Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites et sociabilité au XIXe siècle

 | 
Hervé Leuwers
, 
Jean-Paul Barrière
, 
Bernard Lefebvre

"Sociabilité", tradition et identité professionnelle: l'exemple des avocats et des notaires

La sociabilité du barreau lyonnais du milieu du XIXe siècle à 1914

Catherine Pellissier

Texte intégral

  • 1 C. Pellissier, Les sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIXe siècle à 1914, Thèse de Docto (...)

1Cette communication s’insère dans le cadre de recherches menées depuis plusieurs années sur les élites lyonnaises du milieu du XIXe siècle à 19141. L’échantillon a été constitué au moyen de sondages réguliers effectués dans les annuaires lyonnais qui permettent de connaître la liste des membres de la Société d’Agriculture, de la Société de Charité maternelle comme du Bureau de bienfaisance. Ces instances de sociabilité sont peuplées par des notables issus de tous les horizons sociaux, confessionnels, politiques, professionnels et culturels. Dans ce fichier de 540 familles cohabitent ainsi des représentants de la noblesse, des membres de la bonne bourgeoisie, des notables dont l’entrée en bourgeoisie est récente, des élites « viagères » aussi bien médecins, architectes, soyeux qu’avocats…

2À base essentiellement d’archives privées, associatives ou familiales, ce travail au ras des pratiques individuelles et quotidiennes examine les multiples facettes de la vie privée et le système complet des pratiques sociales bourgeoises. En abordant l’univers professionnel du patriciat lyonnais, l’ambition n’était pas de faire l’histoire de la médecine ou du barreau lyonnais mais seulement de déterminer le lien existant entre profession et sociabilité bourgeoise. Partie intégrante de ce monde des élites, les avocats lyonnais partagent un mode de vie bourgeois et participent activement aux sociabilités patriciennes.

  • 2 J-P. Royer, R. Martinage, P. Lecocq, Juges et notables au XIXe siècle, Paris, PUF, 1982, 398 p. ; C (...)

3D’emblée, il convient de souligner la modestie de cette approche au regard du travail réalisé sur les juges au XIXe siècle ou des travaux de référence de Christophe Charle qui examine le monde des universitaires d’un bout à l’autre de la Troisième République2. Faute de sources sérielles et biographiques, une approche prosopographique est pour le moment difficile dans le cadre lyonnais, mais le but de cette communication est, à partir de données exclusivement qualitatives, d’examiner les relations des avocats lyonnais avec la société environnante.

  • 3 C-O. Charbonell, Histoire et Historiens - Une mutation idéologique des historiens français (1865-18 (...)
  • 4 A. Hodieu, Essais de nomenclatures lyonnaises municipales et autres de 1880-1865 suivis de divers o (...)
  • 5 Abbé Vachet, Lyonnais d’hier (1831-1910), Lyon, 1910, 392 p.

4Le monde des avocats joue dans la France du XIXe siècle un rôle sans commune mesure avec son importance numérique3. Tout au long du siècle, Lyon voit son barreau grandir, s’élever et « devenir, dès 1825 ou 1830, l’un des premiers barreaux de France »4. La forte représentation du barreau au sein des Lyonnais « dignes de mémoire » permet de mesurer le poids des avocats dans la société lyonnaise5.

Un monde hétérogène

5D’emblée, le barreau lyonnais apparaît comme un milieu très divers et traversé par de nombreux clivages. Tout d’abord, les voies d’accès à cette profession diffèrent bien souvent. Avocats par passion ou par raison s’y côtoient. Voie royale pour beaucoup de parents, le droit accueille de nombreux indécis qui optent sans conviction pour le métier d’avocat.

  • 6 L. Rousselon, Augustin Crétinon (1860-1947), Lyon, Éd. et Imp. du Sud-Est, 1948, p. 4.
  • 7 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Livre de la famille Valesque, écrit par J. Valesque et B. (...)
  • 8 T. Aynard, Les salons d’autrefois, Lyon, Mougin-Rusand, 1887, 31 p.9.

6Cependant, certains le choisissent par vocation. Tel est le cas d’Augustin Crétinon déterminé par « un peu de romantisme, l’attrait de l’éloquence et de la controverse, le désir d’être utile en défendant le droit »6. De son côté, Paul Brac de la Perrière désire perpétuer la tradition familiale : « Les leçons données par de tels maîtres étaient de puissants encouragements à servir la Vérité »7. Cette divergence de sentiments en début de carrière légitime un comportement professionnel original. Certains membres du barreau considèrent leur diplôme, non comme une profession mais comme un simple titre. Quelques-uns se font seulement l’avocat de leurs proches, tel Antoine Mollière qui ne plaide qu’au titre de parent ou d’ami. La plupart d’entre eux renonce à exercer, soit pour vivre en rentier, soit par aversion pour ce métier. Futur dirigeant de l’Union du Sud-Est des Syndicats agricoles, Léon Riboud ne peut se plier « aux exigences souvent mesquines de la procédure ». Bibliophile émérite, Louis de Longevialle ne plaide jamais et aime plaisanter sur son « ancienne pseudo-profession ». Au dire de Théodore Aynard, les avocats sans cause ne cessent de proliférer sur le terrain lyonnais8.

  • 9 J. Millevoye, P. Humblot - Souvenirs du barreau lyonnais, Lyon, Mougin-Rusand, 1888, p. 17.
  • 10 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière (1814-1894), 9 janvier (...)
  • 11 Auguste Rivet (1868-1954), Lyon, Imp. E. Vitte, p. 6.
  • 12 L. Andrieux, À travers la République, Paris, Payot, 1926, p. 19.
  • 13 C. Damiron, Souvenirs d’un avocat de province, Paris, Lardanchet, 1949, p. 18.

7Dans l’exercice de leurs talents, les avocats lyonnais ne présentent pas un front uni. Ils sont nombreux à connaître des débuts difficiles. Inscrit au Barreau en 1829, Paul Humblot travaille longtemps « dans son cabinet désert où ne venait pas troubler la visite bienvenue d’un client ». Sur le point de quitter cette ingrate profession, il rencontre deux confrères « qui se firent ses protecteurs et patrons, lui envoyèrent des affaires retentissantes et fournirent un théâtre à son talent »9. Les premiers pas professionnels de Paul Brac de la Perrière sont aussi peu encourageants. Son cabinet « n’est pas chargé d’affaires » et il se plaint de perdre ses matinées à l’audience sans pouvoir plaider10. Futur bâtonnier et doyen de la Faculté catholique de droit, Auguste Rivet prête serment en 1889 mais « il ne s’impose pas au Palais dès le premier jour »11. Continuer la tradition familiale permet bien souvent à l’orateur débutant d’aplanir les difficultés. Louis Andrieux le reconnaît : « L’expérience, les conseils, la clientèle de mon père - avoué près le tribunal civil de Lyon - facilitèrent mes débuts »12. La solidarité professionnelle, un mariage avantageux, un capital de relations sociales permettent de sortir plus ou moins rapidement de cette passe délicate, mais c’est surtout le temps qui joue en faveur du jeune avocat. En effet, le barreau lyonnais apparaît hérissé de barrières générationnelles. Au siècle dernier, les « 􏰀Anciens » règnent au Palais de Lyon et considèrent avec méfiance leurs jeunes confrères. Évoquant ses débuts en 1894, Charles Damiron dénonce cette domination gérontocratique : « Au cours des visites protocolaires que le récipiendaire doit rendre aux membres du conseil de l’ordre, je fus reçu par un maître d’âge ultra-canonique qui me dît pour m’exhorter à la patience : je n’ai réussi qu’à 50 ans ! j’étais bien averti que la profession d’avocat était une profession pour vieux messieurs »13.

  • 14 C. Charle, Les élites…, op. cit., p. 127.
  • 15 Auguste Rivet (1868-1954), op. cit., p. 6.
  • 16 Voir C. Pellissier et B. Dumons, « Notice sur la famille Lucien-Brun », dans Dictionnaire du monde (...)

8Il est traditionnellement admis qu’au siècle dernier le monde des avocats penche à gauche. Dans la citadelle du radicalisme, les avocats républicains et anticléricaux forment deux cohortes bien distinctes. Les opposants à l’Empire constituent la « génération héroïque »14. Les plus connus sont : Édouard Millaud, futur sénateur sous la Troisième République ; Caillau Chouard, bâtonnier franc-maçon ; Victor Fochier, procureur général à Lyon de 1889 à 1896. Plus jeunes, les « cadets de la République » sont tout aussi convaincus, influents et comptent dans leurs rangs : Louis Lépine, Joannès Marietton et Justin Godart, bras droit d’Édouard Herriot. Au Palais, les avocats laïques sont loin d’avoir le monopole. Tout au long du siècle, l’avocat catholique est un type fort répandu ; citons entre autres : Gabriel Perrin, bâtonnier de l’ordre en 1896 et président de la Société de Saint-Vincent-de-Paul de 1894 à 1914 ; Charles Jacquier, doyen de la Faculté catholique de droit et orateur officiel des catholiques lyonnais sous la Troisième République. Certains sont même spécialisés dans la défense de la cause catholique. Tel Auguste Rivet qui est « appelé de tous côtés à défendre des congrégations et des établissements religieux contre des dispositions fiscales d’exception »15. Les lois de 1901 lui ouvrent un champ d’action encore plus large. Servir Dieu et le Roi est l’idéal du plus grand nombre. Les figures d’avocats monarchistes sont légion : Pierre Ravier du Magny, vice-président du comité royaliste en 1912 ; Antoine Lestra, membre de l’Action Française… Bastion du légitimisme lyonnais, la famille Lucien-Brun fournit plusieurs générations d’avocats. Fondateur de la Faculté catholique de droit, le sénateur Lucien Brun est un fidèle du comte de Chambord. En 1900, ses quatre fils obtiennent le patronyme de Lucien-Brun. Après avoir reçu une même formation chez les jésuites et à la Faculté catholique de droit, tous les quatre s’inscrivent au barreau de Lyon et continuent l’œuvre religieuse de leur père, chacun selon son tempérament16. Catholicisme et royalisme ne sont pas toujours systématiquement associés. Plus discrets, les catholiques libéraux n’en sont pas moins représentés au barreau. Né en 1851, Joseph Garin est résolument libéral, il est tôt convaincu que les institutions républicaines peuvent seules conduire à la réconciliation des Français et à la réalisation du progrès social.

  • 17 Arch. mun. de Lyon, Nouvelles du collège et des anciens de Mongré, février 1928.
  • 18 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Pau ! Brac de la Perrière, 7 janvier 1851.
  • 19 L. Andrieux, op. cit., p. 19.

9Les domaines de compétence parachèvent la disparité du barreau lyonnais. Certains avocats plaident tous types de causes. Tel est le cas de Charles Jacquier : « d’un procès de brevet ou de finance, il passait à une affaire d’assises, de séparation de corps, de congrégation »17. Au fil du siècle, la spécialisation professionnelle va croissant. Fondateur du Moniteur Judiciaire et mutualiste convaincu, Paul Rougier est l’avocat-conseil des associations ouvrières, des compagnies financières et de l’administration. Le plus fréquemment, le champ d’action est délimité en fonction des affinités idéologiques. Fidèle à ses convictions religieuses, Auguste Rivet se fait un devoir de ne jamais se présenter à la barre pour soutenir une demande de divorce. Après des débuts modestes, Paul Brac de la Perrière sélectionne volontairement les causes à défendre : « Il me serait possible de plaider assez souvent – mais je préfère laisser venir à moi certaines affaires où mon rôle est plus particulièrement tracé par les intérêts de la vérité, de la saine justice ou de la charité. D’ailleurs, je me résignerais difficilement à ne plus consacrer une bonne partie de ma vie aux travaux de la Société de St Vincent de Paul »18. Inscrit au barreau en 1863, Louis Andrieux défend avec éclat la presse républicaine et les associations ouvrières : « Ces plaidoiries me valaient - à défaut d’honoraires - une précoce notoriété » avoue-t-il dans ses Mémoires19. Dans l’autre camp, les consultations gratuites sont aussi l’occasion de défendre un idéal ; Gabriel Perrin plaide gracieusement pour les communautés religieuses. Pour le président de la Société Saint-Vincent-de-Paul, « donner une consultation gratuite, c’est faire acte de puissance et de vertu à la fois ».

La vie corporative

10En dépit de toutes ces divergences, les avocats lyonnais sont unis par un puissant esprit de corps et par le respect de rites collectifs.

  • 20 J. Millevoye, op. cit., p. 23.
  • 21 L. Rousselon, op. cit., p. 4.
  • 22 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 30 mai 1849.

11Sur la rive droite de la Saône, le Vieux-Lyon est depuis plusieurs siècles le quartier de la Justice. Sous la Restauration, le monde judiciaire y donne le ton et on peut y voir les avocats « allant de la maison de la manécanterie où siégeait la Cour, vers l’hôtel de Chevrières, pour plaider au tribunal ; donnant au paisible quartier de St Jean, sillonné de leurs robes noires, l’aspect d’une vaste salle des pas perdus »20. Sous la Monarchie de Juillet, Louis-Pierre Baltard édifie, le long du quai, le palais de Justice. De style néo-classique, le bâtiment est fortement contesté lors de sa construction. À l’intérieur, la salle des pas perdus devient un lieu de rencontres très fréquenté par le barreau. Elle est le siège de la bruyante « Cinquième chambre », surnom donné au groupe d’avocats « constamment renouvelé qui, libres de l’audience, venaient apporter les bruits du palais et du dehors et échanger des propos »21. Au cours de ces discussions, les préoccupations professionnelles priment mais potins et médisances abondent également. Aussi, Paul Brac de la Perrière regrette la vanité de ces échanges : « Dans la salle des pas perdus, on cause énormément et on exprime très peu de pensées claires »22. Dans ce haut lieu de sociabilité, certains viennent même recruter des partenaires pour le whist du cercle.

  • 23 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris. 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, p. (...)
  • 24 Arch. de la famille Jacquand-Perrin, Souvenirs d’Antoine Jacquand (1839-1922).
  • 25 G. Vallet, L’ancienne faculté de droit à Lyon - ses origines - son histoire, Lyon, Mougin-Rusand, 1 (...)
  • 26 Arch. mun. de Lyon, Fonds Guilliermond, 7 II 4-5, lettre du 15 avril 1869.
  • 27 Cité dans J.-D. Durand, dir., Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes, Paris, Les (...)
  • 28 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 19 mai 1863.

12La vie de l’avocat est également ponctuée de réunions entre confrères. Les occasions et les dimensions en sont fort diverses. Dès la Restauration se créent des conférences ou « parlottes » réunissant des jeunes gens souhaitant former leur éloquence et manier la rhétorique23. Ces conférences constituent en quelque sorte des travaux complétant les études de droit. Pendant longtemps, les étudiants lyonnais participent de cet engouement et s’inscrivent aux conférences parisiennes. Un certain nombre - dont Frédéric Ozanam - fréquentent les conférences Bailly qui donnent naissance en 1833 à la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Autour de 1860, Antoine Jacquand fait son droit à Paris et il est un étudiant studieux : « Je faisais partie de la conférence Pothier dans laquelle nous nous exercions à plaider. Alphonse Olivier - frère d’Émile - en était le président. Il est sorti de cette conférence des hommes très distingués. C’est parmi ses membres que j’ai connu les bûcheurs les plus intrépides travaillant 15 ou 16 heures par jour »24. En 1868 est créée à Lyon une École de droit qui connaît un rapide succès et s’adjoint une conférence hebdomadaire. Entre 1872 et 1873, 21 séances permettent de prononcer 117 plaidoiries et de discuter de 40 questions différentes. Dès la création de la Faculté de droit se mettent en place des conférences du soir où « les jeu- nes gens s’essayent dans l’art de la parole »25. Lieux d’apprentissage et de sociabilité, les conférences attirent en nombre les étudiants lyonnais. De plus, « c’est un excellent moyen de s’instruire et surtout de le faire sans trop de peine »26. Futur député progressiste, l’avocat Laurent Bonnevay y fait, autour de 1890, ses débuts de conférencier et il aime tout particulièrement traiter des questions sociales « en contradiction à la fois avec les marxistes et avec les défenseurs du laisser-faire, laisser-passer »27. Lorsqu’ils ont prêté serment, les jeunes avocats continuent à s’entraîner devant un tribunal d’anciens. Paul Brac de la Perrière se fait un devoir de siéger régulièrement à la Conférence des jeunes avocats même s’il s’ennuie souvent au cours de ces soirées : « J’ai eu de la peine à ne pas dormir pendant la Conférence des jeunes avocats. La plaidoirie de l’un des jeunes confrères était lourde et somnolente »28.

13Forme essentielle de la vie sociale des élites, les visites rituelles sont également fréquentes : démarches protocolaires des aspirants-avocats, entrevues officieuses en vue des élections au bâtonnat, visite du 1er janvier du conseil de l’ordre au président… La rentrée des tribunaux ou l’enterrement d’un confrère est l’occasion pour le barreau réuni au grand complet de manifester sa solidarité. En 1901 meurt Paul Rougier, avocat et professeur à la Faculté de droit mais aussi ancien président de l’Académie, chevalier de la légion d’honneur, apôtre du mutualisme… Ses funérailles grandioses ne sont nullement exceptionnelles mais sont bien représentatives des usages lyonnais. Les nombreuses personnalités et délégations présentes disent la vigueur de la sociabilité corporative, caritative et académique du défunt. Le cercueil est recouvert de la toge rouge du professeur, des décorations, de la robe d’avocat, de 18 couronnes et d’une montagne de fleurs. Les cordons du poêle sont tenus par le doyen de la Faculté de droit, Caillemer, le bâtonnier de l’ordre des avocats, Charles Jacquier, le président de l’Académie, Henri Beaune, le vice-président du Dispensaire général, Gilardin, le président de la 112e Société de secours mutuel et un délégué des étudiants en droit. Le cortège se compose du gouverneur général, du préfet, du premier adjoint au maire, de députés, du recteur de l’Académie, du barreau et des universitaires en robe. Suivent également 24 prêtres en chasuble, les religieuses de Saint-Vincent-de-Paul avec les enfants incurables de Saint-Alban, les sœurs de Marie - auxiliatrice avec leurs jeunes filles employées de la 229e Société de secours mutuel, puis la famille, les domestiques, les vignerons et la foule. Tout ce monde forme « un défilé ininterrompu allant de la rue Childebert à l’église saint-Nizier avec la croix des incurables de Saint-Alban en tête ». Au cimetière de Loyasse, huit discours sont prononcés sur la tombe du défunt.

  • 29 Ibid., 9 août 1852.
  • 30 Pages intime Gaston d’Eyssautier, Lyon, Imp. Paquet, 1903, p. 45.
  • 31 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 30 avril 1860.

14Institution typique de la sociabilité du XIXe, les banquets sont fort prisés par les avocats lyonnais. Lorsqu’un ténor du barreau parisien vient à Lyon, ses confrères offrent en son honneur un dîner dans les salons d’un grand établissement. Ils n’omettent jamais de célébrer par un banquet le cinquantenaire d’inscription au barreau de l’un d’entre eux. Autre manifestation de l’esprit de corps, le banquet annuel des avocats connaît un succès variable selon les années. En 1852, Paul Brac de la Perrière en revient avec une impression mitigée : « Le banquet des avocats n’était pas très nombreux. Les mets étaient très bons. L’entrain médiocre, on a chanté »29. La plupart de ces réunions d’avocats sont joyeuses. À la fin du siècle, Gaston d’Eyssautier en est le boute-en-train attitré : « Il lui suffisait d’imiter la voix, le geste de tel magistrat ou de tel confrère pour soulever les éclats de ce gros rire qu’entre hommes on ne sait pas retenir »30. Certains esprits rigoureux regrettent la trop grande gaieté et la gaillardise de ces assemblées confraternelles. En 1850, Paul Brac de la Perrière estime que « le banquet des avocats a été émaillé de chants beaucoup trop érotiques à mon sens ». D’années en années, il déplore cette tendance au libertinage : « Pourquoi entre hommes aussi intelligents et aussi lettrés, pourquoi toujours une place faite aux choses sales ? Elle a été très petite - il faut en convenir - mais cet ordre de choses s’est montré - tandis que les pensées généreuses, élevées de sciences, art, de morale ou de littérature n’ont pas reçu le moindre culte31.

  • 32 Ibid., 8 août 1862.
  • 33 Ibid., 18 avril 1863.
  • 34 P. Ravier du Magny, Charles Jacquier, l’éloquence faite homme (1845-1928), Lyon, Imp. E. Vitte, 193 (...)
  • 35 C. Damiron, op. cit., p. 108.
  • 36 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 25 juillet et 9 août (...)
  • 37 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Correspondance de Paul avec son ami Lallier, lettre du 15  (...)
  • 38 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 7 février 1864.
  • 39 lbid., 14 avril 1863.
  • 40 lbid., 20 mai 1863.

15Réorganisé en 1810, l’Ordre des avocats est strictement hiérarchisé. Chaque année, l’ensemble des avocats élit les membres du conseil de l’Ordre et le bâtonnier qui le préside. Accéder au conseil - instance disciplinaire et réglementaire - est un signe de reconnaissance. Élu récemment, un avocat s’avoue « touché de cette démonstration de cordialité professionnelle ». Les élections au conseil peuvent être agitées lorsque se profilent à l’horizon des rivalités pour le choix du bâtonnier. En 1862, elles se déroulent dans une atmosphère fébrile : « Des deux côtés, on avait convoqué le ban et l’arrière-ban »32. Distinction très recherchée, le bâtonnat confère une autorité morale, des fonctions arbitrales et représentatives. La tâche est souvent lourde et délicate comme le constate un bâtonnier en exercice : « Je commence bien à constater les épines, les occupations, les travaux, les difficultés du bâtonnat »33. Aussi, les avocats doivent-ils porter leur choix sur un confrère apte à exercer cette charge sans faillir, ils lui demandent de « porter bien haut le sentiment de nos droits, de notre tradition, de notre indépendance ». Indispensables, les qualités personnelles sont loin d’être seules prises en compte. Dans ses souvenirs, un avocat lyonnais reconnaît que le facteur politique joue un grand rôle. Les élections de 1900 sont tout particulièrement houleuses, « tant étaient profondes alors les divisions que la triste Affaire avaient creusées, tant étaient ardentes les passions qu’elle avait soulevées ». Roya- liste et catholique, Charles Jacquier est élu avec difficulté car « pour quelques-uns de ses confrères, il était un homme de droite avant d’être un probe et éloquent avocat, et cela suffisait à lui valoir leur exclusive »34. Dissensions idéologiques et clivage de générations se chevauchent fréquemment. Évoquant ses débuts, Charles Damiron note qu’autour de 1890 « les anciens régentaient l’élection et l’influence de la Faculté catholique était grande. Depuis lors, les jeunes (c’est-à-dire les moins de 40) ont pris la haute main »35. Exemplaire de la complexité des enjeux et de la profondeur des divisions intestines est l’élection très agitée de 1862. Paul Brac de la Perrière en est le candidat le plus en vue mais il est loin de disposer du soutien de tous ses confrères. A un mois du scrutin, il fait le point de ses chances : « Le peu de bruit fait par la Société Saint-Vincent-de-Paul, le gros affront à m’imposer sans motifs sérieux, mes droits d’ancienneté peuvent amener la chose, mais l’hostilité contre les idées, le peu de camaraderie peuvent l’écarter ». Quelques semaines plus tard, il analyse avec lucidité son échec au bâtonnat : « Il est le résultat de ma position de président de la Société Saint-Vincent-de-Paul et de la cabale antipathique montée par Rambaud. Le courant répulsif politique a été pour quelque chose… Le courant des antipathies s’est servi de divers prétextes pour colorer son attitude. Je ne suis pas assez militant, je ne suis pas seulement avocat, je suis trop jeune… Il n’est pas prudent de donner la présidence de l’ordre à qui n’est pas purement avocat »36. Élu l’année suivante, Paul Brac de la Perrière se félicite, à la fin de son mandat, d’avoir surmonté ces obstacles et d’avoir transcendé les divisions : « J’étais arrivé au bâtonnat avec peine et entouré de préventions nombreuses. Le catholique accentué et le président de la Société Saint-Vincent-de-Paul avaient de nombreux adversaires. Je me suis borné à me conduire en honnête homme et en confrère en s’arrêtant à aucune nuance politique pour faire acte de bienveillance ou de devoir. Cela seul a suffi pour me concilier tous les membres de l’ordre »37. Le bâtonnat confère des privilèges - un hommage funèbre au nom du barreau - et génère une sociabilité originale. Représentant de l’Ordre des avocats, le bâtonnier est de droit invité à toutes les manifestations officielles de la ville. Convié à de nombreux dîners, Paul Brac de la Perrière note que « la plupart s’adressent au bâtonnier, c’est un fardeau que plusieurs trouveraient fort doux. Je serais de cet avis sans l’obligation de toilette, de repas et de perte de temps »38. Cette distinction permet même de se voir ouvrir des portes étroites. Ainsi, le bâtonnier Dubreuil pénètre à l’Académie qui se plaît « à grouper dans son sein les représentants des corporations respectées, dont le rôle social se confond avec la vie même de la cité ». Arbitre, le bâtonnier doit mener une vie de relations exemplaire. Paul Brac de la Perrière a bien conscience de ses nouvelles obligations sociales : « Je suis appelé par ma position de bâtonnier à me montrer bienveillant et empressé pour la famille L qui ne me salue pas et pour de jeunes confrères qui ne saluaient guère mon bâtonnat »39. Afin de resserrer les liens entre les membres du barreau, la mission de leur chef est de les recevoir. Dès son élection, Paul Brac de la Perrière s’y prépare et entame des travaux de rénovation dans son appartement dans le but d’être « irréprochable vis à vis des confrères susceptibles et chatouilleux de leur dignité extérieure ». Traditionnel est le banquet donné par le bâtonnier le soir de la Saint-Sylvestre. Ces réceptions sont toujours très brillantes comme en témoigne ce jeune avocat en 1847 : « Ce soir, 105 avocats étaient réunis chez le bâtonnier qui nous a donné une splendide collation assise - après le repas, le feu roulant des causeries était comme un grand vent articulé ». Dans ses souvenirs, Charles Damiron note qu’à Lyon le bâtonnat « n’entraîne pas d’onéreuses réceptions comme à Paris, seul un banquet offert au barreau est obligatoire ». L’avis d’un bâtonnier en exercice est tout autre : « L’organisation des dîners de bâtonnier voient émailler agréablement mes journées et faire la guerre à ma bourse. Je n’ai certes pas lieu de m’en plaindre, si cela peut mettre un peu d’union et de confraternité entre les membres du barreau »40. Mais les compensations sociales et professionnelles sont nombreuses. Paul Brac de la Perrière reconnaît que sa clientèle a augmenté grâce à son bâtonnat.

  • 41 lbid., 22 juin 1863.

16Au sein de toutes ces réunions corporatives, le clivage entre les générations transparaît nettement. Dans son journal, Paul Brac de la Perrière s’en fait l’écho : « La réception des avocats a été un peu terne aujourd’hui. Il y avait trop de jeunes et pas assez de rapports entre eux et entre les anciens »41.

  • 42 P. Ravier du Magny, op. cit., p. 136. 43.
  • 43 C. Damiron, op. cit., p. 84.

17Malgré ces divisions et querelles intestines, le barreau lyonnais apparaît cimenté par une forte solidarité corporative. En 1902, le bâtonnier fait l’éloge de cette confraternité professionnelle qui transcende toutes les oppositions : « Elle est chez nous de tous les jours et de tous les instants. Elle est dans cette tolérance qui fait que, divisés de pensées, de croyances et d’opinions, nous vivons pourtant dans la communauté d’une mutuelle affection et d’un mutuel respect »42. Cet esprit de corps n’anime pas seulement les discours. Dans la pratique, banquets, travaux en commun et sociabilité quotidienne en témoignent. Cette solidarité s’exprime également par les égards rendus aux sages et l’entraide financière : « Les anciens sont honorés, l’infortune d’un de nous suscite de l’émoi »43. Il serait erroné de croire que cet esprit confraternel s’acquiert en un jour. Pour certains, l’intégration professionnelle est délicate. Inscrit au barreau en 1836, Paul Brac de la Perrière fait un lent apprentissage de la sociabilité corporative. À l’issue d’un banquet en 1846, il confie à son journal : « J’étais aujourd’hui plus à l’aise au milieu de mes confrères du barreau mais je n’échappais pas à l’ennui d’une mêlée de paroles qui noyait toutes les idées ». En 1849, la reconnaissance de ses pairs met un terme à ce processus d’assimilation progressive : « Il me semble depuis quelque temps que j’entre plus avant dans la pratique du barreau. J’éprouve une certaine aisance à me sentir au Palais. Je sens que j’ai conquis une considération moyenne qui m’assure la place qui m’est due. Je suis connu et je connais ».

La sociabilité extra-professionnelle

18L’hétérogénéité du barreau détermine des comportements sociaux fort dissemblables. Sans prétendre à l’exhaustivité, quelques préférences se dessinent.

  • 44 L. Lépine, Mes souvenirs, Paris, Payot, 1929, p. 132.

19En premier lieu, les avocats lyonnais aiment mettre leurs compétences juridiques au service de leurs idéaux. À Lyon, l’Ordre Moral s’instaure avec une particulière rigueur. De jeunes avocats républicains mettent en place le comité des Jurisconsultes lyonnais dont le but est de « signaler à l’indignation publique tous les abus de pouvoirs, toutes les fantaisies extra-légales que se permettaient les préfets ». Aux côtés de Louis Andrieux et d’Édouard Millaud, Louis Lépine participe à ce comité éphémère et il en garde un souvenir ému : « Nous avions pris le rôle de redresseurs de tort. Nous enquêtions sur toutes les plaintes qui nous parvenaient en grand nombre : à bureau ouvert, nous donnions des consultations juridiques »44.

20Dans l’autre camp, les avocats catholiques soutiennent en grand nombre la fondation de l’Université libre et se retrouvent au sein de la société civile des Facultés catholiques. En 1876, l’Association des Juris-consultes catholiques est fondée par Lucien Brun. Elle cherche à répandre les principes du droit chrétien et à combattre la législation laïque. Dans la pratique, les avocats aident le clergé et ses responsables catholiques à surmonter les obstacles juridiques, organisent un congrès annuel et assurent la publication d’une revue.

  • 45 B. Dumons, C. Pellissier, « La Congrégation des Messieurs de Lyon et la Société de Saint-Vincent-de (...)
  • 46 D. Dessertine, Le Sauvetage de l’enfance (1890-1990), SLEA, Centre Pierre Léon, p. 60.

21Par ailleurs, les avocats lyonnais pratiquent le devoir d’assistance dévolu aux classes dirigeantes. Selon leurs convictions, des œuvres fort différentes les accueillent. Bastion du catholicisme intransigeant, la Congrégation des Messieurs de Lyon compte dans ses rangs plusieurs représentants du barreau : Charles Jacquier, Antoine Lestra, Auguste Rivet et les frères Lucien-Brun. Ils se retrouvent surtout à la section Saint-Jean l’Évangéliste qui rassemble tous ceux dont les compétences oratoires et intellectuelles peuvent être mises au service de l’Église. Leur action consiste à défendre la cause catholique par le biais de conférences45. Pur produit du catholicisme libéral, la Société de Saint-Vincent-de-Paul est implantée à Lyon en 1836 par des étudiants en droit et le barreau y joue jusqu’en 1914 un rôle moteur. En 1851, deux jeunes avocats demandent l’ouverture d’une conférence à la Croix-Rousse. Président de la Société de Saint-Vincent-de-Paul de 1849 à 1894, Paul Brac de la Perrière est bien représentatif du catholicisme libéral lyonnais. Œuvre laïque, le Sauvetage de l’Enfance est aussi largement un produit du barreau lyonnais. Nombreux sont les avocats parmi ses fondateurs et dirigeants, tels Joseph Garin, Louis de Leiris, Hermann Sabran…46

  • 47 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1972, p. 304.
  • 48 L. Andrieux, op. cit., p. 21.

22À la fin de l’Ancien Régime, les loges lyonnaises sont peuplées de nombreux avocats47. Bien qu’encore mal connue au XIXe siècle, la Franc-Maçonnerie apparaît toujours fréquentée par le barreau lyonnais. Elle dispose même du quasi-monopole de la loge « Le Parfait silence ». Sous l’Empire, de jeunes avocats républicains comme Édouard Millaud ou Louis Lépine y entourent le vénérable Le Royer. Louis Andrieux se félicite d’y avoir fait son apprentissage professionnel et politique : « J’étais entré au Parfait silence pour voir, j’y restai pour parler. Il n’y avait alors en France aucune liberté de parole. En province, les loges maçonniques offraient seules aux débutants une tribune libre. Le Parfait silence était pour moi une parlote où mes essais oratoires étaient écoutés par un auditoire indulgent, toujours prêt à couvrir mes dernières paroles par une triple batterie »48.

  • 49 C.-O. Carbonell, op. cit., p. 277.

23La participation aux sociétés culturelles permet au barreau de se délasser de ses dossiers. Dans la France du siècle dernier, les robes noires sont de fidèles disciples de Clio49. Tout au long du siècle, l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Beaux-Arts de Lyon accueille avec libéralité les générations successives de juristes. Ils n’y jouent pas un rôle de figuration et y exercent souvent des responsabilités. Dans cette citadelle de l’élite culturelle, les avocats lyonnais côtoient des notables issus de tous les horizons professionnels et politiques. L’Académie apparaît donc comme un creuset à l’intérieur duquel se fondent les élites locales. Pour son président en 1870, l’avocat Paul Sauzet, « Elle s’honore de donner asile aux opinions diverses et de servir de terrain commun aux représentants de toutes les dates et de toutes les origines pour travailler ensemble à tous les progrès de l’esprit humain ».

  • 50 P. Dockès, Historique de la Société d’économie politique et d’économie sociale de Lyon (1866-1966), (...)

24Non seulement les avocats participent activement au mouvement intellectuel lyonnais, mais aussi ils contribuent à la spécialisation croissante des sociétés savantes. En 1866, le barreau participe activement à la création de la Société d’Économie politique : 6 des 15 fondateurs sont avocats. L’engouement pour l’économie politique - et à partir de 1889 pour l’économie sociale qui apparaît dans le titre - et la diversité des sujets abordés - expansion coloniale, législation du travail, condition féminine, système monétaire - expliquent le succès rapide de cette nouvelle société auprès du patriciat lyonnais puisqu’elle compte 71 membres en 1867 et 414 en 1890. Jusqu’aux années 1880, les avocats représentent environ 30 % des membres mais ils perdent cette prépondérance face à l’essor des milieux d’affaires50. À la Belle Époque, la Société d’Économie politique apparaît comme un terrain de rencontres pour les élites lyonnaises parce qu’elle recrute dans des sphères professionnelles très diversifiée (négociants, employés, industriels, chefs d’ateliers, avocats, médecins, ingénieurs, professeurs, etc.) et parce que s’y retrouvent des libéraux, catholiques ou protestants, des catholiques ultras ainsi que des « Élites de la république ».

25Membre de la Société Littéraire, historique et archéologique de Lyon, l’avocat Claude Brouchoud souhaite faire reproduire un vieux plan scénographique de Lyon. La Société Littéraire ne pouvant prendre l’initiative et la direction d’un tel travail, Brouchoud fonde la Société de Topographie historique.

  • 51 D. Lejeune, Les alpinistes en France (1875-1919), Paris, Éd. du CTHS, 1988, p. 56.

26S’ils accordent leurs préférences aux choses de l’esprit, les avocats savent aussi se distraire et se délasser autrement. Hommes de leur temps, ils pratiquent avec l’ensemble du patriciat lyonnais des activités sportives traditionnelles comme la natation, l’équitation ou plus nouvelles comme le tennis. Par ailleurs, le barreau témoigne d’une vive passion pour la montagne et apparaît surreprésenté, en 1890, au sein de la section lyonnaise du Club Alpin français : 1 avocat pour 10 membres appartient à cette « sorte d’académie des sciences du monde alpestre »51.

27Legs de la société des Lumières, les salons se maintiennent tout au long du XIXe siècle et ils occupent à Lyon une place stratégique dans la vie mondaine. Pierre de touche de l’homme cultivé, l’éloquence est une qualité essentielle pour briller en société. Aussi, le barreau est-il digne- ment représenté dans les différents salons lyonnais. Sous l’Empire, les républicains lyonnais se retrouvent régulièrement chez l’avocat Caillau-Chouard dont « la maison était une des plus gaies, une de celles où l’on avait le plus son franc-parler contre les gens du régime néfaste ». Devenu député en 1871, l’avocat Édouard Millaud n’évoque pas sans nostalgie ces soirées de l’Empire « où tous très jeunes, tous adversaires du gouvernement, tous suspects à la police, nous narguions le prévôt : où nous jouions des comédies de nous dans lesquelles chaque acteur trouvait le moyen de crier vive la République, où nos bals improvisés se terminaient tous sur un quadrille composé des seuls airs nationaux ». Dans les débuts de la Troisième République, le salon de Victor Fochier est très fréquenté, on y fait de la musique et Madame Fochier n’hésite pas à y entonner la Marseillaise. À la Belle Époque, le salon de la comtesse de Saint-Laurent - présidente de la Ligue des Femmes françaises - est un lieu de rencontres pour les royalistes lyonnais comme les avocats Charles Jacquier et Pierre Ravier du Magny.

***

  • 52 F. Thélamon, dir., Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, 1 (...)

28Cette approche du barreau lyonnais permet de mettre en lumière le poids de la sociabilité corporative. Difficilement palpable, l’esprit de corps - c’est-à-dire le sentiment de solidarité existant entre les membres d’un même groupe professionnel - est essentiel et génère une sociabilité cohérente, de plus en plus organisée au fil du siècle dont il faudrait faire l’histoire pour les élites52.

29Tout au long du XIXe siècle, le fossé entre les générations ne cesse de croître et il apparaît déterminant aussi bien à l’examen de la vie familiale que professionnelle ou associative. Lieux d’échanges, de rencontres, ces assemblées corporatives sont aussi le théâtre du conflit des générations qui s’exacerbe au cours du XIXe. Partout, les joutes opposent les anciens et les modernes et la gérontocratie domine. Si elle révèle les clivages générationnels, la sociabilité corporative concourt également à les atténuer que ce soit par la relation maître-disciple si importante dans la sphère professionnelle ou par la cohabitation d’aînés et de cadets au sein des mêmes assemblées. Dans leurs discours, les aînés cherchent à canaliser le zèle de leurs jeunes confrères. Lors du banquet de son cinquantenaire d’inscription au barreau, le bâtonnier Antoine Vachez les encourage à ne pas désespérer de leurs débuts timides et leur rappelle que « vos vieux maîtres moins impatients qu’on l’est aujourd’hui savaient attendre ». Au sein de chaque corporation, des « sages » jouent un rôle de médiateur entre les différentes classes d’âge et contribuent à résorber ce fossé, tel est le cas de l’avocat Paul Rougier, membre pendant cinquante et un ans du barreau lyonnais et à ce titre « trait d’union entre les plus anciens et les plus jeunes ». La sociabilité corporative permet aussi de transcender les divisions patriciennes : matérialistes, catholiques et protestants, royalistes et républicains siègent côte à côte. Puissant facteur de cohésion interne, les assemblées professionnelles contribuent à la « fusion des élites ». Lieux de sociabilité, les instances corporatives sont également des instruments d’action collectives dont il faudrait pouvoir mesurer l’impact.

30Cependant, quelques limites sont à formuler au sujet de cette solidarité corporative. Tout d’abord, si la sociabilité corporative informelle est bien développée, il convient de noter l’absence d’associations professionnelles réunissant les avocats lyonnais. En effet, il n’est, à ma connaissance, pas d’équivalent à la Société académique d’architecture ou à la Société de Médecine. Quelles en sont les raisons ? La question reste posée.

31Les avocats lyonnais ne se contentent pas de se retrouver entre eux, ils participent activement à la vie associative lyonnaise. Certains y conservent leurs préoccupations professionnelles, d’autres aspirent à la gratuité du délassement. Éclectique, leur vie sociale n’est en rien exclusive. Deux exemples permettent de mesurer la sociabilité des tribuns lyonnais. Bâtonnier en 1890, Antoine Vachez témoigne d’une activité débordante : il publie plusieurs ouvrages historiques sur Lyon, il est membre de l’Académie, de la Société Littéraire, de la Société de topographie historique, de la Société de Saint-Vincent-de-Paul et il préside l’Association des anciens élèves des Chartreux. À la génération suivante, Joseph Garin - également académicien - participe à la Société de Géographie, à l’Académie du Gourguillon, à la Société des Amis de l’Université, il préside l’Association des anciens élèves du Lycée et est vice-président de la Société d’Enseignement professionnel du Rhône.

  • 53 J.-P. Chaline, La bourgeoisie rouennaise au XIXe siècle, Thèse de doctorat d’État, Paris IV, 1979.

32Nombre d’études choisissent de classer les élites urbaines en fonction de leurs activités professionnelles53. Ainsi, la bourgeoisie rouennaise se partage en trois groupes - celle du profit, celle de la rente et celle des talents - qui rivalisent et ne se fréquentent guère, subdivisés encore entre le coton, le port, le palais, la médecine… S’il nous apprend beaucoup, le critère professionnel ne semble cependant pas suffisant pour appréhender le monde des notables lyonnais au sein duquel la sociabilité établit des ponts entre tous les champs professionnels. Avocat et professeur d’économie politique à la Faculté, Paul Rougier est ainsi défini comme « l’homme de la cité toute entière, aussi connu dans les milieux où dominent le travail et l’industrie que dans les assemblées d’ordre exclusivement intellectuel ». Surtout, l’activité professionnelle ne rend que partiellement compte des multiples visages d’un groupe social hétérogène. Loin d’être un bloc, l’élite lyonnaise se présente en fait comme un puzzle où les choix politiques, les appartenances religieuses, les affinités sociales et intellectuelles constituent des clivages décisifs. Dans la forteresse du catholicisme et le fief du radicalisme, la question religieuse et les options politiques sont une ligne de partage essentielle au sein des classes dirigeantes ; toutes les approches lyonnaises le constatent. Bien qu’unis par un puissant esprit de corps et même s’ils se côtoient sans cesse, un avocat royaliste et congréganiste et un avocat franc-maçon et radical sont en fait séparés par un abîme.

33En effet, le monde des catholiques intégraux - membres de la secrète Congrégation des Messieurs de Lyon qui compte dans ses rangs 29 % d’avocats - se démarque du reste des élites de la ville et mène une vie sociale exclusive dont l’avocat Gabriel Perrin fournit un bon exemple : « Il était sans doute très bon et très affable ; mais dans un milieu où règne un laisser-aller très marqué et une familiarité extrême, il était impossible de ne pas voir que Perrin avait sa place à part. Son éducation s’accusait par sa réserve ; ses convictions religieuses rendaient ses oreilles moins tolérantes que la majorité de celles qui accueillent les saillies de la salle des Pas-perdus. On peut dire qu’il y avait autour de lui une barrière de respect ». De même, la non-élection à l’Académie de Lyon de l’avocat royaliste Antoine Lestra s’explique par la prévention des académiciens à l’égard des notables intransigeants qui subordonnent tout à la cause religieuse au mépris de l’idéal académique.

Notes

1 C. Pellissier, Les sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIXe siècle à 1914, Thèse de Doctorat d’Université, Lyon II, 1993, 1223 p. ; C. Pellissier, La vie privée des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 1996, 240 p. et Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1996, 272 p.

2 J-P. Royer, R. Martinage, P. Lecocq, Juges et notables au XIXe siècle, Paris, PUF, 1982, 398 p. ; C. Charle, Les Élites de la République 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, 557 p. et La République des Universitaires 1870-1940, Paris, Éditions du Seuil, 1994, 510 p.

3 C-O. Charbonell, Histoire et Historiens - Une mutation idéologique des historiens français (1865-1885), Toulouse, Privat, 1976, p. 277.

4 A. Hodieu, Essais de nomenclatures lyonnaises municipales et autres de 1880-1865 suivis de divers opuscules sur des questions lyonnaises, Lyon, Librairie Thibaudier, 1866, p. 99.

5 Abbé Vachet, Lyonnais d’hier (1831-1910), Lyon, 1910, 392 p.

6 L. Rousselon, Augustin Crétinon (1860-1947), Lyon, Éd. et Imp. du Sud-Est, 1948, p. 4.

7 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Livre de la famille Valesque, écrit par J. Valesque et B. Brac de La Perrière, 203 p.

8 T. Aynard, Les salons d’autrefois, Lyon, Mougin-Rusand, 1887, 31 p.9.

9 J. Millevoye, P. Humblot - Souvenirs du barreau lyonnais, Lyon, Mougin-Rusand, 1888, p. 17.

10 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière (1814-1894), 9 janvier 1847.

11 Auguste Rivet (1868-1954), Lyon, Imp. E. Vitte, p. 6.

12 L. Andrieux, À travers la République, Paris, Payot, 1926, p. 19.

13 C. Damiron, Souvenirs d’un avocat de province, Paris, Lardanchet, 1949, p. 18.

14 C. Charle, Les élites…, op. cit., p. 127.

15 Auguste Rivet (1868-1954), op. cit., p. 6.

16 Voir C. Pellissier et B. Dumons, « Notice sur la famille Lucien-Brun », dans Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Le Rhône et l’Ain, Éd. Beauchesne, 1994, p. 281-283.

17 Arch. mun. de Lyon, Nouvelles du collège et des anciens de Mongré, février 1928.

18 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Pau ! Brac de la Perrière, 7 janvier 1851.

19 L. Andrieux, op. cit., p. 19.

20 J. Millevoye, op. cit., p. 23.

21 L. Rousselon, op. cit., p. 4.

22 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 30 mai 1849.

23 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris. 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, p. 233.

24 Arch. de la famille Jacquand-Perrin, Souvenirs d’Antoine Jacquand (1839-1922).

25 G. Vallet, L’ancienne faculté de droit à Lyon - ses origines - son histoire, Lyon, Mougin-Rusand, 1900, p. 15.

26 Arch. mun. de Lyon, Fonds Guilliermond, 7 II 4-5, lettre du 15 avril 1869.

27 Cité dans J.-D. Durand, dir., Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes, Paris, Les Éditions ouvrières, 1992, p. 160.28.

28 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 19 mai 1863.

29 Ibid., 9 août 1852.

30 Pages intime Gaston d’Eyssautier, Lyon, Imp. Paquet, 1903, p. 45.

31 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 30 avril 1860.

32 Ibid., 8 août 1862.

33 Ibid., 18 avril 1863.

34 P. Ravier du Magny, Charles Jacquier, l’éloquence faite homme (1845-1928), Lyon, Imp. E. Vitte, 1930, p. 173.

35 C. Damiron, op. cit., p. 108.

36 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 25 juillet et 9 août 1862.

37 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Correspondance de Paul avec son ami Lallier, lettre du 15 septembre 1864.

38 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 7 février 1864.

39 lbid., 14 avril 1863.

40 lbid., 20 mai 1863.

41 lbid., 22 juin 1863.

42 P. Ravier du Magny, op. cit., p. 136. 43.

43 C. Damiron, op. cit., p. 84.

44 L. Lépine, Mes souvenirs, Paris, Payot, 1929, p. 132.

45 B. Dumons, C. Pellissier, « La Congrégation des Messieurs de Lyon et la Société de Saint-Vincent-de-Paul à Lyon sous la Troisième République - Sociologie comparée », dans Revue de l’Histoire de l’Église de France, t LXXVII, 1992, p. 35-56.

46 D. Dessertine, Le Sauvetage de l’enfance (1890-1990), SLEA, Centre Pierre Léon, p. 60.

47 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1972, p. 304.

48 L. Andrieux, op. cit., p. 21.

49 C.-O. Carbonell, op. cit., p. 277.

50 P. Dockès, Historique de la Société d’économie politique et d’économie sociale de Lyon (1866-1966), Lyon, lmp. Bonnaviat, 1966, p. 26.

51 D. Lejeune, Les alpinistes en France (1875-1919), Paris, Éd. du CTHS, 1988, p. 56.

52 F. Thélamon, dir., Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, 1987, p. 636.

53 J.-P. Chaline, La bourgeoisie rouennaise au XIXe siècle, Thèse de doctorat d’État, Paris IV, 1979.

Auteur

Professeur de classes préparatoires, Grenoble

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540