Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1969 en Europe. Année des relèves ou des ruptures ?

 | 
Jean-Marc Guislin

Introduction. 1969

En Europe : année des relèves ou des ruptures ?

Jean-Marc Guislin

Résumé

Il peut paraître surprenant de tenter d’établir une comparaison entre deux Etats, le Portugal et la Tchécoslovaquie, a priori si différents politiquement, économiquement et culturellement. Toutefois, pour les deux dictatures - premier élément de proximité -, les années 1968-1972 sont une période de changement puis de retour en arrière avec un léger décalage chronologique. Les espoirs de changement, de libéralisation dans le cadre du printemps de Prague sous la houlette d’Alexandre Dubcek et dans le cadre de l’Etat social avec Marcello Caetano, sont vite déçus. L’invasion de la Tchécoslovaquie par les forces du Pacte de Varsovie (20-21 août 1968) puis la normalisation incarnée par Gustav Husak (avril 1969) mettent un terme à l’expérience visant à promouvoir un « socialisme à visage ». Il en est de même à Lisbonne, mais sous une forme beaucoup moins violente - si l’on excepte le cas particulier des colonies-, où les réformes du « printemps politique », des plus limitées, sont précocement et progressivement interrompues.
Dans les deux Etats, l’échec d’une véritable transformation est dû, pour une bonne part, à la contradiction dans laquelle se sont enfermés les leaders qui la souhaitaient : libéralisation, autonomisation et fidélité inconditionnelle à l’URSS pour Dubcek ; recul de l’autoritarisme, progrès social et poursuite de la guerre coloniale pour Caetano. Cette volonté de concilier l’inconciliable révèle peut-être une certaine naïveté, mais plus sûrement la relativité de leur libéralisme qui explique aussi l’insuccès de leur entreprise.
Les concepts de rupture et de relève semblent pouvoir s’appliquer au cas tchécoslovaque : ainsi Dubcek serait l’homme de la relève en janvier 1968 (remplacement de Novotny, à la tête du PCT) puis l’homme de la rupture à partir d’avril (accélération des réformes) et enfin l’homme de l’acceptation résignée du retour en arrière après le 21 août. Husak, quant à lui, se présentant comme un partisan de « l’esprit de janvier », pourrait passer pour l’homme de la relève, mais, avec la normalisation, il est l’homme de la rupture avec le printemps de Prague. En revanche, pour le Portugal, il s’agit d’une simple relève, Caetano lui-même parlant d’« une évolution dans la continuité »

The failure of a true transformation was due to the contradiction in which the leaders - who hoped a positive change - got trapped : liberalization, emancipation and absolute loyalty to the USSR for Dubcek, decline of authoritarianism, social progress and continuation of the colonial wars for Caetano. This will to reconcile the irreconciliable reveals a certain naivety, but most probably, the relativity of their liberalism which explains the failure of their plan too.
In the case of Czechoslovakia one man can also use the concept of “changing of the guard” and of “breakup” : Dubcek replaced Novotny as leader of the CCP in January 1968, then he broke away from the tradition with a speeding-up of reforms after April 1968, until he finally resigned himself to step back after the 21 st of August ; Husak, introducing himself as a man in favour of “the spirit of January” [1968] could be thought of as a replacement but, because of normalization, he was the man who broke up with the Prague spring. On the other hand, for Portugal, it’s just a replacement, Caetano himself talking of “an evolution within continuity”.

Texte intégral

« Que 1969 efface dans tous les domaines les séquelles de 1968 et nous permette de repartir sur la voie du progrès, dans la paix sociale et la concorde civile ».
(Extrait de la présentation des vœux de Georges Pompidou à ses électeurs de la 2e circonscription du Cantal [Saint-Flour])

1En 2008, l’année 1968 a été abondamment commémorée, souvent saluée et positivement évaluée. Pourtant au moment des vœux ou des bilans, fréquents furent les jugements négatifs. Peuvent ainsi être cités à l’appui de cette affirmation :

Le général de Gaulle :

« Portons donc en terre les diables qui nous ont tourmentés pendant l’année qui s’achève » ;

Georges Pompidou :

« Eh bien, disons-le tout net, l’année 1968 a été mauvaise pour la France... La France paraît douter d’elle-même » ;

2Le journaliste Pierre Viansson-Ponté intitule son article du 2 janvier 1969 dans Le Monde « Une ‘mauvaise année’ ». Reprenant volontiers l’expression de l’ancien Premier ministre français, il évoque notamment les événements de mai, l’invasion de la Tchécoslovaquie en août, la crise monétaire de novembre.

3Si l’année 1969 ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices au Royaume-Uni où le Premier ministre travailliste Harold Wilson prévient que « le peuple britannique devra consentir de nouveaux sacrifices », ou en Tchécoslovaquie où le président Svoboda déclare : « Je dois vous dire que l’année qui vient... ne se déroulera pas sans difficultés », elle suscite toutefois un certain espoir. Ainsi, Tito, dictateur solidement installé, affirme sa « conviction qu’en 1969, la Yougoslavie surmontera ses difficultés économiques actuelles et que le système d’autogestion connaîtra un nouvel épanouissement ». Dans les démocraties libérales également, on retrouve cette tonalité optimiste, notamment parmi les leaders politiques qui aspirent aux plus hautes fonctions. Le conservateur britannique Edward Heath invite ses partisans à se tenir prêts et confiants dans l’éventualité d’élections anticipées ; le vice-chancelier de RFA et leader du SPD, Willy Brandt, souhaite pouvoir reprendre le dialogue avec l’Est, pour signer un pacte de non-agression avec l’URSS et améliorer les relations inter-allemandes ; Georges Pompidou a déjà été cité... Pour ces hommes qui sont ou ont été au pouvoir, 1969 pourrait sonner l’heure de la relève voire de la rupture ainsi que nous en discuterons aujourd’hui.

4En effet cette nouvelle année va être riche d’un certain nombre d’événements qui sont autant de ruptures ou de nouvelles étapes à l’intérieur de différents processus. Sans être exhaustif, peuvent être cités : la marche sur la lune, la fin officielle de la Révolution culturelle et la réorganisation du Parti communiste chinois, les affrontements sino-soviétiques, le commencement du retrait américain du Vietnam, la relance européenne, le début du terrorisme en Italie, la normalisation en Tchécoslovaquie, l’installation de Richard Nixon à la Maison Blanche, l’accession de Yasser Arafat à la tête de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), la nomination de Golda Meir comme Premier ministre d’Israël, la désignation de Lin Biao comme dauphin de Mao Zedong, le départ du général De Gaulle, la désignation de Juan-Carlos comme successeur de Franco, la prise du pouvoir par Mouammar El Kadhafi en Libye... 1969 est donc une année fertile en changements parmi les équipes dirigeantes dans le monde, mais surtout en Europe, espace auquel est volontairement limitée cette journée d’études : en France, en République fédérale d’Allemagne, en Autriche, en Suède, en Italie, en Espagne, en Tchécoslovaquie. Peu avant, Marcelo Caetano a remplacé Salazar à Lisbonne, bientôt Edward Heath et Bruno Kreisky seront aux affaires à Londres et à Vienne...

5Ces remplacements de responsables constituent-ils des ruptures idéologiques comme certains le pensent en RFA où l’on parle de renouveau, de nouveau départ (Neubegim), et même d’heure zéro (Stunde Null), voire au Royaume-Uni si l’on veut voir en Heath un proto-thatchérien ? Traduisent-ils des ruptures socioculturelles, souvent associées à l’arrivée de Willy Brandt, Bruno Kreisky ou Olof Palme au pouvoir, sans oublier la nouvelle société que se propose d’établir Jacques Chaban-Delmas ? Sont-ils accompagnés d’une nouvelle pratique gouvernementale comme il a été constaté en France, de décisions ou de gestes historiques comme ceux de Willy Brandt à Erfurt et bientôt à Varsovie ? Plus certainement s’agit-il de changements générationnels, concept mis en avant notamment par Jean-François Sirinelli : s’éloignent alors des personnages nés à la fin du XIXe siècle avec de Gaulle et Salazar, ou au tout début du XXe siècle avec Erlander, Kiesinger et Novotny, comme s’il y avait épuisement biologique, tandis que s’affirment des leaders nés à la veille de la Première Guerre mondiale (Brandt, Husak, Kreisky et Pompidou) ou dans les années 1920 (Dubcek et Palme), plus ou moins porteurs de renouveau.

6Ne vaudrait-il pas mieux parler d’alternances, normales en régime de démocratie libérale ? À Bonn, les conservateurs de la CDU-CSU parlent de changement de pouvoir (Machtwechsel) ; à Londres, le phénomène joue parfaitement puisque Wilson précède Heath et lui succédera bientôt, tous deux étant d’ailleurs nés en 1916. Vient également à l’esprit, le terme de relèves, c’est-à-dire du « remplacement d’une personne ou d’une équipe par une autre dans un travail continu » (Dictionnaire Robert) qui n’exclut pas certaines inflexions. Ainsi, dans son parti, Edward Heath « se situe dans la continuité du passé conservateur tout en initiant un changement de style » (Philippe Vervaecke) ; en France, Georges Pompidou propose le changement dans la continuité, tandis qu’en Suède et en Italie, la majorité parlementaire reste la même, sans changement de génération pour le dernier pays cité.

7Dans les dictatures, en revanche, la relève n’implique, dans l’immédiat, aucun changement majeur. Au Portugal, Caetano, né en 1906, parle d’évolution dans la continuité. En Espagne, l’instauration prochaine de la monarchie devrait être le couronnement de la mission du Caudillo. En Tchécoslovaquie, la normalisation est « la restauration par la force du système sociopolitique de type soviétique » pourtant rejeté par la population (Zdenek Milnar).

8Relève, rupture, retour en arrière... tels sont les thèmes autour desquels tournera la réflexion d’aujourd’hui, en compagnie de plusieurs collègues civilisationnistes des UFR de langues de l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, membres du CECILLE (Centre d’Études en Civilisations, Langues et lettres Étrangères, EA 4074) mais aussi de deux collègues parisiens que je salue avec reconnaissance. Je remercie également les collègues historiens, présidents de séances : Philippe Roger, Philippe Guignet, directeur de la Revue du Nord, Robert Vandenbussche, ancien directeur de l'UFR des sciences historiques, artistiques et politiques, qui, en outre, a accepté de tirer les conclusions de cette journée. Enfin je tiens à exprimer ma gratitude à Martine Aubry, responsable gestionnaire de l’IRHiS (UMR 8 529) ainsi qu’à Christine Lefebvre sans lesquelles cette rencontre scientifique n’aurait pu avoir lieu.

9Le présent volume, qui est la publication des actes de cette journée d’études (15 mai 2009), en propose les différentes communications selon trois parties thématiques dont les deux premières [Les ruptures ? Les changements dans la continuité] ne sont, en réalité, guère éloignées, tandis que la troisième [Le cas particulier des dictatures] rassemble rupture, continuité et... retour en arrière.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540