdrel, dans un chapitre (...)

1La recherche sur l’épuration a été relancée dans les années quatre-vingt-dix, comme le précise Henri Rousso lorsqu’il fait le point sur la question dans un article de 19921. Cependant, l’épuration dans le monde agricole en elle-même a été peu étudiée même si de grands chantiers socioprofessionnels repérés par Peter Novick2 se sont ouverts. Certes, elle a été évoquée pour la Bretagne dans les travaux menés par Jacqueline Sainclivier3, par Christian Bougeard, ou Luc Capdevila4 ; elle a retenue l’attention de Jean-Marie Guillon pour le Sud-est mais une synthèse reste à faire et de nombreuses régions comme le Nord ou surtout le Pas-de-Calais qui n’ont guère retenu l’attention5.

  • 6 Laurent Douzou, « La Résistance et le monde rural : entre histoire et mémoire », Ruralia, 04 | 1999 (...)
  • 7 René Lesage, « L’engagement des paysans dans la Résistance : l’exemple du Pas-de-Calais », in Rober (...)
  • 8 Peter Novick, Ibidem, voir la préface de Jean-Pierre Rioux.

2Même si l’image d’Épinal maréchaliste et pétainiste qui colle à une paysannerie encensée par le régime de Vichy a été quelque peu rectifiée par les travaux menés sur la résistance en milieu rural6 y compris dans le Pas-de-Calais7, le cliché qui présente les agriculteurs à la fois valorisés par le régime de Vichy et accusés de s’enrichir avec le marché noir, persiste. Il laisserait supposer que l’épuration, tout au moins l’épuration extra judiciaire sinon officielle, a été importante dans ce milieu professionnel. D’autre part, Jean-Pierre Rioux a écrit que l’épuration a frappé plus volontiers les milieux ruraux où tout le monde se connaissait que les habitants des villes, les « petits» que les « gros», les ouvriers agricoles, les petits cultivateurs plus que les ouvriers d’industrie et les cadres8. Les conditions étaient donc réunies pour obtenir une surreprésentation du monde agricole dans l’épuration. 

  • 9 Pierre Assouline, 1944-1945. L’Épuration des intellectuels, Complexe, 1990. Marc Olivier Baruch (di (...)

3En 1944, les Français ont appréhendé différemment l’épuration. Si certains ont plaidé pour le pardon, d’autres ont dénoncé ses excès ou ont déploré son inégalité sociale. Aveugle ou inachevée, menée avec les motifs variés de collaboration politique, économique ou « sentimentale », comment toucha-t-elle les milieux agricoles du Pas-de-Calais9 ?

4Nous allons essayer de voir si le monde d’ouvriers agricoles et de petits cultivateurs a effectivement payé un lourd tribut à la fois dans l’épuration extra-judiciaire et, également, à travers l’épuration judiciaire avant de vérifier si l’épuration des institutions, des élites économiques, administratives et politiques n’a pas été aussi importante qu’elle aurait pu l’être au nom de la continuité de l’État, dans un pays disloqué et exsangue. Ces trois points permettront aussi de cerner les motivations et les fonctions auxquelles cette épuration répondait et de déceler les éventuelles critiques surgies au sein même de la profession.

  • 10 Pierre Vandamme, L’agriculture du Pas-de-Calais, Arras, 1951, 404 p.

5Il convient de rappeler que dans le département du Pas-de-Calais, le monde agricole représentait alors environ 20 % de la population totale10, l’importance des effectifs agricoles n’étant pas en rapport avec l’importance de l’agriculture régionale qui, avec ses 40 000 exploitations, occupait les premières places nationales.

L’épuration extra judiciaire

6« L’épuration sauvage » qui concerne tous les actes commis en dehors de la justice institutionnelle, se présente sous deux formes : l’atteinte envers les personnes et l’atteinte envers les biens. L’atteinte envers les personnes recouvre les exécutions sommaires qui touchent aussi bien les hommes que les femmes pour tout type de collaboration envers l’ennemi ainsi que la pratique très spécifique de la tonte des femmes.

  • 11 A.D. du Pas-de-Calais, 51J12, 186 fiches individuelles classées de A à Z fournissent le détail des (...)

7Dans le Pas-de-Calais, le travail effectué par le colonel Fernand Lhermitte, correspondant départemental de la Commission d’histoire de la Seconde Guerre mondiale permet d’appréhender la question.11 Il montre que quatorze personnes issues du monde agricole ont été blessées ou tuées par représailles. Cela ne représente que 7,52 % du total, ce qui semble peu pour une profession souvent stigmatisée pendant l’occupation. La majorité des dossiers de représailles concerne les chefs porions et les mineurs interprètes : 175 morts dont 34 après la Libération. Sur ces 175 exécutions sommaires commises par les résistants, seulement six concernent des agriculteurs. Trois ont pour cause un marché noir intense et trois relèvent d’une cause politique, une aide apportée à l’ennemi, une dénonciation de résistants, un hébergement d’Allemands.

8À Houvain-Houvigneul, une agricultrice accusée d’avoir gagné plusieurs millions au marché noir est tuée par coup de feu par plusieurs personnes inconnues et sa ferme est pillée. Un agriculteur d’Adinfer convaincu de marché noir est tué également. À Carency, c’est une domestique de ferme qui est tuée par cinq FFI dans une ferme où le marché noir prospérait ; il s’agirait d’une bavure. À Berles-Monchel, quatre hommes, des FTP d’Aubigny, attaquent une ferme ; l’agricultrice est « exécutée » car elle a dénoncé par intérêt des résistants hébergés dans le village. À Wingles, un agriculteur qui a également dénoncé des résistants est tué de cinq balles de révolver tirées par six hommes armés et masqués. Enfin, une domestique de ferme qui a hébergé un soldat allemand à Bruneville est tuée par un groupe de FFI local. Ces faits se déroulent immédiatement à la libération, à la fin du mois d’août et pendant le mois de septembre.

9L’identification des auteurs ou des mouvements qui ont participé à l’épuration extra judiciaire est certes difficile. Néanmoins, il est possible de dire que bien des exécutions sommaires ont été faites à l’initiative de chefs de détachement, après le 1er septembre 1944 et que leurs responsables sont à 95 % des FTP. Géographiquement, ces exécutions sont circonscrites dans une zone située dans l’est du département, dans la zone Arras–Saint-Pol et semble donc répondre à un ou des groupes plus actifs. Il est à noter que les trois communes où se trouvent les victimes pour cause de marché noir se situent sur le trajet du « Tortillard ». Ce petit train qui reliait le bassin minier au monde rural pendant l’occupation, permit à de nombreux mineurs d’aller se ravitailler dans les campagnes. La collaboration économique de ces agriculteurs devait donc être davantage connue et stigmatisée.

  • 12 Henry Rousso, « L’épuration en France : une histoire inachevée », dans Vingtième Siècle. Revue d’hi (...)

10Alors même que Henri Rousso affirme que « contrairement à certaines légendes, il y eut bien des femmes exécutées »12, avec quatre femmes exécutées dans le département, le constat d’une surreprésentation féminine s’impose. Les femmes qui ont assuré le rôle de chef d’exploitation alors que leur mari était prisonnier en Allemagne doivent assumer leurs choix.

  • 13 A.D. du Pas-de-Calais, M 5145/1.
  • 14 Henri Mendras, La fin des paysans, Paris, SEDEIS, 1967 ; réédition, Arles, Actes Sud, coll. « Babel (...)
  • 15 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/2.
  • 16 Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Payot, 2000, 400 p. (p.  (...)

11Quant à la question des femmes tondues, son étude se révèle complexe. Elle apparait peu dans la presse locale et dans les rapports consultés. Lorsqu’une femme est condamnée pour une mauvaise conduite, il ne semble pas qu’elle ait été victime de tonte. Néanmoins, un inspecteur des Renseignements généraux de la région de Saint-Omer évoque la question dans un rapport au préfet13 pour souligner que « la coupe des cheveux à certaines femmes, surtout celles du peuple, a soulevé des protestations d’autant que d’autres, plus suspectes peut-être mais d’un rang social plus élevé, ne subissaient pas le même sort ». Il semblerait que les agricultrices ont échappé à ce châtiment. Les liens familiaux, la société d’interconnaissance mise en évidence par Mendras14 en structurant les villages, les mettent à l’abri. Les agriculteurs sont les notables après les notables. D’ailleurs si l’on se réfère à l’internement des femmes – il est certes important – aucune incarcération ne concerne des agricultrices ou des ouvrières agricoles de « mœurs légères ». La « collaboration sentimentale » concerne d’autres professions telles les secrétaires, les serveuses dans les cafés. Cela ne signifie pas qu’elle n’a pas existé dans le monde agricole mais elle n’a pas été réprimée. Par exemple, à Mory, une agricultrice dont le mari était prisonnier avait une réputation de mœurs légères ; outre les livraisons qu’elle faisait aux Allemands, elle recevait le jour et la nuit des officiers et des sous-officiers. À la libération, des croix gammées ornent ses murs et ses clôtures ; des inscriptions comme « chienne en chasse » et « cul à boches » apparaissent. Il n’est pas fait référence à une tonte. À vrai dire, elle cultive 90 hectares15. Quant à Fabrice Virgili16, il relève que la seconde vague de tonte, de mai à juillet 1945, ne concerne par le Pas-de-Calais et les cas de femmes lynchées qu’il signale, outre les prostituées de Saint-Omer, concernent les villes d’Arras, de Boulogne, de Calais ; pour les deux jeunes filles de Bucquoy, leur profession n’est pas donnée.

12La deuxième forme d’agression concerne les biens. À la libération, 11 grands propriétaires terriens et gros fermiers ainsi que 21 agriculteurs sont victimes de représailles. Lorsqu’ils sont l’objet d’une accusation économique de marché noir, deux modes opératoires dominent : le pillage et l’incendie.

13Dans un premier temps, l’incendie est le mode le plus utilisé surtout avant la libération. Pendant les mois de juillet et août 1944, de nombreux incendies de granges, de hangars ou de meules se déclarent. Si certains paraissent accidentels ou dus à la bêtise de gamins, beaucoup demeurent inexpliqués. Cependant, dans les enquêtes, sous couvert d’anonymat, il est fait état que certains villageois murmurent des propos sur la famille qui s’adonnerait au marché noir notamment de céréales avec les Allemands. Ainsi, le 25 novembre 1944 à Preures, un incendie se déclare dans une ferme. La grange et la récolte de blé et d’avoine sont détruites pour un préjudice estimé à 120 000 francs. La cause demeure inconnue mais le rapport stipule que le propriétaire a la réputation d’avoir fait du marché noir pendant l’occupation. De façon plus explicite, à Bois-Bernard, dans une ferme qui subit plusieurs incendies, les incendiaires crient « Hauts les mains, en bas les collaborateurs à la cave ».

14Une autre forme d’agression se répand avec des attaques de fermes accompagnées d’actes de vandalisme, de pillage. À partir de juillet 1944, les attaques de fermes se multiplient. Le scénario se présente de manière presque toujours identique. Des hommes masqués, armés de révolvers ou d’une mitraillette, investissent la ferme, prennent une grosse somme d’argent, et souvent des vivres – lard, jambons, beurre, huile – avant de se retirer. À Ficheux, des FFI d’Henin-Liétard organisent une expédition punitive chez un exploitant qui a caché cinq ou six SS et qui n’a pas livré régulièrement le ravitaillement. La ferme est pillée. À Capelle-Fermont, douze hommes armés, des FTP du capitaine Delobel de Grenay, échangent des coups de feu dans une ferme et emportent 100 000 francs et des vivres. À Witternesse, en janvier 1945, 190 000 francs et des bijoux sont emportés par les FFI d’Aire-sur- la-Lys semble-t-il. En octobre 1944, à Bavincourt, dans la cour de la ferme, des hommes sabotent une batteuse tout en criant « Tais-toi ou je te tue ». À Le Souich en novembre 1944, une explosion détruit les portes et les fenêtres d’une exploitation, acte de représailles pour du marché noir, de même à qu’à Hébuterne, en novembre 1944.

15L’épuration sert aussi de prétexte comme le montrent d’autres attaques. À Anzin St Aubin, en novembre 1944, des militaires s’en prennent à deux fermes. Dans l’une, agissant sur une accusation de marché noir, ils fouillent, interrogent et finissent par manger avec l’agriculteur, dans l’autre, ils volent.

16Ces actions sont à dissocier des nombreuses agressions et vols à main armée de la fin de l’année 1944 réalisés entre 19 h et 23 h par des hommes masqués, phénomène qui touche aussi les boulangeries en cette période de pénurie. Néanmoins le choix des exploitations ciblées par les voleurs n’est pas toujours laissé au hasard. Par exemple, à Bois-Bernard, en novembre 1944, les malfaiteurs, lors de leur arrestation, précisent qu’ils ont choisi d’attaquer cette ferme car le cultivateur avait refusé de prêter son concours à des résistants pendant la guerre. Ainsi, les délits se mettent parfois en adéquation avec le contexte de l’époque.

17Le fossé entre les campagnes et les villes s’accroit car ces attaques à main armée n’éveillent aucun émoi dans la population citadine. Néanmoins, face à ces exactions qui effraient la population rurale, les autorités réagissent et mettent en place un renforcement des patrouilles pour la rassurer.

L’épuration légale

18Elle s’impose très rapidement. Les cours de justice, – des tribunaux créés par l’ordonnance du 26 juin 1944 –, fonctionnent à la manière d’une cour d’assises, sans aucun appel possible ; les chambres civiques, – créées par l’ordonnance du 26 août 1944 afin de juger les collaborateurs dont les actions ne sont pas punissables pénalement – jugent l’indignité nationale et punissent de dégradation nationale. Le travail de ces tribunaux repose sur les dossiers montés par les Comités locaux de libération, envoyés au Comité Départemental qui transmet au service répressif. Mais dans les faits, le sous-préfet, sur la base de son intime conviction, décide ou non de la poursuite devant la cour de justice, la chambre civique ou la CCPI, la commission de confiscation des profits illicites pour les affaires économiques. L’ensemble des étapes de l’épuration prend fin avec l’année 1945, le début de l’année 1946.

  • 17 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/1.
  • 18 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/1, la commission locale d’enquête pour l’épuration au président du Co (...)

19Dès le départ, des inquiétudes surgissent. Ainsi la peur que les coupables ne soient pas punis tenaille la base, les petites gens qui craignent une justice de classe. « Ils ne sont pas loquaces les gens des campagnes mais il faudra frapper les gros et vite.... les gros fermiers de ces villages devraient avoir été jugés depuis longtemps ».17 En décembre 1944, la commission locale d’enquête pour l’épuration de Coquelle écrit au président du Comité cantonal. « Toute la population, avide de connaitre les sanctions prises par le gouvernement en qui elle place tous ses espoirs, a pu lire avec ahurissement des articles de presse relatant la réélection de..., maire de Coquelles... Je ne crois pas utile de souligner l’aspect dévastateur... »18.

  • 19 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/1.

20En novembre 1944, le CLL de Cagnicourt demande où en est la procédure contre une famille de cultivateurs « Il est plus difficile à la campagne d’être indépendant parce que tout se tient et beaucoup sont tributaires de ceux qu’ils détestent et ils n’osent pas agir »19. Le danger que les gros cultivateurs fassent pression lors des élections, taraude les responsables et ils recommandent d’agir avant les échéances. La demande d’accélération des procédures d’épuration est forte.

  • 20 A.D. du Pas-de-Calais, E 133/1, L’Agriculture de la Région du Nord.

21Si le souci de châtier les coupables préoccupe la base, les dirigeants agricoles s’inquiètent, quant à eux, des dénonciations ; ils craignent des règlements de compte à l’intérieur de la profession et veulent maintenir l’unité alors que des efforts de production dans une situation de pénurie sont demandés. Des articles de mise en garde paraissent dans la presse agricole, surtout dans L’ARN20, organe officiel du monde agricole. Ainsi, le 12 septembre 1944 « [...] nous crions bien haut : pas de dispute, pas de représailles, pas de dénonciations arbitraires dictées par des haines personnelles, mais du travail, de l’action et de l’union dans la liberté retrouvée de notre belle France » ou encore le 28 octobre, « la répression du marché noir est poussée activement, des mesures sont prises contre certains cultivateurs coupables d’avoir trafiqué ou fait de fausses déclarations mais s’il en est pour lesquels des sanctions seront justifiées, il importe de ne pas faire de généralisation intempestives.... ». Il est rappelé, afin de calmer les ardeurs, que de simples rumeurs ne suffisent pas pour réclamer une condamnation, qu’il faut un dossier établissant des charges suffisantes et que souvent les dénonciations sont dictées par la vengeance et l’intérêt personnel.

22En effet, certaines personnes dénoncées sont l’objet d’arrestation puis de relaxe. Le hasard, la malveillance ne sont pas les seuls motifs car il est possible de dresser une typologie de ces personnes.

23Les cas litigieux portent sur des agriculteurs mal implantés dans leur commune, des marginaux de la société d’interconnaissance donc des individus souvent peu considérés. Les quelques agriculteurs ou ouvriers agricoles arrêtés en septembre 1944 et libérés, sont des « étrangers », des Belges pour les agriculteurs ou des Polonais pour les ouvriers. Le cas d’une famille d’agriculteurs de Ficheux semble particulier mais, en fait, il n’en est rien. Cette famille a été dénoncée et fait l’objet de plusieurs interventions des FFI. La mère de famille, polonaise, est mal vue de la population qui la qualifie de « rustre » et souligne son « caractère emporté ». Son mari est considéré comme un faible qui vit sous la coupe de sa femme ; cette famille est donc assimilée à une famille étrangère.

24Souvent l’attestation du maire permet la libération. Par exemple, le maire de Saint-Léger atteste qu’un cultivateur accusé de collaboration avec les Allemands « n’a rien fait qui nuise aux Français ». Il précise qu’il a certes servi d’interprète de mai à octobre 1940 mais qu’il s’est alors entremis pour obtenir de nombreux laissez-passer afin de permettre le retour des réfugiés. À Thélus, un cultivateur est libéré avec le témoignage du maire qui affirme qu’« il n’a jamais eu de difficulté avec les autres habitants de la commune » et que « nous n’avons jamais reçu aucune plainte contre lui ». Par conséquent, de décembre 1944 à avril 1945, 60 jugements sans suite concernant le monde agricole sont rendus sur 330 dont 11 femmes et 12 ouvriers-ouvrières agricoles.

  • 21 A.D. du Pas-de-Calais, PG 232/30, La Croix du Nord, 3 avril 1945.

25En revanche, il apparait difficile de lutter contre des rumeurs si elles ne justifient pas la constitution d’un dossier dressé par le CLL. Un article intitulé « odieuse calomnie »21 permet de voir jusqu’où certains peuvent aller pour essayer de mettre fin aux attaques dont ils sont l’objet. Des personnes mal intentionnées ont fait courir le bruit que M. C., agriculteur, demeurant rue...., avait ravitaillé durant la guerre des civils allemands. Pour confondre ses diffamateurs, M. C. fait constater par un huissier l’absence de son nom sur les registres de la SNCF. Ensuite, il fait paraitre un article dans la presse pour relater la procédure et tenter de mettre fin aux accusations.

26Le travail des tribunaux, celui des cours de justice et des chambres civiques, porte sur les dossiers. Les cours de justice en ont traité 2 549, jugé 1 829 personnes et prononcé 179 condamnations à mort effectives dont 155 par contumace. Si 50 personnes ont été condamnées aux travaux forcés à perpétuité, 300 l’ont été à temps limité. Les prisons ont accueilli 1 056 personnes. 244 personnes ont été acquittées. Les verdicts rendus concernent 51 agriculteurs, 30 hommes et 21 femmes, soit 2,8 % de l’ensemble. Là encore, la part du monde agricole est faible.

  • 22 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 8995.

27Si nous prenons l’exemple du premier trimestre de l’année 1945, la Cour de justice d’Arras22, sur 93 cas jugés, a condamné 7 agriculteurs et 5 ouvriers agricoles dont 6 femmes. Les agriculteurs représentent alors presque 13 % des condamnations. Mais, en juin 1945, d’après une lettre du préfet adressée au directeur des Services agricoles qui lui réclame la liste des internés agriculteurs dans les centres de séjour surveillé d’Arras et de Béthune, il n’y a plus que huit agriculteurs internés dont cinq femmes ; la majorité des agriculteurs ont été jugés précocement.

  • 23 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 8995.
  • 24 A.D. du Pas-de-Calais, PG3/1, La Liberté du Pas-de-Calais, 23 novembre 1944.
  • 25 A.D. du Pas-de-Calais, M4495/2/1 et Rodolphe Deneubourg, La collaboration et les collaborateurs dan (...)

28Les accusations portaient sur l’atteinte à la sureté de l’État. Les peines sont allées des travaux forcés à perpétuité à la confiscation des biens en passant par des années d’emprisonnement ou de travaux forcés23. Un cultivateur de 46 ans, domicilié à Frémicourt, est condamné à 5 ans de réclusion au motif qu’il ne fournissait pas ses impositions au ravitaillement général et favorisait les Allemands. En 1942, il avait même écrit au général Niehoff. Un agriculteur d’Esquerdes, auteur de marché noir avec les Allemands, est sanctionné par la confiscation de ses biens assortie d’une interdiction de résidence dans le canton d’Auxi-le-Château. Un agriculteur de 49 ans à Saint-Rémy-en-Artois, pour intelligence avec l’ennemi, écope de 5 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens ; classé par un rapport du sous- préfet de Montreuil parmi les personnages importants de l’épuration, il faisait partie des cultivateurs protégés par l’occupant qu’il ravitaillait sur une grande échelle. Pour avoir trop bien nourri les Allemands, sa ferme étant un véritable hôtel pour eux, un cultivateur de Sibiville est condamné à sept ans de travaux forcés et dix ans d’interdiction de séjour24. À Dainville, des dossiers d’accusation sont établis par le CCL à l’encontre de cinq agriculteurs qui avaient paralysé la vie économique de la commune en refusant de livrer leur production à la population. Les accusations sont ainsi libellées : « Dès l’occupation toute sa culture passe dans la marché noir, il lui arriva même de ne plus livrer au ravitaillement, le blé était vendu aux Allemands qui venaient chercher dans les champs et chez lui en plein jour » ou « Il ne livra rien au ravitaillement et aux habitants de la commune, son blé partait aux étrangers »25. Les agriculteurs condamnés sont d’un certain âge, cela s’explique par la cohabitation des générations dans une exploitation. Le chef d’exploitation reste le père. Une ouvrière agricole de Flers, près de Saint-Pol-sur-Ternoise, s’était mise à la disposition des Allemands comme interprète. Pour avoir dénoncé trois personnes, fourni du ravitaillement aux Allemands et menacé des habitants qui ne lui en fournissaient pas, elle est condamnée à deux ans de prison avec confiscation des biens.

  • 26 A.D. du Pas-de-Calais, M 4486/2.

29Les cas d’intelligence avec l’ennemi, peu nombreux, concernent majoritairement des édiles avec par exemple des administrés sont dénoncés comme réfractaire an STO, comme communiste26.

  • 27 A.D. du Pas-de-Calais, 1W8237/1.
  • 28 A.D. du Pas-de-Calais, la liberté du Pas-de-Calais.
  • 29 A.D. du Pas-de-Calais, M4495/2.
  • 30 A.D. du Pas-de-Calais, M4495/1

30Dans l’état nominatif des Français ayant appartenu à des mouvements antinationaux ou ayant porté des armes contre la France, trois agriculteurs sont cités27. Tous les trois sont engagés dans la brigade Charlemagne Waffen SS, trois jeunes nés en 1921, 1922 et 1925 originaires de Saint- Martin-Boulogne, de Saint-Étienne-au-Mont et de Maroeuil. Un ouvrier agricole appartenant à la garde wallonne écope de vingt ans de travaux forcé et de dix ans d’interdiction de séjour28. En revanche, il n’y en a aucun dans la liste des membres des groupements collaborationnistes, dans la liste des membres PPF des arrondissements d’Arras, de Béthune, de Boulogne. Mais, sans aller jusqu’à l’engagement, certains agriculteurs ont manifesté leur idées politiques pro-nazies. À Neuville-Saint-Vaast, le délégué à la propagande et aux informations de Vichy, grand admirateur du régime allemand, a porté la francisque et a souhaité la continuation de l’occupation comme le déclare le CLL le 10 février 194529. À Dainville, un agriculteur dès 1940 très à l’aise avec les Allemands, parle avec orgueil de la race des seigneurs, fait exploser sa joie pour les mesures de Vichy notamment pour la Relève et le STO30

31Quant aux chambres civiques, elles ont jugé 349 personnes et prononcé 234 verdicts d’indignité à temps ou à vie et 115 acquittements. Un cas d’indignité nationale, trois cas d’indignité nationale temporaire, deux cas d’indignité nationale assortis d’une confiscation de biens concernent le monde agricole.

  • 31 A.D. du Pas-de-Calais, 1W8237/2, Relevé des vols et agressions, juin, juillet-octobre 1944.
  • 32 François Rouquet, « Une affaire ordinaire : le cas A. », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n (...)

32Prenons l’exemple de la ferme de M. L. à Fruges. Elle fait l’objet d’attaques de résistants31 en représailles d’actes de collaboration. Elle est notamment victime d’un incendie dès le 2 septembre 1943. Ce chef cantonal des garde-chasses intercommunaux sous l’autorité des Allemands avait cristallisé les rancœurs ; on lui reprochait d’accomplir sa tâche avec un zèle et une sévérité excessifs, faisant prononcer des peines de 3 à 18 mois de prison pour des flagrants délits de braconnage32. De plus, il écoulait la majeure partie de ses produits agricoles aux occupants au lieu de les livrer au ravitaillement. Interné administratif à Montreuil-sur-Mer sous inculpation de collaboration et de dénonciation du 2 octobre 1944 au 3 novembre 1945, ce cultivateur important a été condamné par la suite à dix ans de dégradation nationale par la chambre civique d’Arras en mars 1946.

  • 33 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 8237/1, Enquête sur l’épuration et sur les réactions de l’opinion publiqu (...)

33Toujours est-il que dans les campagnes, beaucoup souhaitent la clôture des affaires qui ont parfois été le prétexte à une vengeance personnelle33.

L’épuration des institutions et des dirigeants

  • 34 A.D. du Pas-de-Calais, 1W8237/1.
  • 35 François Rouquet, « L’épuration administrative en France après la libération. Une analyse statistiq (...)
  • 36 François Rouquet, L’épuration dans l’administration française. Agents de l’État et collaboration or (...)

34Étudier l’épuration dans le monde agricole réputé individualiste ne consiste pas à étudier uniquement des trajectoires individuelles dont les comportements se recoupent en grande tendance, il convient aussi de s’intéresser à l’encadrement. À l’école d’agriculture, dans le génie rural, dans les services vétérinaires, à la Direction des Services agricoles, l’état de l’épuration est néant34. D’ailleurs cela est en conformité avec ce qui prévaut dans les autres administrations sauf dans la police35. Comme le dit François Rouquet36, dans l’administration, elle est symbolique.

  • 37 Par l’ordonnance du 12 octobre 1944, sont créés un Comité national d’action agricole (CNAA) et, dan (...)

35Dans les organisations représentatives, la situation pourrait être différente. Deux tendances syndicales se partagent le monde agricole depuis la fin du xixe siècle. L’Union des syndicats agricoles du Pas-de-Calais, née en 1897, de tendance laïque et républicaine, et la Fédération agricole du Nord de la France, confessionnelle, née en 1902, se sont implantées dans le département. Comme il faut procéder à la nomination de responsables agricoles dans de nouvelles instances, il se pourrait que les anciens dirigeants, ceux qui ont exercé sous l’occupation soient évincés et que le renouvellement domine. Lorsque le préfet nomme en octobre 1944 les membres du Comité départemental d’action agricole, il choisit quatre dirigeants de l’ancienne corporation paysanne37. Dès le départ, il n’y a donc pas rupture ; là aussi la continuité semble donc prévaloir.

  • 38 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 950 1/ 4.
  • 39 A.D. du Pas-de-Calais, BE 153/1

36Cela engendre d’ailleurs quelques protestations émanant de la base envers ces dirigeants qui conservent le pouvoir38. Par exemple, M. Deleau, le président de ce comité, fait l’objet d’une lettre de dénonciation signée « un groupe d’amis ignorés de la Résistance ». Elle rappelle qu’il fut sous l’occupation président du comité de gestion laitier, homme de confiance de l’État français, collaborateur sérieux des boches de qui il reçut plusieurs fois les chaleureuses félicitations, qu’il eut les honneurs d’une réception à Vichy par M. Le Maréchal. Comme malgré ces faits, il ne figure pas sur la liste d’épuration, cela entraine les protestations des « honnêtes et laborieux paysans ». Messieurs Cabonat, Dalle, D’Hollander, Roussel sont également signalés comme collaborateurs. Certains ont pu s’offusquer par exemple qu’en décembre 1943 M. Dalle déclare que « Les conversations, la tenue de la séance, le vote, tout a exprimé la confiance dans notre chère Corporation »39. Or ces dirigeants de l’ex-corporation paysanne ont affirmé que leurs interventions furent toujours purement objectives, qu’elles ne favorisèrent pas les desseins de l’ennemi. En outre, le directeur de la Direction des Services agricoles a montré que tous les articles qu’ils ont publiés pendant l’occupation ne traitaient que de questions strictement professionnelles et non de politique. Il certifie donc que ces responsables agricoles peuvent appartenir aux instances mises en place par le Gouvernement provisoire. L’appartenance à des instances dirigeantes de la corporation paysanne n’est pas un motif d’épuration. Cela lui est d’ailleurs reproché par certains qui écrivent qu’il se laisse manœuvrer par ces riches propriétaires. Toujours est-il que ces responsables syndicaux poursuivent leur carrière.

37En ce qui concerne la presse agricole, elle est soumise aux directives élaborées par le Comité général d’études de la Résistance, reprises en un « cahier bleu » et transcrites dans la loi par les ordonnances du gouvernement provisoire de la République française. Tous les journaux ayant continué de paraître quinze jours après le début de l’occupation, soit le 25 juin 1940 pour la zone nord sont interdits. Les entreprises qui les éditent sont placées sous séquestre en attente d’un jugement ou d’un non-lieu.

  • 40 A.D. du Pas-de-Calais, E 133/1, L’Agriculture de la Région du Nord, 20 octobre 1945.
  • 41 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 23393/1.

38Dans le département, il existait principalement deux journaux agricoles organes des deux grandes tendances syndicales, L’Agriculture de la Région du Nord et L’Écho des Syndicats agricoles. L’ARN a interrompu sa parution de mai 1939 à octobre 1941, soit dix-huit mois pour reparaitre sous la forme d’un bimensuel de deux pages seulement. En 1945, il montre sa satisfaction : « [...] que de conserver à notre périodique agricole son titre et son conseil d’administration alors que tant de journaux de la presse locale et régionale furent contraints de prendre une autre dénomination, alors même qu’ils n’ont pas été mis sous séquestre... »40. Ce journal qui tire à seulement 8 500 exemplaires est l’organe de L’Union des Syndicats Agricoles du Pas-de-Calais, l’organisation syndicale la moins représentative qui a manifesté une résistance sensible à la Corporation avec l’abstention de ses dirigeants à s’y impliquer. L’Écho des Syndicats agricoles, avec un tirage s’élevant à 30 700 exemplaires, est quant à lui l’hebdomadaire de la Fédération Agricole du Pas-de-Calais à tendance catholique. Classée conservatrice, elle recrute dans les milieux catholiques pratiquants et s’y côtoient des anciens membres de l’Union démocratique, du PSF, du Comité de Défense paysanne. Elle a fourni sinon en totalité tout au moins en très grande majorité les dirigeants et les cadres de la Corporation et ce journal était devenu l’organe de la Corporation en 1942 avec des articles essentiellement économiques. Une lettre du 25 août 1944 adressée par l’Union régionale corporative agricole du Pas-de-Calais, 22 Bd Carnot, aux syndics41 affirme « Nous avons pu jusqu’à ce jour assurer la régularité de notre journal syndical et lui donner le maximum possible d’intérêt et d’indépendance..... ». Le 12 octobre 1944, une ordonnance supprime la Corporation, le journal cesse de paraitre le 26. Ses dirigeants ne s’inquiètent pas : « Je suis persuadé qu’aussitôt passée cette période troublée, notre organisation syndicale paysanne, qui se sera montrée à la hauteur d’une tâche difficile.... sera à l’honneur, et qu’elle pourra travailler plus forte que jamais pour le grand bien de toutes nos familles paysannes ». Avec raison car si le nom doit changer, L’Écho des syndicats agricoles disparait pour laisser place à un nouveau titre Le Syndicat agricole, la présentation et les dirigeants demeurent identiques. Le chanoine Ruckebusch assure la continuité.

  • 42 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 9501/4.

39Dans le domaine syndical, tractations et ententes dominent. Pour le Syndicat, la renaissance est plus difficile. À la libération, la Fédération Agricole n’a pas été habilitée à reprendre ses activités mais elle a demandé l’autorisation de fonctionner au niveau communal. Des demandes d’autorisation affluent à la Préfecture. Par l’intermédiaire des militants de base et des curés s’effectue un travail souterrain pour reconquérir les positions d’avant-guerre. Le 4 novembre 1944, M. Louis intervient au Comité départemental d’action agricole pour dire qu’« il ne peut être question de jeter l’exclusive contre les syndics communaux ou même cantonaux de la Corporation »42. Or René Louis représente la CGA, la Confédération Générale Agricole. En échange de la promesse de la Fédération Agricole de ne pas entraver le recrutement des membres des syndicats de la CGA, de permettre à ses syndiqués d’y adhérer, il s’engage à faire aboutir la demande d’autorisation de fonctionnement présenté par la Fédération Agricole dont le dossier est à Paris. La FA forte de la masse des agriculteurs qui la suivent réclame la liberté syndicale en échange, le ravitaillement et du relèvement du pays. Dans un discours fait à Lille, Tanguy-Prigent accorde l’autorisation.

40Certes, il y eut des mécontents mais ils sont peu nombreux. Les agriculteurs souhaitent retrouver leur syndicat, leurs dirigeants ; peu importe l’épuration à ce niveau.

  • 43 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 4546/1.
  • 44 A.D du Pas-de-Calais, 1W9501/4.
  • 45 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/1.
  • 46 A.D. du Pas-de-Calais, 1W4546/1.

41Pourtant, il y eut des cas litigieux provoquant un fort mécontentement, par exemple, l’affaire Leclercq43. Le cultivateur Pierre Leclercq, gros exploitant, betteravier de Rouvroy, fut avant la guerre partisan de Dorgères et de de La Rocque. Il présidait le Comité de défense paysanne du Pas-de-Calais. Il fut président du Comité betteravier du Nord et du Pas-de-Calais nommé par Vichy. En octobre 1944, le CLL de Rouvroy fait un rapport avec une lettre portant le témoignage du maire et du secrétaire de mairie l’accusant formellement de collaboration avec l’ennemi. Les faits sont ainsi détaillés. En 1941, il a reçu à plusieurs reprises chez lui des officiers supérieurs et il en a obtenu l’expulsion de tout le conseil municipal sans passer par le préfet, préfet qui déclare que Leclercq avait des relations trop puissantes pour tenter quoique ce soit. Il est donc nommé 1er adjoint au maire en 1941. À la libération, il est interné à partir du 5 octobre et le préfet envoie le dossier au procureur de la République pour voir s’il est justiciable des peines prévues pour crime et délit de collaboration ou s’il relève de l’indignité nationale. Lors d’une réunion à la Chambre d’agriculture, M. Malpeaux, directeur de l’école d’agriculture, déclare que Leclercq a été arrêté « pour une histoire de clocher »44 et demande la présence de M. Leclercq à la prochaine réunion. À la fin du mois de novembre 1944, l’affaire est classée. Mais elle rebondit quand, en décembre 1945, le préfet doit nommer les quatre membres agriculteurs à la Commission départementale des impôts directs. M. Leclercq est alors proposé par les syndicats agricoles mais le préfet ne retient pas son nom. Une lettre de M. Deleau demande ce qui motive le refus du préfet et le menace de conséquences graves si M. Leclercq n’est pas nommé. Le CDL émet un avis défavorable. Il indique dans un rapport de décembre 1945 témoigne qu’il a eu des idées fascistes et qu’il fut un pétainiste convaincu. Le préfet transmet le dossier au Ministre de l’Agriculture. Le 2 mars 1946, lors d’un rassemblement à Arras de cultivateurs à l’occasion des élections professionnelles agricoles départementales, la situation est présentée aux agriculteurs présents qui huent l’avis défavorable du CDL. M. Leclercq apparait aux yeux des agriculteurs comme une personnalité neutre de même que M. Deleau et tous deux ont une grande influence dans l’Arrageois mais aussi dans le département et même au-delà. En mars, la situation est toujours bloquée car la CGA et la FA ne proposent toujours qu’un seul nom celui de Leclercq et le CDL maintient son avis défavorable. Le préfet trouve la solution en nommant le 1er suppléant comme 4e membre de la Commission. En mars, il devient président de la Confédération départementale des Exploitants Agricoles du Pas-de-Calais et il ambitionne de devenir le président de la Fédération départementale unique. En avril 1946, la population de Rouvroy manifeste un vif mécontentement envers lui et souhaiterait que ses agissements soient surveillés. Or une lettre explique peut-être ce jugement45. Un réfractaire a trouvé refuge chez lui, il a aussi donné asile au préfet pendant un mois ainsi qu’à un déserteur italien pendant une semaine. En juin 1944, il a fourni les cachets de la mairie pour la confection de fausses cartes d’identité et cette lettre conclut en affirmant qu’il « n’a donc pas été antinational, il a quelque peu aidé la résistance, mais s’est montré surtout roi dans le domaine du marché noir ». Enfin, une lettre du directeur de l’Union Régionale Corporative agricole de mars 1946 certifie que M. Leclercq a joué un rôle prépondérant dans le ravitaillement. « Sous son impulsion, il a pu assurer avec plein succès le ravitaillement en sucre de la population.... en bon français, n’a cessé de stimuler la production, aucun reproche ne peut lui être adressé. Il a toujours été adversaire de toute idée de collaboration »46.

42Le mécontentement manifesté par la population de Rouvroy et par les résistants se heurte au soutien affiché par le monde agricole, soutien des dirigeants mais aussi de la base. En 1945-46, le temps de l’épuration est terminé pour eux.

  • 47 A.D. du Pas-de-Calais, PE 153/2, Le Syndicat agricole, octobre 1944.

43À la libération, l’image des agriculteurs, généralement associée au marché noir, est médiocre ; les journaux agricoles essaient d’ailleurs de la revaloriser47 en publiant des exemples d’entraide. Cependant, l’épuration fut peu importante même si de nombreuses personnes furent inquiétées. Elle a frappé les faibles, les marginaux, les plus fragiles c’est-à-dire, les ouvriers agricoles, les petits agriculteurs plus que les gros, les personnes d’origine étrangères plutôt que les Français, celles qui ne disposent pas de relations pour se défendre. C’est une épuration de proximité. Les agriculteurs exerçant des responsabilités professionnelles ont poursuivi leurs carrières. L’épuration n’a pas aidé à un renouvellement des élites.

44Il n’est pas certain que les villages aient été plus marqués que les villes. À la lecture des sources, des différents dossiers, il semble que, en ce qui concerne les femmes, celles des villes ont payé un plus lourd tribut quant aux relations entretenues avec les Allemands. En outre, l’épuration a frappé davantage le bassin minier ne serait-ce qu’avec les Volkdeutsche.

45Il convient aussi de souligner un trait particulier pour ce monde agricole : l’égalité de traitement hommes-femmes pour les exécutions et les arrestations. Du fait de l’exercice des responsabilités de chef d’exploitation par les femmes pendant la guerre, le châtiment est à la mesure de leur engagement, de leur prise de responsabilité. Elles ne sont pas femmes de...., elles ont choisi la collaboration économique, la dénonciation et doivent assumer.

46Certes l’épuration provoqua des critiques, critiques axées essentiellement sur la clémence manifestée envers les agriculteurs importants mais très vite elles cédèrent la place à la volonté de reconstruire et d’oublier le passé, leitmotiv de la presse agricole. L’unité du monde agricole doit être maintenue.

Notes

1 Henry Rousso, « L’épuration en France : une histoire inachevée ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 33, janvier-mars 1992. p. 78-105.

2 Peter Novick, L’épuration française 1944-1949, Éd. Baland, 1985, 364 p.

3 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne dans la guerre, 1939-1945, Rennes, éd. Ouest-France/mémorial de Caen, 1994. 219 p.

4 Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation, imaginaire et comportement d’une sortie de guerre 1944-1945, Presses Universitaires de Rennes, 1999, 449 p.

5 Par exemple dans L’épuration sauvage, Éd. Tempus, 2008, 693 p., Philippe Bourdrel, dans un chapitre sur l’Est et le Nord de la France, traite en réalité le département du Nord.

6 Laurent Douzou, « La Résistance et le monde rural : entre histoire et mémoire », Ruralia, 04 | 1999, http://ruralia.revues.org/88.

7 René Lesage, « L’engagement des paysans dans la Résistance : l’exemple du Pas-de-Calais », in Robert Vandenbussche (dir.), L’engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d’Ascq, IRHiS, « Histoire et littérature de l’Europe du Nord-Ouest », no 33, 2003. http://hleno.revues.org/409.

8 Peter Novick, Ibidem, voir la préface de Jean-Pierre Rioux.

9 Pierre Assouline, 1944-1945. L’Épuration des intellectuels, Complexe, 1990. Marc Olivier Baruch (dir.), Une poignée de misérables. L’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Fayard, 2003. Peter Novick, L’Épuration française (1944-1949), Le Seuil, 1991. Jean-Pierre Rioux, Au bonheur la France, Perrin, 2004, chap. 21.

10 Pierre Vandamme, L’agriculture du Pas-de-Calais, Arras, 1951, 404 p.

11 A.D. du Pas-de-Calais, 51J12, 186 fiches individuelles classées de A à Z fournissent le détail des actes de répression recensés ; dossiers complétés par ceux de la cote 51J11.

12 Henry Rousso, « L’épuration en France : une histoire inachevée », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 33, janvier-mars 1992. p. 78-105.

13 A.D. du Pas-de-Calais, M 5145/1.

14 Henri Mendras, La fin des paysans, Paris, SEDEIS, 1967 ; réédition, Arles, Actes Sud, coll. « Babel », 1992.

15 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/2.

16 Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Payot, 2000, 400 p. (p. 41, p. 70, p. 310).

17 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/1.

18 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/1, la commission locale d’enquête pour l’épuration au président du Comité cantonal de libération, décembre 1944.

19 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/1.

20 A.D. du Pas-de-Calais, E 133/1, L’Agriculture de la Région du Nord.

21 A.D. du Pas-de-Calais, PG 232/30, La Croix du Nord, 3 avril 1945.

22 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 8995.

23 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 8995.

24 A.D. du Pas-de-Calais, PG3/1, La Liberté du Pas-de-Calais, 23 novembre 1944.

25 A.D. du Pas-de-Calais, M4495/2/1 et Rodolphe Deneubourg, La collaboration et les collaborateurs dans le Pas-de-Calais 1940-1944, sous la direction de Denis Varaschin, Université d’Artois, 2003.

26 A.D. du Pas-de-Calais, M 4486/2.

27 A.D. du Pas-de-Calais, 1W8237/1.

28 A.D. du Pas-de-Calais, la liberté du Pas-de-Calais.

29 A.D. du Pas-de-Calais, M4495/2.

30 A.D. du Pas-de-Calais, M4495/1

31 A.D. du Pas-de-Calais, 1W8237/2, Relevé des vols et agressions, juin, juillet-octobre 1944.

32 François Rouquet, « Une affaire ordinaire : le cas A. », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 33, janvier-mars 1992. p. 118-126.

33 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 8237/1, Enquête sur l’épuration et sur les réactions de l’opinion publique à son égard.

34 A.D. du Pas-de-Calais, 1W8237/1.

35 François Rouquet, « L’épuration administrative en France après la libération. Une analyse statistique et géographique », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 33, janvier-mars 1992, p. 106-117.

36 François Rouquet, L’épuration dans l’administration française. Agents de l’État et collaboration ordinaire, CNRS Editions, collection « Histoire-20e siècle », Paris, 1993, 300 p., p. 236

37 Par l’ordonnance du 12 octobre 1944, sont créés un Comité national d’action agricole (CNAA) et, dans chaque département, un comité départemental d’action agricole (CDAA) qui « assure l’information du ministre de l’Agriculture sur toutes les questions qui lui sont soumises, et notamment celles relatives à l’organisation professionnelle de l’agriculture. Il coordonne l’activité des comités départementaux d’action agricole ». Chacun des CDAA, composé de huit à douze membres, « est chargé, sous le contrôle de l’administrateur provisoire de la corporation nationale paysanne et pour le compte du comité national d’action agricole prévu à l’article 7 de gérer et de liquider tous services corporatifs dans le département.

38 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 950 1/ 4.

39 A.D. du Pas-de-Calais, BE 153/1

40 A.D. du Pas-de-Calais, E 133/1, L’Agriculture de la Région du Nord, 20 octobre 1945.

41 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 23393/1.

42 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 9501/4.

43 A.D. du Pas-de-Calais, 1W 4546/1.

44 A.D du Pas-de-Calais, 1W9501/4.

45 A.D. du Pas-de-Calais, M 4495/1.

46 A.D. du Pas-de-Calais, 1W4546/1.

47 A.D. du Pas-de-Calais, PE 153/2, Le Syndicat agricole, octobre 1944.

Auteur

IRHiS – UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540