Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

Épuration : quelles problématiques ?

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Bien adapté à l’année commémorative de la Libération, l’épuration demeure difficile à appréhender et à évaluer car les polémiques pèsent toujours sur les analyses et les interprétations. Qu’il s’agisse de la pertinence, de l’ampleur du processus, de sa sévérité, de son équité, ou, au contraire, de son insuffisance, les débats ont été intenses même si, aujourd’hui, la disparition progressive des acteurs permet une étude plus apaisée et plus sereine tandis que l’éloignement des faits contribue à renouveler en profondeur, son histoire.

2À la suite de Peter Novick, de Pierre Laborie, de Marc Baruch ou encore de François Rouquet, les chercheurs différencient, traditionnellement, une « épuration spontanée » ou « extra-judiciaire » que d’aucuns désignent comme « épuration sauvage » d’une « épuration légale » ou judiciarisée pour établir une chronologie et distinguer des pratiques. Car, derrière l’épuration, les intentions sont diverses et les enjeux importants. La Libération, joyeuse et douloureuse, suscite parfois un désir de « vengeance » tout en posant la question grave de la justice et de la restauration de l’État de droit. L’épuration devient, dès lors, un moment fort de la sortie de guerre.

3Les premières violences de « l’épuration de voisinage » commencent dans les mois qui précèdent la libération des territoires occupés. Des personnalités en vue, hommes politiques, syndicalistes, journalistes, policiers, profiteurs de marché noir les cibles d’attentat qui illustrent à la fois l’intention d’éliminer ou de châtier des individus jugés dangereux et la volonté de démontrer les capacités de la Résistance. Cette « épuration non légale » peut être également identifiée comme « épuration de voisinage » car les victimes sont connues et les exécuteurs de la sentence ne sont pas éloignés. Le départ de l’occupant accentue le phénomène sans le transformer puisque les arrestations ou les mises en cause concernent toujours des « collaborateurs » dont l’activité est connue. Ainsi, les tontes de femmes obéissent rarement à une colère spontanée. Elles sont organisées comme un châtiment légitime et se pratiquent sur des femmes dont la rumeur publique prétend qu’elles ont participé à la collaboration avec l’occupant. Si aucune décision de justice ne légalise cette procédure, elle n’est pas toujours perçue comme une « violence faite aux femmes » ; certains de leurs auteurs, et non des moindres – Jules Houcke dans La Voix du Nord, la presse communiste – n’hésitent pas à s’en féliciter. La violence ne s’adresse pas aux femmes : bien des témoignages évoquent les actions de jeunes hommes masqués, armés, qui menacent la population pour de l’argent, des denrées alimentaires, ou simplement faire peur. La faiblesse de l’armature étatique quand les structures se sont effondrées avec la retraite des armées allemandes, ne permet pas toujours de contenir ces pratiques acceptées ou désirées par les résistants. En mettant en œuvre l’« épuration légale », le Gouvernement provisoire en France et en Belgique, entend encadrer et contrôler ces pratiques.

4La Résistance n’innove pas en s’engageant dans un tel processus. En France, depuis la Révolution, les mises à l’écart de personnels de l’État ont accompagné tous les changements de régime. Restauration, Monarchie de Juillet, Second Empire, n’ont pas ménagé leurs efforts pour « purifier » les corps administratifs des agents compromis avec le régime précédent. La IIIe République n’a pas hésité à « purger » la magistrature dans les années 1880. Vichy ne s’est pas distingué par sa tolérance puisque francs-maçons et juifs ont été éliminés tandis que des fonctionnaires « dénaturalisés » étaient également licenciés. Après 1918, le Royaume de Belgique a engagé la « punition des inciviques ». La Résistance reprend la méthode en l’élargissant : le châtiment concernera les collaborateurs quel que soit leur champ d’intervention. Pourtant, si l’intention de « purifier » s’exprime dans la presse clandestine qui d’ailleurs, progressivement, nomme les individus compromis, le concept d’épuration apparaît assez tardivement dans le discours résistant qui, avant l’automne 1943, préfère souvent évoquer le « châtiment » ou encore, comme La Voix du Nord, « la répression ». En revanche, pendant les opérations militaires de la Libération, le terme d’épuration est d’utilisation courante sans faire disparaître l’usage des termes comme châtiment ou répression.

Qu’en attendent les Résistants ?

5Pendant les années noires de l’Occupation, les Résistants imaginent un certain nombre de projets répressifs qu’ils développent, publiquement, à l’automne 1944. La nouvelle presse, à l’instar de Nord Libre ou de Nord Matin, pour la zone interdite, consacre de nombreux éditoriaux à l’épuration dont ils évaluent la mise en œuvre. Une exigence morale préside à cette intention réaffirmée : les collaborateurs et les hommes de Vichy ont trahi la République et surtout la nation toute entière. Ils doivent donc être sanctionnés car le non-respect de la parole donnée, l’adhésion à des choix compromettants et la soumission à l’occupant allemand, déshonorent la France et, par le même mouvement, les rendent indignent. Montoire, l’acceptation du leurre de la Relève, le STO, sont autant d’illustrations du déshonneur puisque elles peuvent s’identifier avec le crime d’« intelligence avec l’ennemi ». Cette exigence éthique concerne également chaque résistant : fusillé, déporté, interné, ces victimes de leur engagement civique sont individuellement en droit de réclamer justice.

6Au-delà du châtiment, les Résistants souhaitent engager une vaste purification, en tous cas, un « assainissement vigoureux ». Il faut éliminer les risques de rechute en sanctionnant les hommes qui ont failli et surtout reconstruire le pays autour de nouveaux projets mieux à même de répondre aux vœux de la population. À la Libération, bien des résistants évaluent toujours avec sévérité les faiblesses et les erreurs de la IIIe République. Épurer implique donc de recruter de nouvelles élites qui ont révélé et confirmé leurs qualités dans la Résistance pour redonner aux citoyens force et persévérance dans l’effort de rénovation au pays tout entier. Épurer signifie également une profonde transformation des structures politiques, économiques et sociales qui, pour certains résistants – pas seulement les communistes – pourrait prendre une allure « révolutionnaire ». Car les Résistants offrent un projet bien plus ambitieux que ceux qui ont été mis en œuvre précédemment car, selon La Voix du Nord clandestine, l’épuration qu’il aurait fallu conduire en 1919-1920, a manqué de force.

7Enfin, dans ces premiers mois de la Libération, la guerre inachevée laisse placer des inquiétudes. Les nouveaux pouvoirs demeurent fragiles et comme l’Allemagne n’a pas capitulé, ses suppôts intérieurs peuvent être tentés par des actions de désespoir. Épurer sans délai permet de protéger la Résistance victorieuse car la crainte de ripostes militaires persiste jusqu’à la fin de l’année 1944. Ainsi, la presse du Front national, Le Nord Libre, n’hésite-t-elle pas à agiter la menace d’un complot ourdi par une nouvelle « 5e colonne ».

8La nécessité d’une épuration judiciaire s’est définie au cours des mois qui précèdent la Libération. Elle implique le recours à l’enquête et au procès, c’est-à-dire des délais, car l’épuration répond à des enjeux multiples. Elle ne peut négliger une fonction pédagogique : les Résistants souhaitent non seulement punir crimes et délits mais aussi montrer, publiquement et de manière contradictoire, les fautes commises par Vichy et la collaboration. Ils veulent informer, de la sorte, la population manipulée par la propagande et, sans doute, légitimer leur activité vilipendée et sanctionnée par les autorités en place sous l’Occupation. Par ailleurs, la restauration de l’État de droit suppose la mise en œuvre de procédures légales dont une démocratie ne peut se dispenser. Réussir l’épuration signifie donc que la France nouvelle s’engage dans une bonne direction.

9Dès lors, si les Résistants approuvent la politique d’épuration, les enjeux moraux et politiques se mêlent étroitement. Même si la rénovation de l’État et de la société est en jeu, l’épuration n’implique-t-elle pas des limites ? La France nouvelle a besoin de cadres : la Résistance peut-elle offrir toutes les compétences nécessaires à la reconstruction ? La réponse à cette question n’est pas univoque car elle induit des effets en tant qu’enjeu de pouvoir. Déjà, pendant l’Occupation, La Voix du Nord clandestine estimait nécessaire de conduire la recherche des coupables et leur condamnation, dans la discipline et l’ordre. Les communistes développaient des perspectives plus radicales en ne refusant aucune méthode. Le Gouvernement provisoire en France affirme sa détermination, dès le printemps 1944, tout en ajustant progressivement les ordonnances destinées à sanctionner toutes les formes de trahison. Si l’ordonnance du 18 août 1943 s’applique en Algérie, les textes ultérieurs concernent la métropole. Trois ordonnances – 26 août, 30 septembre, 26 décembre – définissent les catégories de collaboration, précise sanctions et peines, notamment celle de « l’indignité nationale », et créent les chambres civiques. Quelques textes paraissent encore en 1945. Déjà, depuis le 18 octobre 1944, la confiscation des biens illicites – fruits de l’activité menée avec l’occupant, le marché noir – peut être prononcée ce qui donne à l’épuration une dimension complémentaire. Dans la région du Nord, sous l’intervention des organisations syndicales, le commissaire de la République, Francis-Louis Closon crée une Commission d’enquête et d’épuration interprofessionnelle chargée de préparer les procédures. De même, instaure-t-il, avec l’appui du Comité départemental de Libération du Nord, une commission chargée d’épurer les administrations publiques.

10De toutes ces institutions, les Résistants attendent une « justice rapide qui s’exerce rudement » selon les termes du nouveau quotidien lillois, Nord Matin, qui refuse par ailleurs tout esprit de vengeance. Mais les enquêtes et les procès, par les délais qu’ils imposent, soulèvent l’impatience de certains groupes notamment ceux du parti communiste et du Front national qui souhaitent aller plus vite et plus fort pour, disent-ils, éviter les mécontentements et les remous. « Il faut que la Justice se mette enfin en marche. Il faut veiller à ce que les Cours de justice ne nous donnent pas une justice de Cour, favorable aux puissants » écrit Le Nord Libre. Il n’en demeure pas moins que la durée nécessaire des procédures inquiète également tous ceux qui vivent dans les ruines, subissent les effets de la désorganisation du ravitaillement et parfois les tensions liées aux difficultés de reconstruire les pouvoirs publics. Ces débats illustrent la diversité des enjeux ; celui du pouvoir politique n’est pas le moindre.

11Dès lors, la chronologie joue un rôle essentiel dans la prise en compte, la mise en œuvre et l’appréciation de l’épuration car, au fil de la durée, des préoccupations nouvelles émergent et s’imposent. La reprise en main de l’autorité publique – installation de conseils municipaux, dissolution des FFI et intégration dans l’armée – est une étape importante pour limiter « l’épuration extra-judiciaire ». Puis, la capitulation de l’Allemagne annonce le retour des prisonniers, des déportés et la restauration de la paix. L’épuration qui se prolonge ne peut plus fédérer des sensibilités qui affichent de plus en plus souvent leurs divergences. Les excès comme les impressions d’insuffisances modifient la perception de la politique d’épuration qui ne s’arrête pas avec la fin des opérations militaires puisque les dossiers en cours exigent du temps.

12Car la politique d’épuration implique des acteurs dont les préoccupations ne sont pas nécessairement identiques dans la durée. Si les Résistants souhaitent réussir les opérations épuratoires, c’est l’État en reconstruction qui doit les encadrer et les conduire. Il est confronté aux variations de la population qui, dans sa majorité, souhaite que les libérations et la fin de la guerre incitent les pouvoirs publics à favoriser le « retour à la normale ».

13Les communications présentées lors de la nouvelle journée d’études de Bondues analysent objectifs et pratiques en Belgique et en France du Nord libérées en privilégiant « l’épuration judiciaire ». Certes, nulle synthèse ne peut être envisagée sauf, sans doute, dans un cadre départemental comme celui du Pas de Calais. En revanche, plusieurs auteurs mettent en valeur les méthodes utilisées dans le champ professionnel : la gendarmerie, le corps enseignant, les milieux ruraux, la presse, ou s’interrogent sur une épuration « de genre ». La longue procédure d’enquête et de jugement, indispensable pour ce qui concerne les profits illicites donne lieu également à une communication forte.

14Le volume contient un gros dossier sur le procès de l’abbé Gantois. Il établit une mise au point très rigoureuse sur « l’épuration intellectuelle et politique » menée dans le cadre du dernier procès de l’épuration dans le Nord. Étienne Dejonghe, qui présidait la séance du colloque, a accepté de construire ce dossier puisque Christian-Pierre Ghillebaert, qui a présenté une communication sur le sujet, n’a pas cru devoir remettre son texte.

Auteur

IRHiS – UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540