Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Deuxième partie : Les changements dans la continuité

L’année 1969 en Italie : ruptures sociales et continuité politique

1969 In Italy: Social Breakups And Political Continuity

Alessandro Giacone

Résumé

L’année 1969 représente certainement une rupture pour l’histoire récente de l’Italie républicaine : les grandes manifestations ouvrières (« autunno caldo ») ont lieu un an après mai 1968 ; la protestation se radicalise : les Brigades rouges voient le jour au cours de cette année et, le 12 décembre 1969, l’attentat de Piazza Fontana marque le début des années de plomb. Cette année est-elle également un tournant en ce qui concerne le renouvellement des élites politiques ? Dans notre communication, nous mettrons en évidence que, malgré le changement de deux gouvernements en moins d’un an, les alliances politiques et les élites gouvernementales restent à peu près inchangées par rapport à la période antérieure.

1969 was certainly a year of breakups in the recent history of republican Italy: big demonstrations of workers (“autunno caldo”) took place one year after May 1968 and protest became more radical; the Red Brigades were born on December 12th and the Piazza Fontana attack heralded the Years of Lead. Was 1969 also a turning point for new political elites? In our paper, we shall highlight that, despite the two changes of government in less than one year, the political alliances and the government elites remained almost unchanged in comparison with the previous period.

Texte intégral

1Plus encore que pour les autres pays européens, l’année 1969 représente un tournant pour l’Italie sur le plan social et économique. Il est courant de dire qu’en Italie « Mai 68 » a eu lieu en 1969. Certes, les premiers signes du mouvement étudiant sont apparus dès 1966 et culminent en 1968 lors des affrontements avec la police près de la faculté d’architecture de Rome (Valle Giulia). Cependant, du moins à court terme, les manifestations d’étudiants ne concernent pas les autres catégories professionnelles. Il s’agit là d’une différence majeure par rapport au Mai français : en Italie, les grands mouvements sociaux commencent le 11 septembre 1969, avec une grande grève des ouvriers de la métallurgie qui s’étend progressivement aux autres secteurs. Cette grève se termine le 19 décembre, avec la signature d’un nouveau contrat pour les « métallos », qui prévoit l’égalité salariale entre Nord et Sud, le passage à la semaine de 40 heures et qui reconnaît la représentation syndicale dans les usines. Comme la grève a lieu entre septembre et décembre, on parle en général d’autunno caldo (« automne chaud »).

  • 1 Il existe de très nombreux ouvrages sur le massacre de Piazza Fontana et la stratégie de la tension (...)
  • 2 Sur l’histoire des Brigades rouges, voir, entre autres, Giorgio Galli, Il Partito armato, Gli « ann (...)

2L’année 1969 est aussi marquée par une hausse sensible des épisodes de violence. Le 25 avril (le jour de la fête de Libération), des attentats ont lieu à la gare et à la foire de Milan. Le même mois, dans la province de Salerne, la police et les carabiniers tirent sur les manifestants, tuant deux grévistes (« événements de Battipaglia »). Le 19 novembre, l’assassinat d’un jeune policier, Antonio Ammarumma, émeut profondément l’opinion. Enfin, le 12 décembre 1969, l’explosion d’une bombe à Milan, à la Banque de l’Agriculture provoque la mort de 16 personnes, auxquelles s’ajoutent près d’une centaine de blessés1 Ce massacre de piazza Fontana, dont six procès n’ont pas réussi à déterminer les responsables, est considéré comme le premier attentat de la « stratégie de la tension ». C’est en partie en réaction au « massacre d’Etat » (strage dei stato) de piazza Fontana, qu’un nouveau groupuscule d’extrême gauche, issu des mouvements étudiants, voit le jour en 1969 : les Brigades rouges2. À la fin de cette année, la République italienne perd, en quelque sorte, son innocence et entre dans une spirale de violence, qui se poursuivra pendant plus d’une décennie : les années de plomb.

3Cette césure très nette de l’histoire italienne correspond-elle pour autant à un renouvellement des élites politiques ? Nous essaierons de répondre à cette question en examinant notamment les évolutions au sein des partis politiques et le renouvellement du personnel politique au niveau gouvernemental. Mais avant cela, il est nécessaire de faire un pas en arrière.

Les évolutions au sein des partis politiques

La quatrième législature (1963-1968)

  • 3 Frédéric Attal, Histoire de L’Italie de 1943 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2004. Ouvrage collec (...)
  • 4 Pietro Nenni, Gli anni del centro-sinistra, diari 1957-1966, Milan, Sugar Co, 1982.
  • 5 En l’absence d’ouvrages sur le président Segni, je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat, A (...)
  • 6 Giuseppe Tamburrano, Stria e cronaca del centro-sinistra, Milan, Rizzoli, éd. 1990, p. 189-191 et 2 (...)
  • 7 Alessandro Giacone, « Le Plan Solo : anatomie d’un coup d’État », Parlement[s], no 12, 2009/2, Pari (...)

4La quatrième législature de la République (1963-1968) a été dominée par la personnalité d’Aldo Moro qui dirige pendant quatre ans et demi une coalition de centre gauche3. Pour la première fois depuis 1947, les socialistes sont revenus au gouvernement et leur leader, Pietro Nenni, est vice-président du Conseil4. Cette alliance suscite toutefois de fortes résistances dans le courant majoritaire de la Démocratie chrétienne, les dorothéens, et notamment chez le chef de l’État, Antonio Segni5. Tout en acceptant la présence des socialistes au gouvernement, les dorothéens s’emploient à vider de son contenu le programme du premier exécutif Moro. En particulier, ils s’opposent à une loi d’urbanisme qui prévoit l’expropriation des sols et à une ébauche de planification économique6. En juin 1964, ces différends conduisent à la chute de l’exécutif dans un climat très tendu : la presse étrangère évoque alors des rumeurs d’une tentative de coup d’État dont on reparlera quelques années plus tard7.

  • 8 Federico Fornaro, Giuseppe Saragat (1898-1988), Venise, Marsilio, 2003 ; Ugo Indrio, La Presidenza (...)
  • 9 Aldo Moro (éd. Sergio Flamigni), « Il mio sangue ricadrà su di loro », Gli scritti di Aldo Moroprig (...)

5Après une longue crise politique, Moro reste à la tête du gouvernement alors que le président Antonio Segni doit démissionner pour des raisons de santé. Son successeur est le social-démocrate Giuseppe Saragat8. Au bout du compte, le gouvernement a cependant perdu beaucoup de son élan réformateur et se borne à la gestion des affaires courantes. À la fin de la législature (1968), le centre gauche ne semble donc pas avoir tenu ses promesses. En 1978, prisonnier des Brigades rouges, Moro parlera lui-même d’une « mise à jour du centrisme » (centrismo aggiornato), c’est-à-dire d’une continuité par rapport à la politique de la période antérieure9.

Les élections législatives du 19-20 mai 1968

  • 10 Il s’agit d’une minorité de socialistes qui, opposés à l’alliance avec la DC, se sont séparés du PS (...)
  • 11 PLI [Parti libéral italien] : 5,83 % (-1,15), MSI [Mouvement social italien, fasciste] : 4,46 % (-0 (...)

6Elles se soldent ainsi par des résultats décevants pour la coalition de centre gauche, qui perd quatre points par rapport aux élections de 1963 (55,5 % contre 59,6 %). Si la Démocratie chrétienne est en légère hausse (39,09 % +0,82), le parti socialiste unifié (PSU) connaît une déroute électorale. Rappelons qu’en 1947, le parti socialiste (PSIUP, parti socialiste italien d’unité prolétarienne) s’était divisé en deux tronçons : la majorité, dirigée par Nenni, avait opté pour une alliance de front populaire avec le PCI ; la minorité anti-communiste, sous la houlette de Saragat, avait fondé le parti social-démocrate italien (PSDI). Vingt ans après, ces divisions n’avaient plus raison d’être car le PSI s’était éloigné à son tour du parti communiste. L’unification socialiste avait été le grand projet politique de la législature : en mettant fin à deux décennies de division, Nenni et Saragat espéraient créer un grand parti social-démocrate. Les résultats des élections sonnent le glas de ces espoirs : le PSU n’obtient que 14,5 % des voix. Cinq ans plus tôt, le PSI (13,9 %) et le PSDI (6,1 %) avaient recueilli séparément près de 20 % des suffrages. Cette baisse profite surtout à un nouveau parti de gauche, le PSIUP10 (4,5 %), et au parti communiste, qui recueille 26,2 % des suffrages (+1,65). Les autres partis, de centre ou de droite restent globalement stables11.

  • 12 Renzo De Felice, Storia dell’Italia contemporanea, vol. 6, Naples, Edizioni scientifiche italiane, (...)

7Si ces glissements peuvent sembler peu significatifs, ils ont des répercussions importantes. Tout d’abord, Aldo Moro est considéré comme le responsable de l’immobilisme qui a conduit à l’échec du centre gauche. Accusé à l’époque d’être « un leader sans leadership »12, il donne sa démission lors de la première séance de la nouvelle législature. Les socialistes annoncent leur désengagement (disimpegno) et quittent la majorité. Dans l’impossibilité de former une nouvelle coalition, le chef de l’État désigne l’ancien président de la Chambre Giovanni Leone, qui forme un exécutif d’attente, composé uniquement de démocrates-chrétiens (24 juin 1968). Dans les annales politiques, on parlera de « gouvernement balnéaire », car il permet aux parlementaires de partir en vacances en attendant que la situation se décante. Le congrès socialiste (29-30 octobre 1968) ouvre la voie à un retour dans la majorité. Leone remet donc sa démission et, le 7 décembre 1968, Mariano Rumor forme son premier gouvernement.

Les deux premiers gouvernements Rumor (7 décembre 1968-27 mars 1970)

  • 13 Mariano Rumor, Memorie (1943-1970), Venise, Neri Pozza, 1991.
  • 14 Pendant sa jeunesse, Rumor a été l’auteur d’une thèse sur le poète crépusculaire Guido Gozzano, qui (...)
  • 15 Francesco Cossiga (avec Pasquale Chessa), Gli Italiani sono sempre gli altri. Controstoria d’Italia (...)

8Quelles sont les orientations idéologiques du nouveau président du Conseil ? À notre connaissance, il n’existe aucun travail d’ensemble sur Rumor, même s’il a publié ses Mémoires peu de temps avant sa mort13. Né en 1915, un an avant Aldo Moro, originaire de la région de Venise, il s’est engagé, après des études de lettres14, dans la résistance contre les Allemands. Député à l’assemblée constituante, il est plusieurs fois ministre. En 1959, il est l’un des fondateurs du courant des dorothéens et, avec Colombo et Russo, l’un des proches du président Segni. En 1963, lorsque Moro accède à la présidence du Conseil, Rumor le remplace à la tête de la Démocratie chrétienne. Les historiens soulignent en général son absence de charisme. Selon l’ancien président de la République Francesco Cossiga, il s’agissait en revanche de l’une des personnalités les plus brillantes de la DC, et en tout cas, l’une des plus sous-estimées15.

  • 16 Giuseppe Tamburrano, op. cit., p. 371-373.

9Le premier gouvernement Rumor ne dure cependant que sept mois. Le congrès de la Démocratie chrétienne (27 juin-2 juillet 1969), révèle au grand jour les divisions au sein du parti16. Comme nous le verrons plus loin, le PSU se divise à son tour. Devant la rupture de sa coalition, Rumor est acculé à la démission. Le 13 juillet 1969, le président Saragat le désigne pour former un nouveau gouvernement. Le second exécutif Rumor n’est composé que de ministres démocrates-chrétiens, avec un soutien sans participation d'une partie des socialistes et l’abstention du parti républicain. Ce cabinet « monocolore » reste en place pendant sept mois, jusqu’au 27 mars 1970 ; il est notamment confronté à l’explosion des conflits sociaux de l’automne chaud et aux graves problèmes d’ordre politique et judiciaire qui suivent le massacre de Piazza Fontana du 12 décembre 1969. Après la longue période des exécutifs Moro, l’Italie a donc renoué avec une grande instabilité gouvernementale.

Le renouvellement des élites dirigeantes ?

Un changement de générations

  • 17 Il parlamento italiano, vol. 20 (1969-72), op. cit., p. 3-5.
  • 18 La jeune génération de la DC, représentée par Arnaldo Forlani et Ciriaco De Mita, s’est réunie à Sa (...)

10Pour les partis politiques, 1969 est une année particulièrement significative en termes de renouvellement des élites dirigeantes. En janvier, la DC élit un nouveau secrétaire, Flaminio Piccoli17. Le 11e Congrès du parti, qui se déroule à Rome du 27 juin au 2 juillet, confirme cette nomination, mais fait apparaître de nouvelles cassures internes. Le 26 juin, Moro annonce son départ des rangs des dorothéens, crée son propre courant (les morotei) et se tourne résolument vers les partis de gauche. Quelque temps après, il annonce son intention de dialoguer avec les communistes (il parle de la « stratégie de l’attention »), ce qui représente le premier pas vers le compromis historique des années 1970. Après la scission opérée par le courant de Moro, les dorothéens apparaissent affaiblis : à la fin de l’année, ils doivent abandonner la direction du parti à un jeune dirigeant proche de Fanfani, Arnaldo Forlani18.

  • 19 Giorgio Napolitano, Dal PCI al socialismo europeo, Un’autobiografia politica, Rome-Bari, Laterza, 2 (...)

11Le parti communiste connaît à son tour un renouvellement générationnel. Le vieux secrétaire du parti, le très orthodoxe Luigi Longo, donne sa démission pour des raisons de santé. Le 12e Congrès du PCI, qui se déroule à Bologne du 8 au 12 février, est marqué par l’affrontement entre le représentant de la gauche, Enrico Berlinguer, et celui de la droite de Giorgio Napolitano19. Berlinguer remporte la majorité des suffrages et restera à la tête du parti jusqu’à sa mort, en 1984. Pendant le même congrès, le PCI doit faire face à une fronde interne : celle du groupe de Lucio Magri, Luigi Pintor et Rossana Rossanda, qui a critiqué le silence du PCI pendant la crise tchécoslovaque, et estime, bientôt, que le parti n’apporte pas des réponses suffisantes aux questions soulevées par les ouvriers et les étudiants lors des mouvements sociaux de l’« automne chaud ». Le 24 novembre suivant, ce groupe est exclu du PCI et fonde Il Manifeste, qui deviendra rapidement le quotidien de référence de l’extrême gauche.

12De son côté, le parti socialiste unifié (PSU) vit ses dernières heures. Les efforts pour sauvegarder l’unité du parti né trois ans auparavant se révèlent vains. Le 4 juillet 1969, la motion « unitaire » proposée par Pietro Nenni est mise en minorité. Quelques semaines après, on revient au statu quo ante : le parti socialiste reprend le nom de PSI, sous la direction de Francesco De Martino ; le parti social-démocrate est reconstitué sous le nom de PSU (il reprendra plus tard l’appellation de PSDI), sous la direction de Mauro Ferri. Si le PCI et la DC ont procédé à un véritable changement générationnel, en revanche au sein des deux tronçons du parti socialiste, on assiste surtout à une redistribution des places entre les anciens dirigeants.

La continuité du personnel gouvernemental

  • 20 Affaires étrangères, Budget, Finances, Instruction publique, Travaux publics, Postes et Télécommuni (...)
  • 21 Le 24 mars 1969, démission de Fiorentino Sullo.
  • 22 Les titulaires du ministère du Travail, des Participations de l’État, des Transports, et du Commerc (...)

13En dépit de ces évolutions internes au sein des partis, le personnel gouvernemental reste en grande partie inchangé entre les deux exécutifs qui se sont succédé en 1968 (Moro III et Leone II) et les deux qui sont aux commandes en 1969 (Rumor I et II). Si l'on prend en compte les dix-huit portefeuilles ministériels, on constate que pour neuf d’entre eux20, leur titulaire change à quatre reprises (et, dans le climat enflammé des années 1968-69, même cinq fois pour l’Instruction publique21). Dans six cas, on assiste à une continuité entre la période Moro-Leone d’un côté, puis entre les deux exécutifs Rumor22.

14De manière encore plus frappante, on constate une forte continuité dans les ministères où s’expriment les fonctions régaliennes de l’État et qui sont dominés par des personnalités démocrates-chrétiennes. C’est le cas de l’Intérieur, où Franco Restivo reste sans interruption de 1968 à 1972, du Trésor, où Emilio Colombo règne sans partage de 1963 à 1970, ou encore de la Défense, où l’on observe une continuité à la fois au niveau du ministre (Luigi Gui, entre 1968 et 1970) et du sous-secrétaire (Francesco Cossiga). La plupart des ministres sortants seront d’ailleurs reconduits en 1970 lors de la naissance du 3e gouvernement Rumor.

15On assiste donc, simultanément, à une forte instabilité des exécutifs, dont la durée de vie moyenne entre 1968 et 1970 ne dépasse pas les six mois, et à une grande continuité dans les ministères clés. À cette occasion est validée l’idée, très répandue à cette époque, d’un régime perpétuellement en crise, qui est pourtant caractérisé par un immobilisme quasi éternel.

La « suppléance syndicale »

  • 23 Carlo Vallauri, « Lo Statuto dei diritti dei lavoratori » dans Il Parlamento italiano, vol. 20, op. (...)
  • 24 Augusto Barbera, Carmela De Caro, Antonio Agosta, « L’attuazione dell’ordinamento regionale », Ibid (...)

16Dans une certaine mesure, le rôle qui revient traditionnellement aux partis et à l’exécutif – celui de proposer les réformes de société - est pris en charge par les syndicats. À partir de l’année 1968, les trois grandes centrales – la CGIL [Confédération générale italienne du travail, gauche socialiste et communiste] (52 % des voix), la CISL [Confédération italienne des syndicats de travailleurs, chrétienne] (34 %) et la UIL [Union italienne du travail, gauche laïque et réformiste] (13 %) — font souvent front commun lors des manifestations de l’automne chaud. Ce front « pansyndical » ne réclame pas seulement une amélioration des salaires, mais également des investissements pour le logement, l’école, les transports et l’aide aux régions défavorisées. On parle ainsi d'une « suppléance syndicale », qui se substituerait en quelque sorte aux partis et au gouvernement. Entre la fin de 1969 et 1970, toute une série de lois importantes est ainsi adoptée par le Parlement : le statut des travailleurs23, la loi instituant les régions24 et la loi sur le divorce qui, malgré l’opposition du Vatican, sera confirmée par référendum en 1975.

  • 25 Voir les réflexions de Guido Crainz, Il Paese mancato, Dal miracolo economico agli anni ottanta, Ro (...)

17En dépit de ces réformes, qu’il faut porter au crédit du gouvernement Rumor, le sentiment qui prévaut à l’époque, c’est celui d’un système politique bloqué, incapable de se renouveler et d’apporter des réponses politiques aux revendications de l’après 1968 et aux problèmes de l’ordre public25. Lorsqu’on examine le personnel politique et ministériel, on peut parler avant tout d’un redéploiement des postes, plus que d’une véritable rupture par rapport au passé. Il n’est pas à exclure que ce renouveau manqué ait contribué à alimenter le climat de violence des années de plomb, qui culminera en 1978 avec l’assassinat d’Aldo Moro.

Notes

1 Il existe de très nombreux ouvrages sur le massacre de Piazza Fontana et la stratégie de la tension. Nous nous bornons à signaler Sergio Zavoli, La Notte della Repubblica, Milan, Mondadori, 1985 et Paolo Cucchiarelli, Il segreto di Piazza Fontana, Florence, Ponte alle Grazie, 2009.

2 Sur l’histoire des Brigades rouges, voir, entre autres, Giorgio Galli, Il Partito armato, Gli « anni di piombo » in Italia, 1968-1986, Milan, Rizzoli, 1986 ; Giorgio Galli, Piombo rosso, Milan, Baldini Castoldi, 2007.

3 Frédéric Attal, Histoire de L’Italie de 1943 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2004. Ouvrage collectif, Il Parlamento italiano, vol. 18 (1958-1963) et vol. 19 (1964-1968), Rome, Nuova CEI, 1992.

4 Pietro Nenni, Gli anni del centro-sinistra, diari 1957-1966, Milan, Sugar Co, 1982.

5 En l’absence d’ouvrages sur le président Segni, je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat, Alessandro Giacone, La fonction présidentielle en Italie (1946-1964), Paris, École doctorale de Sciences Po, 2008.

6 Giuseppe Tamburrano, Stria e cronaca del centro-sinistra, Milan, Rizzoli, éd. 1990, p. 189-191 et 238-239.

7 Alessandro Giacone, « Le Plan Solo : anatomie d’un coup d’État », Parlement[s], no 12, 2009/2, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 67-86.

8 Federico Fornaro, Giuseppe Saragat (1898-1988), Venise, Marsilio, 2003 ; Ugo Indrio, La Presidenza Saragat, Milan, Mondadori, 1971.

9 Aldo Moro (éd. Sergio Flamigni), « Il mio sangue ricadrà su di loro », Gli scritti di Aldo Moroprigioniero delle BR, Milan, Kaos edizioni, 1997.

10 Il s’agit d’une minorité de socialistes qui, opposés à l’alliance avec la DC, se sont séparés du PSI en 1963 et ont repris le nom de l’ancien parti socialiste (PSIUP).

11 PLI [Parti libéral italien] : 5,83 % (-1,15), MSI [Mouvement social italien, fasciste] : 4,46 % (-0,46), PRI [Parti républicain italien, parti laïque, de la libéralisation et de la modernité] : 1,97 % (+0,6), PDIUM [Parti démocrate italien d’unité monarchique] : 1,31 % (-0,46). Aldo A. Mola, « Le elezioni politiche del 1968 » dans Il Parlamento italiano, vol. 19 (1964-1968), op. cit., p. 18-19.

12 Renzo De Felice, Storia dell’Italia contemporanea, vol. 6, Naples, Edizioni scientifiche italiane, p. 263.

13 Mariano Rumor, Memorie (1943-1970), Venise, Neri Pozza, 1991.

14 Pendant sa jeunesse, Rumor a été l’auteur d’une thèse sur le poète crépusculaire Guido Gozzano, qui a fait l’objet d’une recension - certes négative - du grand philosophe Benedetto Croce.

15 Francesco Cossiga (avec Pasquale Chessa), Gli Italiani sono sempre gli altri. Controstoria d’Italia da Cavour a Berlusconi, Milan, Mondadori, 2007, p. 168-169.

16 Giuseppe Tamburrano, op. cit., p. 371-373.

17 Il parlamento italiano, vol. 20 (1969-72), op. cit., p. 3-5.

18 La jeune génération de la DC, représentée par Arnaldo Forlani et Ciriaco De Mita, s’est réunie à San Ginesio [Marches] (27-28 octobre 1969). Giovanni Di Capua, « Il Convegno di San Ginesio » dans Il Parlamento italiano, vol. 20, op. cit., p. 319. Voir aussi Arnaldo Forlani, Potere discreto, Venise, Marsilio, 2009.

19 Giorgio Napolitano, Dal PCI al socialismo europeo, Un’autobiografia politica, Rome-Bari, Laterza, 2005.

20 Affaires étrangères, Budget, Finances, Instruction publique, Travaux publics, Postes et Télécommunications, Commerce extérieur, Marine marchande, Tourisme et Spectacle.

21 Le 24 mars 1969, démission de Fiorentino Sullo.

22 Les titulaires du ministère du Travail, des Participations de l’État, des Transports, et du Commerce et de l’Artisanat restent les mêmes entre les cabinets Moro et Leone. De même, les titulaires des ministères de Grâce et Justice, de l’Agriculture et des Forêts, et de la Santé ne changent pas du premier au deuxième exécutif Rumor.

23 Carlo Vallauri, « Lo Statuto dei diritti dei lavoratori » dans Il Parlamento italiano, vol. 20, op. cit., p. 117-120.

24 Augusto Barbera, Carmela De Caro, Antonio Agosta, « L’attuazione dell’ordinamento regionale », Ibid., p. 133-172.

25 Voir les réflexions de Guido Crainz, Il Paese mancato, Dal miracolo economico agli anni ottanta, Rome, Donzelli, 2003.

Auteur

Université Stendhal - Grenoble 3, GERCI

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540