Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

L'épuration dans le Pas-de-Calais

Le Pas-de-Calais de l’épuration extra-légale aux premiers bilans (1944-1946)

Philippe Roger

Texte intégral

1L’épuration, on le sait, a longtemps eu mauvaise presse : l’opinion et les historiens se rejoignaient pour estimer que le processus d’épuration dans son ensemble s’était soldé par un échec. Les travaux historiques récents nuancent cependant considérablement le bilan globalement négatif qui a souvent été établi : l’épuration a bien eu lieu, elle a été sérieuse et a touché une part importante de la population. Comment l’impression d’échec s’est-elle donc imposée ? Pour répondre à cette question, nous allons d’abord revenir sur l’épuration spontanée que connaît le Pas-de-Calais de 1941 à 1945 et nous nous efforcerons ensuite d’analyser les premiers bilans établis au début de l’année 1946 par l’administration départementale à la demande du ministère de l’Intérieur.

L’épuration extra-légale dans le Pas-de-Calais

2L’étude de cette forme d’épuration est facilitée par l’existence du fonds Lhermitte conservé aux archives départementales du Pas-de-Calais. Ce fonds rassemble toute la documentation accumulée par le colonel Lhermitte en tant que correspondant départemental du Comité d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale. Le fichier consacré à l’épuration spontanée porte la cote 51J12. Même s’il peut présenter certaines imperfections, son utilisation permet une approche, au moins provisoire, de certains aspects de l’épuration extra-légale. Cette étude s’efforcera d’établir la chronologie des événements, leur répartition géographique et surtout la typologie des victimes de l’épuration extra-légale.

3Celle-ci commence précocement dans le Pas-de-Calais. La première exécution sommaire a lieu à l’automne 1941. Ceci étant, le nombre total de victimes reste inférieur à 10 jusqu’au milieu de l’année 1942. La montée en puissance de l’épuration spontanée est en fait assez lente. Un peu moins de 8 % des affaires enregistrées se produisent en 1942, 12 % en 1943. Le pic, évidemment, correspond à l’année 1944 : c’est en 1944 que se produisent 77 % de l’ensemble des exécutions sommaires. Il convient cependant d’être plus précis. Le début de l’année 1944 n’est pas marqué par un niveau de violence particulièrement élevé : 6 % de l’ensemble des cas étudiés se produisent entre janvier et mai 1944. Le nombre d’affaires augmente donc certes, mais la progression reste encore relativement réduite. Puis, avec le débarquement allié, le rythme s’accélère. 6 % de tous les faits recensés se produisent au mois de juin, plus de 13 % au mois de juillet, la véritable rupture intervenant le 22 de ce mois : exactement la moitié des attaques enregistrées se produisent entre le 22 juillet et le 7 septembre. La phase la plus active de l’épuration spontanée commence donc plusieurs semaines avant l’arrivée des soldats alliés : l’essentiel du Pas-de-Calais a en effet été libéré en quelques jours (du 1er au 5 septembre, même si Boulogne-sur-Mer ne capitule que le 22 septembre et Calais le 30). Cette épuration extra-légale doit être replacée dans son contexte : les mois qui suivent le débarquement en Normandie sont extrêmement durs dans le Nord de la France. Près de 40 % des 6000 victimes des bombardements dans le Nord et le Pas-de-Calais ont été tuées entre le 6 juin 1944 et la Libération. Les exécutions se multiplient et les Allemands laissent pratiquement carte blanche à leurs auxiliaires pour piller et terroriser la population. Les FTP du bassin minier cherchent par ailleurs à enrayer la retraite allemande, ce qui provoque de violents combats. La retraite allemande s’accompagne enfin de diverses exactions. Dans ces conditions, le pic de violence de l’été 1944 s’explique assez aisément et doit être relativisé : le seul bombardement du 11 août 1944 fait nettement plus de victimes dans la seule ville de Lens. La retombée de la violence est ensuite somme toute assez rapide. Un peu moins de 5 % du total des exécutions sommaires se produisent entre octobre et décembre 1944, à peine plus de 1 % en 1945.

4Le niveau de violence de l’épuration spontanée est évidemment très variable en fonction des différentes parties du département : le bassin minier et ses marges concentrent bien sûr la plupart des assassinats et tentatives d’assassinats. 42 % du total des actes recensés se produisent dans le secteur de Lens-Liévin. Quelques villes sont particulièrement touchées. Liévin, à elle seule, concentre 6,5 % des faits étudiés. Si l’on prend en compte 5 communes, Avion, Harnes, Liévin, Méricourt et Noyelles-sous-Lens, ce pourcentage est de 22 %. Ajoutons Billy-Montigny, Bully-les-Mines et Lens, et il monte à près de 30 %. Les autres zones fortement touchées par l’épuration spontanée sont celle d’Hénin-Liétard–Carvin (16,5 % du total) et à égalité, celles de Béthune et d’Auchel–Bruay-en-Artois (chacune représente à peu près 10,5 %). Ces quatre secteurs (c’est-à-dire 46 communes sur un total qui dépasse les 900 pour l’ensemble du Pas-de-Calais) représentent donc à peu près les 4/5e des faits constatés. Dans une assez large mesure, la violence est donc circonscrite dans l’espace comme elle l’est dans le temps.

5Parmi les victimes de l’épuration spontanée figure un certain nombre d’hommes qui sont passés par la Résistance. Ils représentent 6 % du total des affaires recensées, ce qui n’est pas négligeable. Deux cas de figure se présentent. Il peut s’agir d’actions disciplinaires entreprises par la Résistance à l’égard d’éléments ayant enfreint les règles ou risquant de déserter : Marcel F. fait ainsi preuve d’indiscipline dans son groupe FTP qu’il veut quitter. Il est condamné à mort par son chef de détachement. Mais la Résistance peut aussi dans un certain nombre de cas n’avoir été qu’un prétexte pour couvrir des activités criminelles : Louis H. est ainsi un ivrogne et un bavard impénitent. Hébergé chez une dame par le groupe WO de Béthune, il lui vole 80 000 francs à main armé. La Résistance doit aussi éliminer les traîtres et les agents doubles : Lucien M., alias Jack Parker, est ainsi un indicateur de la police allemande, qui se fait passer pour un aviateur de la RAF et s’introduit ainsi dans les groupes de Résistance. Certaines affaires paraissent complexes. Lucien B., agent double travaillant en fait pour la police allemande, contribue à l’arrestation de résistants gaullistes de l’OCM. Il est exécuté à Wailly-les-Arras en même temps que son chauffeur, qui jouait pourtant peut-être double jeu contre son patron.

6Certaines victimes de l’épuration spontanée sont purement et simplement des bandits qui sont éliminés par la résistance. Jean J. (n° 80) et Stanislas K. (n° 85) se livrent ainsi avec plusieurs complices au vol en bande organisée. Le 29 juillet 1944, à Agnez-les-Duisans, ils volent 130 000 francs. Des Russes appartenant aux FTP interviennent et le combat dure une heure. Les Russes préviennent la gendarmerie de Beaumetz-lès-Loges. Jean J. et Stanislas K. sont exécutés à Agnez-lès-Duisans.

7Les forces de l’ordre représentent un peu plus de 10 % de l’ensemble des victimes de la répression spontanée. Ce sont des policiers et des gendarmes, de grade très varié, auxquels on peut ajouter un garde-chasse. Ils sont bien sûr tués par représailles en raison de leurs activités à l’encontre de la Résistance, en particulier communiste. Les policiers et les gendarmes abattus ont souvent fait preuve de zèle et participé à des arrestations, quelquefois en liaison avec la police allemande. D., gardien de la paix à Harnes, a ainsi donné aux Allemands des renseignements qui ont facilité l’arrestation de Charles Debarge. Quant au garde-chasse, il a dénoncé des braconniers aux Allemands, ce qui lui vaut d’être tué avec son fils par les FFI. La chronologie des attentats contre les forces de l’ordre est différente de celle de l’épuration spontanée dans son ensemble : l’élimination des policiers et des gendarmes s’inscrit souvent directement dans le cadre du combat de la Résistance et, dans ces conditions, plus de la moitié de ceux qui sont éliminés sont abattus avant la fin de l’année 1943. Sans doute peut-on rapprocher des forces de l’ordre le cas des deux miliciens tués : Jules L. appartient au groupe de Lille, détaché à Arras. Atteint d’une balle au bras gauche le 3 août 1944, il est hospitalisé à l’hôpital de Béthune où il est tué d’une balle dans la tête : la haine suscitée par la Milice explique probablement cet acharnement, même si cette organisation ne joue dans le Pas-de-Calais qu’un rôle secondaire.

8La part des étrangers est assez élevée : ils semblent représenter à peu près exactement le quart du total. Il est peut-être possible de rajouter un Polonais naturalisé à la liste de ces victimes étrangères. Cette proportion n’est pas très surprenante dans la mesure où les étrangers représentaient avant 1939 une part importante de la population du Pas-de-Calais. Logiquement, plus des trois quarts d’entre eux sont des Polonais : ceux-ci représentent en effet la grande majorité des immigrés établis dans le bassin minier. La situation des Polonais est à vrai dire particulièrement complexe et délicate : la seconde guerre mondiale est déclenchée par l’invasion de la Pologne et ses populations sont particulièrement maltraitées par le Reich. Les Polonais sont très nombreux dans la Résistance mais il faut aussi prendre en compte le passé des territoires polonais dont une partie ont été allemands jusqu’à la fin de la première guerre mondiale. Certains Polonais de France proviennent de ces zones et parlent souvent très bien l’allemand. Il peut même arriver qu’ils aient combattu entre 1914 et 1918 dans l’armée allemande : Z., ancien sous-officier allemand tient ainsi le café Jean à Béthune. C’est un dénonciateur qui est abattu avec son épouse en juillet 1944.

  • 1 Sur le rôle des interprètes, on peut consulter Claude Malon, Occupation, épuration, reconstruction, (...)

9Une partie des Polonais du Pas-de-Calais sont classés par les autorités d’occupation comme Volksdeutsche. Cette association a été créée par la SS en avril 1942 et pendant plusieurs mois, des cellules volksdeutsche sont mises en place dans de nombreuses communes du bassin minier. En septembre 1943, l’association regroupe 5 500 adhérents qui constituent évidemment une cible pour la Résistance, en particulier la Résistance polonaise. 45 % des victimes polonaises de l’épuration spontanée appartiennent aux Volksdeutsche. Emmerich B. est ainsi un Volksdeutsch agissant. Il est de plus marié à une Allemande et c’est en outre un dénonciateur. Robert Z., qui préside la section locale volksdeutsch d’Hulluch, est particulièrement visé : grièvement blessé en juillet 1942, il est tué de 4 balles de revolver en janvier 1943. Certains Volksdeutsche ont évidemment aggravé leur cas : Valentin L. est un engagé Volksdeutsch mais il a surtout logé des Allemands qui ont tué des officiers FTP. L’itinéraire de l’une des deux victimes tchèques rappelle celui des Polonais que l’on vient d’étudier. E. est à la fois le président de la Volksdeutschgemeinschaft de l’arrondissement de Béthune et un agent de la police allemande. Il avait par ailleurs antérieurement été condamné pour proxénétisme et escroquerie. Parmi les victimes polonaises figurent aussi trois traducteurs.1 Les interprètes ont souvent joué un rôle non négligeable entre 1940 et 1944, tirant quelquefois un bénéfice important de leur proximité avec l’occupant. Mais la fonction n’est évidemment pas dépourvue de risque ! Le cas de la plupart des Belges est assez similaire à celui des Polonais. 4 des 6 Belges qui figurent parmi les victimes sont des gardes wallons : ils appartiennent donc à une sorte de milice créée en 1941 par le parti Rex et assurant une fonction de police.

10Les femmes représentent à peu près 18 % des victimes de l’épuration spontanée. Un quart d’entre elles sont des étrangères, en particulier des Polonaises. La proportion est donc la même que pour l’ensemble des victimes de l’épuration spontanée. Elles sont tuées ou blessées pour des raisons très variées. Maria K. apparaît comme une victime collatérale : elle est en effet tuée par des résistants russes et polonais qui cherchent à abattre son frère, un rexiste soupçonné d’avoir dénoncé des patriotes. Ce sont en fait surtout les activités du mari ou d’un parent qui expliquent certains des attentats : Clémence B., épouse M., est blessée lorsque ses parents, accusés d’avoir participé au marché noir et d’avoir dénoncé des résistants, sont abattus. Il est vrai qu’elle est en outre la maîtresse d’un rexiste belge travaillant pour l’armée allemande en tant qu’interprète.

11Les femmes sont fréquemment accusées d’avoir entretenu des relations intimes avec les Allemands et d’avoir participé au marché noir. Mais l’accusation la plus grave et la plus fréquente est évidemment la dénonciation. M., épouse L., a ainsi reçu 35 000 francs pour avoir dénoncé un prisonnier évadé. Surtout, près de la moitié des femmes victimes d’attentats ont dénoncé des patriotes et des résistants. Ce sont parfois purement et simplement des indicatrices. Irène D. Z., servante dans un café, renseigne à la fois la police allemande et un inspecteur de Béthune. Laurette L. tient un café à Béthune et travaille elle aussi simultanément pour les polices allemande et française. Souvent, bien sûr, les différents chefs d’accusation se cumulent : L., débitante de boissons, peut-être prostituée, entretient des relations intimes avec les Allemands et c’est en outre une dénonciatrice. La veuve Angeline B. est à la fois une indicatrice de la Gestapo et la maîtresse du commandant allemand de Nœux-les-Mines. Les femmes apparaissent en revanche très rarement victimes d’un engagement proprement politique. On peut cependant citer L., épouse H., qui recrutait pour la garde wallonne dans laquelle son fils s’était d’ailleurs engagé.

12Le personnel d’encadrement des mines est assez sévèrement touché par l’épuration spontanée, ce qui s’explique bien sûr par son importance dans l’économie locale mais aussi par sa situation très particulière. Les Allemands exigent naturellement que la production soit aussi élevée que possible. Mais cette demande se heurte à la fois à des problèmes matériels croissants (en particulier l’usure des matériels) et à la résistance des mineurs (par exemple la grève de mai-juin 1941). Les relations sociales étaient en outre déjà très tendues dans les mines avant la seconde guerre mondiale. L’encadrement, qui se trouve dans la position très inconfortable d’interface entre les Allemands et les mineurs, est donc aussi quelquefois animé par une volonté de revanche. Cinq porions sont victimes de l’épuration spontanée. Julien D., chef-porion à la fosse 3 des mines de Liévin, grièvement blessé de deux balles dans la poitrine, est accusé de collaboration économique. Mais le porion peut aussi être considéré comme un délateur : Jules L., chef-porion à Méricourt, est abattu pour avoir dénoncé des mineurs lors de la grève de 1941. Bien sûr, les griefs peuvent s’additionner : Raymond M., chef-porion à Drocourt, est accusé de collaboration économique mais aussi d’avoir dénoncé des militants communistes. En matière d’épuration spontanée, la situation des ingénieurs est assez comparable à celle des porions : 4 ingénieurs sont tués et les exigences jugées excessives, la collaboration économique et les dénonciations se mélangent également dans leur cas. R.-P., ingénieur à la fosse 7 des mines de Noeux est exécuté par un groupe MOI qui lui reproche de se livrer à la collaboration économique ainsi que d’avoir dénoncé des communistes. À l’exception des mines où la situation est donc particulièrement complexe, l’épuration spontanée ne semble guère correspondre à une forme de lutte des classes. Il est toutefois possible de signaler l’élimination de V., directeur de la société des ciments « La Loisne », abattu à coups de revolver dans son bureau le 1er septembre 1944 : V. semble avoir été dur avec son personnel dont il exigeait un rendement maximal et son exécution correspond donc peut-être à une vengeance du personnel. Il faut cependant préciser que V. se livrait à la collaboration économique et qu’il était en outre marié à une Allemande.

13Les cafetiers représentent une autre catégorie professionnelle affectée par l’épuration spontanée : ils représentent environ 7,5 % de l’ensemble des victimes. Une partie des débitants de boisson travaillent pour les polices française et allemande et beaucoup d’entre eux se livrent à un marché noir très actif. Celui-ci joue un rôle dans un certain nombre d’attentats mais ce n’est pas, le plus souvent, leur motif principal : généralement, le cafetier abattu est considéré comme un dénonciateur. Les questions politiques peuvent aussi intervenir, le café constituant traditionnellement un lieu d’activité politique : H. est ainsi le délégué de la LVF à Auchel et le chef de la section RNP de cette même ville. D’autres questions peuvent avoir joué un rôle : on trouve parmi les débitants de boissons une forte proportion de femmes qui sont parfois soupçonnées de relations intimes avec l’occupant. Bien sûr, une fois de plus, les griefs peuvent s’additionner. Yvonne C. tient un café mal famé à Liévin. Ses deux frères se sont engagés dans la LVF. C’est une indicatrice de police. Elle a en outre été condamnée pour avortement et trafic de carte de rationnement.

14Certains assassinats survenus dans le contexte, inévitablement troublé, de la Libération, ne sont de toute évidence pas seulement liés à des nécessités militaires ou politiques et relèvent plus ou moins du droit commun. Certes, il arrive fréquemment que les groupes de Résistance s’emparent de sommes d’argent qui leur sont fort utiles mais certaines affaires sont au moins ambiguës. Dans un cas au moins, le doute n’est pas permis : le 30 août 1944, Auguste Hourdé est la victime d’une vengeance personnelle d’Arthur L., cultivateur au Mont Bernanchon, qui agit sous couvert de représailles contre les anciens collaborateurs. Arthur L. tente aussi, mais sans succès, de s’en prendre à un agriculteur de sa commune. En 1950, pour le meurtre d’Auguste Hourdé et pour dénonciation d’un résistant, il est condamné à 20 ans de travaux forcés.

15Seule une poignée des victimes de l’épuration spontanée sont éliminées en fonction de leur seul engagement politique, même si celle-ci peut bien sûr se combiner avec des dénonciations ou la participation au marché noir. Il ne faut pas oublier que les militants actifs de l’Ordre nouveau ne sont qu’une poignée dans le Pas-de-Calais : 300 à 400 peut-être dans tout le département, soit un effectif dérisoire. Si l’on prend en compte exclusivement l’action politique, il est possible de citer Étienne F., délégué cantonal de la LVF et membre du comité d’action antibolchevique, assassiné le 25 juillet 1944. Henri G., de Boulogne-sur-Mer, est un personnage plus important : rédacteur en chef du journal Le Télégramme, où il fait œuvre de propagandiste en faveur de la collaboration, il est aussi président des amis du maréchal. Il est abattu à son domicile par un groupe FTP le 25 septembre 1943. L’ordre serait venu du comité central du parti communiste. Celui-ci élimine par ailleurs des militants qui l’ont abandonné en 1939 (200 anciens communistes auraient ainsi été abattus) : François B., délégué mineur de la fosse n° 5 de Liévin, président de la caisse de secours des mines de Liévin, a quitté le parti communiste après la signature du pacte germano-soviétique. Favorable au régime de Vichy, il est tué par 6 FTP communistes le 8 juin 1944. Cette exécution provoque d’ailleurs des protestations de la part du CDL.

16Les notables politiques sont également peu nombreux parmi les victimes de l’épuration spontanée. Sans doute faut-il surtout retenir le cas de Paul Coche, maire SFIO d’Achicourt et conseiller général. Paul Coche, très anticommuniste, fait échouer le 27 août 1942 l’attaque de la mairie d’Achicourt par les FTP qui cherchent à s’emparer de tickets de rationnement et il donne des renseignements qui contribuent à l’arrestation de Maurice Camphin. Blessé en 1943, il est victime en avril 1944 d’un second attentat

Les débuts de l’épuration légale

  • 2 Préfecture du Pas-de-Calais, rapport mensuel d’information, mois de mai 1945, AD Pas-de-Calais, 1W1 (...)
  • 3 Préfecture du Pas-de-Calais, rapport mensuel d’information, mois de janvier 1945, AD Pas-de-Calais, (...)
  • 4 Préfecture du Pas-de-Calais, rapport mensuel d’information, mois d’août 1945, AD Pas-de-Calais, 1W1 (...)
  • 5 Préfecture du Pas-de-Calais, rapport mensuel d’information, mois de mai 1945, AD Pas-de-Calais, 1W1 (...)

17De janvier 1945 à janvier 1946, l’épuration est assez peu évoquée par le préfet du Pas-de-Calais dans la présentation générale de la situation qui ouvre les rapports adressés chaque mois au ministre de l’Intérieur. En mai 1945, le premier fonctionnaire du département mentionne toutefois que des grèves ont éclaté dans le bassin minier. Or ces mouvements sociaux apparaissent liés à des questions salariales mais aussi à l’épuration. « Les mineurs en particulier considèrent celle-ci comme insuffisante et voudraient la voir reprendre sous une forme plus rigoureuse. Depuis le retour des déportés d’Allemagne, qui a produit sur le public une impression profonde, cette tendance est générale et beaucoup souhaitent une reprise de l’épuration, sous une forme infiniment plus sévère ».2 L’épuration peut également être abordée par le préfet (mais, là aussi, assez rarement) dans le cadre de la présentation de la vie politique. En août 1945, le préfet signale ainsi que de nombreux maires de communes rurales souhaitent le départ de leur instituteur, soit parce qu’il a mené contre eux une campagne électorale malheureuse, soit « parce que leur rôle de secrétaire de Mairie, sous l’Occupation, les a obligés à mécontenter un trop grand nombre d’habitants ». Évoquant la situation générale de l’administration, le préfet note incidemment en janvier 1945 que la police manque d’effectifs : « cette situation tient surtout aux diverses mesures de déplacement, suspension ou autres dont certains membres des forces de police ont fait l’objet après la Libération ».3 Les rapports mensuels comportent bien sûr une rubrique spécifiquement consacrée à l’épuration. Si elle est loin d’être vide, elle ne paraît pas vraiment constituer une priorité. La formule utilisée au mois d’août peut s’appliquer à de nombreux autres mois : « L’activité des services d’épuration se poursuit de façon normale ».4 Pareille formule n’est d’ailleurs pas nécessairement facile à interpréter. La seule exception à cette atonie (au moins apparente) est le mois de mai 1945 dont nous avons déjà vu qu’il semble exceptionnel : le préfet indique alors que l’opinion se montre très défavorable aux travailleurs volontaires revenus d’Allemagne dont elle demande la punition exemplaire. « Il y a lieu de signaler que, tenant compte de l’état d’esprit du bassin minier, la Cour de justice de Béthune a tendance à procéder systématiquement à l’arrestation de tous les travailleurs volontaires retour d’Allemagne. La cour d’Arras, située dans une région moins sensible, adopte à ce sujet une attitude plus nuancée et ne fait procéder à l’arrestation que dans les cas signalés comme particulièrement graves ».5

  • 6 Rapport du sous-préfet de Saint-Omer, mois de janvier 1945, AD Pas-de-Calais, 11W5707.
  • 7 Rapport du sous-préfet de Montreuil-sur-Mer, mois de janvier 1945, AD Pas-de-Calais, 1W5707.
  • 8 Rapport du sous-préfet de Béthune, mois de janvier 1945, AD Pas-de-Calais, 1W 5707.

18Les rapports des sous-préfets permettent de compléter les informations données par le préfet : ceux du mois de janvier 1945 soulignent d’abord que l’ordre règne à peu près dans le département, même s’il subsiste quelques éléments douteux, « souvent étrangers ». Pour l’administration, l’opinion éprouve un certain malaise à l’égard des décisions de justice. Le sous-préfet de Saint-Omer indique ainsi que le classement de certains dossiers a été mal accueilli et il précise partager le sentiment des « éléments sains de la population ».6 Les classements sans suite troublent aussi les résistants de l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer, qui dénoncent volontiers un déni de justice. Le sous-préfet est cependant beaucoup plus nuancé et insiste sur les problèmes juridiques : nombre de dossiers ne sont en fait pas étayés par un nombre suffisant de témoignages précis qui n’apparaissent pas trop entachés de passion. Dans de telles conditions, il est souvent très facile, pour des avocats expérimentés, de démonter des dossiers fragiles.7 Quant au sous-préfet de Béthune, il rappelle l’ampleur de la tâche qu’il faut accomplir : la cour de justice de son arrondissement, « à la sévérité de laquelle, par ailleurs, on rend hommage…est saisie de 1 200 dossiers [et] ne peut les examiner tous en quelques semaines et rendre sa justice dans les courts délais que souhaite l’opinion ».8

Un premier bilan

  • 9 Le préfet du Pas-de-Calais aux sous-préfets, objet : enquête sur l’épuration et les réactions de l’ (...)

19Au début de l’année 1946, le ministère de l’Intérieur décide d’entreprendre une enquête consacrée à l’épuration et aux réactions qu’elle suscite dans l’opinion publique. En conséquence, le préfet du Pas-de-Calais (Marcel Lanquetin) demande aux sous-préfets de lui adresser un rapport à ce sujet.9 Les sous-préfets doivent donc remplir 7 rubriques :

  • L’activité des cours de justice et des chambres civiques.

  • La fermeté avec laquelle ont été poursuivis les collaborateurs.

  • Les personnalités marquantes de la vie départementale qui ont été sanctionnées.

  • Les réactions de l’opinion publique.

  • Celle-ci estime-t-elle l’épuration trop rigoureuse ou trop faible ?

  • L’opinion estime-t-elle que l’épuration, en particulier l’épuration administrative, doit être poursuivie avec plus de rigueur dans l’avenir ?

  • L’opinion souhaite-t-elle au contraire la fin de l’épuration ?

20Les réponses envoyées par les sous-préfets de Béthune, Boulogne-sur-Mer, Montreuil-sur-Mer et Saint-Omer sont conservées aux archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 1W8237/1. Le préfet adresse le 13 mars une synthèse de ces différents rapports au ministre de l’Intérieur. Quel crédit convient-il d’accorder à ces différents documents ? C’est évidemment une question difficile… que se posent déjà les sous-préfets eux-mêmes : ceux-ci s’interrogent sur la possibilité de définir l’opinion publique. Les Renseignements généraux sont-ils par ailleurs toujours parfaitement fiables ? Le sous-préfet de Béthune cite un exemple de déformation volontaire des événements : l’ancien maire de Gonnehem, D. est resté interné près d’un an. Il était accusé d’avoir favorisé la fuite des Allemands lors de la Libération mais cette affaire semble surtout liée aux passions locales. D. peut donc rentrer chez lui. Un inspecteur des Renseignements généraux de Béthune, membre par ailleurs du Comité Local de Libération de Gonnehem, envoie alors au sous-préfet des rapports affirmant que l’affaire D. constitue un scandale de nature à troubler l’ordre public à Gonnehem, ce qui est en fait manifestement inexact. « C’est ainsi, écrit le sous-préfet, que des inspecteurs des Renseignements Généraux renseignent le Gouvernement et les autorités ».

21Aux yeux des sous-préfets et du préfet, il importe d’abord de prendre en compte la complexité du processus d’épuration, qui s’est parfois révélé difficile à comprendre pour l’opinion. Pour le sous-préfet de Saint-Omer, « l’homme de la rue parle de l’épuration et de la répression d’une façon générale ; il ne comprend pas les distingo subtils de la législation. Pour lui, l’épuration forme un TOUT, et couvre tous les cas, depuis celui du fonctionnaire révocable, jusqu’à celui du commerçant enrichi et susceptible d’être traduit devant la Commission des Profits Illicites ».

22Un constat est assez largement partagé par les différents sous-préfets : en ce début d’année 1946, une grande partie de l’opinion considère déjà que l’épuration est un échec. Pour le sous-préfet de Béthune, « personne n’est satisfait de l’épuration telle qu’elle est conduite ». La vague d’arrestations qui a suivi la Libération semble avoir constitué un premier motif de mécontentement pour une partie de l’opinion. Le sous-préfet de Béthune rappelle l’ampleur du mouvement : dès le 10 septembre 1944, 2 000 personnes avaient été arrêtées par les FFI et les CLL et beaucoup de ces arrestations étaient clairement arbitraires.

23Pour le préfet, il est évident que l’épuration a été sévère. Les chiffres de la répression, qu’il reproduit en annexe de son rapport, semblent d’ailleurs lui donner raison. Pourtant, l’opinion lui paraît assez généralement méconnaître ou même nier cette sévérité. Ce qui est en cause, estime le premier fonctionnaire du département, c’est « la collaboration moins nette basée sur des attitudes générales, des délits d’opinion et surtout sur le vichysme. Cette catégorie est d’ailleurs celle qui a donné lieu journellement aux petites vengeances particulières, aux rivalités locales ou professionnelles ». C’est le sous-préfet de Saint-Omer qui développe le plus longuement cet aspect de la question. Dans le cas des formes les plus graves de la collaboration, celles qui correspondent à des actes précis : collaboration qualifiée avec l’ennemi, dénonciation de patriotes, appartenance à la Milice, l’identification des coupables a été facile et ceux-ci ont pu être livrés à la justice. L’opinion audomaroise paraît donc relativement satisfaite par cet aspect de l’épuration : « on peut dire que le public juge que l’épuration a été à peu près faite et que ceux qui ont le plus ostensiblement trahi la cause française ont été mis hors d’état de nuire ». Mais, estime le sous-préfet, il faut prendre en compte une autre dimension, plus politique, voire de nature psychologique. « Après une longue attente qui avait comprimé bien des sentiments, après les mots d’ordre de Londres et d’Alger, lourds de menaces pour tous les collaborateurs, après les excitants moments de la Libération, le Français s’était fait une image de la répression à l’échelle de ses souffrances ou de ses espoirs ».

24Dans tous les cas, le problème de la justice apparaît complexe. Le préfet n’est en fait pas loin de penser que la justice politique (et l’épuration relève nécessairement au moins en partie de ce type de justice) est plus ou moins un oxymore : « la justice à caractère politique est délicate et comprend une part d’arbitraire ». La question du choix des jurés semble susciter des avis contradictoires. Le sous-préfet de Béthune évoque l’indépendance dont a fait preuve la justice et revenant sur la sévérité dont ont fait preuve beaucoup de jurés, il l’explique « par le fait qu’ils étaient tous issus de la résistance, souvent de la clandestinité, parfois rescapés des camps de concentration d’Allemagne ». Dans l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, l’opinion semble cependant frappée par le caractère sommaire de nombreux jugements qu’elle estime volontiers entachés d’irrégularités : le fait que les jurés aient été tirés au sort sur des listes uniquement composées de membres de la Résistance n’expliquerait-il pas leur sévérité – jugée partisane – à l’encontre d’adversaires politiques ?

  • 10 Renseignement généraux de Lens, le 11(?) mars 1946, rapport n° 1042, objet : réactions de l’opinion (...)

25L’inégalité des condamnations frappe particulièrement l’opinion. Pour le préfet, il convient en fait de l’apprécier en tenant compte à la fois de l’imprécision des textes et de la complexité des faits poursuivis. Devant cette inégalité (au moins supposée) des jugements apparaît un thème voué à une longue postérité : ce sont les collaborateurs de médiocre importance qui auraient fait les frais de l’épuration. Pour les Renseignements généraux de Lens, « on peut dire que l’opinion générale des habitants du secteur est que bon nombre de collaborateurs notoires ont su, à l’aide de relations et d’intrigues, échapper au châtiment qu’ils méritaient. Par contre, on estime que les "petits collaborateurs", qualifiés de « lampistes » ont été souvent sévèrement punis et qu’ils ont servi à sauver la face des choses… ».10 Dans tous les arrondissements, certains jugements suscitent des réactions de l’opinion : à Béthune, le milicien G. est condamné à 5 ans d’indignité nationale, peine jugée « absolument insuffisante ». Or G., « par malheur, se trouve être le frère du Président du Comité de Libération de Béthune ». À l’inverse, également à Béthune, la condamnation d’un journaliste à 5 ans de travaux forcés paraît nettement trop sévère, « au point que toutes les associations d’anciens combattants ont adressé une protestation au Garde des Sceaux ».

26Les critiques de la population du Pas-de-Calais ne se concentrent pas uniquement sur l’action des cours de justice et des chambres civiques. Les instances qui se chargent de l’épuration locale sont apparemment loin de susciter un respect unanime. À Boulogne-sur-Mer, le Comité d’épuration fait l’objet d’attaques particulièrement sévères : la gendarmerie doit ouvrir une enquête qui aboutit à l’arrestation du commissaire à l’épuration et de son secrétaire pour corruption de fonctionnaires, délit qui leur vaut un an de prison. « Cet événement a soulevé des commentaires acerbes et n’a pas manqué de discréditer quelque peu le comité local de libération ».

27L’importance des vengeances, des jalousies, des rancœurs personnelles constitue, pour tous les sous-préfets, un des facteurs qui ont compliqué l’épuration et qui contribuent à l’impression d’échec éprouvée par de larges pans de l’opinion. Pour celui de Béthune, trop d’affaires, nées de « dénonciations souvent misérables », encombrent la justice. Il lui paraît indispensable de donner aux juges d’instruction des directives afin de liquider des affaires nées de vengeances et de délations abusives.

28À la lecture des différents rapports, l’épuration spécifiquement politique n’est pas celle qui suscite les passions les plus vives à la fin de l’hiver 1946 : il est vrai qu’à cette date, elle est déjà largement accomplie. C’est de toute évidence l’épuration économique qui satisfait le moins les habitants du Pas-de-Calais. Selon le préfet, « l’opinion générale est que la répression dans ce domaine est plus indulgente que sur le plan politique ». Le sous-préfet de Saint-Omer développe longuement cette question, en soulignant sa complexité. « Il suffit qu’un individu se soit enrichi de quelques façons pendant l’Occupation, pour que l’on parle de collaboration économique et que l’on demande le châtiment de l’intéressé ». Beaucoup de ceux qui ont ainsi prospéré pendant l’Occupation sont internés pendant quelques semaines ou quelques mois après la Libération mais, la plupart du temps, aucun acte précis de collaboration économique avec l’ennemi ne peut leur être reproché : les cours de justice ne sont donc pas compétentes, même si les chambres civiques peuvent prononcer des peines d’indignité nationale. Celles-ci n’empêchent cependant pas les nouveaux riches de réapparaître avec leur fortune, ce qui choque d’autant plus l’opinion qu’ils ne font apparemment pas toujours preuve d’une grande discrétion. Dans ces conditions, la population souhaite davantage de confiscations et une augmentation des amendes : le sous-préfet de Béthune évoque ainsi « le désir ardent de voir procéder à la confiscation de biens devant revenir à la Nation pour tous les industriels, commerçants, trafiquants et autres fortunes qui, traduits ou non en Cours de Justice, ont fait preuve d’esprit de collaboration et qui ont profité de la situation pour développer leur fortune ». Une partie de l’opinion est d’autant plus mécontente de l’impunité supposée des collaborateurs économiques (ou de ceux qu’elle considère comme tels) qu’elle la juge en partie responsable de la situation économique de la France. Pour le préfet, le « public fait des rapprochements entre la situation confortable des collaborateurs économiques et les difficultés financières du Pays et ne comprend pas, dans ces conditions… que la répression ne soit pas poursuivie plus rigoureusement et surtout le recouvrement des sommes à payer ». Le préfet et les sous-préfets sont persuadés qu’un effort d’information est absolument indispensable : pour le premier fonctionnaire du département, l’opinion n’est en effet « pas informée d’une manière complète de la répression dans ce domaine ; les citations, les notifications, les sanctions (amendes et confiscations) ne sont pas publiées d’une manière suffisante ». Parmi les annexes jointes au rapport préfectoral figure un récapitulatif de l’épuration financière qui tend à montrer que celle-ci a été une réalité : 1 920 personnes sont concernées. Un peu moins de la moitié des affaires sont déjà réglées (699 contre 774 qui sont encore en cours). Le total des sommes à recouvrer est donc proche de 2 200 000.000 de francs. Ce chiffre confirme a priori la thèse des sous-préfets et du préfet : l’épuration économique a bien eu lieu dans le Pas-de-Calais. Il convient cependant de préciser, et ce point, s’il avait été connu, aurait sans doute renforcé le scepticisme d’une partie de l’opinion, que le recouvrement des sommes confisquées n’est pas nécessairement chose facile et encore moins rapide : en mars 1946, à peine plus de 102 millions de francs ont été effectivement perçus.

29Dans chaque arrondissement, quelques affaires qui viennent d’être jugées ou qui sont encore en cours apparaissent emblématiques et retiennent plus spécialement l’attention. Dans l’arrondissement de Saint-Omer, c’est d’abord le cas de Joseph Tillie, ancien conseiller général et député, maire de Saint-Omer pendant le conflit, président du conseil départemental du Pas-de-Calais et proche de Philippe Pétain : « L’opinion a quelque peu parlé de ce cas. Cependant, aucune sanction n’a été prise contre l’intéressé. Il faut dire que dans son ensemble l’opinion estime que c’est un brave homme qui n’a été égaré que par des ambitions familiales et des amitiés avec la famille Pétain ». Dans le même arrondissement, l’affaire Caron suscite également l’intérêt. Après la Libération, Caron apparaît comme un militant syndical actif et un membre important du parti communiste. Caron est cependant condamné à 10 ans de dégradation nationale. Cette affaire provoque une vive réaction du Comité de Libération de Saint-Omer (dont le sous-préfet ne se prive pas de préciser qu’il a pourtant protesté contre l’étouffement d’autres affaires) et avoir suscité quelque rancœur chez les communistes ! Mais le dossier le plus important est certainement celui de Pierre Guillain. Ce fabricant de lingerie est désigné lors de la Libération par le sous-préfet pour assurer l’administration de la ville de Saint-Omer. Le conseil municipal réorganisé lui confie par la suite à l’unanimité les fonctions de maire. S’il ne se présente pas aux élections municipales de 1945, il est élu conseiller général la même année lors des cantonales de septembre. Pierre Guillain est cependant accusé de s’être livré à un important marché noir pendant l’Occupation et il lui est également reproché d’avoir eu des relations suivies avec des officiers allemands. Les organisations de Résistance sont hostiles à Pierre Guillain mais celui-ci exerce une influence considérable dans certains milieux (par exemple les associations de sinistrés). Ces accusations n’empêcheront pas Pierre Guillain de poursuivre sa carrière politique.

30Le préfet signale que les grâces et les réductions de peine sont souvent difficilement acceptées par l’opinion, en particulier dans l’arrondissement de Béthune : C’est en particulier le cas d’un policier et d’un gendarme condamnés à mort et dont la peine est commué en travaux forcés à perpétuité. D’autres affaires suscitent également la colère : Le docteur Didier Brun, qui était devenu en 1942 président départemental du RNP, condamné à mort, est gracié puis libéré peu après, ce qui conduit les partis de gauche et les mouvements de Résistance à manifester à Lens.

31L’impression que certains collaborateurs restent impunis peut provoquer des réactions plus ou moins violentes : à Saint-Omer, dans la nuit du 5 au 6 mars 1945, des croix gammées sont tracées au goudron sur les murs des domiciles de Pierre Guillain, de Joseph Tillie et de B., un important garagiste dont les locaux ont été occupés par les Allemands. Des incidents plus graves se produisent par la suite : dans la nuit du 5 au 6 octobre, des grenades sont lancées sous la porte cochère d’une laiterie. Enfin, dans la nuit du 14 au 15 février 1946, trois bombes explosent devant des vitrines de magasins, provoquant quelques dégâts. Pour le sous-préfet, des « faits de collaboration sont reprochés aux intéressés mais c’est essentiellement le caractère économique de leur activité qui suscite à nouveau l’indignation publique ».

32Dans leur analyse de l’évolution de l’opinion, les sous-préfets et le préfet insistent sur l’importance du facteur temps. Le sous-préfet de Saint-Omer le résume ainsi : « le "temps" est à tous les points de vue le plus grand "saboteur" de l’épuration ». La population s’est naturellement surtout passionnée pour les problèmes liés à l’épuration dans les mois qui ont suivi la Libération. Par la suite, un peu partout, les considérations politiques et les problèmes de la vie quotidienne ont fait passer la question de l’épuration au second plan (sauf peut-être pour les communistes). L’opinion, dans ces conditions, souhaite-t-elle la fin de l’épuration ? La population, sur ce point, n’apparaît pas unanime et ses réponses peuvent être assez nuancées. Les sous-préfets et le préfet n’hésitent pas à donner leur avis personnel. Dans l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer, « il semble… que la fin de l’épuration serait généralement bien accueillie à condition toutefois, de laisser la possibilité de sanctionner efficacement les affaires importantes qui pourraient être révélées à l’avenir ». Pour le sous-préfet de Béthune, la population de son arrondissement est partagée : Pour les partis de gauche comme pour la CGT ou le Front national, l’épuration reste à l’ordre du jour et les mineurs restent très attentifs à cette question. La situation est cependant clairement différente dans les campagnes où « on est surtout las des dénonciations qui se sont produites sous le couvert de l’épuration... ». Le sous-préfet est cependant certain que l’opinion, prise dans son ensemble, refuse toute « prescription pour les crimes des traîtres, des délateurs et de ceux qui ont servi l’ennemi sur le territoire national en temps de guerre ». Cette situation présente toutefois selon lui, un certain nombre d’inconvénients : s’il faut poursuivre l’épuration sans faiblesse, il importe aussi de l’achever rapidement. En effet, la « psychose de l’épuration dans laquelle vit le Pays depuis plus de 18 mois est incompatible avec les nécessités de son relèvement qui ne peut se produire que dans une paix sociale et une harmonie retrouvées. Tant que des affaires ne sont pas terminées, il y aura trop de français (sic) qui se regarderont en ennemis ».

Conclusion

33L’épuration extra-légale s’amorce dans le Pas-de-Calais dès la fin de l’année 1941 mais sa montée en puissance est très progressive. Elle culmine du 22 juin au 7 septembre 1944 et le rétablissement de l’ordre est ensuite assez rapide. Cette épuration spontanée est par nature violente mais cette violence doit être relativisée : elle est circonscrite dans l’espace, quelques communes du bassin minier concentrant l’essentiel des attentats. Le nombre de ses victimes reste relativement restreint par rapport à l’ensemble des pertes occasionnées par la guerre. Une grande partie de ceux qui sont alors éliminés appartiennent à des catégories bien précises : étrangers, forces de l’ordre, personnels d’encadrement des mines, cafetiers et dénonciatrices. Après la Libération, l’épuration, prise en charge par l’administration, paraît très vite s’installer dans une sorte de routine. Cette situation peut créer un malaise qui n’est naturellement pas propre au seul Pas-de-Calais. C’est dans ce contexte que s’inscrit le questionnaire envoyé par le ministère de l’Intérieur. Les réponses du préfet et des sous-préfets soulignent la complexité de l’épuration légale qui est inévitable mais qui n’est pas comprise par l’opinion. Se développe donc très rapidement un sentiment d’échec. Le préfet et les sous-préfets sont dans une large mesure convaincus qu’il s’agit d’une perception erronée : l’épuration est en réalité sévère. L’épuration économique est celle qui suscite les plus vives déceptions : l’administration estime pourtant que l’œuvre accomplie dans ce domaine est importante mais les procédures sont nécessairement longues et l’opinion n’est guère informée de leurs résultats. À la fin de l’hiver 1946, le préfet et les sous-préfets estiment que la poursuite de l’épuration divise l’opinion. Si leur position personnelle est nuancée, l’achèvement du processus leur paraît souhaitable dans un souci de réconciliation nationale.

Notes

1 Sur le rôle des interprètes, on peut consulter Claude Malon, Occupation, épuration, reconstruction, le monde de l’entreprise au Havre (1940-1950), Mont-Saint-Aignan, PURH, 2013, pages 261 à 264.

2 Préfecture du Pas-de-Calais, rapport mensuel d’information, mois de mai 1945, AD Pas-de-Calais, 1W12860.

3 Préfecture du Pas-de-Calais, rapport mensuel d’information, mois de janvier 1945, AD Pas-de-Calais, 1W12860.

4 Préfecture du Pas-de-Calais, rapport mensuel d’information, mois d’août 1945, AD Pas-de-Calais, 1W12860.

5 Préfecture du Pas-de-Calais, rapport mensuel d’information, mois de mai 1945, AD Pas-de-Calais, 1W12860.

6 Rapport du sous-préfet de Saint-Omer, mois de janvier 1945, AD Pas-de-Calais, 11W5707.

7 Rapport du sous-préfet de Montreuil-sur-Mer, mois de janvier 1945, AD Pas-de-Calais, 1W5707.

8 Rapport du sous-préfet de Béthune, mois de janvier 1945, AD Pas-de-Calais, 1W 5707.

9 Le préfet du Pas-de-Calais aux sous-préfets, objet : enquête sur l’épuration et les réactions de l’opinion publique à cet égard, 2 février 1946, AD Pas-de-Calais, 1W8237/1.

10 Renseignement généraux de Lens, le 11(?) mars 1946, rapport n° 1042, objet : réactions de l’opinion publique au sujet de l’épuration, AD Pas-de-Calais, 1W8237/1.

Auteur

IRHiS – UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540