Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Troisième partie : Le cas particulier des dictatures

Le dictateur, le prince et le gouverneur civil : 1969, année zéro de la transition démocratique en Espagne ?

The Dictator, The Prince And The Civil Governor: 1969, The Year Zero For The Democratic Transition In Spain?

François Malveille

Résumé

On parle couramment des deux Espagnes pour décrire la guerre civile et l’opposition fondamentale du XXe siècle. En 1969, 30 ans après la fin théorique de la guerre civile, la paix de Franco est une paix en trompe l’œil, et le changement de génération ne met pas terme, bien au contraire, à l’affrontement. Il existe différents projets a priori incompatibles : le projet de continuité et le projet de rupture.
Depuis la loi de succession de 1947, l’Espagne est une monarchie sans roi. L’épuisement biologique d’une génération est manifeste. Il s’agit de celle de Franco et de la guerre civile. Nés avant la guerre civile, à la fin du XIXe ou au début du XXe, ils arrivent en fin de vie. Franco lui-même est né en 1890, il est déjà un vieillard en 1969. Il sait qu’il faut mettre la dernière main à sa succession. Les institutions sont prêtes, reste la question de la personne. Qui prendra les rênes de ce pays, après plus de 30 ans de dictature ? Entre idéologie et pragmatisme, Franco diffère sa décision.
Les candidats sont nombreux, et au premier rang d’entre eux figure Juan de Borbón. La décision intervient en juillet 1969. Le projet de Franco en la personne de Juan Carlos de Borbón implique un saut de génération. Un homme de 30 ans doit remplacer un homme de 80. Ce sont près de cinquante années qui séparent les deux hommes. La question des générations est au cœur de la question des relèves. Dans l’idée de relève, on retrouve l’idée de l’épuisement, l’idée de collectif... La génération précédente s’efface et laisse la place à la génération montante. L’idée de continuité est aussi présente. Il ne s’agit pas d’une rupture mais d’une prolongation d’une action avec un changement de support biologique. Il y a comme un relais, une action qui ne s’éteint pas...
Cette relève est bien entendu problématique. La question de la légitimité se pose logiquement. De quelle légitimité disposera le successeur d’un dictateur ? Nous avons donc en 1969 un dictateur en quête de continuité et un prince en quête de légitimité. Comment devenir un jour le roi de tous les Espagnols quand on a été désigné par un homme tel que Franco ? Laureano López Rodo, ancien ministre et défenseur de cette option parle de la « longue marche de la monarchie » en Espagne.
Juan Carlos de Borbón bien entendu n’est pas seul. Il dispose d’adjuvants qui lui ouvrent le chemin et lui permettront de troquer sa « légitimité » franquiste contre une légitimité démocratique. L’année 1969 est aussi celle de la première rencontre entre le futur roi et son futur chef de gouvernement en 1976, Adolfo Suarez alors jeune gouverneur civil. 1969 est l’année où cette génération d’Espagnols qui n’avait pas connu directement la guerre civile est entrée dans l’antichambre du pouvoir.
Le mot de la fin revient à Franco, dans son discours de fin d’année, il précisait qu’il avait laissé « tout cela ficelé et bien ficelé ». 40 années après la décision de Franco, Juan Carlos de Borbón est toujours à la tête de l’Espagne. Une Espagne bien différente de celle de 1969. La dictature a laissé place à une monarchie constitutionnelle aux antipodes de la conception de Franco. La légitimité sulfureuse de Juan Carlos est devenue une légitimité démocratique, avec l’adoption de la constitution de 1978. Reste ce paradoxe, le chef de l’état actuel de l’Espagne démocratique d’aujourd’hui a été désigné par le dictateur d’hier. Reste aussi la question de la monarchie, et celle des orphelins de la république.

The phrase “the two Spains” is often used to describe the civil war and the fundamental opposition of the 20 th century. In 1969, 30 years after the theoretical end of the civil war, peace was not really peace. Since the Act of Succession of 1947, Spain had been a monarchy without a king. The institutions were ready, the question of the person remained. Who would govern this country after more than 30 years of dictatorship? The candidates were many, and first of them there was Juan de Borbón. The decision came in July 1969. Franco’s decision in favour of Juan Carlos de Borbón involved a leap of generation. So in 1969 we have a dictator in search of legitimacy. 40 years after Franco’s decision, Juan Carlos de Borbón is still the head of State. A very different Spain from that of 1969.

Texte intégral

  • 1 Bartolomé Bennassar, « Les deux Espagne », dans L’histoire, Paris, juin 1996, p. 34-35.

1« Depuis le XVIIIe siècle au moins, deux Espagne semblent s’opposer sans compromis possible : tradition contre modernité, catholicisme contre libre-pensée, autorité contre anarchisme. Leur seul point commun : aucune n’accepte vraiment le verdict des urnes »1 affirmait l’hispaniste Bartolomé Bennassar, dans un article consacré à la guerre d’Espagne. En 1969, trente ans après la fin théorique des hostilités, le conflit a pris une autre forme. Le régime parle alors de paix, mais la paix de Franco est une paix en trompe l’œil, une paix sans justice, sans liberté réelle et sans réconciliation. Une paix qui ressemble à la guerre. L’Espagne a certes changé, mais les Espagnols s’opposent toujours sur des questions fondamentales. Au sein de cette société, il existe deux projets majeurs a priori incompatibles : le projet de rupture et le projet de continuité. Ce projet de continuité, à la différence du projet de rupture, présuppose une relève. Il s’agit de prolonger une action avec un changement de support biologique. Dans l’idée de relève, il y a l’idée de l’épuisement, d’une fin, la question des générations est donc elle-même au cœur du problème des relèves. La génération précédente s’efface et laisse la place à la génération montante. L’idée de continuité est aussi présente. Il ne s’agit pas d’une rupture mais d’une prolongation d’une action. Il y a comme un relais, une action qui ne s’éteint pas.

2La question qui se pose donc toujours en 1969 en Espagne est de savoir qui prendra les rênes du pays, après plus de 30 ans de dictature. Entre idéologie et pragmatisme, Franco a différé sa décision. Les candidats sont nombreux, et au premier rang d’entre eux figure Juan de Borbón. La décision finale est connue de tous. Le 22 juillet, Franco choisit officiellement le fils et écarte le père. Aussi, en cette année 1969, le dictateur et le prince sont-ils au centre de l’actualité. Le premier est en fin de vie et construit sa succession, le second, est encore jeune et s’apprête à prendre la tête de l’État. La génération de Franco est sur le déclin. Celle de l’après-guerre est dans les coulisses, prête à entrer en scène. Franco pose la dernière pierre de son régime et il semble avoir le contrôle de la relève.

3Cette relève est bien entendu problématique. La question de la légitimité se pose logiquement. De quelle légitimité disposera le successeur d’un dictateur ? Comment devenir un jour le roi de tous les Espagnols quand on a été désigné par un homme tel que Franco ? Nous avons donc en 1969 un dictateur en quête de continuité et un prince en quête de légitimité. C’est dans ce cadre qu’il convient de considérer également l’arrivée dans ce schéma en 1969 d’un troisième homme qui jouera un rôle majeur dans la transition démocratique, il s’agit d’Adolfo Suarez, qui sera l’homme de la réforme politique.

4Bien évidemment, en cette année 1969, la démocratie, pour de nombreux Espagnols, reste un objectif difficile à atteindre, un peu à l’image de la lune jusqu’à cette date. Nous allons donc nous pencher sur cette année, en nous gardant, autant que faire se peut, d’une interprétation a posteriori qui mènerait à une surinterprétation des faits du passé à la lumière des événements que nous connaissons aujourd’hui. C’est en quelque sorte un moment de la gestation de cette transition démocratique que nous allons étudier, six années avant son avènement, qui était, bien sûr, impossible à prévoir en 1969. L’incertitude quant à l’avenir politique du pays restera très grande jusqu’à l’adoption de la constitution de 1978 qui marquera la fin de la transition démocratique, du point de vue institutionnel. Nous allons donc tenter de discerner les éléments liés à la question des relèves et des générations politiques qui se mettent alors en place et préfigurent l’Espagne du post-franquisme.

« La longue marche de la monarchie »

5Au cours du XXe siècle, l’Espagne a connu la monarchie, la république et la dictature. Chacun de ces régimes implique une logique différente pour la désignation du chef de l’État. Sur le papier, un roi, un président ou un dictateur détiennent tous le pouvoir, en totalité ou en partie, mais ne disposent pas de la même légitimité. La tradition, le sang, le droit, le peuple, la force pèsent plus ou moins sur le choix de cette personne, qui engage la collectivité.

6En quelques années, de 1931 à 1939, le pouvoir changeait plusieurs fois de mains et de nature. La monarchie s’interrompait, Alfonso XIII quittait l’Espagne. Commençait ensuite la seconde République, qui laissait très vite la place à la dictature de Franco. En dépit de ses liens avec l’Allemagne nazie, ce régime allait survivre à la Seconde Guerre mondiale et perdurer. Pour le régime de Franco, l’histoire continuait donc. Cette situation faisait que la question de la succession serait un jour posée.

  • 2 Laureano López Rodó La larga marcha a la monarquía, Barcelona, Noguer, 1977, p. 286.
  • 3 Joaquín Bardavío et Justino Sinova, Todo Franco, Franquismo y antifranquismo de la A a la Z, Barcel (...)
  • 4 La loi de 1967 en avait modifié quelques articles.

7Il est curieux de constater comme le souligne Laureano Lopez Rodô, ancien ministre et auteur du livre La larga marcha hacia la monarquia, que le « mandat » de Franco n’a jamais été formalisé dans les textes. Il n’est écrit nulle part que Franco est chef de l’État à vie2. Son « mandat » n’a pas de durée mais l’idée de désigner un successeur est présente en Espagne depuis longtemps quand commence l’année 1969. La loi de Succession de 1947 affirmait que l’Espagne était une monarchie, et que Franco avait la faculté de désigner son successeur qui aurait le titre de Roi ou de régent, selon les cas. Celui-ci devait être un homme, de nationalité espagnole, catholique, de plus de 30 ans, et il devait bien entendu avoir prêté serment et juré fidélité aux principes du mouvement national et aux lois fondamentales3. Les institutions sont prêtes, mais le choix de la personne est en suspens4.

  • 5 Laureano López Rodó, op.cit.

8De fait, cette monarchie reposait sur la volonté personnelle de Franco, qui se retrouvait dans la position d’un faiseur de roi. Certains de ses partisans les plus fervents n’hésitèrent d’ailleurs pas à lui suggérer de devenir roi lui-même.5 Les textes de loi prévoyaient une instauration et non une restauration de la monarchie, ce qui, théoriquement, avait l’avantage de laisser les mains libres au maître d’œuvre. Avant de faire un roi, il appartenait à celui-ci de faire un prince. La dictature ne disposant pas de cette tradition, elle a dû mettre en place sa relève et prévoir si elle souhaitait perdurer. En effet, contrairement à la dictature, la monarchie prévoit la succession et donc la relève. Les fils succèdent aux pères, le sang constitue le lien. Le fils est donc prince avant que d’être roi. Le prince est généralement « celui qui appartient à une famille souveraine sans régner lui-même », d’après le Dictionnaire Robert. Ce statut est donc une sorte de salle d’attente du pouvoir, une attente parfois très longue et parfois même infructueuse.

  • 6 Joseph Pérez, Histoire de l’Espagne, Paris, Fayard, 1996, p. 828.
  • 7 Ibid., p. 827.

9La force, qui est généralement à l’origine des dictatures, cherche à prendre parfois une forme plus démocratique en apparence en imitant le fonctionnement des démocraties. C’est le cas de l’Espagne qui a eu recours aux référendums, ce qui donnait une apparence démocratique à un système qui ne l’était pas. Cet « emprunt » à la démocratie ne change rien à la nature réelle du régime qui repose toujours sur la force et n’offre aucune garantie quant à la liberté des citoyens. Ce régime recherche une apparence de normalité démocratique mais demeure privé de légitimité réelle. Franco reste donc le maître du jeu, et comme le souligne l’hispaniste Joseph Pérez, il reste aussi « fidèle à sa tactique, [et il...] entretient l’équivoque sur ses intentions »6. Pendant trente ans, Franco a choisi de « laisser planer le doute sur ses desseins : remettrait-il le trône d’Espagne à un descendant d’Alphonse XIII ou au prétendant carliste ou encore à un troisième homme ? Les deux dernières solutions se seraient heurtées à trop d’oppositions. La première était celle que souhaitaient les monarchistes, mais Franco gardait rancune au fils d’Alphonse XIII, don Juan, comte de Barcelone »7. En effet, don Juan est depuis trop longtemps en embuscade, attendant la chute de Franco depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

  • 8 Charles T. Powell, El piloto del cambio, El rey, la Monarquía y la transitión a la democracia, Barc (...)
  • 9 Joseph Pérez, op. cit., p. 827-828.
  • 10 « La personne de sang royal disposant des droits dynastiques ».
  • 11 José Ortega y Gasset, El tema de nuestro tiempo, Madrid, Espasa Calpe, 2005.

10Le 19 mars 1945, celui-ci avait dénoncé dans le Manifeste de Lausanne, le caractère totalitaire du régime et l’aide qu’il avait apportée à l’Allemagne nazie. Il demandait à Franco de se retirer afin de mettre en place une monarchie constitutionnelle et démocratique qui pourrait réconcilier les Espagnols entre eux8. Moins d’un an plus tard, en février 1946, don Juan qui venait de s’installer au Portugal, recevait une lettre de bienvenue cosignée par plusieurs centaines de personnalités qui prenaient position en faveur de la monarchie et du comte de Barcelone9. Suite à ces prises de positions, Franco avait revu son projet de loi de succession, et écarté l’idée d’une quasi-restauration qui apparaissait dans le texte initial, avec la formulation suivante, en cas de décès ou d’incapacité du chef de l’État, son successeur aurait dû être « la persona de sangre real con mejor derecho »10, soit le comte de Barcelone, Juan de Borbnó, potentiellement. La version définitive prendra un cap bien différent. Aussi, une fois votée, en 1947, don Juan avait-il condamné cette loi qu’il considérait comme illégale car elle modifiait le caractère de la monarchie sans consulter le peuple ni l’héritier du trône. « Le comte de Barcelone concevait son retour comme une restauration de l’institution monarchique ; il se voulait au-dessus des partis et entendait être le roi de tous les Espagnols »11.

11Mais la décision de Franco ne lui est pas favorable, car ce que veut le dictateur, c’est instaurer une monarchie, une monarchie franquiste, et non simplement restaurer la monarchie espagnole. Il veut faire un roi, le choisir, lui donner une légitimité issue de juillet 1936. La loi organique de 1947 a donc prévu cette monarchie, mais Franco a toujours différé la dernière étape, la désignation du successeur : l’Espagne est une monarchie, sans roi. En 1969, don Juan de Borbón est donc clairement écarté du trône alors que son fils est officiellement préparé pour remplir les fonctions auxquelles son père ne pourra accéder. On remarque ici deux décisions de Franco : la relève, dans ce cas, passe par la tradition mais en choisissant le fils contre le père et en obligeant le fils à accepter ce verdict.

Un saut de génération

12Le projet de Franco en la personne de Juan Carlos de Borbón implique un saut de génération. Un homme de trente ans doit remplacer un homme de quatre-vingts ans. Comme nous l’avons dit plus haut, la question des générations est au cœur de la question des relèves. La définition du concept de génération a fait l’objet de nombreux débats. Son maniement est complexe : qu’appelons-nous génération ? Il n’y a pas la seule dimension biologique, il y a bien entendu des dimensions culturelles et sociales. On considère couramment que la génération représente une période correspondant à la durée du renouvellement des hommes dans la vie publique ou encore au nombre d’années séparant l’âge du père de celui du fils. La société se renouvelle, les naissances se suivent, les hommes arrivent à l’âge adulte, jouent leur rôle dans la société avant de laisser la place aux générations montantes, au sens biologique. Généralement évaluée à trente ans, elle peut aussi se réduire à une décennie, quand elle se rapporte aux idées ou aux modes. On parle ainsi de la génération de 1927 pour désigner la génération de poètes dont faisaient partie Lorca et Alberti.

  • 12 Margaret Braugart et Richard Braungart, « Les générations politiques », dans Jean Crête et Pierre F (...)

13Dans une perspective sociologique et politique, Margaret et Richard Braungart, écrivaient en 1989 : « Il y a génération politique lorsqu’un groupe d’âge historique se mobilise pour œuvrer au changement social ou politique. Pour paraphraser Spitzer, une génération politique survient lorsque l’âge se trouve corrélé au comportement politique collectif »12.

  • 13 José Ortega y Gasset, El tema de nuestro tiempo, Madrid, Espasa Calpe, 2005.

14En Espagne, le philosophe José Ortega y Gasset a lui aussi réfléchi à cette question. Pour lui, les générations forment des « unités culturelles propres qui suivent un rythme spécifique »13.

15La sociologue Claudine Attias-Donfut, rappelle, quant à elle, que :

  • 14 Claudine Attias-Donfut, Article « Génération », Encyclopaedia Universalis.

« Karl Mannheim avait inauguré un renversement de perspective décisif, en 1928. Il considère la génération à la fois comme produit et vecteur de la dynamique socio-historique. Il distingue, d’une part, les « générations potentielles », constituées de personnes nées à la même époque, qui, dans une société aux changements lents, n’émergent pas nécessairement comme ensemble social, et, d’autre part, les « générations effectives » qui se constituent lorsque surviennent des ruptures, des événements fondateurs, cristallisant « conscience historico-sociale » et identité collective. Cette imprégnation sociale et culturelle touche de manière privilégiée les jeunes, plus perméables et réceptifs aux changements, à l’âge où se forme une « vision du monde » Une génération ne forme pas pour autant un ensemble homogène. Au sein d’une même génération, diverses « unités de génération » s’opposent »14.

16Bien entendu, avoir le même âge ne signifie pas nécessairement faire partie du même groupe, à tous points de vue. Il y a des clivages qui cloisonnent la cohorte démographique en groupes qui divergent dans leur rapport au monde et à la société. La sociologue précisait également quelques points à propos de la formation de ces groupes générationnels :

« Une génération ne se caractérise pas uniquement par des faits historiques marquants. Son identification à un événement majeur est une construction rétrospective et sélective, une manière de remémorer et de commémorer l’événement, de le maintenir vivant par cette incarnation qui fonctionne comme délégation de témoignage, à la croisée de la mémoire et de l’histoire. Parmi les expériences vécues qui marquent, prennent place aussi un ensemble de faits sociaux et de repères culturels, qui contribuent à « l’empreinte du temps » telle que la définit la Sociologie des générations (Altias-Donfut, 1988). Cette empreinte est faite de référentiels communs, d’un fond de réminiscences partagées, à l’image des évocations de Georges Perec. Elle est faite des changements progressifs de valeurs et de normes qui accompagnent l’évolution des sociétés et creusent les différences entre jeunes et vieux, dans une « révolution silencieuse », comme la définit Ronald Inglehart. »

17Le phénomène des générations est donc un phénomène culturel progressif qui affecte les valeurs d’un groupe. Cette évolution est particulièrement visible à certains moments, notamment en cas de rupture, et la « révolution silencieuse » devient alors manifeste. Le substrat culturel interagit avec le moment.

18Pour le cas qui nous intéresse, il faut voir ce qui se joue en 1969 de ce point de vue en Espagne. En schématisant, on peut signaler l’importance du conflit pour la génération de Franco. Son groupe générationnel porte une vision de l’Espagne intransigeante, excessive, violente, dont l’histoire est fondée sur le soulèvement de 1936 et la victoire de 1939. Ce sont les fameuses deux Espagne, qui traduisent le fractionnement des générations passées. Même si l’événement majeur ne fait pas à lui seul la génération, il joue malgré tout un rôle important. Les conflits ont créé des unités de générations qui s’opposent de manière frontale. La polarisation de la société est forte. La notion d’ennemi existe toujours pour ces générations, l’autre est inacceptable, et la modération n’existe pas. La culture de cette génération s’est nourrie des conflits. La violence et la peur ont laissé des traces indélébiles qui expliquent ces comportements. Indubitablement, les conflits jouent un rôle important dans le référentiel des générations.

  • 15 Joaquín Bardavío et Justino Sinova, op.cit., p. 197-199.

19Pour situer cette génération, il convient de rappeler que la génération de Francisco Franco est celle des hommes nés à la fin du XIXe siècle. Franco lui-même est né en 1890, la même année que le général de Gaulle, un an après Salazar et Hitler, quelques années après Mussolini, Staline ou Churchill. C’est donc bien une génération qui a participé aux guerres de la première moitié du XXe siècle et qui a eu le pouvoir pendant de nombreuses années. L’épuisement biologique de cette génération est manifeste. Certains d’entre eux sont morts depuis longtemps en 1969. Salazar et De Gaulle mourront en 1970, Churchill est mort en 1965. Franco est en fin de vie et il est déjà un vieillard en 1969. Se pose donc la question du franquisme sans Franco, de l’après, car Franco n’est pas immortel. C’est là peut-être son seul défaut aux yeux de ses thuriféraires qui avaient poussé l’éloge jusqu’à le comparer au soleil15. La question du successeur devenait donc de plus en plus prégnante au fil des années et les différentes options possibles avaient leurs partisans.

20Si la dimension culturelle est primordiale pour parler de génération, la dimension biologique rappelle que ces groupes sont éphémères. Le groupe générationnel de Franco n’est, bien sûr, pas en mesure d’incarner durablement la relève. Considérons par exemple le cas du général Agustin Muñoz Grandes. Né en 1896, il fut le chef de la Division Azul envoyée sur le front russe..., il fut vice-président du gouvernement de 1962 à 1967. Il fut aussi le militaire le plus important après Franco. Il représentait la ligne dure, hostile à la solution monarchique mais en 1969 il n’était déjà plus en mesure d’incarner une continuité ou une quelconque relève. Il aurait pu être régent, si Franco l’avait décidé, et s’il lui avait survécu. Malade, il mourra en 1970.

  • 16 Ibid., p. 105.
  • 17 Ibid., p. 420-422.

21En fait, l’homme fort du moment est le bras droit du dictateur, l’amiral Luis Carrero Blanco. On le présente souvent comme l’alter ego de Franco16. Depuis septembre 1967, il est vice-président du gouvernement, le 29 octobre 1969, il est confirmé à ce poste dans le 9e gouvernement qualifié de « monoclone technocratique », il sera président en juin 1973 (10e gouvernement, 11 juin), jusqu’à ce qu’un spectaculaire attentat de l’ETA ne lui coûte la vie à la fin de cette même année. Les historiens ont alors parlé de la première mort de Franco. Carrero Blanco joue un rôle déterminant dans l’application de la loi de succession et la désignation par Franco de son successeur en 1969. Un autre homme aura un rôle important aux côtés de l’amiral Carrero Blanco dont il était l’éminence grise, il s’agit de Laureano López Rodo, que nous avons déjà mentionné. C’est un technocrate membre de l’Opus Dei qui sera l’un des ministres les plus importants du franquisme17. Tous deux contribuent à la désignation de Juan Carlos de Borbón.

La génération de la Transition, une génération effective ?

  • 18 Joaquín Bardavío et Justino Sinova, op. cit., p. 88.

22L’année 1969 est donc une année essentielle car c’est à ce moment-là que Franco bouge un pion et dévoile son intention. Cette décision intervient au moment où se retire un autre général, né la même année que lui, à Lille. Notons en passant la visite rendue par De Gaulle à Franco peu après sa démission (8 juin 1970). Nombre d’Espagnols pensaient que Franco mourrait sans avoir désigné de successeur18 et le fait d’avoir maintenu l’incertitude jusqu’à cette date lui permettait de mieux contrôler la situation. 1969, c’est l’année au cours de laquelle une décision de Franco met en orbite, pourrait-on dire, la génération de Juan Carlos de Borbón.

23Car, bien entendu, le futur roi n’est pas seul. Il dispose d’adjuvants qui lui ouvrent le chemin ou l’accompagnent. 1969 est donc l’année où cette génération d’Espagnols qui n’avait pas connu directement la guerre civile entre dans l'antichambre du pouvoir. En effet, la décision de Franco met le pied à l’étrier à une nouvelle génération qui s’exprimera pleinement au cours de la transition démocratique, et immédiatement après : le roi, bien sûr, mais aussi Adolfo Suarez, Felipe Gonzalez et de nombreuses autres personnes. Les gouvernements espagnols à partir de juillet 1976 auront une moyenne d’âge plutôt basse. Ainsi le premier gouvernement de Felipe Gonzalez en 1982 avait une moyenne d’âge de 41 ans, et son président tout juste 40 ans lui-même. Certains ont vu un lien entre la nomination d’Adolfo Suarez en 1976 et l’avènement de Felipe Gonzalez, qui avait été élu, en 1974, secrétaire général du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol lors du congrès de Suresnes. Le romancier et chroniqueur Francisco Umbral risquait ainsi une hypothèse en juin 1977, peu après la victoire de Suarez aux élections législatives, qui inscrivait dans les faits la reprise de la vie démocratique en Espagne :

  • 19 El Norte de Castilla, 18 juin 1977. « Le choix de Suárez en tant que président, que personne n’avai (...)

« La elección de Suárez como presidente, que nadie se explicó en su día [estuvo] condicionada a crear un anti-Felipe, una contrafigura joven y agresiva que, desde el poder, le diese la réplica popular al líder socialista.
Frente al estilo kennediano de los socialdemócratas, liberales y otras genres del centrismo, Felipe Gonzalez ha levantado un estilo juvenil, andaluz, español, popular, que ha llegado más a la gente, porque los que quieren traernos una democracia americana y cocacolizada, olvidan que Jaén no es Cincinnati »19.

24Adolfo Suárez n’est à ses yeux qu’une sorte de clone centriste de Felipe Gonzalez conçu pour contrer l’avancée des socialistes en Espagne. Au-delà de cette théorie fragile, pour le moins, on remarque que les deux hommes au premier plan dans la vie politique sont de la même génération et que leur jeunesse relative est au centre du débat. Une génération d’hommes nés après 1930 a succédé à celle de ceux nés à la fin du XIXe siècle ou au tout début du XXe. Outre, Adolfo Suarez (1932) ou Felipe González (1942) en Espagne, on retrouve de nombreux hommes politiques étrangers des années 1970-1990 qui font partie de cette même génération : Jacques Chirac (1931) ou encore Olof Palme (1927), Helmut Kohl (1930), Mikhaïl Gorbatchev (1931), Lionel Jospin (1937)... Cette génération est clairement celle du dernier tiers du XXe siècle, pour ce qui est de son activité politique au plus haut niveau.

  • 20 Joaquín Bardavío et Justino Sinova, op. cit., p. 89.

25En 1969, Juan Carlos de Borbón se trouve au premier rang de cette génération, côté espagnol. Le moment est enfin venu et Franco tranche en sa faveur. Le futur prince d’Espagne, titre créé pour l’occasion, a eu 30 ans en 1968. Près de cinquante années, on l’a vu, séparent le vieux dictateur du jeune prince. Leurs cultures sont très différentes. Né en 1938, il n’a pas réellement connu les conflits de la première moitié du XXe siècle. Arrivé en Espagne en 1948, cela fait plus de vingt ans qu’il se prépare et qu’on le prépare à être un jour le roi d’Espagne. Son éducation est l’objet de discussions entre son père et Franco. Pour beaucoup, il est sans nul doute un prince franquiste et son crédit est très faible, du point de vue des démocrates. Lorsqu’il prête serment devant les Cortes le 23 juillet 1969, il marque son adhésion aux lois fondamentales du franquisme. Il sait cependant, comme le lui a rappelé quelques jours plus tôt son ancien professeur de droit politique Torcuato Fernández Miranda, qui jouera un rôle clé pendant la Transition, que parmi ces lois, la loi sur le référendum est l’arme qui lui permettra de changer profondément ce cadre et le régime politique, sans manquer à sa parole20.

26Pour les communistes, la monarchie devient la monarchie fasciste, comme le déclare la presse clandestine en août 1969. Le rêve d’une monarchie libérale, à l’anglaise, s’envole, et c’est la vision de la continuité, ultraconservatrice qui s’impose. On prête au leader communiste Santiago Carrillo, le bon mot selon lequel Juan Carlos serait Juan Carlos le Bref. Sa légitimité est donc particulièrement faible en 1969. Il semble ne devoir son titre qu’à la volonté de Franco et à l’appui de son bras droit, l’amiral Carrero Blanco.

27Cette légitimité « franquiste » est aussi indispensable qu’encombrante et il lui faudra la transformer en légitimité démocratique. Être le roi des seuls franquistes ne lui suffit pas. Le futur roi Juan Carlos Ier a pour ambition d’être le roi de tous les Espagnols, comme son père, sans exclure personne, pas même les républicains... Cette fonction intégratrice le différencie notablement de Franco. Son but est donc la réconciliation qui ne peut exister dans le cadre de la dictature franquiste.

  • 21 Charles Powell et Père Bonnin, Adolfo Suarez, Barcelona, Ediciones B, 2004, p. 57.
  • 22 Il restera à la présidence de juillet 1976 à janvier 1981.

28C’est au cours de cette même année 1969 qu’a lieu la première rencontre entre le futur roi et son futur chef de gouvernement, Adolfo Suárez21. Celui-ci est alors un jeune gouverneur civil, l’équivalent espagnol de nos préfets. Il deviendra un adjuvant de première importance. Cette première rencontre entre les deux hommes a lieu à Ségovie en janvier 1969 ; le prince est accompagné de son épouse, Sofia, et de ses beaux-parents. L’accueil est chaleureux, ce qui n’est pas toujours le cas à l’époque de la part des gouverneurs civils envers celui qui n’est pas encore le successeur officiel. Par la suite, le prince reviendra souvent à Ségovie voir le jeune gouverneur civil avec lequel il tisse des liens d’amitié. À la fin de l’année 1969, avec l’appui du prince, Suarez devient directeur général de Radio Televisión de España (RTVE). Depuis cette position, il contribue à l’amélioration de l’image du prince. Il continuera par la suite à appuyer le prince et le roi à partir de son couronnement. Son ambition personnelle est de faire carrière en politique et de devenir chef du gouvernement. Ce sera chose faite en juillet 1976, près de 7 ans après leur rencontre, il sera le premier président du gouvernement réellement choisi par le roi, après la démission d’Arias Navarro22. Manuel Fraga, ancien ministre de Franco et figure de premier plan de la droite espagnole, déclarera à la suite de la nomination de Suarez à la présidence... « Nadie entiende nada. », « Personne n’y comprend rien ». Il exprimera ainsi l’incompréhension de voir sa génération écartée. Cette désignation provoquera un choc dans la classe politique. Le premier gouvernement de Suarez sera celui de ministres plus jeunes, moins expérimentés, moins marqués par la dictature. La connivence du roi et du président du gouvernement allait ainsi s’exprimer à la tête de l’État, dans un moment particulièrement délicat, la réforme politique, la légalisation du parti communiste, l’organisation d’élections démocratiques et la rédaction de la constitution de 1978, qui donnera enfin au roi la légitimité qui lui faisait défaut.

Excès vs modération

  • 23 « Boire avec modération est une affaire d’hommes », El Norte de Castilla, 7 mai 1972, p.17.

29La transition démocratique est le moment qui correspond à la relève effective, un curieux moment au cours duquel des changements profonds affectent la société qui se libéralise et se modernise. La culture politique semble avoir opéré un basculement. Les discours du roi sont fédérateurs et on ne parle plus que de consensus. La réconciliation opère, l’ennemi d’hier redevient un simple adversaire politique, hormis pour quelques extrémistes qui sont marginalisés. La culture de ces unités générationnelles se retrouve en accord sur l’essentiel et sa valeur centrale est la modération. L’écrivain et journaliste Francisco Umbral dans une chronique, en mai 1972, parle de cette modération, qui sera un des concepts clé de la transition. Il le fait à sa manière, en commentant un slogan publicitaire qui affirmait « Beber con moderacion es cosa de hombres »23 :

« Hay épocas históricas en que hablar de modératión puede resultar subversivo. La moderación siempre ha sido mal vista por la derecha y por la izquierda. La moderación es el justo medio, en el que, como se sabe, está la virtud, pero no quizá, la eficacia, la acción, la fuerza. [....] Nuestra cultura mediterránea ha contado con diversos y sensatos exhortadores a la moderación, pero aquí siempre preferimos tirar por la calle de la algarada, el autoritarismo o la castaña alcohólica del sábado por la noche.

  • 24 « Il y a des époques où parler de modération peut s’avérer subversif. La modération a toujours été (...)

No es que uno [...] sea un beato de la moderación. No parece que con moderación se hubiera descubierto América, sino que no se habría pasado de Canarias. Tampoco con moderación habríamos llegado a la Luna, sino que seguramente nos habríamos quedado en el Himalaya. En la política, en la ciencia, en la historia, en la créatin, en la vida, hay que pensar en grande, para que quede algo [...] Hay épocas, momentos concretos, situaciones, [...] en que predicar moderación es casi tanto como predicar apertura. [...] Aquí, en el país, es cosa de hombres el exceso, la trompa, el cantar las cuarenta...[...] Nos hemos pasado, sí, nos hemos pasado, y por eso queremos hacer nuestro ese eslogan de ese licor. “Mandar con moderación es cosa de hombres”, [...] “Hablar con moderación es cosa de hombres”[...] En un país tan excesivo en todo como el nuestro, la moderación boy es cosa de hombres »24.

30Cette modération, c’est le ciment de la transition démocratique, qui conduit les républicains d’hier à accepter la monarchie, par exemple. Ce pays marqué par la guerre civile sort de son drame et se reconstruit. Chacun fait le deuil de quelque chose, mais tous, ou presque, tombent d’accord sur l’essentiel, et recherchent le moyen de vivre ensemble. La constitution réalise la synthèse des deux Espagne, elle reflète la culture de cette génération post-conflit qui s’agrège autour de la personne du roi. De façon assez inattendue et paradoxale, ce roi, désigné par Franco en 1969 devient entre 1975 et 1978 le moteur de la démocratisation et du changement.

31On peut parler de façon assez troublante de relève, c’est-à-dire, le « remplacement d’une personne ou d’une équipe par une autre dans un travail continu », selon le Dictionnaire Robert. Le trouble vient en fait de cette idée de continuité entre le régime de Franco et la démocratie qui a suivi. L’idée des « républicains » au début de la transition était bien de rompre avec ce régime honni, mais pour le roi et ses partisans, il s’agissait plutôt de transformer le régime par la loi. Cette transformation a bien eu lieu et cette génération d’hommes politiques et de citoyens, de façon plus générale, l’a acceptée, faisant preuve de façon collective de beaucoup de mesure, en recherchant des équilibres sur les questions sensibles.

32De fait, la génération montante se révèle assez différente de la génération descendante. Leur parcours est lui-même dissemblable, « l’empreinte du temps » n’est pas la même. Ils ne font pas la même lecture des événements du passé. Le point commun de tous ces hommes de la transition démocratique et d’un très grand nombre d’Espagnols en 1975 est de ne pas avoir connu, du fait de leur naissance juste avant ou juste après la guerre civile, d’autre régime que celui de Franco et son absence de libertés. Pour nombre d’entre eux, cela signifiait la peur, qui est probablement un des éléments de la culture du pacte, du consensus qu’on a vu apparaître à cette époque. Juan Luis Cebrián, journaliste et directeur du quotidien El País entre 1976 et 1988, ne dit pas autre chose :

  • 25 Juan Luis Cebrián, « Nostalgia del consenso y defensa del futuro », dans El País 20 años, 1996, p.  (...)

« El asesinato de Carrero Blanco, un par de años antes, había desarbolado las esperanzas de los continuistas. Tras la muerte del dictador, la derecha vivía alarmada ante el eventual revanchismo de la izquierda ; ésta, a su vez, confundida y dividida, no era en absoluto insensible a la posibilidad de una intervención militar [...]. Los diversos y muy arraigados temores que anidaban en la sociedad española a la repetición de actos que desembocaran en un nuevo enfrentamiento resultaron así no sólo un poderoso freno a las tentaciones autoritarias, sino un impulso eficaz, también, de la construcción democrática. [...] [Al miedo] le debemos en gran medida lo que se llamó la política del consenso »25.

1969 : Année zéro de la transition démocratique ?

  • 26 El País, 29 décembre 1977 [« Don Juan Carlos es el rey de todos los españoles. Hasta de los español (...)

331969 est l’année où cette génération d’Espagnols qui n’avait pas connu directement la guerre civile est entrée dans l’antichambre du pouvoir. L’Espagne d’hier, marquée par les conflits, avait laissé place à une Espagne dont le maître mot était « modération ». Dans cette optique, il fallait dépasser l’affrontement des deux Espagne et le roi devait parvenir à se faire reconnaître par ceux qui avaient combattu pour la république. En deux ans de règne, Juan Carlos de Borbón avait réussi son pari et était devenu, comme l’affirmait Juan Luis Cebrian fin 1977, « le roi de tous les Espagnols, y compris les républicains »26. Ce virage à 180 degrés par rapport aux prévisions de Franco reste un des mystères de la transition démocratique.

  • 27 Bernard Bessière, Vingt ans de création espagnole 1975-1995, Paris, Nathan, 1995, p. 5-6.
  • 28 « Todo atado y bien atado ».

34Certains, comme par exemple l’hispaniste Bernard Bessière, considèrent la désignation de Juan Carlos de Borbón en tant que successeur de Franco comme étant « l’ébauche » de la transition démocratique27. Il s’agit d’un point d’inflexion, d’une longue mèche allumée par Franco lui-même. C’est donc effectivement une des dates possibles du début de la transition démocratique. 1969 est bien une année zéro possible, du point de vue des générations politiques et de la relève en Espagne. Aux yeux de Franco, en tout cas, cette date signifiait quelque chose. Il avait le sentiment d’avoir assuré sa relève et, dans son discours de fin d’année, le 30 décembre 1969, il précisait qu’il avait laissé « tout cela ficelé et bien ficelé »28, selon l’expression qu’il utilisait, laissant entendre que sa succession se passerait sans encombre :

  • 29 [« Par rapport à l’administration de l’État, [...] tout cela est ficelé et bien ficelé, avec ma pro (...)

« Respecto a la jefatura de Estado [...], todo ha quedado atado y bien atado, con mi propuesta y la aprobación por las Cortes de la designación como sucesor a título de Rey del Príncipe Don Juan Carlos de Borbón. [...] Nuestros decendientes comprabarán que la nueva monarquía española ha sido instaurada en virtud de dos votaciones populares [en 1947 y 1966] [...] Han sido, pues, dos generaciones de españoles las que han dado su voto multitudinario a nuestro sistema político. [Esta] decisión librará España de las dudas y vacilaciones que pudieran suceder cuando mi Capitanía llegase a faltaros. La permanencia inalterable de los Principios del Movimento, la solidez del sistema institucional del Estado y la designación y juramento prestado por el Príncipe de España, de cuya lealtad y amor a la Patria ha dado sobradas pruebas, son firme garantía de continuidad de nuestra obra »29.

35De fait, du point de vue institutionnel, c’est ce qui s’est passé lors de sa mort près de six ans plus tard, le 20 novembre 1975. Quarante années après la décision de Franco, Juan Carlos de Borbón est toujours à la tête de l’Espagne. Une Espagne bien différente de celle de 1969. La dictature a laissé place à une monarchie constitutionnelle aux antipodes de la conception de Franco. La légitimité sulfureuse de Juan Carlos est devenue une légitimité démocratique, avec l’adoption de la constitution de 1978. Reste ce paradoxe, le chef de l’État de l’Espagne démocratique d’aujourd’hui a été désigné par le dictateur d’hier.

Notes

1 Bartolomé Bennassar, « Les deux Espagne », dans L’histoire, Paris, juin 1996, p. 34-35.

2 Laureano López Rodó La larga marcha a la monarquía, Barcelona, Noguer, 1977, p. 286.

3 Joaquín Bardavío et Justino Sinova, Todo Franco, Franquismo y antifranquismo de la A a la Z, Barcelona, Plaza y Janés, 2000, p. 405.

4 La loi de 1967 en avait modifié quelques articles.

5 Laureano López Rodó, op.cit.

6 Joseph Pérez, Histoire de l’Espagne, Paris, Fayard, 1996, p. 828.

7 Ibid., p. 827.

8 Charles T. Powell, El piloto del cambio, El rey, la Monarquía y la transitión a la democracia, Barcelona, Planeta, 1991, p. 24-25.

9 Joseph Pérez, op. cit., p. 827-828.

10 « La personne de sang royal disposant des droits dynastiques ».

11 José Ortega y Gasset, El tema de nuestro tiempo, Madrid, Espasa Calpe, 2005.

12 Margaret Braugart et Richard Braungart, « Les générations politiques », dans Jean Crête et Pierre Favre (dir.), Générations et politiques, Paris, Economica-Les Presses de l’Université de Laval, 1989, p. 9.

13 José Ortega y Gasset, El tema de nuestro tiempo, Madrid, Espasa Calpe, 2005.

14 Claudine Attias-Donfut, Article « Génération », Encyclopaedia Universalis.

15 Joaquín Bardavío et Justino Sinova, op.cit., p. 197-199.

16 Ibid., p. 105.

17 Ibid., p. 420-422.

18 Joaquín Bardavío et Justino Sinova, op. cit., p. 88.

19 El Norte de Castilla, 18 juin 1977. « Le choix de Suárez en tant que président, que personne n’avait compris à l’époque, avait pour but de créer un anti-Felipe [González], un sosie jeune et agressif qui, depuis le pouvoir, soit en mesure d’incarner une réponse populaire au leader socialiste. Face au style kennedien des sociaux-démocrates libéraux et autres centristes, Felipe González a développé un style juvénile, andalou, espagnol, populaire qui a été mieux perçu par les gens, parce que ceux qui veulent nous apporter une démocratie américaine et cocacolisée, oublient que Jaen n’est pas Cincinnati »

20 Joaquín Bardavío et Justino Sinova, op. cit., p. 89.

21 Charles Powell et Père Bonnin, Adolfo Suarez, Barcelona, Ediciones B, 2004, p. 57.

22 Il restera à la présidence de juillet 1976 à janvier 1981.

23 « Boire avec modération est une affaire d’hommes », El Norte de Castilla, 7 mai 1972, p.17.

24 « Il y a des époques où parler de modération peut s’avérer subversif. La modération a toujours été mal vue par la droite et par la gauche. La modération, c’est le juste milieu, où se trouve, comme on le sait, la vertu, mais peut-être pas l’efficacité, l’action, la force. [...] Notre culture méditerranéenne a compté plusieurs défenseurs de la modération, mais ici on a toujours préféré suivre le chemin des courses de taureaux, de l’autoritarisme ou des bagarres d’ivrognes du samedi soir.
Ce n’est pas que je sois [...] un dévot de la modération. Il ne semble pas qu’avec de la modération on aurait découvert l’Amérique, on ne serait pas allé plus loin que les Canaries. Ce n’est pas la modération non plus qui a permis d’aller sur la lune, avec elle, on se serait arrêté au sommet de l’Himalaya. En matière de politique, de sciences, d’histoire, de création, il faut penser en grand, pour qu’il reste quelque chose. [...] [Mais] il y a des époques, des moments précis, des situations [...] durant lesquels prêcher la modération équivaut presque à prêcher l’ouverture [...] Ici, dans ce pays, ce sont les excès, les cuites, les mots que l’on ne pèse pas, qui sont des affaires d’hommes. [...] Nous avons dépassé la mesure, oui, nous avons dépassé la mesure et c’est pourquoi nous voulons adopter le slogan de cette liqueur : « Commander avec modération est une affaire d’hommes », [...] « Parler avec modération est une affaire d’hommes » [...] Dans un pays aussi excessif en tout comme le nôtre, la modération est, aujourd’hui, une affaire d’hommes ».

25 Juan Luis Cebrián, « Nostalgia del consenso y defensa del futuro », dans El País 20 años, 1996, p. 14-15.
[« L’assassinat de Carrero Blanco, quelques années plus tôt, avait ruiné les espoirs des partisans de la continuité. Après la mort du dictateur, la droite vivait dans l’inquiétude face au désir de revanche éventuel de la gauche ; celle-ci, de son côté, en pleine confusion et division, n’était absolument pas insensible à la possibilité d’une intervention militaire. [...] Les craintes diverses et solidement ancrées dans la société espagnole quant à la répétition d’actes susceptibles de déboucher sur un nouvel affrontement se sont avérées être non seulement un puissant frein pour les tentations autoritaires, mais aussi une impulsion efficace pour la construction démocratique. [...] C’est à la peur que nous devons en grande partie, ce qu’on a appelé la politique du consensus »].

26 El País, 29 décembre 1977 [« Don Juan Carlos es el rey de todos los españoles. Hasta de los españoles republicanos. »].

27 Bernard Bessière, Vingt ans de création espagnole 1975-1995, Paris, Nathan, 1995, p. 5-6.

28 « Todo atado y bien atado ».

29 [« Par rapport à l’administration de l’État, [...] tout cela est ficelé et bien ficelé, avec ma proposition et l’approbation par les Cortes de la désignation en tant que successeur, avec le titre de Roi, du Prince don Juan Carlos de Borbón [...] Nos descendants constateront que la nouvelle monarchie espagnole a été instituée en vertu de deux votes populaires [en 1947 et 1966]. [...] Ce sont donc deux générations d’Espagnols qui ont voté massivement en faveur de notre système politique. [Cette] décision délivrera l’Espagne des doutes et hésitations qui pourraient survenir quand mon commandement vous fera défaut. La permanence inaltérable des Principes du Mouvement, la solidité du système institutionnel de l’État, la désignation et le serment prêté par le Prince d’Espagne, qui a prouvé plus qu’il est utile, sa fidélité et son amour de la patrie, constituent une garantie forte de continuité de notre œuvre »].

Auteur

Université Nord de France, Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540