Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Troisième partie : Le cas particulier des dictatures

La Tchécoslovaquie et le Portugal autour de 1969 : de la libéralisation à la normalisation

Divergences et « convergences parallèles »1

Portugal And Czechoslovakia Around 1969: Divergences And « Parallel Convergences »

Jean-Marc Guislin

Résumé

Il peut paraître surprenant de tenter d’établir une comparaison entre deux Etats, le Portugal et la Tchécoslovaquie, a priori si différents politiquement, économiquement et culturellement. Toutefois, pour les deux dictatures - premier élément de proximité -, les années 1968-1972 sont une période de changement puis de retour en arrière avec un léger décalage chronologique. Les espoirs de changement, de libéralisation dans le cadre du printemps de Prague sous la houlette d’Alexandre Dubcek et dans le cadre de l’Etat social avec Marcello Caetano, sont vite déçus. L’invasion de la Tchécoslovaquie par les forces du Pacte de Varsovie (20-21 août 1968) puis la normalisation incarnée par Gustav Husak (avril 1969) mettent un terme à l’expérience visant à promouvoir un « socialisme à visage ». Il en est de même à Lisbonne, mais sous une forme beaucoup moins violente - si l’on excepte le cas particulier des colonies-, où les réformes du « printemps politique », des plus limitées, sont précocement et progressivement interrompues.
Dans les deux Etats, l’échec d’une véritable transformation est dû, pour une bonne part, à la contradiction dans laquelle se sont enfermés les leaders qui la souhaitaient : libéralisation, autonomisation et fidélité inconditionnelle à l’URSS pour Dubcek ; recul de l’autoritarisme, progrès social et poursuite de la guerre coloniale pour Caetano. Cette volonté de concilier l’inconciliable révèle peut-être une certaine naïveté, mais plus sûrement la relativité de leur libéralisme qui explique aussi l’insuccès de leur entreprise.
Les concepts de rupture et de relève semblent pouvoir s’appliquer au cas tchécoslovaque : ainsi Dubcek serait l’homme de la relève en janvier 1968 (remplacement de Novotny, à la tête du PCT) puis l’homme de la rupture à partir d’avril (accélération des réformes) et enfin l’homme de l’acceptation résignée du retour en arrière après le 21 août. Husak, quant à lui, se présentant comme un partisan de « l’esprit de janvier », pourrait passer pour l’homme de la relève, mais, avec la normalisation, il est l’homme de la rupture avec le printemps de Prague. En revanche, pour le Portugal, il s’agit d’une simple relève, Caetano lui-même parlant d’« une évolution dans la continuité »

Trying to compare two States, a priori so different politically, economically or culturally speaking may be somewhat surprising. However, for the two dictatorships - first common point-, the years 1968-1972 are a time of change then of return to the previous situation, with a small time-lag. The expectations of change and liberalization, as part as the Prague Spring under Alexander Dubcek’s leadership and as part as “the social State” under Marcelo Caetano’s leadership could not be met. The invasion of Czechoslovakia by the Warsaw Pact forces (20 th-21 st of August 1968) then the normalization represented by Gustav Husak (April 1969) put an end to the experience which aimed to promote socialism with a human face. In the same way, in Lisbon, but less violently - except the particular case of the colonies-, the reforms of the “political spring” (1969) were soon and progressively interrupted.
The failure of a true transformation was due to the contradiction in which the leaders - who hoped a positive change - got trapped : liberalization, emancipation and absolute loyalty to the USSR for Dubcek, decline of authoritarianism, social progress and continuation of the colonial wars for Caetano. This will to reconcile the irreconciliable reveals a certain naivety, but most probably, the relativity of their liberalism which explains the failure of their plan too.
In the case of Czechoslovakia one man can also use the concept of “changing of the guard” and of “breakup” : Dubcek replaced Novotny as leader of the CCP in January 1968, then he broke away from the tradition with a speeding-up of reforms after April 1968, until he finally resigned himself to step back after the 21 st of August ; Husak, introducing himself as a man in favour of “the spirit of January” [1968] could be thought of as a replacement but, because of normalization, he was the man who broke up with the Prague spring. On the other hand, for Portugal, it’s just a replacement, Caetano himself talking of “an evolution within continuity”.

Texte intégral

  • 1 Expression employée par l’homme politique italien, Aldo Moro, en 1960, pour « illustrer son projet (...)

1Il peut sembler bizarre de rassembler dans une même communication deux États et deux expériences si différents. Toutefois cet exercice, au-delà de l’éventuelle satisfaction intellectuelle qu’il procure, permet, plus prosaïquement, de pallier l’absence d’intervenants spécialistes de la normalisation et de l’État social. La journée d’études portant principalement sur 1969 et 1970, les développements seront brefs sur 1968, c’est-dire le Printemps de Prague et ses espérances, en revanche seront évoqués davantage les changements introduits à Lisbonne dont on a beaucoup moins parlé alors et qui s’étalent sur plusieurs années en même temps qu’ils s’enrayent et que la répression est de retour. L’accent sera également mis sur la répression-normalisation qui est tout à fait à l’ordre du jour sur les rives de la Vltava dès août 1968. Finalement, la présentation de l’évolution politique contrastée des trois principaux acteurs essayera d’apporter un certain éclaircissement à la compréhension de cette période troublée pour les deux pays.

Introduction : similitudes et différences

2On constate une certaine proximité entre les deux États quant à la superficie et à la population [Tchécoslovaquie : 14,7 millions d’habitants, 128 000 km2 ; Portugal : 9 millions en 1973, 92 000 km2], mais le rayonnement international est beaucoup plus grand pour le Portugal en raison de la communauté lusophone de 1 50 millions de personnes [« la meilleure chose que nous aient laissée les Portugais, c’est la langue » (Amilcar Cabrai)] mais aussi de l’empire colonial portugais (Angola, Guinée Bissau, Mozambique...). Ce dernier devient un boulet dans le cadre de la décolonisation et des guerres qui y conduisent [depuis 1961 en Angola ; depuis 1963 en Guinée Bissau ; depuis 1964 au Mozambique] et qui confirment la différence de positionnement de Prague et Lisbonne dans les relations internationales.

3En effet, l’impérialisme portugais est dénoncé par le Tiers-Monde ainsi que par le bloc soviétique et donc par la Tchécoslovaquie. Les deux États réagissent également différemment face au conflit israélo-arabe. En 1967, la Tchécoslovaquie condamne Israël et développe une campagne antisémite que dénoncent certains intellectuels ; en 1973, le Portugal dont les bases des Açores contribuent au pont aérien américain à destination d’Israël, est victime de l’embargo de l’OPEP également solidaire des mouvements de libération nationale africain. Cela correspond en partie à leur appartenance à deux blocs antagonistes sur le plan diplomatique et stratégique : Pacte de Varsovie [1955]/Pacte Atlantique [1949] + bases aux Açores depuis 1943 et accord de défense luso-américain en 1951 ; sur le plan commercial : CAEM [1949]/AELE [1959] + accord avec la CEE en 1972.

4Les deux pays ont, en outre, connu deux histoires différentes : le Portugal, indépendant depuis 1143, est un État homogène et à l’identité bien établie ; la Tchécoslovaquie est un État artificiel (unissant deux peuples les Tchèques et les Slovaques, ces derniers ne souhaitant pas tous cette union), récent (1918), détruit entre 1938 et 1945, reconstitué en 1945.

5Certes, il s’agit de deux dictatures, établies en 1926 à Lisbonne et en 1948 à Prague, avec un parti unique [Parti communiste tchécoslovaque/Union nationale républicaine puis Action nationale populaire (1970)], l’absence de liberté(s) et l’existence d’une police politique [StB (Statni Bezpecnost = Sécurité d’État)/PIDE (Police internationale et de défense)], mais qui different à bien des égards.

  • 2 Tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains d’un seul homme, le président du Conseil ; Marcelo (...)

6La Tchécoslovaquie est une démocratie populaire avec le rôle dirigeant assigné au PCT ; le Portugal est un État autoritaire, corporatiste, traditionaliste2, anti-parlementaire, anti-démocrate, anti-libéral, idéologiquement lié à l’Axe et, de ce fait, entré tardivement à l’ONU (1955).

7La Tchécoslovaquie est marxiste et athée alors que le Portugal est catholique mais bénéficie toutefois d’une certaine ouverture du fait : - de l’Église catholique (Concordat signé en 1940) ; - des travailleurs émigrés (1,5 million entre 1960 et 1973, dont 75 % en France, 500000 en 1972 dans l’agglomération parisienne) ; - du tourisme (400 000 en 1962, 2 millions en 1973) ; - des militaires en contact avec leurs collègues des autres pays de l’OTAN.

  • 3 Secteur primaire : 31 % ; secteur secondaire : 34 % ; secteur tertiaire : 35 %.

8Leurs structures économiques et sociales sont également différentes : économie socialiste planifiée et relativement développée avec un faible écart de richesse/économie libérale capitaliste en retard et inégalitaire ; économie industrielle/économie agricole [même si, en 1970, au Portugal, les trois secteurs économiques sont d’importance relativement équivalente]3. La Tchécoslovaquie est plus riche que le Portugal (malgré une croissance annuelle du PNB entre 1956 et 1971 de 7,5 %) et connaît un haut degré de développement industriel, intellectuel et technique.

9Pour les deux États, les années 1968-1972 sont une période de changement et de retour en arrière avec un léger décalage chronologique.

  • 4 Antonio Henrique de Oliveira Marques, Histoire du Portugal et de son empire colonial, Préface de Ma (...)

10La Tchécoslovaquie vit le « printemps de Prague » puis la « normalisation ». Au Portugal, le pouvoir semble « faire un signe à la gauche et tourner vers la droite »4. Alexander Dubcek remplace Antonin Novotny le 5 janvier 1968 à la tête du PCT, Marcelo Caetano remplace Antonio Salazar à la présidence du Conseil le 23 septembre. Le printemps de Prague à partir d’avril 1968 voudrait édifier un « socialisme à visage humain ». A Lisbonne, « l’État social », souhaite promouvoir une évolution dans la continuité, « une évolution sans révolution », un programme de « liberté possible »...

11Le changement se développe de janvier à août 1968 en Tchécoslovaquie ; d’octobre 1968 à 1970, voire 1972 au Portugal. À Prague, il est brutalement interrompu par l’invasion des forces du Pacte de Varsovie (20-21 août 1968), par l’occupation du pays et par la normalisation (Gustav Husak remplace Alexander Dubcek à la tête du PCT, le 17 avril 1969). Au Portugal, progressivement entre 1970 et 1972, la parenthèse libérale se referme.

Convergences et divergences dans le changement

Origines

  • 5 François Fejtö, Histoire des démocraties populaires, tome II. Après Staline, Paris, Seuil, Coll. Po (...)

121. En Tchécoslovaquie, il est d’origine interne, interne au pays, interne au PCT divisé par des tensions entre Tchèques et Slovaques et au sein duquel surgit un courant qui tend à mener de pair « une double opération de démocratisation et de désatellisation » qui ne peut qu’inquiéter l’URSS en raison de la conjoncture internationale et de la situation de « bastion avancé du bloc socialiste »5 de cette démocratie populaire en Europe. Déjà en décembre 1962, le 12e congrès du PCT a accepté un certain assouplissement : réhabilitation partielle des victimes du stalinisme, renouveau de la vie littéraire et artistique, notamment à Bratislava, avec Gustav Husak. En 1967 a été décidée une réforme économique visant à mettre en œuvre « une démocratisation de l’économie », c’est-à-dire plus de liberté, plus d’autonomie afin de favoriser la croissance mais dans le respect de la planification centralisée. Cette même année, les tensions se développent au sein du PCT à propos de l’inflation, du rôle du parti, du degré d’autonomie pour les Slovaques ; elles opposent, lors du comité central des 30 et 31 octobre, Novotny, secrétaire général du PCT et président de la République, à Dubcek, premier secrétaire du parti communiste slovaque depuis 1963, et plus largement les libéraux et les Slovaques (Dubcek, Husak) à la direction novotnyste qui ne reçoit pas l’appui de l’URSS, notamment lors de la venue de Leonid Brejnev à Prague le 8 décembre 1967. Le 5 janvier, Novotny est remplacé par Dubcek à la tête du PCT. Ce dernier, né en 1921, fils d’un tapissier et militant communiste, a pris une part active à la résistance antifasciste en Slovaquie avant d’entreprendre des études de droit et de faire carrière au sein du PCT. À la fin du mois de mars, Novotny renonce à ses fonctions de président de la République au profit du général Svoboda. En avril, deux partisans de Dubcek prennent la tête du gouvernement (Cernik) et de l’Assemblée nationale (Smrkowsky).

  • 6 Ainsi lors des visites du pape Paul VI en Inde et à New York (ONU), en 1964 et 1965.
  • 7 Il s’agit de l’Action socialiste portugaise de Mario Soares et Jorge Sampaio.

132. Au Portugal, les changements sont également principalement d’origine interne. Les pressions externes concernent moins le régime lui-même que les guerres coloniales réprouvées par de nombreux États, l’ONU ou le Saint-Siège6 ; toutefois, les critiques venues de Washington, virulentes au temps de John Kennedy, se sont atténuées avec la guerre du Vietnam. À l’intérieur, si le parti communiste emmené par Alvaro Cunhal et le parti socialiste7 sont relativement impuissants, en revanche le « catholicisme progressiste », notamment par l’intermédiaire de la Jeunesse universitaire catholique, rencontre une plus large audience. Ses critiques convergent avec celles des socialistes et sont exprimées par la revue O Tempo e o Modo (fondée en 1963), tandis que l’esprit révolutionnaire se répand chez les capitaines. Au sein même du régime, depuis longtemps déjà, quelques dignitaires ont appelé à des réformes. Parmi eux s’est distingué, très tôt, Marcelo Caetano.

14Salazar, victime d’un hématome cérébral le 4 septembre 1968, est déclaré par les médecins incapables de gouverner. Le président de la République Américo Tomas consulte alors le Conseil d’Etat où réapparaît Caetano qui est désigné président du Conseil et prend la tête du parti unique. Il n’est pas le préféré du président de la République, mais il bénéficie de nombreux soutiens parmi les chefs de l’armée, les responsables diplomatiques, économiques, financiers les plus favorables à une certaine évolution en direction de l’outre-mer et de la CEE. Toutefois jusqu’à la mort de Salazar (27 juillet 1970), la situation de Caetano est délicate dans la mesure où Salazar reprend ses activités antérieures dès qu’il va mieux. Cette passation de pouvoir se déroule dans un climat social tendu. En effet, à la fin de l’année et au début de 1969 se développent des manifestations et des grèves d’étudiants, à Coïmbra, mais encore plus, d’ouvriers à Lisbonne (Lisnave, Ford, General Motors).

15Marcelo Caetano est né le 17 août 1906. Élève brillant, d’origine modeste et boursier, il a été obligé de travailler, dans la presse catholique, pour payer ses études de droit. Il est devenu professeur de droit et ses ouvrages ont eu quelque renommée. Cet influent serviteur de l’Estado novo, a attendu « le moment certain où s’ouvrirait la succession ».

  • 8 Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal, Paris, Fayard, 2000, p. 596, 593, 594.

16Bien que « critique », il entre au gouvernement, au ministère des Colonies. Rapidement « second homme » du régime, il fait placer, à la fin de 1946, aux deux postes clefs de l’Intérieur et l’Économie, deux de ses proches, tandis que lui-même quitte le gouvernement pour prendre la direction effective de l’Union nationale (parti unique). C’est le premier pas du « marcelisme ». Lors des élections présidentielles de 1949, il a encouragé Salazar à se présenter, « avec l’arrière-pensée de lui succéder à la tête du gouvernement et de le cantonner dans une retraite dorée »8, ce que Salazar ne fit pas. Président de la chambre corporative à partir de 1949, il place de jeunes diplômés au gouvernement et dans la haute administration. Ainsi, avec patience et détermination, il se constitue un précieux réseau (groupe de la Choupana) de plus en plus influent. Après le 2e congrès de l’Union nationale (novembre 1951), Salazar semble en faire son dauphin et le nomme ministre de la Présidence, pour mieux le neutraliser. En 1958, les élections présidentielles déstabilisent quelque peu le régime et Caetano démissionne. Devenu recteur de l’université de Lisbonne, il démissionne en 1962 pour protester contre les brutalités policières à l’encontre des étudiants. Il semble alors se mettre en retrait.

  • 9 Le Monde, « Les 100 jours de Marcelo Caetano », 9 janvier 1969.

17L’arrivée au pouvoir de cet intellectuel, brillant juriste, réputé réformiste et qui a, quelque peu, pris ses distances avec le pouvoir en place, suscite donc quelques espoirs sur les bords du Tage. N’a-t-il pas souhaité « le développement d’un esprit de tolérance réciproque », n’a-t-il pas affirmé qu’il ne fallait pas « confondre fidélité [à la doctrine] et « attachement obstiné » [à des formules ou à des solutions devenues inadaptées]9. L’espérance est plus grande sur les bords de la Vltava, car on croit encore, en 1968, à la possible évolution des régimes communistes, et Dubcek le premier, qui déclare : « la démocratie n’est pas seulement le droit d’exprimer son opinion mais la prise en considération de l’opinion par le pouvoir ».

Les réformes et leur interruption

1. Des espoirs...

18Le printemps de Prague. Un vent de liberté sans précédent souffle sur le pays. Les réformes découlant du programme d’action du PCT du 6 avril 1968 (La voie tchécoslovaque du socialisme) visent à concilier socialisme et liberté.

19Sur le plan des libertés, une loi sur la presse et la protection du citoyen ranime l’opinion publique en supprimant la censure. En matière économique, on envisage le rétablissement d’un véritable marché, la participation accrue des conseils ouvriers et du syndicat dans la gestion des entreprises. Au niveau politique, les victimes du stalinisme sont réhabilitées ; si le PCT garde son monopole, toutefois les fractions minoritaires peuvent s’y exprimer ; la constitution est réformée dans un sens fédéraliste qui établit l’égalité entre Tchèques et Slovaques.

  • 10 Cf. Jacques Marcadé, Le Portugal au XXe siècle 1910-1985, Paris, PUF, Coll L’Historien, fondée par (...)

20Le printemps politique de Lisbonne ou l’État social. Marcelo Caetano devrait pouvoir appliquer ses projets de modernisation politique, économique, sociale, voire coloniale. Il utilise la télévision pour expliquer et tenter de faire passer sa politique10. L’évolution se traduit par l’expression « État social » qui tend à remplacer « État nouveau ». Mais il s’agit d’une ouverture très limitée.

21Sur le plan des libertés, les autorités administratives sont invitées à mieux respecter les lois et les libertés individuelles tandis que Mario Soares et l’évêque de Porto qui, en 1958, avait osé critiquer Salazar, peuvent rentrer d’exil. La police politique qui est rattachée au ministère de l’Intérieur et ne dépend plus directement de la présidence du Conseil, change de nom [PIDE à DGS (direction générale de la sécurité)] et devrait modifier ses terribles méthodes. La censure est allégée.

  • 11 En 1968, la réforme électorale a augmenté de 50 % le nombre des électeurs.
  • 12 Cf. Jacques Marcadé, op. cit., p. 50.

22Sur le plan politique, les structures partisanes connaissent quelques changements. Le parti unique lui aussi change de nom [Union nationale à Action nationale populaire] et s’ouvre à d’autres sensibilités politiques, même de l’opposition modérée, tout en gardant des salazaristes orthodoxes afin de mieux les contenir. Le gouvernement autorise la tenue d’un congrès républicain à Aveiro, mais finalement la police y intervient sans ménagement. Lors des élections législatives du 26 octobre 196911, des hommes politiques jeunes, adeptes d’une radicale « libéralisation » du régime, dans le sens européen et occidental du terme, acceptent de figurer sur les listes de l’Union nationale et ainsi une demi-douzaine de députés, comme l’avocat de Porto, Sa Carneiro, n’appartient pas au parti de gouvernement. Il espère ainsi légitimer son pouvoir, mais l’opposition ne peut mener son combat jusqu’au bout et ses candidats se retirent avant le scrutin12. De nouveaux hauts responsables sont promus comme le général Costa-Gomes, impliqué dans la tentative de coup d’État de 1961, qui est nommé chef d’état-major général des forces armées.

23D’importants postes sont confiés à de jeunes technocrates issus de grands groupes économiques et financiers qui s’efforcent de favoriser le développement économique dans le cadre du 3e plan (1968-1973), en se rapprochant de la CEE avec laquelle un accord est conclu en 1972, en s’ouvrant aux investissements étrangers, en développant les coopératives agricoles, alors que le pétrole d’Angola commence à être une intéressante source de revenus.

24Au niveau social, une nouvelle législation syndicale, plus favorable aux travailleurs et à leurs associations, est adoptée et une loi de 1971 prévoit l’extension de la sécurité sociale. Quelques mesures visant à moderniser et à démocratiser l’enseignement sont prises à l’instigation du nouveau ministre Veiga Simáo nommé en janvier 1970 afin de calmer une agitation étudiante persistante.

25Sur le plan colonial, enfin, Caetano abandonne l’idée impériale pour ne plus retenir que la défense des populations blanches de l’Angola et du Mozambique. Il adopte le principe d’une « autonomie progressive » consacré par la nouvelle loi organique sur l’outre-mer en 1972 élevant ces deux territoires au rang d’États autonomes dotés de gouverneurs, d’assemblées législatives et de tribunaux propres. Toutefois, la guerre continue avec environ 150 000 soldats portugais.

2... rapidement déçus

26À Lisbonne. Ce vent de réforme et de liberté suscite les espoirs d’une transition sans heurts vers une démocratie parlementaire auxquels des catholiques d’opposition et les socialistes ne sont pas insensibles. Mais il ne profite pas au pouvoir qui ne peut empêcher la progression de la gauche au sein des syndicats officiels ni même la création, le 1er octobre 1970, d’une intersyndicale clandestine. 11 ne parvient pas, non plus, à mobiliser les citoyens lors des élections législatives du 26 octobre 1969 : 28 % seulement des électeurs potentiels se sont inscrits sur les listes, l’abstention s’est élevée à 42 %. Les partis politiques ne sont toujours pas reconnus et la campagne électorale est limitée à un mois. Le parti gouvernemental a récolté 88 % des voix et tous les sièges mais il n’a pas gagné en légitimité. Les étudiants, au nombre de 40 000 en 1973, demeurent rebelles avec une nouvelle vague d’agitation en 1972 consécutive à la mort de l’un d’entre eux, victime de la police politique.

  • 13 Cf. Jacques Marcadé, op. cit., p. 49.

27Dès lors la libéralisation est mise en sommeil et priorité est accordée aux guerres coloniales [les dépenses de défense et de sécurité représentent 42 % du budget de l’État en 1972]13, d’autant que, selon Américo Tomas, les chefs militaires auraient exigé, en septembre 1968, la poursuite de la politique menée outre-mer par Salazar. Cette évolution rétrograde n’est peut-être pas étonnante de la part de Caetano, admirateur de son prédécesseur dont il partage la vision de l’ordre, de la discipline, du devoir. La réélection d’Americo Tomas à la présidence de la République en 1972 illustre parfaitement le blocage du système.

28À Prague. L’audace de l’entreprise tchécoslovaque inquiète les autres pays communistes et notamment l’URSS et la RDA. Mais aux considérations idéologiques s’ajoutent des préoccupations stratégiques et diplomatiques : risque d’affaiblissement du dispositif militaire du Pacte de Varsovie face à l’Alliance atlantique et en particulier la RFA, crainte d’une entente entre Prague, Belgrade et Bucarest, dangereusement centrifuge. Le Kremlin et ses États satellites (sauf la Roumanie toujours absente des réunions communes de la période) exercent donc une pression constante et qui va crescendo : depuis la réunion de Dresde le 23 mars jusqu’à celle de Bratislava le 3 août en passant par les manœuvres des forces du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie en juin-juillet. En outre, dès le 3 juillet, Léonid Brejnev formule la doctrine de la souveraineté limitée des États socialistes : « Nous ne pouvons rester indifférents au sort de la construction socialiste dans d’autres pays ».

  • 14 L’opération aurait fait 90 morts, à Prague surtout, 300 blessés grièvement, 500 légèrement [Stéphan (...)

29Finalement, le 21 août, la Tchécoslovaquie est envahie par les forces de l’URSS, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne et la RDA14, les principaux dirigeants du printemps de Prague sont arrêtés. Le pouvoir soviétique trouve alors le concours de ceux qui, dès le départ, se sont opposés à Dubcek, comme Indra avec lequel ils voudraient constituer « un gouvernement révolutionnaire ouvrier et paysan ». Mais, ils échouent dans leur entreprise face à la détermination des syndicats ouvriers et des organisations du PCT. Finalement Svoboda, Dubcek, Cernik, Smrkowski - qui ont été libérés - mais aussi les « durs » Bilak, Indra et Piller, ainsi qu’Husak se rendent en URSS où sont signés, sous la contrainte, les accords de Moscou le 26 août. Le pays est ainsi mis sous tutelle, le Kremlin peut y combattre l’hérésie et faire pression sur les dirigeants pour leur imposer une politique de normalisation.

Convergences et divergences dans le retour en arrière :

30Dubcek veut concilier l’inconciliable : libéralisation, autonomisation et fidélité inconditionnelle à l’URSS. Il en est de même pour Caetano qui souhaite mener de pair la libéralisation et la guerre coloniale.

La normalisation en Tchécoslovaquie

311. Après l’invasion, une partie de la population mène une résistance pacifique, non armée tandis que la répression est le fait des forces intérieures : armée, police, milice populaire. François Fejtö distingue entre août et octobre 1968 « le premier stade de la normalisation » consécutive aux accords de Moscou, pendant laquelle coexistent des « réformateurs » derrière Dubcek et des « conservateurs » parmi lesquels l’influence de Husak grandit. Dubcek lutte contre les forces « contre-révolutionnaires », rétablit la censure, s’entoure de personnes « désirables » pour Moscou.

  • 15 François Fejtö, op. cit., p. 282, 288, 286.

322. D’octobre 1968 à avril 1969 se déroule la deuxième étape qui débute avec l’accord soviéto-tchécoslovaque du 16 octobre prévoyant le stationnement à demeure de troupes étrangères, c’est-à-dire l’occupation du pays. Pendant cette période « d’anarchie et de désagrégation » selon Husak, « la tactique du salami » est mise en œuvre contre les dirigeants du PCT eux-mêmes et d’abord contre « les Quatre Grands du printemps de Prague », Dubcek, Svoboda, Cernik, Smrkowsky15 dont le Kremlin s’efforce de briser l’entente.

  • 16 Stéphane Courtois et alii, op. cit., p. 513.
  • 17 Michel Tatu, « Un homme de bonne volonté égaré au royaume des cyniques », Le Monde, 5-6 janv. 1969, (...)

33Les opposants au processus se font encore entendre avec l’immolation par le feu de l’étudiant Jan Pallach, le 16 janvier, puis avec la manifestation précédant ses funérailles (27 janvier) pendant laquelle le tocsin sonne et les Praguois se recueillent au monument de Jean Hus, mais surtout avec l’agitation consécutive à la victoire de la Tchécoslovaquie sur l’URSS au championnat du monde de hockey sur glace. Dans la nuit du 28-29 mars 1969, 69 villes connaissent des troubles, 21 garnisons soviétiques sur 36 sont attaquées, le bureau de l’Aeroflot est saccagé à Prague16. Une nouvelle intervention militaire est envisagée, notamment par le maréchal Gretchko, ministre de la Défense soviétique. Aussi, après ces graves incidents, la reprise en main se précise. Le 2 avril, l’hebdomadaire du Comité Central, Politika, est supprimé, l’organe du parti Rudé Pravo reçoit un blâme. Mais surtout le 17 avril, Gustav Husak remplace Dubcek au poste de premier secrétaire du PCT ; ainsi cesse « une extraordinaire équivoque politique »17 commencée le 21 août précédent.

34Né en 1913, issu d’une famille de la petite paysannerie, militant du PCT dès 1933, résistant, Gustav Husak est devenu président du gouvernement régional slovaque en 1945. Victime du stalinisme dans les années 1950, il revient en grâce dans les années 1960. Favorable à Dubcek en 1968, il est un des quatre vice-Premiers ministres du gouvernement Cernik.

  • 18 Stéphane Courtois et Marc Lazar, « Normalisation » dans Le Communisme, Paris, MA Éditions, Coll. Le (...)
  • 19 Tony Judt, Après Guerre. Une histoire de l’Europe depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2007, p. 528.

353. Le Kremlin compte sur ce juriste, à la tête du parti d’avril 1969 jusqu’au 17 décembre 1987 et à la tête de l’État de 1975 au 10 décembre 1989, pour normaliser, c’est-à-dire « consolider, sous la direction des Soviétiques, le pouvoir du parti et resceller l’alliance avec l’URSS qui a été contestée »18. Son itinéraire (voir infra) en fait « le candidat idéal pour purger le pays de l’hérésie réformiste sans susciter les accusations de retour au stalinisme »19. En effet, comme en 1956 en Hongrie, les Soviétiques ne peuvent rétablir un système discrédité. Certains espèrent qu’il sera « un nouveau Kadar » - dont on vante les mérites dans la presse officielle et dont Husak prétend s’inspirer -, qui, après avoir repris énergiquement le contrôle du pays, mènerait ensuite une politique d’apaisement. Les espoirs sont déçus.

  • 20 Stéphane Courtois et alii, op. cit., p. 514.

36La reprise en main est très rigoureuse et durable. Elle intervient principalement après le Comité Central de janvier 1970 qui décide un profond remaniement du gouvernement, une épuration du Parti, de l’État et de la société. La répression discrète et efficace permet un strict maintien de l’ordre que ne perturbent que quelques très rares manifestations. Peuvent être signalées : - celles du 20-21 août 1969 [organisées par le HRM, mouvement de la jeunesse révolutionnaire, pour le premier anniversaire de l’invasion et réprimées par les blindés, elles font 5 morts ; des milliers de personnes sont arrêtées et violentées, plus de 1 500 manifestants sont condamnés sur décret signé par Dubcek, alors président de l’Assemblée fédérale]20 ; celle du 28 janvier 1970 lors de laquelle quelques personnes célèbrent le premier anniversaire du sacrifice de Jan Pallach ; celle d’avril 1970 pour le centenaire de Lénine.

37La normalisation se décline dans différents domaines.

38Dans le domaine culturel, le rétablissement de la censure dès avril 1969, l’interdiction de certaines publications, la suspension ou la dissolution des différentes unions culturelles, l’épuration de nombreux journalistes et historiens conduisent de nombreux représentants de l’intelligentsia à prendre le chemin de l’exil ou de la dissidence. La vie culturelle et intellectuelle est brisée durablement, ce qui amène Aragon à parler d’un « Biafra de l’esprit » et Kundera d’un « massacre de la culture ».

  • 21 Cf. François Fejtö, op. cit., p. 295.

39Dans le domaine politique, les dirigeants les plus compromis sont mis à l’écart. Le 25 août 1969, Dubcek est révoqué de la présidence de l’Assemblée nationale (il y avait accédé en avril) et exclu du présidium du parti. Le 28 janvier 1970, Cernik est remplacé par Lubomir Strougal, un dur, au poste de Premier ministre ; au même moment, Dubcek qui a été nommé ambassadeur à Ankara, ce qui permet de l’éloigner, démissionne du Comité Central ; dès le mois de juin, il est révoqué et exclu du PCT, tout comme Cernik six mois plus tard. En outre, le PCT d’où vient l’essentiel de l’opposition est épuré : 600 000 démissions, passage au crible d’un million d’adhérents, notamment les membres de l’intelligentsia permettent de reconstruire du sommet à la base et de re-bolcheviser le parti. De parti de masse, il devient un parti d’élite21. Il en est de même pour l’appareil d’État avec la réorganisation des organismes de répression et du système judiciaire, la reprise en main de l’administration et le contrôle de l’information, notamment de la radio qui attaque les principaux acteurs du printemps de Prague, accusés d’avoir voulu rétablir le libéralisme économique et d’avoir trempé dans un complot sioniste...

  • 22 Ibid., p. 302.

40Dans le domaine social, afin d’être craint et respecté de tous, le pouvoir développe une répression de masse, insidieuse et cruelle, en interdisant certaines professions aux suspects ou en empêchant leurs enfants d’accéder aux études. Ce contrôle social, « violence civilisée » (Milan Simecka), contribue à l’atomisation de la société et à l’exil de plusieurs milliers de Tchécoslovaques. Les syndicats ouvriers qui, à l’occasion du Printemps de Prague, avaient tendu à devenir des « centres de représentation, d’initiative et de participation »22 sont particulièrement visés. Hostiles à l’invasion, rétifs à la normalisation, attachés à la libéralisation et à la souveraineté nationale, ils sont l’objet d’une sévère purge.

41La remise en ordre concerne enfin la diplomatie. Après les accords du 26 août et du 16 octobre 1968 qui confèrent à l’URSS le droit d’intervenir et de faire stationner des troupes, le traité d’amitié soviéto-tchécoslovaque du 6 mai 1970 confirme la doctrine de la souveraineté limitée. Stratégiquement, Moscou tient un important territoire face à la RFA qui est accusée de connivence avec le printemps de Prague, notamment par la RDA, mais aussi par la France... Les Tchécoslovaques ont vite compris qu’ils ne pouvaient compter sur aucune aide étrangère. La soumission au grand frère est illustrée par l’évolution du discours relatif à l’intervention militaire des forces du Pacte de Varsovie : on passe de l’hostilité à la gratitude.

  • 23 Selon Henri Bogdan, l’entrée des troupes de Pankow « n’a pas manqué d’éveiller certains souvenirs d (...)

42La crise de 1968 a aussi réveillé le nationalisme : - au niveau des minorités avec le renouveau du particularisme slovaque que tend à récupérer Husak ou avec le bon accueil réservé aux troupes de Budapest en Slovaquie méridionale par certains habitants d’origine hongroise ; - au niveau du pays tout entier avec, à plusieurs reprises, une forte expression du sentiment national : pèlerinage aux tombes des deux Masaryk après la démission de Novotny, résistance à l’occupation et dénonciation des collaborateurs après l’invasion23 puis opposition à l’Occident après l’éviction de Dubcek.

43Le régime se doit d’offrir certaines compensations à cette politique de compression, et à la carotte slovaque, il ajoute la carotte économique. Le gouvernement enraye l’inflation, améliore le ravitaillement grâce à l’aide de l’URSS qui, ainsi, espère se faire mieux voir. La réforme économique commencée sous la houlette d’Ota Sik au temps du printemps de Prague est poursuivie mais infléchie dans un sens moins libéral, au profit de la planification centralisée et du dirigisme éclairé, inspiré de la RDA et d’une intégration systématique dans le CAEM. Dans la première moitié des années 1970, le PNB progresse de 32 %, la consommation augmente de 27 % et le niveau de vie s’améliore.

La renonciation aux réformes et le renforcement de la répression au Portugal

  • 24 Cf. Antonio-Henrique de Oliveira Marques, op. cit., p. 539.
  • 25 Jean-François Labourdette, op. cit., p. 606.

44Marcelo Caetano subit la pression de certains milieux hostiles à tout assouplissement : quelques dignitaires de l’armée, la police, des hauts fonctionnaires, une partie de la hiérarchie ecclésiastique, le grand capital, le président de la République24. En outre, cet homme, très attaché au rayonnement du Portugal dans le monde et qui « n’a rien d’un démocrate ou même d’un libéral », « arrive trop tard »25.

  • 26 Jacques Marcadé, op. cit., p. 51.

45Le retour du balancier est illustré par la réélection d’Américo Tomas en 1972 ; il est confirmé par les élections législatives de 1973, tout aussi cadenassées que les précédentes et à l’issue desquelles disparaît l’aile libérale du régime qui en a dénoncé la dérive réactionnaire. Cela correspond à l’abandon de tous les projets de libéralisation [révision constitutionnelle prévoyant l’élection du Président de la République au suffrage universel, amnistie, presse, associations] et à une aggravation de la répression menée par un gouvernement qui s’appuie sur la DGS et la GNR, Garde nationale républicaine, qui lui sert de « garde prétorienne »26. Elle se traduit par : une nouvelle législation syndicale permettant de destituer les dirigeants subversifs (octobre 1970), l’interdiction des associations étudiantes, l’enrôlement de force dans l’armée coloniale des étudiants les plus récalcitrants, l’augmentation des poursuites judiciaires et des incarcérations d’opposants, le nouvel exil de Mario Soares (dès le printemps 1970), l’assassinat du leader indépendantiste de la Guinée-Bissau Amilcar Cabrai (1973)...

  • 27 Cf. Ibid., p. 154.
  • 28 5 000 morts, 30 000 blessés, 20 000 mutilés [Robert Durand, Histoire du Portugal, Paris, Hatier, Co (...)
  • 29 Ainsi, en 1972, au Mozambique, « l’offensive généralisée sur tous les fronts » lancée par les guéri (...)

46À Lisbonne aussi, le pouvoir essaye de fournir à ses administrés quelques satisfactions matérielles. La croissance du secteur industriel est spectaculaire (+ 36 % entre 1970 et 1973) et s’accompagne d’une concentration du capital (0,4 % des entreprises, 168 sur 40 000, possèdent 53 % du capital industriel), mais la forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur est une faiblesse de même que l’archaïsme des structures illustré par la prédominance des petites entreprises, l’importance des activités à faible valeur ajoutée (textile, bois), le retard technologique et la politique des bas salaires qui limite le marché intérieur27. En outre le coût de la guerre outre-mer, la crise mondiale et l’inflation qui inquiètent une partie de la population, contribuent à la détérioration du climat social qui sévit à partir de 1973. Pour échapper au service militaire dont la durée a été portée de dix-huit mois à quatre ans dès 1968, de nombreux jeunes (100 000 ?) choisissent de déserter. Dans la guerre que le Portugal livre aux patriotes africains, il ne peut compter que sur le soutien de l’Afrique du Sud et de la Rhodésie racistes. Ce conflit, où les affrontements directs sont rares mais très meurtriers28, a surtout un impact politique : le pays est isolé et discrédité, le gouvernement intensifie sa propagande nationaliste tandis que grandit le mécontentement de la population et d’une partie de l’armée qui souhaite donner la priorité au développement intérieur et trouver une solution politique à un conflit qui s’enlise29.

Convergences et divergences chez les principaux acteurs : des « libéraux » ?

  • 30 Henri Bogdan, op. cit., p. 494.
  • 31 Tony Judt, op. cit., p. 530.

47Comme l’écrit Henry Bogdan, « « les libéraux » du Printemps de Prague furent les premiers agents de la normalisation à la grande déception de ceux qui avaient mis en eux toute leur confiance »30. De fait, ces personnages, tout au long de leur carrière, avaient donné des gages de fidélité à Moscou. Smrkowsky, Svoboda avaient joué un rôle déterminant lors du Coup de Prague (1948). Cernik et Dubcek sont des apparatchiks qui ont gravi, sous la période stalinienne, sans état d’âme apparent, le cursus honorum. Dubcek et son entourage veulent d’abord sauver le système auquel ils sont profondément attachés. On comprend ainsi cette remarque quelque peu désabusée de Tony Judt : « L’apparente facilité avec laquelle Dubcek d’abord, puis le parti, et enfin la société tout entière semblèrent s’aplatir devant les suzerains soviétiques et leurs larbins locaux n’était pas seulement humiliante ; rétroactivement, elle auréolait d’un certain scepticisme les idéaux et les espoirs de l’époque de la réforme »31.

  • 32 Le Monde, « Les 100 jours de Marcelo Caetano », 9 janvier 1969, op. cit.
  • 33 Jean-François Labourdette, op. cit., p. 595.

48De même, le « printemps politique » de Lisbonne fut des plus timides. Dès janvier 1969, Caetano rappelait avec fermeté la continuité du régime32. Tout comme Salazar, il demeure « partisan d’un État fort, du système corporatif, il est un adversaire féroce du libéralisme, de la démocratie parlementaire et du système des partis »33.

Une énigme : Dubcek

  • 34 Cf. William Shawcross, Dubcek, un homme pour toutes les saisons, Paris, Stock, 1990.
  • 35 Michel Tatu, op. cit.
  • 36 François Fejtö, op. cit., p. 290.

49Au départ, Dubcek34 est désigné non pour mener une politique de rechange mais afin d’apaiser le mécontentement. Il est alors l’homme de la relève. Il agit lentement en veillant à ménager les novotnystes. C’est vraiment en avril après la démission de Novotny de la présidence de la République que débute le printemps de Prague, mais il laisse se déclencher plutôt qu’il ne déclenche lui-même le processus de libéralisation. Il s’efforce de freiner le mouvement car il ne veut pas être entraîné trop loin et redoute les réactions des autres pays du bloc socialiste. Il apparaît, alors comme l’homme de la rupture alors qu’en fait, il observe et temporise. Manque-t-il de courage ? Est-il dépassé par les événements ? Sous-estime-t-il le mécontentement de Moscou ? Après l’invasion, « il tente de se mettre à l’unisson du réalisme »35 tout en continuant la politique de janvier. « Prisonnier d’une idéologie dont la pierre de touche était la dévotion à l’URSS... il se plaçait dans une situation d’infériorité » qui conduit à sa manipulation, son isolement, à son acceptation d’un retour à la norme fixée par les Soviétiques. Dubcek n’est ni un libéral, ni un héros ; il apparaît plutôt comme un honnête homme, ouvert, de bonne volonté, réformiste, qui aurait surtout « enseigné à son peuple à subir son sort avec philosophie et discipline, en espérant des jours meilleurs »36.

Deux « libéraux » (?) qui se raidissent

  • 37 Ibid., p. 291.

501. Husak. En 1968, il s’appuie sur Dubcek pour combattre en Slovaquie Bilak le stalinien. En 1969, il fait l’inverse. Stalinien de choc dans les années 1940, il souhaite le rattachement de la Slovaquie à l’URSS en 1945 puis l’autonomie de cette province. Si bien qu’au temps des purges staliniennes qu’il a contribué à mettre en marche et dont il est victime, il est accusé de « nationalisme bourgeois ». Destitué en mai 1950, arrêté en février 1951, condamné à perpétuité en 1954, il reste 9 ans derrière les barreaux avant d’être réhabilité en 1963, grâce aux libéraux. Il soutient les réformistes qui évincent Novotny. Selon lui, « la politique de janvier » se résume à cette élimination, alors que pour Dubcek et ses amis, « c’est l’utopie du socialisme à visage humain »37. À certains égards, il est l’homme de la relève car il a fait partie de l’équipe Dubcek et se réclame de « la politique de janvier », mais il est en fait l’homme de la rupture avec le printemps de Prague et du retour en arrière.

  • 38 Jacques Rupnik, « Tchécoslovaquie : de la normalisation d’une crise à la crise d’une normalisation  (...)

51Lors de l’invasion, il écarte Bilak de la direction du Parti communiste slovaque (PCS), mais à Moscou il est le premier à se prononcer pour la signature du diktat. Il fait invalider le 14e congrès du PCT sous prétexte de la sous-représentation du PCS. Il joue la carte slovaque pour mettre un terme à l’hérésie tchèque Pour lui, les événements de 1968 constituent donc un tremplin. Les Soviétiques choisissent un ancien réformateur pour normaliser et un nationaliste slovaque pour soviétiser. Est-ce le goût du pouvoir qui l’amène à de tels reniements ? Lui qui déclarait quelques jours après l’invasion - « Je soutiens fermement la conception du camarade Dubcek. J’en fus le coauteur, je le soutiendrai totalement ; soit je resterai avec lui, soit je partirai avec lui » - s’appuie ensuite sur les durs emmenés par Bilak et Indra. Cette alliance est « la base politique de la normalisation et le verrou contre une évolution kadartienne »38.

522. Caetano. Il semble tenir un peu des deux Slovaques quant à l’évolution idéologique et à l’action...

53Il a une réputation de libéral. Personnalité influente du régime, il propose, dès 1945 la réforme agraire, l’amélioration des conditions de travail. En 1951, il établit une planification économique moderne. Lors des élections présidentielles de la même année, il fait figure de leader de l’aile gauche et républicaine du régime qui s’oppose, avec succès, aux partisans les plus fidèles de Salazar (monarchistes) favorables au cumul, au profit de ce dernier, des fonctions de chef du gouvernement et de chef de l’État. Il noue d’étroites relations avec le nouveau président de la République élu alors, le général Craveiro Lopes, lui-même proche des officiers que la fréquentation de leurs collègues de l’OTAN ouvre au changement (Delgado, Costa Gomes). En 1958, il souhaite que Craveiro Lopes soit de nouveau candidat mais ce dernier renonce devant le danger que représente la candidature du très populaire général Humberto Delgado qui promet la libéralisation du régime. Or, c’est Caetano qui, en 1957, a fait nommer ce plus jeune général de l’armée portugaise, ancien chef de la mission portugaise auprès de l’OTAN (1952-1957), directeur général de l’aéronautique civile. Finalement, le candidat de Salazar, l’amiral Américo Tomas est élu et Caetano quitte le gouvernement tandis que le régime se durcit (assassinat de Delgado et déportation de Mario Soares en 1965), d’autant plus que les principales colonies se révoltent.

54Face à ce blocage, dès mars 1961, le ministre de la Défense, Botelho Moniz, soutenu par les États-Unis, tente de renverser Salazar. Il voudrait le remplacer par Caetano pour entreprendre une politique de libéralisation au Portugal et dans les colonies. Caetano se montre très réservé et le complot échoue (avril). En matière coloniale, il est moins intransigeant que Salazar : il a conseillé (en vain) une solution négociée avec l’Inde lors de la crise au sujet de Goa (décembre 1961) ; en février 1962, il a préconisé la transformation de l’État unitaire portugais en un État fédéral dans lequel l’Angola et le Mozambique auraient le statut d’État fédéré. Caetano, devenu recteur de l’université de Lisbonne, renonce à ses fonctions en signe de protestation contre les brutalités policières à l’encontre des étudiants. Il se tient quelque peu en retrait et garde le contact avec les intellectuels.

  • 39 Robert Durand, op. cit., p. 276.

55En fait, son réformisme concerne surtout le système économique et social : il souhaite assouplir le contrôle de l’État sur le système corporatif, émanciper les organismes primaires et moderniser les structures économiques. Au niveau politique, son « libéralisme » est des plus limités. Le dialogue qu’il prétend promouvoir se limite à l’opposition modérée et anticommuniste ; si le parti salazariste a changé de nom, il demeure unique. En outre, les méthodes de la police politique restent les mêmes, la censure est remplacée par l’examen préalable (1972), les dispositions relatives à la réforme de l’éducation ne sont guère appliquées, la guerre aux colonies continue et avec elle la domination blanche... A-t-il laissé le général Spinola publié son livre Portugal o futuro, en février 1974, qui préconise une solution négociée pour « opposer la position de l’armée aux arguments de ses ultras » ?39

56Caetano demeure l’héritier de Salazar et de l’Estado novo à l’idéologie duquel il a contribué dans l’entre-deux-guerres notamment dans la revue Ordem novo (contre-révolutionnaire, réactionnaire et catholique) et à la présidence de la Mocidade portuguesa (Jeunesse portugaise) qui embrigade de force les étudiants et n’est pas sans rappeler les mouvements de jeunesse des États totalitaires. Caetano n’est donc pas l’homme de la rupture mais l’homme de la relève, lui-même ayant parlé d’une « évolution dans la continuité ».

Épilogue

57L’émancipation se produit plus tôt à Lisbonne, en 1974, qu’à Prague, en 1989.

  • 40 Ibidem, p. 289-290. Toutefois, le terme n’a pas exactement, ici, la même acception qu’à propos de l (...)

58La situation extérieure du Portugal ne cesse de se détériorer, les oppositions se radicalisent et convergent. Les capitaines progressistes et hostiles à la guerre songent à passer à l’acte alors que certains de leurs chefs (Costa Gomes, Spinola) sont en communion de pensée avec eux. C’est chose faite le 25 avril 1974 avec la Révolution des œillets, ouvrant une période de libéralisation, de démocratisation, mais aussi d’agitation et d’instabilité qui cesse entre 1977 et 1979, deux années de normalisation selon Robert Durand40, alors que Lisbonne dépose sa demande d’adhésion à la CEE.

  • 41 Jacques Rupnik, op. cit.
  • 42 Eda Kriseova, Vaclav Havel, la biographie, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1991.
  • 43 Jacques Rupnik, « Tchécoslovaquie, le retour de la démocratie », dans La grande secousse. Europe de (...)
  • 44 Tony Judt, op. cit., p. 724.

59L’œuvre d’Husak, président de la République en 1975, est un « semisuccès » dans la mesure où le pays est resté calme et où la dissidence ne semble concerner qu’une minorité. C’est aussi un « semi-échec » parce qu’il n’est pas parvenu à rétablir un consensus entre la société et l’État en raison de la poursuite de la répression, à briser l’isolement du pays, à enrayer sa lente « démodernisation économique »41. Partisan d’une intervention armée en Pologne en 1981, Husak ne suit pas l’évolution souhaitée par Gorbatchev. Longtemps sourds aux aspirations de leurs concitoyens, Husak et son équipe sont finalement balayés par la révolution de velours (17 novembre-10 décembre 1989) qui installe au pouvoir Vaclav Havel42, un des plus précoces et des principaux dissidents, et rend hommage à Dubcek. Pour certains, cette révolution antitotalitaire est une restauration, une reprise du printemps de Prague « révolution interrompue »43. Pour d’autres, elle est tout autre chose, Dubcek n’étant plus qu’une « curiosité historique » dont « le vocabulaire, le style et même les gestes » sont anachroniques puisqu’« il s’obstine à parler de ressusciter une voie plus douce, plus clémente vers le socialisme »44.

Notes

1 Expression employée par l’homme politique italien, Aldo Moro, en 1960, pour « illustrer son projet politique » d’accord entre la DC et le PSI, « dans le cadre d’une coalition et d’un programme », les deux partis devant rester bien distincts sur le plan de l’identité et de l’idéologie (d’après Frédéric Attal, Histoire de l’Italie de 1943 à nos jours, Paris, Armand Colin, Collection U, 2004, p. 219).

2 Tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains d’un seul homme, le président du Conseil ; Marcelo Caetano parle d’un « présidentialisme du président du Conseil ». Le statut des corporations a été promulgué le 3 septembre 1933 : organisation hiérarchisée, 24 corporations regroupant employeurs et employés avec tribunaux chargés de régler les conflits du travail, cotisation obligatoire mais pas l’adhésion, Chambre corporative à côté de l’Assemblée nationale. Le corporatisme limite le rôle de l’État, lie l’économique et le social, respecte les cellules « naturelles », substitue la solidarité de classes à la lutte des classes. L’État exalte Dieu, la famille, l’autorité, la hiérarchie, l’ordre, la patrie, le travail.

3 Secteur primaire : 31 % ; secteur secondaire : 34 % ; secteur tertiaire : 35 %.

4 Antonio Henrique de Oliveira Marques, Histoire du Portugal et de son empire colonial, Préface de Mario Soares, Postface de Jean-Michel Massa, Paris, Karthala, 1998.

5 François Fejtö, Histoire des démocraties populaires, tome II. Après Staline, Paris, Seuil, Coll. Points Politique, 1972, p. 249.

6 Ainsi lors des visites du pape Paul VI en Inde et à New York (ONU), en 1964 et 1965.

7 Il s’agit de l’Action socialiste portugaise de Mario Soares et Jorge Sampaio.

8 Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal, Paris, Fayard, 2000, p. 596, 593, 594.

9 Le Monde, « Les 100 jours de Marcelo Caetano », 9 janvier 1969.

10 Cf. Jacques Marcadé, Le Portugal au XXe siècle 1910-1985, Paris, PUF, Coll L’Historien, fondée par Roland Mousnier, 1988. « Dans une allocution radiotélévisée, il affirme son regret de ne pas pouvoir encore donner la parole à ses concitoyens en instituant un véritable régime parlementaire, cela en raison de la sous-information dans laquelle ils avaient été si longtemps tenus » [Robert Durand, op. cit., p. 217-218]. Le 8 avril 1970, il déclare : « Celui qui exerce le Pouvoir a pour devoir primordial de faire respecter les règles dont dépendent l’harmonie des intérêts particuliers et les égards dus à l’intérêt général ».

11 En 1968, la réforme électorale a augmenté de 50 % le nombre des électeurs.

12 Cf. Jacques Marcadé, op. cit., p. 50.

13 Cf. Jacques Marcadé, op. cit., p. 49.

14 L’opération aurait fait 90 morts, à Prague surtout, 300 blessés grièvement, 500 légèrement [Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Jean-Louis Panné, Andrzej Paczkowski, Karel Bartosek, Jean-Louis Margolin, Le livre noir du communisme. Crime, terreur, répression, Paris, Bouquins/Robert Laffont, 1998, p. 511-512].

15 François Fejtö, op. cit., p. 282, 288, 286.

16 Stéphane Courtois et alii, op. cit., p. 513.

17 Michel Tatu, « Un homme de bonne volonté égaré au royaume des cyniques », Le Monde, 5-6 janv. 1969, p. 6.

18 Stéphane Courtois et Marc Lazar, « Normalisation » dans Le Communisme, Paris, MA Éditions, Coll. Les grandes encyclopédies du monde de..., 1987, p. 179-180.

19 Tony Judt, Après Guerre. Une histoire de l’Europe depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2007, p. 528.

20 Stéphane Courtois et alii, op. cit., p. 514.

21 Cf. François Fejtö, op. cit., p. 295.

22 Ibid., p. 302.

23 Selon Henri Bogdan, l’entrée des troupes de Pankow « n’a pas manqué d’éveiller certains souvenirs d’un côté comme de l’autre » de la frontière, Histoire des pays de l’Est des origines à nos jours, Paris, Perrin/Pluriel, 1994, p. 496.

24 Cf. Antonio-Henrique de Oliveira Marques, op. cit., p. 539.

25 Jean-François Labourdette, op. cit., p. 606.

26 Jacques Marcadé, op. cit., p. 51.

27 Cf. Ibid., p. 154.

28 5 000 morts, 30 000 blessés, 20 000 mutilés [Robert Durand, Histoire du Portugal, Paris, Hatier, Coll. Nations d’Europe dirigée par Serge Berstein et Pierre Milza, 1992, p. 271], sans compter les multiples victimes, la spoliation et le retard de développement des territoires soumis au joug colonial.

29 Ainsi, en 1972, au Mozambique, « l’offensive généralisée sur tous les fronts » lancée par les guérilleros permet d’étendre très sensiblement les zones libérées [Elikia M’Bokolo, L’Afrique au XXe siècle. Le continent convoité, Paris, Seuil, Coll. Points/Histoire, 1985, p. 311].

30 Henri Bogdan, op. cit., p. 494.

31 Tony Judt, op. cit., p. 530.

32 Le Monde, « Les 100 jours de Marcelo Caetano », 9 janvier 1969, op. cit.

33 Jean-François Labourdette, op. cit., p. 595.

34 Cf. William Shawcross, Dubcek, un homme pour toutes les saisons, Paris, Stock, 1990.

35 Michel Tatu, op. cit.

36 François Fejtö, op. cit., p. 290.

37 Ibid., p. 291.

38 Jacques Rupnik, « Tchécoslovaquie : de la normalisation d’une crise à la crise d’une normalisation », Politique étrangère, 1984, numéro 3, volume 49, p. 635-647.

39 Robert Durand, op. cit., p. 276.

40 Ibidem, p. 289-290. Toutefois, le terme n’a pas exactement, ici, la même acception qu’à propos de la Tchécoslovaquie. Le délabrement économique, les pressions du FMI et de la CEE contraignent le gouvernement de Lisbonne à prendre des mesures d’austérité, à remettre en cause certains « acquis » révolutionnaires (dénationalisations), qui font parler d’une « dérive droitière » et de fait, le retour de la droite au pouvoir peut être rapproché de l’avènement de Gustav Husak. Mais pour le Portugal, cette période correspond aussi à l’accès à la maturité démocratique (réformes, ordre et mesure), avec la garantie du pluralisme et la possibilité d’alternance.

41 Jacques Rupnik, op. cit.

42 Eda Kriseova, Vaclav Havel, la biographie, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1991.

43 Jacques Rupnik, « Tchécoslovaquie, le retour de la démocratie », dans La grande secousse. Europe de l’Est 1989-1990, sous la direction de Pierre Kende et Aleksander Smolar, Paris, Presses du CNRS, Coll. Sociétés en mouvement, 1990, p. 105-117.

44 Tony Judt, op. cit., p. 724.

Auteur

Université Nord de France, Lille 3, IRHiS (UMR CNRS)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540