Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Conclusions

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Dans l’ombre portée de l’année 1968, 1969 apparaît comme un « moment » nettement moins fiévreux même si des « épisodes » nombreux et riches le ponctuent. Faits divers, épisodes, « événements » se succèdent en effet sans lui donner ni l’effervescence ni l’éclat de l’année précédente.

2Les analyses proposées par les communications se sont inscrites dans le champ politique européen où se développent des processus différents comme la démission de Charles de Gaulle en France, l’accession de Willy Brandt à la Chancellerie en République fédérale d’Allemagne, l’arrivée au pouvoir de Marcello Caetano au Portugal ou l’installation de Gustav Husak à la tête du secrétariat général du parti communiste tchécoslovaque. Tous ces épisodes politiques ont-ils la même importance ou la même richesse d’avenir ? Sont-ils les témoins essentiels de l’année 1969 ? Ou relèvent-ils de l’aléatoire ?

3Par-delà la diversité des États et des gouvernements, ces changements d’hommes correspondent au recours à des représentants de générations plus jeunes. En effet, aux hommes nés au XIXe comme Charles de Gaulle, Konrad Adenauer, Francisco Franco, Antonio de Oliveira Salazar, succèdent des hommes nés à la veille du premier conflit mondial tels que Georges Pompidou, en France, Willy Brandt, en RFA, ou dans les années 1920 comme Olof Palme en Suède. Des facteurs naturels, le vieillissement ou la maladie, expliquent donc ces renouvellements qui affectent un grand nombre de gouvernements. Il est moins sûr qu’il s’agisse d’une relève générale de génération car des septuagénaires sont encore aux affaires dans bien des États. Ils procèdent également des alternances politiques normales en démocratie comme la RFA ou le Royaume-Uni en offrent les exemples, relève qui s’inscrit également dans l’onde de choc de 1968. Willy Brandt, le leader social-démocrate, succède à Kurt Kiesinger, le chancelier démocrate-chrétien. Sans nul doute, 1969 permet à une nouvelle génération politique de s’affirmer mais elle n’assure nullement la promotion de la jeunesse car la plupart des hommes qui s’imposent ont atteint la cinquantaine. Si Juan Carlos d’Espagne se distingue de l’échantillon, son accession au pouvoir suprême est suspendue au départ ou à la mort de Franco que rien n’annonce cette année-là.

4L’ampleur des renouvellements demeure modeste. En effet, en France, l’élection de Georges Pompidou souligne l’accession à la présidence de la République de celui qui a exercé les fonctions de Premier ministre de 1962 à 1968. Le nouveau président ne peut passer pour un homme neuf d’autant plus que les « barons du gaullisme » gardent, auprès de lui, l’essentiel des pouvoirs politiques. Les centristes qui l’ont rejoint, comme Maurice Schumann, ne peuvent être qualifiés de « non gaullistes ». De même, Willy Brandt, avant d’accéder à la Chancellerie, a assumé la responsabilité de la diplomatie allemande dans le gouvernement de « grande coalition » de Kurt Kiesinger. Olof Palme, en Suède, ou Edward Heath, ont déjà exercé des fonctions politiques importantes, voire gouvernementales, avant l’année qui marque une forte accélération de leur carrière. Les renouvellements peuvent être différés comme au Royaume-Uni où le travailliste Harold Wilson, demeure Premier ministre. Même si les difficultés s’accroissent, le gouvernement travailliste n’est pas sérieusement contesté.

5À l’évidence, ces processus n’expriment pas de ruptures effectives mais soulignent, au contraire, la persistance de bien des continuités.

6En effet, l’élection de Georges Pompidou confirme, en juin 1969, le succès conservateur de juin 1968. Depuis plusieurs années, le gouvernement français a abandonné le « prophétisme gaulliste » pour gérer une modernité qui se développe ailleurs, dans le champ économique. 1968 s’est largement nourrie des rigidités politiques et culturelles d’un de Gaulle vieillissant. Peu d’éléments annoncent, en mai-juin 1969, l’émergence de la « nouvelle société » prônée par le nouveau Premier ministre Jacques Chaban-Delmas à l’automne 1969, projet fort mal compris des barons du gaullisme. Successeur désigné de Francisco Franco, Juan Carlos d’Espagne ne peut donner à croire qu’il incarne la voie du changement. Tout semble prouver qu’il est appelé à assumer l’héritage du franquisme en s’appuyant, peut être, sur les équipes de technocrates mises en place par le dictateur vieillissant. La démission d’Alexander Dubcek, bien incapable d’agir depuis l’automne 1968 et son remplacement par Gustav Husak confirment que « le printemps de Prague » est terminé et que la « normalisation » n’a plus à se cacher.

7Si l’historien connaît la suite de l’intrigue, c’est-à-dire l’enchaînement des événements, il lui faut éviter l’anachronisme et donc une surinterprétation des faits qu’il recense et analyse. En effet, il serait tentant d’aller au-delà des épisodes vécus en l’an 1969 pour en déterminer le statut. Mais ce serait une erreur de méthode car tout événement doit être évalué en fonction de critères contemporains. En l’occurrence, apprécier le statut de 1969 revient à poser cette question : quelles sont ses promesses d’avenir ?

8C’est une banalité que de rappeler que bien des événements de 1969 puisent leurs origines dans les années précédentes. Peu de faits historiques disposent d’une totale autonomie. L’échec de Charles de Gaulle en avril 1969, n’a rien d’aléatoire ni de ponctuel. En effet, depuis la fin de la guerre d’Algérie, son autorité s’est émoussée. Après le ballotage à l’élection présidentielle de 1965, la victoire électorale étriquée de 1967, la mise en cause de la « longévité du mandat » en mai 1968, la montée des grèves spontanées depuis 1963-1964, la défaite politique subie lors du référendum d’avril 1969 n’a rien d’inattendu puisque la relève s’affiche, crédible. De même, de manière à peine paradoxale, la désignation de Juan Carlos, comme futur roi d’Espagne, confirme la capacité du franquisme au pouvoir à imposer une succession sous la forme de la monarchie dans une Espagne qui panse ses plaies et gagne peu à peu en modernité économique. Mais rien n’indique en 1969 que Juan Carlos doive être l’inventeur de la nouvelle démocratie et non pas l’héritier du franquisme. Enfin, l’exemple tchécoslovaque montre que le « passage pacifique au socialisme à visage humain » est impossible dans un système politique soviétisé, ce dont déjà, dans le passé, l’Allemagne de l’Est, la Hongrie, la Pologne, avaient fait la malheureuse expérience.

9Dès lors, ne faudrait-il retenir de l’année 1969, que la production banale de faits divers politiques sans implication d’avenir ? À l’évidence, le champ politique européen, en 1969, ne semble pas porter beaucoup de promesses clairement identifiées. Certes, l’accession de Willy Brand à la Chancellerie de la RFA, marque l’arrivée aux responsabilités du parti social-démocrate qui, depuis 1949, pouvait gouverner des länder et administrer des grandes villes mais ne paraissait pas crédible pour assumer les fonctions gouvernementales principales. La victoire électorale de l’automne 1969 ouvre, de fait, l’alternance démocratique en République fédérale et promet, sans nul doute, une démocratie moins paternaliste qu’avec Konrad Adenauer ou un infléchissement de la politique sociale et de la diplomatie. Les novations annoncées ne constituent pourtant pas des ruptures puisque, déjà, les chanceliers chrétiens-démocrates se sont ouverts à l’Europe de l’Est ou se sont penchés sur un partage plus équilibré des fruits de l’efficacité économique. De même, en France, la majorité issue des élections de juin 1969, dominée par les gaullistes, comprend la nécessité d’un réajustement de la stratégie européenne de la France mais n’entend pas rejoindre les positions du fédéralisme européen. Enfin, s’il est vrai que le Portugal de Marcello Caetano tente une timide ouverture en autorisant le retour d’exilés politiques comme Mario Soares, le leader socialiste, ou en élargissant l’éventail des candidatures aux élections législatives, la dictature du président du Conseil demeure au centre du dispositif politique.

101969 ne manque pas de contradictions. Elle marque un retrait sensible quand le souffle de 1968 a ébranlé la société comme le montrent la Tchécoslovaquie ou même la France car la modernité pompidolienne a ses limites. En revanche, elle promeut des réformes sociétales d’importance comme l’abrogation définitive de la peine de mort au Royaume-Uni ou l’instauration du divorce en Italie dans le droit fil des revendications soixante-huitardes. Enfin, l’exemple italien en fait foi, l’année 1969 peut produire en différé des événements sociaux qui rappellent 1968 puisque l’automne 1969 est particulièrement perturbé dans la péninsule italienne.

11Année de transition ? 1969 peut-elle atteindre le statut « d’année digne de mémoire » ? Les réponses ne se trouvent peut-être pas en Europe ni même dans le champ politique.

12En effet, en Amérique, en Asie, en Afrique, se déroulent des événements importants qui justifient un regard moins européocentrique. La doctrine Nixon, qui vietnamise la guerre dans la péninsule indochinoise, s’applique également aux États qui ne doivent plus nécessairement compter sur une collaboration militaire américaine. Les États-Unis avouent ne plus avoir les moyens d’être les seuls gendarmes du monde. Les populations d’Amérique latine revendiquent un meilleur partage des richesses comme l’attestent les émeutes en Argentine ou, dans une autre mesure, la réforme agraire au Pérou. Au Proche Orient, la revendication palestinienne commence à s’organiser sous l’autorité de l’OLP et de Yasser Arafat. A l’évidence ces épisodes symbolisent des changements à venir même si le cheminement risque d’être long.

13Au total, l’année 1969 ne serait-elle pas plus riche dans le champ culturel et technologique ?

14C’est au cours de l’année 1969 que s’expriment ouvertement, en utilisant même les moyens violents, les revendications des homosexuels américains et que se construisent les premiers embryons d’une organisation qui affronte directement l’ordre moral aux États-Unis. L’été permet de rassembler, à Woodstock, plusieurs centaines de milliers de jeunes venus des États-Unis ou des pays de la contestation, pour célébrer la musique, l’amour, la paix. Cette forme de « mondialisation culturelle » marque sans doute un point d’orgue de la « culture hippie » mais elle traduit également le succès d’une contre-culture à l’échelle internationale.

15Le domaine aéronautique consacre la naissance d’avions susceptibles de transporter plusieurs centaines de passagers comme le Boeing 747 ou capables d’assurer le transport de voyageurs à la vitesse du son comme le Concorde. Ces deux avions effectuent leurs vols d’essai tout au long de l’année 1969.

16Plus emblématique, sans nul doute, le succès de la mission spatiale Apollo 11 qui permet aux Américains d’envoyer les premiers hommes sur la lune. L’exploit est retransmis par les télévisions du monde entier. « Petit pas pour l’homme, grand pas pour l’humanité » commente Armstrong qui, le premier, marche sur la lune.

17Dans un autre ordre d’idées, les premières greffes cardiaques permettent d’imaginer de sauver des vies humaines plus nombreuses et, avec elles, d’accroître l’espérance et la qualité de vie des populations. Enfin, pour ne retenir que ce quatrième exemple, c’est dans la discrétion que naît « arpanet », réseau qui permet la transmission de « paquets d’informations » et qui ouvre la voie à l’internet quelques décennies plus tard.

18Ces conquêtes technologiques ou plus généralement scientifiques s’inscrivent dans une conjoncture politique née de la Seconde Guerre mondiale, celle d’une compétition entre les deux grands systèmes internationaux. En ce sens, elles soulignent la continuité de la compétition internationale entre les « deux grands ». Néanmoins, elles montrent que les techniques ouvrent de nouveaux champs puisque la maîtrise des distances, l’installation de réseaux pour la diffusion de la connaissance et de l’information, ouvrent la voie à ce que l’on désigne sous le concept de « mondialisation ».

Auteur

Université Nord de France, Lille 3, IRHiS (UMR CNRS)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540