Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

Mémoire et Histoire de la Résistance

Etienne Dejonghe

Texte intégral

1Avant d’entrer dans le vif du sujet, il n’est pas inutile de rappeler le triple usage que les historiens tirent de la mémoire résistante comme des autres mémoires de la 2e guerre mondiale.

21°) Récits de vie et discours des porteurs de mémoire sont d’abord considérés comme des documents au même titre que les documents écrits et soumis comme eux aux mêmes critiques de contenu et d’authenticité. Cette quête semblait d’autant plus nécessaire que les résistants étaient réputés n’avoir, par sécurité, laissé que peu de papiers, ce qui est d’ailleurs inexact.

32°) La mémoire résistante est également utilisée comme auxiliaire pédagogique. Invités par les professeurs et les chefs d’établissements, d’anciens combattants de l’ombre viennent dans les classes, expliquer le sens de leur engagement. Le but est d’aider l’élève à mieux comprendre la complexité d’une période et l’ampleur de ses drames. (Et moi, qu’aurais-je fait ? Qu’aurais-je pu faire ?).

43°) Enfin et surtout la mémoire résistante est elle-même objet d’histoire. Une histoire qui s’inscrit dans le temps long et dont l’étude implique une collaboration étroite des chercheurs et des anciens acteurs. Elle se heurta à certains écueils.

  • 1 Jean-Pierre Rioux « Devoir de mémoire, devoir d’intelligence », Vingtième siècle, numéro spécial « (...)

5Écueils méthodologiques d’abord, chez les historiens qui, fascinés par la hardiesse des combattants de l’ombre avalisaient leurs récits sans les soumettre au travail classique de vérification. Le phénomène s’est accentué durant les années 70. La mode nouvelle de l’histoire orale et la conscience tardive de la tragédie du génocide juif contribuèrent indirectement à sacraliser la parole du témoin. Le manque d’esprit critique, notait alors Jean-Pierre Rioux, a été parfois effrayant.1

  • 2 Yves Le Maner, Le train de Loos, préface d’Annette Wievorka, ISBN, Tournai 2003.

6Chez les résistants, ce furent un sentiment de méfiance à l’égard des historiens, la peur d’être dépossédés de ce qu’ils avaient vécu qui constituèrent le principal obstacle. De ce genre de réticences, les preuves abondent. En octobre 1974, se tient à Paris le premier grand colloque sur la Libération. Il revient à Pascal Copeau (1908-1982), journaliste, Libération-Sud, de tirer les conclusions des débats. Avec un brin d’ironie amère, il termine son propos par ces mots : « De toute façon, ce sont les historiens qui auront le dernier mot ». Trois mois plus tard, s’ouvre à Lille un colloque similaire sur la libération du Nord-Pas-de-Calais. Cette fois, c’est Maxime Berthe, responsable du Front National, qui, avec une émotion mal contenue, souligne le décalage entre le souvenir vivant qu’il garde de ses camarades disparus « des êtres de chair et de sang », et la traduction en statistiques, courbes et analyses que donnent de leur sacrifice une histoire nécrophage. Mais l’exemple le plus éloquent des réserves à l’égard des historiens reste peut-être l’affaire du train de Loos, véritable plaie ouverte, qui pendant des décennies, bloqua tout débat. Les faits sont connus. Le 1er septembre 1944, les groupes de combats FFI et FTP ne purent empêcher le départ vers l’Allemagne du dernier convoi de déportés de France. Flenri Duprez, obsédé par ce drame, chercha toute sa vie à comprendre les causes de leur échec. En 1986, sous l’égide de MEMOR, il organisa une table ronde entre anciens résistants dans l’espoir de dégager une vision claire des événements. Ce fut un fiasco. L’auteur de ces lignes se souvient encore du regard dur des participants à leur entrée dans la salle : ils étaient venus défendre l’honneur de la résistance, si par hasard on avait l’audace de l’attaquer. La publication, en 2003, du livre d’Yves Le Maner2 a mis fin au blocage. L’amicale du train de Loos, après un moment de mauvaise humeur, a reconnu la justesse de la démonstration et l’ampleur de l’investigation. Cette reconnaissance du sérieux du travail historique est d’ailleurs générale. Les clivages anciens ont disparu, la collaboration des fondations, des musées, des universités se renforce car il y a urgence : il s’agit de récolter les souvenirs des derniers acteurs avant qu’il ne soit trop tard et cela concerne tous les détenteurs de mémoire : anciens résistants, anciens déportés, rescapés du génocide, ainsi que leurs proches descendants car eux aussi sont héritiers du traumatisme. En outre, les fondations ont puissamment aidé les chercheurs dans la découverte et le traitement des nouvelles sources. Les méthodologies se sont affinées et les résultats sont là. En une dizaine d’années, l’histoire de la répression sous l’occupation et de la résistance s’est totalement renouvelée.

7Il en est de même pour l’histoire de la mémoire résistante, le présent colloque en est la preuve, les communications qu’il prévoit tournent autour de 5 thèmes.

81°) Quel regard l’allemand porte-t-il sur son adversaire ? Quelle part revient dans son jugement à l’héritage du passé, à l’expérience du présent ?

92°) Comment se construisent les mémoires de la résistance ? Celle des acteurs d’abord. Quels rôles respectifs jouent, dans l’élaboration de leurs souvenirs, l’âge, le sexe, l’environnement, le tissu social, les solidarités de base, les motivations, la date et la nature de l’engagement et, s’ils les ont subies, la traque et la répression ?

  • 3 Cf. l’ouvrage fondateur de Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, 1925.

10Ces mémoires individuelles, comment ont-elles été socialement encadrées3, comment s’intègrent-elles dans les mémoires structurées de groupe, celles des réseaux, des mouvements, des partis, des associations ?

  • 4 Cf la communication de Cécile Vast sur « l’héritage de la Résistance ».

113°) Au-delà de leurs divergences, les résistants ont partagé une secrète complicité, un fort sentiment d’identité. Ils ont, dès la Libération, eu le souci de ne pas laisser mourir les valeurs pour lesquelles ils s’étaient battus4.

12Il existe donc un discours résistant. Quel en est le contenu ?

  • 5 François Bedarida et Jean-Pierre Azéma, ouvrage collectif sous la direction de, La France des anné (...)

134°) Par quels vecteurs se forgent les représentations collectives de la résistance ? Quelle importance accorder aux lieux de mémoire, aux inscriptions monumentales, aux ouvrages érudits, aux cérémonies commémoratives, à la politique mémorielle de l’État ? « Une collectivité aussi complexe que la collectivité française ne peut s’enfermer ni dans les cadres épars des mémoires de groupe, ni dans les sélections de la mémoire officielle, ni dans les analyses austères de la mémoire savante », observe R. Frank5. Où se niche donc la mémoire dite publique ou diffuse ? Quelle part les médias et les spectacles tiennent-ils dans sa confection ?

  • 6 Cf la communication de José Gotovitch, « La Résistance en Belgique, héritage glorieux ou héritage (...)
  • 7 Cf de Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, Seuil 1987 ; Un passé qui ne passe pas, Gallimard 1996.

145°) Quels sont les enjeux de mémoire ou plus précisément, quels conflits ils recouvrent ? Chez les résistants, il est notoire que les Gaullistes et les Communistes se sont disputé l’héritage d’une lutte clandestine. On a parlé de captation pour les uns, et d’instrumentalisation pour les autres. Quant aux réseaux britanniques, ils ont fait l’objet d’une véritable occultation de la part des pouvoirs. Surtout, comme dans tous les pays où la 2e guerre mondiale a laissé des traces empoisonnées, la mémoire résistante a été en concurrence avec les autres mémoires. C’est le cas aussi de la Belgique et de l’Italie6. Mais dans aucun de ces pays, le traumatisme n’a été aussi profond qu’en France. L’impact de la défaite, le syndrome de Vichy, la persécution des juifs ont marqué durablement la conscience nationale, autant, sinon plus que la résistance7. Faire l’histoire de la confrontation des mémoires, c’est faire en somme l’histoire des relations névrotiques des Français avec leur passé.

15Parmi les sujets évoqués, trois points peuvent mériter un surcroît d’attention, le regard de l’autre, la place du patriotisme dans les motivations et le discours résistants, les tribulations de la mémoire diffuse.

16Le regard de l’autre sur la résistance, c’est d’abord celui de l’Allemand. Un regard doublement négatif puisque le résistant était considéré comme un franc-tireur et que son action n’inspira après la guerre dans les mémoires militaires que des commentaires dédaigneux.

  • 8 Sans se démonter, Claude Nordman lui avait répliqué qu’en 1810, les officiers de Napoléon avaient (...)

17Alors que dans l’imaginaire français, le franc-tireur revêt l’habit du héros, il passe dans l’imaginaire allemand pour un lâche et un criminel qui, bafouant les lois de la guerre, se cache au sein d’une population complice avant de tuer dans le dos. Le mythe, surgi en 1870, s’enfle démesurément en 1914 provoquant incendies et massacres dans les régions envahies. Il reparaît en sourdine en 1940 dans le nord de la France pendant l’invasion et les premiers mois de l’occupation, inspirant à l’OFK 670 des mesures analogues à celles de 1914, telle la prise d’otages parmi les notables. Le temps passant calme ses appréhensions. Mais en juin 1941, les communistes entrent dans la lutte active, ils deviennent l’ennemi principal. Colportée par la propagande mais intériorisée par le soldat, l’image nouvelle du terroriste devient dominante. Celle du franc-tireur ne décline pas pour autant. Les FTP la revendiquent, elle revient avec force dans les zones de maquis et pendant les combats de la libération. Claude Nordman (1922-1985) réfractaire au STO, Membre des Corps francs, prisonnier, évadé, et combattant au sein des FFL en Alsace, racontait que blessé et capturé à l’issue d’un engagement dans la Montagne noire, l’officier de renseignement qui l’interrogeait lui avait déclaré que la France ayant signé l’armistice il avait, en reprenant les armes, violé les conventions internationales, et qu’il serait en conséquence traité en franc-tireur et fusillé8.

  • 9 Alexander Von Falkenhausen, Mémoire d’outre guerre, Bruxelles, L. de Meyer, 1974.
  • 10 Laurent Théry, La répression allemande dans le Nord-Pas-de-Calais, zone rattachée au Militärbefehl (...)

18Autre composante du jugement allemand sur la résistance : le mépris, ou au mieux, la condescendance hautaine avec lesquels le résultat de son action a été jaugé. Von Falkenhausen écrit dans ses mémoires qu'elle ne parvint jamais à menacer réellement la sécurité de la Wehrmacht9. Il répétait en somme ce que lui-même et ses subordonnées certifiaient dans leurs rapports périodiques, 30 ans plus tôt. Ce qu’ils affirment correspond à la réalité, du moins en zone rattachée. La densité de la présence militaire, le savoir-faire des polices allemandes et la collaboration des polices françaises expliquent cette impuissance. Mais s’il est vrai que la menace pour la Wehrmacht resta faible, la crainte qu’elle ne le fut pas exista, du moins pendant la dernière période de l’occupation. Laurent Thery démontre très bien dans sa thèse10 que l’OFK 670 qui avait eu le souci constant de ne pas heurter inutilement les populations par des représailles excessives, changea de stratégie à partir de l’été 1943. Un tas d’indices révélait en effet une dangereuse montée en puissance de la Résistance. Alors qu'elle semblait, hier encore, démantelée, elle était en train de se reformer, de s’unifier, de s’armer, de recruter. Il fallait réagir sinon la sécurité arrière des troupes en cas de débarquement ne serait plus assurée. Dès lors, la répression se fit féroce et terriblement efficace. En septembre 1944, la Résistance dans le Nord est exsangue.

19Remarquons, pour conclure, que les commentaires dédaigneux de Falkenhausen ne concernent que l’aspect militaire du combat clandestin. Il existait d’autres formes de luttes : les grèves, le noyautage administratif, l’aide aux réfractaires, le sauvetage des juifs... « La justification de la résistance – écrit Yves Le Maner – C’est l’acte moral, l’engagement et le sacrifice d’une infime minorité qui s’est battue pour la dignité collective d’une nation bafouée. »

20Cependant le regard de l’autre ne se confond pas avec celui de l’occupant, il concerne aussi l’occupé. Quelle image se faisait-il de la résistance et de son action ? La panoplie est vaste et mériterait une véritable typologie. Elle varia aussi selon les zones et la conjoncture. En 1941, dans le Nord, les attentats meurtriers contre des militaires allemands soulevèrent dans l’opinion un tel désaveu que la presse communiste les attribua à des soldats mécontents. Deux ans plus tard, en octobre 1943, alors qu’attentats et sabotages sont en train de devenir quotidiens, le revirement est total. Leurs auteurs, aux dires du préfet Caries « ne sont pas considérés comme des bandits, mais au contraire comme de courageux patriotes qui ne craignent pas de risquer leur vie... » Mais que pensait l’agriculteur de cette résistance qui brûlait ses meules et le menaçait des pires représailles s’il livrait ses récoltes à l’ennemi ? Que pensait l’employé de banque transporteur de fonds agressé en pleine rue afin de lui prendre sa sacoche ? l’ingénieur aux mines, cet « officier de la production » dont l’autorité sur le carreau était de plus en plus contestée et qui ne comprenait pas cette confusion des genres ? Fin 1943, le climat social est lourd dans le Nord et la peur de lendemains sanglants hante les esprits des classes dites « éclairées ». Mais ces sentiments sont très minoritaires, c’est après la Libération, avec les exécutions sommaires et l’activité délictueuse très vite disparue de quelques bandes incontrôlées, que naît la légende noire de la résistance.

21Il importe donc de ne pas confondre les regards portés sur la Résistance pendant les années d’occupation avec les reconstructions ultérieures. Et parmi celles-ci de ne pas mettre sur le même plan les représentations institutionnelles ou collectives et les mémoires vivantes, celles des acteurs ou celles des victimes des représailles nazies. Nous pensons ici évidemment à Oradour-sur-Glane et à Ascq. Deux lieux, deux batailles de mémoire. À Oradour-sur-Glane, c’est l’Alsace meurtrie qui surgit brutalement derrière le procès des tortionnaires. À Ascq, c’est l’accusation de légèreté décernée à la Résistance par les familles des disparus. Aujourd’hui encore, la commémoration de la tuerie donne lieu à deux cérémonies distinctes, l’une au tertre des massacrés, en mémoire des victimes, l’autre au fort de Seclin où furent exécutés les auteurs du sabotage.

  • 11 Olivier Wievorka, « La génération de la Résistance », Vingtième siècle, janvier 1999.

22Autre sujet de discussion : les motivations de l’entrée en résistance. Olivier Wievorka distinguait à ce propos deux catégories de volontaires : ceux que l’épouvantable désastre de 1940 avait bouleversés et ceux dont l’engagement reposait sur d’autres fondements que le patriotisme11.

  • 12 Rapporté à l’auteur par René Lesage, auteur de nombreux travaux sur la Résistance dans le Nord-Pas (...)
  • 13 Document reproduit dans le livre de Danielle Lheureux, La résistance. Action Buckmaster. Sylvestre (...)

23On se représente mal aujourd’hui le choc ressenti par les Français en 1940 devant la rapidité et l’étendue de la défaite. Elles cassèrent irrémédiablement l’image flatteuse qu’ils se faisaient d’eux-mêmes, de leur pays, de son armée, de son passé de gloire, de son statut de grande puissance. Elles furent le premier motif d’engagement - un réflexe – le politique, le social, le dégoût de Vichy vinrent après. Ainsi de Norbert Fillerin, homme d’un grand courage qui créa l’un des premiers réseaux d’évasion dans le Pas-de-Calais. Le spectacle de la déroute l’avait tellement traumatisé qu’il songea – disait-il – à demander la nationalité britannique après la guerre12. Ces résistants du début sautèrent le pas, non parce qu’ils croyaient prophétiquement à la victoire finale mais parce que la façon dont nous avions été battus leur semblait si ignominieuse que continuer la lutte était une nécessité qu'elle qu’en fût l’issue. « La honte d’une soumission lâche est un poison qui corrompra le sang des générations futures, on ne perd l’honneur qu’une fois. » ; cette citation de Clausewitz, combien de résistants lettrés l’ont reproduite dans leurs mémoires. Cette revendication de l’honneur perdu, on la retrouve encore le 28 août 1944, dans l’ordre d’insurrection que P. Seailles, successeur du capitaine Michel à la tête de Sylvestre Farmer adressait à ses troupes : « Le jour approche où il nous sera permis de laver l’humiliation de 1940. Nous savons tous ce que le monde a dit de l’armée française. Les Allemands eux-mêmes ont demandé où étaient les soldats de 14-18. La réponse est là... »13.

  • 14 Gilles Vergnon, « Au nom de la France, discours des chefs d’état sur la Résistance intérieure », V (...)

24.Cette vision patriotique et militaire de la résistance reste constitutive de la mémoire des réseaux et de la France combattante. Elle a inspiré pendant longtemps les discours et les commémorations officiels. Ce n’est plus le cas aujourd’hui dans les cérémonies où l’accent est mis sur l’aspect humanitaire et universel du combat clandestin, plutôt que sur son aspect guerrier14.

  • 15 Février 2012.

25Le passé est-il exorcisé ? La blessure de 1940 est-elle cicatrisée ? Interrogé là-dessus, il y a peu, lors de sa visite à Bondues, Jean-Louis Crémieux-Brilhac répondit, le visage fermé et après un instant de silence, « Nous ne nous en sommes jamais remis »15.

  • 16 Sur cette question, outre les ouvrages d’Henry Rousso déjà cités, le livre d’Olivier Wievorka, La (...)

26Troisième thème de discussion : les tribulations de la mémoire dite publique ou diffuse. Ou comment les Français regardent leur passé16. On peut distinguer plusieurs phases.

  • 17 Pascal Ory, « Comme de l’an 40 dix années de retro-Satanas », Le Débat, octobre 1981.

27Au sortir de la guerre, les souvenirs gênants des années noires sont occultés par les différents vecteurs de la mémoire collective. Discours, inaugurations, commémorations, cinéma, mémoires gaulliste et communiste propagent l’image gratifiante d’une nation qui, unie derrière la Résistance, et rejetant massivement Vichy, n’a pas démérité. Cette vision héroïque, moins présente pendant les années 50, ressurgit puissamment sous la Ve République avec le retour au pouvoir de son fondateur. À partir des années 70, le refoulé revient avec force sous l’effet d’une série de chocs17.

28Premier choc en 1971 avec la projection dans les salles de cinéma, du film de Marcel Ophuls « Le chagrin et la pitié ». Le succès est énorme. Le public est d’autant plus pressé de venir le voir que le pouvoir en a interdit la diffusion à la télévision, sous prétexte que « le film détruit les mythes dont les Français ont besoin ». Le blocage dura 10 ans. Et il est vrai que prenant l’exemple de Clermont-Ferrand, M. Ophuls démontrait que le comportement des Français a été loin d’être courageux, que les Allemands n’ont pas eu le monopole de l’antisémitisme, que les ralliements à Pétain ont été nombreux alors que les résistants étaient minoritaires et que ces derniers ne furent pas tous gaullistes, loin de là !

  • 18 Citons en vrac, Céline, Drieu La Rochelle, Barthelemy, Benoist Méchin, Jean-Luc Maxence...
  • 19 D’après les relevés d'Henry Rousso, op. cit. et des cahiers de la Cinémathèque.

29Deuxième choc : la parution, trois mois plus tard du livre de Robert Paxton La France de Vichy. L’auteur y démontre que le portrait de Pétain bouclier dépeint par Robert Aron est un mythe, que Vichy ne fut pas une parenthèse mais que certaines tendances de la société Française se retrouvèrent en lui, que la France est le seul pays occupé à avoir collaboré officiellement avec l’ennemi, et – ce qui est beaucoup plus discutable – que le comportement des Français a été celui des héros du « Bon Beurre » décrit par Jean Dutourd. L’effet du double choc est relayé et amplifié par les médias et le commerce culturel. Les éditeurs publient ou republient les auteurs maudits, les mémoires des ministres Vichyssois, les récits des enfants de collabos18. Le cinéma n’est pas en reste : Lacombe Lucien de Louis Malle fait scandale car il laisse entendre que l’idéologie n’a rien à voir dans le choix de l’engagement. La même année sort Portier de nuit ou les relations sado-masochistes d’un bourreau et de sa victime. C’est la mode rétro qui commence : 44 films en 4 ans19.

  • 20 Robert Frank dans collectif CNRS, La mémoire des Français, 1986, p. 378.

30La mode semblait fléchir quand survient, à partir de 1978, le 3e choc : la réactivation de la mémoire juive. À l’origine de son réveil, l’écho du procès d’Eichman, la projection d'Holocauste et plus directement une série d’affaires abondamment commentées par la presse et les « new magazines » (les affaires Darquier et Faurisson, en 1978, puis les affaires Legay, Touvier, Bousquet, Papon). En 1987 (année du procès Barbie) sortent deux films qui, couverts d’éloges, connaissent un grand retentissement : le très émouvant Au revoir les enfants de Louis Malle et le très percutant et dénonciateur Hôtel Terminus de Marcel Ophuls. C’était le signe que le public prenait conscience de la spécificité du génocide et de la complicité de l’État dans les persécutions raciales. Dès lors, la mémoire juive devient largement dominante dans les médias aux dépens des autres mémoires. Les réalisateurs des émissions télévisées préfèrent donner la parole aux victimes plutôt qu’aux combattants jugés moins représentatifs. Débute alors le grand mouvement de repentance, de commémoration des choses honteuses ou douloureuses, d’appels au « devoir de mémoire ». La vogue incite les résistants à privilégier le dialogue avec la jeunesse qui, à la différence des pères, « n’avait pas eu à vivre les déchirements de l’époque », mais aussi « à se retrouver entre eux toutes tendances confondues »20.

  • 21 Pierre Laborie, Histoire et mémoires de Vichy et de la Résistance, ECHEG, Lyon, octobre 2006 ; Le (...)
  • 22 Jean-Pierre Rioux, Devoir de mémoire, devoir d’intelligence, op. cit.

31Cette attitude défensive se poursuit pendant la décennie suivante alors que l’intérêt médiatique pour la période de l’occupation et ses polémiques s’effiloche. C’est que la résistance elle-même fait maintenant l’objet de controverses, moins dans l’opinion qui s’en désintéresse que dans les milieux intellectuels. Avec la disparition de l’URSS, la vague anticommuniste l’atteint par contrecoup. En 1993, Thierry Wolton dans le Grand recrutement reprend l’accusation de Jean Moulin agent soviétique. En 1997, les Aubrac sont sommés dans Libération de s’expliquer sur la catastrophe de Caluire. Cette fois, la communauté des historiens et des acteurs historiens réagit. Antoine Prost s’indigne « trop, c’est trop ! » ; Denis Cordier au prix d’un gigantesque travail documentaire rétablit la vérité sur celui de qui il fut le secrétaire. Pierre Laborie, avec constance, dénonce la permanence des clichés réducteurs sur la Résistance, s’inquiète de la baisse en quantité des ouvrages la concernant21. Jean-Pierre Rioux, quant à lui, s’en prend au risque de dérives du « devoir de mémoire » qui débouche parfois sur la notion de culpabilité collective dont les jeunes seraient à jamais les héritiers22.

  • 23 Mona Ozouf, « Hier et aujourd’hui », dans La mémoire des Français, op. cit., p 22-23.

32Ces remous médiatiques ne doivent pas masquer l’essentiel : le renouvellement de nos connaissances historiques sur la période et la relève prometteuse des jeunes chercheurs. Mais ceci précisé, quel avenir se décide pour la mémoire de la Résistance ? De vivante, est-elle condamnée à devenir une mémoire morte ? Et l’intérêt que l’on porte à ce qu'elle signifia est-il appelé à disparaître ? En 1986 déjà, Mona Ozouf prophétisait le déclin irrémédiable des commémorations23. Mais ce qu’elle écrivait à leur propos s’applique parfaitement à la mémoire elle-même et à ses autres ressorts. De sa désagrégation, elle évoquait trois causes :

  1. l’effondrement du savoir historique dans les sociétés où l’école a perdu son rôle central.
  2. l’affaiblissement du lien collectif, la privatisation des conduites qui aggravent l’indifférence envers la chose publique.
  3. le basculement vers l’avenir comme seul dominant.

33C’est dire l’importance civique de l’enseignement de l’histoire dans nos établissements scolaires et le rôle de telles journées d’études dans la construction de rapports sur les publics cultivés.

Notes

1 Jean-Pierre Rioux « Devoir de mémoire, devoir d’intelligence », Vingtième siècle, numéro spécial « Mémoire et histoire » mars 2002.

2 Yves Le Maner, Le train de Loos, préface d’Annette Wievorka, ISBN, Tournai 2003.

3 Cf. l’ouvrage fondateur de Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, 1925.

4 Cf la communication de Cécile Vast sur « l’héritage de la Résistance ».

5 François Bedarida et Jean-Pierre Azéma, ouvrage collectif sous la direction de, La France des années noires, première édition, Seuil 1993, 2e volume, p. 496.

6 Cf la communication de José Gotovitch, « La Résistance en Belgique, héritage glorieux ou héritage encombrant ? », Colloque du CEGES, 2002 ; Sur l’Italie, J. Foots « Fracture d’Italia... La mémoria divisa del paese », Milan 2009, CR. dans Vingtième siècle, octobre 2011.

7 Cf de Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, Seuil 1987 ; Un passé qui ne passe pas, Gallimard 1996.

8 Sans se démonter, Claude Nordman lui avait répliqué qu’en 1810, les officiers de Napoléon avaient traité en combattants réguliers les officiers espagnols prisonniers bien qu’ils fussent en rébellion contre leur souverain le roi Joseph. Claude Nordman prétendait que cette comparaison avec l’armée impériale lui avait sauvé la vie. Il eut quand même droit à deux simulacres d’exécution. Claude Nordman prolongea son combat résistant dans la première armée, il fit la campagne Rhin et Danube (Conversation avec l’auteur, à Lille 3, où il enseigna pendant de nombreuses années).

9 Alexander Von Falkenhausen, Mémoire d’outre guerre, Bruxelles, L. de Meyer, 1974.

10 Laurent Théry, La répression allemande dans le Nord-Pas-de-Calais, zone rattachée au Militärbefehlshaber de Belgique, Lille 3, thèse soutenue en 2011 ; parue sous le titre : La répression allemande dans le Nord de la France, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2013.

11 Olivier Wievorka, « La génération de la Résistance », Vingtième siècle, janvier 1999.

12 Rapporté à l’auteur par René Lesage, auteur de nombreux travaux sur la Résistance dans le Nord-Pas-de-Calais.

13 Document reproduit dans le livre de Danielle Lheureux, La résistance. Action Buckmaster. Sylvestre Farmer avec le capitaine Michel Roubaix, Le Geai, 2001.

14 Gilles Vergnon, « Au nom de la France, discours des chefs d’état sur la Résistance intérieure », Vingtième siècle, mars 2002.

15 Février 2012.

16 Sur cette question, outre les ouvrages d’Henry Rousso déjà cités, le livre d’Olivier Wievorka, La mémoire désunie, le souvenir des années noires de la Libération à nos jours, Seuil 2010.

17 Pascal Ory, « Comme de l’an 40 dix années de retro-Satanas », Le Débat, octobre 1981.

18 Citons en vrac, Céline, Drieu La Rochelle, Barthelemy, Benoist Méchin, Jean-Luc Maxence...

19 D’après les relevés d'Henry Rousso, op. cit. et des cahiers de la Cinémathèque.

20 Robert Frank dans collectif CNRS, La mémoire des Français, 1986, p. 378.

21 Pierre Laborie, Histoire et mémoires de Vichy et de la Résistance, ECHEG, Lyon, octobre 2006 ; Le chagrin et le venin, la France sous l’occupation, mémoires et idées reçues, Baillard 2011.

22 Jean-Pierre Rioux, Devoir de mémoire, devoir d’intelligence, op. cit.

23 Mona Ozouf, « Hier et aujourd’hui », dans La mémoire des Français, op. cit., p 22-23.

Auteur

Irhis- Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires