Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Deuxième partie : Les changements dans la continuité

Relève à droite : Edward Heath et le parti conservateur britannique en 1969

Edward Heath And The Conservative Party in 1969

Philippe Vervaecke

Résumé

Élu à la tête du parti conservateur en 1965, Edward Heath voit son parti essuyer une deuxième défaite électorale en 1966. Entre 1966 et 1970, date à laquelle il mène son parti à la victoire, Heath mène une politique de refonte du programme électoral des Tories, refonte qui allie ruptures et continuités en termes de politique économique et sociale et de relations avec la « Frange celtique » et avec l’étranger, en particulier concernant l’Europe.
Issu du One Nation Group, qui fédère au début des années 1950 de jeunes conservateurs soucieux de façonner un parti apte à vaincre les travaillistes au pouvoir entre 1945 et 1951, Heath s’entoure tout à la fois de collègues chevronnés, vétérans des gouvernements Churchill, Eden, Macmillan et Douglas-Home, mais aussi de jeunes générations de tories, qui pour nombre d’entre eux ont pris part aux premiers travaux du One Nation Group.
L’objectif de cette communication est de déterminer la conformité du programme conservateur avec les postulats économiques et sociaux du One Nation Conservatism. Après avoir établi le caractère disparate de ce groupe de parlementaires, on mettra en évidence l’originalité du programme de Heath, dont les projets sont en rupture avec les pratiques et les objectifs conservateurs des années 1950 et du début des années I960, préfigurant ainsi l’orientation néo-libérale sous Thatcher à partir de 1975, tout en demeurant fidèle aux préceptes du conservatisme social du One Nation Group.
Dans cette relève conservatrice incarnée par Heath, on analysera également les remous occasionnés par les prises de position modernisatrices adoptées par Heath sur la question des institutions, des rapports avec l’Ecosse et le Pays de Galles, de l’immigration et des relations raciales. On s’intéressera en particulier à la rivalité entre Heath et Enoch Powell, grande figure de la frange radicale du parti, ce qui permettra de nuancer l’hypothèse d’une droitisation du parti intervenue au cours de l’année 1969 et du tout début de 1970.

This article discusses the shifts and continuities in Conservative politics in 1969, the year before the Conservative Party came back to power under the leadership of Edward Heath. The paper highlights the ambiguities of One-Nation Conservatism, to which Heath was then closely associated, and plays down the novelty of Conservative realignment with liberal économics, which the Selsdon Conference in early 1970 is often supposed to herald. The article then analyzes the impact of Powellism on party rhetoric. It underlines Heath’s careful avoidance of Powell’s racialist discourse and his reliance on law and order arguments to insist on his party’s superiority over Labour.

Texte intégral

Introduction

  • 1 The Times, 19 July 2005, édition en ligne consultée le 14 septembre 2009.

1Figure-repoussoir des années Thatcher, Edward Heath incarnait à la fin de sa carrière une forme de conservatisme modéré que nombre de ses collègues estimaient dépassée. Avant sa mort, Heath, alors doyen de la Chambre des Communes, était, comme le laissait entendre en 2005 la nécrologie publiée par le Times, un personnage quelque peu solitaire1. Avant de décéder, Heath avait pris soin, dans une autobiographie publiée en 1998, de régler ses comptes avec sa rivale, dont l’idéologie néo-libérale avait, d’après lui, dévoyé le parti et avait condamné, à terme, les tories à un irréversible déclin électoral. Le jugement de ses pairs conservateurs, de la presse et du grand public a été sévère pour Heath. On a essentiellement retenu de son passage au 10 Downing Street la tourmente de « l’hiver de contestation » de 1973-1974 (winter of discontent), lorsque les syndicats parvinrent à bloquer l’économie britannique, et la question qu’il posa alors aux électeurs lors des élections de février 1974 : « Qui gouverne la Grande-Bretagne ? ». La défaite des conservateurs lors de ce scrutin fut un camouflet personnel qu’il paya dès l’année suivante, évincé qu’il fut de la tête du parti, remplacé par celle qui allait devenir la coqueluche de la base militante conservatrice, qui pensait avoir enfin trouvé un dirigeant apte à écouter ses aspirations longtemps négligées par une hiérarchie jugée pusillanime.

  • 2 Sauf en avril-mai 1970, où, à la faveur d’une légère reprise de l’économie, les sondages donnent le (...)
  • 3 Sur le voyage aux États-Unis, au cours duquel Heath est reçu par Nixon, voir The Times, « US treats (...)

2Un an avant les élections de 1970 qui allaient permettre aux conservateurs britanniques de revenir au pouvoir après six années de gouvernement travailliste, l’année 1969 permit aux dirigeants du parti de préparer leur retour aux affaires et d’entamer un peu plus le crédit d’un cabinet travailliste en butte à l’hostilité croissante des syndicats. Heath, leader du parti depuis 1965, faisait déjà figure de Premier ministre auprès de la presse et du grand public, et il passe une partie de l’année à préparer son arrivée au pouvoir, qui paraît aussi assurée que l’est celle de David Cameron en 20102. Au cours de cette année passée dans l’antichambre du pouvoir, Heath entreprend des visites auprès des chefs d’État étrangers, se rendant en particulier aux États-Unis dans ce qui semble déjà relever du voyage officiel3.

  • 4 Sur le One Nation Group, voir Robert Walsha, « The One Nation Group and One Nation Conservatism, 19 (...)

3Edward Heath incarne alors la nouvelle génération tory. Dirigeant atypique pour un parti dont les chefs de file ont souvent été au cours du XXe siècle des personnes formées dans les public schools (à l’instar de lord Salisbury, d’Arthur Balfour, de Winston Churchill, ou plus récemment de David Cameron), Heath, comme John Major après lui, est issu d’un milieu modeste et pur produit de l’école publique. Ce grammar school boy qui a su gravir les échelons du parti est depuis le début de sa carrière parlementaire en 1950 membre actif du One Nation Group, qui réunit à l’époque la jeune garde du parti soucieuse de renouer avec un conservatisme tout à la fois social, libéral et critique à l’égard de l’intervention tous azimuts de l’État dans le domaine économique4. Aux côtés de Heath, d’autres membres de cette génération, comme Ian Mcleod, occupent alors des postes à responsabilité au sein du parti et du Shadow Cabinet.

  • 5 Nous adhérons sur ce point à l’analyse d’Ewen Green, qui insiste sur le caractère fictif d’une nett (...)

4Dans l’histoire du parti, la fin de 1969 et le début de 1970 ont longtemps été perçus comme un moment de changement majeur. En effet, la fameuse « Conférence de Selsdon » à laquelle Heath convoque ses principaux partenaires à la tête du parti, a été comprise comme signalant un alignement sans ambiguïtés de la part du parti sur des positions clairement libérales. Démantèlement progressif de l’économie, apologie de la liberté individuelle et de l’initiative privée, appel à la baisse des impôts et à une réforme des syndicats limitant le pouvoir de ces derniers, retour à un degré plus marqué de laisser-faire économique, discours sécuritaire : dans la presse et chez les travaillistes, on a fait de cette conférence le signal d’une dénonciation par le parti du soi-disant consensus d’après-1945, qui aurait eu pour effet d’aligner les conservateurs sur des positions proches de celles du parti travailliste en matière économique et sociale. Harold Wilson créa à cette occasion l’expression de « Selsdon Man » pour désigner le retour des tories aux vieilles recettes du laisser-faire et donc, de son point de vue, à un âge de pierre économique récusé depuis l’après-guerre5.

5Les principaux tenants de cette thèse d’un revirement libéral du parti vers la fin l’année 1969 et le début de l’année suivante n’ont été autres que les futurs partisans de Thatcher. Chez les ultra-libéraux du parti, l’attente avait été grande en 1970. Les difficultés rencontrées par le gouvernement Heath en 1972-1974 et la résurgence étatiste et interventionniste (symbolisée entre autres par la nationalisation de l’entreprise Rolls-Royce décidée par le gouvernement Heath en 1971 et par le retour au contrôle étatique des salaires et des prix en 1972) à laquelle l’avaient contraint les circonstances de la crise économique, avaient déçu tous ceux qui avaient cru en la promesse de Heath après son élection de « changer le cours de l’histoire de [la] nation » en « réorganisant le fonctionnement du gouvernement, en laissant plus de place à l’initiative individuelle et privée, en limitant les dépenses de l’État et en encourageant davantage les individus et les entreprises ». Aux yeux de l’aile droite, Heath était alors devenu l’homme à abattre et Thatcher, dont le soutien aux principes libéraux paraissait plus affirmé, la figure providentielle.

6Faut-il voir dans Heath un homme de la relève, se situant dans la continuité de ses prédécesseurs, ou un leader incarnant la rupture avec le passé récent du parti ? En se penchant sur l’année 1969, il s’agira de suggérer que Heath semble orienter le parti dans une nouvelle direction, mais qu’il serait réducteur et erroné de ne voir en lui qu’un proto-thatchérien raté. Fidèle à la tradition One Nation du parti, Heath a d’abord le souci de préserver et d’accroître les chances de succès électoral de son parti en rassemblant le plus largement possible les adversaires du travaillisme. Ce n’est que la suite des événements qui fera de lui le rival de Thatcher et du néo-libéralisme qu'elle insufflera chez les tories. Au cours de cette dernière année de la décennie 1960, les positions de Heath sont bien plus prudentes en général que ce que ses adversaires travaillistes suggèrent alors en prévenant l’opinion d’une supposée droitisation des tories et plus modérées que ce que les « déçus de Selsdon », qui se rallieront à Thatcher en 1975, ont choisi d’espérer avant l’arrivée au pouvoir de ce dernier.

7Après avoir présenté la situation du parti en 1969, il conviendra donc de mettre en lumière la manière dont Heath se situe dans la continuité du programme conservateur dans un premier temps, puis dans un second temps quels aspects de la dynamique programmatique qu’il initie témoignent d’une amorce de rupture avec l’héritage conservateur de l’après-1945.

Les conservateurs dans l’antichambre du pouvoir : le contexte de la fin des années 1960

8En cette fin des années 1960, le contexte politique est favorable à l’émergence d’une alternance et d’une rupture à droite. Bien que la précédente période d’hégémonie conservatrice ait été assez longue (les conservateurs ont exercé le pouvoir entre 1951 et 1964), leurs adversaires travaillistes semblent déjà discrédités dans l’opinion. Les événements des années précédentes vont contribuer à renforcer l’impression au sein de l’électorat britannique que le gouvernement Wilson est à bout de souffle.

9Trois incidents en particulier vont porter atteinte à la crédibilité et à la popularité déjà chancelante du gouvernement Wilson.

  • 6 Cette idée, largement relayée par la propagande électorale conservatrice dès les années 1920, se fi (...)
  • 7 Alan Sked et Chris Cook, Post-War Britain. A Political History, London, Penguin, 1993, p. 225.

10En premier lieu, la dévaluation à laquelle sont contraints les travaillistes en 1967 renforce dans l’opinion le préjugé selon lequel la gauche travailliste souffre d’un certain degré d’incompétence financière6. Facteur aggravant, Wilson déclare alors publiquement que ses concitoyens n’ont pas à nourrir d’inquiétudes excessives au sujet de cette décision, puisque selon Wilson, « la livre dans la poche [de ces derniers] n’avait en rien perdu de sa valeur ». La réponse de Heath fut cinglante : « En trois années de gouvernement travailliste, la Grande-Bretagne est passée du statut de nation prospère à celui d’un pays pauvre sur la scène internationale ». Déjà en tête dans les sondages d’opinion, les conservateurs bénéficièrent à plein de cette mesure. Avant que la dévaluation ne soit annoncée, leur avance était de 7,5 points et elle grimpa en flèche jusqu’à 17,5 immédiatement après7.

  • 8 Peter Clarke, Hope and Glory. Britain 1900-1990, London, Penguin, 1997, p. 315.

11Ensuite, la crise financière internationale de mars 1968, au cours de laquelle le dollar perdait du terrain sur les marchés internationaux au profit d’une spéculation en direction de l’or et de l’argent, accentua les pressions baissières sur la livre et contraignit le Chancelier de l’Echiquier Roy Jenkins à augmenter les impôts. En contradiction flagrante de ses engagements électoraux, le gouvernement releva de manière significative la TVA ainsi que les taxes sur l’alcool, le tabac, l’essence et la possession de véhicules automobiles ; en outre, il rétablit un droit à payer pour les ordonnances médicales. Tout cela suscita la désapprobation d’un grand nombre de députés travaillistes aux Communes8.

  • 9 Sur cette question, voir l’ouvrage de Monica Charlot, Les années Wilson, Paris, Didier Edition/CNED (...)

12Enfin, et de manière bien plus dommageable encore pour les travaillistes auprès de l’opinion en général et de leur électorat traditionnel en particulier, le gouvernement tenta en 1969 de redéfinir un cadre légal plus contraignant pour les syndicats. Cette initiative du cabinet Wilson était dictée par un certain nombre de facteurs : entre autres, l’augmentation du nombre de journées de travail perdues pour faits de grève au cours des années antérieures, les pressions syndicales constantes pour obtenir des augmentations de salaires destinées à limiter les effets de l’inflation sur les travailleurs, ce qui alimentait ces mêmes pressions inflationnistes. Dans ce contexte, Barbara Castle, secrétaire d’Etat chargée des relations sociales, publia un rapport intitulé In Place of Strife (En lieu et place du conflit). Ce document préconisait d’enjoindre aux syndicats de respecter un certain nombre de procédures et de limiter, autant que faire se peut, les grèves sauvages qui tendaient alors à se multiplier. L’une des propositions consistait, par exemple, à obliger les syndicats à procéder à un vote à bulletin secret avant d’entamer des actions de grève. Il s’agissait donc de reconnaître que l’action syndicale devait se dérouler dans le respect de certaines règles, mais la bronca que reçut le projet de loi au Parlement de la part d’une majorité de députés travaillistes força Wilson et Castle à faire machine arrière et à retirer le projet. C’était la pire des issues possibles pour le gouvernement qui, en initiant cette réforme, avait implicitement signalé qu’il était nécessaire de réformer les lois sur les syndicats, mais la volte-face à laquelle il fut contraint témoigna de son incapacité à légiférer sur cette question9.

  • 10 Robert Blake, The Conservative Party from Peel to Thatcher, London, Fontana, 1985, p. 300.

13Les conservateurs ne tardèrent pas à tirer profit de cette déconvenue travailliste, d’autant qu’une même volonté de réforme syndicale apparaissait dès 1965 dans leur programme Putting Britain Right Ahead (qui pourrait être traduit par « remettre la Grande-Bretagne dans le peloton de tête »). Ce document signalait déjà une volonté de rupture avec le conservatisme paternaliste des années Macmillan. En appelant à une baisse des impôts, à une intervention étatique moindre dans l’économie, à une baisse de la dépense publique, à des aides sociales plus ciblées, à une restriction du pouvoir des syndicats et à l’entrée du pays dans la Communauté Economique Européenne, ce manifeste engageait le parti dans une direction plus libérale que par le passé. Les divers groupes de travail mis sur pied par Heath après la défaite électorale de 1966 allaient confirmer cette nouvelle orientation, même si, comme l’indique lord Blake, historien du parti, Heath ne se rallia en aucune manière aux positions extrêmes en faveur du laisser-faire d’un autre ténor du parti à l’époque, Enoch Powell10.

Le leadership de Heath : continuités

14À bien des égards, le terme de relève est tout à fait fondé pour décrire ce qu’incarne Heath au sein du parti. En effet, Heath présente un ensemble de caractéristiques personnelles et idéologiques qui attestent combien il se situe dans la continuité du passé conservateur tout en initiant un changement de style.

  • 11 Ce discours de Powell, prononcé le 20 avril 1968 à Birmingham dans sa circonscription, eut un reten (...)
  • 12 The Times, « Heath denies shift to Powellism » (« Heath dément se rapprocher des thèses d’Enoch Pow (...)
  • 13 Evening Standard, 27 janvier 1969, numéro d’indexation 14693.
  • 14 Daily Express, 27 janvier 1969, numéro d’indexation 14691. Dans le même ordre d’idée, signalons, af (...)
  • 15 The Times, « Powell’s challenge to Heath on immigration » (« Powell défie Heath sur la question de (...)
  • 16 The Times, « Narrow victory for Heath immigration policy » (« Courte victoire pour la politique d’i (...)
  • 17 Dans le Daily Mirror du 11 juin 1969, Stanley Franklin représente par exemple Edward Heath à bord d (...)

15Tout d’abord, à l’instar de ses prédécesseurs Eden, Macmillan et Alec Douglas-Home, Heath dirige le parti depuis le centre et tente de juguler l’extrémisme de la base sur un certain nombre de questions. Sur la question de l’immigration par exemple, Heath continua de soutenir la politique de restriction de l’immigration initiée sous Macmillan en 1962 et confirmée sous les travaillistes à l’occasion d’une nouvelle loi durcissant davantage les conditions d’accès au territoire britannique pour les ressortissants du Commonwealth. En revanche, il prit soin de prendre ses distances avec les positions de son rival Enoch Powell, qu’il fit démissionner du Shadow Cabinet en 1968 peu après que Powell ne prononce son fameux discours sur « les rivières de sang » qui allaient couler au Royaume-Uni si rien n’était fait pour limiter l’arrivée de populations d’immigrés antillais et indo-pakistanais11. Heath choisit par exemple de ne s’opposer à l’arsenal législatif anti-raciste renforcé par les travaillistes en 1968 qu’en termes mesurés et par crainte que de telles initiatives ne soient inapplicables, tandis que le discours de Powell dénonçait avec virulence ce dispositif de lutte contre la discrimination raciale dans le domaine de l’emploi et du logement. Dès le début de l’année 1969, Heath dut démentir qu’il allait dans le sens de l’alarmisme de Powell et des préconisations de ce dernier en faveur d’une politique de rapatriement des immigrés originaires du Commonwealth12. La presse dans son ensemble demeura sceptique et préféra suggérer que l’influence de Powell, en dépit de son éviction de l’équipe dirigeante, continuait de croître auprès des militants et de leurs dirigeants. Ainsi, le dessinateur de l’Evening Standard, Kenneth Mahood, faisait dire à Heath que Powell était en fait son porte-parole sur les questions d’immigration13. Au même moment, Michael Cummings, du Daily Express, imaginait que Powell, vêtu de la toge professorale, décernait un dix sur dix à l’étudiant Heath pour sa « dissertation » sur l’immigration14. Cette question fut clarifiée ultérieurement au cours de l’année 1969, lorsque Heath et Powell s’affrontèrent par voie de presse et au cours de la conférence du parti15. Heath refusa de laisser le parti adopter comme programme officiel les suggestions de Powell qui prévoyaient des mesures incitatives de rapatriement des immigrés, la limitation du regroupement familial et l’arrêt définitif de toutes nouvelles arrivées de migrants du Commonwealth. Il n’en reste pas moins que Powell bénéficiait d’un soutien substantiel au sein du parti, comme en témoigne la courte victoire de l’option officielle du parti en matière d’immigration lors du congrès du parti qui se tint à Brighton en octobre de cette année. Au cours de ce congrès, Bernard Black, un militant tory de Lambeth, contesta la politique officielle du parti défendue par Heath en affirmant, sous un tonnerre d’applaudissements des délégués conservateurs : « Si vous voulez aider les gens de ces pays, il serait plus judicieux de leur donner du travail dans leur pays d’origine que de leur attribuer des allocations chômage dans le nôtre ». La ligne défendue par Heath, soutenue par le congrès par 1 349 voix contre 934, prévoyait également une augmentation des crédits alloués aux politiques de logements, aux aides sociales et aux programmes éducatifs à destination des migrants tout en appelant à un renforcement des contrôles migratoires16. À partir du milieu de l’année 1969, les dessinateurs de presse étaient davantage enclins à souligner non plus la collusion entre Powell et Heath, mais davantage leur rivalité et les dangers que l’extrémisme de Powell faisait peser sur la direction du parti17.

  • 18 The Times, « Heath comes down firmly for EEC » (« Heath fait connaître son soutien indéfectible à l (...)

16La question européenne constitue un autre élément de continuité. Fidèle à la politique de ses prédécesseurs, Macmillan en tête, Heath réaffirma sa volonté de faire avancer les négociations visant à l’entrée de la Grande-Bretagne au sein de la CEE18. Sur ce point également, Heath dut affronter le scepticisme de Powell et de la frange anti-Marché Commun du parti qui commençait à se faire entendre davantage. Il n’en reste pas moins que sa détermination lui valut de parvenir à ses fins au cours de son mandat.

17En matière de politique étrangère, on observait chez Heath le même désir de se situer dans la droite ligne des conceptions conservatrices et de faire preuve de pragmatisme et de prudence. La question de la Rhodésie est emblématique de cette attitude. Heath ne s’aligna ni sur le point de vue des nombreux partisans des colons rhodésiens que l’on comptait dans les rangs du Monday Club, l’officine de droite radicale la plus en vue à l’époque, ni sur la gauche du parti qui appelait à une dénonciation des « rebelles » blancs qui avaient unilatéralement déclaré l’indépendance du pays. Il chercha plutôt le moyen terme, préconisé par le centre du parti, qui désapprouvait la conduite du leader blanc Ian Smith mais ne souhaitait pas soutenir de sanctions trop sévères contre ce régime. Heath résista donc à un rapprochement du parti avec les positions des nostalgiques de l’Empire du Monday Club et avec celle de l’aile gauche du parti (avec à sa tête un modéré comme Ian Macleod) plus favorable à la lutte contre la discrimination raciale et au multiculturalisme en Grande-Bretagne comme ailleurs dans le monde.

  • 19 The Times, « Heath attacks aid policy for regions » (« Heath s’en prend aux politiques d’aide écono (...)
  • 20 The Times, « Heath warns trade unions not to abuse powers » (« Heath demande aux syndicats de ne pa (...)

18Dernier point de continuité qu’il convient de souligner, la position de Heath sur la nécessaire réforme de l’économie et des syndicats, comme on l'a précédemment indiqué. L’année 1969 permit à Heath de remettre en question la politique travailliste de soutien économique aux régions sinistrées du Nord du pays, jugée inefficace. Il se prononça en faveur d’une révision des politiques régionales de développement économique et appela de ses vœux une nouvelle orientation permettant de favoriser le développement des régions du sud, plus dynamiques à ses yeux19. De la même manière, il réitéra la volonté du parti de réformer les syndicats et, à l’occasion des divers conflits qui eurent lieu cette année-là, il mit en garde les centrales syndicales contre les dérives, en termes de recours à la grève, auxquelles elles pouvaient parfois se livrer selon lui et les prévint que les conservateurs légiféreraient sur la question des grèves une fois au pouvoir20.

  • 21 En 1964, 70 % des Britanniques estimaient que les syndicats étaient une bonne chose, et seuls 12 % (...)

19Même si les détracteurs de Heath laissèrent entendre qu’il avait déçu leurs attentes d’une profonde réforme de l’économie une fois au pouvoir, il est indéniable qu’à quelques mois de son accession au poste de Premier ministre, il affichait clairement que son parti renouerait avec une politique plus ferme à l’égard des syndicats, plus sceptique sur l’interventionnisme étatique dans le domaine économique et plus protectrice des intérêts privés. Sur le volet de l’immigration, l’idée d’une éventuelle droitisation du parti n’est pas évidente eu égard à la modération dont témoignait alors Heath et au soin qu’il prenait de se démarquer du « powellisme ». Le maître mot pour Heath, fidèle en cela au souci d’équilibre du One Nation Group, est de maintenir le cap de la modération entre son aile droite libérale et son aile gauche marquée par le conservatisme social, dans un contexte où les syndicats, forts de dix millions de membres, tendent à se décrédibiliser au sein d’une opinion qui se montre de plus en plus inquiète à l’égard du caractère néfaste de leur pouvoir de mobilisation21.

Le leadership de Heath : ruptures

  • 22 Trog, dessinateur du Daily Mail, et John Jensen, qui officie dans le Sunday Telegraph, se plaisent (...)

20En termes de style politique, la personnalité de Heath offre un contraste saisissant avec ses prédécesseurs. Plus jeune que les précédents dirigeants conservateurs lorsqu’il prend les commandes du parti, toujours célibataire à l’âge de cinquante-trois ans, Heath se démarque aussi de la gravitas de ses prédécesseurs de par le large sourire qu’il arbore en public et ce trait devient l’un des éléments distinctifs du personnage dans les caricatures que lui consacrent les dessinateurs de presse22. Cet aspect avenant n’empêche pas qu’il ait la réputation, dans l’opinion et au sein du parti, d’un homme solitaire, manquant de chaleur et peu doué pour le contact.

  • 23 The Times, « Heath blames crime rise on Labour » (« Heath rend les travaillistes responsables de la (...)
  • 24 Michael Cummings, Sunday Express, 12 octobre 1969 (16450).

21Le premier point de rupture avec la pratique conservatrice qui apparaisse dans les prises de position de Heath concerne la question sécuritaire. Avant lui, les conservateurs avaient rarement taxé leurs adversaires travaillistes de laxisme en matière de lutte contre la criminalité. De façon répétée, Heath laissera entendre au cours de l’année 1969 que le gouvernement Wilson manquait de fermeté dans ce domaine23. La conférence de Selsdon au début de l’année 1970 confirma cette nouvelle inflexion sécuritaire dans le discours conservateur. De manière assez paradoxale et sur un sujet contigu, la question de la peine de mort, Heath manifesta son centrisme et sa volonté de rupture avec des attitudes profondément ancrées dans les habitudes du parti. Suspendue en 1965 pour cinq ans, la peine capitale fut abrogée par le gouvernement Wilson avant la date prévue pour le ré-examen de ce moratoire. Heath ne s’opposa pas à cette abolition définitive, mais il dut faire face à l’hostilité de nombre de militants conservateurs à l’égard de cette décision travailliste. Mais, contrairement à ce que laissait entendre un dessin paru dans le Sunday Express à la fin du congrès du parti conservateur, montrant un Wilson hilare, ayant toutes les peines à contenir un énorme chien représentant les syndicats, s’esclaffer à l’intention d’un Heath malmené de son côté par un caniche incarnant son propre parti : « Ha ! Ha ! M. Heath ! Vous n’arrivez pas à maîtriser votre chien ! », Heath parvint au cours de ce congrès de 1969 à ne pas se laisser déborder par une aile droite du parti pourtant très revendicative24.

  • 25 Cette réforme, comme celle de 1949, n’aboutit pas, en raison du refus de l’aile gauche du parti tra (...)

22Enfin, c’est plus sur la question de la réforme des institutions que dans le domaine social ou économique que Heath s’avéra un homme de rupture. Dès 1968, il annonçait le soutien du parti à la constitution d’une assemblée autonome en Écosse. Pour un parti qui pendant la première moitié du XXe siècle s’était appelé le parti unioniste, le revirement était de taille. Heath confia à son prédécesseur, lord Home, aristocrate de souche écossaise, la tâche de mener de larges consultations au sein du parti et en Écosse afin de trouver une solution institutionnelle accordant plus d’autonomie aux Écossais tout en maintenant les liens d’union avec l’Angleterre. Cette proposition avait alors pour avantage d’affaiblir les travaillistes, déjà concurrencés par la montée en puissance du parti nationaliste écossais dans ce qui avait constitué l’un de leurs plus sûrs bastions électoraux au XXe siècle. Notons que Margaret Thatcher n’eut de cesse, après 1975, de revenir sur cet engagement du parti en faveur d’une assemblée autonome à Edimbourg. La réputation de réformiste et de modernisateur de Heath fut enfin assise par sa volonté de soutenir les projets travaillistes de réforme de la Chambre des Lords25.

Conclusion

23À bien des égards, on pouvait entrevoir chez Heath une volonté de rompre avec le dirigisme conservateur des années 1950 et 1960. Son arrivée à la tête du parti coïncida avec une nouvelle ligne plus clairement libérale, mais Heath maintint, malgré cette nouvelle orientation, une posture somme toute modérée. La teneur de son programme reflétait certes davantage les aspirations de la base militante du parti, rassemblée dans des organisations de contribuables excédés et de partisans d’une nette réduction de l’interventionnisme gouvernemental dans le domaine économique. Jusque-là largement ignorées par les dirigeants du parti, les revendications de groupes tels que la Middle Class Alliance ou la People’s League for the Defence of Freedom, qu’un conservateur paternaliste comme lord Hailsham appelait l’aile « poujadiste » du parti, semblaient davantage écoutées avec Heath qui ne s’en tenait pas moins à une attitude modérée et ne versait pas dans le libéralisme à tous crins des ultras du libéralisme au sein du parti dont la coqueluche n’était autre qu’Enoch Powell.

24C’est pourquoi le terme de relève paraît si convaincant si on la rapporte au cas de Heath. Le changement impulsé par ce dernier à partir de 1965, réel et tangible, n’en restait pas moins dans la continuité de la ligne d’un parti enclin à la modération. L’excès en la matière, selon Heath et ses partisans, provenait en fait de l’étatisme et de l’influence jugée délétère des syndicats, coupables d’alimenter la spirale inflationniste et d’amener le pays à sa ruine. Le changement de ton, en particulier au sujet des syndicats, fut probablement facilité par le renouvellement progressif du parti et de ses élus au Parlement. En effet, parmi la génération des parlementaires conservateurs élus en 1966, 60 % d’entre eux avaient entamé leur parcours parlementaire en 1959, seuls onze députés avaient obtenu leur siège avant 1945. En 1974, seuls 50 % des députés tories siégeaient avant 1964. La transformation du programme du parti vers cette orientation libérale plus assumée devait beaucoup, au cours des années 1960, à la disparition progressive de cette génération qui avait fait son apprentissage politique au cours des années 1930. Pendant les vingt années qui suivirent la guerre, cette génération de députés hésita en effet à répudier le « consensus » d’après 1945 et à prendre fait et cause pour un retour à davantage de laisser-faire économique et social. Beaucoup estimaient, en effet, qu’une telle résurgence libérale aurait été dommageable pour le parti après 1945, car les mauvais souvenirs des années 1930, en particulier le chômage, étaient désormais associés dans les esprits au laisser-faire pratiqué par le gouvernement de coalition des années 1930.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

Times Digital Archive.

Heath Edward, The Autobiography of Edward Heath. The Course of My Life, London, Hodder and Stoughton, 1998.

The British Cartoon Archive http://www.cartoons.ac.uk/

Sources secondaires

Blake Robert, The Conservative Party from Peel to Thatcher, London, Fontana Press, 1985.

Green E. H. H., Ideologies of Conservatism. Conservative Political Ideas in the Twentieth Century, Oxford, OUP, 2004.

Walsha Robert, « The One Nation Group and One Nation Conservatism, 1950-2002 », Contemporary British History, 17, 2 (Summer 2003), p. 69-120.

Notes

1 The Times, 19 July 2005, édition en ligne consultée le 14 septembre 2009.

2 Sauf en avril-mai 1970, où, à la faveur d’une légère reprise de l’économie, les sondages donnent les travaillistes vainqueurs, ce qui convainc le Premier ministre Harold Wilson d’appeler à des élections anticipées en juin 1970. Pour la première fois depuis 1945, les sondages s’étaient avérés inexacts et les conservateurs remportèrent le scrutin à la surprise des dirigeants travaillistes. L’année 1969 est en tout cas une période d’attente pour Heath, comme en témoigne un dessin de presse humoristique de Trog paru dans le Daily Mail le 16 mai 1969, où l'on voit Heath, en pleine nuit, attendre en vain devant les grilles de Buckingham Palace que la Reine ne l’invite à former son gouvernement. Numéro d’indexation du British Cartoon Archive (BCA) : 15417. Les cartoons (dessins de presse en anglais) auxquels il est fait référence sont consultables sur le site du BCA à l’adresse suivante : http://www.cartoons.ac.uk/ (site consulté le 25 avril 2009).

3 Sur le voyage aux États-Unis, au cours duquel Heath est reçu par Nixon, voir The Times, « US treats Heath as Prime Minister » (« Les États-Unis traitent Heath en Premier ministre »), 30 mai 1969, p. 1. L’autre voyage de Heath cette année-là a lieu en avril et l’amène dans la plupart des capitales du Proche Orient et du Golfe Persique. Il est reçu par Golda Meir, Premier ministre israélien, par le roi Fayçal d’Arabie Saoudite, par le Shah d’Iran et par de hauts représentants palestiniens et des Émirats arabes. Les conversations de Heath avec les dirigeants de cette région du monde eurent trait au maintien de la présence militaire britannique au-delà de la date-butoir de 1971 définie par les travaillistes comme celle d’un éventuel retrait des troupes britanniques stationnées dans la région, en particulier dans la base de Sharjah (aujourd’hui un des Émirats arabes unis).

4 Sur le One Nation Group, voir Robert Walsha, « The One Nation Group and One Nation Conservatism, 1950-2002 », Contemporary British History, 17, 2 (Summer 2003), 69-120. Walsha montre qu’il est erroné de réduire le One Nation Group à une sensibilité conservatrice sociale et paternaliste par voie de conséquence nécessairement hostile au thatchérisme. La composition du groupe et ses prises de position au fil du temps montrent qu’il ne s’agit pas uniquement d’une faction rassemblant la gauche du parti, loin s’en faut, de nombreux membres de ce club de réflexion ayant été des partisans de Thatcher.

5 Nous adhérons sur ce point à l’analyse d’Ewen Green, qui insiste sur le caractère fictif d’une nette ré-orientation de l’idéologie dans une direction libérale en 1969-1970. Selon Green, cette idée n’est pas corroborée par les faits, en particulier les minutes de cette conférence de Selsdon. Il s’agit d’un mythe, très utile pour les thatchériens, désireux de justifier leur déception face au bilan de Heath entre 1970 et 1974 et leur rôle dans l’éviction de Heath de la tête du parti en 1975, enclins qu’ils sont à attribuer à Margaret Thatcher tout le crédit d’avoir su transformer la ligne politique conservatrice après Heath. Tout l’objectif de cet article est de démontrer que cette période cruciale pour Heath n’a pas constitué une rupture aussi nette que les thuriféraires de Thatcher ont bien voulu le laisser croire par la suite et qu’il faut tout à la fois souligner les ruptures et les continuités impulsées par Heath à ce moment-là dans le programme du parti. Sur le mythe de Selsdon, voir la brillante analyse de Green dans Ideologies of Conservatism. Conservative Political Ideas in the Twentieth Century, Oxford, Oxford University Press, (Édition de 2004), p. 231-35.

6 Cette idée, largement relayée par la propagande électorale conservatrice dès les années 1920, se fixe dans les esprits lors de la crise financière de 1931, lorsque le gouvernement travailliste de Ramsay MacDonald affronte une situation de quasi-banqueroute et se voit obligé de solliciter l’appui des grandes banques américaines pour sauver les finances publiques. La dévaluation de 1949, à l’époque d’Attlee (qui correspondit à une baisse de 30,8 % de la livre par rapport au dollar), puis celle de 1967 sous Wilson (qui fit baisser de 14,3 % la valeur de la devise britannique), ne feront que confirmer ce préjugé.

7 Alan Sked et Chris Cook, Post-War Britain. A Political History, London, Penguin, 1993, p. 225.

8 Peter Clarke, Hope and Glory. Britain 1900-1990, London, Penguin, 1997, p. 315.

9 Sur cette question, voir l’ouvrage de Monica Charlot, Les années Wilson, Paris, Didier Edition/CNED, 1998. Le titre de cet ouvrage correspond à la question de civilisation britannique de CAPES et d’agrégation d’anglais en 1998 et 1999, qui vit la publication en France de nombreux ouvrages d’histoire des années 1960 en Grande-Bretagne. Parmi ses publications, à noter les actes d’un colloque, qui se tint à Bordeaux en février 1999 sur ce thème et qui furent publiés dans un ouvrage dirigé par Michael Parsons contenant, entre autres, des contributions d’historiens britanniques comme Nick Tiratsoo, David Marquand et Kenneth Morgan. Michael Parsons (dir.), Looking Back: The Wilson Years, 1964-1970, Pau, Presses Universitaires de Pau, 1999.

10 Robert Blake, The Conservative Party from Peel to Thatcher, London, Fontana, 1985, p. 300.

11 Ce discours de Powell, prononcé le 20 avril 1968 à Birmingham dans sa circonscription, eut un retentissement spectaculaire. Heath, qui jugea les propos de Powell « racistes », exigea, avec l’appui des autres dirigeants du parti, le départ de Powell du Shadow Cabinet. La condamnation du multiculturalisme et de l’immigration de masse à laquelle Powell se livra ce jour-là lui valut néanmoins des centaines de lettres de soutien, comme le souligne le biographe de Powell. Voir Robert Shepherd, Enoch Powell: A Biography, London, Pimlico, 1997, p. 325-29. Sur la rivalité entre Heath et Powell, voir Robert Pearce, « Bad Blood: Powell, Heath and the Tory Party », History Today, 58, 4 (2008), p. 33-39.

12 The Times, « Heath denies shift to Powellism » (« Heath dément se rapprocher des thèses d’Enoch Powell »), 27 janvier 1969, p. 1, p. 3.

13 Evening Standard, 27 janvier 1969, numéro d’indexation 14693.

14 Daily Express, 27 janvier 1969, numéro d’indexation 14691. Dans le même ordre d’idée, signalons, afin de montrer que les dessinateurs de presse de toutes obédiences politiques concordaient au sujet de cette soi-disant convergence entre Heath et Powell sur les questions d’immigration, le cartoon de Nicholas Garland, paru le même jour dans le Daily Telegraph (quotidien plutôt classé à droite), celui d’Arthur Horner paru le 31 janvier 1969 dans le New Statesman (hebdomadaire de gauche), celui de Trog dans le Daily Mail (organe proche des conservateurs) du 12 février 1969 et celui de William Papas du 12 février 1969 publié par le Guardian (le fameux quotidien de gauche). Numéros respectifs d’indexation : 14689 ; AH 0242 ; 14803 ; 14821.

15 The Times, « Powell’s challenge to Heath on immigration » (« Powell défie Heath sur la question de l’immigration »), 10 juin 1969, p. 1, p. 3.

16 The Times, « Narrow victory for Heath immigration policy » (« Courte victoire pour la politique d’immigration de Heath »), 11 octobre 1969, p. 3.

17 Dans le Daily Mirror du 11 juin 1969, Stanley Franklin représente par exemple Edward Heath à bord d’une barque soulevée par le monstre du Loch Tory dont les traits sont ceux de Powell (15727). Quelques mois plus tard, alors qu’une grève des éboueurs sévit dans le pays, le même cartoonist imagine Powell arrivant au congrès du parti les bras chargés de deux poubelles, l’une contenant ses positions extrêmes anti-immigration, l’autre ses vues anti-Marché Commun (16429). De toute évidence, l’heure n’était alors plus à évoquer un amalgame entre Powell et Heath mais plutôt à envisager Powell comme un élément isolé et embarrassant de la droite du parti.

18 The Times, « Heath comes down firmly for EEC » (« Heath fait connaître son soutien indéfectible à l’entrée du pays dans la CEE »), 7 octobre 1969, p. 1.

19 The Times, « Heath attacks aid policy for regions » (« Heath s’en prend aux politiques d’aide économique à destination des régions »), 12 mars 1969, p. 24.

20 The Times, « Heath warns trade unions not to abuse powers » (« Heath demande aux syndicats de ne pas utiliser leurs pouvoirs de manière abusive »), 21 avril 1969, p. 4 ; « M. Heath experts full Bill against strikes » (« Heath prévoit une législation contre les grèves »), 18 juin 1969, p. 4. Heath reprocha ainsi à Wilson ses atermoiements sur la réforme des syndicats, qui risquaient selon ses dires de faire sombrer le pays dans « l’anarchie » (The Times, « Wilson attacked by Heath for drift to industrial anarchy », « Heath rend Wilson coupable d’une dérive vers l’anarchie dans le secteur industriel », 30 octobre 1969, p. 1) et de le transformer en « paradis pour briseurs de machines » (“a Luddites’ paradise”), The Times, 6 décembre 1969, p. 2.

21 En 1964, 70 % des Britanniques estimaient que les syndicats étaient une bonne chose, et seuls 12 % pensaient le contraire. En 1969, 57 % continuaient d’avoir une bonne opinion des organisations syndicales, mais 26 % des sondés pensaient désormais qu’elles avaient un effet néfaste. Clarke, op. cit., p. 316.

22 Trog, dessinateur du Daily Mail, et John Jensen, qui officie dans le Sunday Telegraph, se plaisent à l’affubler d’un large sourire. Voir par exemple le dessin de Trog dans le Daily Mail du 7 janvier 1969 (14569) où Heath se réjouit de l’arrivée au pouvoir au Canada de Pierre Elliott Trudeau, célibataire lui aussi ; et celui de John Jensen du 30 mars 1969, où Heath annonce à ses camarades conservateurs qu’il a trouvé le slogan du parti pour les affiches des prochaines élections, où figurera une photographie de lui-même tout sourire avec la légende “In Place of Strife”, en référence ironique au document du gouvernement travailliste évoqué plus haut.

23 The Times, « Heath blames crime rise on Labour » (« Heath rend les travaillistes responsables de la hausse de la criminalité »), 19 février 1969, p. 4.

24 Michael Cummings, Sunday Express, 12 octobre 1969 (16450).

25 Cette réforme, comme celle de 1949, n’aboutit pas, en raison du refus de l’aile gauche du parti travailliste, qui jugea trop timorés les changements proposés par Wilson et de l’aile droite du parti conservateur, avec, une fois encore, Enoch Powell à sa tête, qui estimait que cette réforme portait atteinte à l’un des piliers institutionnels du pays. Sur la question des réformes successives de la Chambre des Lords introduites par les travaillistes, voir Peter Dorey, « 1949, 1969, 1999 : The Labour Party and House of Lords Reform », Parliamentary Affairs 2006 59 (4) : 599-620

Auteur

Université Nord de France, Lille 3, CECILLE

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540