Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Deuxième partie : Les changements dans la continuité

L’année 1969 en Suède ou le retour sur terre

La continuité idéologique et le pragmatisme politique d’Olof palme

1969: Sweden Comes Down To Earth. The End Of The Swedish Exception: International Involment And Political Alternance

Éric Chevaucherie

Résumé

En Suède, l’histoire politique des dernières décennies, et notamment de l’année 1969, est inévitablement reliée à la date du 28 février 1986. Ce soir-là, Olof Palme, alors Premier ministre de la Suède, est assassiné dans une rue de Stockholm. Le choc est évidemment terrible pour les Suédois. La violence politique que la Suède n’avait finalement jamais connue, pas même aux cours des années 1968-1969, frappe brutalement le plus haut sommet de l’Etat. La perte est immense, tant le Premier ministre avait occupé la scène politique depuis plusieurs décennies. Une époque semble s’être arrêtée brutalement en février 1986. Cette époque s’était ouverte en 1969.
1969 marque effectivement l’accession d’Olof Palme aux plus hautes charges de l’État. Le 1er octobre 1969, le Premier ministre en exercice, Tage Erlander démissionne de son poste après 23 ans de pouvoir. La transition est en réalité des plus banales, surtout dans le contexte suédois. Quoi de plus normale que cette transition démocratique ? Pas de changement de régime, pas d’élection législative, pas de changement de majorité. Pourtant, dans son discours de clôture du congrès du parti social démocrate à Stockholm en 1969, Olof Palme s’interroge : « Quels sont les points politiques que la nouvelle direction du parti social-démocrate suédois peut radicalement changer ? » La réponse viendra d’elle-même : changement de génération, changement de contexte où la décolonisation a fait son œuvre, fin de cycle économique où les meilleures années sont du domaine du passé.
1969 est sans doute cette année où la Suède redescend sur terre, où elle se mêle aux affaires du monde, où s’annoncent les premiers signes de remise en question d’un modèle politique et économique jusque-là presque parfait !

The political history of the last decades in Sweden, and more precisely in 1969, is inevitably linked to the date of February 28, 1986. That evening, Olof Palme, then Prime Minister of Sweden, was assassinated on a Street in Stockholm. The shock was obviously terrible for the Swedes. The political violence that Sweden had actually never faced, even in 1968-1969, brutally struck the highest point of the State. The loss was great as the Prime Minister had been an important actor of the political scene for decades. An era, frozen in time, came to an end in February 1986. That era had opened in 1969.
1969 marks the actual accession of Olof Palme to the highest offices of state. On October 1, 1969, the acting prime minister, Tage Erlander resigns after being 23 years in power. In reality, this important transition seems to be very logical in the Swedish context. What’s more normal that this democratic transition? No change of regime, no election, no change in the parliamentary majority. Yet in his closing speech held at the Swedish Democratic Party Congress in Stockholm on October 4, 1969, Olof Palme asked: “Which policies can the new leadership of the Swedish Social Democratic party change?” The answer will come by itself: generational change; change of context where decolonization has done its work; end of an economic cycle when the best years for Sweden are part of the past. 1969 is the year when Sweden gets a taste of reality, when it mixes with world affairs, when the first signs of doubt towards a political and economical model held hitherto to be close to perfect appear.

Texte intégral

1Il est des hommes qui marquent l’histoire tout autant par leur présence que par les circonstances de leur disparition. La mort rehausse parfois le destin et confère aux disparus un lustre dont il n’est pas certain qu’une vieillesse paisible aurait su leur offrir. Quelle place aurait tenu John Kennedy s’il avait achevé son ou ses mandats paisiblement ? James Dean aurait-il autant marqué le cinéma contemporain sans sa mort accidentelle ? L’historien a sans doute peu avantage à conjecturer sur ces éventualités. Malgré tout, il est difficile de faire abstraction de l’entière chronologie de la vie des hommes qui ont marqué une époque. Ainsi, la relecture de l’évolution politique des dernières décennies en Suède, et notamment de l’année 1969, vient buter presque inévitablement sur la date du 28 février 1986.

2Ce soir-là, Olof Palme, alors Premier ministre de la Suède, est assassiné dans une rue de Stockholm. Le choc est évidemment terrible pour tous les Suédois. C’est un meurtre en pleine ville. Le plus haut sommet de l’État est brutalement frappé par la violence politique, violence que la Suède n’avait finalement jamais connue, pas même en 1969. La perte est tragique, humainement parlant, et immense politiquement, tant le Premier ministre avait occupé la scène depuis plusieurs décennies. Pendant un an d’ailleurs, des Suédois anonymes viendront fleurir le pavé où s’est écroulé Olof Palme. Une époque semble s’être arrêtée brutalement en février 1986. Cette époque s’était ouverte en 1969. Il nous faut maintenant oublier 1986 et revenir à 1969.

3Cette année 1969 modifie indéniablement le sens de l’évolution politique de la Suède pour les deux ou trois décennies à venir. Elle illustre d’abord concrètement la question du renouvellement des enjeux et des programmes politiques lors d’une passation de pouvoir entre deux leaders, entre deux Premiers ministres issus du même parti et qui ont travaillé ensemble pendant de longues années. Nous replacerons ce passage de témoin dans une histoire plus longue pour révéler l’originalité de la transmission du pouvoir politique dans ce pays et les enjeux qui s’y attachent. La deuxième question que soulève l’année 1969 en Suède est celle de la personnalité du nouveau leader, ici Olof Palme. Qui est-il ? Quel rôle peut-il jouer ? Dit autrement, les inévitables inflexions politiques de la nouvelle équipe sont-elles idéologiques, générationnelles ou simplement marquées par la personnalité du nouveau leader ? Nous verrons que cette année 1969 fournit de nombreux éléments qui préfigurent le rôle politique qu’incarnera Olof Palme par la suite. Enfin, notre troisième interrogation porte sur les implications sociales de l’année 1969 au regard de ce changement de leader. Comment le pouvoir peut-il s’adapter au nouvel environnement national et international ? Comment Olof Palme réussit-il à symboliser ce changement de décennies et l’émergence de nouvelles valeurs ? Nous verrons de quelle manière le personnage politique s’insère dans son paysage idéologique de référence, à savoir la social-démocratie suédoise triomphante. Mais pour combien de temps ?

La part du renouveau dans la conservation du pouvoir

  • 1 Kjell Östberg, I takt med tiden. Olf Palme 1927-1969, Stockholm, Léopard Förlag, 2008, 440 p. Et Nä(...)

4Une nouvelle biographie en suédois d’Olof Palme vient de paraître. Elle se divise en deux tomes1. L’année qui scinde les deux volumes est justement celle qui nous réunit aujourd’hui. L’année 1969 marque donc dans la vie d’Olof Palme et dans l’histoire politique de la Suède un jalon ou une année charnière.

5Replaçons cette année dans la carrière d’Olof Palme et dans la vie politique de la Suède. 1969 marque effectivement son accession aux plus hautes charges de l’État. Le 1er octobre 1969, le Premier ministre en exercice, Tage Erlander démissionne de son poste après 23 ans de pouvoir. Il renonce également à celui de chef du parti social-démocrate. Le même jour, Olof Palme est élu chef des sociaux-démocrates. Le 14 octobre, il devient le nouveau Premier ministre de la Suède.

6Quoi de plus normal que cette tranquille succession politique. Pas de changement de régime, pas d’élections législatives, pas de changement de majorité ni même de recomposition de la majorité parlementaire, pas de changement notable des membres du gouvernement. Olof Palme était en réalité pressenti depuis longtemps pour succéder à Erlander. Il est bien le leader naturel des sociaux-démocrates, le plus brillant d’entre eux, depuis quelques années déjà.

  • 2 « Pä vilka punkter kommer den svenska socialdemokratins politik att radikalt förândras med en ny pa (...)
  • 3 « Personskiften pä den posten har inte varit särskilt vanliga i värt past. », ibid., p. 2-3.

7Dans son discours de clôture du congrès de 1969 du Parti social-démocrate à Stockholm, Olof Palme s’interroge lui-même sur les implications de cette transition et se demande « quels sont les points qui changeront radicalement dans la politique sociale-démocrate de la Suède avec cette nouvelle direction à la tête du parti »2 ? Le premier point que nous pouvons noter est justement que quelque chose change, une personne au moins, et « le changement de personne à ce poste n’a pas été si fréquent dans notre passé »3 reconnaît d’ailleurs Olof Palme.

  • 4 Les autres chefs du Parti social-démocrate ont été : Claes Tholin, 1896-1907, Hjalmar Branting, 190 (...)

8Le Parti social-démocrate suédois est installé seul au gouvernement depuis 1932, sauf entre 1936 et 1939 et entre 1951 et 1957, et bien sûr pendant le gouvernement de coalition au cours de la Seconde Guerre mondiale. Toutefois dans tous les gouvernements, le Premier ministre a toujours été issu du parti social-démocrate. Même lorsque le parti n’a pas obtenu de majorité absolue au Riksdag, les gouvernements minoritaires étaient composés exclusivement de ministres sociaux-démocrates. Depuis la fondation du Parti en 1889, Olof Palme est le cinquième dirigeant, le cinquième leader du parti, le cinquième Premier ministre4. L’arrivée d’Olof Palme, toute prévisible qu'elle soit, est malgré tout un événement dans la vie du Parti, dans la vie politique, et même dans l’histoire contemporaine de la Suède. L’année 1969 marque un changement dans une grande continuité presque séculaire. Mais est-ce si vrai ?

9On peut d’abord noter que toute la génération d’après-guerre n’a connu que Tage Erlander au pouvoir. Très peu ont travaillé avec Per Albin Hansson, le véritable père de la société de bien-être suédoise (le folkhem). La fin de la carrière de Tage Erlander signifie donc bien plus qu’un passage de témoin. Il s’agit aussi de la fin d’une époque ; l’année 1969 est pour beaucoup de responsables politiques ou syndicaux une année particulière, à l’image d’un changement de règne dans des époques où la monarchie signifiait encore quelque chose. Et puis, en cette fin d’année 1969, le monde était particulièrement secoué depuis plusieurs mois, depuis quelques années même. Nous avons aujourd’hui exploré de nombreuses dimensions de ces années soixante finissantes. Je ne reviendrai donc pas sur le contexte international. Mais en quelques mois, sinon en quelques années, le monde avait changé de face.

10Quelques années plus tard, dans une lettre datée du 17 mars 1972, adressée à Willy Brandt et Bruno Kreisky, Olof Palme constate lucidement que les temps ont changé et que les enjeux internationaux sont aujourd’hui plus complexes que ceux du début de la guerre froide.

  • 5 Willy Brandt, Bruno Kreisky, Olof Palme, La social-démocratic et l’avenir, trad., Paris, Gallimard, (...)

« Il ne fait pas de doute, écrit-il, que la société actuelle est plus ‘politisée’ que celle de l’après-guerre. La conscience des hommes est devenue plus aiguë tant à l’égard de nos propres problèmes fondamentaux que pour les questions se rapportant à l’ensemble de l’humanité »5.

11C’est sans doute sur cette perception et par cette connaissance des problèmes internationaux que le jeune Olof Palme se distingue grandement de ses prédécesseurs. Cette nouvelle génération est née et enracinée dans les questions de l’après-guerre, dans le monde issu de la guerre froide, de la partition de l’Europe, de l’affrontement idéologique entre Est et Ouest et bien sûr de la décolonisation. Et sur toutes ces questions, l’opinion et le jugement du nouveau Premier ministre ne sont pas neutres, dans un pays où justement la neutralité est un prérequis idéologique et politique essentiel. Olof Palme marque ici aussi une rupture évidente.

Lengagement international : une question de génération ou de pragmatisme ?

12La politique de sécurité de la Suède était, avec celle des pays nordiques voisins, ancrée depuis le début du XXe siècle sur une neutralité prudente. La Seconde Guerre mondiale et la situation géopolitique qui en a résulté ont obligé les États nordiques, et particulièrement le plus peuplé d’entre eux, à reconsidérer la question de la neutralité. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, Stockholm hésite entre plusieurs politiques. Soit le retour à la neutralité de l’entre-deux-guerres, soit la création d’un système de sécurité régional nordique. La Suède tente de créer une Alliance Scandinave de défense avec le Danemark et la Norvège en janvier 1949 (skandinavisk försvarspakt). Le projet est soutenu par le Premier ministre social-démocrate Tage Erlander. Mais le rejet des superpuissances et finalement de la Norvège fait capoter ce projet.

13L’échec du Pacte Scandinave de défense laisse la Suède isolée. Elle doit donc poursuivre seule sa course à la neutralité. Cette neutralité suédoise se définit comme ceci : « Non-participation aux alliances en temps de paix visant à la neutralité en temps de guerre ». Cette position était tenable pendant les années 1950 et 1960, la société suédoise étant bien évidemment marquée par un anticommunisme profond et le souci de se tenir à l’écart des affrontements idéologiques de peur de glisser un jour dans une situation à la finlandaise (la fameuse finlandisation). Mais depuis le milieu des années I960, l’opinion publique suédoise est traversée par un courant plus radical. L’anticommunisme s’affaiblit, même si les événements de 1968 en Tchécoslovaquie ne permettent pas au Parti communiste suédois de percer aux élections législatives. Malgré tout, les milieux intellectuels et les étudiants sont plus politisés, comme disait Palme, c’est-à-dire plus susceptibles d’exprimer leur opinion et leur sensibilité politique.

14L’année 1968 en Suède n’a pas été particulièrement agitée, même si les étudiants ont réussi à occuper la maison des associations étudiantes (Kårhuset) en dénonçant la société capitaliste. Plus significatif peut-être, a été le mouvement de protestation lors d’un match de tennis (coupe Davis) entre la Suède et la Rhodésie. Les manifestants protestaient ici contre la politique d’apartheid du gouvernement de Ian Smith. C’est indéniablement l'affrontement le plus violent entre la police et les étudiants au cours de cette décennie.

15Mais l’événement politique le plus marquant de cette année date de février. Il fait figure de symbole et annonce un changement politique profond. Olof Palme, alors membre du gouvernement, participe à une manifestation aux côtés de l’ambassadeur nord-vietnamien à Moscou Nguyen Tho Chyyan. Cette marche aux flambeaux était destinée à interpeller (le mot est peut-être faible) l’opinion sur la façon dont les États-Unis menaient la guerre au Vietnam. Evidemment, ce défilé provoqua les plus vives protestations du gouvernement américain. Et lorsqu’en janvier 1969, la Suède établit des relations diplomatiques officielles avec le Nord-Vietnam, le Président Johnson rappela son ambassadeur et laissa le poste à Stockholm vacant. En mai 1969 se tient d’ailleurs à Stockholm une conférence internationale sur le Vietnam avec des représentants de plusieurs mouvements pacifistes. Un véritable tournant politique et diplomatique s’amorce, sous la responsabilité de Palme. La Suède s’engage alors de plus en plus systématiquement sur la scène internationale. Olof Palme incarne peu à peu la résistance à l’impérialisme occidental et se range aux côtés des puissances non alignées et des peuples qui luttent pour leur indépendance.

16La politique suédoise joue cependant sur une grande ambiguïté idéologique, sans toutefois renier deux valeurs auxquelles elle tient tant : d’un côté le pacifisme et la volonté de conciliation, de l’autre la neutralité et le non-alignement diplomatique et militaire. Les événements de cette fin de décennie 1960 rendent plus délicat le positionnement politique de la social-démocratie suédoise. Cette synthèse qui était possible pendant les premiers temps de la guerre froide devient difficile à tenir. Et justement, Olof Palme, dès 1969, impose une nouvelle vision de la politique internationale. Les raisons de cette évolution sont sans doute à chercher du côté du cheminement intellectuel et politique d’Olof Palme.

  • 6 Fort de ce constat, Bruno Kreisky est très présent sur la scène internationale lorsqu’il est chance (...)

17Il est bon de rappeler rapidement le parcours d’Olof Palme avant son arrivée au pouvoir. D’abord, Olof Palme est le fils de l’une des grandes familles bourgeoises de Stockholm, à l’inverse de son prédécesseur, issu de la classe moyenne. Son parcours est aussi un signe des temps. Dès mars 1949, il devient secrétaire du Comité international au sein de l’Union des syndicats étudiants (Svensk Förenade Studentkår, SFS) à la présidence duquel il accède quelques mois plus tard. En décembre 1950, il participe à la formation d’une organisation alternative à la puissante organisation étudiante International Union of Students créée en 1946 à Prague mais devenue un organe de propagande communiste. Olof Palme prend donc l’initiative de créer le Cosec (Coordination Secretariat of National Student Unions). Toutes ces années au sein des organisations internationales étudiantes ont fortement contribué à la compréhension du monde et des relations internationales qu’exprimera Palme par la suite. Il voyage dans la plupart des pays d’Europe, en Asie (Inde notamment) et en Afrique du Sud, découvre les mouvements d’émancipation puis de libération des peuples colonisés et tisse de nombreux liens avec les futures élites des nations émergentes. Il apprend aussi de son expérience internationale les avantages à tirer d’appartenir à un pays neutre pour agir sur la scène internationale6. Voilà une deuxième rupture.

18Mais sa jeune carrière internationale le marque définitivement. Il sera donc social-démocrate, pacifiste acharné, interventionniste sur la scène internationale, écornant sans doute un peu l’image de la neutralité inoffensive, incarnée par la Suisse par exemple. Il y a ici clairement une rupture, non pas idéologique, mais de formation d’une génération à l’autre. Olof Palme est simplement de son temps, parfois même un peu en avance. Il devient en quelques années un partenaire, sinon un compagnon apprécié des grands leaders du Tiers-Monde : Castro, Arafat, Indira Gandhi et les leaders de l’ANC (Congrès national africain, principal mouvement antiapartheid d’Afrique du Sud), notamment Oliver Tambo. Il n’oublie pas non plus de s’impliquer énergiquement dans l’internationale socialiste comme en témoignent les relations privilégiées qu’il entretient avec Willy Brandt et Bruno Kreisky.

Lhéritage socialiste

19N’allons cependant pas trop vite ! Le parcours d’Olof Palme est largement façonné par son ascension programmée vers le pouvoir exécutif et sa très grande proximité avec le Premier ministre Erlander. Au service duquel il entre dès septembre 1953. Sa carrière politique commence alors véritablement au sein du parti social-démocrate. Très vite, il joue le rôle d’un véritable conseiller politique du Premier ministre. Palme écrit les discours de Tage Erlander et se retrouve ainsi associé à toutes les questions politiques et les prises de décisions. Il entre au Parlement (Chambre haute puis Chambre basse) en 1958, devient ministre sans portefeuille (Konsultativt statsråd) en 1963, ministre des Transports et des Communications (Kommunikationsminister) en 1965 et ministre de l’Éducation et des Affaires culturelles (Utbildningsminister) en 1967. Parcours sans faute dirait-on.

  • 7 Le referendum se tient le 10 octobre 1955 et les Suédois approuvent la conduite à gauche à 82,9 %.

20Pour l’anecdote ou le symbole, c’est lors du passage de Palme aux Transports que la conduite en Suède passa de gauche à droite. C’était le dimanche 3 septembre 1967 à 5 h 00 du matin. La décision était prise depuis longtemps, malgré un référendum négatif en 19557, mais la réalisation fut une réussite personnelle pour Palme. La conduite du changement a été maîtrisée d’une main de maître par le jeune ministre.

21La fin du modèle suédois a été maintes fois annoncée et depuis longtemps. Son rebond tout aussi souvent ! La fin des années 1960 ne laisse encore rien présager des remises en question de la fin de siècle. Nous sommes encore en 1969 dans ces années que les Suédois appellent les « années records » (Rekordåren). Au cours de la période 1950-1970, le PNB par habitant augmente chaque année de plus de 3 % et le chômage avoisine les 2 %. Le fameux modèle se construit sur trois piliers : la collaboration entre les partenaires sociaux, la démocratie sociale et l’État-providence.

22Dans son discours de clôture au Congrès social démocrate, déjà cité, Olof Palme annonce les prochaines réformes : hausse des aides et allocations retraite, programme de construction de près de 10 000 logements par an, objectif de consacrer 1 % du PNB à l’aide et la coopération internationales, sans compter les nombreuses réformes du système éducatif. Leur financement doit reposer sur une croissance économique constante et soutenue. D’autres mesures symbolisent particulièrement cette fin de décennie 1960 : l’âge de la majorité passe de 21 à 20 ans en mai 1969 et conforte ainsi la démocratie politique. En mars 1970, le gouvernement Palme décide de réduire la semaine de travail de 42 heures et demie à 40 heures. Il n’est pas question ici de rupture mais bien de poursuite de la mise en place d’une société socialiste.

  • 8 Il s’agit de la Medbestämmandelagen (MBL), loi sur la co-décision dans le monde du travail qui règl (...)

23Pourtant, à peine arrivée au pouvoir, Olof Palme doit faire face à des mouvements sociaux inattendus. La machine économique et sociale mise en place par les sociaux-démocrates connaît ses premiers ratés. Le 5 décembre 1969, quelques mineurs du Nord se mettent en grève pour protester contre leurs conditions de travail. Quelques jours après, ils sont 5 000 grévistes et tiendront 57 jours ! Du jamais vu depuis les années 1930 en Suède. Cet avertissement convainc les sociaux-démocrates de poursuivre plus en avant leur politique sociale et de ne pas croire que la paix sociale est définitivement acquise en Suède. Le mouvement des mineurs provoque même une vague de grèves dans tout le pays. S’ensuit une série de réformes dont la plus symbolique est la loi sur la codécision dans les entreprises, datant de 19768.

24En outre, le modèle suédois est confronté à une critique d’ordre idéologique. Il s’agit d’une terrible charge venue de l’étranger, d’un journaliste britannique, Roland Huntford, correspondant en Suède pour The Observer. Son analyse de la Suède est sans concession. Il intitule son pamphlet « Le nouveau totalitarisme » :

  • 9 Roland Huntford, Le nouveau totalitarisme. Le « paradis suédois », trad., Paris, Fayard, 1975 [édit (...)

Il résulte de la structure corporative de la Suède que le pouvoir politique s’insinue partout. Il ne s’agit plus seulement de la domination de la machine de l’État, mais aussi d’une mainmise directe sur l’individu. De plus, le pouvoir étant très centralisé, il est relativement facile de se l’approprier. Comme il est en fait délimité par la structure démocratique, celui qui met la main sur cette institution monolithique devient le maître du pays9.

  • 10 Ouvrage traduit en français en 1971 sous le titre Socialisme à la Scandinave, Paris, Plon.

25Cet ouvrage a été écrit en 1971. Olof Palme est-il présenté comme le nouveau dictateur de la Suède ? Non, pas une fois, mais l’État suédois inquiète le monde anglo-saxon. Il est vrai que le poids de la machine social-démocrate était tel depuis de longues décennies qu'elle avait fini par marquer profondément les mentalités suédoises. L’alternative politique ne semble ne plus exister et les sociaux-démocrates affichent une assurance et une force telles qu’ils pensent être capables de changer le monde. En 1968, Olof Palme publie son premier ouvrage, compilation de quelques articles et discours des années I960 dont le titre résume l’optimisme de cette époque : Politk är att vilja, la politique est une question de volonté – la politique c’est de vouloir10. La réalité lui a montré, ensuite, que la volonté a des limites.

26Ce n’est pas, ici, le lieu de dérouler le fil des années de gouvernement Palme. Mais les faits parlent d’eux-mêmes. En 1976, les sociaux-démocrates et leurs alliés de gauche perdent les élections. Les partis bourgeois (de droite) reviennent au pouvoir après plus de 40 ans d’opposition. La Suède redevient une démocratie d’alternance.

27La politique est une affaire de volonté, pour Olof Palme. Sa carrière, ses interventions le prouvent, surtout dans le domaine international. Mais devant les réalités domestiques, la continuité idéologique est plus nette. L’homme ne fait pas tout. Le renouvellement des générations ne peut faire fi ni de l’héritage idéologique, ni des contraintes du temps présent. Olof Palme le comprend bien. Pour preuve, bien que battu, il reste à la tête du parti social-démocrate, mais dans l’opposition, et finit par remporter les élections de 1982. De nouveau Premier ministre, il engage alors la Suède vers d’autres combats : le nucléaire, l’environnement, légalité homme femme, entre autres.

28Enfin le style de cet homme public symbolise les changements d’une décennie ramassée dans l’année 1969. C’est une constatation plus subjective, tant l’homme dépend de son époque, des mœurs publiques, des techniques médiatiques et des évolutions partisanes et politiques. Il est évident que la fin des années 1960 compte beaucoup dans l’évolution des mœurs politiques et du rapport entre les gens. Il existe un paradoxe de 1969 par rapport à 1968. Nous avons dit que les événements de 1968 en Suède furent finalement insignifiants. La conséquence directe et chronologique est que 1969 n’est pas l’année de la reprise en main, ou du coup de barre à droite, comme dans de nombreux pays occidentaux. Au contraire, 1969 marque l’approfondissement idéologique du socialisme suédois et, d’une certaine façon, le début de son exportation. Les ouvrages en français sur la Suède et son modèle datent d’ailleurs des années 1970. La personnalité d’Olof Palme colore, quoi qu’on en dise, l’année 1969. Cet homme a fait l’histoire de la Suède contemporaine, au-delà même de sa mort tragique en 1986.

Bibliographie

Bibliographie

Les principales sources sur l’activité d’Olof Palme sont disponibles à parti du site Internet http://www.olofpalme.org/

Brandt Willy, Kreisky Bruno et Palme Olof, La social-démocratie et l’avenir, Paris, Gallimard, 1976 (Briefe ung Gespräche, Frankfurt, Köln, 1975).

Huntford Roland, Le nouveau totalitarisme. Le « paradis suédois », Paris, Fayard, trad., 1975 (Édition anglaise, New York, 1972).

Östberg Kjell, I takt med tiden. Olf Palme 1927-1969, Stockholm, Leopard Förlag, 2008, 440 p.

Östberg Kjell, När vinden vände. Olof Palme 1969-1986, Stockholm, Leopard Förlag, 2008, 447 p.

Palme Olof, Policy for th 70’, The Social Democratic Party of Sweden, Borås, 1970, 30 p.

Palme Olof, Socialisme à la Scandinave, Paris, Plon, 1971.

Notes

1 Kjell Östberg, I takt med tiden. Olf Palme 1927-1969, Stockholm, Léopard Förlag, 2008, 440 p. Et När vinden vände. Olof Palme 1969-1986, Stockholm, Léopard Förlag, 2008, 447 p.

2 « Pä vilka punkter kommer den svenska socialdemokratins politik att radikalt förândras med en ny partiordförande ? ». Ce discours a été traduit en anglais sous le titre Policy for the 70’, par Olof Palme, The Social Democratic Party of Sweden, Borås, 1970, p. 1.

3 « Personskiften pä den posten har inte varit särskilt vanliga i värt past. », ibid., p. 2-3.

4 Les autres chefs du Parti social-démocrate ont été : Claes Tholin, 1896-1907, Hjalmar Branting, 1907-1925, Per Albin Hansson, 1925-1946 etTage Erlander, 1946-1969.

5 Willy Brandt, Bruno Kreisky, Olof Palme, La social-démocratic et l’avenir, trad., Paris, Gallimard, 1976, p. 34. (Briefe ung Gespräche, Frankfurt, Köln, 1975).

6 Fort de ce constat, Bruno Kreisky est très présent sur la scène internationale lorsqu’il est chancelier d’Autriche. Voir la communication d’Alfred Strasser supra.

7 Le referendum se tient le 10 octobre 1955 et les Suédois approuvent la conduite à gauche à 82,9 %.

8 Il s’agit de la Medbestämmandelagen (MBL), loi sur la co-décision dans le monde du travail qui règle les relations entre les employeurs et les salariés.

9 Roland Huntford, Le nouveau totalitarisme. Le « paradis suédois », trad., Paris, Fayard, 1975 [édition anglaise, New York, 1971].

10 Ouvrage traduit en français en 1971 sous le titre Socialisme à la Scandinave, Paris, Plon.

Auteur

Université Nord de France, Lille 3, CECILLE

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540