Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

Résistance, genre et représentations en sortie de deuxième guerre mondiale dans le Nord

Catherine Lacour-Astol

Texte intégral

  • 1 Citons, entre autres travaux, sur ce terrain fréquemment investi : Robert Franck, « La mémoire emp (...)
  • 2 Étienne Dejonghe, Yves Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande 1940-1944, Lille, La (...)

1La construction des mémoires de la Résistance, comme le champ plus vaste des mémoires de la guerre et de l’Occupation, interroge les historiens de manière relativement récente1. Il s’agit ici d’aborder cette question foisonnante dans le cadre d’un espace singulier : le département du Nord, lequel, détaché du territoire national pendant l’Occupation, a subi dès le mois de juin 1940 un régime d’exception aggravé désormais bien connu2. Il s’agit surtout de poser cette question à l’aune du genre, perspective encore peu empruntée par la communauté historienne. L’objectif est ainsi de mettre les mémoires de la Résistance à l’épreuve du genre, donc de poser la question de la place des femmes dans les mémoires de la Résistance comme dans ses représentations.

  • 3 Françoise Thébaud, « Résistances et Libérations », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, no 1, 1995, (...)
  • 4 La remarque vaut pour le numéro pionnier de Clio mentionné ci-dessus. Voir aussi : Albert Oriol-Ma (...)
  • 5 Les expositions consacrées aux résistantes sont souvent pensées comme une forme ultime de reconnai (...)

2Or, si l’on en croit un discours convenu, cette question ne se pose pas. Il est en effet communément admis que les résistantes ont été « les grandes oubliées »3 non seulement de l’Histoire mais aussi de la mémoire, partant, de la reconnaissance, victimes d’une définition militaire, donc masculine, de la Résistance. Porté dans les années 1970 par une forte demande de reconnaissance sociale à l’endroit des femmes, repris dans les années 1990 par les premiers travaux historiques cherchant à lever le voile sur l’opacité entourant la Résistance féminine4, ce discours est toujours dominant5 malgré les avancées manifestes de la recherche historique. Tout se passe comme si l’évocation de la Résistance féminine ne pouvait faire l’impasse de la mention du silence et de l’oubli qui auraient entouré leur engagement.

3Il n’est pas dans mon propos de nier la portion congrue réservée aux femmes résistantes dans le paysage mémoriel de la Résistance. À l’échelle nationale, les traces commémoratives de l’engagement féminin sont ténues : un monument aux femmes communistes déportées au cimetière du Père-Lachaise, deux caveaux abritant des résistantes (Berty Albrecht et Renée Lévy) dans la crypte du Mémorial de la France combattante du Mont Valérien. À l’échelle locale, la faible visibilité des femmes résistantes est, à l’identique, incontestable : quelques établissements scolaires au nom de figures féminines de la résistance locale (Suzanne Blin, en particulier), quelques noms de rues, quelques plaques.

  • 6 Christine Bard, Du Panthéon à Vitry, Où sont les femmes ? CAES magazine, no 75, été 2005, p. 6.
  • 7 C’est ce que montre le travail inédit de Cecilia Cardon, Quelle(s) mémoire(s) de la Résistance à L (...)
  • 8 Ina, France Libre Actualités, « Les noms des martyrs de la Résistance sont donnés aux rues de Pari (...)
  • 9 La plaque, discrète, est apposée sur la maison de Mme Brouillard, au no 9 de la rue Saint-André, d (...)

4Mais ce constat de l’invisibilité des femmes résistantes demande à être éclairé et nuancé. La relégation du féminin aux marges de la cité, dont témoigne la sous-représentation des femmes des lieux de mémoire, n’est pas spécifique aux résistantes. Au contraire, certaines études soulèvent l’hypothèse d’une brèche ouverte par la Résistance et sa mémoire dans l’invisibilité des femmes. Selon Christine Bard, « sans les résistantes, le pourcentage de noms de rues donnés à des femmes tomberait en dessous de 2, voire 1 %6 » (au lieu de 5 %). Par ailleurs, l’étude des variations chronologiques de la représentation mémorielle de la Résistance dans l’espace met en évidence un temps décisif, celui des années 1944-19467, qui semble avoir été plus propice aux femmes. En octobre 1944, les noms de Danielle Casanova et Berthie Albrecht sont, comme ceux de Pierre Brossolette ou Jean-Pierre Timbault, distingués par l’attribution d’une rue parisienne8. Et, à Lille, c’est à une résistante ordinaire que le MLN rend hommage, dès le 5 septembre 1944, par l’apposition d’une plaque ainsi rédigée : « Ici se terrèrent durant la clandestinité les chefs du MLN. À Madame Brouillard, Merci »9.

  • 10 Propos de Christine Levisse-Touzé, directrice du Mémorial du Maréchal Leclerc de Hauteclocque et d (...)

5Ce qui précède rejoint l’hypothèse, formulée par Christine Lévisse-Touzé, d’une évolution contrariée de la mémoire de la Résistance dans laquelle la résistance des femmes aurait été reconnue puis oubliée10. Pour mettre à l’épreuve l’existence de cette première reconnaissance, immédiate, il faut revenir aux sources, soit à la période courte de la sortie de guerre. La vision et les représentations de la Résistance ont-elles été alors ouvertes au féminin ? Et, si oui, comment expliquer que ces représentations n’aient pas autorisé, ou pas totalement, la construction d’une mémoire de la Résistance prenant en compte le genre ?

Quelles représentations de la Résistance en sortie de guerre ?

6La singularité de la sortie de guerre du second conflit mondial a été maintes fois soulignée. Rappelons, ce qui est essentiel pour l’histoire des représentations, qu’elle s’ouvre sur un premier temps complexe, compris entre septembre 1944 et mai 1945, pendant lequel la guerre se poursuit. Le sort réservé aux déportés, mais aussi aux prisonniers, hante les esprits. Cette période constitue une phase décisive pendant laquelle émergent les premières représentations non clandestines du combat mené par la Résistance.

Le temps du deuil : une Résistance indissociable de la répression ?

  • 11 Ce sont les termes utilisés par Charles de Gaulle dans son discours prononcé à Lille le 1er octobr (...)

7Si l’on excepte le littoral dans lequel vont se localiser durablement des poches de résistance allemande, l’essentiel du territoire régional est libéré entre le 1er et le 5 septembre 1944 par les troupes alliées. Cette extrême rapidité autorise l’émergence immédiate de représentations de l’expérience d’occupation. Comme ailleurs, et peut-être plus qu’ailleurs du fait du rôle secondaire joué par la résistance régionale dans la libération du territoire, ces représentations n’ont rien de triomphaliste. De nombreux facteurs se combinent alors pour donner à voir davantage la figure de la victime que celle du combattant, pour imposer l’image d’une région plongée dans « un océan de souffrances et d’humiliations »11.

  • 12 La composition de ce convoi, qui comprend 872 hommes, a été précisée grâce aux travaux d’Yves Le M (...)
  • 13 La liste des 542 fusillés du Nord-Pas-de-Calais a été établie grâce aux recherches menées sous l’é (...)
  • 14 Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty, Les fusillés. Répression et exécutions pendant l'Occupation (1940 (...)

8La précocité et la brutalité de l’occupation du département ont forgé la matrice de représentations durables : celles d’une barbarie ennemie et, à l’opposé, d’une communauté en souffrance. À la Libération, cette vision est exacerbée par la proximité temporelle des dernières exactions commises par les autorités d’occupation. Le 1er septembre 1944, près de 900 détenus sont extraits des prisons pour former un ultime convoi de déportés, le « train de Loos » (l’expression est forgée dès 1945 par la presse du Nord et les familles de déportés). Emblématique de la violence extrême subie par les populations de la zone rattachée, ce convoi va, dès 1945, nourrir une mémoire douloureuse et meurtrie de la Résistance12. Par ailleurs, la retraite des troupes allemandes, harcelées par les troupes alliées et les formations FTP, s’accompagne d’exactions commises contre les civils : massacres à Seclin, Denain, Englos Le territoire libéré porte les marques de ces dernières exactions comme celles de la répression qui s’est exercée sur le territoire régional. La zone rattachée se signale en effet par l’importance des exécutions perpétrées sur son territoire : avec 542 fusillés13, le Nord-Pas-de-Calais représente près de 14 % de l’ensemble des fusillés à l’échelle nationale14. Les lieux d’exécutions : citadelles de Lille et d’Arras, forts de Bondues, de Curgies (Valenciennes), des Dunes (Leffrinckoucke), de Seclin, du Vert Galant (Verlinghem), jouent un rôle majeur dans la pérennisation du souvenir de la répression.

9Le poids numérique des fusillés, la publicité donnée aux exécutions pendant le conflit, la présence de lieux d’exécution sur le territoire régional, l’importance du parti communiste à l’échelle régionale, tous ces éléments contribuent à faire de la figure du fusillé l’icône, tant de la brutalité de la répression subie, que de la Résistance qui lui a été opposée. Cette figure s’ancre d’autant plus dans l’imaginaire régional qu'elle s’inscrit dans la continuité du premier conflit mondial. Le sacrifice est aussi incarné par les déportés, dont l’absence obsède les populations pendant le long hiver 1944-1945. L’ombre portée des absents s’ajoute ainsi au poids des morts pour faire des martyrs les figures majeures de la Résistance à l’échelle régionale.

Lille, rue Saint-André (Phtographie)

  • 15 ADN, CDL, 33W 38 804 (3), Motion adoptée par le CDL dans sa séance du 16 février 1945 en réponse a (...)
  • 16 Ibid.,

10La prééminence des morts sur les vivants, des absents sur ceux qui les pleurent, pose la question de l’identification de la communauté résistante et du fait résistant en sortie de guerre. En 1945, alors que s’ouvre le temps de la reconnaissance de l’engagement résistant, le Comité de Libération du Nord (CDL), gardien de la mémoire résistante, refuse que des distinctions soient décernées en l’absence des déportés, « héroïques victimes de la guerre » parmi lesquelles « se rencontrent en première ligne les titres les plus éclatants, les dévouements les mieux accentués, les sacrifices les plus douloureux »15. Avec les « patriotes fusillés par les Allemands »16, ils sont, pour le CDL, les seuls élus légitimes de la reconnaissance nationale. Le panthéon appelé de ses vœux par le CDL, dans la continuité de la mémoire locale de la Grande Guerre, pose la question d’un imaginaire qui semble de prime abord fermé à toute figure qui ne serait pas auréolée par le martyre.

11De manière paradoxale, la répression est donc à la fois le révélateur majeur de l’engagement résistant, dont elle est le signe tangible, et un voile jeté sur la Résistance, dont les représentations peinent à émerger en dehors de son évocation.

Une vision doloriste ouverte à l’élément féminin

12Cette conception élitiste du combat résistant est en même temps une conception asexuée, voire une conception qui autorise la valorisation de l’engagement féminin. Il n’est peut-être pas inintéressant de rappeler que c’est le sacrifice des femmes qui, au plus haut niveau, a été souligné pour mettre en lumière leur engagement.

13Dans son discours du 16 décembre 1943 sur les ondes de la BBC, Maurice Schumann dépeint une répression indifférente au sexe :

  • 17 Maurice Schumann, Discours du 16 décembre 1943, Honneur et Patrie, cité dans JeanLouis Crémieux-Br (...)

« Les fusillades ennemies n’ont pas distingué lorsqu’elles ont versé le sang d’une madame Albrecht. La police de l’Anti-France n’a pas distingué entre les hommes et les femmes quand elle a arrêté, puis livré à la Gestapo qui les fit mourir sous la torture dans un camp de Silésie Marie Fleury [...] et cette Danielle Casanova, dont la Corse, sa terre natale, n’oubliera jamais le martyre ni le nom »17.

  • 18 Ibid., p. 132.

14Surtout, Maurice Schumann évoque une « égalité naturelle, instinctive, dans le choix du sacrifice18 », égalité qui impose l’entrée des femmes dans la Cité. Non seulement la répression s’est abattue indistinctement sur les hommes et les femmes, mais les femmes ont, par leur sacrifice, démontré leur mobilisation dans le combat résistant.

15Dans le Nord, la figure du sacrifice féminin porte un nom, identifié déjà sous l’Occupation, celui de Suzanne Blin. Originaire de Bully-les-Mines, épouse de René Lanoy dont elle a partagé l’engagement résistant dans les rangs communistes, Suzanne Blin a été arrêtée le 29 février 1944 par les services de police allemands et conduite à la prison de Douai, où elle est décédée au terme de cinq jours de tortures. Son martyre est le symbole d’une violence extrême faite aux femmes : Suzanne Blin était mère d’un jeune enfant de 16 mois, et enceinte. Comme le nom de Danielle Casanova à l’échelle nationale, celui de Suzanne Blin va suffire, à l’échelle régionale, à exprimer à lui seul tant la barbarie nazie que le sacrifice des résistantes. Le récit de son assassinat, dans les colonnes de La Pensée Française au printemps 1944, mérite que l’on s’y arrête.

Suzanne Lannoy-Blin - Carte de sosucription, 1945 (Collection personnelle)

16« [...] Le 1er mars au matin, Suzanne Lanoy, professeur d’histoire et de géographie au collège moderne de Douai, était arrêtée à son domicile. () Voici que commençait le calvaire de celle qu’on ne devait plus revoir. Interrogée par la Gestapo sur les secrets de la Résistance qu’elle détenait, Suzanne Lanoy supporta sans faiblir tous les interrogatoires. [...]

17En ces temps où la mort règne en maîtresse sur tous les champs de bataille de la terre, bien des leurs murmurent pieusement la complainte du poète : « heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre ». Heureux parce qu’ils sont morts en pleine lumière, ils ont vu la mort en face, elle fut douce à leur courage, apaisante à leur héroïsme.

  • 19 Hommage à Suzanne Lanoy, La Pensée Française, avril-mai 1944, p. 1. reproduit par Jean-Marie Fossi (...)

18Suzanne Lanoy n’est pas morte dans ces illuminations des champs de la bataille, dans cette clarté surnaturelle des combats qui donne aux choses les plus viles un éclat nouveau. Elle est morte dans l’ombre d’un cachot, morte dans les tortures et les abominables souffrances de la chair martyrisée. Mais elle est morte sans que le corps trahisse l’esprit. Et le bourreau s’est acharné sur elle, redoublant ses coups, multipliant ses supplices dans sa rage fermée à toute la grandeur de l’héroïsme [...] »19.

19Ce récit de mort a, dans son contexte, une valeur roborative. La mort de la résistante, dont la force intérieure a permis qu'elle ne parle pas, donne à voir la victoire prochaine de la Résistance. Hors contexte, ce récit de mort éclaire l’évolution imposée à la figure du héros par l’épopée résistante. La première guerre avait fait du combattant mort sur le champ de bataille le héros de la Nation. En ces temps où la mort règne en maîtresse sur les champs de bataille, les combattants en armes peuvent, comme leurs prédécesseurs, espérer une belle mort. Que dire d’une mort infâme, au fond d’un cachot, sous la torture ? Dans le récit qui en est proposé ici, la mort dans l’ombre devient une mort glorieuse, transfigurée par la victoire de l’esprit - l’esprit de celui qui résiste, l’esprit de la Résistance.

20Il n’est donc pas étonnant que le nom de Suzanne Blin soit, à la Libération, retenu dans le discours communiste pour incarner l’héroïsme au féminin. En témoigne un article paru dans le journal Liberté du 3 octobre 1944, signé de son rédacteur en chef André Pierrard, à l’occasion de la récente visite du général de Gaulle à Lille :

  • 20 Liberté, 3 octobre 1944, page 2, journal conservé dans le dossier de presse relatif au voyage du g (...)

« Au cours de ses brèves allocutions, s’il [le général de Gaulle] n’a pas évoqué la mémoire de ces centaines de fils des Flandres et d’Artois tombés pour que la France vive, de ces Debarge et Hentgès, de ces Suzanne Blin et Bouchery, le chef du gouvernement n’en a pas moins scellé avec eux d’une manière tacite, mais solennelle, ce pacte de fidélité qui nous a particulièrement touchés, nous, leurs frères dans la douleur et l’espérance »20.

  • 21 Maurice Bouchery a été fusillé le 14 juillet 1944 à la prison de Ludwisburg. Joseph Hentgès, qui i (...)

21La mention d’une fidélité aux morts, commune, selon l’auteur de ce propos, à tous les acteurs du combat résistant, permet à André Pierrard de suggérer une résistance populaire, anonyme, incarnée dans des individualités marquées qui lui ont servi de guides. Le panthéon évoqué par André Pierrard signale, une fois encore, l’importance du sacrifice dans la représentation de la Résistance : toutes les figures mises en exergue sont celles de martyrs21. La force du sacrifice n’est évidemment pas spécifique au système de représentation communiste et l’idée selon laquelle la mort acceptée/risquée signale le don suprême de soi est éminemment consensuelle. La nouveauté inhérente à la prise en compte de la répression comme signe de l’engagement résistant tient au fait qu'elle oblige à considérer le sacrifice des femmes de la même manière que celui des hommes. Mais, si le propos d’André Pierrard témoigne d’une intégration des femmes dans le panthéon des héros communistes, il en pointe dans le même temps la difficulté. Le prénom, Suzanne, signale une présence féminine, dont l’étrangeté est néanmoins patente... puisque Suzanne intègre les rangs des « fils des Flandres et d’Artois ».

La « guerre des femmes » 22 dans le discours des résistantes

  • 22 L’expression est empruntée à Antoine Rédier, auteur d’un ouvrage éponyme consacré à la mobilisatio (...)

22Le sacrifice consenti par les résistantes impose, pendant le conflit puis à la Libération, que la vision de la Résistance soit ouverte aux femmes. Le genre s’invite aussi dans ces représentations par d’autres biais, en particulier la vision du combat féminin proposé par les résistantes elles-mêmes.

Les discours des temps de guerre : des résistantes évoquent la résistance des femmes

23Quelques – rares – résistantes jouent un rôle essentiel dans l’émergence, en temps de guerre, de représentations de la Résistance féminine. Dans leurs discours prononcés à Londres, ces résistantes donnent à voir la Résistance féminine dans sa singularité.

Lucie Aubrac à Lyon

  • 23 Lucie Aubrac, « La guerre, affaire de femmes », Honneur et Patrie, 20 avril 1944, cité dans Jean-L (...)
  • 24 Maurice Schumann, Discours du 24 mars 1944, Honneur et Patrie, cité dans Jean-Louis Crémieux-Brilh (...)

24Le premier de ces discours est le fait d’une résistante précédée d’une solide réputation lorsqu’elle arrive à Londres en février 1944 : Lucie Aubrac. Le 20 avril 1944, elle prononce un discours consacré à l’engagement féminin dans la Résistance23. Son nom n’est pas inconnu des auditeurs de la BBC, Maurice Schumann ayant dressé son portrait sur les ondes en mars 1944. Dans ce discours célèbre pour avoir projeté « l’émancipation de la Française »24, il utilise la figure de Lucie Aubrac pour désamorcer les peurs face à la promotion future du féminin. Le propos tend à montrer que la résistante, même armée d’une mitraillette, n’en est pas moins une femme.

  • 25 Ibid....

« On regarde cette femme [...]. On la regarde et on se la représente avec une aiguille à tricoter ou, tout au plus, avec un morceau de craie entre les mains. Et puis, on apprend soudain que, voici quelques semaines, ce qu'elle avait entre les mains, c’était une mitraillette, quelle était le chef d’un groupe d’action de 12 membres, 12 soldats, qui a arraché 14 patriotes des griffes de la Gestapo. Et puis, on apprend encore que, parmi ces 14 Français délivrés, il y avait son propre mari, Raymond Aubrac [...].
Je la regardais, tout à l’heure, raconter la France à quelques dizaines de journalistes alliés. À la même place, des hommes éloquents avaient fait comprendre la France. Elle, sans éloquence, la faisait sentir, toucher du doigt [...] »25.

  • 26 Ibid.
  • 27 Lucie Aubrac, « La guerre, affaire de femmes », Honneur et Patrie, 20 avril 1944, op. cit.,
  • 28 Ibid.

25Le discours prononcé par Lucie Aubrac le 20 avril 1944 s’inscrit dans la continuité de cette vision qui promeut l’image d’une résistance ordinaire, de gens « faits pour une vie sans chaos et sans histoire », qui, s’ils bousculent, d’extraordinaire, les interdits et les frontières du genre, le font simplement « pour leur terre [...], pour leur bonheur [...] pour leur avenir »26 ». Comme Maurice Schumann, Lucie Aubrac met en exergue le prix payé par les femmes « battues, méprisées, toutes seules devant la souffrance et la mort27 ; comme lui, elle met en avant les caractéristiques du second conflit mondial, qui rompt avec la tradition d’une guerre qui est « l’affaire des hommes » et impose qu'elle soit aussi « affaire de femmes »28.

  • 29 Ibid.

26Si cette guerre d’un type nouveau ne distingue pas entre les hommes et les femmes, Lucie Aubrac n’en pointe pas moins les spécificités de l’engagement féminin. Dans ses motivations d’abord. Pour elle, cet engagement est imposé aux femmes parce qu’elles sont les gardiennes du foyer : « notre foyer disloqué, nos enfants mal chaussés, mal vêtus, mal nourris ont fait de notre vie, depuis 1940, une bataille de chaque instant contre les Allemands »29. En résulte selon elle un engagement spécifique qu'elle qualifie de « bataille de solidarité », une solidarité qui s’exerce à l’endroit de toutes les victimes de la persécution ou de la répression : sauvetage des juifs, aide aux enfants de déportés, aux détenus, aux maquisards... L’engagement féminin dans les rangs de la Résistance en tant que telle est évoqué enfin :

  • 30 Ibid.

« Et puis, maintenant que tout le pays est un grand champ de bataille, les femmes de France assurent la relève des héros de la Résistance. Dans la Grande Armée sans uniforme du peuple français, la mobilisation des femmes les place à tous les échelons de la lutte : dactylos, messagères, agents de liaison, volontaires même dans les rangs des Groupes Francs et des Francs-Tireurs »30.

27Dans la vision proposée par Lucie Aubrac, l’engagement au même titre que les hommes, dans des formes de mobilisation qui incluent la lutte armée, s’inscrit dans le terreau d’une mobilisation spontanée, en tant que femmes.

Émilienne Moreau-Evrard, Lens 1945

  • 31 Discours de Mme Émilienne Moreau à sa conférence de presse tenue le 15 août 1944, in Émilienne Mor (...)

28La spontanéité et la précocité sont, à l’identique, posées comme marqueurs de l’engagement féminin dans un discours moins connu, prononcé à Londres, le 15 août 1944, par une figure de la résistance de la zone interdite, Émilienne Moreau. Émilienne Moreau est de toute évidence une combattante. Elle l’était déjà dans la Grande guerre : son action (renseignement, coup de feu contre l’ennemi) lui avaient alors valu la Croix de guerre. Elle l’est à nouveau à l’occasion du second conflit : agent de liaison du réseau Brutus, elle est ensuite responsable du CAS en zone sud. Pourtant, dans le discours qu elle prononce à Londres31, la figure de la combattante est totalement absente. On peut supposer que cette absence est liée à l’enjeu du discours, qui vise a obtenir de l'aide pour la population française, et particulièrement pour les femmes. On peut aussi émettre l’hypothèse que, pour Émilienne Moreau, la résistance féminine vaut d’abord par ses traits spécifiquement féminins. À l’instar de Lucie Aubrac, Émilienne Moreau met en avant la condition des femmes, leur position dans la société, pour expliquer une expérience spécifique de l’Occupation :

  • 32 Ibid, p. 268.

« La femme française a réagi, j’oserai dire, plus vite que les hommes, parce que mère de famille, elle s’est trouvée aux prises avec des difficultés que ne connaissent pas les hommes »32.

29La mobilisation des femmes s’enracine dans cette expérience spécifique :

  • 33 Ibid,

« La misère s’installait en France, plus particulièrement dans les villes. On vit les femmes parcourir les campagnes afin de trouver la pitance nécessaire pour nourrir et élever leurs enfants. Parmi elles, parmi aussi les jeunes filles de toutes classes, s’éleva un souffle de révolte contre l’envahisseur, et elles se mirent au service de la Résistance. C’est ainsi qu’on vit bientôt les routes sillonnées de courageuses petites, qui, sous prétexte de ravitaillement, portaient des mots d’ordre et faisaient de la propagande [...] »33.

30Enfin, la mobilisation des femmes épouse des contours spécifiques, ceux d’une résistance première, de soutien aux soldats anglais, matrice d’autres formes de combat :

  • 34 Ibid, p. 267.

« Beaucoup de vos hommes, n’ayant pu rejoindre les ports d’embarquement, restèrent chez nous et y furent cachés ; certains y sont encore entourés de l’affection des nôtres. De même les aviateurs qui tombent chez nous trouvent abri et protection. Ce sont les femmes qui, la plupart du temps, après les avoir hébergés et nourris, les acheminent vers les lieux d’où ils pourront rejoindre leur pays et reprendre le combat.[...] Messieurs, ce sont pour la plupart des femmes qui font la liaison des groupes de Résistance, ce sont les femmes qui portent er distribuent souvent les journaux et les tracts »34.

31Affaire de femmes, la résistance féminine apparaît, dans ces discours prononcés à Londres par des résistantes alors que la guerre n’est pas terminée, comme une résistance singulière, par sa précocité, sa spontanéité, son caractère massif, son ancrage dans le quotidien des femmes.

Une vision de la Résistance féminine confortée à la Libération ?

  • 35 Ouvrière textile originaire de Comines, Marthe Desrumeaux (orthographe la plus fréquente) est une (...)
  • 36 ADN, CRR, 27W 38 332 (2), rapport du commissariat central aux Renseignements généraux de Douai à l (...)

32La Libération bouleverse ces premières constructions sans les balayer complètement. Portée jusque-là par des figures reconnues de la Résistance qui s’exprimaient en tant que résistantes et en tant que femmes depuis l’étranger, la parole passe à des militantes de renom, comme Marthe Desrumeaux, qui va s’adresser, sur sa terre natale, à des gens qui connaissent son parcours35. Elle trouve par ailleurs une tribune dans le cadre d’une organisation féminine née dans la clandestinité, l'Union des Femmes françaises (UFF). Dans ces conditions, le discours véhiculé sur la participation des femmes à la Résistance gagne un auditoire conséquent. À titre d’exemple, la réunion organisée à Somain le 27 avril 1945 en hommage à Marthe Desrumeaux à son retour de déportation rassemble 2 500 auditeurs36.

33Ce changement de cadre n’engendre pas de rupture totale avec les représentations antérieures. Certes, la tonalité change puisque les femmes ont désormais le droit de vote, conséquence directe, pour les femmes de l’UFF, de leur engagement résistant. Aussi l’évocation du rôle joué par les femmes pendant les heures sombres de l’Occupation est-elle l’occasion de démonstrations de patriotisme :

  • 37 ADN, CRR, 27W 38 332 (2), rapport de police sur une réunion de I(...)

« De tous les temps, les femmes ont pris part à la lutte pour la liberté. Ce fut encore le cas pour cette guerre. [...] Les femmes de France se sont dressées contre les agissements des Boches, elles ont opposé à l’occupant une volonté farouche et ont donné les preuves du plus grand courage »37.

  • 38 Ibid., rapport de police sur la réunion de l’UFF tenue le 15 octobre 1944 à Marcq-en-Baroeul
  • 39 Ibid., rapport de police sur la réunion de l’UFF tenue le 16 octobre 1944 à Saint-Amand
  • 40 Ibid., rapport de police sur la réunion de l’UFF tenue le 23 novembre 1944 à Arras
  • 41 Ibid., rapport de police sur la réunion de l’UFF tenue le 16 mars 1945 à Pérenchies

34En dehors de cette inflexion, le regard porté sur la résistance féminine varie assez peu, au moins pour la période qui va de la Libération au printemps 1945. Des hommages sont alors rendus collectivement aux « femmes qui ont abrité les FTP et les ont nourris malgré les dangers quelles encourraient »38, aux « femmes françaises victimes de la terreur nazie39 », aux femmes « fusillées et déportées »40, aux femmes « anglaises et russes »41. La résistance féminine est toujours rigoureusement associée à l’évocation des souffrances qui ont été infligées à ses membres. Par ailleurs, ces hommages rendus collectivement aux femmes, dépassant les frontières, nourrissent l'idée d’une identité féminine spécifiquement atteinte par la violence de guerre, qui a contribué à la lutte contre l’oppression nazie de manière singulière. La précocité, la spontanéité, la spécificité sont des marques reconnues à l’engagement féminin, au temps de la clandestinité comme en immédiate sortie de guerre.

Quels obstacles à la construction d’une mémoire de la Résistance féminine ?

35Ce qui précède atteste l’existence, pendant la guerre et en sortie de guerre, non seulement d’une vision de la Résistance ouverte aux femmes, mais aussi de représentations d’une résistance féminine singulière. Pourtant, ces représentations échouent manifestement à forger le socle d’une mémoire de la résistance des femmes. Comment rendre compte de cet échec ?

Identité féminine, identité militante

  • 42 Sandra Fayolle, L’Union des Femmes Françaises : une organisation féminine de masse du parti commun (...)

36Le premier élément de réponse tient dans le constat de l’absence d’un groupe cohérent, socle indispensable à la construction d’une mémoire spécifique. Certes l’Union des Femmes françaises se fait, à la Libération, le porte-parole des souffrances endurées par les femmes et du combat mené par les résistantes. Mais, pour des raisons qui tiennent à son statut même : celui d’une organisation proche du Parti communiste42, l’UFF ne va pas servir la construction d’une mémoire féminine de la Résistance. À partir du printemps 1945, l’évocation parfois un peu improvisée d’une lutte « des femmes », caractéristique des premières interventions des oratrices de l’UFF à la Libération, cède le pas à une narration plus policée et encadrée. Désormais, la spontanéité du combat féminin disparaît des discours, au profit de l’impulsion donnée, d’en haut, par Danielle Casanova et les comités féminins.

  • 43 ADN, CRR, 27W 38 332 (2), rapport relatif au congrès départemental de l’UFF à Lille, 28 mai 1945, (...)

« Les femmes, sous l’impulsion de Danielle Casanova, ont commencé la lutte contre l’allemand dès le premier jour de l’occupation. Les premiers mouvements s’appelaient « comités féminins » et distribuaient le journal clandestin « La Ménagère ». Il faut se souvenir de celles qui prenaient alors la parole sur les marchés ou à la sortie des églises, et jetaient des tracts, et surtout de ces femmes partisanes qui ont transporté des armes et aidé aux sabotages donnant des coups mortels à la machine de guerre allemande »43.

37Dans ce nouveau discours, la lutte des « femmes » se transforme en une lutte organisée de militantes, dont l’action – parfois strictement féminine, à l’instar des manifestations des « ménagères » – a été initiée par des « mouvements », et s’est prolongée dans un combat armé, celui des partisanes, aux côtés des partisans. À l’heure où les organisations résistantes sorties de la clandestinité se livrent à un travail de liquidation, cette nouvelle vision de la Résistance – organisée, hiérarchisée, encadrée – n’est certes pas spécifique à la mobilisation féminine. Mais s’agissant des femmes, elle pose la question du rapport entre identité féminine et identité militante.

  • 44 Le propos s’appuie sur le témoignage de Marthe Desrumeaux à son retour de déportation, et particul (...)

38Le témoignage délivré par Marthe Desrumeaux à son retour de déportation éclaire cette tension. Description précise de l’univers concentrationnaire, il est sans charge affective, dénué de toute mention personnelle. Ici, l’itinéraire personnel importe peu. Et l’identité de sexe disparaît au profit de l’évocation de celle de la déportée, que rien ne distingue de son homologue masculin. Dans cette vision, le camp est le lieu d’un seul face à face, qui oppose, sans distinction de sexe, oppresseurs et oppressés44.

Des résistantes peu présentes dans les associations résistantes

  • 45 ADN, CDL, 33W 38804 (55), Union des Résistants de la Région du Nord de la France. Buts. Statuts. C (...)

39Après-guerre, la dimension féminine du combat résistant, portée initialement par des actrices isolées, tend à disparaître des représentations de la Résistance. Pour qu'elle se perpétue, il aurait fallu que les résistantes investissent massivement les cercles résistants à l’origine de la fabrique d’une mémoire résistante. Or, elles ne l’ont pas fait. Et leur réserve a trouvé un écho dans la place marginale qui leur a été réservée dans les associations d’anciens des grandes organisations. Les résistantes sont ainsi presque totalement absentes des bureaux des organisations résistantes issues de la clandestinité. Marthe Desrumeaux, à la tête des anciens Francs Tireurs et partisans français en 1946, fait exception. Les associations d’anciens résistants reproduisent ainsi une hiérarchie des rôles ancienne. Les résistantes qui prennent place dans les commissions des organisations le font dans les commissions féminines, ou dans les comités sociaux. L’exemple de l’Union des Résistants de la Région du Nord de la France (URRNF), tentative unique à notre connaissance pour fédérer les organisations d’anciens des grandes organisations nationales (FTP, Libé-Nord, CDLR, OCM, ORA, POWN) ainsi que les puissantes organisations régionales : Voix du Nord, et OFACM, illustre notre propos. Dans cette vaste organisation, dont le but affiché est de lutter contre l’oubli et le discrédit qui menacent la Résistance, les femmes sont bien représentées dans la commission du service social : 3 postes sur 6. Elles sont par contre totalement absentes des huit autres commissions créées, dont celles de l’historique des mouvements, des décorations, de la propagande45.

40La faible représentation des femmes dans les associations d’anciens résistants contribue à expliquer que la mémoire du combat résistant portée par ces associations, construite par leurs chefs masculins, soit une mémoire attentive à la lutte armée, à la dimension militaire du combat clandestin, qui, seule, permet de poser ces anciens résistants en anciens combattants.

  • 46 ADN, CRR, 27W 28 332 (2), rapport du commissaire aux renseignements généraux de Lille, 5 juin 1945 (...)

41Dans le prolongement de leur implication traditionnelle dans les œuvres sociales, les résistantes investissent davantage les associations d’anciens des victimes de la répression, où elles occupent plus souvent des fonctions de décision. On peut citer l’exemple de l’Association des Français condamnés par les conseils de guerre allemand, union nationale dont l’antenne locale est dirigée à partir de l’été 1945 par une résistante, Madeleine Martinache, avocate au barreau de Lille. À cette date, les femmes représentent 1/5e des candidats administrateurs soumis aux votes des membres de l’Association46.

42L’investissement par les résistantes des associations de victimes, quand elles sont quasi absentes des organisations résistantes issues de la clandestinité, illustre une ligne de partage sexuée des mémoires du combat résistant : celle du combattant, de la lutte clandestine, est aux mains des seuls chefs masculins des organisations ; celle de la victime est pour partie occupée par les femmes.

Un rapport à l’expérience résistante différent selon le sexe ?

  • 47 La moitié des dossiers de demande de CVR (déposés de 1947 à nos jours) l’ont été dans le courant d (...)
  • 48 Ces données ont été établies grâce aux différents outils et fichiers de l’Office National des Anci (...)

43Le faible investissement par les femmes des associations d’anciens résistants/anciens combattants soulève l’hypothèse d’un rapport à l'expérience résistante inégal selon le sexe. Une fois le conflit terminé, les femmes auraient, moins que les hommes, ressenti le besoin d’en perpétuer le souvenir, d’en construire la mémoire. Une première explication tient aux caractéristiques mêmes de l’expérience résistante des femmes, dont beaucoup ont résisté au foyer, de manière isolée, sans jamais avoir investi un groupe en tant que tel. L’ancrage de ces actes de résistance dans le quotidien – héberger, nourrir, abriter, soigner – explique sans doute que de nombreuses résistantes aient eu le sentiment de n’avoir fait là que « leur devoir », propos qui signale la banalité des services rendus mais traduit aussi une culture féminine morale du devoir. Par ailleurs, dans bien des cas, cette résistance au foyer a été une résistance du couple, dans laquelle la relation au groupe résistant était le plus souvent le fait de l’élément masculin. En outre, quand elle a été frappée par la répression, cette résistance l’a été de manière inégale selon le sexe. Rappelons que les fusillades ne concernent que les hommes... Une chose est sûre. Lorsqu’il s’est agi de faire reconnaître leur engagement résistant par l’établissement d’un dossier de combattant volontaire de la Résistance, les résistantes n’ont pas répondu à l’appel. Dans le département du Nord, l’examen des dépôts de demandes de cartes CVR montre que les résistantes ont accueilli cette perspective avec réserve, alors que le département du Nord se signale par une forte demande globale de reconnaissance47. Sur l’ensemble de la période de dépôt des dossiers, les demandes émanant des résistantes représentent 8 % des dossiers. L’accueil favorable rencontré par les dossiers de résistantes, acceptés pour 57 % d’entre eux contre 36 % pour les dossiers masculins, explique que la part des femmes dans la population résistante reconnue à l’échelle départementale se soit finalement élevée à 12 %48. Une analyse plus fine montrerait en outre que les résistantes ont, plus que les résistants, lait valoir la répression endurée pour fonder leur demande de reconnaissance.

Conclusion

44En sortie de guerre, les représentations de la Résistance se confondent avec les représentations de la période d’Occupation. Les figures du fusillé et du déporté disent la violence de la répression endurée comme le sacrifice consenti par les résistants. Cette ombre portée de la répression, posée comme le marqueur incontestable de l’engagement résistant, autorise une vision de la Résistance ouverte aux femmes. Celles-ci ont en effet payé, au même titre que les hommes, le prix de leur engagement.

  • 49 ADN, CRR, 27W 38 330 (7-8), Élections municipales, 1er et 2e tour, résultats pour le Nord et le Pa (...)

45Le genre s’invite aussi dans les représentations de la Résistance par d’autres biais. Des résistantes, comme Émilienne Moreau, ont contribué à construire l’image et les contours d’une résistance spécifique. La spontanéité de l’engagement féminin, son ancrage dans le quotidien des femmes, mais aussi son autonomie, sont mises en évidence dans la période qui précède la Libération et la prolonge. Les élections municipales du printemps 1945, au cours desquelles les femmes résistantes représentent 12 % des candidats proposés au vote et 9 % des élus (arrondissement de Lille49) montrent que ces représentations trouvent un écho dans la communauté régionale. Il semble alors qu’une reconnaissance immédiate consacre la résistance féminine, posée dans sa singularité.

46Pourtant, cette reconnaissance ne semble pas trouver de prolongement dans la mémoire de la Résistance qui se construit après guerre. D’où l’idée, répétée à l’envi, d’une éviction des femmes de la mémoire, d’un déni de mémoire à l’encontre des résistantes. L’analyse du processus de fabrique des mémoires résistantes montre que les choses sont plus complexes. Plutôt que d’une mémoire oubliée, il nous semble qu’il faut parler d’une mémoire non affirmée, entre autres parce que les femmes n’ont pas, ou peu, été actrices de sa construction.

Verso de la carte de souscription - 1945 (Collection perosnnelle)

Notes

1 Citons, entre autres travaux, sur ce terrain fréquemment investi : Robert Franck, « La mémoire empoisonnée », dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), La France des années noires, tome II. De l’Occupation à la Libération, Paris, Seuil, 1993, p. 483-514 ; Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie (dir.), Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995 ; Henry Rousso, Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 2001 ; Olivier Wieworka, La Mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres de la Libération à nos jours, Paris, Seuil, 2010 ; Pierre Laborie, Le Chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, mémoire et idées reçues, Paris, Bayard, 2011.

2 Étienne Dejonghe, Yves Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande 1940-1944, Lille, La Voix du Nord, 2000 ; Nico Wouters, « Davantage la France que la Belgique. L’unicité du Nord-Pas-de-Calais, 1940-1944 », Cahiers d’Histoire du temps présent, no 15, 2005, p. 205-223.

3 Françoise Thébaud, « Résistances et Libérations », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, no 1, 1995, p. 14.

4 La remarque vaut pour le numéro pionnier de Clio mentionné ci-dessus. Voir aussi : Albert Oriol-Maloire, Les femmes en guerre. Les oubliées de l’Histoire, 1939-1945, Amiens, Martelle, 1995 ; Evelyne Morin-Rotureau (dir.), Combats de femmes. Françaises et Allemandes, les Oubliées de l’Histoire, Paris, Éditions Autrement, 2001.

5 Les expositions consacrées aux résistantes sont souvent pensées comme une forme ultime de reconnaissance à l’endroit de celles que la postérité a oubliées. On peut citer, à titre d’exemples, les expositions organisées par le musée de la Résistance du Morvan (Femmes en Résistance, anonymes et héroïnes) en 2008, ou, plus récemment, par le Mémorial de l’internement et de la déportation de Compiègne (Femmes picardes en Résistance), terminée en mars 2012.

6 Christine Bard, Du Panthéon à Vitry, Où sont les femmes ? CAES magazine, no 75, été 2005, p. 6.

7 C’est ce que montre le travail inédit de Cecilia Cardon, Quelle(s) mémoire(s) de la Résistance à Lyon ? mémoire sous la direction de Laurent Douzou, soutenu à l’IEP de Lyon en septembre 2004. Voir aussi Jean-Marie Guillon, « Monuments et mémoire de la Résistance en Provence », Provence historique, XLVIII, , 1998, p. 325-340.

8 Ina, France Libre Actualités, « Les noms des martyrs de la Résistance sont donnés aux rues de Paris », 27 octobre 1944. http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerremondiale/video/AFE86002850/les-noms-des-martyrs-de-la-resistance-sont-donnes-aux-rues-de-paris.fr.html.

9 La plaque, discrète, est apposée sur la maison de Mme Brouillard, au no 9 de la rue Saint-André, dans le centre de Lille.

10 Propos de Christine Levisse-Touzé, directrice du Mémorial du Maréchal Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris, recueillis par Thomas Baumgartner à l’occasion d’un cycle documentaire proposé par Arte en février 2005 sur les différentes formes de résistance en Europe. http://www.arte.tv/fr/la-resistance-au-feminin/792530, CmC = 792526.html

11 Ce sont les termes utilisés par Charles de Gaulle dans son discours prononcé à Lille le 1er octobre 1944, discours reproduit dans la presse régionale dans son intégralité. ADN, Commissariat de la République, 42W 39361 (1), visite officielle du général de Gaulle à Lille.

12 La composition de ce convoi, qui comprend 872 hommes, a été précisée grâce aux travaux d’Yves Le Maner et à l’enquête de la Fondation pour la mémoire de la Déportation. L’amicale du train de Loos, fondée en novembre 1945, a imposé dès 1947 un chiffre total de déportés nettement supérieur (1250), considérant avec suspicion toute tentative historienne de réévaluation. Fondation pour la mémoire de la Déportation, http://www.bddm.org/liv/details.php ?id =I.281. Yves Le Maner, Le « train de Loos ». Le grand drame de la déportation dans le Nord-Pas-de-Calais, Yves le Maner, 2003.

13 La liste des 542 fusillés du Nord-Pas-de-Calais a été établie grâce aux recherches menées sous l’égide d’Yves Le Maner et Laurent Thiery. http://www.lacoupolefrance.com/fr/eo_profs/deportes/listeshtml/index2.htm

14 Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty, Les fusillés. Répression et exécutions pendant l'Occupation (1940-1944), Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2006.

15 ADN, CDL, 33W 38 804 (3), Motion adoptée par le CDL dans sa séance du 16 février 1945 en réponse aux demandes réitérées du préfet du Nord d’examiner les propositions de distinction honorifique transmises par la Préfecture.

16 Ibid.,

17 Maurice Schumann, Discours du 16 décembre 1943, Honneur et Patrie, cité dans JeanLouis Crémieux-Brilhac, Les Voix de la Liberté. Ici Londres 1940-1944, La documentation Française, 1975, tome IV, p. 131

18 Ibid., p. 132.

19 Hommage à Suzanne Lanoy, La Pensée Française, avril-mai 1944, p. 1. reproduit par Jean-Marie Fossier, Zone Interdite : Nord-Pas-de-Calais mai 1940-mai 1945, FNDIRP, Édition revue et corrigée, 1994.

20 Liberté, 3 octobre 1944, page 2, journal conservé dans le dossier de presse relatif au voyage du général de Gaulle à Lille, ADN, Cabinet du préfet, 42W 39 361 (1).

21 Maurice Bouchery a été fusillé le 14 juillet 1944 à la prison de Ludwisburg. Joseph Hentgès, qui incarne le militantisme et la fidélité à la cause ouvrière, a été arrêté comme otage dès l’été 1941 et fusillé le 14 avril 1942 au fort du Vert Galant. Charles Debarge, chef des groupes d’action armée de l’Organisation spéciale dans le bassin minier, est blessé lors d’un échange de coups de feu avec des hommes de la GFP d’Arras, et décède le 23 septembre 1942 à la prison d'Arras où il a été conduit.

22 L’expression est empruntée à Antoine Rédier, auteur d’un ouvrage éponyme consacré à la mobilisation féminine, dans le Nord, lors du premier conflit mondial, et particulièrement à Louise de Bettignies.

23 Lucie Aubrac, « La guerre, affaire de femmes », Honneur et Patrie, 20 avril 1944, cité dans Jean-Louis Crémieux-Brilhac, op. cit., tome IV, p. 238-239.

24 Maurice Schumann, Discours du 24 mars 1944, Honneur et Patrie, cité dans Jean-Louis Crémieux-Brilhac, op. cit, tome IV, p. 219-220. Dès le 16 décembre 1943, Maurice Schumann avait évoqué la nécessaire intégration des femmes dans la cité.

25 Ibid....

26 Ibid.

27 Lucie Aubrac, « La guerre, affaire de femmes », Honneur et Patrie, 20 avril 1944, op. cit.,

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Discours de Mme Émilienne Moreau à sa conférence de presse tenue le 15 août 1944, in Émilienne Moreau, La guerre buissonnière, Une famille française dans la Résistance, Solar Éditeurs, 1970, p. 265-270.

32 Ibid, p. 268.

33 Ibid,

34 Ibid, p. 267.

35 Ouvrière textile originaire de Comines, Marthe Desrumeaux (orthographe la plus fréquente) est une dirigeante syndicale et politique de stature régionale, et nationale, dans l’entre-deux-guerres. Initiatrice de la reconstitution du parti communiste dans le Nord, elle est arrêtée dès le mois d’août 1941, et fait partie des premières Françaises déportées à Ravensbrück. Pierre Outteryck lui a récemment consacré une biographie. Pierre Outteryck, Martha Desrumaux. Une femme du Nord, ouvrière, syndicaliste, déportée, féministe, Lille, Le Geai bleu éditions, 2009.

36 ADN, CRR, 27W 38 332 (2), rapport du commissariat central aux Renseignements généraux de Douai à la direction des RG à Paris, sur la réunion organisée à Somain le 27 avril 1945 en l’honneur de Marthe Desrumeaux.

37 ADN, CRR, 27W 38 332 (2), rapport de police sur une réunion de IImageUFF tenue à Roubaix, le 4 novembre 1944, extrait du discours de Jeanne Leroy, secrétaire départementale.

38 Ibid., rapport de police sur la réunion de l’UFF tenue le 15 octobre 1944 à Marcq-en-Baroeul

39 Ibid., rapport de police sur la réunion de l’UFF tenue le 16 octobre 1944 à Saint-Amand

40 Ibid., rapport de police sur la réunion de l’UFF tenue le 23 novembre 1944 à Arras

41 Ibid., rapport de police sur la réunion de l’UFF tenue le 16 mars 1945 à Pérenchies

42 Sandra Fayolle, L’Union des Femmes Françaises : une organisation féminine de masse du parti communiste français, 1945-1965, thèse de doctorat de Science politique sous la direction de Philippe Braud, Institut d’Études Politiques, Paris, 2005.

43 ADN, CRR, 27W 38 332 (2), rapport relatif au congrès départemental de l’UFF à Lille, 28 mai 1945, intervention d’Émilienne Galicier, responsable départementale.

44 Le propos s’appuie sur le témoignage de Marthe Desrumeaux à son retour de déportation, et particulièrement celui du 27 avril 1945 à Somain, dont les propos sont rapportés dans le rapport de police établi à cette occasion. ADN, CRR, 27W 38 332 (2), op. cit.

45 ADN, CDL, 33W 38804 (55), Union des Résistants de la Région du Nord de la France. Buts. Statuts. Commissions. Septembre 1945.

46 ADN, CRR, 27W 28 332 (2), rapport du commissaire aux renseignements généraux de Lille, 5 juin 1945, relatif à la réunion du 3 juin 1945 de l’association locale de l’Union nationale des Français condamnés par les conseils de guerre allemands.

47 La moitié des dossiers de demande de CVR (déposés de 1947 à nos jours) l’ont été dans le courant de la première année de dépôt en 1947.

48 Ces données ont été établies grâce aux différents outils et fichiers de l’Office National des Anciens Combattants, service départemental du Nord : registres des cartes attribuées, des dépôts de demandes de cartes, dossier « Statistiques ».

49 ADN, CRR, 27W 38 330 (7-8), Élections municipales, 1er et 2e tour, résultats pour le Nord et le Pas-de-Calais et rapports analysant ces résultats.

Table des illustrations

Légende Lille, rue Saint-André (Phtographie)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Suzanne Lannoy-Blin - Carte de sosucription, 1945 (Collection personnelle)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2399/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Lucie Aubrac à Lyon
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2399/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Émilienne Moreau-Evrard, Lens 1945
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2399/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Verso de la carte de souscription - 1945 (Collection perosnnelle)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2399/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

Auteur

Centre d’Histoire du XX e siècle-IEP de Paris, IRHiS.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires