Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignage d’Yvonne Abbas

Yvonne Abbas

Texte intégral

1Je suis résistante, j’ai été arrêtée le 29 avril 1942 à La Madeleine. J’ai beaucoup écouté, je connais plus particulièrement M. Dejonghe par sa lecture et ses témoignages. Pour notre part, nous mettons en valeur tout ce qui s’est passé avec les mineurs pendant ces moments difficiles, notamment les grandes grèves, des grèves alimentaires et patriotes. Beaucoup de mineurs sont morts en déportation et on les oublie très souvent.

2On a entendu M. Lesage sur la résistance paysanne et notre jeune historien sur la résistance universitaire. On parle très souvent de la guerre 40-44 alors qu’en ce qui me concerne je considère que la guerre a commencé en 1939, et beaucoup de gens l’oublient ; on voit très souvent dans la presse de grands titres : 4 années de guerre… ce ne sont pas 4 années mais 5 années de guerre, qui ont commencé en 1939 jusqu’en mai 1945 avec la capitulation de l’Allemagne.

3On parle beaucoup des enseignants, des maquisards, mais on ne parle jamais des femmes du textile qui ont fait elles aussi, M. Dejonghe je vous le signale, de grandes grèves contre les productions. Elles ont été arrêtées, certaines internées. Il a fallu le Concours de la Résistance, il y a quelques années, pour faire connaître le rôle des femmes dans la Résistance. M. Condette a dit qu’il y avait un manque de votes en 1945. Il ne faut pas oublier que beaucoup de déportés étaient morts ou n’étaient pas encore rentrés, ainsi que les prisonniers de guerre, et que les femmes venaient seulement d’acquérir le droit de vote le 29 avril 1945.

4Je suis très reconnaissante au Concours de la Résistance sur les femmes, car on a enfin découvert le rôle de beaucoup d’entre elles, de quelque tendance qu’elles soient.

Annexes

Discussion

Étienne Dejonghe : René pourrait parler du rôle des femmes dans la Résistance qu’on a réduit trop souvent au rôle de boîtes à lettres alors que, en particulier dans les réseaux, elles avaient bien souvent les mêmes responsabilités que les hommes et que parfois elles étaient chefs de réseau.

René Lesage : Il est évident que dans les actions spécifiques des paysans, dans les réseaux d’évasion, pour l’hébergement, les femmes sont très présentes et elles savaient très bien ce que faisaient leurs maris et elles étaient résistantes au même titre, mais il est vrai aussi que les femmes ont peut-être moins subi la répression que les hommes, c’est à vérifier toutefois car il y a quand même eu des femmes qui ont été déportées.

Étienne Dejonghe : Dans le bassin minier, quand les Allemands ne trouvaient pas les clandestins, c’étaient les femmes qui trinquaient.

René Lesage : Nous sommes aussi victimes de nos sources dans la mesure où les femmes ont été sous-enregistrées au niveau des cartes de combattant de la Résistance.

La Résistance porte secours… comme ici à Pont d’Ardres, où une jeune maman qui vient d’accoucher est évacuée en traversant le canal sur une passerelle de fortune

La Résistance porte secours… comme ici à Pont d’Ardres, où une jeune maman qui vient d’accoucher est évacuée en traversant le canal sur une passerelle de fortune

(Photographie des Forces canadiennes)

Table des illustrations

Titre La Résistance porte secours… comme ici à Pont d’Ardres, où une jeune maman qui vient d’accoucher est évacuée en traversant le canal sur une passerelle de fortune
Crédits (Photographie des Forces canadiennes)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/507/img-1.png
Fichier image/png, 166k

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540