Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Chambre haute. Hier en France, aujourd'hui en Europe

 | 
Jean-Marc Guislin

2ème partie. La Chambre haute : mode de désignation. Instabilité française et permanence (?) britannique

Les enjeux des élections au Conseil de la République dans le Pas-de-Calais pendant la Quatrième République

The elections of the Council of the Republic in Pas-de-Calais (1946, 1948, 1952)

Philippe Roger

Résumé

La première élection du Conseil de la République en 1946 revêt un caractère exceptionnel : les grands électeurs sont élus au suffrage universel direct, ce qui est sans précédent. La presse s’efforce donc de présenter les pouvoirs de la nouvelle assemblée et les modalités d’un scrutin étonnamment complexe. Les résultats sont marqués par un succès en voix pour le MRP, mais en sièges pour la SFIO et le Parti communiste français. Les élections de 1948 marquent un retour à la tradition, l’essentiel du corps électoral étant cette fois composé de délégués des conseils municipaux. Ce nouveau système, qui rend un poids considérable aux communes rurales, aboutit à un net recul du PCF et du MRP ainsi qu’à une poussée vers la droite dont profitent la SFIO et le RPF qui savent attirer les voix du monde paysan. Le scrutin de 1952 vient confirmer la domination socialiste, cependant que reflue la vague gaulliste. L’étude prosopographique des conseillers de la République montre que, si un renouvellement complet de la représentation du Pas-de-Calais se produit en 1946, la loi d’airain de l’oligarchie reprend ensuite très vite ses droits et le petit groupe d’hommes qui est alors élu est ensuite caractérisé par une très grande stabilité. C’est le triomphe des notables socialistes ou proches de la SFIO.

In many respects, the first elections of the Council of the Republic which took place in 1946 were exceptional: an electoral college was chosen by universal direct suffrage, which had never been done before. Local newspapers tried to describe the new Assembly, its powers and the way its members were elected. This vote was a success for the MRP (Christian Democratic Party), but the Socialist and the Communist Parties eventually got more seats. In 1948, the elections were far more traditional. Most of the “great electors” were elected by the municipal councils and rural districts then became very important. These elections were a setback for the Communist Party and for the MRP: peasants were in fact more attracted by moderate Socialists and Gaullists. In 1952, however, the Gaullist RPF had begun to decline and the Socialists once more easily won the elections. A prosopographic study shows that, in 1946, no councillor had been a senator before World War II. But among the newly elected members of the Assembly were influential Socialist politicians who were going to play an important part in regional political life for several decades.

Texte intégral

1Cette étude porte sur trois élections : les conseillers de la République sont élus pour la première fois en décembre 1946. Le Conseil est ensuite intégralement renouvelé en novembre 1948. Les élections de mai 1952 sont en revanche des sénatoriales partielles, intéressant, en métropole, les 36 départements allant de la Meurthe-et-Moselle à l’Yonne et donc, naturellement, le Pas-de-Calais. Celui-ci n’est pas concerné par le scrutin de juin 1955. Ces différentes élections suscitent, en quelque sorte, un intérêt décroissant : par bien des côtés, celles de 1946 sont exceptionnelles. En 1948 se produit une sorte de retour à l’ordre. En 1952, enfin, les enjeux apparaissent relativement réduits. Deux faits apparaissent particulièrement marquants pendant la période étudiée : l’élection (inédite) des grands électeurs au suffrage universel direct en 1946 et le renouvellement de la représentation départementale à la Chambre haute qui se produit alors.

I. Un processus complexe, l’élection du premier Conseil de la République

A. Un scrutin sans précédent

2La première élection du Conseil de la République constitue un scrutin d’une étonnante complexité. Sur les 315 membres de la nouvelle assemblée, 65 sont des élus de l’outre-mer, 50 de l’Assemblée nationale et 200 des collectivités territoriales métropolitaines. En ce qui concerne le Pas-de-Calais, le décret du 31 octobre 1946 fixe à trois le nombre de conseillers qu’il convient d’élire dans le cadre du département. Deux autres sièges sont attribués au Pas-de-Calais, mais à l’échelon national.

  • 2 Arras-Sud, Béthune, Boulogne-Sud, Calais Sud-Est, Cambrin, Carvin, Houdain, Lens-Est, Lens-Ouest, N (...)

3Le collège départemental qui élit les conseillers de la République comporte les députés, les conseillers généraux et, surtout, des délégués cantonaux qui, originalité majeure de ce scrutin, sont élus au suffrage universel direct. Ces délégués sont désignés dans le cadre cantonal, au scrutin de liste, avec représentation proportionnelle. Cependant, lorsque le canton comporte plus de 15 000 inscrits, il doit être divisé en sections comportant chacune de 5 000 à 15 000 électeurs. En conséquence, un arrêté préfectoral divise douze des cantons du Pas-de-Calais2 qui comporte donc en définitive 69 cantons ou sections cantonales. Le découpage adopté tient compte à la fois de l’importance démographique et de la configuration géographique de chaque canton. Celui d’Houdain, qui est très peuplé, est ainsi divisé en 5 sections qui désignent 194 grands électeurs. Des sections cantonales distinctes sont par ailleurs prévues, lorsque c’est possible, pour les villes les plus importantes. C’est par exemple la situation du canton d’Arras-Sud, qui compte 18 750 inscrits. Le préfet crée deux sections cantonales : d’une part Arras-Ville, avec 12 945 électeurs élisant 44 délégués et d’autre part un regroupement d’Achicourt, Agny, Beaurains, Fampoux, Feuchy, Neuville-Vitasse, Tilloy-les-Moflaines, Wailly-les-Mofflaines, comportant 5 805 électeurs inscrits désignant 20 délégués. Il n’est cependant pas toujours possible de procéder ainsi. Le canton de Calais Sud-Est, qui compte 31 000 électeurs, doit ainsi être divisé en trois secteurs. Le nombre de délégués est évidemment très inégal selon les cantons (ou sections cantonales) : 17 à Bapaume, mais 50 à Boulogne-Nord.

  • 3 Renseignements généraux du Pas-de-Calais, Arras, le 19 novembre 1946, rapport no 94, le commissaire (...)
  • 4 Renseignements généraux d’Arras, le 19 novembre 1946, rapport no 3116/11, objet : les élections du (...)
  • 5 Ministère de l’Intérieur, Direction générale de la sûreté nationale, Boulognesur-Mer, le 18 novembr (...)

4L’élection des délégués a lieu très peu de temps après les législatives et les partis politiques sont donc un peu pris de court : la constitution des listes de délégués n’est pas toujours chose facile étant donné le grand nombre de personnes qui doivent figurer sur les listes de chaque canton ou secteur. Il s’agit en fait, très souvent, de trouver dans chaque commune un militant ou un sympathisant dont le nom puisse inciter les électeurs à apporter leurs suffrages. C’est naturellement plus simple pour les partis solidement organisés, ce qui profite en particulier au parti communiste qui, pour ratisser plus large, présente des « listes d’union républicaine et résistante ». C’est évidemment beaucoup plus difficile pour les partis de droite, à la fois nombreux, divisés et peu organisés et pour les radicaux qui sont sans doute alors la force politique la plus divisée du département3. Leurs sympathies se partagent en effet entre les socialistes, les républicains populaires, la droite classique et les gaullistes ! L’incapacité des radicaux à former des listes est d’ailleurs interprétée par une partie d’entre eux comme une manœuvre de leurs dirigeants fédéraux visant à laisser le champ libre aux socialistes afin de faciliter la conclusion d’accords pour les futures élections municipales4. Certains radicaux, méfiants à l’égard de la SFIO, auraient plutôt souhaité, en particulier dans l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, constituer des listes communes avec les partis de droite. Quant à celle-ci, elle souffre de son éclatement : si l’on prend à nouveau l’exemple de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, la Fédération républicaine, l’Alliance démocratique et sociale, le PRL, la Réconciliation française et l’Union gaulliste ont tous leurs représentants et leurs sympathisants, mais aucun de ces partis (et même le dernier d’entre eux) n’est assez fort pour les fédérer et impulser une volonté commune. La droite n’est cependant pas découragée et s’efforce d’exploiter le relatif succès qu’elle a enregistré dans le Pas-de-Calais lors des élections législatives. Elle recherche donc activement des personnalités locales (maires et adjoints des petites communes), qui, sans appartenir à aucun parti, lui sont en fait favorables. Ce n’est cependant pas nécessairement facile, ce type d’élus rechignant souvent à adopter une étiquette politique trop précise. L’Union gaulliste est particulièrement active : ses membres parcourent les campagnes, essayant en particulier de trouver des cultivateurs : cette catégorie sociale leur apparaît en effet comme celle qui présente le plus d’intérêt pour eux5.

  • 6 Renseignements généraux d’Arras, le 15 novembre 1946, rapport no 3101/8, objet : activité de l’Unio (...)
  • 7 Philippe Roger, « Les élections cantonales de 1945 dans le Pas-de-Calais : un système politique tra (...)

5La situation du MRP est différente. Souffrant de ne disposer dans le Pas-de-Calais que d’une organisation insuffisante, il se trouve en outre confronté à un problème de choix des alliances. Ses dirigeants locaux sont contactés par les radicaux (en particulier à Berck-sur-Mer), ou, plus souvent, par la droite, qui propose de former des listes antimarxistes6. Ce rapprochement est cependant d’autant moins évident que la droite vient de conduire une campagne assez virulente contre le MRP dans le cadre des élections législatives. Dans certains cantons des arrondissements de Montreuil-sur-Mer et de Saint-Omer, les républicains populaires sont cependant disposés à accepter ces offres, que ne repoussent pas nécessairement les dirigeants nationaux. Mais ils se heurtent à l’opposition de la fédération départementale. La SFIO, quant à elle, accomplit de gros efforts pour constituer ses listes et bénéficie a priori pour cela du cadre cantonal (elle détient en effet la moitié des cantons du département)7.

  • 8 Préfet du Pas-de-Calais (cabinet) à Ministre de l’Intérieur (Bureau des élections), sans date, AD P (...)

6Le parti communiste qui parvient à former 69 listes d’Union républicaine et résistante est partout présent. Les efforts de la SFIO (68 listes) et du MRP (60 listes) sont également couronnés de succès. La constitution de listes se révèle en revanche beaucoup plus difficile pour les partis de droite, qui n’ont pu élaborer que 29 listes, dont 12 d’Union gaulliste. C’est un désastre pour les radicaux (4 listes !)8. Il n’est pas non plus nécessairement toujours facile pour les partis de trouver rapidement des têtes de liste pour les élections au Conseil de la République : les hommes politiques les plus en vue ayant été élus à l’Assemblée nationale, il faut tout de même trouver des personnalités qui soient susceptibles d’attirer l’attention du corps électoral.

  • 9 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, DC/LD, 19 novembre 1946, objet : (...)
  • 10 Sous-préfecture de Boulogne-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer, le 20 novembre 1946, CABS/1011/46, JS/SB, le (...)

7La proximité des législatives explique que la situation financière des partis soit délicate9 et la campagne électorale est donc assez réduite (les affiches comme les tracts sont rares) et ne semble pas a priori susciter un grand intérêt : le 19 novembre 1946, les Renseignements généraux estiment que la grande majorité des électeurs ignore absolument tout du texte institutionnel et que près des deux tiers d’entre eux ne savent même pas ce qu’est le Conseil de la République. Beaucoup semblent en tout cas avoir considéré que son élection était d’une importance assez secondaire10. Une proportion encore plus élevée aurait ignoré son mode d’élection et n’aurait pas compris pourquoi une nouvelle élection était organisée après les législatives. Certains auraient même été persuadés de devoir élire le président de la République ou des conseillers généraux. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le préfet ait prévu un taux d’abstention élevé (30 à 35 %).

B. La réflexion sur les institutions et les résultats électoraux

  • 11 Un exemple parmi d’autres : anonyme, « Les grands électeurs désignés le 24 novembre éliront les con (...)
  • 12 Paul Villers, « Ni un sénat, ni un fantôme... Voici le Conseil de la République », Nord Eclair, 15 (...)
  • 13 Idem.
  • 14 Paul Villers, « Ces héros d’un jour... Les grands électeurs », Nord Éclair, 17 novembre 1946, pages (...)
  • 15 Idem.
  • 16 M.L. « Nouveau vote », Le Journal de Montreuil, 1er décembre 1946, page 1.
  • 17 André Stibio, « Le Conseil de la République doit retenir notre attention », La Voix du Nord, 15 nov (...)
  • 18 Idem.
  • 19 Paul Villers, « Le dernier effort », Nord Éclair, 20 novembre 1946, page 1.

8La presse est unanime à inviter les électeurs à se rendre aux urnes et se livre à un double travail d’explication : elle décrit à la fois les pouvoirs du Conseil et les modalités de son élection. Ce travail pédagogique est général, mais inégalement développé11. Ce sont sans doute La Voix du Nord et l’édition du Pas-de-Calais de Nord-Éclair qui développent le plus longuement leurs explications12. Au-delà de ce travail de présentation, les divergences sont évidemment considérables entre les organes de presse. La Voix du Nord et Nord-Éclair manifestent une incontestable nostalgie de l’ancien Sénat et redoutent que le Conseil de la République ne puisse, en raison de ses pouvoirs restreints, jouer pleinement son rôle de chambre haute. Dans La Voix du Nord, Pierre Bayart, professeur à la faculté libre de droit de Lille, estime qu’il y avait deux manières de faire du Conseil de la République un organe inutile : réduire ses pouvoirs à néant et en faire une sorte d’ombre chinoise de l’Assemblée nationale. « On a en fait conjugué les deux méthodes »13. Nord Éclair fait l’éloge des chambres hautes, qui garantissent la représentation des collectivités locales, « cellules vivantes de la nation », dont les membres, par la pratique des affaires municipales et départementales, acquièrent l’expérience et la sagesse nécessaires pour compenser les impulsions de la chambre basse14. Or le mode d’élection du Conseil de la République fait disparaître cette représentation des communes et des départements. Nord Eclair admet cependant que l’élection des conseils municipaux qui devaient élire les conseillers de la République avait été faite avant le retour des prisonniers et des déportés, ce qui réduisait leur représentativité15. Le périodique le plus critique à l’égard du mode d’élection du Conseil de la République est sans doute Le Journal de Montreuil, de tendance radicale, qui estime que l’idée même d’une seconde chambre devant jouer un rôle pondérateur de la première est ainsi faussée16. André Stibio, dans La Voix du Nord dénonce la complexité du mode d’élection des conseillers de la République : « la loi qui crée le Conseil de la République est à la fois si compliquée et si obscure que, pour l’appliquer, les techniciens les plus éprouvés donnent leur langue au chat... Beaucoup de gens risquent d’être déroutés par une ingéniosité aussi délibérément obscure17. » La Voix du Nord et Nord Éclair refusent cependant absolument l’abstention : la politique du pire est la pire des politiques18 et la nature du Conseil de la République sera de toute façon largement influencée par le résultat de ces premières élections. La priorité est par ailleurs de barrer la route au parti communiste : celui-ci réclame la présidence du Conseil mais les nouvelles élections peuvent démontrer qu’il n’est pas véritablement la première force politique de France. Nord Éclair insiste naturellement sur ce danger communiste, mais sans épargner socialistes et gaullistes : une haute assemblée dont la majorité serait communiste et socialiste ne serait plus un organe de réflexion, mais une chambre de surenchère et de démagogie qui finirait par discréditer l’ensemble du régime parlementaire. Mais n’est-ce pas là « ce que recherchent les partisans de l’État totalitaire dominé par un parti et les amateurs d’aventures » ? En fait, « les extrémistes de tous bords... veulent conduire la République sur les chemins de l’Allemagne de Weimar [et] tendent, malgré leurs oppositions, au même résultat pratique »19.

  • 20 La position communiste est exposée dans :
    - Fédération du Pas-de-Calais, « En marge des élections du (...)
  • 21 Profession de foi communiste pour les élections au Conseil de la République du 8 décembre 1946, AD (...)

9L’Espoir (organe de la fédération socialiste) et Clarté (organe de la fédération communiste) sont au contraire logiquement satisfaits que le nouveau Conseil ne soit plus l’ancien Sénat. Mais, estimant que la droite et le MRP rêvent de reconstituer l’ancienne Chambre haute, ils appellent à faire barrage à la « réaction ». Pour la fédération communiste du Pas-de-Calais, l’existence d’une seconde chambre est déjà une concession très importante, mais il est indispensable que cette nouvelle assemblée ait une majorité « républicaine ». Une majorité de droite transformerait le Conseil en un « moyen de propagande oppositionnel, un instrument d’agitation et de trouble », ce qui explique que « les partisans du révisionnisme constitutionnel » ne cessent de demander des pouvoirs plus étendus pour la deuxième chambre. Autre élément important, le Conseil participe à l’élection du président de la République et « une majorité réactionnaire ne manquerait pas de bloquer ses voix sur un candidat « au pouvoir personnel »20. Les communistes concentrent leurs attaques contre le MRP, accusé d’avoir saboté l’épuration et d’entraver l’effort de production (et donc le relèvement de la France) au profit des trusts. Ils appellent donc à contrer la réaction qui va porter ses voix sur le MRP pour empêcher qu’un communiste ne devienne président du Conseil21.

  • 22 Anonyme, « Pour un Conseil de la République vraiment républicain », L’Espoir, 24 novembre 1946, pag (...)
  • 23 Ernest Wéry, « Bruay, Élection pour la désignation des Grands Électeurs », La vague du Boulonnais, (...)

10Les socialistes, eux aussi réservés face à la deuxième chambre, estiment cependant que la participation du corps électoral tout entier à l’élection du Conseil de la République constitue un progrès majeur par rapport au mode de désignation des anciens sénateurs. Assez curieusement, et apparemment sans que la contradiction soit perçue, le Conseil est simultanément présenté par les socialistes comme l’émanation des collectivités territoriales. L’Espoir insiste aussi sur la nécessité, pour les électeurs, de réagir après le revers du 10 novembre, afin d’assurer le succès des socialistes, seuls capables d’éviter « une crise intérieure qui, si elle éclatait, plongerait notre pays dans l’anarchie et ouvrirait la voie à la dictature »22. Ernest Wéry, dans La Vague du Boulonnais (l’organe des sections socialistes du littoral), affirme ainsi que « S’abstenir est un crime, pour un pays qui a fait la révolution pour obtenir le suffrage universel »23.

11La participation est en définitive de 78,99 % lors de l’élection des délégués cantonaux le 24 novembre 1946. L’abstention – 21 % – est donc plus élevée que lors des élections législatives (20,4 % et 12,3 % dans les deux circonscriptions du Pas-de-Calais), mais nettement plus faible que ce qui avait été prévu par le préfet et les Renseignements généraux. Ceux-ci ont peut-être sous-estimé l’intérêt des électeurs (ils ne sont nullement à l’abri des erreurs), à moins que les appels lancés par les partis et les journaux n’aient été entendus. Sont élus 713 délégués communistes, 684 MRP, 641 SFIO, 98 Union gaulliste et apparentés, 56 indépendants de droite, 25 républicains indépendants, 5 socialistes indépendants. Quatre enseignements peuvent être tirés de ces résultats : la stabilité du vote communiste (qui va caractériser le Pas-de-Calais pendant toute la Quatrième République) ; un net succès du MRP dont le principal argument de campagne (la dispersion des voix modérés lui a fait perdre le titre de premier parti de France au bénéfice du parti communiste) a porté ses fruits ; à l’inverse, l’échec des partis de droite qui ne parviennent pas à maintenir la position qu’ils avaient obtenue à droite des républicains populaires lors des élections législatives et qui menaçait ce dernier ; l’incapacité de la SFIO, enfin, malgré sa forte position au conseil général, à retirer un bénéfice du caractère cantonal du scrutin.

Les listes de candidats au Conseil de la République (1946)

Liste d’Union républicaine et résistante (communiste)

Liste de démocratie sociale (SFIO)

Liste MRP

Nestor Calonne

Émile Vanrullen

Philippe Gerber

Auguste Defrance

Bernard Chochoy

Maurice Cassez

Martial Lebis

Henri Maunoury

Alfred Loisel

12Les listes de candidats au Conseil de la République apparaissent assez rationnellement composées, associant deux représentants de la deuxième circonscription (l’Artois) et un représentant de la première (le littoral). La seule particularité qui attire alors l’attention est que la liste socialiste est entièrement composée d’enseignants.

  • 24 Renseignements généraux du Pas-de-Calais, Arras, le 9 décembre 1946, le Commissaire de Police charg (...)

13L’élection des premiers conseillers de la République a lieu à Arras le 8 décembre 1946. Pour préparer ce scrutin inédit, le MRP et le parti communiste ont organisé des permanences dans deux cafés proches de la préfecture afin de pouvoir accueillir leurs délégués. Elles reçoivent de nombreuses visites, en particulier celle du MRP où siège Jules Catoire et où passent plus d’un millier de sympathisants du parti. La SFIO, qui n’avait initialement rien prévu, doit improviser sa propre permanence dans un estaminet tenu par l’un de ses membres24.

  • 25 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur (cabinet), Bureau des élections, l (...)

14Sur 2 258 suffrages exprimés, le parti communiste obtient 724 voix et un siège (Nestor Calonne), la SFIO 653 voix et un élu (Émile Vanrullen) et le MRP, 881 voix et un conseiller (Philippe Gerber)25.

  • 26 Anonyme, « Notre parti progresse encore dans le Pas-de-Calais Nestor Calonne et Auguste Defrance so (...)

15Fait exceptionnel, le MRP parvient à recueillir toutes les voix situées à droite de la SFIO, les délégués de droite et les radicaux ayant (souvent sans enthousiasme) voté pour sa liste. Les républicains populaires sont même apparus à certains grands électeurs proches des socialistes (républicains socialistes, radicaux-socialistes, indépendants de gauche) comme la force la plus capable de barrer la route aux communistes. Ce résultat apparaît bien sûr comme un revers pour la SFIO, dont la déception est aggravée par l’erreur de certains délégués. Dix électeurs socialistes utilisent en effet pour voter des tracts et non les bulletins de vote réglementaires. Les socialistes souhaitent que ces bulletins ne soient pas déclarés nuls, mais se heurtent au refus du MRP et surtout du parti communiste. Cela débouche sur une polémique entre socialistes et communistes. Ceux-ci reprochent à la SFIO de ne pas respecter la loi électorale et de se livrer à de bien curieuses manœuvres26. Les socialistes soulignent de leur côté la bonne foi de leurs grands électeurs et affirment que ce sont les communistes, bien plus que les « réactionnaires », qui ont empêché la validation des bulletins contestés : « les élus communistes y mettaient une telle hargne que des militants communistes en étaient écœurés.

  • 27 Anonyme, « Malgré la canaillerie communiste, nos grands électeurs ont voté avec discipline », L’Esp (...)

16Gaston Dassonville et René Camphin n’ont pas à être fiers d’avoir accompli cette sale besogne »27.

17À l’échelle nationale, le Pas-de-Calais se voit attribuer un conseiller socialiste (Bernard Chochoy) et un conseiller communiste (Auguste Defrance) supplémentaires, ce qui alimente un certain nombre de calculs stratégiques. Les communistes espèrent ainsi qu’Auguste Defrance retirera de son mandat de conseiller un prestige suffisant pour s’emparer de la mairie de Boulogne-sur-Mer. Celle-ci est alors détenue par le socialiste Henri Henneguelle dont la position est fragilisée par les très grands problèmes que pose la reconstruction. Les espoirs communistes devaient d’ailleurs être déçus : Henri Henneguelle devait certes perdre les élections municipales de 1947, mais au profit du RPF Jean Febvay.

  • 28 À l’échelle nationale, les élections de 1946 au Conseil de la République constituent une nette vict (...)

18Le résultat de ces premières élections au Conseil de la République apparaît en tout cas, dans le Pas-de-Calais, favorable à la gauche et à l’extrême gauche : deux conseillers communistes, deux socialistes, un MRP. Ce résultat transcrit en fait très imparfaitement, à l’échelle départementale, les résultats du scrutin du 8 décembre. La complexité du mode de scrutin débouche donc sur un résultat qui peut apparaître assez étrange28.

II. Le retour à la tradition ?

A. Les élections de 1948

19Le mode d’élection des Conseillers de la République est très différent de celui de 1946. Si les députés et les conseillers généraux participent toujours à leur désignation, l’essentiel du corps électoral est cette fois composé par des délégués des conseils municipaux. Ceux-ci nomment un délégué lorsqu’ils comptent 11 membres, trois délégués pour 13 membres, 5 délégués pour 17 membres, 7 délégués pour 21 membres, 15 délégués pour 23 membres. Pour les communes de 9 000 habitants et plus, tous les conseillers municipaux sont délégués de droit. Dans les communes de plus de 45 000 habitants, enfin, les conseils municipaux élisent des délégués supplémentaires, à raison de 1 par 5 000 habitants ou fraction de 5 000 au-delà de 45 000 habitants. Dans les communes ayant moins de quinze délégués, ceux-ci sont élus au scrutin majoritaire. Dans les autres, ils sont élus au scrutin proportionnel. Ce système donne un poids considérable aux communes rurales. En 1948, les communes de moins de 3 500 habitants désignent 1 619 grands électeurs contre 669 pour les communes de plus de 9 000 habitants.

Classement des délégués par tendance politique en fonction de la taille des communes (octobre 1948)

Classement des délégués par tendance politique en fonction de la taille des communes (octobre 1948)

20Il convient de rappeler que le corps électoral chargé d’élire les Conseillers de la République comporte également des députés et des conseillers généraux :

21À titre de comparaison, il est intéressant de signaler les :

22Nuances politiques des maires du département du Pas-de-Calais (mai 1948)

23Les communistes adressent naturellement des critiques très vives à ce nouveau mode d’élection qui ne peut que réduire leur représentation, d’autant que les élections municipales de 1947 leur ont été défavorables, aboutissant en particulier à leur défaite dans de nombreuses communes du Bassin minier. La campagne électorale coïncide par ailleurs avec les grèves de 1948, ce qui renforce bien sûr encore la tension politique. Pour Roger Pannequin (PCF), le but unique du nouveau mode d’élection est d’empêcher la volonté populaire de s’exprimer et de sanctionner les conseillers qui soutiennent les « gouvernements de trahison ». L’élection prévue n’est donc qu’une « fumisterie » qui recrée le Sénat honni et qui doit permettre à la « réaction » d’affirmer que la France réclame une politique encore plus à droite. Tout cela est d’ailleurs inutile, une loi ne pouvant empêcher « la roue de l’Histoire de tourner. » Il ajoute :

  • 29 Roger Pannequin, « Pour la démocratie et contre un nouveau Sénat », Clarté, 10 octobre 1948, pages (...)

Les mesures prises par les étrangers qui nous dirigent sont des mesures de faibles qui protègent leur existence le plus longtemps possible. Ils suent la peur du peuple. L’approche du châtiment les empêche de dormir. Toutes leurs lois scélérates sont impuissantes devant le mouvement résolu des plus larges masses. Ils peuvent continuer à trembler. C’est peine perdue. La peur du peuple n’évite pas le danger29

  • 30 Anonyme, « Une élection sans électeurs ! », Clarté, 7 novembre 1948, page 1.
  • 31 Idem, voir aussi Robert Grésa, « Malgré la loi Moch-Giaccobi les conseils municipaux choisiront le (...)

24Un autre article de Clarté dénonce « une élection sans électeurs » dont le but est d’assurer « une majorité gaulliste au Conseil de la République... »30. Les communistes réagissent en essayant d’obtenir que les délégués soient désignés à la proportionnelle partout où cela leur est favorable. La presse communiste publie plusieurs articles dans ce sens31 et la lettre ouverte que la section communiste de Noyelles-Godault adresse au conseil municipal de cette commune est un bon exemple de cette tentative :

  • 32 Lettre ouverte de la section communiste de Noyelles-Godault à MM. Les conseillers municipaux, AD Pa (...)

les grands électeurs devraient être désignés par l’ensemble de la population, proportionnellement au nombre de voix obtenues par chaque parti. Mais, craignant le verdict du peuple français, en raison de leur attitude contraire aux intérêts de la France, le gouvernement et une majorité de parlementaires, honteux de leurs actes, n’ont pas hésité à fabriquer une « élection maison » pour évincer les représentants de la classe ouvrière et livrer pieds et poings liés, le Conseil de la République aux mains du parti factieux R.P.F., digne continuateur de la Cagoule, de triste mémoire. Cependant, MM. les conseillers municipaux, vous pouvez déjouer ces procédés anti-républicains en accordant à chaque groupement le nombre de suffrages obtenus par chaque parti lors des dernières élections municipales, c’est-à-dire 7 M.R.P., 6 communistes, 2 socialistes... C’est pourquoi nous aurons l’honneur de présenter à vos suffrages une liste de candidats, conduite par notre camarade, Madame veuve Clémence Thorez, mère du plus génial homme d’État des temps présents32.

  • 33 Préfecture du Pas-de-Calais, à Monsieur..., maire de... (texte envoyé à 21 communes du Bassin minie (...)
  • 34 Anonyme, « Les fourberies staliniennes », L’Espoir, 24 octobre 1948, page 1.
  • 35 Roger Pannequin, « Après une parodie de scrutin », Clarté, 24 octobre 1948, pages 1 et 4. Sur le pr (...)

25Les communistes se heurtent bien sûr partout à un refus, d’autant que le ministère de l’Intérieur fait savoir que ce projet est contraire à la liberté de vote33. Pour les socialistes, les propositions du parti communiste ne sont en fait que des « fourberies staliniennes », preuve supplémentaire de sa déloyauté34. Cette fin de non recevoir est présentée par Roger Pannequin comme le résultat d’une manœuvre de « la Fédération socialiste de droite » qui n’aurait pas hésité à faire pression sur les conseillers municipaux SFIO, avec la complicité au moins tacite du préfet « socialiste » du Pas-de-Calais, Georges Phalempin35.

Les listes de candidats au Conseil de la République en 1948

Les listes de candidats au Conseil de la République en 1948
  • 36 Camille Delabre, « Élections au Conseil de la République Notre liste de candidats », L’Espoir, 7 no (...)
  • 37 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 3 novembre 1948, GG/GP, objet  (...)

26La SFIO fait preuve d’habileté dans la composition de sa liste en réservant la troisième place sur sa liste à Emile Durieux qui peut lui apporter de nombreuses voix radicales ou rurales. Cependant, tous les militants socialistes n’approuvent pas nécessairement ce choix, que Camille Delabre doit justifier dans L’Espoir : la fédération socialiste, « qui a conscience de représenter l’élément sain de la classe ouvrière » veut aussi faire sa place aux agriculteurs36. Le RPF, qui convoite les mêmes voix, applique, avec Jules Pouget, une tactique comparable à celle des socialistes. Contrairement à ce qui s’était produit en 1946, les républicains indépendants (c’est-à-dire des modérés de droite) présentent cette fois leur propre liste. Elle est dirigée par deux anciens de la Troisième République qui tentent de retrouver leur influence d’avant-guerre : Adolphe Vincent, issu d’une ancienne et puissante famille du Boulonnais, élu député en 1936 et encore conseiller général du canton de Desvres en 1948 et Louis Couhé, député de 1924 à 1928 et président du conseil général du Pas-de-Calais de 1937 à 1940. Mais l’un comme l’autre sont en fait alors à l’écart de la vie politique locale, leurs activités les retenant très souvent à l’écart du Pas-de-Calais : Louis Couhé, en particulier, occupe d’importantes fonctions dans l’aéronautique jusqu’en 1941 et devient en 1948 président du conseil d’administration de l’aéroport de Paris37.

27Les communistes, dans leur profession de foi, évoquent les grèves en cours, développent leurs thèmes habituels (ils insistent en particulier sur la menace que représente l’impérialisme américain) et reviennent sur le caractère anti-démocratique du mode d’élection des conseillers de la République avant d’attaquer tous azimuts les autres candidats :

Il est clair que le Gouvernement a donné ordre à ses partisans de se disperser sur plusieurs listes pour mieux se dissimuler. En fait ils sont tous d’accord pour remplacer la République démocratique et constitutionnelle par un état (sic) d’oppression, par un état (sic) de basse police dont le gauleiter sera Jules Moch ou de Gaulle.

  • 38 Les professions de foi des différentes listes sont conservées aux Archives départementales du Pas-d (...)

28La SLIO insiste quant à elle sur la défense des institutions et des libertés, « qui ne doivent pas être périodiquement menacées par des agitations qui n’aboutissent qu’à la ruine de notre économie ou à la division des Français » (ce qui est naturellement une allusion aux grèves de 1947 et 1948). Les républicains populaires estiment que la situation de la France rend les sacrifices inévitables, mais que ceux-ci doivent être justement répartis. Selon eux, l’une des solutions à la crise est la décentralisation, qui permettrait de régler la plupart des affaires à l’échelon départemental. Quant aux républicains indépendants, ils considèrent que la nouvelle constitution est mauvaise et qu’il convient donc de refaire, « avant qu’il ne soit définitivement trop tard, une République vraiment française, hors de toute dictature d’hommes, de partis ou d’entreprises de l’étranger. » La profession de foi du RPF reste assez floue, ce qui ne fait peut-être d’ailleurs que refléter la relative faiblesse doctrinale du gaullisme dans le Pas-de-Calais pendant la Quatrième République38.

  • 39 Anonyme, « Le mineur Nestor CALONNE continuera à défendre la population laborieuse au Conseil de la (...)
  • 40 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 8 novembre 1946, GG/LD, objet  (...)

29Le 7 novembre 1948, la liste communiste obtient 482 voix et un élu (Nestor Calonne), la liste socialiste 1192 voix et trois élus (Bernard Chochoy, Émile Vanrullen et Émile Durieux), la liste RPF 799 voix et deux élus (Jules Pouget et Gabriel Tellier). Le MRP avec 349 voix et les républicains indépendants avec 127 voix n’ont aucun élu. À première vue, ces résultats peuvent sembler ne pas correspondre parfaitement avec ceux de l’élection des délégués (voir tableau). Comment expliquer ces distorsions ? Il semble en fait que le parti communiste recueille des voix de délégués ruraux qui ne déclarent pas officiellement leurs sympathies pour lui et de quelques socialistes qui, en définitive, préfèrent la liste communiste à celle de la SFIO, dont les deux premiers candidats appartiennent plutôt à l’aile droite du parti et dont le troisième n’est même pas socialiste. Le tout représenterait 46 voix. Pour Clarté, ces suffrages supplémentaires représentent en tout cas un succès communiste qui explique « pourquoi les Partis de la majorité américaine ont repoussé un mode de scrutin qui aurait donné au peuple la possibilité de s’exprimer39 ». Mais ces pertes assez marginales sont largement compensées pour les socialistes par le vote de 200 délégués radicaux-socialistes ou sympathisants d’Émile Durieux. Le MRP, quant à lui, ne réussit pas à attirer de voix indépendantes et il subit même l’évaporation de 23 délégués officiellement catalogués républicains populaires. Le RPF, au contraire, sait capter, outre les voix des 194 délégués qui se sont officiellement prononcés en sa faveur, celles de 429 indépendants de droite, 164 républicains indépendants et 12 PRL. Conséquence de ces importants transferts de voix, les indépendants subissent une perte de 229 voix40.

  • 41 Anonyme, « Le mineur Nestor Calonne... », op. cit.

30Les élections aboutissent donc à un glissement à droite de la représentation départementale à la Chambre haute, conséquence logique du nouveau mode de scrutin. Il s’opère au détriment du parti communiste et au profit de la SFIO qui, épaulée par une fraction des radicaux et des radicaux indépendants, consolide sa position dans le Pas-de-Calais. Il s’effectue aussi au détriment du MRP et au profit du RPF. Ces résultats provoquent une vive réaction de Clarté : la « nouvelle Assemblée ne sera... rien d’autre qu’un Sénat, institution pourtant condamnée par la majorité du peuple français dés 1945. » Pour les communistes, l’injustice d’un mode de scrutin anti-démocratique a livré le Conseil de la République au RPF41.

31Un des traits marquants des élections de 1948 est la violence des attaques personnelles, essentiellement à gauche. Les attaques communistes sont prioritairement dirigées contre les socialistes. L’exclusion de Bernard Chochoy de la SFIO est ainsi rappelée :

« Fidèle à l’attitude qu’il eut pendant les quatre années du régime de Vichy, Chochoy a toujours soutenu au Conseil de la République la politique de Mayer, Reynaud, Queuille et Compagnie ». Quant à Émile Vanrullen, c’est « le militant chargé de préparer dans le Pas-de-Calais le terrain de la propagande gaulliste ».

32Les autres listes ne sont cependant naturellement pas épargnées puisqu’on y trouve :

  • 42 Profession de foi communiste pour l’élection des Conseillers de la République (1948), AD Pas-de-Cal (...)

des hommes dont la conscience n’est pas tranquille vis-à-vis de la Patrie..., des candidats qui se préparent, dans le nouveau Sénat, à ligoter la volonté populaire..., des partisans avoués de la politique profasciste et de capitulation nationale. C’est ainsi qu’un docteur Pouget veut se présenter devant vous. Le 2 octobre 1938, le docteur Pouget envoyait 2 télégrammes de félicitation pour l’agenouillement de Munich : l’un à Hitler, l’autre à Mussolini42.

  • 43 Anonyme, « Les combinards en seront pour leurs frais », L’Espoir, 7 novembre 1948, pages 1 et 2.

33La SFIO, quant à elle, concentre ses attaques contre les têtes de liste RPF : Les deux partis se disputent en effet un électorat centriste qui constitue l’enjeu essentiel. Pour L’Espoir, Gabriel Tellier a « déjà traversé toutes les couleurs de l’arc-en-ciel politique » : dorgériste en 1938, MRP en 1945, il est retourné « à ses premières amours fascistes en devenant le chef de file du RPF43. » Camille Delabre évoque :

  • 44 Camille Delabre, « Élections au Conseil de la République Victoire de la liste d’Union Républicaine (...)

la trahison de MM. Tellier et Pouget... [ce dernier] ne pourra cacher plus longtemps qu’il est un réactionnaire, et de plus membre d’un parti anti-républicain. Nous l’avions souvent dit au cours des campagnes électorales où la démagogie de M. Pouget se rencontrait avec celle des staliniens44.

B. Les élections de 1952

  • 45 L’ensemble des élections n’a cependant pas pu avoir lieu à la date prévue : quelques délégués commu (...)
  • 46 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 29 avril 1952, GG/RD, objet : (...)

34L’élection des délégués le 27 avril 1952 est plutôt marquée par la stabilité si l’on considère le rapport entre voix de gauche et voix de droite. 433 communistes, 960 SFIO, 164 divers gauche, 77 radicaux socialistes, 8 UDSR, 49 divers RGR, 251 MRP, 357 républicains indépendants, 64 parti paysan, 410 divers modérés, 114 RPF sont alors désignés45. Les communistes sont stationnaires, la légère progression du nombre de leurs délégués s’expliquant par l’abandon des étiquettes un peu vagues sous lesquelles certains communistes sont encore élus en 1948 (et qui correspondent à un souvenir de la Résistance). La SFIO, qui perd une cinquantaine de délégués, donne l’impression de reculer, mais ces pertes, qui s’expliquent sans doute par la répugnance (déjà notée) de beaucoup d’élus ruraux à adopter une étiquette précise, sont en fait très largement compensés par l’apparition d’un groupe important de 164 « divers gauche » qui sont en général favorables à Émile Durieux. En revanche, d’importants transferts de voix se produisent à l’intérieur de la droite. Le nombre de délégués MRP et RPF recule fortement dans les communes rurales au profit des républicains indépendants, des paysans indépendants, cependant que subsiste un gros bloc modéré, formé d’éléments ruraux qui apparaissent avant tout conservateurs46.

Les listes de candidats au Conseil de la République (1952)

Liste d’Union républicaine résistante antifasciste présentée par le Parti communiste français

Liste d’Union républicaine et Socialiste pour la défense de la démocratie (SFIO)

Liste MRP et Paysans indépendants

Liste de concentration républicaine

Nestor Calonne

Bernard Chochoy

Georges Boulanger

Gabriel Tellier

Gaston Coquel

Émile Vanrullen

Jean-Marie Capuron

Jules Pouget

Auguste Defrance

Émile Durieux

Auguste Noel

Jean Deleau

Renée Langlet

Jeannil Dumortier

Lucien Desailly

Maurice Delory

Gaston Hibon

Marcel Dollet

Henri Senez

Michel Chaleyssin

Pierre Doré

Raymond Derancy

Henri Bekkens

Marcel Merlin

35Les partis politiques, en établissant leurs listes, continuent d’accorder une place importante aux campagnes qui pèsent toujours d’un poids décisif pour cette élection : 1 250 délégués sur 2 950 proviennent en effet de communes ne dépassant pas 1 500 habitants. L’alliance entre Émile Durieux et la SFIO est donc maintenue, d’autant plus que les socialistes bénéficient incontestablement du travail qu’il a accompli en matière de politique agricole. Le maire de Bertincourt apparaît comme un excellent représentant des communes rurales et ce, à un triple niveau : au Conseil de la République, au conseil général, mais aussi à la présidence de l’Association départementale des maires du Pas-de-Calais (où il a remplacé, à la fin de l’année 1951, le maire socialiste de Calais).

  • 47 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 11 avril 1952, GG/YU, objet : (...)

36Conscients de la puissance de la SFIO et de l’attraction qu’elle exerce, les Indépendants rêvent un temps de participer à une liste unique du centre et de la droite allant du MRP au RPF. Mais ils se heurtent au refus formel de la fédération MRP qui, en particulier sous l’impulsion des représentants de la CFTC minière, considère que cette offre est inacceptable47.

37Le MRP doit cependant tenir compte des préférences des délégués des communes rurales et il présente Georges Boulanger plutôt que le maire de Noyelles-Godault, Louis Beugniez, considéré comme trop à gauche. Dans un premier temps, c’est d’ailleurs Philippe Gerber, lui aussi plus conservateur que la moyenne de la fédération, qui a été pressenti, mais il a en définitive renoncé à se représenter. La liste de Concentration républicaine présentée par le RPF et le RGR entend elle aussi séduire les ruraux. Mais elle souffre en fait de plusieurs problèmes. Elle regroupe sans doute des éléments trop variés (RPF, modérés, RGR) et il semble que les délégués manifestent ordinairement une certaine méfiance à l’égard des formules politiques qui leur apparaissent trop complexes. Le RPF pâtit par ailleurs dans le Pas-de-Calais des répercussions du procès de l’ex-député Antoine De Récy. Dans la crise nationale que connaît alors le RPF, Jules Pouget et Gabriel Tellier, qui ont nettement choisi leur camp et soutiennent le gouvernement Pinay, espèrent en revanche bénéficier de la faveur dont ce dernier jouit alors dans les campagnes du Pas-de-Calais.

  • 48 Exposé sommaire de la situation du département du Pas-de-Calais au cours du mois de mai 1952, 5 jui (...)
  • 49 Sur les problèmes politiques posés dans le Pas-de-Calais, l’on peut se référer à Philippe Roger, «  (...)
  • 50 Ce changement d’appellation se produit en 1948. Il n’est pas possible de toucher au nom du Conseil (...)
  • 51 Robert Décourt, « Un test favorable à M. Antoine Pinay », La Voix du Nord, 20 mai 1952, page 1.
  • 52 Si Ton prend en compte l’ensemble de la métropole, les élections de 1952 sont marquées par la stabi (...)

38Cette tactique n’est pas couronnée de succès, même si la liste de Concentration républicaine obtient un nombre de voix qui n’est pas négligeable. Le 18 mai 1952, sur un total de 2 954 votants, les communistes obtiennent 475 voix et un élu, les socialistes 1 302 voix et 3 élus, les républicains populaires 415 voix et un élu et la liste de Concentration républicaine 738 voix et un élu. Un des traits évidents mais logiques (puisqu’il n’y a pas eu d’élections municipales depuis 1948) de ce résultat est le nombre relativement restreint de voix qui se déplacent sur l’échiquier politique entre 1948 et 1952. Les communistes perdent 7 voix et le RPF 61. Les indépendants centristes, qui ne se représentent pas en 1952, avaient obtenu 127 voix en 1948. Cela représente un total de 195 voix. Ces suffrages se répartissent ainsi : 110 sont allés aux socialistes, 66 au MRP et il y a eu 24 bulletins blancs contre 5 en 1948. Les élections sont donc un succès socialiste, mais aussi, ce qui est plus inattendu, républicain populaire, grâce au soutien d’une partie du monde agricole. Ce redressement apparaît cependant alors avant tout conjoncturel : le MRP profite du déclin du RPF et de l’absence d’une liste indépendante48. Toutefois ce succès des républicains populaires n’est pas dépourvu d’importance pour la politique départementale : c’est au détriment du RPF que le MRP gagne un siège et cela facilite la reconduction des nombreuses alliances municipales entre la SFIO et le MRP qui sont très utiles aux deux partis mais qui ont été fragilisées par les lois Marie et Barangé49. Évoquant le résultat des élections, La Voix du Nord note que les nouveaux sénateurs ont retrouvé le nom de leurs devanciers de la Troisième République50, sans reconquérir pour autant les pouvoirs qui étaient les leurs. « On peut le regretter »51. Pareil commentaire montre évidemment que les nostalgies de l’ancien Sénat n’ont pas disparu52.

III. Des parcours politiques très divers

A. Un petit groupe d’hommes aux fortes attaches locales

391946 est marqué par un renouvellement complet de la représentation du Pas-de-Calais à la Chambre haute : le mouvement est encore plus net qu’au conseil général. Il est vrai que le Conseil de la République est une institution nouvelle et que le nombre d’élus n’est pas comparable. De 1946 à 1958, les conseillers de la République forment un petit groupe d’hommes : neuf au total. Il n’y a pas une seule femme ; il n’y en a d’ailleurs à cette époque pas davantage au conseil général du Pas-de-Calais. Tout au plus le parti communiste présente-t-il deux candidates au Conseil de la République en 1948 et une en 1952, mais aucune d’entre elles n’est en position éligible. Trois conseillers sont présents pendant toute la période étudiée et représentent donc 9 mandats sur 17. La stabilité est encore plus nette si l’on prend en compte Émile Durieux et Gabriel Tellier, élus en 1948 et réélus en 1952 : de 1948 à 1958, le seul changement est en fait le remplacement de Jules Pouget par Georges Boulanger. De toute évidence, après le renouvellement initial, la tendance oligarchique reprend naturellement ses droits. Ses effets ne s’exercent cependant pas de façon tout à fait uniforme : l’orientation politique du département aboutit à une stabilité absolue des socialistes, alors que la droite subit le contrecoup de sa relative faiblesse départementale et, surtout, de son histoire mouvementée sous la Quatrième République.

  • 53 Pour la comparaison avec les conseillers généraux, l’on peut se référer à Philippe Roger, « Les con (...)

40Un des facteurs qui contribue à expliquer la stabilité du groupe étudié est la relative jeunesse de certains des conseillers au moment de leur première élection. Bernard Chochoy accède ainsi à la Chambre haute en 1946 à 38 ans. La moyenne d’âge des conseillers de la République est alors de 48 ans. Elle est presque exactement la même que celle des conseillers généraux qui ont été élus dans le département en 194553. La stabilité du groupe décrit pourrait entraîner un certain vieillissement, mais celui-ci est en pratique annulé par la défaite du doyen des conseillers en 1948 (Philippe Gerber) et en 1952 (Jules Pouget). Même ces deux conseillers n’étaient d’ailleurs pas très âgés : le premier a 66 ans et le deuxième 68 ans au moment de leur défaite.

  • 54 Marie-Christine Allart, « Société et micropolis villageoise : valorisation et marginalisation des a (...)

41Les origines sociales de ces élus ne réservent aucune surprise. Les communistes sont des ouvriers (un mineur et un ouvrier mareyeur). Deux des trois socialistes sont des enseignants et le troisième, qui se situe en fait aux marges du socialisme, est lié au monde agricole. Les conseillers de droite (MRP compris) se partagent en deux moitiés égales : les professions libérales (Philippe Gerber est avocat à Arras depuis 1906 et Jules Pouget est médecin, même si, à vrai dire, il est surtout, depuis 1940, négociant en vins et spiritueux) et le monde agricole. Un tiers de l’ensemble des conseillers de la République sont donc liés au monde agricole, ce qui est la conséquence logique de l’importance, déjà mentionnée, des communes rurales dans la désignation des conseillers de la République. Les Trente Glorieuses représentent en fait un apogée (en partie paradoxal) de la représentation politique de l’agriculture dans le Pas-de-Calais54.

42La majorité des conseillers sont nés dans le Pas-de-Calais (5 sur 9) et deux autres à proximité : Philippe Gerber à Doullens et Émile Vanrullen à Tourcoing. En revanche, le docteur Jules Pouget est originaire d’Espalion dans l’Aveyron et Georges Boulanger de Saint-Maur-Des-Fossés, dans le département de la Seine. En fait, tous deux sont établis depuis longtemps dans le Pas-de-Calais : Jules Pouget s’est installé au Touquet après la fin de la Première Guerre mondiale et il est conseiller municipal de cette commune depuis 1919. Quant à Georges Boulanger, il est arrivé à Arras dès 1920. Au moment de son élection, il y a déjà une quinzaine d’années qu’il s’occupe d’organisations professionnelles dans le Pas-de-Calais. Le parcours géographique d’Émile Vanrullen est en revanche assez atypique. Il a en effet été élu conseiller général de Châlons-sur-Marne en 1937 et sa venue dans le Pas-de-Calais est une conséquence de la Seconde Guerre mondiale : il est nommé au lycée de Béthune après son retour de captivité. Il s’impose cependant très vite à Béthune en raison de l’effacement de Marcel Audegond, qui était l’espoir de la SFIO dans cette ville avant 1939. Ces conseillers de la République disposent généralement, ce qui est assez naturel étant donné leur mode d’élection, d’un bon ancrage local. Cinq d’entre eux sont maires de leur commune au moment de leur élection : Nestor Calonne à Hénin-Liétard, Bernard Chochoy à Lumbres, Émile Durieux à Bertincourt, Gabriel Tellier à Pittefaux, Jules Pouget au Touquet. Deux sont adjoints au maire (Auguste Defrance à Boulogne-sur-Mer et Georges Boulanger à Arras). Philippe Gerber a été, lui aussi, adjoint au maire d’Arras, mais il n’exerce plus cette fonction lorsqu’il est élu conseiller de la République. Émile Vanrullen est seulement conseiller municipal mais il deviendra adjoint au maire de Béthune en 1953. Quatre conseillers de la République siègent aussi au conseil général : Bernard Chochoy, Émile Durieux, Jules Pouget, Émile Vanrullen.

43L’on s’attendrait a priori à ce que l’accession au Conseil de la République soit précédée par un passage plus ou moins long dans la chambre basse. Mais cette supposition ne se vérifie pas pour le groupe étudié. 5 des 9 conseillers étudiés n’ont jamais été députés. 2 l’ont été avant d’entrer au Conseil de la République : il s’agit de Nestor Calonne et de Gabriel Tellier. Un conseiller a connu une sorte d’intermède à l’Assemblée nationale : c’est Bernard Chochoy, député en 1967 et 1968 avant de retrouver le Sénat. Auguste Defrance est, quant à lui, député, après avoir quitté la Chambre haute : il succède de 1956 à 1958 à l’Assemblée nationale à Gaston Dassonville qui ne s’était pas représenté pour des raisons de santé. À l’exception de Nestor Calonne, élu aux deux Assemblées constituantes et lors des élections législatives de novembre 1946, les autres conseillers n’ont effectué qu’un seul mandat dans la Chambre basse. L’effectif étudié est certes un peu réduit pour tirer des conclusions, mais il est possible que l’on soit en fait en présence de deux cursus politiques assez différents.

B. Diverses voies d’accès à la notabilité politique

44Les parcours des conseillers de la République sont nettement différents en fonction de leur appartenance politique.

45Les deux communistes sont des militants ouvriers, qui sont venus très tôt à l’action politique et syndicale. Nestor Calonne, qui adhère à la SFIO dès 1911, contribue en 1920 à la constitution, à Hénin-Liétard, d’un comité d’adhésion à la Troisième Internationale qui se transforme ensuite en section communiste. C’est aussi le fondateur de la CGTU dans la mine où il travaille. Auguste Defrance est, quant à lui, à l’origine de la cellule communiste de Brécquerecque (Boulogne-sur-Mer). Il encadre des marches de chômeurs en 1934 puis participe aux occupations d’usines en 1936 avant d’animer la grève contre la politique du gouvernement Daladier en novembre 1938. Tous deux sont marqués par la guerre d’Espagne. Nestor Calonne a rejoint les brigades internationales et il semble que ce soit le parti communiste qui ait interdit à Auguste Defrance d’en faire autant. L’un et l’autre participent très activement à la Résistance. Un peu après la signature du pacte germano-soviétique, Nestor Calonne est arrêté, puis il s’évade en janvier 1941 et rejoint la Résistance. Avec Auguste Lecœur, il contribue à la préparation de la grande grève des mineurs de 1941, puis participe à la direction clandestine du PCF. Auguste Defrance, prisonnier de guerre en 1940, fuit l’Allemagne et s’engage dans la Résistance, mais en dehors du Pas-de-Calais où il est trop connu. Colonel FTP, il participe à l’action clandestine dans plusieurs départements. Au lendemain de la guerre, le parti communiste confie à ces deux hommes de multiples responsabilités. Nestor Calonne devient alors secrétaire général du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, vice-président de la fédération des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais et directeur de La Tribune, l’organe du syndicat des mineurs. Quant à Auguste Defrance, il devient le secrétaire de l’union locale des syndicats CGT et de la section communiste de Boulogne-sur-Mer. Il est à peine nécessaire de préciser que Nestor Calonne et Auguste Defrance sont des militants volontiers intransigeants et d’une fidélité à toute épreuve à leur parti.

46Les socialistes sont des enseignants qui ont entamé leur ascension politique avant le second conflit mondial. Secrétaire général des jeunesses socialistes de 1934 à 1938, membre du cabinet de Paul Faure, Bernard Chochoy est élu conseiller général du canton de Lumbres en 1937. Cependant la guerre a failli briser sa carrière : évidemment proche des paulfauristes, il est exclu de la SFIO en 1944. Mais il dispose de deux atouts. Le premier est son influence dans la vallée de l’Aa : les socialistes ont besoin de lui pour conserver cette zone face à la poussée communiste qui suit la Libération. Lorsqu’il se présente comme socialiste indépendant aux élections de 1945, il est soutenu par la section socialiste de Lumbres et la SFIO renonce à présenter contre lui un autre candidat. Son deuxième atout est certainement son anticommunisme, déjà vif à la fin des années 1930. C’est là d’ailleurs un point commun avec Émile Vanrullen (dont les débuts de la carrière politique ont déjà été abordés).

47Aux marges du socialisme, Émile Durieux relève davantage d’un modèle ancien de notabilité puisqu’il a pratiquement hérité son fief de Bertincourt de son père qui en était déjà le maire et le conseiller général. Mais il faut ajouter à cet héritage son influence personnelle dans les milieux paysans qui n’apprécient pas la Fédération agricole. Les agriculteurs du Pas-de-Calais sont en effet alors partagés entre la Fédération agricole, qui penche à droite, et la Fédération départementale des Exploitants agricoles, dont il est le président. Fait assez curieux, Émile Durieux appartenait avant la guerre aux Croix de Feu.

48Les parcours des conseillers de droite et du MRP sont plus divers. On peut cependant souligner à nouveau l’importance que revêtent leurs liens avec les milieux agricoles. Gabriel Tellier est à la fois le président de la Société d’agriculture du Boulonnais et celui du syndicat des sinistrés agricoles de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer. Son activité au Conseil de la République puis au Sénat est essentiellement consacrée aux questions agricoles. Le cas de Georges Boulanger n’est pas très différent.

49Les carrières politiques des conseillers de la République apparaissent inégalement réussies. Celle de Philippe Gerber souffre de l’effacement précoce du MRP et celle de Jules Pouget de l’affaiblissement du RPF. Ces deux hommes ont certainement aussi pâti de leur âge élevé au moment de leur première élection au Conseil de la République, ce que nous avons déjà eu l’occasion de mentionner. Les parcours politiques de ces deux hommes ne sont cependant pas tout à fait comparables. Celui de Philippe Gerber est marqué par sa fidélité à la démocratie chrétienne : président de la section d’Arras du Parti démocrate populaire dès 1924, rapidement président de la fédération du Pas-de-calais de ce parti, il devient après la Seconde Guerre mondiale celui de la fédération MRP. Jules Pouget est, quant à lui, un homme habile qui parvient longtemps à ne pas prendre de position trop nette et peut ainsi apparaître comme le promoteur d’une union entre le RPF, le RGR et les modérés. Mais une pareille position est, naturellement, toujours difficile à maintenir sur la longue durée. L’influence de ces deux hommes demeure de toute façon structurellement assez fragile dans un département qui est un bastion de la gauche. Même après sa défaite lors des élections de 1952, Jules Pouget reste cependant un notable local solidement implanté au Touquet et dans le canton d’Étaples. Auguste Defrance, en raison du changement des règles électorales, ne peut pas, lui non plus conserver son siège au Conseil de la République : cela, ainsi que nous l’avons vu, ne marque pas la fin de sa carrière politique, mais, après un échec lors des élections législatives de 1958, il n’exerce plus de mandat important.

  • 55 Philippe Roger, « Les socialistes et le conseil général du Pas-de-Calais », communication au colloq (...)

50Les six autres conseillers vont, quant eux, réussir à siéger longtemps au Conseil, mais aussi, le plus souvent, sous la Cinquième République, au Sénat : Nestor Calonne siège à la Chambre haute jusqu’en 1958, Georges Boulanger, Gabriel Tellier et Emile Vanrullen jusqu’en 1965, Bernard Chochoy, après une interruption de 1967 à 1974, retrouve le palais du Luxembourg jusqu’à son décès intervenu en 1981. Émile Durieux, enfin, reste sénateur jusqu’en 1983. Les deux derniers de ces conseillers accomplissent une carrière particulièrement réussie : Émile Durieux devient ainsi en 1954 président du conseil général du Pas-de-Calais. Louis Le Sénéchal, qui exerçait cette fonction depuis 1946 est en effet la victime de la querelle de la CED. La SFIO ne contrôle pas alors parfaitement le conseil général et choisit de présenter Émile Durieux, qui lui semble le mieux placé pour conserver des voix modérés que son prédécesseur obtenait en quelque sorte à titre personnel55. Il conserve ensuite la présidence jusqu’en 1966. L’autre carrière très réussie est celle de Bernard Chochoy. Celui-ci est le seul qui exerce des fonctions ministérielles (Secrétaire d’État à la Reconstruction et au Logement des gouvernements Guy Mollet et Maurice Bourgès-Maunoury de janvier 1956 à septembre 1957). Il réussit donc à cumuler les pouvoirs communal, cantonal/départemental (il remplace Émile Durieux à la présidence du conseil général en 1966 et la conserve jusqu’en 1978) et national (conseil de la République et gouvernement). Les interactions entre ces différents échelons montrent d’ailleurs que le cumul des mandats peut présenter de sérieux avantages : c’est grâce à son influence locale que Bernard Chochoy accède au conseil de la République et au gouvernement, mais son action en matière de reconstruction, largement appréciée dans le Pas-de-Calais, contribue en retour à consolider encore davantage sa puissance locale.

51Par contraste, la carrière d’Émile Vanrullen apparaît moins réussie ou, plus exactement, ne s’inscrit pas dans la même durée :

52il perd en effet successivement tous ses mandats dans les années 1960. Il serait toutefois excessif de parler d’un échec. Pendant 20 ans, Emile Vanrullen exerce d’assez nombreuses fonctions : outre celles qui ont déjà été mentionnées, il accède à la vice-présidence de l’Assemblée de la CECA puis à celle de l’Assemblée parlementaire européenne. Il est vrai que le prestige de ces institutions est alors relatif.

*

53La période étudiée connaît une expérience unique dans les annales des secondes chambres françaises : l’élection de « grands électeurs » qui doit aboutir à une chambre haute dont la composition est aussi proche que possible de celle de la chambre basse, ce que la gauche considère comme un gage de justice. A l’échelle départementale, le système adopté en 1946 n’aboutit cependant pas à un résultat particulièrement équitable : la liste MRP qui a obtenu le plus grand nombre de voix n’a qu’un seul élu contre deux pour les communistes et les socialistes. Le retour à la tradition qui se produit ensuite désavantage en revanche le parti communiste. On peut cependant remarquer que, sur l’ensemble de la période, la représentation du Pas-de-Calais au Conseil de la République correspond approximativement au rapport de forces entre la droite et la gauche départementale : socialistes et communistes, qui, en gros, obtiennent les deux tiers des voix aux différentes élections, constituent aussi les deux tiers des élus à chaque élection. Les distorsions, qui sont incontestables, se produisent plutôt à l’intérieur de la droite et de la gauche.

54Si l’on considère d’autre part que le Conseil de la République est la chambre des collectivités (des territoires), les différents espaces du Pas-de-Calais apparaissent en définitive assez bien représentés : les campagnes (Emile Durieux, Gabriel Tellier), le Bassin minier (Nestor Calonne), le littoral (Auguste Defrance et Jules Pouget), les villes à dominante tertiaire (Philippe Gerber).

55La stratégie socialiste apparaît par ailleurs assez habile pendant la période étudiée. Si les élections de 1946 ne sont qu’un demi-succès, la SFIO ne parvenant pas vraiment à utiliser ses incontestables atouts départementaux, les socialistes savent au contraire, en 1948 et 1952, consolider leur position en particulier grâce à leur alliance (très rentable pour les deux parties) avec Emile Durieux et ses partisans.

56Les résultats obtenus par les différentes forces politiques lors des élections au Conseil de la République (1946, 1948 et 1952)

Notes

2 Arras-Sud, Béthune, Boulogne-Sud, Calais Sud-Est, Cambrin, Carvin, Houdain, Lens-Est, Lens-Ouest, Norrent-Fontes, Samer, Vimy.

3 Renseignements généraux du Pas-de-Calais, Arras, le 19 novembre 1946, rapport no 94, le commissaire de police chargé du service départemental des Renseignements généraux à Monsieur le Directeur départemental des Services de Police du Pas-de-Calais, objet : élections du 24 novembre dans le département, AD Pas-de-Calais, 1W695.

4 Renseignements généraux d’Arras, le 19 novembre 1946, rapport no 3116/11, objet : les élections du Conseil de la République et le parti radical, AD Pas-de-Calais, 1W699.

5 Ministère de l’Intérieur, Direction générale de la sûreté nationale, Boulognesur-Mer, le 18 novembre 1946, objet : la constitution des listes de candidats « Grands Électeurs », AD Pas-de-Calais, 1W695.

6 Renseignements généraux d’Arras, le 15 novembre 1946, rapport no 3101/8, objet : activité de l’Union gaulliste en vue des élections au Conseil de la République, AD Pas-deCalais, 1W695.

7 Philippe Roger, « Les élections cantonales de 1945 dans le Pas-de-Calais : un système politique transformé ? », Revue du Nord, octobre-décembre 2001, pages 801 à 820.

8 Préfet du Pas-de-Calais (cabinet) à Ministre de l’Intérieur (Bureau des élections), sans date, AD Pas-de-Calais, 1W695.

9 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, DC/LD, 19 novembre 1946, objet : campagne électorale pour l’élection des délégués départementaux chargés d’élire le Conseil de la République. AD Pas-de-Calais, 1W45526/2.

10 Sous-préfecture de Boulogne-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer, le 20 novembre 1946, CABS/1011/46, JS/SB, le sous-préfet de Boulogne à Monsieur le Préfet du Pas-de-Calais, cabinet, objet : élections des délégués aux collèges départementaux chargés d’élire le Premier Conseil de la République. Élaboration des listes. Propagande électorale. État de l’opinion publique. Situation politique dans l’arrondissement. AD Pas-de-Calais, 1W695. Voir également, Sous-préfecture de Montreuil-sur-Mer, le sous-préfet de Montreuilsur-Mer à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais, cabinet. Objet : campagne électorale des candidats délégués départementaux chargés d’élire le Conseil de la République, AD Pas-de-Calais, 1W 695.

11 Un exemple parmi d’autres : anonyme, « Les grands électeurs désignés le 24 novembre éliront les conseillers de la République », Libre-Artois, 15 novembre 1946.

12 Paul Villers, « Ni un sénat, ni un fantôme... Voici le Conseil de la République », Nord Eclair, 15 novembre 1946, page 1. Pierre Bayart, « Comment sera désigné le Conseil de la République, un mode de scrutin complexe qui ne doit pas rebuter l’électeur », La Voix du Nord, 20 novembre 1946, pages 1 et 4. Pierre Bayart, « Le Conseil de la République sera ce que feront les électeurs et ceux-ci ne doivent pas se désintéresser d’un scrutin dont l’importance ne peut encore être évaluée », La Voix du Nord, 21 novembre 1946, pages 1 et 4.

13 Idem.

14 Paul Villers, « Ces héros d’un jour... Les grands électeurs », Nord Éclair, 17 novembre 1946, pages 1 et 2.

15 Idem.

16 M.L. « Nouveau vote », Le Journal de Montreuil, 1er décembre 1946, page 1.

17 André Stibio, « Le Conseil de la République doit retenir notre attention », La Voix du Nord, 15 novembre 1946, pages 1 et 4.

18 Idem.

19 Paul Villers, « Le dernier effort », Nord Éclair, 20 novembre 1946, page 1.

20 La position communiste est exposée dans :
- Fédération du Pas-de-Calais, « En marge des élections du Conseil de la République pour achever la victoire du 10, le 24 novembre, tous aux urnes », Clarté, 17 novembre 1946, page 1.
- Charles Botte, « Le 10 novembre, les Républicains ont désigné le Parti Communiste Français comme le meilleur rempart contre le danger réactionnaire. Demain, pour renforcer encore le barrage, bloquez vos voix sur les listes d’Union républicaine et résistante présentées par le Parti Communiste Français », Clarté, 24 novembre 1946, page1.

21 Profession de foi communiste pour les élections au Conseil de la République du 8 décembre 1946, AD Pas-de-Calais, 1W695.

22 Anonyme, « Pour un Conseil de la République vraiment républicain », L’Espoir, 24 novembre 1946, page 1. Voir également : anonyme, « Appel aux électeurs », L’Avenir de Liévin, 17 novembre 1946, page 1.

23 Ernest Wéry, « Bruay, Élection pour la désignation des Grands Électeurs », La vague du Boulonnais, 17 novembre 1946, page 1.

24 Renseignements généraux du Pas-de-Calais, Arras, le 9 décembre 1946, le Commissaire de Police chargé du Service Départemental des Renseignements généraux à Monsieur le Directeur des Renseignements généraux à Paris, objet : élections du 8 décembre 1946, AD Pas-de-Calais, 1W699.

25 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur (cabinet), Bureau des élections, le 9 décembre 1946 DC/LD, objet : exposé et appréciations sur les résultats des élections au Conseil de la République le 8 décembre 1945 (sic) dans le Pas-de-Calais, AD Pas-de-Calais, 1W699.

26 Anonyme, « Notre parti progresse encore dans le Pas-de-Calais Nestor Calonne et Auguste Defrance sont élus au Conseil de la République », Clarté, 15 décembre 1946, page 1.

27 Anonyme, « Malgré la canaillerie communiste, nos grands électeurs ont voté avec discipline », L’Espoir, 15 décembre 1946, pages 1 et 2.

28 À l’échelle nationale, les élections de 1946 au Conseil de la République constituent une nette victoire pour le MRP qui obtient 62 sièges et pour le parti communiste qui en a 61. Les socialistes arrivent derrière (37 élus), le RGR est à 25, le PRL et les Républicains indépendants se partageant 20 sièges. Ce résultat est alors interprété comme le signe de la constitution dans le pays de deux blocs rivaux groupés autour du MRP et du parti communiste, disposant au parlement d’une force à peu près égale.

29 Roger Pannequin, « Pour la démocratie et contre un nouveau Sénat », Clarté, 10 octobre 1948, pages 1 et 4.

30 Anonyme, « Une élection sans électeurs ! », Clarté, 7 novembre 1948, page 1.

31 Idem, voir aussi Robert Grésa, « Malgré la loi Moch-Giaccobi les conseils municipaux choisiront le 17 octobre des délégués républicains », Clarté, 17 octobre 1948, pages 1 et 4.

32 Lettre ouverte de la section communiste de Noyelles-Godault à MM. Les conseillers municipaux, AD Pas-de-Calais, 1W5162.

33 Préfecture du Pas-de-Calais, à Monsieur..., maire de... (texte envoyé à 21 communes du Bassin minier), objet : désignation des délégués chargés d’élire les Conseillers de la République (scrutin du 17 octobre 1948), AD Pas-de-Calais, 1W7044. Voir aussi : Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 18 octobre 1948, GG/JP, objet : renouvellement du Conseil de la République. Exposé et appréciation sur les résultats des élections du 17 octobre 1948 dans le Pas-de-Calais, AD Pas-de-Calais, W 7044.

34 Anonyme, « Les fourberies staliniennes », L’Espoir, 24 octobre 1948, page 1.

35 Roger Pannequin, « Après une parodie de scrutin », Clarté, 24 octobre 1948, pages 1 et 4. Sur le préfet Georges Phalempin, on peut consulter Philippe Roger, « Un préfet de guerre froide, Georges Phalempin et la fédération communiste du Pas-de-Calais », Histoire et archéologie du Pas-de-Calais, année 2006, pages 117 à 150.

36 Camille Delabre, « Élections au Conseil de la République Notre liste de candidats », L’Espoir, 7 novembre 1948, pages 1 et 4.

37 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 3 novembre 1948, GG/GP, objet : Élection au Conseil de la République dans le Pas-de-Calais, AD Pas-de-Calais, 1W45526/8.

38 Les professions de foi des différentes listes sont conservées aux Archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 1W699.

39 Anonyme, « Le mineur Nestor CALONNE continuera à défendre la population laborieuse au Conseil de la République », Clarté, 14 novembre 1948, pages 1 et 4.

40 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 8 novembre 1946, GG/LD, objet : renouvellement du Conseil de la République. Exposés et appréciation sur les résultats des élections du 7 novembre 1948 dans le Pas-de-Calais, AD Pas-de-Calais, 1W699.

41 Anonyme, « Le mineur Nestor Calonne... », op. cit.

42 Profession de foi communiste pour l’élection des Conseillers de la République (1948), AD Pas-de-Calais, 1W699.

43 Anonyme, « Les combinards en seront pour leurs frais », L’Espoir, 7 novembre 1948, pages 1 et 2.

44 Camille Delabre, « Élections au Conseil de la République Victoire de la liste d’Union Républicaine et Socialiste Nous avons triomphé », L’Espoir, 14 novembre 1948, pages 1 et 3.
Dans l’ensemble de la France, ces élections de 1948, même si elles ne concernent qu’un nombre relativement restreint d’électeurs (environ 100 000), suscitent un intérêt évident. Elles sont marquées par un effondrement du parti communiste qui ne conserve que 16 conseillers et du MRP qui passe de 62 à 18 sièges. La percée gaulliste est remarquable (56 élus), tout comme celle du RGR (81 conseillers). Grâce au scrutin majoritaire, les radicaux et leurs apparentés ont reconquis beaucoup de leurs anciens fiefs, ce qui contribue à rapprocher la nouvelle assemblée de l’ancien Sénat. Il faut aussi citer les progrès du groupe socialiste, désormais fort de 62 membres.

45 L’ensemble des élections n’a cependant pas pu avoir lieu à la date prévue : quelques délégués communistes supplémentaires sont par la suite désignés à Pont-à-Vendin.

46 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 29 avril 1952, GG/RD, objet : appréciations sur le résultat des élections des délégués municipaux du 27 avril 1952 et prévisions concernant le renouvellement du Conseil de la République dans le Pas-de-Calais, AD Pas-de-Calais, 1W45526/10

47 Le préfet du Pas-de-Calais à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le 11 avril 1952, GG/YU, objet : prévisions et renseignements concernant le renouvellement du Conseil de la République dans le Pas-de-Calais (rapport spécial no l), AD Pas-de-Calais, 1W45526/10.

48 Exposé sommaire de la situation du département du Pas-de-Calais au cours du mois de mai 1952, 5 juin 1952, AD Pas-de-Calais, 1W8147.

49 Sur les problèmes politiques posés dans le Pas-de-Calais, l’on peut se référer à Philippe Roger, « Conseils municipaux et conseil général du Pas-de-Calais face à la loi Barangé », in Robert Vandenbussche (éd.), De Georges Clemenceau à Jacques Chirac : l’Etat et la pratique de la loi de séparation, Villeneuve d’Ascq, CEGES, 2008, 291 pages.

50 Ce changement d’appellation se produit en 1948. Il n’est pas possible de toucher au nom du Conseil de la République qui figure dans la constitution. Mais ce n’est pas le cas de la dénomination de ses membres. Une résolution de la Chambre haute prévoit donc, dès le mois de décembre 1948 le titre de « sénateur, membre du Conseil de la République ».

51 Robert Décourt, « Un test favorable à M. Antoine Pinay », La Voix du Nord, 20 mai 1952, page 1.

52 Si Ton prend en compte l’ensemble de la métropole, les élections de 1952 sont marquées par la stabilité de la gauche et, à droite, par un net recul du RPF au profit du MRP et des modérés.

53 Pour la comparaison avec les conseillers généraux, l’on peut se référer à Philippe Roger, « Les conseillers généraux du Pas-de-Calais de 1945 à 1958 : le renouvellement d’un groupe notabiliaire ? », Revue du Nord, no 339, Janvier-Mars 2001, pages 125 à 144.

54 Marie-Christine Allart, « Société et micropolis villageoise : valorisation et marginalisation des agriculteurs au XXe siècle », Revue du Nord, no 375-376, Avril-Septembre 2008, pages 575 à 601.

55 Philippe Roger, « Les socialistes et le conseil général du Pas-de-Calais », communication au colloque Socialisme, République, Démocratie, 1936, 1946, 1956, 1966 [Actes à paraître].

Table des illustrations

Titre Classement des délégués par tendance politique en fonction de la taille des communes (octobre 1948)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Les listes de candidats au Conseil de la République en 1948
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Maître de conférences, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, IRHiS (UMR-CNRS 8529).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540