Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

Commémorations et représentations communistes de la Résistance : le département de la Somme

Julien Cahon

Texte intégral

  • 1 Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, p. 252.
  • 2 Voir Julien Cahon, Les gauches dans la Somme, 1924-1977, Amiens, Éditions Encrage, 2013, 250 pages.
  • 3 Le Nord-Pas-de-Calais avait été séparé du territoire français et rattaché au commandement militaire (...)

1S’attaquer à l’histoire des représentations collectives et à l’usage politique du passé, c’est aborder un domaine de recherche stimulant, qui a notamment permis le renouvellement de l’histoire politique. C’est aussi, lorsqu’il s’agit de la mémoire de la Résistance et lorsqu’il s’agit du PCF, toucher à une mémoire brûlante ; d’une part, car la Résistance est au cœur des usages communistes du passé et, d’autre part, car les recherches historiques ont noirci le tableau de son opposition à l’Allemagne nazie. C’est enfin aborder un champ historique particulièrement investi depuis une vingtaine d’années, y compris par des sociologues, mais « les processus de diffusion et de réception des récits mémoriels constituent un angle mort des travaux sur les usages politiques du passé. [...] Pour comprendre l’articulation entre les discours mémoriels et les pratiques sociales qui les portent, il faut se dégager d’une vision portée exclusivement sur l’institution centrale et sa production symbolique »1. Seule une échelle locale permet d’aborder ces questions et le département de la Somme – bastion rouge à partir du Front populaire2 et département-frontière où les milieux résistants furent actifs sous l’occupation3 – représente un véritable laboratoire pour l’historien. Quelles sont donc les histoires mémorielles mobilisées ou instrumentalisées dans l'action politique communiste ?

2Le culte du martyr fut une forme de mise en scène de la Résistance doublé d’un travail mémoriel opéré par la fédération communiste de la Somme. Enfin, l’itinéraire politique de René Lamps, futur député-maire d’Amiens, s’inscrit au cœur de ces dynamiques et illustre le processus de relève politique de l’après-guerre par de nouvelles élites issues de la Résistance.

Martyrologie et héroïsation : une mise en scène de la Résistance

  • 4 ADS, 26W354.

3Avant même la libération, le PCF avait publié des listes de martyrs telles que le Martyrologe de la France, tract dont le verso était consacré à Jean Catelas, député d’Amiens guillotiné en 1941. Ces « années noires » inauguraient ainsi l’enchevêtrement de deux thématiques centrales dans les usages communistes du passé. La célébration des résistants-martyrs se mêla alors à celle de la Révolution française. Par exemple, commémorant le 150e anniversaire de la bataille de Valmy en septembre 1942, un tract et des papillons des communistes de la Somme rappelaient l’action des troupes sans-culottes contre les envahisseurs prussiens le 20 septembre 1792, invitaient les Picards à manifester le 20 septembre 1942 pour « venger leurs villes et villages » et présentaient les résistants communistes comme les « héritiers des Bara, des Viala » et les « descendants de Kellermann »4. En dressant des parallèles entre Résistance et Révolution française, entre les maquisards et les soldats de l’an II, le PCF démontrait l’actualité de la Révolution, qu’il érigeait en exemple, dans un contexte où le PCF avait renoué avec la culture républicaine qui lui avait permis de s’insérer dans la société française de 1936.

  • 5 Julian Mischi, op. cit., p. 265.
  • 6 ADS, 969W5, élections législatives, 21 octobre 1945, profession de foi de la liste communiste.
  • 7 ADS, 969W2. La liste du PCF se présentait ainsi : « Louis Prot, ex-déporté politique en Algérie, Re (...)
  • 8 David Bellamy, « La reconstruction parlementaire picarde à la Libération », dans Anne Duménil et Ph (...)
  • 9 ADS, 21W424, réunion du 17 avril 1946.

4À la Libération, l’accent fut mis exclusivement sur la référence aux martyrs. « Alors que le gaullisme repose sur l’image du sauveur, de l’homme providentiel, la mémoire communiste de la Résistance, elle, s’est construite autour de la commémoration des martyrs. Au sortir de la guerre, le parti issu du congrès de Tours et de la boucherie de la Première Guerre mondiale, devient le parti des 75 000 fusillés »5. Ainsi, la campagne municipale du printemps 1945 fut marquée par l’exaltation récurrente du rôle décisif des FFI et de l’Armée rouge dans la propagande communiste. Puis lors des élections générales d’octobre, les candidats du PCF déclaraient être les représentants d’un parti « qui était hier à la pointe du combat contre l’envahisseur et dont plus de 75 000 membres ont été fusillés par les fascistes hitlériens ou guillotinés par les traîtres de Vichy »6. Parallèlement, ils concentrèrent leurs attaques sur la tête de liste socialiste, Max Lejeune, ancien prisonnier de guerre du camp de Lübeck, laissant planer le doute sur ses activités en Allemagne. « Dans cette espèce de course à l’action résistante et à l’illustration du patriotisme, c’est le Parti communiste qui paraît le plus acharné. Non seulement il souligne qu’il présente des candidats dont les états de service résistants sont incontestables7, mais il va plus loin en se faisant le représentant exclusif de la Résistance. On assiste à une tentative de captation de la Résistance, de ses acteurs, de son programme, dont l’expression est d'ailleurs souvent sans finesse »8. De même, en avril 1946, lors d’une réunion publique à Amiens, Augustin Dujardin, conseiller général, rappela à son auditoire que les communistes « méritaient une large part dans la formation du gouvernement » car « nombreux sont ceux des nôtres qui ont payé de leur vie la fidélité à un idéal tel que le leur »9.

  • 10 ADS, 21W424, réunions publiques du PCF (1945-1949), réunion du 20 février 1945.

5Dans toutes les réunions publiques de l’immédiat après-guerre, la fédération communiste du département s’attachait largement à faire référence à son rôle dans la Résistance et notamment à celui de ses martyrs. La référence à la lutte clandestine devait servir de ressort à la mobilisation collective. En 1945, toutes les réunions furent placées « sous la présidence d’honneur de Jean Catelas » et en préambule, un auditeur retraçait toujours « le martyr des FTP qui tombèrent sous les balles allemandes »10. La grande réunion organisée à Amiens le 22 septembre 1945, pour commémorer le 4e anniversaire de la mort de Jean Catelas, avec la participation de Maurice Thorez, remporta un énorme succès à la veille du scrutin cantonal. Cette mobilisation commémorative s’imposa dès lors comme un véritable rituel. Chaque année, le dernier dimanche de septembre, la fédération communiste de la Somme commémore l’exécution de Jean Catelas, en présence d’un haut responsable du PCF, comme André Marty en 1947, et des veuves des résistants sacrifiés, assises au premier rang derrière les orateurs, dont les discours, reproduits dans Le Travailleur de la Somme, s’attachaient à retracer la vie militante de Jean Catelas. Dans la Somme, le Parti communiste était « le parti de Jean Catelas », métaphore davantage utilisée localement que la référence aux « 75 000 fusillés ».

  • 11 L’exécution de Jean Catelas était en partie liée à celle d’un officier allemand, l’aspirant Moser, (...)
  • 12 Le Courrier picard, 15 octobre 1945.
  • 13 Le 28 décembre 1944, le Général de Gaulle a remis, par décret, à titre posthume, la médaille de la (...)

6Dès 1942, à l’occasion du premier anniversaire de la mort du député d’Amiens, un culte républicain du souvenir s’était mis en place sur le modèle de celui rendu aux morts de la Grande Guerre, avec dépôts de gerbes, rubans tricolores et formules d’hommage. Dans la nuit du 23 au 24 septembre 1942, trois gerbes de fleurs avec trois cocardes tricolores furent déposées au pied du monument aux morts, place du Maréchal Foch, à Amiens ; elles portaient les inscriptions : « Jean Catelas, nous te vengerons », « À notre camarade et ami Jean Catelas. Les jeunes patriotes picards », et « Honneur à toi Jean, les femmes te vengeront ». Des papillons, dispersés autour du monument Foch, célébraient également le premier anniversaire de sa mort : « Jeunes d’Amiens. Il y aura un an, le 24 septembre, que le grand patriote Jean Catelas a été exécuté. Fleurissons la tombe de son fils. Vengeons-le ! ! ! » Ces hommages n’étaient cependant pas spontanés mais très probablement commandés par le PCF, au moins au niveau de la direction fédérale Somme-et-Oise. D’autres villes des deux départements, comme Longueau et Creil furent le théâtre d’actions similaires au début de l’automne. Ce ne fut qu’à la Libération que l’héroïsation du premier communiste amiénois fut savamment orchestrée. En mars 1945, une souscription fut lancée pour financer la construction d’un monument à sa mémoire. La réinhumation de sa dépouille dans le cimetière amiénois de Saint-Acheul, le 14 octobre 1945, fut le premier grand rassemblement s’inscrivant dans un martyrologe national inauguré en janvier 1945 par l’enterrement du colonel Fabien, tué sur le front en décembre 194411. « 10 000 personnes au moins ont fait à Jean Catelas d’imposantes funérailles » titrait Le Courrier picard12. Jean Catelas, dont le nom avait été associé à celui de Guy Môquet par le général de Gaulle en décembre 194413, était devenu un enjeu politique de mémoire. Le nouveau secrétaire fédéral, René Lamps, prononça un discours en hommage au militant sacrifié, au bas des marches de l’hôtel de ville d’Amiens, point de départ de l’immense cortège funéraire, dont il avait pris la tête aux côtés de Léon Dupontreué, leader des JC, devant des militants portant un portrait géant du défunt, des drapeaux, des gerbes de fleurs et précédant une fanfare.

  • 14 Le Travailleur de la Somme, 20 mars 1948.

7Le dimanche 21 septembre 1952, le 11e anniversaire de la disparition de Jean Catelas fut marqué par l’inauguration de son monument funéraire au cimetière Saint-Acheul. Au centre, au-dessus de ses nom, prénom, dates de naissance et de décès, son portrait était représenté sur une médaille. Les deux épitaphes insistaient sur son sacrifice. Était gravée une inscription résumant ses états de service communiste : « membre du comité central du Parti communiste français. Condamné à mort le 20 septembre 1941 pour être resté fidèle à son serment qui était de défendre le pain, la paix, la liberté. (Guillotiné sur ordre de Vichy le 24 septembre) » et une citation extraite de la dernière lettre envoyée à sa famille : « mon sacrifice ne sera pas vain, il sera fécond et servira la cause de l’émancipation humaine. À mes amis, je lègue mon passé sans tâche et je leur passe le flambeau. (La Santé le 23-9-1941) ». Signalons que, dans cette même lettre rédigée du fond de sa cellule, Jean Catelas se définissait lui-même comme « un martyr assassiné parce que voulant le bien de tous. » L’ouvrage érigé, qui est devenu le centre des cérémonies en son hommage, était assez différent du projet initial : la maquette proposait en effet de construire un véritable monument patriotique et funéraire, représentant le député d’Amiens quelques minutes avant son exécution, chantant la Marseillaise. Il semblerait que les fonds récoltés n’aient pas suffi à le réaliser. En mars 1948, la souscription était toujours ouverte et « il manqu[ait] encore beaucoup d’argent pour édifier le monument » regrettait Le Travailleur de la Somme, qui publiait la liste des donateurs et annonçait le début imminent des travaux14.

Un travail mémoriel : relectures de l’histoire et matérialisation du souvenir

  • 15 Le Travailleur de la Somme, juillet-octobre 1954 et janvier-février 1955.
  • 16 Ibid., 3 juillet 1954.
  • 17 Ibid., 10 juillet 1954.

8En 1954, année du10e anniversaire de la libération, André Loisy et André Lalou entreprirent également de rédiger l’historique de la résistance communiste dans la Somme, en publiant une vingtaine de parties dans les colonnes du Travailleur15. La série d’articles fut inaugurée par un hommage aux martyrs : « Les héros torturés, fusillés, assassinés, déportés, ont avec leur sang prouvé leur amour à la patrie, à la liberté et à la paix. Et parmi eux, presque toujours les premiers, les communistes ont montré que, là aussi, ils voulaient être les meilleurs. [...] Notre Picardie eut sa première glorieuse victime, son premier héros, Jean Catelas, dirigeant incomparable de notre parti »16. Pour André Loisy, la période clandestine et résistante du PCF débutait après la défaite en juillet 1940 et son récit donnait au PCF son appel du 18 juin : occultant notamment la tentative de légalisation du parti, en juin-juillet 1940, dans laquelle Catelas fut amené à jouer un des rôles principaux, Loisy faisait en effet du texte signé Maurice Thorez et Jacques Duclos, et notamment de la phrase « jamais un grand peuple comme le nôtre ne sera un peuple d’esclaves », l’élément déclencheur de l’entrée en résistance des communistes. Il reliait « l’appel du 10 juillet » à l’action armée et occultait aussi la période séparant le pacte germano-soviétique d’août 1939 de l’invasion de l’URSS par Hitler en juin 1941, marquée par la lutte contre la guerre impérialiste qui était alors la ligne du PCF : « l’appel lancé en juillet 1940 par notre parti sous les signatures de M. Thorez et J. Duclos devait avoir une immense portée historique. [...] La Résistance allait bientôt démontrer combien cette phrase lancée par notre parti allait devenir une réalité vivante. En Picardie comme dans toute la France, les communistes, tout de suite, passèrent à l’action. Ils se réorganisèrent, refirent leurs liaisons désagrégées par les arrestations, combattirent le courant de défaite et de passivité qui suivit la honteuse capitulation de 1940. [...] Parallèlement à cela, notre parti, tout en organisant les masses, était lui entré dans l’action directe contre l’ennemi. [...] »17.

  • 18 Julian Mischi, op. cit., p. 264-265.
  • 19 Jean-Pierre Azéma, « Guy Môquet, Sarkozy et le roman national », L’Histoire, no 323, septembre 2007 (...)

9Ce récit se situait dans la droite ligne du discours communiste orthodoxe sur la Résistance et de la politique mémorielle du PCF. En effet, « la mise en scène communiste du souvenir de la Résistance gomme les premiers mois du conflit, marqués par le pacte germano-soviétique, la fuite du secrétaire général Maurice Thorez à Moscou ou encore les demandes de reparution de l’Humanité auprès des autorités allemandes. La lecture que font les dirigeants du PCF des années d’occupation allemande vise à créer une mémoire de continuité de la lutte antifasciste. La période du défaitisme, qui s’achève véritablement lors de l’invasion allemande de l’Union soviétique en juin 1941 est noyée dans la célébration de dix années de lutte nationale allant de 1934, date des premières manifestations antifascistes, à 1944 »18. De même, pour Jean-Pierre Azéma, « les fusillés de Châteaubriant [et les autres] ont été employés par les communistes pour faire oublier que jusqu’à l’invasion de l’Union soviétique en juin 1941, ils ne s’opposaient pas massivement aux Allemands »19.

  • 20 La promotion d’adhérents 1948 était même la promotion Catelas-Lemaire-Petit.
  • 21 Une cellule de la ville portait également le nom de Jean Lagarrigue, responsable départemental du P (...)
  • 22 Cinq rues et deux places.
  • 23 Sophie Regniez, La mémoire de la Résistance dans le département de la Somme de 1944 à nos jours, Am (...)
  • 24 Le Travailleur de la Somme, 4 janvier 1964.

10Ce travail mémoriel s’est également traduit dans les changements de noms de rues, et les dénominations de promotions d’adhérents, de sections ou de cellules. Ainsi la fédération communiste de la Somme avait donné le nom de Jean Catelas aux promotions 1947 et 194820, et la section d’Amiens s’était aussi identifiée à son héros21. Le nom du député-résistant arrivait également en tête des demandes effectuées par les municipalités de la Somme pour rebaptiser une rue ou une place22 du nom d’un résistant local : mais le nombre de « rue Jean Catelas » restait très modeste, avec 10 démarches sur 110, entre 1945 et 1973, dont 22 sur 48 entre 1945 et 1948. Sur l’ensemble des 267 changements de dénominations en rapport avec la Guerre 1939-1945, le nom de Jean Catelas était largement distancé par celui d’un personnage national, mais également picard, le Général Leclerc, avec 72 occurrences, soit près de la moitié (dont 51 entre 1945 et 1948) contre à peine 4 % pour le résistant communiste23. Le Grand prix cycliste du Travailleur, réplique locale du Grand prix de l'Humanité, classique routière d’une journée de plus d’une centaine de kilomètres couru sur les routes du département, fut même rebaptisé « Grand prix cycliste Jean Catelas du Travailleur ». Puis, en janvier 1964, dans un contexte de difficultés financières de la presse communiste, Le Travailleur de la Somme édita une « carte du souvenir » à l’effigie de son héros, vendu au prix de 1 franc et dont les bénéfices étaient destinés à soutenir l’hebdomadaire communiste qui fêtait ses « 30 années au service des masses laborieuses »24, Jean Catelas était un de ses fondateurs.

  • 25 Militant communiste, arrêté dès avril 1940 puis interné jusqu’en juin 1941 ; responsable régional m (...)
  • 26 Militant communiste et syndicaliste CGT, chef de groupe FTP, puis commandant de la subdivision Oues (...)
  • 27 En 1995, André Lalou fut nommé à la présidence nationale de la FNDIRP.

11Le Panthéon des communistes samariens sacrifiés à la cause de la Résistance s’est progressivement élargi et organisé autour de la figure héroïque de Jean Catelas. En 1954, les noms de Charles Lemaire25 et Jean Petit26 furent associés à celui de Jean Catelas lors de la commémoration annuelle de l’exécution du député d’Amiens. La vie militante, déjà rythmée par les anniversaires de la Révolution d’octobre, de la création de l’URSS, de février 1934, de la Révolution de 1848, par les assemblées de remises de cartes, la Fête annuelle de l’Humanité et son pendant local, la Fête du Travailleur, était désormais scandée par des commémorations de fusillés : le 21 mars, date à laquelle le cheminot Raymond Gourdain fut fusillé au mont Valérien, le 2 août, dans les fossés de la citadelle d’Amiens, devenu « lieu de mémoire », date où 11 FTP avaient été fusillés, ou encore le 15 décembre en hommage à Paul Baroux, instituteur à Longueau, dirigeant départemental des AUS et du SNI, fusillé à Chateaubriant. La FNDIRP et l’ANACR avaient notamment en charge cette gestion mémorielle : ses dirigeants départementaux, André Lalou, ancien responsable des JC puis des FUJP27, et le cheminot Jean Boën, sergent FTP (FNDIRP), André Loisy, chef de l’état-major FFI, et le colonel Edouard Dumuin (ANACR) étaient au cœur de ces pratiques commémoratives.

  • 28 ADS, 1124W1, rapport des RG, 7 novembre 1967.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., Jeune garde, mensuel de la cellule Jean Catelas du PCMLF, octobre 1967.

12Le statut de symbole qu’avait su forger le PCF avait fait que la mémoire de Jean Catelas était elle-même devenue un enjeu politique. En 1967, une véritable bataille de mémoire s’engagea entre la fédération de la Somme du PCF et les maoïstes d’Amiens qui avaient baptisé leur cellule du nom de Jean Catelas. « C’est faire là une grave injure à la mémoire de Jean qui, son action pour la défense de l’URSS et de la République espagnole en témoigne, défendait une politique absolument opposée à celles de ces aventuriers » déclarait Michel Couillet à l’occasion du 26e anniversaire de la mort du député communiste28. L’offensive de la fédération communiste se poursuivit par la publication dans la presse locale d’un extrait d’une lettre de la veuve de Jean Catelas, datée du 20 octobre 1967 : « [...] Certains individus utilisent abusivement et, à mon insu, le nom de mon mari pour lutter contre le Parti communiste français. Il s’agit d’une insulte grossière à sa mémoire et je pense que les gens honnêtes ne se laisseront pas prendre à de telles manœuvres »29. La contre-attaque du PCMLF fut cinglante : « les dirigeants kroutcheviens de la Somme (PCF) profitent de la commémoration de l’assassinat de Jean Catelas par les nazis pour attaquer et calomnier notre cellule avec la complicité du Courrier picard, journal pro-américain. [...] Pour nous, communistes, la mémoire de Jean Catelas, qui fut un grand militant ouvrier, ne peut appartenir à une personne ou un groupe de personnes. Elle appartient à la classe ouvrière et elle seule peut juger qui lui est fidèle et qui la trahit. Les kroutcheviens de la Somme qui ont élu, avec l’UNR d’ailleurs, le pro-américain pourri Max Lejeune à la tête du conseil général, peuvent-ils prétendre lui être fidèles ? [...] Est-ce être fidèle à Jean Catelas que de soutenir son pire ennemi, un individu haï par la classe ouvrière de notre région ? Evidemment non ! ! L’enseignement que le camarade Catelas nous a appris par sa mort héroïque, et que nous n’oublierons jamais c’est : les dirigeants sociaux-démocrates se sont toujours avérés au moment crucial, être des traîtres ou des agents de la bourgeoisie »30. Au-delà de la controverse, c’est l’héritage de Catelas que se disputaient les deux formations, celui du militant marxiste et révolutionnaire pour le PCMLF, celui du résistant et de l’élu du peuple pour le PCF, le siège de député remporté par Jean Catelas en 1936 étant symboliquement occupé par René Lamps de 1945 à 1978, avec une brève interruption de 1958 à 1962.

René Lamps. De la Résistance à la politique

13À la Libération, René Lamps apparut au grand jour comme un des éléments agissants de la résistance locale, qu’il avait rejointe en même temps que le Parti communiste clandestin. Secrétaire adjoint à l’organisation à l’échelon départemental dès décembre 1943, il s’était aussi affirmé comme un meneur dans les rangs des FTP. Adjoint au commandant Loisy-Jarnier à l’état-major FTP, il devint ensuite secrétaire régional du PCF en 1944, fonction qu’il assuma dans la clandestinité et qu’il conserva en septembre 1944. À la libération, René Lamps était donc un novice en politique, mais il avait fait ses preuves dans la clandestinité. D’autre part, il fallait pallier le vide laissé par la guerre. À la Libération, René Lamps s’affirma ainsi rapidement au sein de l’appareil. Il fut nommé secrétaire régional, puis, départemental du Parti communiste, assura quelque temps la direction du Travailleur de la Somme et fut élu membre suppléant du Comité central en juin 1945, titulaire en 1947, intégrant la section économique du parti. René Lamps apparaissait comme l’héritier tout désigné du PCF dans le département de la Somme. Il fut appuyé par le secrétaire fédéral sortant, Augustin Dujardin, qui souhaitait passer le flambeau à un plus jeune. René Lamps, en tant que secrétaire fédéral, orchestra l’héroïsation de Jean Catelas. Il reçut enfin l’héritage de Léon Lemaire, bâtisseur de la fédération de la Somme du PCF dès 1921, dont il avait épousé la fille, Julia. René Lamps était donc porteur d’une triple légitimité, incarnant à la fois le communisme des origines et le communisme résistant.

  • 31 Lacorne Denis, Les notables rouges. La construction municipale de l'union de la gauche, Paris, Pres (...)
  • 32 Les affaires André Marty, Charles Tillon et Auguste Lecoeur ont secoué la direction nationale du PC (...)
  • 33 Louis Prot annonça également sa démission du PCF à Edouard Herriot, et lui demanda de le considérer (...)
  • 34 Le Courrier picard, 28 avril 1949.

14Si la résistance a transformé René Lamps « le militant anonyme en une personnalité locale qui disposait à partir de ce moment de l’estime de ses camarades comme de ses concitoyens »31, ce fut aussi son passé de résistant qui interrompit son ascension au sein de l’appareil du PCF, dans le contexte local de ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Prot » et dans la conjoncture de Guerre froide portée à son paroxysme. L’affaire interne dont le personnage central était le député-maire de Longueau, Louis Prot, secoua en effet grandement la fédération communiste de la Somme, et fut à l’origine de la mise à l’écart de René Lamps. Cette affaire débuta par un incident apparemment anodin, l’exclusion du Parti communiste de Marie-Jeanne Boulanger, amie de Louis Prot et deuxième adjoint au maire de Longueau. Or, si Louis Prot vota son exclusion lors de la réunion du comité fédéral, il refusa de l’appliquer, par sympathie personnelle, avoua-t-il plus tard. À cause de choix individuel et singulier, il reçut un blâme de la direction fédérale. Mais l’affaire prit très vite une tout autre ampleur qui en fit un exemple type des nombreux remous qui agitaient alors le PCF32. Elle éclata officiellement en avril 1949, soit plusieurs mois après l’exclusion de Marie-Jeanne Boulanger survenue en juillet 1948, lorsque Prot adressa à Maurice Thorez sa démission du Parti communiste. Louis Prot, qui avait décidé de conserver tous ses mandats électoraux33, justifiait officiellement son geste par des raisons d’ordre local et affirmait rester fidèle à la ligne générale du parti34.

  • 35 Sur cette accusation, Louis Prot répondit qu’il était de ceux à qui le PCF avait ordonné de se lais (...)
  • 36 Témoignage de Julia Lamps, 2 août 2010.
  • 37 Ibid.
  • 38 Francine Delauney, René Lamps, itinéraire d’un élu communiste, Amiens, Editions Encrage, 1995, p. 6 (...)
  • 39 Florimond Bonte était alors député, fondateur et directeur-rédacteur en chef de la revue France nou (...)
  • 40 Le Travailleur de la Somme, 21 mai 1949.
  • 41 Ibid.
  • 42 On pourra se reporter à Patricia Boyer, « Les droites vues par le Parti communiste français : le di (...)

15Analysée initialement comme une « querelle de générations » entre Louis Prot et « les jeunes turcs » de la fédération, en particulier René Lamps, l’affaire prit une toute autre envergure et une toute autre signification lorsque Prot dévoila, lors de deux réunions publiques, le 14 avril, puis le 12 mai, des événements relevant du droit commun, provoquant l’ouverture d’une information judiciaire par le garde des Sceaux. Se voyant reprocher de ne pas être entré dans la clandestinité en 193935, il accusa certains dirigeants locaux du PCF d'être au centre d’une affaire de mœurs, et d’autres, d’être les auteurs d’un détournement de fonds, en particulier, l’accaparement de plusieurs millions de francs provenant d’un « coup » réalisé par la Résistance, le 22 juin 1944 contre la Banque de France d’Abbeville. René Carouge et André Loisy-Jarnier, dirigeants FTP, étaient directement visés par l’ancien déporté de Maison-Carré, « qui n’avait pas connu la Résistance dans sa substance »36. Pour Julia Lamps, cette affaire mettait clairement aux prises des communistes unis par l’expérience de la Résistance à des communistes qui n’avaient pas participé aux combats de la libération37. Mais « à l’époque, on ne touche pas impunément à la réputation des résistants, héros d’un passé tout proche, purs de toute exaction [...] »38. René Lamps, qui signa un article intitulé « de Louis Prot au plan policier contre la Résistance », assimilait les accusations de Louis Prot aux poursuites contre Jacques Duclos et Florimond Bonte39, et estimait que « sous couvert d’imputations calomnieuses », on faisait « le procès de la Résistance »40. Pour Léon Dupontreué, « par son anticommunisme outrancier, il rejoint les pires fascistes et déjà ses méthodes sont dignes des pratiques des SS hitlériens »41. Ce type de qualificatifs, récurrents dans le discours communiste de Guerre froide, théâtralisé et virulent, symbolise à la fois la permanence des conflits idéologiques et le traumatisme né des années quarante42, tandis que le PCF situe son action dans la continuité d’une résistance qu’il conçoit comme strictement communiste en rejetant socialistes, radicaux, gaullistes et démocrates-chrétiens dans une même famille réactionnaire : « Les vichystes ont élu Vast maire d’Amiens » titrait déjà par exemple Le Travailleur de la Somme au lendemain des élections municipales de 1947, pour qualifier la majorité SFIO-MRP soutenue, dans un premier temps, par le Rassemblement démocratique (RGR-RPF).

  • 43 Julian Mischi, op. cit., p. 237.
  • 44 Ibid., p. 236-237.

16La gravité des accusations portées par Prot et leurs conséquences juridiques nécessitèrent la réunion exceptionnelle du Bureau politique du Parti communiste en mai 1949 et l’intervention personnelle de Maurice Thorez. En avril 1950, au congrès national de Gennevilliers, René Lamps, écarté du secrétariat fédéral, ne fut pas réélu non plus au comité central, comme 26 autres anciens résistants, dont plusieurs avaient également combattu dans les Brigades internationales. D’après Julian Mischi, la marginalisation des résistants au sein du parti « s’opère dans le cadre d’une gestion ordinaire des carrières militantes et sans mise en œuvre de procédures disciplinaires »43. Sous l’impulsion de Maurice Thorez, dont l’itinéraire « souffre d’un déficit de légitimité résistante, [...] le cercle dirigeant lutte contre la menace d’une potentielle autonomisation des milieux issus de la Résistance. La formation d’un groupe de militants unis par l’expérience commune de la Résistance française porterait atteinte à l’homogénéité de l’institution communiste, homogénéité construite autour de la figure de Maurice Thorez et du culte de l’URSS. Ainsi certains militants entrés au PCF lors de la Résistance ou révélés à cette occasion accèdent à des positions dirigeantes au sein de leur fédération lors de la clandestinité et des premiers mois de l’après-guerre, mais ils ne sont en général pas maintenus au sommet de la hiérarchie partisane »44.

  • 45 Témoignage de Jean-Jacques Becker, 14 novembre de 2011. Ancien membre du PCF, il milita dans la Som (...)
  • 46 Témoignage de Robert Cerisier, 29 avril 2010 Ancien militant communiste, il dirigeait à cette époqu (...)
  • 47 ADS, 21W424, discours d’ouverture de la IXe conférence fédérale du PCF, 2 mars 1946.
  • 48 Olivier Wieviorka, « La génération de la Résistance », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 22, a (...)

17Si René Lamps fit son retour à la tête de la fédération entre 1953 et 1956 après de nouveaux remous, qui virent la mise à l’écart des deux secrétaires fédéraux qui lui avaient succédé, dont Joseph Leroux, démis de ses fonctions trois semaines après sa nomination, ayant dissimulé avoir travaillé pour les Allemands à la construction du Mur de l’Atlantique. « L’affaire n’était pas pendable [mais] il avait commis le péché suprême : il avait menti au Parti, fut-ce même par omission45 » et « on lui reprochait de ne pas être entré en Résistance. C’était l’époque de la chasse aux sorcières à l’intérieur du parti46. » René Lamps fut rappelé à la tête de la fédération communiste de la Somme dans ce contexte mais c’est avant tout une carrière d’élu qu’il mena. Dès 1945, René Lamps entama une longue carrière parlementaire, qui ne devait s’arrêter qu’en 1978 avec une brève interruption entre 1958 et 1962. Conseiller général de 1959 à 1976, il fut choisi comme tête de liste à l’initiative de la direction nationale pour les élections municipales de 1971 à Amiens et fut élu maire d’Amiens, la « cité de Jean Catelas47. » Il disposait d’un certain capital politique, en partie bâti sur son passé de résistant. En revanche, il ne semble pas que l’expérience du combat clandestin ait généré, chez René Lamps, une pratique et un discours singuliers. « Les membres du PCF sont des communistes résistants plus que des résistants communistes. Cette remarque vaut également pour les hommes qui inscrivent leur lutte durant les années sombres dans la continuité des engagements souscrits avant 1940 », et pour les résistants politisés dans les années trente, qui ont – à l’image de René Lamps – fait de la Résistance le matin d’une nouvelle vie48

Conclusion

18Le travail mémoriel et les rituels commémoratifs ont alimenté l’identification au parti et assuré la cohésion militante. Ils offrent des référents culturels communs et une mémoire militante unifiante. Les cérémonies commémoratives font ainsi partie intégrante de la sociabilité militante et constituent des ressorts à la mobilisation. Le martyrologe communiste contribue à fixer une identité patriotique et participe à la formation d’un esprit de parti. Derrière le culte organisé par l’institution centrale autour de quelques noms (Gabriel Péri, Pierre Sémard...), se cachent des dizaines d’autres itinéraires. Le culte de Jean Catelas en est le meilleur exemple. Le thème de la Résistance est aussi mobilisé dans l’action politique, notamment dans les campagnes électorales de l’après-guerre. Grâce à un investissement efficace de son héritage de la Résistance, le PCF fut un acteur clé de la vie politique locale et nationale après 1945. L’expérience du combat libérateur a aussi ouvert des carrières politiques : René Lamps, inconnu de la vie politique, d’abord destiné à une carrière au sein de l’appareil, devint un « notable rouge ». La place majeure que les victimes occupent dans les dispositifs de commémorations renvoie, pour partie, à une stratégie politique. Célébrer des morts et non des résistants minimise les possibles contestations de la direction au nom d’une légitimité issue de la Résistance. D’autre part, la valorisation de la lutte sacrificielle des communistes dans la clandestinité fut un moyen d’acquérir une légitimité nationale mais il serait trop réducteur d’y voir une simple instrumentalisation politique de la mémoire : cette mise en scène s’inscrit dans un contexte de sortie de guerre, propice à la structuration d'identifications nouvelles.

  • 49 JO, débats parlementaires, 11e législature, session ordinaire (1999-2000), 166e séance, 2e séance d (...)

19Au final, la politique mémorielle développée par le PCF sur la Résistance a incontestablement réussi. Signe de sa grande efficacité, la mémoire communiste de la Résistance est toujours vivace de nos jours : « M. Mamère a bien mis quelqu’un en cause, moi ! [...] en m’injuriant [...] me traitant de populiste, ce qui, pour moi, rime avec fasciste ! Or je suis le successeur d’un député communiste guillotiné, Jean Catelas »49 riposta Maxime Gremetz en pleine séance de l’Assemblée nationale en 2000.

Notes

1 Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, p. 252.

2 Voir Julien Cahon, Les gauches dans la Somme, 1924-1977, Amiens, Éditions Encrage, 2013, 250 pages.

3 Le Nord-Pas-de-Calais avait été séparé du territoire français et rattaché au commandement militaire allemand de Bruxelles. La ligne de démarcation séparant la zone occupée de la zone interdite suivant le cours de la rivière Somme : le sud du département de la Somme se trouvait en zone occupée et le nord du département, ainsi que tout le littoral, en zone interdite.

4 ADS, 26W354.

5 Julian Mischi, op. cit., p. 265.

6 ADS, 969W5, élections législatives, 21 octobre 1945, profession de foi de la liste communiste.

7 ADS, 969W2. La liste du PCF se présentait ainsi : « Louis Prot, ex-déporté politique en Algérie, René Lamps, dirigeant du Parti dans la dandestinité, lieutenant FFI, Lucie Lemaire, dirigeante du Secours Populaire dans la clandestinité, Ernest Hemery, dirigeant de la lutte clandestine dans la région de Doullens, Augustin Dujardin, ex-interné politique à Châteaubriant, évadé, dirigeant de l’organisation syndicale clandestine dans 6 départements, Victor Flamant, ex-déporté politique en Algérie. »

8 David Bellamy, « La reconstruction parlementaire picarde à la Libération », dans Anne Duménil et Philippe Nivet (ss. dir.), Les Reconstructions en Picardie, Amiens, Encrage, 2003, p. 252.

9 ADS, 21W424, réunion du 17 avril 1946.

10 ADS, 21W424, réunions publiques du PCF (1945-1949), réunion du 20 février 1945.

11 L’exécution de Jean Catelas était en partie liée à celle d’un officier allemand, l’aspirant Moser, en août 1941 à Paris, métro Barbès-Rochechouart, dont l’auteur était Pierre Georges, futur colonel Fabien. En représailles, les Allemands exigèrent de Vichy six condamnations à mort par des tribunaux d’exception français. Jean Catelas faisait partie de ceux-là.

12 Le Courrier picard, 15 octobre 1945.

13 Le 28 décembre 1944, le Général de Gaulle a remis, par décret, à titre posthume, la médaille de la Résistance, à deux hommes : Jean Catelas et Guy Môquet.

14 Le Travailleur de la Somme, 20 mars 1948.

15 Le Travailleur de la Somme, juillet-octobre 1954 et janvier-février 1955.

16 Ibid., 3 juillet 1954.

17 Ibid., 10 juillet 1954.

18 Julian Mischi, op. cit., p. 264-265.

19 Jean-Pierre Azéma, « Guy Môquet, Sarkozy et le roman national », L’Histoire, no 323, septembre 2007, p. 6-11.

20 La promotion d’adhérents 1948 était même la promotion Catelas-Lemaire-Petit.

21 Une cellule de la ville portait également le nom de Jean Lagarrigue, responsable départemental du Parti communiste et des FTP dans la Somme (1943-1944) puis commandant militaire interrégional en Normandie-Picardie (mai-août 1944).

22 Cinq rues et deux places.

23 Sophie Regniez, La mémoire de la Résistance dans le département de la Somme de 1944 à nos jours, Amiens, UPJV, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Paul Cointet et Philippe Nivet, 2004, p. 64-68.

24 Le Travailleur de la Somme, 4 janvier 1964.

25 Militant communiste, arrêté dès avril 1940 puis interné jusqu’en juin 1941 ; responsable régional militaire des FTP, puis commandant FTP et responsable inter-régional en Normandie ; arrêté le 4 juillet 1942, condamné avec douze autres résistants, dont son fils, à la peine de mort par le tribunal militaire allemand de Saint-Lô, fusillé le 1er octobre 1942.

26 Militant communiste et syndicaliste CGT, chef de groupe FTP, puis commandant de la subdivision Ouest FTP qui regroupait 14 départements et adjoint au commandant national aux opérations militaires ; arrêté à Orléans le 30 juillet 1943, condamné à mort par un tribunal allemand, fusillé au camp de Biard à Poitiers le 22 septembre 1943.

27 En 1995, André Lalou fut nommé à la présidence nationale de la FNDIRP.

28 ADS, 1124W1, rapport des RG, 7 novembre 1967.

29 Ibid.

30 Ibid., Jeune garde, mensuel de la cellule Jean Catelas du PCMLF, octobre 1967.

31 Lacorne Denis, Les notables rouges. La construction municipale de l'union de la gauche, Paris, Presses de la FNSP, 1980, p. 69.

32 Les affaires André Marty, Charles Tillon et Auguste Lecoeur ont secoué la direction nationale du PCF.

33 Louis Prot annonça également sa démission du PCF à Edouard Herriot, et lui demanda de le considérer comme député isolé, c’est-à-dire non-inscrit à un groupe, afin de conserver son indemnité parlementaire, auparavant reversée au PCF.

34 Le Courrier picard, 28 avril 1949.

35 Sur cette accusation, Louis Prot répondit qu’il était de ceux à qui le PCF avait ordonné de se laisser arrêter.

36 Témoignage de Julia Lamps, 2 août 2010.

37 Ibid.

38 Francine Delauney, René Lamps, itinéraire d’un élu communiste, Amiens, Editions Encrage, 1995, p. 67.

39 Florimond Bonte était alors député, fondateur et directeur-rédacteur en chef de la revue France nouvelle. Ses prises de position pendant la guerre froide lui attirèrent, en juin 1949, la levée de son immunité parlementaire pour délit de presse à la demande du gouvernement, mais il fut tenu compte de sa contribution à la lutte contre l’occupant.

40 Le Travailleur de la Somme, 21 mai 1949.

41 Ibid.

42 On pourra se reporter à Patricia Boyer, « Les droites vues par le Parti communiste français : le discours sur le MRP, le PRL et le RPF, 1946-1947 », dans Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier, La recomposition des droites en France à la Libération, 1944-1948, Rennes, PUR, 2004, p. 73-84.

43 Julian Mischi, op. cit., p. 237.

44 Ibid., p. 236-237.

45 Témoignage de Jean-Jacques Becker, 14 novembre de 2011. Ancien membre du PCF, il milita dans la Somme au début des années 1950.

46 Témoignage de Robert Cerisier, 29 avril 2010 Ancien militant communiste, il dirigeait à cette époque le Mouvement de la paix et la Fédération de l’Éducation nationale dans la Somme.

47 ADS, 21W424, discours d’ouverture de la IXe conférence fédérale du PCF, 2 mars 1946.

48 Olivier Wieviorka, « La génération de la Résistance », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 22, avril-juin 1969, p. 114.

49 JO, débats parlementaires, 11e législature, session ordinaire (1999-2000), 166e séance, 2e séance du 28 mars 2000, rappel au règlement, p. 2692.

Auteur

Université de Picardie

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires