Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Première partie : Des ruptures ?

L’Autriche en 1970 : le nouveau chancelier Bruno Kreisky à l’origine d’importants changements

Austria in 1970 : The New Chancellor Bruno Kreisky Originates Important Changes

Alfred Strasser

Résumé

Lors des élections parlementaires du 1er mars 1970, le SPÖ (Sozialistische Partei Ôsterreichs) arrive en tête du scrutin avec 48,42 % des voix. Pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale, un socialiste sera mandaté pour former un gouvernement fédéral. Le gouvernement Kreisky 1 sera un gouvernement de minorité qui ne durera que 19 mois le scrutin suivant apportera au parti de Bruno Kreisky une majorité absolue de sièges (93 SPÖ, 80 ÖVP, 10 FPÖ).
Malgré les réformes (légalisation de l’avortement, réforme du Code pénal, réduction de la durée du service militaire etc.) effectuées par le gouvernement socialiste, les structures de l’État et son fonctionnement restent inchangés. Le système du « Proporz », c’est-à-dire le partage de postes-clés dans les différentes institutions entre les deux grands partis, sera tout autant maintenu que le système des partenaires sociaux dont les décisions maintiendront finalement la paix sociale.
En outre, il y avait toujours consensus concernant le refoulement collectif du passé national-socialiste – quatre membres du premier gouvernement Kreisky sont des anciens membres du NSDAP (Otto Rösch, Josef Moser, Erwin Frühbauer, Oskar Weihs) et le ministre de l’Agriculture Hans Öllinger était même Oberscharführer des SS. C’est seulement à partir du débat sur le passé national-socialiste de Kurt Waldheim en 1986 que l’Autriche commence à se souvenir de son histoire récente.

The March 1970 general élection recorded the victory of the SPÖ [Sozialistische Partei Österreichs] with 48.42 % of the votes. For the first time after World War II, a Socialist was given a mandate to form the Austrian federal government. The Kreisky 1 government was a minority one which only lasted for nineteen months ; but at the next election and the following ones, the SPÖ won with an absolute majority and, so, the Chancellor had the opportunity to rule till 1983.
Despite the reforms made by the Socialist government (legalization of abortion, reform of the penal code, reduction of the time spent in military service...), the structures of the State and its functioning remained unchanged. The “Proporz” System, that is to say the sharing of the key posts in the different institutions between the two important parties [SPÖ and ÖVP (conservative)], was kept as well as the social partnership between management and the workforces with their decisions contributing to the preservation of social peace.
Moreover, the consensus about the collective repression of the national-socialist past remained : four ministers of the Kreisky 1 government were former members of the NSDAP and the minister of Agriculture had even been an SS Oberscharführer. It was only when Kurt Waldheim’s national-socialist past was discussed, in 1986, that Austria began to remember her recent history.

Texte intégral

1Dans l’histoire de l’Autriche, la période 1970-1983 est considérée comme une phase clé pour la création d’un Etat moderne, économiquement prospère et socialement développé qui, par sa position charnière entre l’Est et l’Ouest, aurait enfin trouvé un rôle à jouer sur le plan international. Ces treize années correspondent à la durée des quatre cabinets dirigés par Bruno Kreisky durant lesquels le SPÖ (à l’époque encore Sozialistische Partei Österreichs, qui, en 1991, change son nom en Sozialdemokratische Partei Österreichs) gouverne seul le pays.

2Dans cet exposé, je voudrais donc analyser dans quelle mesure les gouvernements socialistes successifs ont modifié la société autrichienne, dans quels domaines il y a eu changement et dans quels autres les vieilles structures et idées ont subsisté.

Les premiers changements politiques

3Lors des élections parlementaires du 1er mars 1970, le SPÖ arrive en tête du scrutin avec 48,42 % des voix et 81 sièges. Le grand battu est le parti chrétien-démocrate (ÖVP : Österreichische Volkspartei) qui était seul au pouvoir depuis 1966, puisqu’il n’obtient que 79 sièges ; le parti libéral (FPÖ : Freiheitliche Partei Osterreichs) [droite nationaliste, extrême droite depuis 1986], quant à lui, doit se contenter de 5 sièges. Pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale, un socialiste est alors mandaté pour former un gouvernement fédéral. Les raisons de ce succès surprenant du SPÖ sont à chercher d’une part dans la politique fiscale menée par l’ÖVP lors de la récession de 1967-1968, récession qui en 1970 n’était pas encore complètement surmontée, d’autre part dans les querelles au sein des organismes dirigeants du parti. Les promesses électorales de SPÖ comme la réduction du service militaire de trois mois ou l’introduction d’un service civile doivent également être prises en compte.

  • 1 Félix Kreissler, « Bruno Kreisky. Aperçu politico-biographique », Austriaca, Cahiers universitaires (...)
  • 2 Malgré son anticommunisme et son pragmatisme dans les domaines de l'économie et de la politique, Br (...)

4Le 3 mars 1970, le président fédéral Franz Jonas confia à Bruno Kreisky (1911-1990) le soin de former le gouvernement. Né à Vienne dans une famille bourgeoise et libérale d’origine juive, il adhéra aux idées socialistes dès 1925, se montra hostile tant à l’austrofascisme qu’à l’Anschluss1. En 1938, il s’exila en Suède où il resta jusqu’en 1951 : après y avoir milité pour la renaissance d’un Etat autrichien indépendant, il y exerça des fonctions diplomatiques. Secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1953), député (1956), membre de la direction du SPÖ (1957), ministre des Affaires étrangères (1959-1966), c’est une personnalité de premier plan, brillant débatteur, cosmopolite, polyglotte. D’abord très à gauche, il s’est converti, en Suède, au socialisme de gouvernement et s’est démarqué nettement des communistes2. Réformateur, il est à l’écoute de la société, des étudiants et ouvre aux idées nouvelles son parti qui, tout en restant un parti ouvrier, devient celui des nouvelles classes moyennes.

5Kreisky essaya d’abord de constituer une grande coalition avec les conservateurs de l’ÖVP. Mais habitué à jouer le premier rôle, l’ÖVP refusa cette offre et le chef du SPÖ forma donc un gouvernement minoritaire. Il créa un seul nouveau département ministériel, celui de la Recherche qui auparavant faisait partie du ministère de l’Éducation.

  • 3 Voir la communication d’Éric Chevaucherie, infra.

6Aussitôt après avoir prêté serment, le nouveau gouvernement commença à mettre en œuvre son vaste programme de réformes qui devait, d’après le modèle de la Suède d’Olof Palme3, faire de l’Autriche un État-providence. Mais déjà les premières discussions autour du budget de 1971 créaient des difficultés pour le cabinet, car l’ÖVP déclara d’emblée, avant le moindre débat, qu’il s’y opposerait, finalement, il fut adopté avec les voix du FPÖ. Le même problème se posa lors du débat sur la « Kleine Wahlrechtsreform », la petite réforme du mode de scrutin qui prévoyait d’aménager le découpage des circonscriptions et d’augmenter le nombre des députés de l’assemblée de 165 à 183. C’est à nouveau avec les voix du FPÖ que cette réforme – favorable au SPÖ et au FPÖ – put être adoptée.

7Face à une telle situation de dépendance par rapport à la bonne volonté du plus petit parti du parlement, les sociaux-démocrates demandèrent la dissolution du parlement qui finalement fut votée le 14 juillet 1971 par le SPÖ et le FPÖ.

8La modification du mode de scrutin, mais aussi le bon résultat du candidat social-démocrate Franz Jonas lors de l’élection présidentielle d’avril 1971 qui l’emporta face à Kurt Waldheim (ÖVP), avec 52,7 % des voix, laissaient supposer que le SPÖ pourrait sortir victorieux des nouvelles élections législatives fixées au 10 octobre 1971, peut-être même avec une majorité absolue. De fait, cette dernière fut tout juste atteinte avec 50,04 % des voix, mais en nombre de députés, le SPO avait une avance de trois sièges sur les deux autres partis : 93 pour le SPÖ, 80 pour l’ÖVP, 10 pour le FPÖ. L’équipe gouvernementale resta presque identique, seul le ministre de l’Éducation, Léopold Gratz, fut remplacé. En outre, un nouveau ministère, celui de la Santé et de l’Environnement fut créé.

9À partir de ce moment et pendant douze ans (nouvelles victoires électorales en 1975 et 1979), les sociaux-démocrates purent construire une Autriche d’après leurs idées. Leurs actions politiques ne furent pas toujours couronnées de succès et souvent ils se heurtèrent à la résistance d’une partie de la population, mais ils modifièrent profondément le pays. C’est en 1983 que cette période toucha à sa fin lorsque les sociaux-démocrates perdirent la majorité absolue et que le chancelier Kreisky démissionna étant donné qu’il ne pouvait pas continuer son programme de réformes comme il l’entendait et aussi, probablement, parce qu’il ne voulait pas partager le pouvoir avec un autre parti.

Les réformes

10Parmi les nombreuses réformes initiées par les sociaux-démocrates dans les années soixante-dix, quelques-unes peuvent être plus particulièrement retenues.

Les réformes sociétales

11Quatre femmes furent nommées secrétaires d’État. Le service militaire fut réduit de neuf à six mois, la possibilité de l’objection de conscience fut reconnue et un service civil fut créé.

12Le ministre de la Justice mit en route une réforme du droit pénal et une réforme du droit de la famille qui dataient tous les deux du dix-neuvième siècle. C’est, sans doute, la légalisation de l’avortement (1973) qui fut le changement le plus significatif au niveau du droit pénal. Cette réforme suscita une polémique aiguë, notamment avec le cardinal Franz König, l’archevêque de Vienne avec lequel Bruno Kreisky entretenait toutefois de bonnes relations. Le groupe d’initiative catholique laïque « Aktion Leben » réussit à faire signer une pétition contre la légalisation de l’avortement par près de 900 000 Autrichiens sur une population totale de 7 millions d’habitants, mais cette mobilisation ne parvint pas à empêcher l’entrée en vigueur de la loi. Quant au droit de la famille, le gouvernement procéda à un changement dans le droit du divorce, mais surtout aussi à une amélioration des droits des enfants naturels qui furent mis sur un pied d’égalité avec les enfants légitimes.

13Au niveau de l’enseignement, une réforme de l’organisation des écoles devait garantir une certaine égalité de chances à tous les élèves. Pourtant, le gouvernement n’osa pas supprimer la Hauptschule et le lycée pour les remplacer par une école unique comme le collège en France. Une autre mesure pour garantir l’égalité de chances de tous les enfants fut l’établissement de la gratuité des transports à l’école pour chaque élève et la gratuité des manuels scolaires qui restaient la propriété de l’élève même après la fin de l'année scolaire. En 1975, la libéralisation, la démocratisation et l’ouverture furent les grands axes de la réforme de l’Université.

  • 4 K.-M. Gausz, « Bruno Kreisky. L’homme politique et les arts », Austriaca, op. cit., p. 77-80.

14L’arrivée de Kreisky aux affaires suscita de grands espoirs chez les intellectuels et les artistes dont il se voulait l’ami. Il pensait en effet que « si les arts irriguent la société, elle devient plus tolérante, plus libre, plus riche »4. De nouveaux rapports, plus bienveillants, se développèrent alors entre eux et le pouvoir.

Les réformes économiques

15Bruno Kreisky prit contact avec les États de la CEE pour négocier des accords bilatéraux dans l’intention d’un rapprochement avec la communauté qui fut confirmé par un traité de libre-échange le 22 juillet 1972. L’objectif plus lointain était l’adhésion qui n’intervint qu’en 1995.

16Une réforme du système fiscal vit également le jour. La TVA, plus juste, remplaça notamment la taxe sur le chiffre d’affaires. Les privilèges fiscaux des hommes politiques furent supprimés ; en contrepartie, ils bénéficièrent d’une nette augmentation de leurs salaires et de leurs indemnités.

Le problème de la minorité slovène

17Le gouvernement Kreisky voulut aussi mettre en œuvre une clause du Traité d’État (le Staatsvertrag) de 1955 concernant les droits des minorités (art. 7, parag. 3). Ainsi, il fit adopter une loi sur les panneaux indicateurs d’agglomération qui devaient être bilingues en Carinthie. L’installation de ces panneaux provoqua un tollé chez les germanophones de la région en 1972 qui considérèrent cet accommodement, pourtant octroyé par Vienne, comme une attaque menée par la Yougoslavie. Ils protestèrent non seulement en lançant des slogans comme « La Carinthie libre et indivise », mais aussi en démontant ces panneaux immédiatement après leur installation. Les Slovènes, de leur côté, insistèrent pour que le Traité d’État soit respecté. Pour résoudre le problème, le gouvernement proposa de faire déclarer par chaque citoyen, dans le cadre d’un vote secret, sa langue maternelle. Mais en dehors de la Carinthie, ce problème n’intéressait pas les Autrichiens et la participation à cette consultation fut très faible – seulement 26,9 % au niveau national, mais 86,3 % en Carinthie – si bien que le résultat ne fut en aucun cas représentatif. De plus, par solidarité avec les Slovènes, certains germanophones indiquèrent le slovène comme leur langue maternelle. Ainsi à Vienne 4747 personnes se déclarèrent slovènes contre 3941 en Carinthie, où les Slovènes avaient appelé au boycott de cette consultation.

18Finalement, une loi sur les « groupes ethniques » (Volksgruppengesetz) devait résoudre ce problème qui fut à l’origine de la dégradation des relations entre l’Autriche et la Yougoslavie dans les années 1970. Cette initiative gouvernementale n’apporta pas vraiment une solution satisfaisante car le problème demeure. Compte tenu du fait que le Landeshauptmann (Premier Ministre) de la Carinthie est aujourd’hui membre du BZO (Bündnis Zukunft Österreich : Union pour l’avenir de l’Autriche, née d’une scission du FPÖ en 2005), il ne sera pas résolu de sitôt.

Le maintien de la paix sociale par la négociation et le compromis

19À côté du parlement et du gouvernement, ce sont les partenaires sociaux qui détiennent le pouvoir dans le pays, un pouvoir qui échappe à l’influence directe du Législatif et de l’Exécutif.

20En Autriche, toute personne qui travaille – employeur aussi bien qu’employé – doit être obligatoirement membre d’une organisation professionnelle comme la Wirtschaftskammer Österreich (la Chambre de l’économie Autriche) pour le patronat, l’Arbeiterkammer (la Chambre des ouvriers) pour les ouvriers et les employés, ou la Landwirtschaftskammer (La chambre agricole) pour les agriculteurs. Ces trois groupes et l’Osterreichischer Gewerkschaftsbund (la Conféderation syndicale autrichienne) ont constitué en 1957 une commission paritaire (Paritätische Kommission) avec quatre sous-commissions dont le but était, avant tout, de négocier les conditions de travail et les salaires. À côté des représentants de ces quatre organisations, le chancelier fédéral ainsi que quatre ministres siègent avec voix consultative. Les partenaires sociaux négocient d’une manière complètement autonome ; les décisions doivent être prises à l’unanimité et leurs discussions ne sont pas publiques.

21Ce mode de négociation est le garant de la paix sociale dans le pays, car les décisions à l’unanimité obligent les partenaires sociaux à faire constamment des compromis. Ainsi, les conflits sociaux peuvent être immédiatement étouffés.

22Cette institution qui, par son action, détermine largement les conditions économiques et sociales du pays, n’a été soumise à aucune modification après la prise de pouvoir par les sociaux-démocrates. C’est seulement en 1995 lors de l’intégration de l’Autriche dans l’UE que l’influence des partenaires sociaux diminua.

Aucun changement dans le rapport de l’Autriche à son passé

  • 5 Cf. Annexe.

23Quant au travail de mémoire sur le passé national-socialiste, le nouveau gouvernement n’y apporta aucun changement. Une attitude de refoulement et de banalisation du passé continua d’étouffer tout discours critique, s’il y en avait. Le mythe de l’Autriche première victime des nazis qui s’appuie sur la déclaration de Moscou du 30 octobre 1943, ne fut pas remis en question5. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que, dans le premier gouvernement Kreisky, qui est lui-même juif, pas moins de cinq ministres fussent des anciens membres du NSDAP : Otto Rösch, ministre de l’Intérieur, Josef Moser, ministre de la Construction et de l’Aménagement du territoire, Erwin Frühbauer, ministre des Transports et des Entreprises nationalisées, et Hans Öllinger ministre de l’Agriculture qui avait même été Oberscharführer dans les SS. Après les protestations de Simon Wiesenthal, juif autrichien qui a consacré sa vie à la traque des criminels nazis, contre la présence de ces quatre ministres, seul Öllinger démissionna, après vingt-quatre jours, pour des raisons de santé et fut remplacé par Oskar Weihs, lui aussi ancien nazi.

24En octobre 1975 une nouvelle révélation occupa les médias autrichiens sans qu’il y ait eu une prise de conscience de l’opinion publique. Simon Wiesenthal dévoila que le chef du FPO, Friedrich Peter, avait été membre de la Waffen-SS, plus précisément du 10e régiment de la première brigade, unité qui commettait des crimes de guerre à l’arrière des troupes sur le front de l’Est. Peter ne nia pas qu’il faisait partie de ce régiment avec le rang d’Obersturmführer (lieutenant), mais il contesta le fait d’avoir été impliqué dans le moindre crime de guerre, ce qui n’est pas crédible, étant donné que l’unique tâche de son unité était d’assassiner les juifs. Pour Peter, il n’y a pas eu d’enquête judiciaire ni de conséquences politiques, il est resté président du FPÖ jusqu’en 1978. En revanche, « l’Affaire Peter » est devenue une « Affaire Kreisky-Wiesenthal ». Kreisky, qui devait beaucoup à Peter pour son soutien à l’époque du gouvernement de minorité, prit la défense du chef du FPÖ en déclarant qu’il croyait Peter quand il disait qu’il n’avait pas été impliqué dans des crimes de guerre ; puis il accusa Wiesenthal de se servir de méthodes mafieuses pour nuire finalement à l’Autriche. Kreisky avança même que l’idée que Wiesenthal avait été lui-même un collaborateur nazi. Dans un procès en diffamation, Kreisky fut condamné à une amende de 290 000 Schilling (21 000 €). Dans l’opinion publique, ce litige fut considéré avant tout comme une dispute de deux vieux juifs têtus.

  • 6 Kurt Waldheim (1918-2007), juriste et diplomate, premier représentant de l’Autriche à l’ONU, minist (...)

25Il fallut attendre l’élection présidentielle de 1986 et l’incapacité pour Kurt Waldheim6 de faire face à son passé pour qu’une partie de la population autrichienne prenne conscience que l’Autriche n’était pas la première victime du nazisme mais coupable de crimes contre l’humanité à côté de l’Allemagne. C’est peut-être le mérite le plus important de Kurt Waldheim qui a ainsi permis, malgré lui, cette prise de conscience.

  • 7 Voir la communication de Jérôme Vaillant, supra.
  • 8 Cf. Bruno Kreisky, L’Autriche entre l'Est et l’Ouest, Paris, Stock, Collection Les grands leaders, (...)
  • 9 Bruno Kreisky a contribué à l’organisation du sommet Nord/Sud de Cancun d’octobre 1981 auquel il n’ (...)
  • 10 En septembre 1973, l’Autriche fut le théâtre d’un coup de main palestinien contre un train transpor (...)

26Ce refus de regarder le passé en face est à mettre en rapport avec la politique étrangère de Bruno Kreisky pendant le gouvernement duquel la neutralité de l’Autriche se fit plus active. Le chancelier qui était persuadé de l’intérêt de la tâche des petits États, s’employa à consolider la détente dont il était un ardent partisan en appuyant l’Ostpolitik de Willy Brandt7, la CSCE, faisant de Vienne une plaque tournante entre l’Est et l’Ouest8. Il s’intéressa beaucoup aux pays en voie de développement9 et se montra très présent au Proche Orient où il plaida pour la reconnaissance de l’OLP, ce qui suscita la colère de certains milieux israéliens (le Premier ministre Golda Meir10) et juifs (aux États-Unis notamment). L’adhésion à ce projet géopolitique tendant à faire participer l’Autriche aux discussions des grandes puissances et à rehausser sa renommée internationale a fondé progressivement l’identité nationale autrichienne, même s’il y reste un incontestable potentiel de germanisation.

Bibliographie

Bibliographie

Austriaca, Cahiers universitaires d’informations sur l’Autriche, Université de Rouen, Centre d’études et de recherches autrichiennes, CNRS, numéro 40, juin 1995.

Dusek Peter, Pelinka Anton, Weinzierl Erika, Zeitgeschichte im Aufriss: Österreich seit 1918 : 50 Jahre Zweite Republik, Wien, Dachs-Verlag, 1995.

Frodl Gerbert, Kruntorad Paul und Rauchensteiner Manfried (eds.), Physiognomie der 2. Republik von Julius Raab bis Bruno Kreisky, Österreichische Galerie Belvedere Wien, Czernin Verlag, 2005.

Hanisch Ernst, Der lange Schatten des Staates. Österreichische Gesellschafisgeschichte im 20. Jahrhhundert, Wien, Ueberrreuter, 1994.

Kleindel Walter, Die Chronik Oesterreichs, München, Chronik Verlag, 1994.

Nick Rainer, Pelinka Anton, Parlamentarismus in Österreich, Wien-München, Jugend und Volk, 1984.

Weissensteiner Friedrich, Weinzierl Erika (eds.), Die Österreichischen Bundeskanzler : Leben und Werk. Wien, Österreichischer Bundesverlag, 1983.

Annexes

Annexe

Déclaration de Moscou (30 octobre 1943)

C’est la partie de la déclaration de Moscou qui concerne l’Autriche qui suit. La première partie est à l’origine du mythe selon lequel l’Autriche était uniquement la victime de l’agression allemande et non coupable d’avoir participé à côté de l’Allemagne aux crimes de guerre et aux crimes contre l’humanité. La deuxième partie de la déclaration de Moscou, qui parle de la culpabilité de l’Autriche, fut tout simplement ignorée par les divers gouvernements autrichiens. C’est en 1986, lors de l’affaire Waldheim, que ce mythe a été mis en question pour la première fois.

Declaration on Austria

« The governments of the United Kingdom, the Soviet Union and the United States of America are agreed that Austria, the first free country to fall a victim to Hitlerite aggression, shall be liberated from German domination.

They regard the annexation imposed on Austria by Germany on March 15, 1938, as null and void. They consider themselves as in no way bound by any charges effected in Austria since that date. They declare that they wish to see re-established a free and independent Austria and thereby to open the way for the Austrian people themselves, as well as those neighboring States which will be face with similar problems, to find that political and economic security which is the only basis for lasting peace.

Austria is reminded, however that she has a responsibility, which she cannot evade, for participation in the war at the side of Hitlerite Germany, and that in the final settlement account will inevitably be taken of her own contribution to her liberation. »

Déclaration du gouvernement autrichien provisoire, (27 avril 1945)

« Le gouvernement provisoire déclare que la République démocratique d’Autriche est rétablie et que la constitution de 1920, version de 1929, est en vigueur. L’Anschluss est nul et non avenu. Le gouvernement provisoire fait en plus savoir que, vu l’affaiblissement du pays, elle ne pourra pas beaucoup contribuer à sa libération. »

Ce sera la première fois qu’un gouvernement parlera du deuxième paragraphe de la déclaration de Moscou, ensuite, cette partie sera « oubliée ».

Notes

1 Félix Kreissler, « Bruno Kreisky. Aperçu politico-biographique », Austriaca, Cahiers universitaires d’informations sur l’Autriche, Université de Rouen, Centre d’études et de recherches autrichiennes, CNRS, numéro 40, juin 1995, p. 9-25.

2 Malgré son anticommunisme et son pragmatisme dans les domaines de l'économie et de la politique, Bruno Kreisky prend la défense du PS (François Mitterrand a signé en 1972 avec le PCF un programme commun de gouvernement) face aux critiques de certains leaders socialistes européens comme Harold Wilson ou Helmut Schmidt [Thomas Nowestny, « Bruno Kreisky vu par les hommes politiques français », Austriaca, op. cit., p. 91-105].

3 Voir la communication d’Éric Chevaucherie, infra.

4 K.-M. Gausz, « Bruno Kreisky. L’homme politique et les arts », Austriaca, op. cit., p. 77-80.

5 Cf. Annexe.

6 Kurt Waldheim (1918-2007), juriste et diplomate, premier représentant de l’Autriche à l’ONU, ministre des Affaires étrangères (1968-1970), secrétaire général de l’ONU (1972-1981), est élu président de la République en 1986 face au social-démocrate Steyrer et le demeure jusqu’en 1992. Les révélations sur son passé d’ancien officier de la Wehrmacht dont l’unité a commis des atrocités suscitent une vive controverse sur la période de l’Anschluss et sur l’antisémitisme en Autriche.

7 Voir la communication de Jérôme Vaillant, supra.

8 Cf. Bruno Kreisky, L’Autriche entre l'Est et l’Ouest, Paris, Stock, Collection Les grands leaders, 1979, traduit par Manuel Lucbert. CSCE = Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe, ou Conférence d’Helsinski (1972-1975).

9 Bruno Kreisky a contribué à l’organisation du sommet Nord/Sud de Cancun d’octobre 1981 auquel il n’a toutefois pas participé.

10 En septembre 1973, l’Autriche fut le théâtre d’un coup de main palestinien contre un train transportant des juifs soviétiques émigrant vers Israël. Les otages furent libérés contre l’engagement de Vienne de fermer le camp de transit de Schoenau. Bruno Kreisky maintint sa décision malgré les pressions de Tel-Aviv.

Auteur

Université Lille Nord de France, Lille 3, CECILLE

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540