Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Chambre haute. Hier en France, aujourd'hui en Europe

 | 
Jean-Marc Guislin

1ère partie. La Chambre haute : fonction de représentation. Perspectives historiques françaises

Fidélité, propriété et supériorité départementale : les soixante-et-onze pairs laïcs de la « fournée Villèle » de 1827

Loyalty, property, regional superiority: the 71 secular peers of “the Villèle batch” in 1827

Roger Baury

Résumé

La « fournée Villèle » de 1827, quoiqu’elle ne fût pas la première du genre, est celle qui a déchaîné les imprécations les plus véhémentes et les anathèmes les plus durables ; parce qu’elle rompait résolument avec la « fusion des élites », mise en œuvre de 1814 à 1819, elle fut dénoncée par l’opposition libérale comme l’aile marchante de la Contre-Révolution. Le procès en obscurité, en indignité et en anachronisme qui fut intenté à ces promus n’ayant plus lieu d’être, la présente approche prosopographique se propose de vérifier dans quelle mesure les soixante-et-onze pairs laïcs qui formaient le gros de cette promotion, répondaient bien aux critères constitutifs du projet villéliste comme de la réprobation de leurs contempteurs : la permanence nobiliaire et patrimoniale, la fidélité monarchique et l’influence départementale.

The 1827 “fournée Villèle” wasn’t the first peers’ promotion of this kind, but it unleashed more condemnations and political passions. Because it broke with the process of “fusion des élites”, which had been going on between 1814 and 1819, liberal opposition denounced it as a counter-revolutionary squadron. This accusation of social indignity and political anachronism belong to the past, but it isn’t without interest to prove, through a prosopographical approach, if the 71 lay peers appointed by Villèle corresponded to the three constitutive criteria of his plan as of disapproval of their opponents: noble and landed continuity, monarchical faithfulness and influence in the departments.

Texte intégral

  • 2 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables. Les pairs de France et la Chambre des pairs hér (...)
  • 3 Le Courrier Français, no 312, 8 novembre 1827.
  • 4 A. de Tocqueville, Œuvres complètes, t. XIII : Correspondance d’Alexis de Tocqueville et de Louis d (...)
  • 5 Baron de Frénilly, Mémoires 1768-1848. Souvenirs d’un ultraroyaliste, Paris, Perrin, 1987, p. 452.

1La création de soixante-seize pairs, par l’ordonnance royale du 5 novembre 1827, ne fut pas la première « fournée » du genre : déjà, Talleyrand, en 1815, puis Decazes, en 1819, avaient convaincu Louis XVIII de procéder à des promotions en masse (respectivement de quatre-vingt-quatorze et de soixante-et-un pairs)2. Mais la « fournée Villèle » fut celle qui a déchaîné les critiques les plus passionnées, autant sur le principe que sur le choix des hommes ; cris d’orfraie et anathèmes ont fusé tant des rangs libéraux que de la contre-opposition royaliste : Chateaubriand cria au « crime politique3 et, dans son édition du 9 novembre, La Quotidienne fit chorus à l’indignation qu’avait inspirée, trois jours plus tôt, au Journal des débats, l’élévation d’« on ne sait combien de personnages ignorés ». Imprécations et condamnations furent si véhémentes que, parmi les heureux promus, le préfet Tocqueville, qui avait si « vivement » aspiré à la pairie, quatre ans plus tôt, n’a pas caché « sa désapprobation de la mesure, avant qu’on l’eût prise »4 tandis que le baron de Frénilly se lamenta d’une « création folle et colossale »5.

  • 6 Nous empruntons ces expressions à C.-O. Barbaroux, « Essai sur l’institution et l’influence de la p (...)
  • 7 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..op. cit., p. 265.
  • 8 Comte de Villèle, Mémoires et correspondance, Paris, Librairie académique DidierPerrin et Cie, 1888 (...)
  • 9 Ibid., t. V, pp. 38-39.

2La « fournée Villèle » présageait-elle la « Contre-Révolution » dont les libéraux se plaisaient à agiter le spectre, ou n’était-elle qu’une manœuvre politicienne, visant à éteindre une opposition qui s’était manifestée avec force, tant contre les empiétements du « parti prêtre » dans l’État qu’au sujet de la « loi de justice et d’amour » ? Au demeurant, plus que les équilibres politiques, n’étaient-ce pas les équilibres sociaux de la pairie que Villèle avait cherché à modifier, en y infusant des nouveaux venus qui n’appartenaient pas plus « aux sommités de l’ancienne noblesse » qu’aux « grandes notabilités du nouveau régime6 ? Assurément, la résolution de Villèle ne résultait en rien d’un coup de tête : dès janvier 1827, il avait annoncé à Charles X son intention de refonder la pairie « par des nominations purement départementales »7. Si l’exercice du pouvoir l’avait réduit à renier nombre de ses convictions antérieures (principalement au sujet de la décentralisation), il n’avait nullement assoupi sa méfiance de gentilhomme provincial envers les grands seigneurs de Cour. D’emblée, la création de la Chambre des pairs avait froissé ses sentiments d’égalitarisme nobiliaire autant que son royalisme : il n’y avait vu qu’« une majorité de vieux sénateurs révolutionnaires que l’égoïsme, la bassesse et l’intrigue avaient fait surnager au milieu des différents bouleversements politiques », flanquée « d’hommes de l’ancienne cour dont les exigences intéressées et vaniteuses, la légèreté et l’incapacité avaient hâté la Révolution »8. Une fois aux affaires, le comportement de ces pairs de Cour avait abondé son ressentiment9. Partant, rien n’est moins douteux que le premier objectif qu’il poursuivit, en composant, non sans peine, la liste des « soixante-seize », fût de rabaisser l’orgueil des grands, avant que de sauver son ministère en ruinant le parti libéral et en relevant le nom du Roi parmi les assemblées parlementaires.

  • 10 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., pp. 19 et 262.
  • 11 Duc de Broglie, Souvenirs1785-1870, Paris, Calmann-Lévy, 1886, t. III, p. 404.

3Le dessein de Villèle de faire émerger des profondeurs du royaume une « noblesse départementale »10 capable de faire pièce à l’ancienne noblesse de Cour aussi bien qu’aux élites révolutionnaires et impériales, n’a pas échappé aux membres de la première, qui, y voyant une atteinte à leur supériorité, ont fait sonner la charge par leurs amis libéraux. Le procès en obscurité, en indignité et en anachronisme qui fut intenté aux « soixante-seize » (et s’est poursuivi jusqu’après la chute de leur promoteur) renvoie étrangement l’écho des préjugés et du mépris que, par exemple, professait le duc de Broglie envers « les hobereaux de M. de Villèle »11 ; de sorte que l’on peut se demander si ce n’est pas moins comme ses suppôts que comme ses clones que les « soixante-seize » ont été livrés à l’opprobre des contemporains et de la postérité.

  • 12 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., pp. 266-271.
  • 13 Cet essai prosopographique repose sur le dépouillement systématique des dossiers examinés par la Co (...)

4S’il ne s’agit plus aujourd’hui de déterminer si la « fournée Villèle » était de nature à avilir la pairie, la cohérence sociale et politique de son recrutement, dont Emmanuel de Waresquiel a souligné le caractère rationnel, appelle une investigation prosopographique, que, curieusement, lui-même n’a qu’ébauchée12. Sans prétendre à l’exhaustivité, que seules des investigations approfondies, tant dans les archives administratives que dans les papiers des intéressés, nous auraient permis d’approcher, nous nous proposons de reprendre le dossier, en y versant ponctuellement quelques pièces nouvelles ou délaissées13 mais surtout en élargissant notre « radiographie » à l’ensemble des soixante-et-onze pairs laïcs qui formaient le gros de la « fournée », afin de vérifier dans quelle mesure ces derniers répondaient bien aux trois critères constitutifs de l’idéal villéliste comme de la réprobation de leurs contempteurs : la permanence nobiliaire et patrimoniale, la fidélité royaliste et l’assise départementale.

Le sang et le sol

5Au cœur du projet de Villèle, résidait nettement la volonté d’exalter la continuité conjointe du sol et du sang : mettre en valeur la persistance nobiliaire fondée sur la propriété foncière revenait, sinon à nier que la Révolution ait jamais eu lieu, du moins à « renouer la chaîne des temps ».

  • 14 N. Gotteri, Soult maréchal d’Empire et homme d’État, Besançon, La Manufacture, 1991, qui cite, p. 1 (...)
  • 15 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France nommés sous le Consulat et l’Empire(...)
  • 16 Ceux-ci formaient ensemble 22,34 % de la promotion du 17 août 1815, 14, 81 % de celle du 23 décembr (...)

6L’appartenance de la quasi-totalité des « soixante-et-onze » à la noblesse d’Ancien Régime constitue le trait marquant de la « fournée Villèle » ; ne faisaient exception à cette norme que le maréchal Soult, titré duc de Dalmatie par Napoléon, mais qui ne se flattait pas moins de descendre de comtes provençaux sans doute hypothétiques14 et le banquier Ollivier, fils d’un négociant parisien et régent de la Banque de France depuis 1806, que certains auteurs contemporains ont indûment qualifié de chevalier, voire de baron15. Pareil exclusivisme s’inscrivait dans la continuité de la promotion du 23 décembre 1823, qui avait marqué une réelle rupture avec les « fournées » antérieures : même en août 1815, les proportions d’anoblis de l’Empire et de nobles « refaits » n’avaient pas été si faibles16.

  • 17 Statistique établie d’après le « Dictionnaire biographique des Pairs de France par ordre chronologi (...)

Tableau no 1 : Évolution du recrutement de la Chambre des Pairs de 1814 à 183017

Tableau no 1 : Évolution du recrutement de la Chambre des Pairs de 1814 à 183017
  • 18 Baude de La Vieuville et Fauveau de Frénilly devaient leur qualité à l’acquisition, faite par leur (...)

7Toutefois, l’examen des principes de noblesse révèle quelques traits de diversité : certes, quarante-quatre pairs (soit 61,97 %) pouvaient se targuer d’une origine chevaleresque ; sept n’avaient à se prévaloir que d’une extraction comprise entre le début du XVe et la fin du XVIe siècle, et quatre autres s’ingéniaient sans doute à faire oublier que leurs familles devaient leur maintien dans le second ordre à des « lettres royaux » ou à une sentence d’élus. Mais, au reste, pas moins de quatorze familles avaient été anoblies, principalement par l’exercice d’une charge ; celles de Baude de La Vieuville, de Fauveau de Frénilly et de Roullet de La Bouillerie comptaient même moins de cent ans de noblesse18, ce qui, pour autant, ne dissuada jamais le second de se montrer plus vigoureux dans ses opinions monarchistes et sa conception de sa supériorité sociale que nombre de rejetons de races plus anciennes.

  • 19 Le comte de Choiseul, le prince de Croÿ-Solre, le marquis de Durfort-Civrac, le marquis de Lévis-Ga (...)
  • 20 A. Lardier, Histoire biographique..., op. cit., première partie, p. 150.

8Sur le total, seulement six promus19 étaient issus de maisons revêtues du manteau de duc et pair à la veille de la Révolution, mais encore faut-il noter que leur rang de cadet ou de fils puîné les eût tous empêchés de prendre rang dans la ci-devant pairie. Parmi ces six, le prince de Montmorency-Tancarville jouissait en outre de la grandesse de première classe au-delà des Pyrénées ; il en allait de même pour Preissac d’Esclignac, duc de Fimarcon, dont la mère était une demi-sœur de la reine Marie-Amélie d’Espagne ; par ailleurs, le vicomte de Berghes-Saint-Vinocq se parait du titre de prince de Râches, accordé à l’un de ses aïeux par Charles II d’Espagne. Surclassant ce noyau de haute noblesse, deux autres pairs jouissaient d’un titre princier étranger et du prédicat d’altesse sérénissime : le prince de Hohenlohe-Bartenstein, en qui les libéraux dénoncèrent « l’ancien régime personnifié avec ses erreurs, ses abus et ses préjugés »20, mais qui ne prit jamais séance au Luxembourg, et le prince Pierre d’Arenberg, qui sollicita et obtint sa naturalisation en 1828.

REVENUS (EN MILLIERS DE FRANCS – OR)

REVENUS (EN MILLIERS DE FRANCS – OR)

Graphique : Constellation des revenus des pairs de la « fournée Villèle » (40 cas).

  • 21 Vicomte A. Révérend, Armorial du Premier Empire..., op. cit., passim.

9Par ailleurs, indépendamment du duc de Dalmatie, sept de nos pairs et les géniteurs de quatre autres ont été « refaits » nobles sous l’Empire : si Hocquart de Turtot, Roullet de La Bouillerie et les comtes d’Albon et de Caraman ont dû se contenter d’un titre de baron, d’Andlau, Baude de La Vieuville et Kergariou ont été honorés de celui de comte, de même que les pères de Champion de Nansouty, de Lur-Saluces, de Savary de Lancosme et du prince Pierre d’Arenberg21.

10Comme à chaque âge de l’histoire nobiliaire, la capacité à durer devait s’inscrire dans l’espace autant que dans le temps et s’étalonnait sur l’aptitude des lignées à conserver, voire à accroître leur patrimoine.

  • 22 A. N., BB30 1075 : rapport du référendaire de Bray de Valfresne sur le majorat du comte de La Panou (...)
  • 23 Ibid. : rapport du conseiller d’État Pastoret au Garde des Sceaux, 7 août 1829.
  • 24 Ibid. : rapport du référendaire de Bray de Valfresne sur le majorat du comte de La Panouse, 30 mars (...)
  • 25 A. N., Minutier central des notaires parisiens, étude XXXIX, liasse 798 : liquidation-partage de la (...)
  • 26 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables…, op. cit., pp. 281 et 422.

11Il convient d’abord de souligner les fortes disparités de revenus entre les pairs, quand bien même l’hétérogénéité des sources, leur sincérité problématique et la diversité des dates de référence rendent délicate toute comparaison. Les déclarations de fortune enregistrées par le Conseil du Sceau, en quantité au demeurant partielle, se révèlent des plus sujettes à caution ; à la sous-évaluation systématique des revenus cadastrés, qu’un expert de l’époque estimait à « au moins » 20 % en deçà de leur montant réel22 répond un parti pris d’occultation des ressources, sans doute plus fréquemment partagé que la vanité d’en faire étalage et qui a atteint des proportions grandioses chez le comte de La Panouse : ce Crésus du Faubourg Saint-Honoré, que la rumeur créditait « de 3 à 400 000 francs de rente »23 a fort modestement « Borné la justification de Sa fortune à 33 086 francs de revenus nets »24. Ce genre de documents n’offre donc qu’une vue plus ou moins biaisée de la réalité sonnante et trébuchante des avoirs pairiaux et ne permet pas d’en faire ressortir les disparités. Quand bien même nous avons répertorié un nombre significatif de pairs jouissant d’un revenu compris entre 30 000 et 60 000 francs, autour de 1827, il n’en existait pas moins un écart considérable entre le comte de La Panouse, qui, à sa mort, en 1836, laissa un actif de 8 660 240 francs25 et le comte de Mostuéjouls, qui, avec seulement 20 000 francs de rente en 1820, figurait parmi les plus riches propriétaires de l’Aveyron26. La constellation des fortunes ressort éloquemment du graphique de la page 18. On remarquera, au passage, que bien peu, parmi les « soixante-et-onze », se trouvaient en situation de soutenir la comparaison avec les lords britanniques, ainsi que leurs contempteurs, mais aussi leurs amis politiques, ne se privèrent pas de le faire remarquer.

  • 27 Grands notables..., op. cit., t. IV : Haute-Saône, par C.-I. Brelot, p. 121 ; de la même, La Nobles (...)
  • 28 A. N., BB30 1053 : déclaration de fortune du marquis de Lévis-Mirepoix, 27 novembre 1827.
  • 29 A. N., BB30 1055 : requête en vue de l’institution du majorat, 18 mars 1828.
  • 30 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. 1, pp. 72 et 76.
  • 31 R. Caisso, La Vente des biens nationaux de seconde origine et les mutations foncières dans le distr (...)
  • 32 A. Chéron et G. de Sarret de Coussergues, Une seigneurie en Bas-Languedoc. Coussergues et les Sarre (...)
  • 33 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée…, op. cit., t. 1, pp. 54-58.

12Il est vrai que la Révolution n’avait pas été sans répercussions sur nombre de patrimoines, du seul fait qu’au moins quarante-quatre de nos pairs ont émigré. Dépouillé par la Nation de 715 502 francs de biens, le marquis de Saint-Mauris-Chastenois a ainsi vu ses rentes chuter de 50 000 livres, en 1789, à 2 000 francs, en 180527. L’importance des indemnités allouées à quelques autres au titre du « Milliard des émigrés » – 925 000 francs au marquis de Lévis-Mirepoix et à ses deux sœurs28, 758 800 francs au marquis de Mac Mahon29 – révèle l’ampleur des pertes subies. Toutefois, les spoliations politiques n’ont pas également affecté les patrimoines des émigrés et de leurs familles : le père d’Alexandre de Froissard ne s’est pas contenté de préserver ses possessions du partage révolutionnaire en rachetant la part de son fils au prix de 135 944 livres, il les a même accrues, en 1797 et 1798, « de plus de 200 000 francs d’acquisitions »30 ; le comte Ruzé d’Effiat dut d’avoir conservé ses domaines à l’esprit de chicane de sa grand-mère maternelle, Mme Bouin de Noiré, laquelle joua de la similitude des prénoms de son gendre et de son petit-fils, absents l’un et l’autre, pour semer la confusion au sein des bureaux qu’elle assaillit de pas moins de soixante-douze pétitions, et éluder ainsi les rigueurs de la loi31 ; le baron Sarret de Coussergues batailla, dès avant son retour définitif en Languedoc, pour faire lever le séquestre établi sur sa terre éponyme, puis, une fois ce but atteint, il convola avec sa propre nièce pour en restaurer partiellement l’unité32. Au demeurant, rien n’est plus emblématique de la persistance pluriséculaire des grands patrimoines féodaux que l’héritage franc-comtois du prince Pierre d’Arenberg, à peine écorné par le séquestre révolutionnaire, et dont, en 1825, les quelque 3 502 hectares recouvraient peu ou prou l’emprise constituée par ses ancêtres de la maison de Chalon-Arlay, depuis le XIIIe siècle33.

  • 34 A. Lardier, Histoire biographique..., op. cit., deuxième partie, p. 84
  • 35 Préface aux Mémoires du comte de Moré (1758-1837), publiés par la Société d’Histoire contemporaine, (...)
  • 36 Grands notables..., op. cit., t. VIII : Loir-et-Cher, par J. Labussière, p. 17.
  • 37 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. 1, p. 87.
  • 38 A. N., BB30 1096 : demande de majorat présentée par le marquis de Saint-MaurisChastenois, 17 avril (...)
  • 39 A. N., BB30 995 : état détaillé de la fortune du président Chifflet.
  • 40 R. Baury, « Un pair de la “fournée Villèle” : le comte Philippe-Armand de Bonneval (1773-1840) », R (...)
  • 41 P. de Montjouvent, Les Riquet de Caraman, Paris, Editions Christian, 2002, pp. 378-382.
  • 42 Grands notables..., op. cit., t. V : Gard, par A. Cosson, p. 35.

13Par divers moyens, beaucoup n’avaient pas attendu la loi de 1825 pour réparer leur fortune, voire pour lui donner une ampleur inconcevable avant 1789 : le comte de La Panouse a mis à profit son émigration en apprenant à Anvers le métier de banquier, qui l’enrichissait encore à la date de son élévation à la pairie34. Dans la même veine, Moré de Pontgibaud a fait ses classes dans la maison de commerce que son père, après avoir parcouru la Suisse, le Tyrol et une partie de l’Allemagne, « la balle sur le dos », avait fondée à Trieste en 1799 sous le nom de « Joseph Labrosse » et dont la prospérité dut beaucoup à la protection que lui accordèrent les gouverneurs napoléoniens (Junot, Bertrand et Fouché) qui s’y relayèrent35. De façon moins spectaculaire, plusieurs ont opiniâtrement restauré le patrimoine de leurs pères, tandis que quelques-uns en recréaient un de toutes pièces : le marquis de Courtavel acquit en 1802 le château de Baillou, qu’il s’appliqua à embellir de « jardins paysages »36 ; en Franche-Comté, le marquis de Saint-Mauris-Chastenois travailla, dès son retour, au « rassemblement des “débris” de sa fortune autour d’un nouveau château »37, celui du Colombier, payé 19 750 francs en 181238, tandis que le président Chifflet, non content de racheter les biens dont il avait été dépossédé — à commencer, dès 1803, par son hôtel bisontin —, ne cessa année après année d’en accroître l’étendue39. Cependant, on ne saurait oublier ceux que les circonstances n’ont nullement empêché d’améliorer leur situation matérielle par les procédés éprouvés d’un riche mariage : pas moins de treize pairs — les comtes d’Albon, Baude de La Vieuville, de Bonneval, de Budes de Guébriant et de Caraman, le marquis de Durfort-Civrac, le baron de Frénilly, les comtes de Kergariou, de Kergorlay, de La Forest-Divonne et de Panisse-Passis, le vicomte de Sainte-Maure Montausier, le comte de Vassinhac d’Imécourt — ont eu la bonne fortune d’épouser une héritière. Le troisième d’entre eux serait même demeuré un hobereau des plus modestes si, en 1796, il n’avait contracté un mariage d’amour avec une demoiselle dont les propres représentaient, en 1831, plus de huit fois les siens40. Pour sa part, le comte de Caraman a été assez heureux pour joindre aux fruits d’un opulent convoi avec Antoinette de La Garde, petite-fille d’un richissime négociant marseillais, qui fut dotée d’un million et demi de livres en 1789, une part non négligeable de la succession de son oncle le prince d’Hénin-Liétard d’Alsace41 ; dans la même veine, le comte de Bernis a cumulé les agréments d’une alliance avantageuse avec la sœur du marquis de Calvière et les profits de substantielles hoiries collatérales (celle de son grand-oncle, le cardinal, puis celle de son oncle, le chevalier, qui l’enrichit de 25 000 francs de rentes)42.

  • 43 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France..., op. cit., p. 292.
  • 44 A. N., Minutier central des notaires parisiens, étude XXXIX, liasse 798 : liquidation-partage de la (...)
  • 45 A. N., BB30 1034 : déclaration de fortune du comte Hocquart de Turtot, 12 décembre 1822.
  • 46 A. N., BB30 1053 : déclaration de fortune du marquis de Lévis-Mirepoix, 27 novembre 1827.
  • 47 P. de Montjouvent, Les Riquet de Caraman, op. cit., pp. 353-354.
  • 48 Département de la Moselle. Annuaire de Verronnais, imprimeur-libraire à Metz pour l’an 1827, 24’ an (...)
  • 49 Grands notables..., op. cit., t. VII : Haute-Marne, par G. Viard, p. 232.
  • 50 A. Tardieu, Pontgibaud en Auvergne. La ville, le château, le comté, les mines, Moulins, C. Desrosie (...)
  • 51 A. N., BB30 987 : acte de notoriété, 31 décembre 1827 ; BB30 1080 : demande d’institution de majora (...)
  • 52 La Flèche sous la Révolution (1789-1805). Mémoires inédits du chirurgien Claude Boucher, publiés pa (...)
  • 53 A. N. BB30 981 : lettres de constitution du majorat de baron-pair, en date du 10 juillet 1828.
  • 54 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France..., op. cit., pp. 291-292.
  • 55 N. Gotteri, Soult..., op. cit., pp. 529-531.

14Dans toutes ces fortunes, l’élément terrien apparaît prépondérant, sans être exclusif : alors que les 200 000 francs de valeurs possédées par le régent Ollivier en 1831 représentaient moins de 15 % de son avoir43, le comte de La Panouse accumula un portefeuille qui excédait, en 1836, le principal de ses biens fonds (3 442 501, 66 francs contre 3 188 846, 40 francs) et formait à lui seul 39,75 % de la masse de sa succession44. En sus de ces deux banquiers, au moins vingt-quatre autres pairs détenaient des capitaux qui, pour sept d’entre eux, ne consistaient pas uniquement en titres de rentes sur l’État : le richissime Hocquart de Turtot tirait en 1822 pas moins de 55 000 francs de la Compagnie d’Anzin45 ; le marquis de Lévis-Mirepoix était intéressé dans les mines de Monterhausen et la Compagnie du Canal du Midi46 ; grâce à l’amitié de Villèle, le comte de Caraman avait commencé à recouvrer une partie des actions de ce canal construit par son ancêtre, Pierre-Paul Riquet, et dont sa famille avait été dépossédée par la Révolution47. Par ailleurs, quelques pairs ont su trouver dans l’industrie un appréciable complément de la rente foncière : en Moselle, le comte d’Hofflize était l’heureux héritier des forges de Longuyon, actives depuis 1705, tandis que Mme Baude de La Vieuville avait recueilli de son premier mari celles de Villerupt, réputées pour produire des fers « de première qualité »48 ; engagé dans la métallurgie depuis 1810, le vicomte de Sainte-Maure-Montausier sollicita en 1824 la concession d’une mine de fer et l’autorisation d’ériger un haut fourneau dans ses terres de Haute-Marne49 ; non content d’exploiter, aux abords de son château du Puy-de-Dôme, de prometteurs filons de plomb argentifère, le comte de Moré de Pontgibaud y fonda en 1829 une usine de traitement, qui employa jusqu’à cent cinquante ouvriers, sous la direction d’un ingénieur diplômé de l’Ecole des Mines de Paris50 ; enfin, le marquis de Calvière et le comte de Bernis se partageaient la propriété des salines d’Aigues-Mortes, qui rapportaient au premier 13 000 francs par an51. Il n’en demeure pas moins que, même pour les plus spéculatifs, c’est bien la terre qui constituait le placement selon leur cœur : revenu enrichi de l’armée de Moreau, dont il avait été trois ans durant le trésorier en chef52, Roullet de La Bouillerie s’était, dès l’an X, approprié la terre de La Barbée, proche de sa ville natale de La Flèche53 ; comme l’on pouvait s’y attendre, le comte de La Panouse a réinvesti une part non négligeable de ses gains de banque dans l’acquisition de terres plus ou moins éloignées du Rouergue de ses ancêtres ; par conviction autant que par mimétisme, le banquier Ollivier a acquis, entre 1816 et 1825, 892 hectares de domaines et 1 200 hectares de forêt, en sus d’un hôtel à Paris, d’une maison et d’une prairie au Pecq, pour un total d’1 433 450 francs54 ; quant au maréchal Soult, si enclin qu’il fût à diversifier ses placements, il ne dépensa pas moins de 302 980 francs, entre 1819 et 1830, pour arrondir son domaine tarnais de Soult-Berg, sans compter ce que lui coûta la grosse maison de maître dont il fit commencer la construction en 182755.

  • 56 Il s’agit du marquis de Mac Mahon. Le prince d’Arenberg (né en 1790), le comte Champion de Nansouty (...)
  • 57 Les comtes du Botdéru et de Choiseul, les marquis de Colbert-Chabanais et de Courtavel, le comte de (...)
  • 58 Le marquis Bailly de Fresnay, les comtes Baude de La Vieuville et de Caraman, le marquis de Conflan (...)
  • 59 Villèle, Mémoires et correspondance, op. cit., t. IV, p. 522 : Villèle au prince de Polignac, Paris (...)
  • 60 Soit, dans l’ordre chronologique : le comte [Riquet] de Caraman en 1813 (A. N., BB30 988), le comte (...)
  • 61 Trente-et-un, en tenant compte du majorat que voulait instituer le marquis de Lévis-Gaudiez, décédé (...)
  • 62 MM. de Bouillé, de Castelbajac et de Monteynard (A. N., BB30 980, 989 et 1067).
  • 63 Le prince d’Arenberg (A. N. BB30 1114) et le prince de Berghes-Saint-Vinocq (BB30 974), qui ont fon (...)
  • 64 MM. d’Andlau (A. N., BB30 966), Baude de La Vieuville (BB30 1110), de Beaurepaire (BB30 973), de Bo (...)
  • 65 E. de Waresquiel met aussi en avant « les contraintes économiques liées aux majorats eux-mêmes », c (...)
  • 66 Grands notables..., op. cit., t. XXI : Indre, par G. Catherine-Joffrion, D. Bernard et J. Tournaire (...)

15Or, la transmission patrilinéaire de ces avoirs se heurtait à l’absence de postérité masculine chez pas moins de vingt-et-un pairs (soit 29,57 % du groupe) : outre un célibataire endurci56, onze ont vieilli sans enfant57 et neuf autres n’ont engendré que des filles58. Voilà qui compromettait sérieusement le processus de perpétuation politico-patrimoniale qui se trouvait au cœur de l’idéologie ultra-royaliste et des desseins de Villèle. On pourrait même s’étonner que ce dernier ait choisi autant de pairs sans fils, si l’on ne savait par ailleurs que la dévolution de leur dignité en ligne collatérale était soumise à l’agrément royal et pouvait donc constituer, si nécessaire, un moyen de pression pour s’assurer la fidélité de leurs votes. Un second sujet de perplexité réside dans la courte majorité de pairs qui ont eu à cœur d’éviter l’écueil du démembrement patrimonial en créant un majorat, alors que la loi le leur imposait et qu’il importait à Villèle d’« opposer promptement une digue à la division toujours croissante des propriétés foncières »59 : en plus des huit qui s’étaient soucié d’en fonder un avant leur entrée au Luxembourg60, seulement trente autres (soit 42,25 %) ont satisfait aux démarches nécessaires61, et, sur ce nombre, trois ont obtenu de n’y affecter que la pension que leur allouait le Roi62, tandis qu’à deux exceptions près63, tous les autres se sont contentés de créer un majorat de baron-pair, excédant très rarement le seuil légal de 10 000 francs de revenus nets, de façon à n’y inclure qu’une fraction de leur avoir64. Est-ce à dire qu’il répugnait à la plupart des pairs de déroger à l’égalité successorale, consacrée par le Code Napoléon65 ? Jusqu’à plus ample informé, nous nous garderons de généraliser l’exemple de Savary de Lancosme, qui, en 1822, avait partagé la succession de son père à parité avec sa sœur et son frère puîné66.

Une fidélité monarchique à toute épreuve ?

16À la relative homogénéité de la naissance, répondait, au grand dam des adversaires de Villèle, un monolithisme de parti. La cause était entendue : les « soixante-et-onze » formaient rien moins que l’aile marchante de la Contre-Révolution. Or, un examen détaillé de leurs parcours et de leurs attitudes politiques montre que le bloc était moins lisse qu’il n’y paraissait.

17C’est principalement à l’aune des services qu’ils ont accepté ou refusé de rendre aux différents régimes qu’ils ont traversés ou subis que se mesure le mieux leur fidélité dynastique. Encore convient-il de tenir compte de l’ouverture de l’éventail des âges, car, si tant est que l’âge moyen des « soixante-et-onze », à la date de leur promotion, s’établissait à 53 ans (soit un an de moins que celui du ministre), près de soixante-deux années séparaient le benjamin du doyen, de sorte qu’on ne saurait véritablement parler de « génération Villèle » qu’à propos des vingt-sept quinquagénaires de l’effectif. Sans doute la grande majorité ont-ils vécu la Révolution. En revanche, huit d’entre eux n’étaient pas encore nés en 1789 et quatorze autres étaient trop jeunes pour se déterminer en pleine conscience. Pour 31 % du groupe, c’est donc le souvenir des épreuves endurées ou des services alors rendus par leurs pères ou d’autres membres de leur famille qui a pu entrer en ligne de compte.

Tableau no 2 : Répartition par tranches d’âges au 5 novembre 1827

Tableau no 2 : Répartition par tranches d’âges au 5 novembre 1827

18Sur un total de quarante-sept individus âgés de quinze à quarante-six ans au début de la Révolution, vingt-trois (soit 48,93 %) servaient le Roi dans ses armées (à des grades divers) et trois autres dans sa Marine ; sept étaient employés dans sa Maison, dont trois aux gardes françaises et deux aux gardes du corps ; deux derniers étaient attachés à Malte. La prépondérance du militaire allait donc globalement de pair avec l’ancienneté des lignages. Comme titulaires de fonctions civiles, n’ont été relevés que deux magistrats du parlement de Besançon (le président Perreney de Vellemont de Grosbois et le conseiller Chifflet), un payeur général des troupes en Corse (Roullet de La Bouillerie) et un commis à la recette des bois et domaines poitevins du comte d’Artois (Fauveau de Frénilly).

  • 67 Le chirurgien fléchois Charles Boucher nous apprend que La Bouillerie « pens[a] devoir émigrer comm (...)
  • 68 C. Biessy, Répertoire biographique..., t. 1, p. 13.

19Pendant la Révolution, seulement dix pairs n’ont pas quitté le territoire national, fût-ce momentanément, un onzième, le prince Pierre d’Arenberg, s’y est trouvé inclus par l’expansion de la « Grande Nation » et un douzième, Roullet de La Bouillerie, n’a fait qu’une fausse sortie67. Parmi ces douze, un seul, Sapinaud de la Rairie, s’est illustré, aux côtés de Charette et de Stofflet, dans la guerre de Vendée. À l’inverse, Soult, promu général en 1799, a poursuivi sa carrière militaire sous le drapeau tricolore, tandis que le comte d’Andlau, quoique fils d’émigré, a commencé la sienne, en février 1800, comme volontaire dans un régiment de hussards68.

  • 69 M. Roche et M. Vernes, Dictionnaire biographique du département du Doubs, Lonsle-Saunier, 1996, p.  (...)
  • 70 Comte de La Forest-Divonne, Maison de La Forest-Divonne. Notices généalogiques et historiques, Pari (...)
  • 71 C. Biessy, Répertoire biographique..., t. 1, p. 10.
  • 72 Md., t. I, p. 29.
  • 73 Md., t. II, p. 70.
  • 74 Md., t. I, p. 83, et Comte de Bouillé, Maison de Bouillé, Bordeaux, imprimerie A.-R. Chaynes, 1857, (...)
  • 75 C. Biessy, Répertoire biographique..., t. III, p. 30.
  • 76 G. de Rivoire de La Batie, Armorial de Dauphiné, Lyon, Librairie ancienne d’A. Brun, 1867, p. 554.
  • 77 Grands notables..., t. VI : Bouches-du-Rhône, par l’abbé P. Gueyraud, p. 215.

20Pour ce qui est des quarante-quatre émigrés recensés (soit 65,67 % de l’effectif, défalcation faite du prince de Hohenlohe et de ceux qui naquirent après 1800), si six d’entre eux, qui étaient en bas âge, ne firent que suivre leur famille à l’étranger et qu’un septième y est venu au monde, le départ de France résulta d’un choix conscient pour pas moins de trente-sept autres. Vingtet-un d’entre eux ont combattu dans l’armée de Condé, parfois seulement le temps d’une campagne, à l’instar de Chifflet, qui a ensuite pérégriné en Allemagne et aux Pays-Bas69, ou de La Forest-Divonne, qui propagea jusqu’en Russie les doctrines théosophiques du « Philosophe inconnu », Louis-Claude de Saint-Martin70. Trois ont même poursuivi leur combat au service d’une puissance étrangère — la Hollande puis la Grande-Bretagne pour d’Albon71, cette dernière et le Portugal pour Bailly de Fresnay72, la seule Albion pour Courtavel73 —, tandis que trois autres y ont d’emblée pris rang — Bouillé dans l’armée britannique74, Forbin des Issarts dans la marine espagnole75 et Quinsonas en Russie, où il devint lieutenant-général76 — et que Panisse-Passis, embarqué sur les vaisseaux de Malte le 11 avril 1789, ne remit pied à terre qu’en 179777.

  • 78 Le vicomte de Castelbajac, le marquis de Conflans, le prince de Croÿ-Solre, Perreney de Vellemont d (...)
  • 79 Selon les propres termes de l’intéressé, rapportés par C.-I. Brelot, Grands notables..., op. cit., (...)
  • 80 L. Boisnard, Élites bretonnes..., op. cit., p. 187.
  • 81 Baron de Frénilly, Mémoires..., op. cit., pp. 214, 228-231.
  • 82 Grands notables..., op. cit., t. XVI : Saône-et-Loire, par M. Vitte, p. 76.
  • 83 Grands notables..., op. cit., t. I : Ardèche, par G. Peyron-Montagnon, p. 119.
  • 84 Grands notables..., op. cit., t. XIV : Mayenne, par F. Dornic, pp. 59-60 ; t. X : Meuse, par M. Mai (...)

21Alors que beaucoup de départs n’ont eu lieu qu’en 1792, la plupart des retours ont été enregistrés sous le Consulat et l’Empire (seulement cinq78 sont revenus « dans les fourgons de l’étranger » en 1814). Ces émigrés amnistiés ont formé le gros des vingt-neuf « abstinants », qui, à l’exemple du marquis de Saint-Mauris-Chastenois, mirent leur point d’honneur à « végét[er] dans l’obscurité » en « refusant ou éludant toutes places, grades, services et emplois quelconques »79. Dans le même esprit, le comte de La Fruglaye « passa l’Empire à dessécher des terres » dans le Léon « tout en classant des minéraux »80, et le baron de Frénilly consacra les six premières années du siècle à replanter le parc de Bourneville et y relever l’élevage des mérinos81. En Saône-et-Loire, le marquis de Mac Mahon était tenu pour un « partisan zélé des Bourbons »82, tandis qu’en Ardèche, le comte de Vogüé persista à fourbir ses armes, en animant la résistance royaliste dans ce bastion de la Contre-Révolution militante que constituaient les environs d’Aubenas83. Il convient, au demeurant, de ne pas se laisser abuser par certaines intransigeances ostentatoires, tant il était coutumier, dans nombre de familles, d’entretenir deux fers au feu : si Bailly de Fresnay et Vassinhac d’Imécourt rejetèrent hautement les avances préfectorales, le père du premier accepta de siéger au conseil général de la Mayenne, tandis que le frère du second fut attaché au maréchal Lefebvre en qualité d’aide de camp84.

  • 85 B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux, l’aristocratie au XIXe s (...)
  • 86 « Le colonel-duc d’Esclignac. Notice biographique et Souvenirs de campagne », dans Mémoires sur les (...)
  • 87 R. Bargeton, P. Bougard, B. Le Clère, P.-F. Pinaud, Les Préfets du 11 ventôse an VIII au 4 septembr (...)
  • 88 M. Roche et M. Vernes, Dictionnaire biographique..., op. cit., p. 106.
  • 89 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France..., op. cit., pp. 289-290.
  • 90 R. Drago, J. Imbert, J. Tulard et F. Monnier, Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’Ét (...)
  • 91 A. N., BB30 1034 : requête à Napoléon, 5 janvier 1810. Les majuscules figurent telles quelles dans (...)

22À l’opposé, seulement dix pairs de 1827 (et les pères de deux autres) ont activement servi (parfois même dans des postes éminents) le régime impérial : la gloire militaire n’a attiré que quatre d’entre eux — outre Soult et d’Andlau, déjà signalés, le prince Pierre d’Arenberg, qui intégra Saint-Cyr en 1808, en sortit sous-lieutenant dans un régiment de chevau-légers commandé par son frère aîné, avant d’être promu, en juillet 1811, capitaine des gardes et officier d’ordonnance de Napoléon85, et Preissac d’Esclignac, qui, jeune sous-lieutenant des gardes du corps de Charles IV d’Espagne, rallia la cause française après l’entrée de Joseph Bonaparte à Madrid et fit toutes les campagnes ultérieures sous l’aigle impérial86 —, ainsi que le père de Champion de Nansouty, général et ancien condisciple de Bonaparte à Brienne, et celui de Lur-Saluces, qui ne monta pas plus haut que le grade de colonel. Outre celui-ci, d’Andlau, Baude de La Vieuville et Kergariou ont été honorés d’un brevet de chambellan. Les deux derniers ont ensuite intégré le corps préfectoral87, tandis que le ci-devant conseiller Chifflet acceptait en 1811 la présidence de la cour d’appel de Besançon88. En sa qualité de banquier, Ollivier fut nommé régent de la Banque de France en 180689, et Roullet de La Bouillerie, qui avait poursuivi sans faillir sa carrière de receveur général des contributions militaires, devint cumulativement, entre décembre 1809 et janvier 1811, maître des requêtes au Conseil d’État, trésorier général de la Maison de l’Empereur et trésorier du domaine extraordinaire, fonctions qui lui procuraient pas moins de 85 000 francs annuels et auxquelles furent attachées de lucratives dotations sur le canal du Midi, ainsi qu’en Westphalie et en Illyrie90. Enfin, Riquet de Caraman et Rioult de Neuville sont entrés au Corps législatif (respectivement en 1809 et en 1811) et y sont demeurés jusqu’à l’élection de la Chambre introuvable. Si difficile qu’il soit de préciser la part de l’opportunisme et des convictions dans chacun de ces ralliements, on peut se demander si Hocquart de Turtot fut le seul à avoir fait son deuil des Bourbons, quand, quatre ans avant leur retour, il brigua, avec un bel empressement, un titre de comte d’Empire : se flattant que sa « famille a toujours Servi l’État » et « Désirant » rien moins que de « faire contracter à [sa] postérité, l’obligation de Servir » l’Empereur, alors que lui-même ne remplissait aucune fonction, il n’hésita nullement à lui jurer que seraient ainsi comblés « les Vœux d’un français fidèle à Son Prince et à Son Auguste Dynastie, et dont tous les Intérets Seront dévoues [...] à l’accomplissement de Sa gloire »91.

  • 92 A. D. Cher, 23 M 8 : état des conseillers municipaux de l’arrondissement de Bourges (1800-1814).
  • 93 A. D. Cher, 25 M 35 : minute informelle d’un rapport sur les contribuables les plus imposés du Cher (...)
  • 94 A. D. Cher, 21 M 1 : le préfet du Cher au ministre de l’Intérieur, 26 juillet 1810.
  • 95 A. N., F1bII Cher 4 : liste des maires et adjoints du Cher à la nomination du préfet, 10 septembre (...)
  • 96 [R. Alissan de Chazet], Mémoires posthumes, lettres et pièces authentiques touchant la vie et la mo (...)
  • 97 R. d’Amat, « Albon (André-Suzanne d’) », Dictionnaire de biographie française, t. I, Paris, Letouze (...)
  • 98 du Botdéru (Morbihan, depuis 1809), Calvière (Gard), Hofflize (Moselle, depuis 1805), Mostuéjouls ( (...)
  • 99 Panisse-Passis, qui siégeait aussi au conseil municipal de Marseille.
  • 100 Beaurepaire à Beaurepaire (Saône-et-Loire) et du Bois de Maquillé au PlessisMacé (Maine-et-Loire) d (...)
  • 101 Forbin des Issarts à Avignon (Vaucluse), Sarret de Coussergues à Montblanc (Hérault), Urre à Tain ( (...)
  • 102 Grands notables..., op. cit., t. V : Drôme, par G. Roch, p. 197.
  • 103 Selon une expression de C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. I, p. 508.

23Par ailleurs, dix-huit pairs ont cédé aux instances des préfets napoléoniens en endossant des responsabilités locales, soit parce qu’ils les considéraient comme peu compromettantes, soit parce qu’elles leur permettaient de donner le change. Ainsi, le comte Philippe-Armand de Bonneval, que son rang de onzième contribuable du Cher ne laissait pas de désigner à l’attention des autorités, borna initialement sa bonne volonté à siéger au conseil municipal de la petite commune de Plaimpied, entre le 29 avril 1800 et le 28 mai 180T92, et ne paraissait guère « s’être disposé » à exercer d’autres fonctions93 ; or, rien n’est moins sûr que son « attachement au gouvernement » ne donnât plus lieu au doute quand le préfet lui confia, en 1810, la présidence de l’assemblée électorale du canton de Dun-sur-Auron94, puis le nomma, deux ans plus tard, conseiller municipal de Bourges et maire de Thaumiers95 : l’intéressé appartenait déjà à la bannière berrichonne des Chevaliers de la Foi, qui, sous les ordres du comte de Rivière, ourdissait « le triomphe de la cause royale »96, en noyautant toutes les institutions locales et départementales. Les autres édiles étaient-ils aussi des monarchistes de l’ombre ? En sus du comte d’Albon, à la fois conseiller général du Rhône et maire de Lyon, depuis 1812, et qui, le moment venu, laissa éclater son zèle antibonapartiste97, se trouvaient en fonction à la chute de l’Empire six conseillers généraux98, un conseiller d’arrondissement99, sept maires de villages100 et trois conseillers municipaux101. Si le comte d’Urre n’honora jamais de sa présence les sessions du conseil d’arrondissement de Valence, où les préfets de la Drôme le maintinrent dix ans durant, avant que l’un d’eux se décidât, en 1813, à le rétrograder au conseil municipal de Tain-l’Ermitage102, la quasi-totalité de ceux qui ont alors entamé le « cursus honorum »103 des responsabilités locales semblent en avoir accepté les règles — à commencer par celle de la tutelle préfectorale — et ont continué de s’y conformer sous la Restauration.

  • 104 E. de Las-Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, Paris, Éditions du Seuil, 1968, t. I, p. 771.
  • 105 R. Bargeton, P. Bougard, B. Le Clère, P.-F. Pinaud, Les Préfets..., op. cit., pp. 44 et 172.
  • 106 M. Roche et M. Vernes, Dictionnaire biographique..., op. cit., p. 106.
  • 107 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France..., op. cit., pp. 287-288.
  • 108 E. Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l’Alsace depuis les temps les plus r (...)

24Le retour des Bourbons provoqua des revirements qui n’échappèrent pas à la sagacité du rédacteur du Dictionnaire des girouettes. Le moins spectaculaire ne fut pas celui de Roullet de La Bouillerie, qui livra au comte d’Artois « des dizaines de millions » appartenant à Napoléon, ce dont l’intéressé lui conserva quelque rancune jusque dans son exil de Sainte-Hélène104. Baude de La Vieuville et Kergariou furent maintenus dans leurs préfectures du Haut-Rhin et d’Indre-et-Loire105, et Chifflet dans ses fonctions de président de la cour, ci-devant impériale, de Besançon106. Le régent Ollivier fut d’autant moins inquiété que son épouse cousinait avec la très influente duchesse de Duras107. Quant au comte d’Andlau, dont Napoléon avait fait tour à tour le premier écuyer de l’Impératrice Joséphine et l’un de ses officiers d’ordonnance, et qui venait à peine de s’illustrer, pendant la campagne de France, à la tête d’un escadron de gardes d’honneur, il intégra sans encombre les gardes du corps, puis les mousquetaires108.

  • 109 Grands notables..., op. cit., t. I : Ardèche, par G. Peyron-Montagnon, p. 120.
  • 110 Grands notables..., op. cit., t. VI : Bouches-du-Rhône, par l’abbé P. Gueyraud, p. 215.
  • 111 E. Daudet, La Terreur blanche. Episodes et souvenirs de la réaction dans le Midi en 1815 d’après de (...)
  • 112 P. Joutard, La Légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, pp. 296-297
  • 113 Grands notables..., op. cit., t. IX : Maine-et-Loire, par R. Lauvrière, p. 204.
  • 114 A. de Suzannet, Notes généalogiques et biographiques sur la famille Suzannet, Lausanne, Imprimeries (...)
  • 115 P.-J. Levot, Biographie bretonne, Recueil de notices sur tous les Bretons qui se sont fait un nom.. (...)
  • 116 Chanoine G.-A. Simon, Histoire généalogique des Clérel seigneurs de Rampan, Tocqueville... 1066-195 (...)
  • 117 Baron de Frénilly, Mémoires..., op. cit., pp. 296, 300-308, 310-313.
  • 118 R. d’Amat, « Esclignac (Charles-Philippe [...] de Preissac d’) », Dictionnaire de biographie frança (...)

25A ce titre, il accompagna Louis XVIII dans son voyage de Gand, à l’instar du prince de Croÿ-Solre, du marquis de Conflans, des comtes de Forbin des Issarts, de Sesmaisons et de Vassinhac d’Imécourt, tandis que le comte de Bouillé emboîtait le pas de Monsieur. Dans le même temps, le comte de Vogüé a marché sur Privas pour rétablir le préfet révoqué109, le comte de Panisse-Passis rejoignit le duc d’Angoulême, avant de se réfugier à Turin110, le marquis de Calvière et le comte de Bernis son beau-frère firent le coup de feu dans le Gard111 — ce dernier, qui fut destitué de ses pouvoirs exceptionnels par suite des excès de la « terreur blanche » à Nîmes, est même passé dans la mémoire paysanne comme un massacreur de « camisards », auxquels celle-ci a assimilé les bonapartistes112. « À la tête d’une poignée de paysans médiocrement armés », du Bois de Maquillé s’empara du Lion d’Angers113, tandis que Sapinaud de La Rairie et le père de Suzannet soulevèrent derechef la Vendée aux côtés du comte d’Autichamp114. Parmi les préfets, si Baude de La Vieuville fut démis de ses fonctions, Kergariou quitta Strasbourg pour se retirer à Versailles115, tandis que Clérel de Tocqueville s’efforça « d’organiser la résistance » dans le Maine-et-Loire116. Le baron de Frénilly, qui n’avait pas antérieurement émigré, s’avisa de réparer cette carence en prenant le chemin de l’Angleterre et le temps d’y publier ses fort critiques Considérations sur une année de l’histoire de France, qui firent « assez de bruit pour [lui] fermer l’Académie française »117. Inversement, outre Soult, qui accepta de Napoléon les titres de pair et de major-général de l’armée, seul Preissac d’Esclignac, qui s’était déjà signalé par son ralliement à la France impériale lors de la déposition des Bourbons d’Espagne en 1808, reprit du service sous les aigles et fut blessé « d’un coup de lance et de deux coups de sabre » à Waterloo118.

  • 119 Dans l’ordre de leur promotion : les marquis de Courtavel et des Monstiers de Mérinville (1814), le (...)
  • 120 Dans l’ordre de leur promotion : le marquis de Mac-Mahon (1791), les comtes d’Albon, de Caraman, d’ (...)
  • 121 Almanach royal pour l’an M DCCC XXVII, Paris, chez A. Guyot et Scribe, 1827, pp. 71-72.
  • 122 Par ordre d’ancienneté : le marquis de Lévis-Mirepoix, le comte de Choiseul, les marquis de Radepon (...)

26Une fois refermée la parenthèse des Cent jours, plusieurs de nos pairs ont reçu la récompense de leur attachement à la monarchie : abstraction faite de deux maréchaux, Soult et le prince de Hohenlohe-Bartenstein, on dénombrait dans leurs rangs en 1827 un contre-amiral (Sarret de Coussergues), six lieutenants-généraux119 et dix-huit maréchaux de camp120, pour la plupart à titre honoraire, sans oublier douze officiers de différents grades, dont quelques-uns étaient encore en service actif. À cette même date, la Maison militaire du Roi n’employait que le marquis de Conflans et le comte de Bouillé, comme aides de camp de Charles X, et le prince de Croÿ-Solre, comme capitaine d’une compagnie de gardes du corps121. À la Maison civile, seuls les marquis de Gourgue et de Monteynard avaient rang de gentilhomme de la Chambre, tandis que quatorze autres pairs se contentaient d’un brevet de gentilhomme honoraire122.

  • 123 R. Drago, J. Imbert, J. Tulard et F. Monnier, Dictionnaire biographique..., op. cit., pp. 179, 226- (...)
  • 124 Baude de La Vieuville, Clérel de Tocqueville et Kergariou.
  • 125 Villèle, Mémoires et correspondance, op. cit., t. V, p. 314 : Villèle à son fils, Paris, 3 janvier (...)
  • 126 Aux électeurs de Loir-et-Cher, par un électeur, Blois, 1821.

27Hors du Conseil d’Etat, où, pour des raisons éminemment politiques, le ci-devant président Perreney de Grosbois, le marquis de Gourgue, le comte de Kergariou, le vicomte de Castelbajac, le comte de Forbin des Issarts, le comte de Tocqueville, le baron de Frénilly123 avaient tour à tour rejoint Roullet de La Bouillerie, lequel fut par ailleurs promu intendant général de la Maison du Roi le 23 mai 1827, la présence de nos pairs dans les grands corps de l’État s’avérait assez mince : outre Castelbajac, qui, en 1824, avait troqué la Direction des Haras, de l’Agriculture et du Commerce pour la Direction générale des Douanes, on ne comptait que trois préfets124, dont deux étaient aussi conseillers d’Etat, un gouverneur de la Martinique (le comte de Bouillé) et un haut magistrat (l’inamovible président Chifflet) – soit pas plus de onze dignitaires civils, qui, à deux exceptions près (Bouillé et Tocqueville), détenaient en outre un mandat législatif. Car, pour beaucoup de nos pairs, c’est surtout l’engagement politique qui a tenu lieu de « service du Roi » : sur les dix-huit élus à la « Chambre introuvable », seuls Montmorency-Tancarville et Bernis furent ensuite constamment reconduits ; les mandats du comte d’Albon et de Perreney de Grosbois se sont respectivement achevés en 1816 et en 1820 ; et pour autant que Beaurepaire et Castelbajac retrouvèrent les bancs de la Chambre dès 1819, les douze autres ne les y ont rejoints qu’après l’instauration du double vote en 1820. Sur les trente-sept parlementaires qui sont passés du palais Bourbon à celui du Luxembourg en 1827, vingt-et-un n’avaient donc pas siégé dans la « Chambre introuvable », ce qui n’altérait nullement leur villélisme. Il est vrai que certains promus comptaient parmi les bons amis de Villèle, comme Castelbajac, dont il avait appuyé la candidature en Haute-Garonne, en 1821, ou La Panouse, chez qui il s’installa après sa chute en 1828125. Si beaucoup, à l’instar du marquis de Courtavel, dont un détracteur anonyme railla « le silence éloquent »126, demeurèrent dans la pénombre de la tribune, quelques-uns s’illustrèrent comme des ténors de l’ultracisme : outre Castelbajac et Fauveau de Frénilly, qui participèrent à la fondation du Conservateur, en 1818, comment ne pas évoquer le comte Louis-Humbert de Sesmaisons, qui collabora régulièrement à La Quotidienne, et le comte Forbin des Issarts, qui appela en duel Benjamin Constant ?

  • 127 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 276.
  • 128 L. de Bonald, Observations sur le dernier ouvrage de Madame de Staël, Paris, Le Clere, 1818, p. 45.

28Au total, l’expérience parlementaire d’une majorité de pairs de la « fournée Villèle » ne constitue pas la moindre caractéristique de leur « profil » : alors que la proportion d’anciens députés sur la totalité des pairs de la Restauration n’excéderait pas 17,57 %, d’après les calculs d’E. de Waresquiel127, elle s’élève à pas moins de 54,92 % parmi les « soixante-et-onze ». À cette aune, ils pouvaient donc être regardés comme l’avant garde de cette « milice politique dont le Roi était le chef », conformément à la vocation que Bonald avait assignée au ci-devant second ordre128.

Des puissances exclusivement départementales ?

  • 129 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 273.
  • 130 C.-M. d’Irumberry, comte de Salaberry, Souvenirs politiques sur la Restauration 1821-1830, Paris, A (...)

29Or, autant sinon plus que leur ultraroyalisme de combat, c’est l’origine provinciale de la plupart des nouveaux pairs qui a suscité les critiques les plus acerbes, tant des libéraux que de la contre-opposition royaliste129. Sans doute était-ce là une tare irrémédiable, pour tous ceux qui réduisaient l’excellence à Paris. À l’inverse, les royalistes fondaient la légitimité aristocratique sur la puissance des ancrages territoriaux et de l’influence qui en découlait : le comte de Salaberry, par exemple, ne refusait-il pas à la plupart des premiers pairs la qualité de « patriciens nationaux », faute de posséder « la condition de grands propriétaires fonciers »130 ? Deux questions se posent donc, à ce stade de notre étude : les « soixante-et-onze » n’étaient-ils vraiment que des « hobereaux » aux horizons bornés et insolubles dans une aristocratie d’ampleur nationale ? Étaient-ils, du seul fait de leurs assises foncières et de leurs fonctions nationales, à même de jouer les interfaces entre la Cour et le pays ?

  • 131 Le comte de Bouille.
  • 132 Berghes-Saint-Vinocq, Hohenlohe-Bartenstein, Lévis-Mirepoix, Preissac d’Esclignac.
  • 133 Andlau, Arenberg, du Bosc de Radepont, Budes de Guébriant, Champion de Nansouty, Choiseul, Colbert- (...)
  • 134 Le comte de Pierre de Bernis.
  • 135 Montmorency-Tancarville, Riquet de Caraman, Rougé.

30L’examen des lieux de naissance nous semble utile pour relativiser l’identité provinciale du groupe : abstraction faite d’un originaire de la Martinique131 et de quatre natifs de l’étranger (dont un du fait de l’émigration de ses parents)132, quarante-quatre pairs ont vu le jour dans les profondeurs du royaume, dont pas moins de douze dans une capitale provinciale, trois dans une ville épiscopale et huit dans une agglomération de moindre lustre ; les « campagnards » étaient donc très minoritaires (26,76 % de l’effectif) et, sur leur nombre, nous n’en avons compté que dix qui ont poussé leur premier cri dans le château qui constituait leur résidence principale en 1827. En revanche, le fait que dix-huit soient nés à Paris133, un à Versailles134 et trois autres dans le reste de l’Ile-de-France135 indique une proportion significative (31 %) de familles déjà captées, à un titre ou à un autre, par la Cour et par la capitale. Au demeurant, parmi les provinciaux, plusieurs sont « montés » à Versailles, dès leur jeune âge, pour être attachés aux pages ou aux gardes, et ne sauraient donc être tenus pour ignorants des réalités mondaines.

31Autre trait révélateur d’une intégration aristocratique moins étroite qu’on ne l’a assuré, le palais du Luxembourg tenait lieu de cercle de famille pour trente pairs (soit 42,25 %), qui y ont retrouvé au moins un de leurs parents : le marquis de Durfort-Civrac y a rejoint son père, qui siégeait depuis 1814, les comtes du Botdéru, de Choiseul et de Sainte-Aldegonde, de même que le marquis de Monteynard, leur beau-père ; les marquis de Courtavel et de Montmorency-Tancarville, les comtes de Kergorlay, de Rougé et de Vogüé, ainsi que le vicomte de Sainte-Maure-Montausier y avaient été devancés par leur frère, le comte de Caraman par son frère aîné et par son gendre, les marquis de Radepont et Savary de Lancosme, ainsi que le comte de Tocqueville, par un beau-frère, le prince de Croÿ-Solre et les marquis de Calvière et de Conflans, non seulement par un beau-frère, mais aussi par leur beau-père ; nous ferons grâce au lecteur de l’énumération complète des proches cousinages qui renforçaient en l’élargissant l’écheveau des parentés.

  • 136 J.-P. Labatut, Les Ducs et pairs de France au XVIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 197 (...)
  • 137 A. N., BB30 1110 : conclusions du référendaire Desisles-Bérard au sujet du majorat demandé par le c (...)
  • 138 A. N., BB30 1016 : état des biens personnels de la marquise de Durfort-Civrac, 5 janvier 1829 ; déc (...)
  • 139 A. N., BB30 1075 : rapport du référendaire de Mérainville, 13 juin 1828 ; Grands notables..., t. VI (...)
  • 140 A. N., BB30 1093 : rapport du référendaire de Bray de Valfresne, 9 juin 1829.
  • 141 A. N., BB30 1053, dossier Lévis : rapport du référendaire Belliard, 5 février 1829 ; acte d’homolog (...)
  • 142 Ibid., dossier Lévis-Mirepoix : déclaration de fortune du marquis de LévisMirepoix, 27 novembre 182 (...)
  • 143 A. N., BE30 642 : Commission du Sceau, séance du 17 mai 1828 ; C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée (...)

32L’étude des échelles d’implantation patrimoniale contribue encore à nuancer l’image par trop provinciale qui a souvent été donnée du groupe. Nous n’avons compté que vingt-sept pairs (soit 38 %) possessionnés dans un seul département ; dix-sept jouissaient d’une assise régionale — nous entendons par là que leurs domaines étaient situés dans deux, trois, voire quatre départements limitrophes ou appartenant à la même aire géographique —, tandis que dix-huit autres possédaient des biens-fonds dont la dissémination territoriale constituait, depuis l’Ancien Régime, l’une des caractéristiques de la « société de grandeur »136 : quoique séparé de biens d’avec son épouse, Baude de La Vieuville ne se désintéressait pas plus des domaines lorrains de celle-ci que de ses héritages armoricains137 ; les possessions du marquis de Durfort-Civrac étaient écartelées entre le Maine-et-Loire et le Doubs138, celles du marquis de Panisse-Passis entre les Bouches-du-Rhône, le Var et la Seine-Inférieure139, celles du comte de Rougé entre les Ardennes, la Somme, les Côtes-du-Nord et le Morbihan140 ; le marquis de Lévis-Gaudiez était imposé dans cinq départements (la Saône-et-Loire, l’Isère, le Lot-et-Garonne, l’Aude et l’Ariège)141, son cousin de la branche de Mirepoix dans pas moins de six, de la Seine à l’Ariège, en passant par l’Ailier, la Loire, l’Aude et la Haute-Garonne142, etc. Enfin, cinq pairs (non compris le prince de Hohenlohe) se signalaient par la dimension internationale de leur fortune foncière ; le prince d’Arenberg les surclassait par la possession de quelque 3 502 hectares dans trois départements du massif jurassien et de la terre de Lallaing dans le Nord, lui rapportant ensemble 115 338 francs nets d’impôt en 1828, sans préjudice d’un hôtel à Paris, d’un hôtel et d’une maison à Bruxelles et de plusieurs domaines dans l’actuelle Belgique143.

  • 144 H. Dulac, Almanach des 25 000 adresses des principaux habitans de Paris pour l’année 1827, Paris, 1 (...)

33Indépendamment de l’envergure géographique de leur patrimoine foncier, il n’est pas sans intérêt de relever que cinquante-deux pairs disposaient d’une adresse parisienne, se réduisît-elle à un simple pied-à-terre. Si, conformément à la logique, le prince d’Arenberg, le prince de Croÿ, le marquis de Lévis-Mirepoix, les comtes de Caraman, de Choiseul et de Colbert-Chabanais tenaient hôtel dans le « noble Faubourg », c’est au Faubourg Saint-Honoré que résidaient les comtes Hocquart de Turtot, d’Hofflize et de La Panouse, le marquis de Radepont étant installé rue Saint-Lazare et le régent Ollivier se trouvant presque esseulé rue du Faubourg-Montmartre144.

  • 145 Arenberg, Budes de Guébriant, Champion de Nansouty, Hocquart de Turtot, La Forest-Divonne, Lévis-Ga (...)
  • 146 Berghes-Saint-Vinocq, Bouillé, Choiseul, Clérel de Tocqueville (par ailleurs conseiller d’État), Co (...)
  • 147 Perreney de Vellemont de Grosbois.
  • 148 Albon, Andlau, Bonneval, Dampierre, des Monstiers de Mérinville, PanissePassis, Saint-Mauris-Chaste (...)

34Pour saisir globalement la capacité des uns et des autres à servir d’interface entre la Cour et le pays, nous avons établi une échelle d’aptitude, étalonnée sur leur appartenance disjointe ou conjuguée à des instances d’administration locale et à des structures de rayonnement national (la Cour et le Conseil d’Etat, au premier chef), la députation pouvant être regardée comme « hybride », de par sa vertu de pouvoir intermédiaire. Il en ressort, exclusion faite du prince de Hohenlohe-Bartenstein et des jeunes Lur-Saluces et Suzannet, qu’à la veille de leur élévation, dix pairs145 étaient dépourvus des premières comme des secondes ; huit146 disposaient d’une charge de Cour, et un neuvième147 d’un fauteuil au Conseil d’Etat, sans exercer ni responsabilité locale, ni mandat législatif ; dix148 ne remplissaient de fonctions que dans le cadre de leur département ; enfin, pas moins de trente-neuf jouissaient complémentairement de positions locales et nationales : en sus d’un simple député, vingt-trois se partageaient entre le Palais-Bourbon et une instance d’administration territoriale, dont un (Ollivier) était en outre régent de la Banque de France ; sur les six députés siégeant aussi au Conseil d’État, trois détenaient un brevet de gentilhomme de la Chambre ; deux députés sans autre fonction locale, cinq députés et conseillers généraux et deux simples conseillers généraux pouvaient en outre se prévaloir d’une attache curiale, fût-ce à titre honoraire.

  • 149 Selon lui, seulement quatre nominations « ne correspondent pas au schéma villéliste » (Un groupe d’ (...)
  • 150 Duc de Broglie, Souvenirs..., op. cit., t. III, p. 404.
  • 151 Baude de La Vieuville (Ille-et-Vilaine), Castelbajac (Haute-Garonne), Croÿ-Solre (Somme), Fauveau d (...)
  • 152 Bailly de Fresnay (Mayenne), Beaurepaire (Saône-et-Loire), du Bois de Maquillé (Maine-et-Loire), du (...)
  • 153 En outre : du Botdéru (Plouay), Courtavel (Baillou), Durfort-Civrac (Beaupréau), Froissard (Bersail (...)
  • 154 Du Bois de Maquillé (Angers), Sarret de Coussergues (Montblanc).
  • 155 Binet fils aîné, Annuaire statistique du département de la Somme, Paris, Gautier-Laguionnie, 1827, (...)

35Tous comptes faits, quarante-neuf des promus de 1827 (soit 64,47 % de la « fournée », évêques inclus) étaient politiquement enracinés dans quarante-trois départements (dont treize étaient distants de 300 à 600 kilomètres de Paris, et douze encore plus éloignés) et nous semblent mériter stricto sensu la désignation de « pairs départementaux », qu’E. de Waresquiel a généreusement appliquée à la quasi-totalité du groupe149. Ceux que Villèle avait choisis « dans la défroque de la Chambre dissoute », selon le mot aimable du duc de Broglie150, étaient en majorité, au nombre de trente-sept. Encore huit d’entre eux n’avaient-ils d’ancrage local qu’au travers de leur mandat législatif151 (celui du baron de Frénilly, député de l’arrondissement de Savenay, était même d’autant plus relatif qu’il n’y possédait pas le moindre arpent). En revanche, vingt-huit autres députés siégeaient aussi dans un conseil général152, et, sur ce nombre, sept y ajoutaient une mairie généralement modeste (la plus importante étant Chinon, aux mains du comte Ruzé d’Effiat depuis 1816)153 et deux un simple siège de conseiller municipal154 ; un vingt-neuvième, le comte de Rougé, se contentait de siéger dans le conseil d’arrondissement de Montdidier, du fait de la présence de son frère aîné au conseil général de la Somme155.

Carte : implantation politique des « pairs départementaux ».

  • 156 Le comte d’Andlau, maire de Verderonne (Oise).
  • 157 Le marquis de Dampierre, conseiller de l’arrondissement d’Agen (Lot-et-Garonne).
  • 158 Albon (Rhône), Bonneval (Cher), du Bosc de Radepont (Eure), des Monstiers de Mérinville (Haute-Vien (...)

36Parmi ceux qui n’ont parcouru qu’une carrière locale avant leur accession à la pairie, on distingue un premier magistrat de village156, un conseiller d’arrondissement157 et dix conseillers généraux158, dont trois arboraient en outre une écharpe de maire : le comte Philippe-Armand de Bonneval, porté à la tête de la « bonne ville » de Bourges dès l’avènement de Charles X, le comte de Sainte-Aldegonde et le marquis des Monstiers de Mérinville, en leur qualité de châtelain de Villequier-Aumont, dans l’Aisne, et de Nouic, dans la Haute-Vienne.

Tableau no 3 : Fonctions politiques des pairs de la « fournée Villèle » à la veille de leur élévation.

Tableau no 3 : Fonctions politiques des pairs de la « fournée Villèle » à la veille de leur élévation.
  • 159 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 276.
  • 160 D. Higgs, Ultraroyalism in Toulouse from its origins to the revolution of 1830, Baltimore-Londres, (...)

37Au total, la présence de trente-huit conseillers généraux dans la « fournée Villèle » ne constitue pas la plus anodine de ses spécificités. Il s’agit là d’une proportion 1,84 fois supérieure à celle qu’E. de Waresquiel a calculée pour la totalité des pairs laïcs de la Restauration (53,52 % contre 29,06 %159) et tout à fait emblématique de l’appétence de l’ancienne noblesse pour les conseils généraux, en qui celle-ci se plaisait à voir la réminiscence des Etats provinciaux déchus160, et au sein desquels le zèle de maints préfets lui a conféré des positions de domination et d’influence globalement très supérieures à celles dont elle bénéficiait avant 1789.

  • 161 B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux..., op. cit., p. 303.

38Il est encore plus significatif que, si les titulaires de mairies ont abandonné celles-ci après leur élévation à la pairie, les membres des conseils généraux (à la seule exception d’Ollivier) n’ont pas jugé incompatible avec leur dignité nouvelle d’y demeurer — le prince d’Arenberg est même entré dans celui du Jura le 21 juillet 1829161.

  • 162 A. Chéron et G. de Sarret de Coussergues, Une seigneurie en Bas-Languedoc..., op. cit., pp. 114-115
  • 163 R. Baury, art. cité, pp. 50 et 52.

39Leur poids politique n’a pu que profiter de ce double ancrage : non seulement, leur présence au Luxembourg n’a pas laissé de conforter leur ascendant dans les instances départementales, a fortiori là où ne siégeait nul autre pair, mais elle leur a permis d’œuvrer à l’avancement des dossiers locaux qui leur tenaient à cœur, notamment ceux d’aménagement du territoire : Sarret de Coussergues plaida en faveur de l’assèchement des étangs de Vendres et de Capestang, engagé par les Etats de Languedoc et interrompu par la Révolution162 ; le comte de Bonneval, qui, au conseil général du Cher, s’était signalé par son opiniâtreté à réclamer le détournement de la route royale no 153 par sa terre de Thaumiers, se trouva tout naturellement désigné pour rapporter, devant la Chambre des Pairs, le projet de loi autorisant son département à lever, pendant six années consécutives, cinq centimes additionnels au principal des quatre contributions directes, afin de hâter l’achèvement des chantiers de routes163.

  • 164 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. I, p. 55.

40Défenseurs des intérêts départementaux à Paris, ceux des pairs de la « fournée Villèle » qui étaient politiquement enracinés dans les provinces avaient réciproquement vocation à être des relais d’opinion auprès du « pays réel », en prônant la fidélité au Roi et la soumission au gouvernement : la plupart n’avaient-ils pas été choisis parce que leur emprise sur le sol se doublait d’une influence supposée décisive sur les hommes ? Toutefois, celle-ci semble avoir été des plus variables, en fonction des lieux, de la personnalité des intéressés et de leur capacité à faire fructifier un capital social préexistant à leur implication dans les affaires locales, sinon à leur naissance. À l’évidence, le prince Pierre d’Arenberg n’avait nul besoin d’endosser le rôle de conseiller général pour affirmer son ascendant dans le Jura et ses abords : le prestige de son nom et des maisons dont il était le continuateur, son ubiquité cosmopolite et l’étendue de son assise foncière suffisaient à affirmer sa notoriété ; une escouade de régisseurs, de notaires et de prêtres contribuait à relayer son autorité dans pas moins de soixante-douze communes, réparties entre vingt-trois cantons, sept arrondissements et trois départements164. En revanche, l’exercice des fonctions publiques à l’échelon départemental, même quand il était légitimé par le précédent d’un ancêtre, s’est avéré, pour les pairs de bonne souche provinciale, une source non négligeable de considération et de rayonnement.

  • 165 Grands notables..., op. cit., t. XXI : Indre, par G. Catherine-Joffrion, D. Bernard et J. Tournaire (...)
  • 166 Cité par E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 281.
  • 167 Grands notables..., op. cit., t. IV : Jura, par C.-I. Brelot, p. 30.
  • 168 F.-J. Verger, Archives curieuses de la ville de Nantes et des départements de l’Ouest..., Nantes-Pa (...)
  • 169 L. Girard, La Garde nationale (1814-1871), Paris, Plon, 1964, pp. 361-362.
  • 170 Il semble, au vu des listes de sociétaires publiées par les annuaires départementaux, que le comte (...)
  • 171 P.-J. Levot, Biographie bretonne..., op. cit., t. II, p. 100.
  • 172 Annuaire du département de l’Eure pour l’année 1829, Evreux, Ancelle fils, 1829, p. 241.
  • 173 B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux..., op. cit., p. 303.

41Reste qu’il n’est pas aisé de déterminer si tous nos pairs enracinés ont su tirer parti de leur prééminence départementale pour accroître leur influence au-delà des salons qu’ils fréquentaient et des communes où ils étaient possessionnés, et se constituer des clientèles pénétrant l’épaisseur du corps social. Le préfet de l’Indre qui, en 1822, signalait la forte « influence » qu’exerçait le marquis Savary de Lancosme « sur la noblesse » du département165, déplorait, un an plus tôt, que les grands propriétaires issus des rangs de celle-ci s’abstinssent de « capter les suffrages de la classe plébéienne »166. En revanche, le marquis de Froissard, fort d’une assise foncière de quelque 1 200 hectares, paraît avoir réussi à constituer, en liaison avec le marquis de Vaulchier du Deschaux, un actif réseau ultra dans le nord-ouest du Jura, entre Dole et Poligny167. Quant au comte Humbert de Sesmaisons, ses « connaissances variées » et « le charme de sa conversation » ont, semble-t-il, suffi à lui donner « beaucoup d’influence sur les personnes qu’il voyait habituellement », y compris « les premiers fonctionnaires » de la Loire-Inférieure, qui « subissaient cette influence sans qu’ils s’en aperçussent »168. Au demeurant, la noblesse ne manquait nullement de vecteurs de rayonnement social et politique, en dehors même des instances administratives, à commencer par les gardes nationales, dont les fonctions d’officier, pourvues par élection, lui procuraient l’occasion de se faire estimer des simples bourgeois : le comte de Bonneval à Bourges, dès avant la chute de l’Empire, le comte d’Hofflize à Nancy, en 1815, le marquis de Beaurepaire, comme commandant des gardes nationales à cheval de l’arrondissement de Louhans, le marquis Bailly de Fresnay, le marquis de Montmorency-Tancarville, le comte de Panisse-Passis et le marquis de Saint-Mauris-Chastenois, comme inspecteurs généraux des gardes nationales de la Mayenne, de la Seine-Inférieure, de Marseille et de la Haute-Saône, en ont retiré un appréciable surcroît de notoriété et de crédit ; mais, Louis Girard a justement remarqué que, faute de bénéficier de « la permanence de ce qui relève de l’État », ces corps ne furent voués qu’à « une vitalité intermittente »169. En revanche, plusieurs de nos pairs sont restés en retrait des sociétés d’agriculture et des sociétés savantes, qui se formaient ou se reconstituaient dans chaque département170 : outre le comte de La Fruglaye, qui enrichit le Muséum de Paris de ses trouvailles minéralogiques171, ont fait exception à cette règle le marquis de Radepont, membre correspondant de la Société d’agriculture, sciences et arts de l’Eure172, et le prince d’Arenberg qui rejoignit la Société d’émulation du Jura en novembre 1829173.

  • 174 A. Lardier, Histoire biographique..., op. cit., deuxième partie, pp. 184-185.
  • 175 A. Chéron et G. de Sarret de Coussergues, Une seigneurie en Bas-Languedoc..., op. cit., pp. 113-114
  • 176 R. Baury, art. cité, p. 52.
  • 177 B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux..., op. cit., pp. 302-303

42Restait la vigueur du patronage personnel — d’homme à homme —, dont, sans doute, aucun pair départemental ne mésestimait la valeur pour négliger de jouer de sa position en faveur de ses obligés : le « zèle » du marquis de Tramecourt « à rendre de petits services à ses commettants » était assez connu pour ne point échapper aux sarcasmes de Lardier174 ; lui aussi député sortant, le contre-amiral Sarret de Coussergues continua d’appuyer en haut lieu les sollicitations les plus diverses, que ce fût pour entrer dans la fonction publique, se soustraire à la conscription ou être dispensé d’une amende ou d’une condamnation175 ; par l’entremise du comte de Bonneval, un habitant du Cher a obtenu la justice de paix qu’il briguait, un deuxième une promotion dans le corps des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, un troisième un débit de tabac spécialement créé en sa faveur176 ; le prince d’Arenberg lui-même ne dédaigna pas d’intervenir auprès du ministre des Finances pour soutenir la candidature d’un de ses protégés à l’École forestière de Nancy, ou encore auprès du directeur général des contributions indirectes pour faire attribuer une place de commis à pied à un receveur-buraliste du canton de Lons-le-Saunier177.

43Or, à l’instant fatidique des élections de la fin juin 1830, nombre de ces influences postulées révélèrent leurs limites ; et le comte de Bonneval, qui présidait le collège départemental du Cher, ne fut pas le seul à éprouver le désaveu de son influence, en même temps que la déconvenue partisane de voir la majorité des suffrages se porter sur des candidats anti-ministériels.

En guise de conclusion

44Certes, la « fournée Villèle » ne fut pas sans répercussion sur les équilibres inter-nobiliaires de la Chambre haute : non seulement, les pairs de Cour ont pu, à juste titre, craindre, en même temps que l’altération de leur visibilité politique, un amalgame préjudiciable à leur lustre, mais la part des élites tant créées que « refaites » par Napoléon s’en trouva diminuée (elle passa de 47,87 % à 42,19 %). Ce relatif recul des élites héritières de l’Empire fut précisément la source du malentendu qu’ont aussitôt exploité les libéraux, en criant au retour de l’Ancien Régime : parce que la « fournée Villèle » rompait résolument avec la « fusion des élites » opérée de 1814 à 1819, elle fut dénoncée comme un anachronisme chargé de menaces politiques ; partant, c’est toute la Chambre des pairs qui en a payé le prix, en perdant la faveur de l’opinion publique.

  • 178 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., pp. 310-311.

45Or, la « fournée » des soixante-seize n’en a nullement bousculé les équilibres partisans : cela s’est vérifié d’emblée quand les pairs ne se sont pas opposés à la désignation, par les députés, d’une commission chargée de mettre en accusation le ministère Villèle. Ce fut là le premier signe de faiblesse manifesté par une Chambre haute, qui a progressivement cédé l’initiative et la maîtrise des débats politiques à une Chambre basse, dominée par le centre gauche ; cette évolution s’est principalement traduite par un repli nullement stratégique sur des débats purement techniques178.

  • 179 Selon un mot du duc de Broglie, rapporté par E. de Waresquiel, ibid., p. 229.

46Pour autant, ne peut-on pas voir dans le projet ultra en général et la « fournée Villèle » en particulier, par-delà la réinvention avortée d’une « aristocratie intermédiaire »179 de feudataires moyens, comme une préfiguration de la vocation de la Chambre haute à représenter les pouvoirs et les intérêts locaux ? De par la stature de notables départementaux qu’avaient gagnée la majorité des « soixante-et-onze », en suivant le cursus honorum des responsabilités administratives et politiques, la « fournée Villèle » nous semble pouvoir être regardée, abstraction faite de l’hérédité, comme une matrice du Sénat républicain.

Notes

2 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables. Les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaire de la Restauration 1814-1831, Paris, Fayard, 2006, pp. 112-117 et 153-159. La fournée de 1819 incluait seize réintégrations de pairs déchus en 1815.

3 Le Courrier Français, no 312, 8 novembre 1827.

4 A. de Tocqueville, Œuvres complètes, t. XIII : Correspondance d’Alexis de Tocqueville et de Louis de Kergorlay, vol. 1, Paris, Gallimard, 1977, p. 118 : Tocqueville à Kergorlay, Paris, 23 novembre 1827.

5 Baron de Frénilly, Mémoires 1768-1848. Souvenirs d’un ultraroyaliste, Paris, Perrin, 1987, p. 452.

6 Nous empruntons ces expressions à C.-O. Barbaroux, « Essai sur l’institution et l’influence de la pairie en France », dans A. Lardier, Histoire biographique de la Chambre des Pairs depuis la Restauration jusqu’à l’époque actuelle, Paris, Brissot-Thivars, 1829, p. XXXV.

7 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..op. cit., p. 265.

8 Comte de Villèle, Mémoires et correspondance, Paris, Librairie académique DidierPerrin et Cie, 1888-1890, t. I, p. 257.

9 Ibid., t. V, pp. 38-39.

10 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., pp. 19 et 262.

11 Duc de Broglie, Souvenirs1785-1870, Paris, Calmann-Lévy, 1886, t. III, p. 404.

12 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., pp. 266-271.

13 Cet essai prosopographique repose sur le dépouillement systématique des dossiers examinés par la Commission du Sceau en vue de la constitution des majorats (A. N., série BB30), des annuaires et almanachs départementaux conservés à la Bibliothèque nationale de France, ainsi que des ouvrages suivants : Vicomte A. Révérend, Armorial du Premier Empire. Titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, Paris, H. Champion, 1894-1897, 4 vol. ; et Titres, anoblissements et pairies de la Restauration, Paris, A. Picard, 1901-1906, 6 vol. ; sous la direction de L. Bergeron et G. Chaussinand-Nogaret, Grands notables du Premier Empire. Notices de biographie sociale, Paris, Éditions du C.N.R.S., 28 vol. parus depuis 1978 ; C. Biessy, Répertoire biographique des généraux de l’armée de terre nommés sous la Restauration 1814-1830, s. L, 1975, 4 vol. ; sous la direction d’A. Robert et G. Cougny, Dictionnaire des parlementaires français comprenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres français depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889, Paris, Bourloton, 1889-1891, 5 vol. Nous avons en outre tiré profit d’autres dictionnaires et répertoires, sans préjudice de diverses biographies et monographies, qui seront ponctuellement mentionnés dans les notes.

14 N. Gotteri, Soult maréchal d’Empire et homme d’État, Besançon, La Manufacture, 1991, qui cite, p. 18, le livre de raison de sa fille, la marquise de Mornay.

15 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France nommés sous le Consulat et l’Empire, Genève, Droz, 1974, qui remarque, p. 293, que « ce titre n’apparaît dans aucun acte notarié ni même dans [son] épitaphe ».

16 Ceux-ci formaient ensemble 22,34 % de la promotion du 17 août 1815, 14, 81 % de celle du 23 décembre 1823 et 15,78 % de celle du 5 novembre 1827.

17 Statistique établie d’après le « Dictionnaire biographique des Pairs de France par ordre chronologique de nomination de 1814 à 1830 », publié par E. de Waresquiel, dans Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., pp. 351-428, et les travaux du vicomte Révérend mentionnés à la note 12.

18 Baude de La Vieuville et Fauveau de Frénilly devaient leur qualité à l’acquisition, faite par leur grand père, d’un office de secrétaire du Roi, respectivement en 1739 et en 1740 (L. Boisnard, Elites bretonnes sous l’Empire. Ille-et-Vilaine et Finistère. Dictionnaire biographique, Saint-Malo, 1998, p. 27 ; Vicomte A. Révérend, Titres, anoblissements et pairies..., op. cit., t. III, p. 37). Le père de Roullet de La Bouillerie acquit en 1751 une charge de trésorier de France au Bureau des finances de Tours, dont il reçut les lettres d’honneur en 1777 (L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles de Touraine, Mayenne, Éditions régionales de l’Ouest Yves Floch, 1992, p. 364).

19 Le comte de Choiseul, le prince de Croÿ-Solre, le marquis de Durfort-Civrac, le marquis de Lévis-Gaudiez, le marquis de Lévis-Mirepoix, le prince de MontmorencyTancarville.

20 A. Lardier, Histoire biographique..., op. cit., première partie, p. 150.

21 Vicomte A. Révérend, Armorial du Premier Empire..., op. cit., passim.

22 A. N., BB30 1075 : rapport du référendaire de Bray de Valfresne sur le majorat du comte de La Panouse, 30 mars 1830.

23 Ibid. : rapport du conseiller d’État Pastoret au Garde des Sceaux, 7 août 1829.

24 Ibid. : rapport du référendaire de Bray de Valfresne sur le majorat du comte de La Panouse, 30 mars 1830. Les majuscules figurent telles quelles dans le document.

25 A. N., Minutier central des notaires parisiens, étude XXXIX, liasse 798 : liquidation-partage de la succession du comte de La Panouse, en date du 3 novembre 1837.

26 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables…, op. cit., pp. 281 et 422.

27 Grands notables..., op. cit., t. IV : Haute-Saône, par C.-I. Brelot, p. 121 ; de la même, La Noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1992, t. 1, pp. 44 et 86.

28 A. N., BB30 1053 : déclaration de fortune du marquis de Lévis-Mirepoix, 27 novembre 1827.

29 A. N., BB30 1055 : requête en vue de l’institution du majorat, 18 mars 1828.

30 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. 1, pp. 72 et 76.

31 R. Caisso, La Vente des biens nationaux de seconde origine et les mutations foncières dans le district de Tours (1792-1830), Paris, Bibliothèque Nationale, 1977, p. 22.

32 A. Chéron et G. de Sarret de Coussergues, Une seigneurie en Bas-Languedoc. Coussergues et les Sarret, Bruxelles, Imprimerie Hayet, 1963, pp. 107-108 et 179-189.

33 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée…, op. cit., t. 1, pp. 54-58.

34 A. Lardier, Histoire biographique..., op. cit., deuxième partie, p. 84

35 Préface aux Mémoires du comte de Moré (1758-1837), publiés par la Société d’Histoire contemporaine, Paris, Picard, 1898, pp. 8-10.

36 Grands notables..., op. cit., t. VIII : Loir-et-Cher, par J. Labussière, p. 17.

37 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. 1, p. 87.

38 A. N., BB30 1096 : demande de majorat présentée par le marquis de Saint-MaurisChastenois, 17 avril 1828.

39 A. N., BB30 995 : état détaillé de la fortune du président Chifflet.

40 R. Baury, « Un pair de la “fournée Villèle” : le comte Philippe-Armand de Bonneval (1773-1840) », Revue de la Société d’Histoire de la Restauration et de la Monarchie Constitutionnelle, no 5, 1991, pp. 42-67, cf. spécialement pp. 65-66.

41 P. de Montjouvent, Les Riquet de Caraman, Paris, Editions Christian, 2002, pp. 378-382.

42 Grands notables..., op. cit., t. V : Gard, par A. Cosson, p. 35.

43 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France..., op. cit., p. 292.

44 A. N., Minutier central des notaires parisiens, étude XXXIX, liasse 798 : liquidation-partage de la succession du comte de La Panouse, en date du 3 novembre 1837.

45 A. N., BB30 1034 : déclaration de fortune du comte Hocquart de Turtot, 12 décembre 1822.

46 A. N., BB30 1053 : déclaration de fortune du marquis de Lévis-Mirepoix, 27 novembre 1827.

47 P. de Montjouvent, Les Riquet de Caraman, op. cit., pp. 353-354.

48 Département de la Moselle. Annuaire de Verronnais, imprimeur-libraire à Metz pour l’an 1827, 24’ année, p. 371.

49 Grands notables..., op. cit., t. VII : Haute-Marne, par G. Viard, p. 232.

50 A. Tardieu, Pontgibaud en Auvergne. La ville, le château, le comté, les mines, Moulins, C. Desrosiers imprimeur, 1882, pp. 81-82.

51 A. N., BB30 987 : acte de notoriété, 31 décembre 1827 ; BB30 1080 : demande d’institution de majorat, présentée par le comte de Bernis le 8 mars 1830.

52 La Flèche sous la Révolution (1789-1805). Mémoires inédits du chirurgien Claude Boucher, publiés par A. de Dieuleveult, La Flèche, 1982, p. 258.

53 A. N. BB30 981 : lettres de constitution du majorat de baron-pair, en date du 10 juillet 1828.

54 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France..., op. cit., pp. 291-292.

55 N. Gotteri, Soult..., op. cit., pp. 529-531.

56 Il s’agit du marquis de Mac Mahon. Le prince d’Arenberg (né en 1790), le comte Champion de Nansouty (né en 1803) et a fortiori les comtes de Lur-Saluces et de Suzannet (nés en 1810 et 1814) se sont mariés après 1827.

57 Les comtes du Botdéru et de Choiseul, les marquis de Colbert-Chabanais et de Courtavel, le comte de Mostuéjouls, le baron Perreney de Vellemont de Grosbois, les comtes de Quinsonas, Ruzé d’Effiat et de Sesmaisons, le marquis de Tramecourt et le comte d’Urre.

58 Le marquis Bailly de Fresnay, les comtes Baude de La Vieuville et de Caraman, le marquis de Conflans, le prince de Croÿ-Solre, le marquis de Gourgue, le comte de La Fruglaye, Ollivier, le vicomte de Sainte-Maure-Montausier.

59 Villèle, Mémoires et correspondance, op. cit., t. IV, p. 522 : Villèle au prince de Polignac, Paris, 2 décembre 1823.

60 Soit, dans l’ordre chronologique : le comte [Riquet] de Caraman en 1813 (A. N., BB30 988), le comte [Clérel] de Tocqueville en 1819 (BB30 1105), le marquis d’Albon en 1820 (BB30 635), le comte Hocquart de Turtot (BB30 1034), le marquis de Froissard de Bersaillin (BB30 1023) et le marquis [du Bosc] de Radepont (BB30 1085) en 1823, le marquis Rioult de Neuville (BB30 1090) et le marquis de Tramecourt (BB30 1106) en 1824.

61 Trente-et-un, en tenant compte du majorat que voulait instituer le marquis de Lévis-Gaudiez, décédé le 14 août 1828, et qui a été établi par son fils, Guy-Antoine (A. N. BB30 1053).

62 MM. de Bouillé, de Castelbajac et de Monteynard (A. N., BB30 980, 989 et 1067).

63 Le prince d’Arenberg (A. N. BB30 1114) et le prince de Berghes-Saint-Vinocq (BB30 974), qui ont fondé un majorat de duc-pair.

64 MM. d’Andlau (A. N., BB30 966), Baude de La Vieuville (BB30 1110), de Beaurepaire (BB30 973), de Bonneval (BB30 979), Budes de Guébriant (BB30 1030), de Calvière (BB987), Chifflet (BB30 995), de Durfort-Civrac (BB30 1016), Forbin des Issarts (BB30 1021), de Kergariou (BB30 1040), de Kergorlay (ibid.), de La Panouse (BB30 1075), de Lévis-Mirepoix (BB30 1053), de Mac Mahon (BB30 1055), des Monstiers de Mérinville (BB30 1068), de Panisse-Passis (BB30 1075), de Pierre de Bernis (BB30 1080), de Pourroy de l’Auberivière de Quinsonas (BB30 1045 et 1083), de Rougé (BB30 1093), Roullet de La Bouillerie (BB30 981), de Saint-MaurisChastenois (BB30 1096), Sarret de Coussergues (BB30 1000), de Sesmaisons (BB30 1100), de Vincens de Mauléon de Causans (BB30 1111), de Vogüé (ibid.).

65 E. de Waresquiel met aussi en avant « les contraintes économiques liées aux majorats eux-mêmes », comme les « coûts élevés des droits d’enregistrement » et l’impossibilité d’hypothéquer les biens immobilisés, ni de les vendre ou de les échanger sans la permission du garde des Sceaux (Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., pp. 236-238).

66 Grands notables..., op. cit., t. XXI : Indre, par G. Catherine-Joffrion, D. Bernard et J. Tournaire, p. 252.

67 Le chirurgien fléchois Charles Boucher nous apprend que La Bouillerie « pens[a] devoir émigrer comme son cadet », mais qu’une fois en Italie, il fut reconnu par « un des anciens commis de Monsieur de Biré [...] qui était employé dans l’armée française » ; celui-ci « lui offr[it] ses services, lui procur[a] un passeport, qui effa[çait] l’émigration, et il l’établit dans la comptabilité » (La Flèche sous la Révolution..., op. cit., p. 258).

68 C. Biessy, Répertoire biographique..., t. 1, p. 13.

69 M. Roche et M. Vernes, Dictionnaire biographique du département du Doubs, Lonsle-Saunier, 1996, p. 106.

70 Comte de La Forest-Divonne, Maison de La Forest-Divonne. Notices généalogiques et historiques, Paris, imprimerie Frag, 1990, pp. 64-65.

71 C. Biessy, Répertoire biographique..., t. 1, p. 10.

72 Md., t. I, p. 29.

73 Md., t. II, p. 70.

74 Md., t. I, p. 83, et Comte de Bouillé, Maison de Bouillé, Bordeaux, imprimerie A.-R. Chaynes, 1857, pp. 200-202.

75 C. Biessy, Répertoire biographique..., t. III, p. 30.

76 G. de Rivoire de La Batie, Armorial de Dauphiné, Lyon, Librairie ancienne d’A. Brun, 1867, p. 554.

77 Grands notables..., t. VI : Bouches-du-Rhône, par l’abbé P. Gueyraud, p. 215.

78 Le vicomte de Castelbajac, le marquis de Conflans, le prince de Croÿ-Solre, Perreney de Vellemont de Grosbois, le comte de Quinsonas.

79 Selon les propres termes de l’intéressé, rapportés par C.-I. Brelot, Grands notables..., op. cit., t. IV, p. 121.

80 L. Boisnard, Élites bretonnes..., op. cit., p. 187.

81 Baron de Frénilly, Mémoires..., op. cit., pp. 214, 228-231.

82 Grands notables..., op. cit., t. XVI : Saône-et-Loire, par M. Vitte, p. 76.

83 Grands notables..., op. cit., t. I : Ardèche, par G. Peyron-Montagnon, p. 119.

84 Grands notables..., op. cit., t. XIV : Mayenne, par F. Dornic, pp. 59-60 ; t. X : Meuse, par M. Maigret, p. 203.

85 B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux, l’aristocratie au XIXe siècle : la Maison d’Arenberg (1820-1919), thèse de doctorat de l’Université de Lyon-II, 2006, pp. 94 et 97.

86 « Le colonel-duc d’Esclignac. Notice biographique et Souvenirs de campagne », dans Mémoires sur les campagnes d’Espagne. Extraits du Carnet de la Sabretache, années 1897-1898-1899-1901-1903, Paris, Librairie historique F. Teissèdre, 1997, pp. 135-160.

87 R. Bargeton, P. Bougard, B. Le Clère, P.-F. Pinaud, Les Préfets du 11 ventôse an VIII au 4 septembre 1870, Paris, Archives Nationales, 1981, pp. 44 et 172.

88 M. Roche et M. Vernes, Dictionnaire biographique..., op. cit., p. 106.

89 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France..., op. cit., pp. 289-290.

90 R. Drago, J. Imbert, J. Tulard et F. Monnier, Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, pp. 81-82.

91 A. N., BB30 1034 : requête à Napoléon, 5 janvier 1810. Les majuscules figurent telles quelles dans le document.

92 A. D. Cher, 23 M 8 : état des conseillers municipaux de l’arrondissement de Bourges (1800-1814).

93 A. D. Cher, 25 M 35 : minute informelle d’un rapport sur les contribuables les plus imposés du Cher, susceptibles de remplir des fonctions publiques (sans date, vers 1802-1803).

94 A. D. Cher, 21 M 1 : le préfet du Cher au ministre de l’Intérieur, 26 juillet 1810.

95 A. N., F1bII Cher 4 : liste des maires et adjoints du Cher à la nomination du préfet, 10 septembre 1812 ; « Détails sur les personnes » composant le conseil municipal de Bourges, 1er novembre 1813.

96 [R. Alissan de Chazet], Mémoires posthumes, lettres et pièces authentiques touchant la vie et la mort de Charles-François duc de Rivière, Paris, Ladvocat et Dufey, 1829, p. 103, n. 1.

97 R. d’Amat, « Albon (André-Suzanne d’) », Dictionnaire de biographie française, t. I, Paris, Letouzey et Ané, 1933, col. 1262.

98 du Botdéru (Morbihan, depuis 1809), Calvière (Gard), Hofflize (Moselle, depuis 1805), Mostuéjouls (Aveyron, depuis 1812), Savary de Lancosme (Indre, depuis 1811), Tramecourt (Pas-de-Calais, depuis 1807).

99 Panisse-Passis, qui siégeait aussi au conseil municipal de Marseille.

100 Beaurepaire à Beaurepaire (Saône-et-Loire) et du Bois de Maquillé au PlessisMacé (Maine-et-Loire) depuis 1813, Bonneval à Thaumiers (Cher) et Courtavel à Baillou (Loir-et-Cher) depuis 1812, Clérel de Tocqueville à Verneuil (Seine-et-Oise), Ruzé d’Effiat à Chézelles (Indre-et-Loire) depuis 1807, Sainte-Maure-Montausier à Dinteville (HauteMarne) depuis 1806.

101 Forbin des Issarts à Avignon (Vaucluse), Sarret de Coussergues à Montblanc (Hérault), Urre à Tain (Drôme).

102 Grands notables..., op. cit., t. V : Drôme, par G. Roch, p. 197.

103 Selon une expression de C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. I, p. 508.

104 E. de Las-Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, Paris, Éditions du Seuil, 1968, t. I, p. 771.

105 R. Bargeton, P. Bougard, B. Le Clère, P.-F. Pinaud, Les Préfets..., op. cit., pp. 44 et 172.

106 M. Roche et M. Vernes, Dictionnaire biographique..., op. cit., p. 106.

107 R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France..., op. cit., pp. 287-288.

108 E. Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l’Alsace depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Rixheim, F. Sutter, 1909-1910, t. I, p. 31 ; C. Biessy, Répertoire biographique..., op. cit., t. I, p. 13.

109 Grands notables..., op. cit., t. I : Ardèche, par G. Peyron-Montagnon, p. 120.

110 Grands notables..., op. cit., t. VI : Bouches-du-Rhône, par l’abbé P. Gueyraud, p. 215.

111 E. Daudet, La Terreur blanche. Episodes et souvenirs de la réaction dans le Midi en 1815 d’après des souvenirs contemporains et des documents inédits, Paris, A. Quantin, 1878, pp. 79-85.

112 P. Joutard, La Légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, pp. 296-297.

113 Grands notables..., op. cit., t. IX : Maine-et-Loire, par R. Lauvrière, p. 204.

114 A. de Suzannet, Notes généalogiques et biographiques sur la famille Suzannet, Lausanne, Imprimeries réunies, 1930, pp. 61-67.

115 P.-J. Levot, Biographie bretonne, Recueil de notices sur tous les Bretons qui se sont fait un nom..Vannes, 1852-1857, t. II, p. 12.

116 Chanoine G.-A. Simon, Histoire généalogique des Clérel seigneurs de Rampan, Tocqueville... 1066-1954, Caen, imprimerie Ozanne et Cie, 1954, p. 159.

117 Baron de Frénilly, Mémoires..., op. cit., pp. 296, 300-308, 310-313.

118 R. d’Amat, « Esclignac (Charles-Philippe [...] de Preissac d’) », Dictionnaire de biographie française, t. XII, Paris, Letouzey et Ané, 1970, col. 1439.

119 Dans l’ordre de leur promotion : les marquis de Courtavel et des Monstiers de Mérinville (1814), le comte de Sainte-Aldegonde (1815), le baron Sapinaud de La Rairie (1816), le prince de Croÿ-Solre (1825), le comte de Quinsonas (1827).

120 Dans l’ordre de leur promotion : le marquis de Mac-Mahon (1791), les comtes d’Albon, de Caraman, d’Hofflize, de La Forest-Divonne (1814), le marquis de LévisGaudiez, le comte de Panisse-Passis, le marquis de Saint-Mauris-Chastenois (1815), le marquis Bailly de Fresnay, le comte de La Fruglaye (1816), le marquis de Monteynard (1817), le marquis de Durfort-Civrac, le comte de Forbin des Issarts, le prince de Montmorency-Tancarville (1822), le comte de Bouillé, le marquis de Conflans (1823), les comtes d’Andlau et du Botdéru (1825) ; le marquis de Calvière n’a été promu qu’après son élévation à la pairie.

121 Almanach royal pour l’an M DCCC XXVII, Paris, chez A. Guyot et Scribe, 1827, pp. 71-72.

122 Par ordre d’ancienneté : le marquis de Lévis-Mirepoix, le comte de Choiseul, les marquis de Radepont et de Colbert-Chabanais, le comte de Vassinhac d’Imécourt, le comte de Pierre de Bernis, le marquis de Calvière, Preissac d’Esclignac, duc de Fimarcon, le comte de Sesmaisons, le marquis de Froissard, le comte de Forbin des Issarts, le comte de Tocqueville, le prince de Berghes-Saint-Vinocq et le comte de Quinsonas (ibid., pp. 63-64).

123 R. Drago, J. Imbert, J. Tulard et F. Monnier, Dictionnaire biographique..., op. cit., pp. 179, 226-227, 230, 248, 266, 322, 365-366.

124 Baude de La Vieuville, Clérel de Tocqueville et Kergariou.

125 Villèle, Mémoires et correspondance, op. cit., t. V, p. 314 : Villèle à son fils, Paris, 3 janvier 1828.

126 Aux électeurs de Loir-et-Cher, par un électeur, Blois, 1821.

127 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 276.

128 L. de Bonald, Observations sur le dernier ouvrage de Madame de Staël, Paris, Le Clere, 1818, p. 45.

129 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 273.

130 C.-M. d’Irumberry, comte de Salaberry, Souvenirs politiques sur la Restauration 1821-1830, Paris, A. Picard et fils 1900, t. I, p. 208.

131 Le comte de Bouille.

132 Berghes-Saint-Vinocq, Hohenlohe-Bartenstein, Lévis-Mirepoix, Preissac d’Esclignac.

133 Andlau, Arenberg, du Bosc de Radepont, Budes de Guébriant, Champion de Nansouty, Choiseul, Colbert-Chabanais, Conflans, Croÿ-Solre, Durfort-Civrac, Fauveau de Frénilly, Gourgue, Kergorlay, Monteynard, Moré de Pontgibaud, Ollivier, Sainte-Maure-Montausier, Vassinhac d’Imécourt.

134 Le comte de Pierre de Bernis.

135 Montmorency-Tancarville, Riquet de Caraman, Rougé.

136 J.-P. Labatut, Les Ducs et pairs de France au XVIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1972, p. 257.

137 A. N., BB30 1110 : conclusions du référendaire Desisles-Bérard au sujet du majorat demandé par le comte de La Vieuville, s. d. 1830 ; Grands notables..., t. X : Meurthe, par O. Voillard, p. 9.

138 A. N., BB30 1016 : état des biens personnels de la marquise de Durfort-Civrac, 5 janvier 1829 ; déclaration de fortune de son époux, 2 juillet 1829.

139 A. N., BB30 1075 : rapport du référendaire de Mérainville, 13 juin 1828 ; Grands notables..., t. VI : Bouches-du-Rhône, par l’abbé P. Gueyraud, pp. 215-216.

140 A. N., BB30 1093 : rapport du référendaire de Bray de Valfresne, 9 juin 1829.

141 A. N., BB30 1053, dossier Lévis : rapport du référendaire Belliard, 5 février 1829 ; acte d’homologation d’avis de parents, 22 avril 1829.

142 Ibid., dossier Lévis-Mirepoix : déclaration de fortune du marquis de LévisMirepoix, 27 novembre 1827.

143 A. N., BE30 642 : Commission du Sceau, séance du 17 mai 1828 ; C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. I, p. 58 et t. II, pp. 988-991 ; B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux..., op. cit., pp. 141-142, 265-266, 1470-1471.

144 H. Dulac, Almanach des 25 000 adresses des principaux habitans de Paris pour l’année 1827, Paris, 1827.

145 Arenberg, Budes de Guébriant, Champion de Nansouty, Hocquart de Turtot, La Forest-Divonne, Lévis-Gaudiez, Mac Mahon, More de Pontgibaud, Soult, Urre.

146 Berghes-Saint-Vinocq, Bouillé, Choiseul, Clérel de Tocqueville (par ailleurs conseiller d’État), Colbert-Chabanais, Conflans, Lévis-Mirepoix, Preissac d’Esclignac.

147 Perreney de Vellemont de Grosbois.

148 Albon, Andlau, Bonneval, Dampierre, des Monstiers de Mérinville, PanissePassis, Saint-Mauris-Chastenois, Sainte-Aldegonde, Savary de Lancosme, Vincens de Mauléon de Causans.

149 Selon lui, seulement quatre nominations « ne correspondent pas au schéma villéliste » (Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 266).

150 Duc de Broglie, Souvenirs..., op. cit., t. III, p. 404.

151 Baude de La Vieuville (Ille-et-Vilaine), Castelbajac (Haute-Garonne), Croÿ-Solre (Somme), Fauveau de Frénilly (Loire-Inférieure), Gourgue (Tarn-et-Garonne), Pourroy de l’Auberivière de Quinsonas (Isère), Riquet de Caraman (Nord), Roullet de La Bouillerie (Sarthe).

152 Bailly de Fresnay (Mayenne), Beaurepaire (Saône-et-Loire), du Bois de Maquillé (Maine-et-Loire), du Botdéru (Morbihan), Calvière (Gard), Chifflet (Doubs), Courtavel (Loir-et-Cher), Durfort-Civrac (Maine-et-Loire), Forbin des Issarts (Vaucluse), Froissard (Jura), Hofflize (Moselle), Kergariou (Côtes-du-Nord), Kergorlay (Manche), La Fruglaye (Finistère), La Panouse (Seine), Montmorency-Tancarville (Seine-Inférieure), Mostuéjouls (Aveyron), Ollivier (Seine), Pierre de Bernis (Lozère), Rioult de Neuville (Calvados), Ruzé d’Effiat (Indre-et-Loire), Sainte-Maure-Montausier (Haute-Marne), Sapinaud de La Rairie (Vendée), Sarret de Coussergues (Hérault), Sesmaisons (Loire-Inférieure), Tramecourt (Pas-de-Calais), Vassinhac d’Imécourt (Meuse), Vogüé (Ardèche).

153 En outre : du Botdéru (Plouay), Courtavel (Baillou), Durfort-Civrac (Beaupréau), Froissard (Bersaillin), Sainte-Maure-Montausier (Dinteville), Tramecourt (Tramecourt).

154 Du Bois de Maquillé (Angers), Sarret de Coussergues (Montblanc).

155 Binet fils aîné, Annuaire statistique du département de la Somme, Paris, Gautier-Laguionnie, 1827, p. 215 et 27.

156 Le comte d’Andlau, maire de Verderonne (Oise).

157 Le marquis de Dampierre, conseiller de l’arrondissement d’Agen (Lot-et-Garonne).

158 Albon (Rhône), Bonneval (Cher), du Bosc de Radepont (Eure), des Monstiers de Mérinville (Haute-Vienne), Monteynard (Isère), Panisse-Passis (Bouches-du-Rhône, également conseiller municipal de Marseille), Saint-Mauris-Chastenois (Haute-Saône), Sainte-Aldegonde (Aisne), Savary de Lancosme (Indre), Vincens de Mauléon de Causans (Vaucluse).

159 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 276.

160 D. Higgs, Ultraroyalism in Toulouse from its origins to the revolution of 1830, Baltimore-Londres, The Johns Hopkins University Press, 1973, pp. 109, 114-115, 117; C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. I, p. 511.

161 B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux..., op. cit., p. 303.

162 A. Chéron et G. de Sarret de Coussergues, Une seigneurie en Bas-Languedoc..., op. cit., pp. 114-115.

163 R. Baury, art. cité, pp. 50 et 52.

164 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée..., op. cit., t. I, p. 55.

165 Grands notables..., op. cit., t. XXI : Indre, par G. Catherine-Joffrion, D. Bernard et J. Tournaire, p. 251.

166 Cité par E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 281.

167 Grands notables..., op. cit., t. IV : Jura, par C.-I. Brelot, p. 30.

168 F.-J. Verger, Archives curieuses de la ville de Nantes et des départements de l’Ouest..., Nantes-Paris, 1837, t. I, p. 102.

169 L. Girard, La Garde nationale (1814-1871), Paris, Plon, 1964, pp. 361-362.

170 Il semble, au vu des listes de sociétaires publiées par les annuaires départementaux, que le comte de Divonne n’était affilié à aucune société de l’Ain, pas plus que le comte de Bernis en Lozère, qu’il en était de même du marquis de Dampierre dans le Lot-et-Garonne et du marquis des Monstiers de Mérinville en Haute-Vienne, que le prince de Croÿ-Solre et le comte de Rougé brillaient par leur absence à l’Académie d’Amiens, etc. Quant au comte de Bonneval, il avait démissionné de la Société d’agriculture du Cher dès 1820, soit deux ans après y avoir été nommé (A. D. Cher, 14 F 1 : listes des membres).

171 P.-J. Levot, Biographie bretonne..., op. cit., t. II, p. 100.

172 Annuaire du département de l’Eure pour l’année 1829, Evreux, Ancelle fils, 1829, p. 241.

173 B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux..., op. cit., p. 303.

174 A. Lardier, Histoire biographique..., op. cit., deuxième partie, pp. 184-185.

175 A. Chéron et G. de Sarret de Coussergues, Une seigneurie en Bas-Languedoc..., op. cit., pp. 113-114.

176 R. Baury, art. cité, p. 52.

177 B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux..., op. cit., pp. 302-303.

178 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., pp. 310-311.

179 Selon un mot du duc de Broglie, rapporté par E. de Waresquiel, ibid., p. 229.

Table des illustrations

Titre Tableau no 1 : Évolution du recrutement de la Chambre des Pairs de 1814 à 183017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre REVENUS (EN MILLIERS DE FRANCS – OR)
Légende Graphique : Constellation des revenus des pairs de la « fournée Villèle » (40 cas).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau no 2 : Répartition par tranches d’âges au 5 novembre 1827
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2361/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Carte : implantation politique des « pairs départementaux ».
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2361/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau no 3 : Fonctions politiques des pairs de la « fournée Villèle » à la veille de leur élévation.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2361/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, IRHiS (Institut de Recherches historiques du Septentrion, UMR CNRS 8529).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540