Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

Les mémoires de la Résistance des cheminots ou la cohabitation de héros nationaux et locaux

Coralie Immele

Texte intégral

  • 1 Robert Barroux, Histoire générale illustrée de la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Guillet, 1947, (...)

1Les cheminots résistants ont longtemps été perçus comme les membres d’un groupe professionnel qui avait participé en grand nombre à la Résistance1. Cette représentation pérenne, issue de la période clandestine, s’est diffusée dans la mémoire sociale dès l’après-guerre, via notamment le cinéma. À cette représentation collective unanime, partagée à la fois par les gaullistes et les communistes, s’ajoutent des figures individuelles, emblèmes de mémoires particulières, qui personnifient peu à peu, à l’échelle nationale ou locale, le combat des cheminots résistants. Certaines ont été retenues précocement, dès la clandestinité, comme la triade communiste Pierre Semard - Jean Catelas - Georges Wodli. D’autres, qui ont aussi payé de leur vie leur engagement, ne sont distinguées qu’après la Libération. Leurs noms (Lucien Beysson, contrôleur technique à Paris, Marius Chardon, visiteur à Oullins, Maxime Guillot, manœuvre à Dijon), aujourd’hui retombés dans l’oubli, sont apposés, dans les communes, sur les plaques indicatrices des noms de rue et/ou sur les plaques commémoratives uni-ou plurinominales scellées dans les murs des emprises ferroviaires.

  • 2 Paul Durand, La SNCF pendant la guerre, sa résistance à l’occupant, Paris, PUF, coll. « Esprit de (...)
  • 3 Nicolas Hobam, Quatre années de lutte clandestine en Lorraine, Historique du mouvement Lorraine, N (...)

2Ces figures de la résistance des cheminots ont pourtant été remémorées, voire, pour quelques-unes, le sont toujours, au moyen de commémorations et de publications, par des personnes morales (le Parti communiste, la SNCF, la Fédération CGT des cheminots...) et physiques (anciens résistants, cheminots2 ou non3, ou cheminots en activité). Ces collectifs ou ces individus sont donc des acteurs, avec plus ou moins de poids, de la mémoire de la résistance des cheminots et contribuent donc à la produire et/ou à la diffuser.

3Notre propos a deux objectifs. Il vise à analyser la mise en place, durant la clandestinité, des premières composantes de la matrice mémorielle de la résistance des cheminots. Nous montrerons ici que des choix ont été effectués, en centrant notre propos sur quatre figures emblématiques : les cheminots, Pierre Semard, Jean Catelas et Georges Wodli. Il s’agit également de mettre en évidence, en nous appuyant sur le cas du département du Rhône, comment et quels héros locaux ont émergé puis cohabité, après la Libération, avec ces figures éponymes de la résistance des cheminots.

Le choix des premiers héros (1940-1944)

4Le choix des premiers héros de la résistance des cheminots est précoce et a lieu durant la période 1940-1944, c’est-à-dire au moment même où les cheminots, individuellement ou dans des organisations de résistance, se battent contre les Allemands et le régime de Vichy. Il est entériné dans l’immédiat après-guerre. Quelques traces disséminées dans les publications clandestines laissent transparaître que les résistants gaullistes et communistes ont rapidement lancé aux cheminots, du fait des fonctions stratégiques qu’ils occupent, de nombreux appels à l’action. Les cheminots, jusqu’alors exclusivement figures de proue de la classe ouvrière, deviennent, dès 1945, une des figures collectives de la Résistance. Dans la mémoire communiste, trois leaders du parti et du syndicalisme cheminot, Jean Catelas, Pierre Semard et Georges Wodli, tués entre 1941 et 1943, vont progressivement incarner l’engagement des cheminots dans la Résistance. Au sein même de cette mémoire, des choix sont opérés et la figure de Semard éclipse petit à petit celles de Catelas et de Wodli. La première apparition de chacune de ces figures reste assez difficile à repérer. En effet, il y a un décalage dans le temps entre la mémoire – presque instantanément contemporaine de l’événement – et sa marque de reconnaissance dans l’espace public. Deux figures sortent toutefois grandies de la période clandestine : Pierre Semard et le groupe des cheminots résistants. Elles se voient consolidées dans l’immédiat après-guerre grâce à des vecteurs événementiels forts, comme l’enterrement de la dépouille de Semard au cimetière du Père-Lachaise, en mars 1945, la remise de la citation collective à l’ordre de l’Armée et l’attribution de la Croix de guerre à l’association Résistance-Fer en mai 1945 ainsi que la sortie du film Bataille du rail, en janvier 1946.

5Si les moyens d’actions suggérés diffèrent, gaullistes, dès août 1940, et communistes, après la rupture du pacte germano-soviétique, appellent les cheminots à agir.

6Le 21 août 1940, une des voix de la BBC s’adresse aux cheminots en ces termes :

  • 4 Jean-Louis Crémieux-Brilhac (dir.), Les voix de la liberté. Ici Londres 1940-1944, tome I, Dans la (...)

« Le cheminot ne se soumettra pas au régime abject qu’on veut lui imposer et sa réplique permanente sera la résistance nationale et le sabotage. [...] Il s’agit dès maintenant d’accomplir une action permanente avec des moyens bien adaptés aux circonstances actuelles »4.

7Les journaux communistes incitent aussi les cheminots à passer à l’acte, mais de manière explicitement plus radicale, par des sabotages de grande envergure :

  • 5 IHS CGT – Fédération des cheminots, La Tribune des cheminots, no spécial, 7 mars 1943, p. 2.

« Incendies de wagons à Grenoble, Nîmes, Lunel ; destructions de locomotives et de wagons à Marseille, Clermont, Toulouse... Déraillements sur les grandes lignes de Lyon à Mâcon, de Lyon à Marseille, de Clermont à St Etienne... Il faut faire plus. Chaque cheminot doit être saboteur »5.

8De la multiplication de ces exhortations se diffuse une généralisation laissant sous-entendre que tous les cheminots pratiquent le sabotage :

  • 6 Centre d’archives historiques de la SNCF du Mans (CAH SNCF), 25LM258, La vie ouvrière, no 89, 29 m (...)

« Les boches sentent peser sur eux le courroux des 300000 cheminots de France. Actes de sabotage, [et] catastrophes se multiplient. Ce n’est pas encore assez[,] cheminots »6 !

9Ces journaux clandestins invitent les cheminots à intensifier la lutte et suggèrent donc qu’ils sont déjà pleinement engagés dans l’action. Ils contribuent au final, c’est-à-dire après cinq années de combat et de publications clandestines, à renforcer l’idée prégnante selon laquelle tout le groupe a résisté.

  • 7 AN, 72AJ2280, Statut de l’association Résistance-Fer du 15 décembre 1944.
  • 8 L’analyse de la liste de ses membres le confirme bien. L’association regroupe des communistes, des (...)

10Le 17 mai 1945, les cheminots résistants sont, cette fois publiquement, mis à l’honneur par la remise de la citation collective à l’ordre de l’Armée à l’association Résistance-Fer. Cette dernière est, selon ses statuts, un « groupement amical de tous les cheminots ayant participé à la Résistance sur les chemins de fer »7 qui transcende les appartenances politiques8 :

  • 9 CAH SNCF, 25LM2102.

« Les cheminots [...] ont lutté pendant toute la durée de l’occupation, avec ténacité, courage et discipline, en dépit de tous les risques, pour la cause de la France et de la liberté »9.

  • 10 Michel Ionascu, Cheminots et cinéma. La représentation d’un groupe social dans le cinéma et l’audi (...)

11Les cheminots sont ici décrits comme les membres d’un groupe qui a résisté continûment et dans son ensemble. Cette représentation collective est consacrée, l’année suivante, par le film de René Clément, Bataille du rail qui « impos[e] la relation cheminot-résistant »10.

12Ainsi, l’image du peuple cheminot résistant, issue de la période clandestine, fait-elle l’unanimité parmi les gaullistes et les communistes. Cependant, certaines figures de la résistance des cheminots restent attachées à un groupe spécifique.

13Dans la mémoire communiste, trois hauts responsables du parti et du syndicalisme cheminot (Pierre Semard, Jean Catelas et Georges Wodli) vont symboliser l’engagement des cheminots dans la Résistance.

14Leurs noms sont, au départ, étroitement liés dans les publications clandestines :

  • 11 IHS CGT – Fédération des cheminots, La Tribune des cheminots. Organe de la direction illégale de l (...)

« Pour venger Pierre Semard, Jean Catelas, Georges Wodli et toutes les victimes des nazis, il n’est pas un cheminot qui hésitera à participer à la paralysie des transports chaque fois qu’il en aura la possibilité »11.

15Toutefois, Catelas et Wodli vont progressivement être positionnés derrière Semard :

  • 12 Ibid., septembre 1944, p. 1.

« Gloire à la noble figure de Pierre Semard, fusillé par les boches ! Gloire aux vaillants militants Wodli, Catelas et aux centaines de cheminots fusillés par les assassins hitlériens »12.

  • 13 Se reporter à leur notice respective dans Jean Maitron et Claude Pennetier, Dictionnaire biographi (...)
  • 14 L’intervention orale de Julien CAHON lors de cette journée d’études, intitulée « Commémorations et (...)

16Ce constat révèle les choix mémoriels qui ont été définis, dès la clandestinité, au sein du parti communiste. Pour les expliciter, il est essentiel de retracer à grands traits les itinéraires respectifs de Catelas, de Wodli et de Semard13. Jean Catelas est secrétaire du syndicat CGTU des cheminots du Nord de 1922 à 1932 avant de devenir député communiste. Il échappe aux arrestations du début du mois d’octobre 1939, consécutives à l’interdiction du PCF, le 26 septembre, et gagne clandestinement Paris. Rare membre du comité central à être présent dans la capitale au cours du premier semestre 1940, il participe aux négociations de l’été avec les autorités allemandes pour la reparution légale de l’Humanité. Cet acte a pour conséquence, dans la crise de direction qui s’ensuit au PCF entre la fin de l’été 1940 et le printemps 1941, de le discréditer et il est évincé de ses responsabilités politiques. Ce fait contribue à expliquer sa relégation, dans la mémoire communiste nationale, au deuxième rang derrière Pierre Semard, et ceci malgré sa mort tragique : il est décapité le 24 septembre 1941. Georges Wodli est un ancien secrétaire de l’union des syndicats des cheminots d’Alsace-Lorraine. Il est membre du comité central du PCF depuis 1932. Au printemps 1941, il est chargé d’organiser la résistance communiste en Alsace-Moselle. Arrêté le 30 octobre 1942, il décède le 2 avril 1943, à la suite de tortures, au camp de Schirmeck. Comme Jean Catelas14, Georges Wodli demeure une figure régionale de la résistance. Reste donc Pierre Semard. Il occupe, dans les années 1920 et 1930, les plus hautes fonctions au sein du syndicalisme cheminot et du comité central du PCF (il est secrétaire général des fédérations CGT, CGTU puis du comité central de 1924 à 1928). Il est arrêté le 20 octobre 1939 pour infraction au décret du 26 septembre et condamné à trois ans de prison. Il est fusillé comme otage à Évreux le 7 mars 1942. Force est de constater qu’il n’a jamais fait de résistance. Pour dire les choses autrement, la situation qui lui a été faite par son arrestation en octobre 1939 lui a interdit cette possibilité. La lecture des publications clandestines laisse pourtant présumer le contraire :

  • 15 IHS CGT – Fédération des cheminots, La Tribune des cheminots, no spécial, 7 mars 1943, p. 1.

« Le 7 mars 1942, tombait sous les balles des boches, le militant, le patriote, le grand Français Pierre Semard, secrétaire général de notre Fédération des Cheminots. [...] Pierre Semard est mort en patriote comme le comte d’Estienne d’Orves, Gabriel Péri, Lucien Sampaix, Timbault, Michels et Vercruysse et d’autres martyrs de la liberté »15.

  • 16 Xavier Vigna, « La mémoire de Pierre Semard chez les cheminots CGT », dans Serge Wolikow (dir.), o (...)
  • 17 Claude Pennetier, « La mort et la mémoire des militants ouvriers », dans Olivier Dumoulin et Franç (...)

17En adjoignant le nom de Pierre Semard à celui d’Honoré d’Estienne d’Orves, un des pionniers de la Résistance et le premier agent de la France libre fusillé, et en indiquant qu’ils sont tous deux passés par les armes, on en arrive presque à oublier que Semard n’a pas pu être résistant. Un syllogisme est ainsi introduit : Pierre Semard a été assassiné par les nazis. Or, les nazis assassinaient les résistants. Donc Pierre Semard est un résistant16. Ce syllogisme n’est jamais remis en question et devient dans la mémoire communiste, un postulat. En outre, dans la mesure où Semard est cité aux côtés d’autres grandes figures communistes fusillées, ce très haut dignitaire du parti devient, dans sa mémoire, quitte à « arranger faits et documents pour les couler dans une histoire canonique »17, l’archétype du cheminot résistant. Il rejoint, dans le panthéon résistant communiste, l’intellectuel Gabriel Péri, le métallo Jean-Pierre Timbault ou l’ouvrier du textile Jules Vercruysse. Le 7 mai 1945, en organisant ses obsèques officielles au cimetière du Père-Lachaise et en l’enterrant dans le périmètre réservé aux grandes personnalités communistes, telles Henri Barbusse, Paul Vaillant-Couturier et le Colonel Fabien, le PCF scelle définitivement son choix.

18Ainsi, les premiers éléments de la matrice mémorielle de la résistance des cheminots sont-ils progressivement codifiés entre 1940 et 1944. Les mémoires gaulliste et communiste de la Résistance distinguent, parmi leurs héros, des cheminots : la figure collective des cheminots résistants est entérinée à l’unanimité et Pierre Semard est considéré au PCF comme l’emblème des cheminots résistants. Ces représentations sont propagées dans la mémoire sociale, à l’échelle locale, par deux vecteurs de mémoire :

Pierre Semard (Collection privée, CdA)

19les noms de rue et les plaques commémoratives localisées dans les sites ferroviaires.

Dernière lettre de Pierre Semard (Collection privée, CdA)

Les rues et les sites ferroviaires, lieux du souvenir de la résistance des cheminots

20Les cheminots résistants ont laissé une trace minimale de leur vie entre 1940 et 1944 dans l’espace public, la rue, ou dans l’espace privé des emprises ferroviaires. Par emprise ferroviaire, on entend à la fois des espaces ouverts quotidiennement au public, comme les gares, et des espaces fermés, ateliers ou dépôts, accessibles aux seuls cheminots. Il ne s’agit pas ici de retracer les parcours individuels des cheminots résistants durant la période 1940-1944 dont les noms sont inscrits sur les plaques mais de présenter plutôt, à travers l’exemple du département du Rhône, les choix mémoriaux qui ont été adoptés.

21Seule une minorité des cheminots morts pendant la guerre a joui ensuite d’une rue dédiée à leur nom, essentiellement dans les communes habitées par une population cheminote importante. Ont alors été retenues à la fois une figure nationale, Pierre Semard, et des figures locales, ayant habité ou travaillé dans ces localités. Pour la majorité, leur nom est gravé dans le marbre des plaques commémoratives localisées dans les sites ferroviaires. Mais le fait que ces plaques soient plurinominales et ne portent souvent ni d’indication sur les circonstances des décès, ni sur le grade exercé, renforce l’impression d’une corporation engagée dans son intégralité et qui aurait payé un très lourd tribut. De plus, l’apposition de ces plaques dans des espaces de passage ou bien dans des lieux réservés au personnel de la SNCF contribue à faire basculer dans l’oubli ces noms et, ipso facto, ces itinéraires individuels. Pourtant, c’est au pied de ces plaques qu’ont toujours lieu, plusieurs fois par an, les cérémonies commémoratives. Il y a bien là un paradoxe : les cheminots viennent pour se souvenir mais, en définitive, ils ne savent pas réellement de qui. Les individualités résistantes disparaissent donc au profit du collectif. Ce processus a sans doute été amorcé et aiguillé par les acteurs de la mémoire de la résistance cheminote.

22Dans le département du Rhône, les rues portant des noms de cheminots résistants se situent à Lyon et dans des communes se trouvant dans un rayon de cinq à trente kilomètres. Sur le territoire de chacune d’elles étaient localisés un centre ferroviaire et une importante population cheminote. La ville de Lyon comprend à elle seule huit sites ferroviaires. On peut ajouter les ateliers d’Oullins, la gare de triage de Badan ou le dépôt de Vénissieux. Il n’y a rien de surprenant à ce que ces villes commémorent, dès la Libération, leurs cheminots morts.

  • 18 AM Lyon, Séance du conseil municipal de la commune de Lyon du 19 février 1945.
  • 19 Mairie de l’Arbresle, Délibération du conseil municipal de la commune de l’Arbresle du 7 avril 194 (...)
  • 20 Mairie de Grigny, Délibération du conseil municipal de la commune de Grigny du 3 mars 1945.

23Le premier mis à l’honneur est Pierre Semard. Son appartenance à la Résistance apparaît si incontestable dans l’immédiat après-guerre que personne n’envisage de s’interroger sur la réalité de son engagement. Il ne faut alors pas s’étonner que nombre de villes, comme Lyon18 ou L’Arbresle19, reproduisent telle quelle, dans son patronyme même, la faute d’orthographe gravée sur sa stèle au Père-Lachaise : Pierre Sémard, avec un accent aigu sur le « e », au lieu de Pierre Semard, tel mentionné sur le registre de l’état civil de la mairie de Bragny-sur-Saône. Pierre Sémard est une évidence. Entre novembre 1944 et mai 1947, il y a au moins huit communes du département qui décident de lui attribuer le nom d’une de leur rue. Cette dernière est souvent située à proximité d’un centre ferroviaire. Cette décision est systématiquement prise après une demande déposée par le syndicat CGT des cheminots de la ville auprès de leur conseil municipal. Dans les délibérations de ces conseils, l’état de résistant de Semard peut être affirmé. En mars 1945, à Grigny, le syndicat des cheminots exprime le souhait « qu’en l’honneur de la mort de notre grand résistant Pierre Semard fusillé par les Allemands, son nom soit donné à une grande rue passagère de notre cité »20

24.De plus, les arguments mobilisés pendant la clandestinité sont repris, en février 1945, par le premier adjoint au maire de Lyon :

  • 21 AM Lyon, Séance du conseil municipal de la commune de Lyon du 19 février 1945.

« La Commission a estimé qu’il serait opportun de rendre hommage au dévouement de la corporation des cheminots en donnant le nom de Pierre Sémard à la rue de la Scaronne »21.

25.puis par le rapporteur de la Commission :

« Le lieutenant Morel est le héros du plateau des Glières. Pierre Semard, c’est le secrétaire de la Fédération nationale des cheminots fusillé par les Allemands le 7 mars 1942 ».

26Les matériaux de la construction de la mémoire sont donc les mêmes dans l’immédiat après-guerre que durant la période 1942-1944 : Semard incarne l’engagement des cheminots résistants et est toujours associé à une figure incontestable de la Résistance. C’est dire que les représentations issues de la clandestinité ont été vite intégrées dans la mémoire sociale. Néanmoins, un pas est parfois franchi puisqu’il est désormais qualifié de « grand résistant » alors qu’il n’était désigné, pendant les deux années suivant sa mort, que de « militant » ou de « patriote ».

27Pierre Semard n’est pas le seul cheminot à avoir son nom inscrit sur des plaques de rue dans l’immédiat après-guerre. Des figures locales apparaissent. Dans le Rhône, elles s’appellent Roger Bréchan, Marius Chardon, Fabien Roussel ou encore André Sentuc. On peut distinguer d’une part, les cheminots résistants morts pour la France en 1944 et 1945 et d’autre part, ceux décédés plusieurs années après la fin de la guerre. Dans la première catégorie, les résistants mis en lumière ont été fusillés ; c’est le cas de Fabien Roussel qui est passé par les armes le 16 juin 1944 avec Marc Bloch. Les autres sont soit morts dans les combats de la Libération, comme André Sabatier et André Mayer, soit en déportation, tels Roger Bréchan et Stéphane Dechant. Marius Chardon est un cas atypique puisqu’il a été tué sur son lieu de travail, dans les ateliers d’Oullins, alors qu’il tentait d’échapper à une arrestation. La seconde catégorie comprend des cheminots résistants décédés bien après la guerre qui se sont engagés au service de leur cité, notamment en tant que conseillers municipaux. À ce titre, ils contribuent à l’octroi du nom d’une rue à Pierre Semard, deviennent des porteurs de mémoire de leur camarade et s’acquittent de la dette contractée auprès de leurs morts.

28La chronologie de l’attribution des noms de rue à des cheminots résistants du Rhône se scinde en deux phases. La première s’étend de décembre 1944 à mars 1947 et est concomitante aux attributions du nom de Pierre Semard à d’autres rues. Les communes mettent alors à l’honneur des habitants de leur cité décédés pendant la guerre. Le statut de cheminot n’est jamais mis en avant, comme à La Mulatière, commune limitrophe de Lyon, où son maire expose que :

  • 22 Mairie de La Mulatière, Délibération du conseil municipal de la commune de La Mulatière du 12 juil (...)

« Stéphane Dechant a donné sa vie pour la libération de la Patrie [...]. La désignation de la grande rue de La Mulatière où il a résidé pendant de nombreuses années me paraît particulièrement indiquée pour l’hommage que nous désirons rendre à notre ami »22.

29Les demandes sont souvent adressées aux conseils municipaux par des associations d’anciens combattants, telle la Fédération nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP) :

  • 23 AM Lyon, Séance du conseil municipal de la commune de Lyon du 30 septembre 1946.

À Lyon, « la commission a [...] examiné une demande présentée par l’Association des membres des Groupes Francs et la FNDIRP en vue de l’attribution à une rue [...] du nom du Lieutenant Roger Bréchan qui fut l’un des fondateurs des Groupes Francs de la région Rhône-Alpes et qui, arrêté au cours d’une de ses missions, devait trouver la mort à Dora, le 6 février 1945 »23.

30Dans l’immédiat après-guerre, les municipalités, sollicitées par des acteurs de mémoires (syndicats, associations d’anciens combattants), ont choisi, pour incarner les combats de la Résistance, de distinguer des figures cheminotes d’envergure nationale et locale. On peut s’interroger ici sur le poids des représentations. Trois interprétations peuvent être avancées face à la profusion de rues qui ont reçu le nom d’un cheminot entre 1944 et 1947. Cette dernière peut, tout d’abord, refléter la surreprésentation supposée des cheminots dans la Résistance ; on aurait là un lien de cause à effet arithmétique. Ensuite, ces plaques sont situées essentiellement dans des communes dans lesquelles la population cheminote est importante. Il n’est donc pas étonnant que les hommages locaux se tournent vers eux. Enfin, cette profusion témoigne de la grande efficacité des acteurs porteurs et diffuseurs de mémoire qui ont réussi à imposer, dans l’espace public, le nom de cheminots résistants.

  • 24 AM Lyon, Séance du conseil municipal de la commune de Lyon du 13 octobre 1958.
  • 25 AM Oullins, Extrait du bulletin municipal de la commune d’Oullins de septembre 1984.
  • 26 Mairie de Pierre-Bénite, Délibération du conseil municipal de la commune de Pierre-Bénite du 19 dé (...)
  • 27 AM Vénissieux, Délibération du conseil municipal de la commune de Vénissieux du 26 février 1982.

31La seconde phase d’attribution des noms de rue couvre les années 1950 aux années 1980. Comme pendant la période précédente, les rues portant les noms de cheminots se trouvent aux alentours des établissements ferroviaires. Deux raisons peuvent expliquer la décision de l’octroi d’autres noms de rue à des cheminots résistants. En premier lieu, il s’agit de raviver le souvenir de cheminots résistants déjà remémorés. À Lyon, un passage Roger Bréchan est ainsi créé en 195824. De même, Marius Chardon est honoré, entre 1975 et 1984, à Oullins25, ville dans laquelle il travaillait, et à Pierre Bénite26, une commune attenante. En second lieu, les municipalités donnent le nom d’une rue de leur ville aux cheminots résistants morts plusieurs années après la fin de la guerre. On peut citer l’exemple d’André Sentuc. La ville de Vénissieux rend hommage à son ancien conseiller municipal en 1982, soit un an après son décès. On peut noter que plus l’attribution est tardive, plus la notice biographique insérée dans la délibération du conseil municipal est détaillée pour contrer l’oubli, inhérent à la marche du temps ; celle de Sentuc atteint près de quarante lignes et retrace ses engagements militant, politique, résistant et associatif27.

  • 28 Nicolas Fasseur, Henri Dropsy, Marie-Noëlle Polino, « Culture des conflits, culture d’entreprise e (...)

32Quelques noms de cheminots apparaissent donc dans l’espace public. La lecture pour le passant et l’étude pour l’historien de ces plaques nous donnent pourtant une vision déformée et très partielle de ce qu’a été l’engagement de ces hommes et plus largement celui des cheminots résistants qu’ils incarnent. Leurs patronymes apparaissent aussi dans l’espace privé des emprises de la SNCF28.

33Force est de remarquer que la plupart des sites ferroviaires sont dotés de plaques commémoratives plurinominales. Cependant, aucune n’est datée. Compte tenu de leur localisation dans des emprises privées, la SNCF n’a pas eu l’obligation de conserver le dossier relatant les circonstances de la rédaction et de l’apposition des plaques. Cette destruction d’archives, en conformité avec la loi, empêche aujourd’hui l’historien d’établir une chronologie des étapes de ce processus de création. Nous ignorons tout, notamment, des modalités retenues pour la constitution des listes de noms de cheminots et des discussions internes survenues entre les différents acteurs.

  • 29 La recherche fructueuse dans les archives nominatives de la SNCF des noms des huit agents figurant (...)

34Par ailleurs, certaines plaques ont été déplacées de leur lieu d’origine vers une autre emprise de la SNCF. Néanmoins, aucune inscription particulière n’informe que la plaque a été transférée sur ce nouveau site. En dehors de leur environnement originel, les plaques perdent pourtant toute signification historique et mémorielle. À Lyon, la plaque apposée sur un mur de la gare de la Part-Dieu est en fait celle de la gare des Brotteaux29. Elle a sans doute été réaffectée après la fermeture des Brotteaux, en 1983. La volonté de la SNCF de la conserver et de l’installer au vu et au su du public témoigne du rôle joué par l’entreprise en tant qu’acteur mémoriel. La SNCF a donc contribué à pérenniser l’image sacrificielle de la corporation cheminote. Cette représentation apparaît sur chacune des plaques intitulées « A la mémoire des agents de la SNCF morts pour la France ». Elles comprennent de neuf à trois cent dix noms. Mais derrière ce statut de « morts pour la France » se dissimulent de nombreuses causes de décès. Sont ici associés, souvent sans distinction, les morts de la guerre 1939-1940, les prisonniers de guerre décédés en Allemagne, les victimes des bombardements de 1940 et de 1944 et les otages. A ceux-là, s’ajoutent les résistants fusillés, ceux abattus dans les combats de la Libération et les morts en déportation, qu’ils soient juifs ou résistants, communistes ou non. À titre d’exemple, la plaque commémorative des magasins SNCF de Lyon, aujourd’hui conservée aux ateliers d’Oullins, comporte neuf noms. Parmi eux, on trouve un prisonnier de guerre, un juif mort en déportation et quatre résistants dont un fusillé, deux tués lors des combats de fin août 1944 et un mort en déportation. Les trois derniers n’ont pas laissé de trace dans les archives nominatives consultées (archives de la SNCF, des anciens combattants et dossiers de décoration).

  • 30 Nicolas Fasseur, Henri Dropsy, Marie-Noëlle Polino, art. cit., p. 233.

35Les plaques des établissements ferroviaires du Rhône se distinguent par l’absence des mentions de la fonction et du grade des victimes cheminotes. Elles représentent en cela une exception si on les compare à celles du corpus établi par le Cercle généalogique des Cheminots sur l’ensemble de la France30.

36En définitive, en l’absence des archives de la SNCF, analyser les plaques commémoratives comme vecteur de la mémoire de la résistance des cheminots s’avère être une démarche complexe et incertaine. Pour remédier à ce vide archivistique, la consultation approfondie de la revue de la SNCF Notre Métier, devenue depuis La Vie du rail, peut être envisagée. En revanche, travailler sur les noms de rue permet d’affiner d’ores et déjà nos connaissances sur les représentations de la résistance des cheminots.

37La construction des représentations de la résistance des cheminots commence dès la clandestinité et se poursuit après la guerre. Chaque ville et chaque site ferroviaire a ses héros éponymes de la résistance des cheminots, qu’ils se nomment Pierre Semard, Georges Wodli, Lucien Rose ou André Sentuc. Certains ont une envergure nationale, d’autres un rayonnement local qui éventuellement se diffuse dans plusieurs communes. Le souvenir des héros est porté et entretenu fidèlement par des gardiens de mémoires (le Parti communiste, la CGT, la SNCF, des associations d’anciens combattants) toujours vigilants et très efficaces. Les acteurs de mémoires de la résistance des cheminots ont réussi, au fil du temps, à hisser et à maintenir les cheminots en bonne place dans le panthéon de la mémoire résistante. La mémoire résistante du groupe professionnel des cheminots est, en ce sens-là, singulière et ne trouve son équivalent dans aucune autre mémoire de la Résistance.

La mémoire de la résistance des cheminots - Billet de Loterie nationale (Collection privée)

Notes

1 Robert Barroux, Histoire générale illustrée de la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Guillet, 1947, tome II, p. 47. Sur les treize pages qui traitent de la Résistance, une seule est accordée à l’engagement des membres d’un groupe professionnel et l’archiviste de la mairie de Paris a choisi de mettre en lumière celui des cheminots. Cette représentation est tenace comme le montre l’ouvrage de Gil Emprin, La Résistance en Rhône-Alpes. Une région mémoire, Lyon, Éditions Le Dauphiné Libéré – Le Progrès, 2011. Sur les quarante-trois pages, l’auteur a choisi de consacrer une page à « la bataille du rail. Chemins de fer et cheminots ». Ce sont les seuls secteur et profession mis ainsi en exergue.

2 Paul Durand, La SNCF pendant la guerre, sa résistance à l’occupant, Paris, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1968 ; Louis Armand, Propos ferroviaires, Paris, Libraire Arthème Fayard, 1970.

3 Nicolas Hobam, Quatre années de lutte clandestine en Lorraine, Historique du mouvement Lorraine, Nancy, Chez l’auteur, 1946 ; Albert Ouzoulias, Les Bataillons de la jeunesse, Paris, Éditions sociales, 1967 ; Pierre Sudreau, Au-delà de toutes les frontières, Éditions Paris, Odile Jacob, 1990.

4 Jean-Louis Crémieux-Brilhac (dir.), Les voix de la liberté. Ici Londres 1940-1944, tome I, Dans la nuit, 18 juin 1940-7 décembre 1941, Paris, La Documentation française, 1975, p. 57.

5 IHS CGT – Fédération des cheminots, La Tribune des cheminots, no spécial, 7 mars 1943, p. 2.

6 Centre d’archives historiques de la SNCF du Mans (CAH SNCF), 25LM258, La vie ouvrière, no 89, 29 mai 1942, p. 2.

7 AN, 72AJ2280, Statut de l’association Résistance-Fer du 15 décembre 1944.

8 L’analyse de la liste de ses membres le confirme bien. L’association regroupe des communistes, des gaullistes, des socialistes ou des cheminots sans appartenance politique attestée.

9 CAH SNCF, 25LM2102.

10 Michel Ionascu, Cheminots et cinéma. La représentation d’un groupe social dans le cinéma et l’audiovisuel français, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 66.

11 IHS CGT – Fédération des cheminots, La Tribune des cheminots. Organe de la direction illégale de la Fédération des cheminots, mars 1944, p. 1.

12 Ibid., septembre 1944, p. 1.

13 Se reporter à leur notice respective dans Jean Maitron et Claude Pennetier, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, cédérom, Paris, Editions de l’Atelier, 1997 et à compléter, pour Pierre Semard, avec Serge Wolilow (dir.), Pierre Semard. Engagements, discipline et fidélité, Paris, Le cherche midi, 2007.

14 L’intervention orale de Julien CAHON lors de cette journée d’études, intitulée « Commémorations et représentations communistes de la Résistance : le département de la Somme », l’a très bien démontré.

15 IHS CGT – Fédération des cheminots, La Tribune des cheminots, no spécial, 7 mars 1943, p. 1.

16 Xavier Vigna, « La mémoire de Pierre Semard chez les cheminots CGT », dans Serge Wolikow (dir.), op. cit., p. 264.

17 Claude Pennetier, « La mort et la mémoire des militants ouvriers », dans Olivier Dumoulin et Françoise Thélamon (dir.), Autour des morts, mémoire et identité, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2001, p. 433.

18 AM Lyon, Séance du conseil municipal de la commune de Lyon du 19 février 1945.

19 Mairie de l’Arbresle, Délibération du conseil municipal de la commune de l’Arbresle du 7 avril 1945.

20 Mairie de Grigny, Délibération du conseil municipal de la commune de Grigny du 3 mars 1945.

21 AM Lyon, Séance du conseil municipal de la commune de Lyon du 19 février 1945.

22 Mairie de La Mulatière, Délibération du conseil municipal de la commune de La Mulatière du 12 juillet 1945.

23 AM Lyon, Séance du conseil municipal de la commune de Lyon du 30 septembre 1946.

24 AM Lyon, Séance du conseil municipal de la commune de Lyon du 13 octobre 1958.

25 AM Oullins, Extrait du bulletin municipal de la commune d’Oullins de septembre 1984.

26 Mairie de Pierre-Bénite, Délibération du conseil municipal de la commune de Pierre-Bénite du 19 décembre 1975.

27 AM Vénissieux, Délibération du conseil municipal de la commune de Vénissieux du 26 février 1982.

28 Nicolas Fasseur, Henri Dropsy, Marie-Noëlle Polino, « Culture des conflits, culture d’entreprise et mémoire collective : les plaques commémoratives dans l’espace professionnel », dans Henri Bresc (dir.), Honorer et commémorer les morts, Paris, Éditions du CTHS, p. 229-246.

29 La recherche fructueuse dans les archives nominatives de la SNCF des noms des huit agents figurant sur la plaque permet de l’affirmer.

30 Nicolas Fasseur, Henri Dropsy, Marie-Noëlle Polino, art. cit., p. 233.

Table des illustrations

Légende Pierre Semard (Collection privée, CdA)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Dernière lettre de Pierre Semard (Collection privée, CdA)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende La mémoire de la résistance des cheminots - Billet de Loterie nationale (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteur

Laboratoire LARHRA, Lyon 2

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires