Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Deuxième partie : Les changements dans la continuité

1969, Le moment Pompidou ?

1969, Pompidou, Man Of The Year?

François Dubasque

Résumé

Les historiens font habituellement de la période 1938-1974 celle du gaullisme triomphant. Cette grille de lecture tend à minimiser l’importance de l’année 1969 dans la vie politique française. Or, la victoire de Georges Pompidou à l’élection présidentielle, consécutive au départ du général de Gaulle après son échec au référendum du 27 avril, constitue-t-elle une simple transition ou traduit-elle au contraire - comme semble le suggérer le slogan de campagne du vainqueur : le changement dans la continuité – un réel tournant ? C’est à travers l’itinéraire de Georges Pompidou, l’analyse de sa correspondance, de ses déclarations publiques, de ses décisions et de sa pratique du pouvoir, que nous tenterons de cerner les contours de la succession du fondateur de la Ve République. Trois postures de Georges Pompidou, correspondant à trois moments clés de cette année 1969 seront dès lors distinguées : celle du dauphin (jusqu’au 28 avril, jour de la démission du général de Gaulle), celle du candidat en campagne (du 29 avril au 15 juin, jour de l’élection de Pompidou à la présidence de la République), enfin celle de l’épigone dans l’exercice du pouvoir.

Historians usually call the period 1958-1974 as “Gaullism triumphant”. This interpretation tends to minimize the importance of the year 1969 in French political life. Does George Pompidou’s victory at the presidential election, following the departure of General de Gaulle after the failure of the referendum of April 27, constitute a simple transition or on the contrary - as suggested by the campaign slogan of the winner “change in continuity” - a real turning-point?
Through the itinerary of Georges Pompidou, the analysis of his correspondence, of his public statements, of his decisions and his practice of the exercise of power, we will try to draw the outlines of the succession of the founder of the Fifth Republic.
Three positions of George Pompidou corresponding to three key moments of this year 1969 will be distinguished: the Dauphin (until April 28, day of the resignation of General de Gaulle), the candidate in election campaign (from April 29 to June 15, day of the election of Pompidou to the presidency of the Republic), finally to the epigone during the exercise of power.

Texte intégral

  • 1 Georges Pompidou, Le nœud gordien, Paris, Flammarion, 1984 (1re édition 1974), p. 62.

1« Qu’appelle-t-on l’après-gaullisme sinon la conviction si répandue que ce qui tient par de Gaulle ne tiendra plus sans lui et qu’une fois encore, nous sommes voués à la crise de régime »1. Le 10 juillet 1968, l’auteur de ces quelques lignes extraites du Nœud gordien, Premier ministre depuis six ans, se rend à l’Elysée pour remettre au général de Gaulle sa démission et celle de son gouvernement. Un an plus tard exactement, le 10 juillet 1969, Georges Pompidou prononce, en qualité de président de la République, sa première conférence de presse. Entre ces deux dates, le fondateur de la Ve République a volontairement quitté le pouvoir suite au refus de son projet soumis à référendum le 27 avril 1969. Georges Pompidou lui succède à l’issue d’une campagne présidentielle conduite sur le thème du changement dans la continuité.

  • 2 Expression empruntée à Jean-François Sirinelli, dans Les vingt décisives, Paris, Fayard, 2007.

2Or, les historiens font habituellement de la période 1958-1974 celle du gaullisme triomphant. Cette grille de lecture tend à minimiser l’importance de l’année 1969 dans la vie politique française. Faut-il percevoir cette succession comme une simple transmission de pouvoir, une relève, ou s’agit-il d’un réel tournant comme semble le suggérer le slogan de campagne précité ? C’est à travers l’itinéraire de Georges Pompidou, redevenu simple député du Cantal à partir de juillet 1968, sa correspondance, ses déclarations publiques, et sa pratique du pouvoir, que seront proposés quelques éléments de réponse à cette problématique. Autrement dit, existe-t-il, après le gaullisme, un pompidolisme ? L’année 1969 marque-t-elle « le moment Pompidou »2 ?

3Dans cette optique, il convient de diviser l’année 1969 en trois phases répondant chacune à une posture différente de Georges Pompidou : le temps du dauphin où se pose la question de la succession du général de Gaulle (jusqu’au 28 avril 1969), la période du candidat qui s’échelonne entre la campagne et l’élection présidentielle (du 29 avril au 15 juin 1969), enfin celle de l’épigone, une fois Georges Pompidou aux commandes, lorsque se met en place le changement dans la continuité.

Laprès-gaullisme, une succession impossible ?

  • 3 À ce sujet, voir Bernard Lachaise, « 1962-1970 : du Président de Gaulle au Président Pompidou », Es (...)

4Du départ de Pompidou de Matignon à celui du général de Gaulle, moins de dix mois s’écoulent. Cette première phase, de courte durée, est marquée par une tension croissante au sujet de la succession du Général. En effet, l’affirmation progressive de l’envergure de Georges Pompidou s’accompagne d’une dégradation sensible des relations entre les deux hommes, à tel point que l’on peut se demander si de Gaulle a finalement accepté l’idée d’un successeur3.

  • 4 Lettre d’Alain de Boissieu, citée par Jacques Foccart, Le général en mai, journal de l’Élysée, tome (...)

5Directeur de cabinet en 1958-1959, puis Premier ministre à partir d’avril 1962, Georges Pompidou est d’abord un porte-parole puis l’exécutant docile des décisions du Général. Il acquiert toutefois assez rapidement un statut de dauphin officiel. Plusieurs témoins de l’entourage du général de Gaulle, son fils Philippe, son gendre Alain de Boissieu, et Jacques Foccart notamment, ont rapporté qu’il avait manifesté, dès juin 1968, son intention de ne pas terminer son mandat et son souhait de se retirer à l’âge de 80 ans en 1970. Le remplacement de Georges Pompidou par Couve de Murville, en juillet 1968, s’inscrirait dès lors dans le cadre de la préparation de la succession du Général, désireux de le préserver des attaques quotidiennes inhérentes à sa fonction tout en l’incitant à prendre une stature internationale4. C’est le sens du courrier qu’il lui adresse le 10 juillet 1968 :

  • 5 Lettre du général de Gaulle à Georges Pompidou, 10 juillet 1968, citée dans Georges Pompidou, Pour (...)

« Sachez, mon cher ami, que je tiens à garder avec vous des relations particulièrement étroites. Je souhaite, enfin, que vous vous teniez prêt à accomplir toute mission et à assumer tout mandat qui pourrait vous être un jour confiés par la nation »5.

6Ces propos furent confirmés publiquement le 9 septembre 1968, à l’occasion d’une conférence de presse : « Il était bon qu’il fiât, sans aller jusqu’à l’épuisement, placé en réserve de la République ».

  • 6 Lettre de Georges Pompidou à François Mauriac, 23 juillet 1968, citée dans Georges Pompidou, Pour r (...)

7Un sondage réalisé par la Sofres fin septembre 1968 donne de Pompidou une image un peu différente : 41 % des personnes interrogées le considèrent comme le meilleur futur président de la République, loin devant Maurice Couve de Murville (15 %), Valéry Giscard d’Estaing (9 %) ou François Mitterrand (9 %). Sa gestion des événements de mai 1968 et le succès de l’UDR aux élections de juin ont fait de lui, aux yeux de l’opinion, un homme d’État capable de faire face à une crise majeure. Dès lors, il ne fait aucun doute que le départ de Pompidou est surtout lié à la dimension nouvelle qu’il a acquise. Conformément à sa lecture des institutions, le général de Gaulle considère que la montée en puissance de Georges Pompidou est de nature à porter atteinte à son autorité et crée un risque de dyarchie au sommet de l’État. C’est ce que Pompidou lui-même semble confirmer à François Mauriac dans une lettre du 23 juillet 1968 : « Il est évident que mon désir de retraite rencontrait son désir d’être sans conteste seul à gouverner jusqu’au jour de son propre retrait »6. À partir de ce moment-là, le fossé entre les deux hommes se creuse inexorablement, à la faveur des circonstances.

  • 7 Enquête IFOP, mai 1969, citée par Jérôme Jaffré, « Georges Pompidou et les Français à travers les s (...)

8L’affaire Markovitch, révélée en septembre 1968, dans laquelle le couple Pompidou est mis en cause, en est la première illustration. Les déclarations de Georges Pompidou à Rome, le 17 janvier 1969, puis à Genève le 12 février, où il affirme son intention d’être candidat à la succession de De Gaulle, en sont une autre. Elles lui valent, à l’occasion du Conseil des ministres du 22 janvier, une cinglante mise au point du chef de l’État : « J’ai le devoir et l’intention de remplir ce mandat jusqu’à son terme ». Enfin de Gaulle semble rendre Pompidou en partie responsable de son échec au référendum du 27 avril sur la régionalisation et la réforme du Sénat. Pourtant, le discours prononcé le 10 avril par le Général, dans lequel il annonce son intention de démissionner en cas de victoire du « non », est probablement à l’origine de ce revers. En effet, depuis les événements de 68, de Gaulle n’apparaît plus comme l’unique rempart contre la crise et le chaos. En revanche, par ses déclarations, Pompidou représente, aux yeux des Français, une alternative crédible, une formule de rechange. Les sondages sont un bon révélateur du retournement de l’opinion : en janvier 1968, 40 % des personnes interrogées – 30 % sont d’avis contraire – estimaient que les institutions de la Ve République ne survivraient pas au départ de De Gaulle. Au mois de mai 1969, ils sont désormais une majorité (51 %) à croire au maintien de ces institutions7. En se dégageant progressivement de la tutelle directe du Général, Pompidou s’est donné, durant cette première phase, la stature d’un homme d’État. L’évolution du rapport de force entre les deux hommes n’est certainement pas étrangère à leur brouille. Le refus de s’engager dans la campagne de son ancien collaborateur est un signe de ce qui sépare désormais le général de Gaulle de Georges Pompidou :

  • 8 Lettre du général de Gaulle à Georges Pompidou, 30 avril 1969, citée dans Georges Pompidou, Pour ré (...)

« Après ce que je vous ai dit maintes fois naguère et ce que j’ai déclaré publiquement à votre sujet, vous êtes certainement fondé à croire que j’approuve votre candidature. Je l’approuve en effet. Sans doute eût-il mieux valu que vous ne l’ayez pas annoncée plusieurs semaines à l’avance, ce qui a fait perdre certaines voix au « oui », vous en fera perdre quelques unes à vous-même. [...] Il va de soi qu’au cours de la « campagne », tenant compte des dimensions de tout, je ne me manifesterai d’aucune façon »8, lui écrit-il, le 30 avril 1969.

9Finalement, cette période, jalonnée par la démission du général de Gaulle le 28 avril et l’annonce, le lendemain, de la candidature de Pompidou, est à la fois un tournant marqué par la substitution du gaullisme électoral au gaullisme personnel, et une transition sans heurt puisque l’installation à l’Élysée du président du Sénat, Alain Poher, pour y exercer l’intérim, témoigne du bon fonctionnement des institutions de la Ve République.

Le temps de l’élection présidentielle de 1969, un candidat-Janus ?

  • 9 Sur ces aspects, voir la communication de Jean-Luc Parodi, « L’élection présidentielle de 1969 ou l (...)

10Cette troisième élection présidentielle de la Ve République ouvre, dans des circonstances particulières, la succession du général de Gaulle. La consultation n’ayant pas été programmée, la campagne électorale est brève. Cela n’empêche pas les candidatures de se multiplier. L’espace politique situé entre les gaullistes (candidat : Georges Pompidou) et les communistes (candidat : Jacques Duclos) est surpeuplé. Avec Alain Krivine (Ligue communiste), Michel Rocard (PSU), Gaston Defferre (SFIO-NPS) et Louis Ducatel (radical-socialiste indépendant), les forces de gauche se présentent en ordre dispersé, signe du désarroi d’une mouvance en pleine restructuration après l’échec électoral de juin 1968. Cet espace est en réalité dominé par Alain Poher, son candidat le plus modéré (Centre démocrate). Porte-parole de l’opposition aux projets gaullistes durant la campagne référendaire, il apparaît comme le plus crédible des antigaullistes9.

  • 10 Sondages Sofres 16-17 mai 1969 (1000 interviews), cités par Jérôme Jaffré, colloque FNSP, op. cit.

11Pompidou, quant à lui, règne sans partage à droite de l’échiquier. Leader naturel de l’UDR depuis le départ du général de Gaulle, il bénéficie d’un socle électoral solide et stable, constitué de l’électorat gaulliste et d’une large fraction des Républicains indépendants (RI), qui lui vaut d’être régulièrement crédité d’environ 40 % des intentions de vote au premier tour de l’élection. Toutefois, cet atout pour le premier tour peut s’avérer un sérieux handicap pour le second : il devient le chef de la coalition des vaincus du référendum et doit donc démontrer sa capacité à élargir le camp des « oui » dont il est le candidat. Second handicap : son étiquette d’héritier du général de Gaulle fait-elle de lui la meilleure réponse aux espoirs de changement exprimés par les Français lors du référendum du 27 avril ? D’après plusieurs sondages réalisés en mai, une majorité d’entre eux souhaitent en effet que le futur président rompe avec la politique du général de Gaulle. C’est surtout dans le secteur économique et social que des changements sont attendus. Mais même sur le plan des institutions, l’opinion se montre plus favorable à l’idée, défendue par Poher, d’un président-arbitre, qu’à celle, chère au général de Gaulle, d’un président-décideur10. Ces paramètres vont guider la stratégie de Pompidou de placer sa campagne sous le double sceau de la fidélité et de l’ouverture.

12En tentant de concilier continuité et changement, Pompidou ne risque-t-il pas une perte de crédibilité aux yeux des électeurs ? Ses adversaires et la presse ont tôt fait de souligner le paradoxe d’un tel positionnement. Voici en quels termes le journaliste Georges Leroy apostrophe Pompidou au micro d’Europe no 1, le 15 mai 1969 :

« Vous voulez être le candidat de la continuité et du progrès, de la stabilité et de l’ouverture, de l’héritage et du changement mais, pour beaucoup, élu président de la République, vous aurez peut-être la tentation de rechausser les bottes du Premier ministre que vous avez été pendant six ans. Alors, avec ce passé que vous ne reniez pas, comment accréditer l’idée de changement [...] ? »

13Pompidou adapte en fait son message en fonction de son public. Devant les différentes instances gaullistes après l’annonce de sa candidature, il insiste sur le thème de la continuité définie comme l’enracinement des institutions de la Ve République et exprime une certaine forme de pérennisation du message gaullien, notamment en matière de politique étrangère et de défense. Le soutien des gaullistes assuré, il met alors, en début de campagne, davantage l’accent sur le changement et réserve le thème de l’ouverture à ses alliés RI, aux centristes, et aux électeurs en général. Enfin, lorsqu’il importe entre les deux tours de remobiliser l’ensemble de l’électorat gaulliste et de répondre aux attaques de Poher, il sait à ce moment-là faire preuve d’une certaine souplesse. Il s’efforce ainsi de renvoyer son adversaire à la perspective d'une instabilité politique caractéristique de la IVe République et recentre sa propre campagne sur le thème de la continuité. Son message politique répond donc à un double objectif : d’une part, maintenir l’essentiel de l’héritage et assurer la co-responsabilité de l’œuvre accomplie en tant que Premier ministre, d’autre part mettre en place une tactique électorale visant à transformer l’échec référendaire en victoire présidentielle. Dans cette optique, il doit à la fois répondre aux aspirations de changement exprimées par l’opinion et pratiquer l’ouverture politique afin d’élargir sa base électorale.

  • 11 Muriel Montero, « Georges Pompidou, l’ouverture au centre et le CDP », dans J.-P. Cointet, B. Lacha (...)
  • 12 Cette décision provoque une scission au sein de la famille centriste qui se concrétise le 4 juillet (...)
  • 13 Jérôme Jaffré dans colloque FNSP, op. cit.
  • 14 À ce sujet, voir Alain Lancelot et Pierre Weill, « L’évolution politique des électeurs français de (...)

14L’ouverture au centre est le fruit d’un long processus de convergence lancé depuis le mois d’avril 196211. De l’éphémère participation de cinq ministres MRP au premier gouvernement Pompidou aux contacts noués lors des élections législatives de 1967, le ralliement fut donc préparé de longue date. Il se concrétise publiquement lors du débat Pompidou/Duhamel sur Europe no 1, le 22 mai 1969. Satisfait des engagements pris par Georges Pompidou dans plusieurs domaines dont celui des libertés publiques et de l’Europe, Jacques Duhamel apporte, avec douze des trente-trois membres du groupe Progrès et démocratie moderne (PDM), son soutien à sa candidature12. Cette opération électorale présente plusieurs avantages pour le candidat à la présidentielle. En s’affichant successivement avec Jacques Chaban-Delmas, Valéry Giscard d’Estaing, et Jacques Duhamel dans les meetings, il donne une signification concrète à son slogan de campagne. En obtenant le soutien d’anciens partisans du « non » référendaire, il se démarque par ailleurs du général de Gaulle. Il réduit enfin le poids de l’UDR dans la future majorité et contrecarre les ambitions des RI de créer autour d’eux un vaste parti libéral conçu comme le deuxième pilier de cette majorité. Pompidou opte donc pour le futur « trépied » majoritaire (l’image est de Jacques Duhamel) : UDR, RI et centristes. Cette stratégie confère un indéniable bonus électoral à Pompidou qui arrive largement en tête le 1er juin au soir du premier tour [Pompidou : 43,9 % ; Poher : 23,4 % ; Duclos : 21,5 %]. Si l’on compare le résultat du second tour de l’élection présidentielle à celui du référendum du 27 avril, 63 % des voix RI et 31 % des voix du centre PDM se sont portées sur Pompidou contre 48 % et 18 % sur de Gaulle le 27 avril13. Ce n’est pourtant pas l’ouverture au centre qui a constitué le facteur décisif de son succès. Pompidou a également profité de l’effritement du cartel des « non » et du mot d’ordre d’abstention du Parti communiste et de l’extrême gauche au deuxième tour de l’élection. Le 15 juin 1969, il est élu avec 58,2 % des suffrages mais seuls 37,5 % des inscrits se sont prononcés en sa faveur. Par ailleurs, l’ouverture au centre n’a pas d’impact direct sur la composition de l’électorat pompidolien. Comparé à celui du général de Gaulle en 1965, il est de tonalité plus conservatrice. Avec la moitié d’électeurs étiquetés à droite, il a en effet perdu la composante populaire et de gauche qui restait fidèle au Général14.

15Après le succès des élections législatives de 1968, la machine électorale gaulliste prouve une nouvelle fois sa capacité à rassembler une majorité. Cependant, comment tenir, une fois élu, le double cap de la présidentielle : continuité et ouverture ?

Du gaullisme au pompidolisme : l’épigone

16Restent donc à déterminer, afin de tenter d’y discerner cette double préoccupation, les caractères originaux de sa pratique du pouvoir.

  • 15 Georges Pompidou, Le nœud gordien, op. cit., p. 15. Voir également sa conférence de presse du 10 ju (...)
  • 16 Voiries articles de Didier Mauss, « Georges Pompidou et la logique de la Ve République » et de Pier (...)

17En premier lieu, sa lecture des institutions de la Ve République révèlet-elle l’existence d’un pompidolisme ? Pompidou, tout comme de Gaulle, estime que le bon fonctionnement des institutions repose avant tout sur la primauté présidentielle. Selon lui, le président de la République, bien que dépourvu de la légitimité historique du fondateur de la Ve République, tire son autorité de l’élection au suffrage universel direct. Il est donc maître des orientations mais, chaque fois qu’il le juge nécessaire, il gouverne car son autorité s’étend à tous les domaines15. Sa décision, le 5 juillet 1972, de changer de Premier ministre un mois à peine après le vote de confiance de l’Assemblée nationale à Jacques Chaban-Delmas, illustre cette volonté. Pour autant, il ne souhaite pas accentuer le caractère présidentiel du régime, ni favoriser une séparation trop rigide de l’exécutif et du législatif. Son souhait est au contraire de décrisper les relations avec le Parlement. Symbolique fut, à cet égard, le choix comme Premier ministre de Jacques Chaban-Delmas, ancien président de l’Assemblée nationale de 1958 à 1969. Dans son message au Parlement, le 25 juin 1969, le nouveau président de la République, prenant acte du rejet de la réforme du Sénat par la voie référendaire, tend par ailleurs la main à la Chambre haute avec laquelle les relations sont exécrables depuis 196216. Enfin, bien que tardive et avortée, l’entreprise de réforme constitutionnelle lancée en 1973, visant à réduire le mandat présidentiel à cinq ans, n’en consacre pas moins les pouvoirs constituants du Parlement.

  • 17 L’expression est d’Éric Roussel, Georges Pompidou (1911-1974), Paris, Jean-Claude Lattès, 1994, p.  (...)

18L’organisation de l’exécutif témoigne par ailleurs du désir de Pompidou de concilier héritage et novations. En supprimant la dualité de structure secrétariat général/cabinet, la première structure absorbant la seconde, le nouveau Président imprime ainsi sa marque personnelle. Il y installe l’équipe précédemment en place à Matignon : Michel Jobert et Édouard Balladur sont nommés respectivement secrétaire général et secrétaire général adjoint. Les gaullistes de longue date, tels René Brouillet, Pierre Lefranc ou Jean Mauriac, cèdent, quant à eux, progressivement la place à une « aristocratie de la compétence technique »17 composée d’énarques et de polytechniciens. La composition du gouvernement reflète davantage le souci d’associer continuité et ouverture : la présence de Chaban-Delmas et de Michel Debré, ministre de la Défense nationale, apporte la caution du gaullisme historique, tandis que la participation à des postes importants des leaders centristes (Duhamel à l’Agriculture, Fontanet au Travail et Pleven à la Justice), enfin de Valéry Giscard d’Estaing qui retrouve le ministère de l’Economie et des Finances, répond à la configuration de la nouvelle majorité. En revanche, la conception qu’a Georges Pompidou de ses rapports avec son Premier ministre s’inscrit plus directement dans la continuité de ceux qu’entretenait le Général avec ses collaborateurs. Le principal grief de Pompidou à l’égard de Chaban, après la déclaration de politique générale de ce dernier (16 septembre), c’est d’avoir prononcé, en présentant son projet de société, un véritable discours présidentiel.

  • 18 Jean-François Sirinelli, Les vingt décisives, op. cit., p. 147.

19Sur le fond pourtant, l’appui du Président au projet de « nouvelle société » est, dans un premier temps, publiquement proclamé et effectivement pratiqué. La déclaration de son Premier ministre reprend en effet un certain nombre de promesses faites pendant la campagne du candidat Pompidou. Déplorant l’archaïsme des structures sociales et la fragilité économique du pays, Jacques Chaban-Delmas appelle de ses vœux un bond en avant industriel, l’avènement d’une « nouvelle société » et préconise quelques réformes comme la libéralisation de l’ORTE La décision prise en secret, le 10 août 1969, de dévaluer le franc pour augmenter la compétitivité du pays, répond à la volonté de faire de la France une grande puissance économique, tout comme la relance du secteur aéronautique et la création de grands groupes par fusion et concentration. Georges Pompidou soutient également l’effort du gouvernement en faveur de l’éducation, malgré ses conceptions assez conservatrices pas entièrement partagées par Olivier Guichard, ministre de l’Éducation nationale. Son attitude et ses interventions, dans un domaine qui lui est cher, illustrent parfaitement sa pratique générale du pouvoir : il oscille en permanence entre hyperinterventionnisme – par le biais du secrétariat général et des comités interministériels – et délégation assez large de compétence. Cette hésitation révèle chez lui une tension structurelle, soulignée par Jean-François Sirinelli, entre conservation et innovations18. La thématique de la continuité et du changement constitue donc une clef de compréhension utile de l'itinéraire de cet homme politique.

  • 19 Éric Roussel, Georges Pompidou (1911-1974), op. cit., p. 332.

20Il importe, en second lieu, d’appliquer cette grille d’analyse à la politique étrangère. Dans L’Express du 14 juillet 1969, deux journalistes dressent, à l’issue de la conférence de presse présidentielle, le constat suivant : « La politique étrangère est restée le domaine réservé du général de Gaulle. Il l’a parcouru en successeur respectueux ». Dès 1969, plusieurs signes indiquent de manière évidente la volonté du nouveau Président de suivre la voie tracée par son prédécesseur. La réinstallation de Jacques Foccart au secrétariat général pour les affaires africaines et malgaches, poste qu’il occupe sans interruption de 1959 à 1974, hormis durant l’intérim d’Alain Poher, en est un exemple. La livraison d’avions et de chars à la Libye du colonel Kadhafi en est un autre. La politique étrangère de Pompidou se fait toutefois plus pragmatique et moins altière que celle du Général19. Ainsi, le voyage aux États-Unis, en février-mars 1970, paraît destiné à en finir avec l’antiaméricanisme un peu primaire des années antérieures.

  • 20 Sur Europe no 1 le 22 mai, lors du meeting de Mulhouse le 6 juin, à RTL le 13 juin : Archives natio (...)
  • 21 Pour une plus ample analyse de la politique européenne de Georges Pompidou, on se reportera à Eric (...)

21C’est finalement dans le domaine européen que l’ambivalence de Pompidou s’exprime sans doute de la manière la plus flagrante. Comme de Gaulle, il considère que la supranationalité est une illusion et se montre particulièrement hostile au renforcement des pouvoirs de la Commission européenne. Toutefois, durant la campagne présidentielle, il prend des engagements20 qui seront confirmés par son ministre des Affaires étrangères, le très européen Maurice Schumann, lors du Conseil des ministres de Bruxelles, le 22 juillet 1969. La France est ainsi à l’initiative du sommet de La Haye, en décembre 1969, qui adopte le fameux triptyque achèvement, approfondissement et élargissement. La politique européenne de Pompidou rompt-elle, pour autant, avec l’héritage du général de Gaulle ? C’est ce que pensent les gaullistes orthodoxes réunis au sein de Présence et action du gaullisme, sorte de comité de vigilance créé en 1969 à l’initiative de Pierre Messmer, Louis Joxe et Jacques Vendroux, le beau-frère du Général. Les gaullistes de gauche, à l’instar de Louis Vallon, auteur de L’Anti-de Gaulle, pamphlet dirigé contre Pompidou publié en octobre 1969, sont les plus virulents à dénoncer la trahison des idéaux gaullistes. Cette série d’inflexions sur l’Europe marque pourtant l’aboutissement d’une évolution débutée avant même le départ de De Gaulle. L’entretien du Général avec l’ambassadeur britannique Christopher Soames, en février 1969, atteste de son choix d’une nouvelle ligne de conduite dans les affaires européennes. Mais Pompidou ne s’est pas contenté de poursuivre la politique du Général en l’adaptant simplement aux circonstances. Son projet européen est incontestablement plus abouti que celui de son prédécesseur. Dans une démarche que l’on pourrait qualifier de néo-fonctionnaliste, il accepte en effet la perspective d’une évolution des institutions européennes dès lors que les gouvernements demeurent au cœur du processus21. C’est le sens de son engagement en faveur d’une Union européenne lors du Sommet de Paris, en octobre 1972.

Conclusion

  • 22 Cité par Éric Roussel, Georges Pompidou (1911-1974), op. cit., p. 411.

22En dépit d’ajustements et d’adaptations, qui procèdent tant des nécessaires évolutions que de ses propres convictions, Pompidou reste, sur de nombreux aspects, fidèle à son prédécesseur. Dans l’opinion, c’est d’ailleurs le sentiment qui prévaut à son endroit. Dans L’anniversaire, publié un an après le décès du général de Gaulle, Alfred Fabre-Luce, adversaire du Général, constate avec une certaine amertume : « Pendant les deux premières années de sa présidence, Georges Pompidou a dû pratiquer beaucoup de continuité pour faire accepter un peu d’ouverture »22. Il semble donc plus véridique de réserver le terme de rupture à l’élection de Valéry Giscard d’Estaing en 1974, et la notion d’alternance à celle de François Mitterrand en 1981. Pour autant, le quinquennat de Pompidou doit-il être réduit à un simple surgeon du gaullisme ? Si toute comparaison de Pompidou à de Gaulle procède d’un exercice de style un peu vain, il n’en reste pas moins qu’au-delà du personnage, de son originalité, de sa personnalité et de sa politique, les Français, interrogés par la SOFRES en 1973, jugeaient leur président moins énergique que le Général, mais assurément plus libéral et plus européen. Son style personnel tout comme certains traits de sa politique sont donc bien l’expression d’un pompidolisme dont la caractéristique majeure, après le gaullisme moniste, est son identité plurielle par la multiplication des courants internes et l’ouverture au centre.

Notes

1 Georges Pompidou, Le nœud gordien, Paris, Flammarion, 1984 (1re édition 1974), p. 62.

2 Expression empruntée à Jean-François Sirinelli, dans Les vingt décisives, Paris, Fayard, 2007.

3 À ce sujet, voir Bernard Lachaise, « 1962-1970 : du Président de Gaulle au Président Pompidou », Espoir, no 148 : De Gaulle et Pompidou, septembre 2006, p. 12-19.

4 Lettre d’Alain de Boissieu, citée par Jacques Foccart, Le général en mai, journal de l’Élysée, tome II, 1968-1969, Paris, Fayard, 1998, p. 772-773.

5 Lettre du général de Gaulle à Georges Pompidou, 10 juillet 1968, citée dans Georges Pompidou, Pour rétablir une vérité, Paris, Flammarion, 1982, p. 242.

6 Lettre de Georges Pompidou à François Mauriac, 23 juillet 1968, citée dans Georges Pompidou, Pour rétablir une vérité, op. cit., p. 247.

7 Enquête IFOP, mai 1969, citée par Jérôme Jaffré, « Georges Pompidou et les Français à travers les sondages : un Président populaire », colloque inédit La présidence de la République de Georges Pompidou : exercice du pouvoir et pratiques des institutions, Fondation nationale des sciences politiques, 24-25 novembre 1983 : Archives de l’Association Georges Pompidou.

8 Lettre du général de Gaulle à Georges Pompidou, 30 avril 1969, citée dans Georges Pompidou, Pour rétablir une vérité, op. cit, p. 287.

9 Sur ces aspects, voir la communication de Jean-Luc Parodi, « L’élection présidentielle de 1969 ou l’enracinement par l’exception », colloque FNSP, op. cit.

10 Sondages Sofres 16-17 mai 1969 (1000 interviews), cités par Jérôme Jaffré, colloque FNSP, op. cit.

11 Muriel Montero, « Georges Pompidou, l’ouverture au centre et le CDP », dans J.-P. Cointet, B. Lachaise, G. Le Béguec, J.-M. Mayeur (dir.), Un politique : Georges Pompidou, Actes du colloque de l’Association Georges Pompidou, Paris, PUF, 2001, p. 278.

12 Cette décision provoque une scission au sein de la famille centriste qui se concrétise le 4 juillet 1969 avec la création, par les partisans de Pompidou, du Centre démocratie et progrès (CDP).

13 Jérôme Jaffré dans colloque FNSP, op. cit.

14 À ce sujet, voir Alain Lancelot et Pierre Weill, « L’évolution politique des électeurs français de février à juin 1969 d’après les sondages de la SOFRES », Revue française de science politique, avril 1970, p. 249-281.

15 Georges Pompidou, Le nœud gordien, op. cit., p. 15. Voir également sa conférence de presse du 10 juillet 1969.

16 Voiries articles de Didier Mauss, « Georges Pompidou et la logique de la Ve République » et de Pierre Avril, « Georges Pompidou et le Parlement », dans J.-P. Cointet, B. Lachaise, G. Le Béguec, J.-M. Mayeur (dir.), Un politique : Georges Pompidou, op. cit.

17 L’expression est d’Éric Roussel, Georges Pompidou (1911-1974), Paris, Jean-Claude Lattès, 1994, p. 303.

18 Jean-François Sirinelli, Les vingt décisives, op. cit., p. 147.

19 Éric Roussel, Georges Pompidou (1911-1974), op. cit., p. 332.

20 Sur Europe no 1 le 22 mai, lors du meeting de Mulhouse le 6 juin, à RTL le 13 juin : Archives nationales, 5AG2/1088.

21 Pour une plus ample analyse de la politique européenne de Georges Pompidou, on se reportera à Eric Bussière et Emilie Willaert, Georges Pompidou et l’Europe, Bruxelles, éditions Peter Lang, à paraître.

22 Cité par Éric Roussel, Georges Pompidou (1911-1974), op. cit., p. 411.

Auteur

Université de Poitiers, GERHICO-CERHILIM (EA 4270)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540