Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

L'épuration dans le Pas-de-Calais

L’épuration à Lens

Philippe Roger

Texte intégral

Lens, le 11(?) mars 1946, (enregistré par le cabinet du préfet le 13 mars 1946) Rapport n° 1042. Objet : Réactions de l’opinion publique au sujet de l’épuration.

Fermeté avec laquelle a été poursuivie la répression de la collaboration

Au point de vue politique

1Dès la Libération, la répression de la collaboration a été conduite avec trop de rigueur et sans discernement. Les nombreuses arrestations étaient effectuées souvent par des membres des groupements de résistance. Peu à peu, avec la participation des forces de police et l’organisation des cours de justice, la répression est devenue légale et plus saine. Au point de vue strictement français, la répression de la collaboration a été menée avec assez de rigueur. Il n’en a pas été de même chez les étrangers du secteur et en particulier chez les Polonais, où il a été difficile d’établir avec exactitude le degré de collaboration avec l’ennemi. À signaler toutefois que certains collaborateurs notoires ont été très peu inquiétés en raison de leur situation financière ou des appuis politiques dont ils se sont servis.

Au point de vue économique

2La répression a été plus lente à se manifester en raison même du caractère moins flagrant que cette collaboration présentait. Toutefois, elle commence à être effective et si la répression est moins bruyante, il est fort probable qu’elle sera menée avec plus de fermeté, le gouvernement y trouvant un certain intérêt en ce moment de crise financière.

Personnalités les plus marquantes du secteur qui ont fait l’objet de condamnations

  • Clotaire Chopin, délégué à la propagande pour le département du P.D.C., condamné à mort par contumace.

  • Charles Gadyne, Commissaire de police à Carvin, condamné à mort puis gracié.

  • Henri Hennion, adjudant de gendarmerie à Carvin, condamné à mort puis gracié.

  • André B., secrétaire de Police au commissariat de Dourges, condamné à 20 ans de travaux forcés.

  • Marcel Hanotel, maire de Lens, condamné à 5 ans d’indignité nationale.

  • Didier Brun, Président départemental du R.N.P., condamné à mort puis gracié.

  • André Dobbelaere, Commissaire de police à Lens, condamné à mort puis gracié.

  • Prosper L, Adjudant de gendarmerie à Lens, condamné à 2 ans de prison.

  • Julien Priem, Secrétaire général du syndicat des Mineurs, condamné à l’indignité nationale.

  • Benoît Delorme, Conseiller général, condamné à l’indignité nationale.

  • Fernand V., membre de la milice et de la L.V.F., condamné à mort par contumace.

  • Kléber Legay, membre du C.A.D.I.

  • Louis R., curé doyen de Vimy, condamné à 5 ans d’indignité nationale.

  • André D., adjudant de gendarmerie à Rouvroy, condamné à une peine d’emprisonnement.

  • Roger Fleurose, lieutenant de gendarmerie à Lens, condamné à mort et fusillé.

  • Antoine Moulin, ex-commissaire de police à Sallaumines, condamné à mort par contumace.

Incidents les plus significatifs auxquels a donné lieu l’épuration

3À la Libération, la population désirait ardemment le châtiment des traitres et des collaborateurs. À cette époque, les jugements rendus étaient, en général, trouvés trop cléments, surtout dans les milieux d’extrême gauche. Les nombreuses grâces dont ont bénéficié certains condamnés à mort, ont été vivement critiquées. C’est ainsi que la peine de mort commuée en travaux forcés à perpétuité du Docteur Didier Brun, Président Départemental du R.N.P. puis la grâce dont il a bénéficié, ont donné lieu à une manifestation organisée à Lens par les partis de gauche et les mouvements de résistance. De même, à l’occasion de la grâce accordée par le chef de l’État à l’adjudant de gendarmerie Henri Hennion, condamné à mort, une manifestation de protestation a eu lieu à Carvin.

Attitude actuelle de l’opinion publique à l’égard du problème de l’épuration

4Actuellement, la population se désintéresse beaucoup de la question de l’épuration, étant donné ses nombreuses autres préoccupations d’actualité. Seuls, les dirigeants politiques des partis de gauche n’ont pas perdu la question de vue et continuent à s’en servir comme tremplin électoral. De ce fait, les adhérents de ces partis s’intéressent encore à ce problème.

Comment a été jugée l’épuration ?

5Toutefois, on peut dire que l’opinion générale des habitants du secteur est que bon nombre de collaborateurs notoires ont su, à l’aide de relations et d’intrigues, échapper au châtiment qu’ils méritaient. Par contre, on estime que les « petits collaborateurs » qualifiés de « lampistes » ont été trop souvent sévèrement punis et qu’ils ont servi à sauver la face des choses, car il n’est pas vrai que tous les traitres se soient retrouvés du même côté ou que les collaborateurs aient été pris dans la même classe.

L’épuration a-t-elle été menée avec assez de vigueur ?

6Il est aisé de prévoir qu’à la faveur de la prochaine campagne électorale, les propagandistes des partis de gauche, reprenant le thème de l’épuration, feront ressentir que cette dernière n’a pas été menée comme elle aurait dû l’être et que ses (sic) affirmations influenceront les adeptes de ces partis. Néanmoins, d’ores et déjà, on peut dire que la population, sans être soumise à aucune influence, estime que l’épuration administrative a été quasi nulle. On fait remarquer en particulier que bien des hauts fonctionnaires des ministères, des préfectures et sous-préfectures, de la police et de divers organismes créés par Vichy, sont encore en place actuellement malgré leur activité pendant l’occupation. On demande dans ces milieux qu’en cette période de compression des cadres, ces fonctionnaires non épurés soient licenciés en premier lieu. Les fonctionnaires de police en particulier font l’objet de vives attaques de la part des membres des mouvements de résistance et du parti communiste qui ont eu à souffrir de l’activité de certains d’entre eux pendant l’occupation.

L’épuration doit-elle être poursuivie ?

7En général et sauf les membres des partis de gauche, la population estime que l’épuration doit être considérée comme terminée. Dans les milieux modérés en particulier, on pense que la répression des menées collaborationnistes et l’épuration n’ont pas été conduites avec le seul souci de châtier les traitres et d’éloigner les défaillants. Sous le masque de la justice, dit-on, on a assouvi trop de vengeances, servi trop d’intérêts, flatté trop de passions. L’épuration a été trop souvent la revanche des ratés et la vengeance des médiocres. Des sentences absurdes et partiales, des sévérités sans mesure, des indulgences inexplicables ont discrédité la justice et on ajoute, dans ces milieux, que « cette comédie doit cesser ». Les principaux mouvements de résistance du secteur ont perdu peu à peu tout le crédit qu’ils possédaient sur la population. Les dirigeants de ce mouvement de résistance se sont rattachés aux partis politiques et ont épousé les mêmes idées que ces derniers.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 1W8237/1

  • 1 Le préfet du Pas-de-Calais à l’adresse des différents sous-préfets. Objet : enquête sur l’épuration (...)

8Au début de l’année 1946, le ministre de l’Intérieur lance une enquête consacrée à l’épuration et aux réactions qu’elle suscite : il « est apparu, en effet, que l’épuration provoque encore souvent des remous d’opinion particulièrement violents, soit que les procédures d’instruction et de jugement aient été entachées d’irrégularités, soit que certaines cours de justice ou chambres civiques se soient montrées trop indulgentes, soit que les juridictions appelées à juger des affaires ressortissant à la compétence d’anciennes juridictions supprimées n’aient pas jugé avec toute l’impartialité nécessaire, soit, enfin, que des mesures de grâce ou de remise de peine soient intervenues pour atténuer la rigueur des condamnations antérieurement prononcées ». Dans le cadre de cette enquête, le préfet du Pas-de-Calais demande aux sous-préfets de lui adresser un rapport consacré à ce sujet.1 Pour rédiger leurs réponses, les sous-préfets s’appuient eux-mêmes sur les informations que leur fournissent les Renseignements généraux. Le texte qui est ici reproduit est probablement l’œuvre du commissaire des Renseignements généraux de Lens. Comment ce service appréhende-t-il l’épuration et la perception qu’en a la population lensoise à peu près un an et demi après la Libération ?

9Quelques questions intéressent de toute évidence particulièrement l’opinion lensoise :

10a- Les internements qui suivent la Libération semblent avoir marqué l’opinion. S’ils sont nombreux dans l’ensemble de la France, dans le seul arrondissement de Béthune (celui de Lens n’est créé qu’au début de la Cinquième République), les FFI ou les CLL procèdent à environ 2 000 arrestations. Une grande partie d’entre elles sont de toute évidence totalement arbitraires, ce qui contribue rapidement à un certain discrédit de l’épuration (même si ces arrestations ont pu protéger des individus menacés : une partie de la population, très marquée par les derniers mois, particulièrement pénibles, de l’Occupation, apparaît en effet alors avide de sanctions rapides. Dans certaines régions les attentats contre les anciens collaborateurs et trafiquants du marché noir (l’épuration extra-légale) sont nombreux après la Libération. C’est beaucoup moins vrai dans le Pas-de-Calais : les internements massifs et l’activité considérable déployée par les autorités et en particulier le nouveau sous-préfet expliquent peut-être que les débordements les plus graves aient pu être partiellement évités). Très vite, il faut trier les personnes internées et les CLL procèdent en quelques jours à 1 150 libérations. Dès le 15 septembre 1944, il ne reste plus que 850 internés. C’est toutefois encore beaucoup : sur la proposition du sous-préfet de Béthune, le préfet du Pas-de-Calais crée une commission de révision des internements présidée par le sous-préfet assisté par quatre membres du CDL. La nouvelle commission fonctionne d’octobre 1944 à janvier 1945. Son objectif est double : appuyer la répression mais aussi réparer les injustices commises pendant la phase d’arrestations massives. Ses travaux aboutissent à 138 nouvelles libérations. 447 internés sont maintenus dans leur camp et 60 mis en résidence surveillée. Les dossiers des internés maintenus et ceux de 10 individus placés en résidence surveillée sont envoyés à la Cour de justice de Béthune. La commission se dessaisit par ailleurs de 205 dossiers qui sont passés à d’autres commissions ou, pour 107 d’entre eux, à la cour de justice, les intéressés étant alors écroués.

  • 2 Rapport sur les cantons de l’arrondissement de Béthune. Sans date indiquée. Vraisemblablement 1943. (...)
  • 3 À titre d’exemple, et bien qu’il ne s’agisse pas d’un exemple lensois, il est possible de mentionne (...)

11b- La situation des étrangers suscite évidemment un malaise. À Lens et dans ses environs, il s’agit bien sûr avant tout des Polonais particulièrement nombreux depuis la grande vague migratoire des années 1920. Ceux-ci ont connu pendant le second conflit mondial une situation particulièrement délicate. Les populations de la Pologne envahie sont soumises par le Reich à un traitement particulièrement rigoureux. Dans le Nord de la France, la résistance polonaise est précoce et particulièrement active. Les services de police de l’État français se méfient des Polonais, qu’ils décrivent comme une population indocile qu’ils opposent volontiers aux ouvriers autochtones plutôt fidèles à la SFIO et peu susceptibles de basculer dans la violence. Décrivant la situation du canton de Lens-Est (celui de Lens), ils évoquent de « fortes concentrations d’ouvriers polonais [qui] forment des ilots sensibles à toutes les propagandes subversives, extrêmement dangereux pour l’ordre public ».2 Sans doute faut-il prendre en compte la méfiance éprouvée par les fonctionnaires de Vichy à l’égard d’une population étrangère : tous les Polonais du bassin minier sont en effet loin d’être de dangereux subversifs. Si cette population apparaît dans l’ensemble fort peu favorable à l’ordre nouveau, la situation des Polonais du bassin minier est cependant très complexe. Une partie d’entre eux viennent en effet de territoires qui étaient allemands jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale et parlent fort bien la langue allemande. Ils ont pu combattre dans l’armée allemande. Une partie des Polonais du Pas-de-Calais sont donc classés par les autorités d’occupation comme Volksdeutsche. Cette association est créée par la SS en avril 1942 et pendant plusieurs mois, des cellules Volksdeutsche sont mises en place dans de nombreuses communes du bassin minier. En septembre 1943, elles comptent 5 500 adhérents. Ceux-ci reçoivent une carte de membre de la « communauté germanique » qui leur permet en pratique de se livrer quasi-impunément au marché noir. Ces Volksdeutsche constituent bien sûr pour la résistance et en particulier la résistance polonaise une cible de choix. À la Libération, ils font l’objet d’un criblage spécifique : 1 500 sont arrêtés dans l’arrondissement de Béthune par les FFI et les CLL et sont internés dans les camps de Liévin et dans une moindre mesure d’Haillicourt-Houdain et de Béthune. Une partie d’entre eux sont évidemment arrêtés par erreur et rapidement relâchés. De janvier à mars 1945, les commissions de criblage examinent 999 dossiers. Interviennent 91 nouvelles libérations. Restent 523 individus qui ont été effectivement Volksdeutsche et 77 qui ont porté l’uniforme allemand. 29 autres sont par ailleurs écroués. En avril 1945, les 459 femmes qui restent internées sont regroupées dans le camp d’Hénin-Liétard, les 364 hommes étant conduits au camp de Sin-Le-Noble. Le rapport des Renseignements généraux montre que ce tri assez sévère n’empêche pas la persistance d’une certaine méfiance à l’égard des Polonais.3 La défiance à l’égard des étrangers s’explique somme toute assez naturellement à l’issue d’une guerre (et il ne faut pas oublier que les années 1930 avaient déjà connu une forte poussée de la xénophobie). Dans d’autres parties de la France, ce sont les Italiens qui ont pu susciter la méfiance : circonstance aggravante dans leur cas, l’Italie est une puissance ennemie jusqu’en 1943.

  • 4 Roger Pannequin, Ami si tu tombes, Paris Le Sagittaire, 1976, p. 144- 145.
  • 5 Étienne Dejonghe et Yves Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, Lille, La Voix du (...)
  • 6 Préfecture du Pas-de-Calais. Rapport mensuel d’information. Période du 1er au 31 janvier 1945, AD P (...)
  • 7 Philippe Roger, « Les grèves de 1947 et 1948 dans le Pas-de-Calais, déroulement, violence et mainti (...)
  • 8 Roger Pannequin, op. cit., p. 281.

12c- Les policiers et les gendarmes figurent en bonne place parmi les épurés. Dès l’Entre-deux-Guerres, l’anticommunisme était très vif au sein des forces de police et de gendarmerie. Sous l’Occupation, elles jouent un rôle très important, en particulier jusqu’en 1943 dans la traque des résistants, parfois en liaison avec les Allemands. L’affrontement est particulièrement rude dans le bassin minier où les attentats ont été à la fois précoces et particulièrement nombreux. La résistance se livre à des représailles à l’encontre des membres trop zélés des forces de l’ordre. C’est à Beuvry que se produit l’attaque la plus spectaculaire : Le 24 mars 1943, trois policiers sont tués par les FTP lors de l’attaque du commissariat. Mais Lens n’est bien sûr pas épargné : Henri M., le commissaire principal des Renseignements généraux, est ainsi abattu par des FTP le 8 octobre 1943. M. était certainement un personnage complexe qui semble avoir contribué au sauvetage de certains juifs lensois. Mais il était responsable de l’arrestation de résistants et de communistes. Même si le zèle déployé par les forces de l’ordre faiblit pendant les derniers mois de l’Occupation, il n’est pas étonnant que les 27 commissaires de police du bassin minier soient arrêtés lors de la Libération. Par la suite, la police et la gendarmerie subissent une épuration rigoureuse : 9 policiers sont révoqués, 25 déplacés d’office. Surtout, les plus compromis comparaissent en justice et sont souvent sévèrement condamnés. Dans Ami si tu tombes, Roger Pannequin évoque certains d’entre eux : à « Arras, la Geheimfeld Polizei (G.F.P.) utilisait les services de l’ancien commissaire de Sallaumines, Moulin, promu grand patron de la police du Pas-de-Calais. Il payait cette promotion extraordinaire en mettant la main à la pâte dans les séances de torture organisées par ses deux sbires…, petits inspecteurs sans avenir que Moulin avait entraînés avec lui dans son ascension vertigineuse… ». La brigade spéciale de police mobile « était sous la direction du commissaire Dobbelaere, petit fonctionnaire jusque-là besogneux qui avait trouvé dans le nazisme la grande chance de sa vie. Il avait été promu subitement divisionnaire. Son équipe de tortionnaires se composait uniquement de simples gendarmes qu’il avait fait promouvoir inspecteurs ». À Carvin, le « commissaire Gadeyne était réputé pour sa violence. Il garnissait ses deux mains de coups-de-poing américains et il frappait à la tête ».4 Le lieutenant Fleurose manifeste une brutalité particulière. Très actif dans la chasse aux résistants, il mène des interrogatoires particulièrement brutaux : il tue ainsi à coups de chaîne l’un des membres de l’organisation spéciale du Pas-de-Calais.5 Cette épuration de la police et de la gendarmerie ne peut cependant dépasser certaines limites : quel qu’il soit, le pouvoir politique ne peut pas fonctionner sans l’appui des forces de l’ordre. Or, comme le note le préfet dans son rapport consacré à la situation du Pas-de-Calais au mois de janvier 1945, la police manque d’effectifs : « cette situation tient surtout aux diverses mesures de déplacement, suspension ou autres dont certains membres des forces police ont fait l’objet après la Libération ».6 Dans ces conditions, l’épuration ne peut manquer d’apparaître insuffisante aux anciens résistants et en particulier aux communistes. Ceux-ci devaient entretenir des relations durablement mauvaises avec la police, la guerre froide contribuant bien sûr à envenimer la situation à partir de 1947. Pendant les grèves de 1948, lorsque des manifestants envahissent la fosse 8 de Verquin et malmènent assez sérieusement un inspecteur de police, celui-ci est ainsi rapidement présenté par les communistes comme un ancien collaborateur ayant frappé des patriotes pendant l’Occupation.7 La situation ne devait naturellement pas s’améliorer les années suivantes. L’on peut citer, à titre d’exemple, cet extrait d’un article de Liberté consacré à une manifestation qui a lieu à Avion en janvier 1952 : « il y avait aussi les C.R.S., les gendarmes, les flics des polices locales. Ces brutes policières enivrés d’alcool pour surmonter leur lâche peur, frappèrent les femmes, les vieux, arrêtèrent de paisibles passants… Pour commander de telles brutes, le Préfet Phalempin, agent du gouvernement Pleven, avait choisi une pléiade d’individus dignes d’assumer une tâche aussi dégradante ». Le rejet de la police et de la gendarmerie est encore très sensible dans les ouvrages écrits par Roger Pannequin dans les années 1970 comme le montre cet autre passage d’Ami si tu tombes : « Sale flic d’Arras, officier de gendarmerie sous la croix gammée. Vous avez dû, sous les pouvoirs gaullistes, gagner du galon ».8 Au-delà des seules forces de l’ordre, c’est l’ensemble de l’administration qui suscite parfois la méfiance : régime autoritaire, l’État français s’appuie sur les fonctionnaires, dont l’immense majorité prête serment au Maréchal. Les pouvoirs des préfets sont considérablement renforcés, des préfets de région sont mis en place. Certains services sont étoffés ou créés : il faut assurer la survie de la population, gérer les pénuries, essayer de contrer la mainmise allemande sur l’économie française, préparer la seconde reconstruction et s’efforcer de mettre en pratique les principes de la révolution nationale. L’épuration touche bien sûr prioritairement les fonctionnaires d’autorité (préfets, sous-préfets, recteurs) mais le reste de l’administration n’est pas épargné. Dans le Pas-de-Calais, si l’on prend l’exemple de l’administration préfectorale et des collectivités territoriales (les termes de collectivités publiques ou de localités semblent avoir été alors davantage utilisés), il est possible d’établir le bilan suivant en mars 1946 : 8 affaires sont encore en instance mais 11 révocations et licenciements, 5 suspensions et une rétrogradation ont été prononcés. Si l’on examine ensuite l’enseignement du premier degré, 7 affaires sont encore en instance et 4 révocations, 3 interdictions d’exercer la profession, une retraite d’office, dix disponibilités d’office, 2 rétrogradations, 8 blâmes, 4 censures ou avertissements ont été prononcés. Tout cela n’est pas négligeable et il faut prendre en compte qu’une épuration trop sévère aurait certainement contribué à désorganiser des services indispensables. Il est cependant peu probable que l’opinion ait été informée de ces sanctions internes à l’administration et rien, bien sûr ne permet de savoir si elle les aurait estimées satisfaisantes.

  • 9 Sous-préfecture de Saint-Omer, le 8 mars 1946, le sous-préfet de Saint-Omer à Monsieur le préfet du (...)
  • 10 Marie Tellier, La ville de Lens pendant la seconde guerre mondiale, Occupation, vie quotidienne, Ré (...)
  • 11 Ibidem.

13d- L’épuration économique est celle qui, en cette fin d’hiver 1946, satisfait le moins les Français en général et les Lensois en particulier. Pour l’opinion, la répression de cette forme de collaboration apparaît bien plus indulgente que l’épuration politique. Et la fortune de ceux qui se sont enrichis pendant l’Occupation fait évidemment scandale. Comme le note le sous-préfet de Saint-Omer dans le rapport qu’il adresse au préfet : « Quotidiennement l’homme moyen a l’occasion de s’indigner, puis souvent de jalouser les avantages que procurent les enrichissements dus aux circonstances ou au manque de scrupules… L’enrichissement est certainement le fait que l’on pardonne le moins à ceux qui en sont bénéficiaires, d’abord parce que c’est un fait, qui tous les jours se rappelle à chacun, ensuite parce qu’il paraît échapper aux véritables sanctions ».9 Il convient aussi de préciser que la Libération ne met pas fin aux problèmes que rencontre la population : le ravitaillement reste longtemps difficile, ce qui n’incite naturellement pas à l’indulgence. La situation est sans doute plus complexe que ne le pensent les Lensois : beaucoup de ceux qui ont prospéré pendant l’Occupation n’ont pas à proprement parler commis d’actes de collaboration économique avec l’ennemi et ne relèvent donc pas des cours de justice. Ils ne sont pas pour autant assurés de l’impunité : les chambres civiques peuvent s’intéresser à leur cas et deux comités de confiscation des profits illicites siègent dans le département, à Arras et à Boulogne-sur-Mer. Leur activité est loin d’être négligeable : au moment où le commissaire des renseignements généraux de Lens rédige son rapport, 1 920 personnes sont ou ont été citées devant eux. La complexité des dossiers explique que 774 affaires soient encore en cours mais 699 sont déjà réglées. Les confiscations prononcées dépassent alors les 660 millions de francs et les amendes s’élèvent à plus d’un milliard et demi : le montant total des sommes à recouvrer pour l’ensemble du Pas-de-Calais est donc nettement supérieur à deux milliards. À Lens, le président du CLL, Paul Sion, estime que beaucoup de ses concitoyens se sont enrichis grâce au marché noir : il cite en particulier 22 commerçants. Trois d’entre eux, que Paul Sion présente comme les trafiquants les plus notoires, sont internés au camp d’Haillicourt à la fin de l’année 1944. Que révèlent leurs dossiers ? Léandre L., quincailler demeurant boulevard Basly, aurait livré de très importantes quantités de marchandises aux Allemands. Il se serait très bien entendu avec l’un des chefs de l’organisation Todt qui dormait chez lui et il se serait vanté d’avoir gagné 10 à 12 millions pendant l’Occupation. La Libération n’aurait pas mis fin à ses activités puisqu’il aurait obtenu des commandes s’élevant à plusieurs millions de l’armée britannique. L. « est très mal considéré par la population ouvrière ».10 René M., commerçant en bonneterie et en lingerie, habitant place Jean Jaurès à Lens, est un Italien naturalisé français. La rumeur publique en fait un fasciste notoire, grand ami du docteur Brun, qui aurait trafiqué avec les Allemands. René T., grossiste, se serait livré « plus que les autres au trafic de marché noir et à la hausse illicite des prix ».11 Il aurait en outre collaboré avec les autorités allemandes. Ces exemples apparaissent particulièrement intéressants. Trois facteurs se mêlent en effet :

  • L’importance des affaires en temps d’occupation : s’il était évidemment en général impossible de suspendre toute activité et d’ignorer la présence de l’occupant, les trois internés ont profité des circonstances pour accroître considérablement leurs affaires. René T. s’est ainsi livré « plus que les autres » au marché noir.

  • Les liens personnels avec l’ennemi : le fait d’être en relation régulière, voire amicales avec l’ennemi, a naturellement constitué une circonstance fortement aggravante. Dans le cas de Léandre L., peut-être faut-il prendre également en compte le fait que les membres de l’organisation Todt étaient particulièrement mal vus des Français.

  • L’engagement politique : René M. (de surcroît d’origine italienne) est considéré comme un fasciste.

14Si l’épuration économique a bien eu lieu, ses modalités ont été complexes et les résultats sont souvent restés inconnus de la plupart des Français. Il faut d’ailleurs ajouter que le recouvrement des sommes confisquées et des amendes (qui atteignaient donc un montant considérable) a été lent : en mars 1946, le total des sommes effectivement perçues ne dépasse guère les 102 millions de francs dans le Pas-de-Calais. La situation est à peu près la même dans l’ensemble du pays et le recouvrement devait se prolonger jusqu’au début des années 1960.

15Le commissaire des Renseignements généraux de Lens exprime un avis assez largement partagé en 1946 lorsqu’il voit dans la répression de la collaboration économique un moyen de résoudre les problèmes, en particulier financiers, que rencontre la France : les amendes et les confiscations sont en effet souvent perçues comme un moyen d’assainir l’économie en réduisant l’énorme masse monétaire générée par les frais d’occupation payés aux Allemands qui les ont largement dépensés. La confiscation des profits illicites est considérée comme un moyen de diminuer la masse monétaire en circulation et d’équilibrer les ressources de l’État sans alourdir les impôts et sans détériorer davantage encore des conditions de vie déjà précaires d’une grande partie de la population.

16e- Parmi les épurés figurent un certain nombre de responsables politiques et syndicaux. Les responsables syndicaux (Clotaire Chopin, Kléber Legay, Julien Priem) étaient avant la guerre des personnalités importantes du syndicalisme minier. Proches de Georges Dumoulin, ils appartiennent alors à la tendance syndicats de la CGT : ils sont donc à la fois anticommunistes et réformistes. Après la défaite, ils continuent à diriger le mouvement syndical. Ils prennent en charge les COSI (Comité Ouvrier de Secours Immédiat) du Nord et du Pas-de-Calais (le sigle CADI utilisé par les Renseignements généraux correspond probablement à une erreur) : le premier COSI est constitué en mars 1942 à la suite d’un bombardement britannique qui a frappé les usines de Boulogne-Billancourt. Les militants ouvriers du PPF et du RNP s’en servent pour distribuer des secours aux victimes. Cette structure, largement financée par les Allemands, a bien sûr pour objectif d’entraîner vers la collaboration un nombre aussi élevé que possible d’ouvriers. Ralliés à la révolution nationale, Clotaire Chopin, Kléber Legay et Julien Priem font campagne en faveur de la Charte du Travail. Ces anciens socialistes se rapprochent de Marcel Déat et du RNP, c’est-à-dire de la gauche collaborationniste (le beau-fils de Kléber Legay est ainsi le président de la section de Lens du RNP).

  • 12 Yves Le Maner, « Le Nord et le Pas-de-Calais », dans Gilles Le Béguec et Guy Peschanski, Les élites (...)
  • 13 Propositions pour le conseil départemental du Pas-de-Calais, notices individuelles de renseignement (...)
  • 14 Marie Tellier, op. cit., p. 196.
  • 15 Proposition pour la commission administrative instituée par le décret du 12 octobre 1940, AD Pas-de (...)
  • 16 Le préfet du Pas-de-Calais, Conseil départemental, 24 avril 1943, 1W730/1.

17Si on laisse de côté le cas des militants syndicaux, le CLL lensois ne traite qu’un petit nombre de dossiers proprement politiques. Le plus important est celui de Marcel Hanotel. La vie politique lensoise est assez complexe pendant le second conflit mondial. Le régime de Vichy a d’abord maintenu le socialiste Alfred Maes à la tête de la municipalité. Cette situation a été fréquente dans le Nord et le Pas-de-Calais. Les réseaux sur lesquels s’appuyaient les maires socialistes (ligue des droits de l’Homme, franc-maçonnerie, cercles républicains, presse militante, associations liées à l’enseignement et à la laïcité, mutuelles ouvrières, coopératives) correspondent pourtant a priori à un système de valeurs éloigné de ce celui de Vichy (et particulièrement du premier Vichy, celui de la révolution nationale). Mais il ne faut pas oublier que la situation régionale est très délicate : dans la zone contrôlée par l’OFK 670, les Allemands sont particulièrement présents et certains d’entre eux souhaitent que ce territoire soit à terme détaché de la France. Ils surveillent en tout cas de très près la vie municipale. De l’automne 1940 au mois de juin 1941, ils envisagent même une transformation de la fonction majorale : tout lien doit être coupé avec l’élection et le maire doit devenir une sorte de fonctionnaire. Il s’agit en pratique d’appliquer le modèle nazi. Cette menace est prise au sérieux par le régime qui entend donc obtenir le soutien de la SFIO et de la plupart des maires. L’opposition d’Alfred Maës à l’État français tend à se durcir à partir de juin 1941, ce qui aurait pu conduire à une rupture, mais il meurt au mois d’août. La grève des mineurs a en fait modifié la situation : confrontés à de graves difficultés et bientôt en guerre contre l’URSS, les Allemands abandonnent le projet de nazification des municipalités, ce qui permet à l’État français de reprendre la main et d’appliquer la loi municipale du 16 novembre 1940. Vichy peut donc réorganiser les municipalités mais entend qu’elles soient acceptables par les populations : la plupart des équipes socialistes sont donc maintenues, ce qui permet d’affirmer l’unité nationale d’autant que les Allemands n’ont évidemment pas renoncé à toutes leurs ambitions.12 Alfred Maës étant décédé, le ministre de l’Intérieur choisit Marcel Hanotel pour le remplacer. Né en 1880, c’est un ouvrier-mineur à la retraite. Membre de la SFIO, modéré, il devient en 1925 conseiller municipal et adjoint au maire de Lens. Pendant l’Occupation, il apparaît très attaché à la personne du maréchal Pétain et le 15 septembre 1942, il participe à la délégation des maires du Nord reçus par le chef de l’État. Pour les Renseignements généraux, il « témoigne d’une adhésion active pour l’œuvre poursuivie par le gouvernement. Il est sans culture mais non dépourvu de finesse et de bon sens ».13 Marcel Hanotel est nommé membre du conseil départemental que Pierre Laval, met en place en 1943 pour remplacer le conseil général dans l’espoir de renouer avec les notables républicains que le premier Vichy avait tenu à l’écart. Avec cette nomination, le pouvoir essaie de maintenir quelques contacts avec une population ouvrière qui lui est de plus en plus massivement hostile. Le 9 septembre 1944, Marcel Hanotel est arrêté par le commissaire de police de Lens. Il est condamné par la suite à une peine de dix ans d’indignité nationale. L’autre dossier politique important traité par le CLL de Lens est celui du docteur Didier Brun. Après la nomination de Marcel Hanotel à la tête de la municipalité, Didier Brun devient adjoint au maire : en contrepartie du maintien des maires socialistes, le régime de Vichy a souvent transformé les conseils municipaux qui ont dû assez largement s’ouvrir à des éléments extérieurs à la SFIO. Le docteur Brun est surtout le président départemental du RNP. Les autres dossiers examinés par le CLL concernent également des membres du RNP : les époux D., non contents de cotiser à ce parti, sont tous les deux membres du Comité d’Action Antibolchevique de Lens ; Vital C. est le secrétaire de la section du RNP de Lens jusqu’à l’arrivée des alliés : « Il a déployé une activité tenace et constante en faveur de ce mouvement et de la politique de révolution nationale. Anglophobe déclaré, il se prononçait en faveur d’une collaboration franco-allemande franche et loyale ».14 Est-il possible de relever une contradiction dans l’engagement politique de ces Lensois qui conjuguent une fidélité proclamée au maréchal Pétain et l’adhésion au RNP ou du moins une évidente sympathie, pour ce mouvement ? Marcel Déat se montre en effet très critique à l’égard du régime de Vichy après que Philippe Pétain ait rejeté son projet de parti unique : à partir de 1941, il reproche à l’État français son caractère réactionnaire et le refus d’une alliance avec l’Allemagne. Il ne faut cependant pas oublier la chronologie : si Marcel Déat est tenu à l’écart par le premier Vichy, celui de la révolution nationale, il n’en va plus de même pour l’avatar ultime de l’État français, celui qui n’est plus qu’un État fantoche dépourvu de toute autonomie vis-à-vis de l’Allemagne et qui connaît un processus de fascisation. En mars 1944, Marcel Déat est même nommé ministre du Travail et de la Solidarité nationale. Sans doute convient-il aussi de prendre en compte les spécificités locales et en particulier l’extrême faiblesse des effectifs des partisans de l’Ordre nouveau dans le Pas-de-Calais : pareille situation ne se prête pas nécessairement aux subtilités doctrinales et aux querelles de chapelle dont les partis collaborationnistes étaient pourtant friands. Dans la liste des personnalités épurées figure un Liévinois dont le profil politique est très proche de Marcel Hanotel. Il s’agit de Benoît Delorme. Retraité mineur, il est élu conseiller général SFIO du Pas-de-Calais en 1937. Dès octobre 1940, l’administration de l’État français le considère comme un élément rallié : « c’est un socialiste dont l’attitude a toujours été celle d’un Français patriote qui n’a cessé de combattre le communisme. Son loyalisme envers les idées rénovant l’action nationale est certain ».15 Benoît Delorme est nommé à la commission administrative chargée de seconder le préfet du Pas-de-Calais et il devient ensuite membre du conseil départemental du Pas-de-Calais, même si les autorités d’occupation ne semblent pas l’avoir beaucoup apprécié, le soupçonnant de sympathies gaullistes. Le préfet du Pas-de-Calais prend cependant sa défense, expliquant le 24 avril 1943 que Benoît Delorme « a conservé aujourd’hui beaucoup plus de contacts avec les cadres administratifs de la région qu’avec la masse ouvrière : ce sentiment d’isolement qu’il éprouve certainement plus ou moins consciemment le pousse à rechercher les contacts avec des milieux ouvriers politiquement réticents…, j’ai tout lieu de penser que son manque d’habileté oratoire est à l’origine d’interprétations qui le représentent comme gaulliste ».16 Benoît Delorme est condamné après la Libération à une peine de cinq ans d’indignité nationale.

  • 17 Préfecture du Pas-de-Calais. Rapport mensuel d’information. Mois de mai 1945, 1W12860.

18f- De manière surprenante, le rapport ne mentionne pas expressément les mineurs, catégorie évidemment essentielle de la population lensoise. L’épuration constitue dans les mines une question particulièrement importante. Dès les années 1930, sous l’effet de la crise et des événements politiques, la situation sociale y est déjà très tendue. Or les mines constituent bien sûr un enjeu capital pendant l’Occupation : les Allemands souhaitent naturellement que la production soit aussi élevée que possible mais ils se heurtent à l’usure croissante du matériel ainsi qu’à la volonté de résistance des mineurs. L’encadrement (porions, chefs-porions et ingénieurs), à l’interface entre les autorités d’occupation et les mineurs, se trouve donc dans une situation particulièrement inconfortable. Plusieurs ingénieurs et porions, accusés de collaboration économique ou d’avoir dénoncé des communistes, sont victimes d’attentats. À la Libération, la situation dans les mines est quasi insurrectionnelle. Pour beaucoup de mineurs, la libération nationale doit nécessairement se prolonger par une libération sociale. La nationalisation des compagnies minières répond en partie à cette demande, qu’il est impératif de satisfaire : le redressement du pays nécessite de remporter la bataille de l’énergie, donc, dans les années 1940, celle du charbon. Mais les mineurs sont également favorables à une épuration sévère. En mai 1945, la déception ressentie face aux débuts du processus épuratoire contribue au déclenchement de grèves dans le bassin minier. Il faut dire que le retour des déportés d’Allemagne a alors produit une forte impression sur l’opinion. Pour le préfet, les mineurs considèrent l’épuration « comme insuffisante et voudraient la voir reprendre sous une forme plus rigoureuse ».17 L’épuration des mines n’a pourtant pas été négligeable. À la Libération, elle prend d’abord la forme des internements : sont alors internés deux directeurs, dont celui des mines de Béthune (quelques heures seulement il est vrai), mais aussi 16 ingénieurs, 17 chefs-porions et porions, 9 employés, gardes-mines et divers. Sur ces 44 internés, 16 font ensuite l’objet d’une mesure de libération et 16 autres sont d’abord placés en résidence surveillée avant d’être libérés. 12 restent donc encore internés en mars 1946. Intervient ensuite l’épuration professionnelle : 492 dossiers sont examinés dans le bassin minier dans le Pas-de-Calais. L’indulgence semble l’avoir emporté : 76 dossiers sont purement et simplement classés et 284 réintégrations sont prononcées. Cela ne signifie toutefois pas qu’il n’y ait pas eu de sanctions : s’il n’y a que deux révocations, on peut aussi signaler 33 suspensions, 9 mises à la retraite, 44 rétrogradations et 44 mutations. Sans doute ne faut-il pas minimiser le sérieux de cette procédure : beaucoup de classements et de réintégrations correspondent tout simplement à des dossiers qui se révèlent vides ou presque. Mais il faut également prendre en compte le fait que le personnel d’encadrement des mines est à la fois précieux et irremplaçable : dans la situation économique dramatique que connaît la France d’après-guerre, il ne saurait être question de se priver de son concours. Maurice Thorez lui-même ne dit pas autre chose dans le célèbre discours qu’il prononce à Waziers le 21 juillet 1945 : « On ne peut pas épurer pendant 107 ans. On ne peut, pendant des mois, avoir des porions qui sont payés en restant chez eux et en entretenant l’agitation. Et puis, entre nous, les porions, quand ils n’ont pas été des chiens, se révélant comme de vrais collaborateurs, ne sont pas les plus mauvais : ce ne sont pas les principaux responsables. Ce ne sont même pas les ingénieurs. C’est encore plus haut qu’il faut frapper ». Dans de telles conditions, si le sous-préfet de Béthune peut écrire en mars 1946 que « l’épuration dans les Mines… est chose faite, en dépit des difficultés qu’elle a rencontrées et des imperfections qu’elle a revêtues », il est fort possible qu’un nombre important de mineurs aient été d’un avis différent.

  • 18 Philippe Roger, « Les élections cantonales de 1945 dans le Pas-de-Calais. Un système politique tran (...)
  • 19 Le 12 mars 1946, le sous-préfet de Béthune à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais. Objet : Enquête s (...)

19g- L’utilisation de l’épuration par les partis de gauche est mentionnée par les Renseignements généraux. Elle est évidente : une partie importante de la droite, sans approuver pour autant la collaboration, éprouvait un évident respect pour le maréchal Pétain et se sentait proche de certains aspects de la révolution nationale : même si elle avait fini par accepter la Troisième République et qu’elle y exerçait une influence croissante, elle ne ressentait pas nécessairement une grande affection pour un régime dont l’inefficacité avait beaucoup contribué, au moins à ses yeux, à l’effondrement de la France en mai-juin 1940. L’épuration est donc pour les partis de gauche (à l’exception sans doute des radicaux-socialistes) un excellent moyen de s’opposer à la droite toujours suspecte de tiédeur dans ce domaine. Le jeune MRP, pourtant issu de la résistance démocrate-chrétienne, est ainsi accusé de recueillir les débris du pétainisme. Il faut cependant rappeler une nouvelle fois que, dans le Pas-de-Calais, la situation est complexe puisque beaucoup de maires socialistes (ou considérés comme tels) sont restés en place dans le bassin minier. Or, si, dans les communes agricoles, une incontestable solidarité a souvent uni le maire et ses administrés face à l’adversité et à l’occupant, il n’en a pas nécessairement été de même dans les villes ouvrières où le durcissement de la lutte des classes lié à l’Occupation a abouti à un isolement croissant du maire : en 1943, les Renseignements généraux notent ainsi que l’influence de Marcel Hanotel a fortement diminué dans les milieux ouvriers. Par ailleurs, ainsi qu’on a pu le voir, les socialistes n’ont pas tous été insensibles à la révolution nationale voire, dans certains cas, à la collaboration. Sans doute le choix de la résistance a-t-elle été bien plus fréquent que celui de la collaboration parmi les socialistes, mais cela n’en est pas moins gênant à un moment où le grand rival, le parti communiste, est auréolé d’un prestige considérable. Cette situation explique dans une large mesure les revers subis dans les communes minières par les socialistes lors des élections municipales du 29 avril et du 13 mai 1945 : dans un contexte de très large renouvellement politique (dans l’arrondissement de Béthune, 17,5 % seulement des maires en fonction en 1939 sont alors réélus), la mairie de Lens est conquise par les communistes. Les socialistes sont cependant loin d’être irrémédiablement vaincus : Les élections cantonales de l’automne 1945 constituent pour eux un incontestable succès.18 Le parti insiste sur la fermeté avec laquelle il a conduit sa propre épuration. En mars 1946, selon le sous-préfet de Béthune, davantage encore que le parti communiste, c’est la SFIO qui affirme, dans ses meetings, qu’en matière d’épuration, « rien n’a été fait et qu’il faut seulement commencer ».19 Les socialistes peuvent donc préparer les élections nationales de 1946 mais aussi les élections municipales prévues pour 1947 : compte tenu de l’absence des combattants et de celle de nombreux déportés et prisonniers de guerre, il avait en effet été décidé que les conseils municipaux n’étaient élus que pour deux ans. La stratégie socialiste est couronnée de succès : en 1947, la SFIO parvient à récupérer les communes ouvrières les plus prestigieuses du Pas-de-Calais et en particulier Lens.

20h- La conclusion du rapport des Renseignements généraux est relativement ambiguë. Lorsque sont évoqués les partis de gauche, faut-il restreindre cette expression aux seuls appareils partisans ? Auquel cas, même dans cette période où les adhésions au parti communiste et à la SFIO sont très nombreuses, l’épuration ne préoccuperait plus qu’une minorité très politisée. Convient-il au contraire de prendre en compte l’ensemble des Lensois favorables aux partis marxistes ? C’est, dans ce cas, une très large majorité des Lensois qui restent favorables à l’épuration. Le sous-préfet de Béthune semble quant à lui avoir été convaincu que l’opinion de son arrondissement reste très majoritairement favorable à la poursuite de l’épuration : telle est, selon lui, la position des partis de gauche mais aussi celle de la CGT, du Front national et des mineurs. Seul le monde agricole, las des dénonciations qui perturbent le fonctionnement de la société rurale, lui semble aspirer à un achèvement rapide de l’épuration. Mais les agriculteurs ne constituent qu’une petite minorité dans l’arrondissement de Béthune.

  • 20 Le 12 mars 1946, le sous-préfet de Béthune à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais. Objet : Enquête s (...)

21Un aspect du fonctionnement de l’épuration contribue de toute évidence au malaise éprouvé par l’opinion (ou du moins par une partie d’entre elle) : il s’agit bien sûr des décisions de justice. Le choix des jurés (qui sont d’anciens résistants et parfois d’anciens déportés) apparaît comme un premier problème. Peuvent-ils faire preuve de l’objectivité nécessaire ? L’impression qu’étaient prononcées « des sentences absurdes et partiales », que la justice avait fait preuve de « sévérités sans mesure » et d’indulgences inexplicables » est par ailleurs très largement répandue : dans tout le département, certains jugements provoquent l’incompréhension. Pour citer un exemple pris dans l’arrondissement de Saint-Omer, l’opinion audomaroise oppose volontiers le cas d’Angélique A., condamnée à 4 ans de prison pour avoir été trouvée en compagnie d’un soldat allemand quelques heures après la Libération, peine qui apparaît très exagérée, et celui de D., habitant Blendecques, propagandiste allemand et chef de la milice régionale, qui n’est condamné qu’à 5 ans de dégradation nationale, ce qui est jugé très insuffisant. Une part importante de l’opinion a enfin considéré que l’épuration judiciaire avait été globalement trop indulgente. Le préfet du Pas-de-Calais comme le sous-préfet de Béthune insistent au contraire sur la sévérité de la justice : La Cour de Béthune aurait ainsi été l’une des plus dures de France. Certains aspects ont cependant pu masquer la lourdeur des sentences prononcées : trois des peines de mort mentionnées par les Renseignements généraux de Lens sont ainsi des condamnations par contumace. Ce type de condamnation est en fait très fréquent dans le cadre de l’épuration : si, en mars 1946, 204 peines de mort avaient été prononcées dans le Pas-de-Calais, 175 l’avaient été par contumace. La peine de mort doit montrer la sévérité de la justice et satisfaire l’opinion mais l’absence de l’accusé évite de répandre trop de sang. Le général de Gaulle fait par ailleurs un usage abondant de son droit de grâce. Il veut d’abord corriger les inégalités trop criantes. Il s’agit ensuite d’épargner certaines catégories (les femmes et les mineurs). L’ancien chef de la France libre n’entendait pas, d’autre part, transformer l’épuration en bain de sang et souhaitait surtout que le châtiment frappe une « poignée de misérables ». Une partie de l’opinion accepte cependant mal ce qu’elle considère comme une indulgence mal placée. Le sous-préfet de Béthune rapporte ainsi que certaines grâces ont failli provoquer un incident entre le CDL et le général De Gaulle lors de sa venue à Béthune. Il note que 5 cas (en particulier ceux du docteur Brun, du docteur C., d’Hennion et de Dobbelaere) ont « passionné littéralement l’opinion publique et nous avons été à la limite d’incidents graves à Lens ».20

Conclusion

22Le rapport des Renseignements généraux qui est ici reproduit montre que l’épuration a très vite été considérée à Lens comme un échec. Plusieurs thèmes, appelés à un succès durable, sont déjà présents : l’épuration aurait été incohérente ; la justice aurait été largement livrée à l’arbitraire, alternant entre la vengeance pure et simple et le laxisme ; l’épuration économique aurait été très insuffisante. Globalement, les grands collaborateurs auraient été ménagés au détriment des « lampistes ». De tels jugements ne correspondent pas à ce que révèlent les dossiers : un travail long et minutieux a bien été accompli ; la justice a tenté de faire son travail dans des conditions souvent très difficiles. En mars 1946, elle avait déjà, dans le Pas-de-Calais, traité plus de 2 250 dossiers. Outre les peines de mort déjà évoquées avaient été prononcés 58 peines de travaux forcés à perpétuité, 429 peines de travaux forcés à temps, 1 259 condamnations à une peine de prison et 304 acquittements. Et si beaucoup d’affaires se sont révélées complexes, aboutissant à des verdicts qui ont surpris l’opinion, peut-on considérer le lieutenant Fleurose comme un lampiste ? Sans doute la perspective de l’épuration avait-elle suscité pendant l’Occupation beaucoup d’espoirs qu’il n’était pas possible de satisfaire entièrement. N’est-il pas par ailleurs toujours difficile de définir ce qu’est une épuration satisfaisante ?

Notes

1 Le préfet du Pas-de-Calais à l’adresse des différents sous-préfets. Objet : enquête sur l’épuration et sur les réactions de l’opinion publique à cet égard, 2 février 1946, AD Pas-de-Calais, 1W8237/1.

2 Rapport sur les cantons de l’arrondissement de Béthune. Sans date indiquée. Vraisemblablement 1943. AD Pas-de-Calais, 1W44519.

3 À titre d’exemple, et bien qu’il ne s’agisse pas d’un exemple lensois, il est possible de mentionner l’enquête effectuée par la gendarmerie de Croisilles le 22 décembre 1944 au sujet de Valentin A., ouvrier agricole dans la commune de Vaulx-Vraucourt. D’après les témoins interrogés, A. aurait servi dans l’armée allemande, se serait vanté d’avoir tué un officier français, se serait réjoui de l’arrivée des Allemands en 1940 et se serait présenté à eux en faisant le salut hitlérien. Il aurait également participé au pillage du château local. Puisqu’il tenait de longues conversations avec les Allemands, ce devait être un indicateur. L’ancien maire du village évoque même le spectre de la cinquième colonne : « en 1939, les Anglais cantonnaient dans le village. Ils sont venus plusieurs fois me prévenir que des lumières se voyaient toutes les nuits dans le quartier où demeurait A... [Cela] devait être des signaux pour les Allemands ». A., bien sûr, nie à peu près tout. Il reconnaît certes avoir combattu dans l’armée allemande pendant la Grande Guerre mais affirme ne s’être jamais vanté d’avoir tué un officier français. Il recevait bien des Allemands chez lui « comme d’ailleurs presque tout le monde », mais c’est uniquement parce que sa femme et sa fille lavaient leur linge. Il conversait avec les soldats allemands parce qu’il connaît bien leur langue mais il n’a jamais été un dénonciateur ni même un interprète. Il ne peut en tout pas avoir reçu les premiers soldats allemands à Vaulx-Vraucourt puisqu’il était absent du village lors de leur arrivée. Quels que soient les faits, il est évident que le sentiment général du village est qu’A. est un Polonais indésirable qui était la terreur du village pendant l’occupation. AD Pas-de-Calais, 1W8122/1.

4 Roger Pannequin, Ami si tu tombes, Paris Le Sagittaire, 1976, p. 144- 145.

5 Étienne Dejonghe et Yves Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, Lille, La Voix du Nord, 1999, p. 301.

6 Préfecture du Pas-de-Calais. Rapport mensuel d’information. Période du 1er au 31 janvier 1945, AD Pas-de-Calais, 1W12860.

7 Philippe Roger, « Les grèves de 1947 et 1948 dans le Pas-de-Calais, déroulement, violence et maintien de l’ordre », Revue du Nord, janvier-mars 2011, p. 146-147.

8 Roger Pannequin, op. cit., p. 281.

9 Sous-préfecture de Saint-Omer, le 8 mars 1946, le sous-préfet de Saint-Omer à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais, objet : enquête sur l’épuration et les réactions de l’opinion à cet égard, AD Pas-de-Calais, 1W8237/1.

10 Marie Tellier, La ville de Lens pendant la seconde guerre mondiale, Occupation, vie quotidienne, Résistance, Mémoire de maîtrise, Université de Lille 3, année universitaire 2003-2004, p. 198.

11 Ibidem.

12 Yves Le Maner, « Le Nord et le Pas-de-Calais », dans Gilles Le Béguec et Guy Peschanski, Les élites locales dans la tourmente, du Front populaire aux années cinquante, CNRS éditions, Paris, 2000.

13 Propositions pour le conseil départemental du Pas-de-Calais, notices individuelles de renseignements, AD Pas-de-Calais, 1W730/1.

14 Marie Tellier, op. cit., p. 196.

15 Proposition pour la commission administrative instituée par le décret du 12 octobre 1940, AD Pas-de-Calais, 1W730/1.

16 Le préfet du Pas-de-Calais, Conseil départemental, 24 avril 1943, 1W730/1.

17 Préfecture du Pas-de-Calais. Rapport mensuel d’information. Mois de mai 1945, 1W12860.

18 Philippe Roger, « Les élections cantonales de 1945 dans le Pas-de-Calais. Un système politique transformé ? », Revue du Nord, octobre-décembre 2001, p. 801-820.

19 Le 12 mars 1946, le sous-préfet de Béthune à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais. Objet : Enquête sur l’épuration et sur les réactions de l’opinion publique, AD Pas-de-Calais, 1W8237/1.

20 Le 12 mars 1946, le sous-préfet de Béthune à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais. Objet : Enquête sur l’épuration et sur les réactions de l’opinion publique, AD Pas-de Calais, 1W 8237/1.

Auteur

IRHiS – UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540