Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires et représentations de la Résistance

 | 
Robert Vandenbussche

Quelques réflexions initiales

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Pour ce sixième colloque, le choix s’est porté sur une problématique plus complexe même si les historiens l’ont déjà bien exploitée, celle de l’histoire culturelle à travers les représentations et la mémoire.

2Il convient sans doute d’expliciter ce choix.

3Quelle que soit la conjoncture – plus encore pendant les temps troubles et sombres de l’occupation - hommes et femmes vivent le présent et se projettent dans l’avenir à travers des « filtres », ceux de la sensibilité, des engagements intellectuels et idéologiques, des réseaux variés auxquels ils appartiennent. Ils construisent un « imaginaire » qui contribue à modeler un état d’esprit et à forger des conduites et, ce faisant, ils élaborent un « système de représentations » qui sert à guider leurs choix.

4Portés par l’espoir de la libération et du retour à la démocratie, les résistants n’ont pas échappé à cette construction mentale qui a déterminé des objectifs, un projet et des modalités d’engagement. En effet, vouloir chasser l’occupant implique une réflexion sur les moyens. Elle suppose également la détermination d’un projet de reconstruction de la liberté et de la paix. Les résistants s’y sont consacrés afin de donner un sens à une action collective qui leur apparaissait incontestable par sa légitimité.

5De fait, les conditions de leur élaboration ne permettent ni l’uniformité ni la rigidité totale. La conjoncture a infléchi ou réorienté certaines représentations même si les résistants ne le reconnaissent pas volontiers.

6Ainsi, dans les deux premières années de diffusion, La Voix du Nord clandestine assimile aisément l’occupation vécue à celle qu’ont subie les occupés de 1914-1918. « Nous sommes les envahis de 1914 » répète-t-elle à l’envi. On peut s’interroger sur la lucidité de l’analyse ; mais ce n’est pas le propos. Car le diagnostic affiché renvoie justement à « un système de représentations » qui éclaire les objectifs et les moyens. Résister à l’Allemand de 1940-1942, c’est combattre le « boche éternel » plus que le « nazisme ». C’est attendre la libération des armées étrangères mais alliées et exprimer une anglophilie constante. C’est, enfin, encourager les concitoyens à « tenir » comme l’ont fait les populations dans la première guerre mondiale et refuser toute compromission et collaboration. Ce système de pensée définit le recours aux moyens : la diffusion d’une presse clandestine, l’aide à l’évacuation des soldats alliés, la recherche du renseignement, comme les hommes et les femmes de 1914-1918 les ont pratiquées. Ces perspectives écartent très longtemps le recours à la lutte armée, au moins jusqu’en 1943. Elles déterminent donc une résistance spécifique qui se justifie également par l’intensité du traumatisme subi en 1940. Si la confiance dans la libération anime ces résistants, il apparaît difficile d’imaginer, en 1940-1941, que la région recouvrera la liberté par ses seuls moyens. Ce système initial évolue parce que la conjoncture internationale et militaire s’éclaircit. Néanmoins, la conviction demeure que la libération dépend des succès américains, britanniques et soviétiques plus que de l’insurrection nationale.

7Les résistants communistes ne partagent pas le même système de représentations. Leur engagement partisan les incite à se projeter comme les auxiliaires de l’Armée rouge et à lutter, par tous les moyens, « sur les arrières du front de l’est », que devient la région. Lutte sociale, lutte politique et lutte armée doivent conjuguer leurs effets pour réussir à combattre le nazisme et à imposer une autre société. L’action directe, qu’ils mènent à partir de l’été 1941, leur coûte cher puisqu’ils sont traqués à la fois par la police de Vichy et les services allemands. Ils se doivent donc d’infléchir leur projet et proposer « un front national », c’est-à-dire la construction d’une résistance élargie à d’autres composantes. Cet infléchissement n’interdit nullement la persistance de la lutte armée mais lui donne également une dimension plus politique et plus patriotique.

8Les acteurs diffusent cet imaginaire qui donne du sens à leur résistance. Les survivants continuent à l’exploiter après la libération car il fixe leur identité. Ainsi, le parti communiste revendique dès lors la reconnaissance de « parti des fusillés ». Que la revendication soit légitime ou non, il n’en demeure pas moins que cette identité construite devient mémoire rappelée. Mémoire sélective, oublieuse, reconstruite, mais « mémoire-vérité » pour ceux qui la portent. Tous les faits qu'elle rapporte ou retient ne sont pas authentiques. Mais l’essentiel se situe dans la légitimité d’une action qui a été menée et dont on montre les traces. Ainsi, la référence incantatoire à l’unité oublie les profondes divergences et les luttes de pouvoir ou d’influence. Mais, face à l’occupant, la recherche de l’union sacrée devient la seule conduite cohérente et logique. Il faut donc l’inscrire dans la mémoire collective.

9Une question fondamentale se pose, celle de la rencontre entre cet imaginaire et la réalité vécue, aussi bien en temps d’occupation qu’à la libération. Les résistants partagent la conviction d’un combat légitime et nécessaire. Mais que pensent les hommes et les femmes non engagés quand tombe la répression allemande ou que des résistants commettent un acte dont les effets se retournent contre la population ? La Résistance, mouvement social, n’est pas en dehors de la société même si bien de ses acteurs s’évaluent en rebelles. De même, à la Libération, les Français sont-ils acquis aux projets construits pendant la guerre et l’occupation ? La diffusion des constructions mentales de la guerre ne chercherait-elle pas à convaincre les populations que le bien-fondé des choix de la période noire consacre la justesse des propositions pour le temps de paix et de liberté retrouvée ?

10Ces quelques questions sont celles que posent les travaux des chercheurs qui nous ont fait la gentillesse de participer aux débats. Leurs communications se proposent d’ouvrir quelques pistes en décryptant les modes de pensée et d’action, dans plusieurs régions françaises et en Belgique.

Carte postale, 1945, Collection particulière

Table des illustrations

Légende Carte postale, 1945, Collection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

Auteur

Irhis-Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires