Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Document. La guerre d’Algérie vue de Lille (1956-1962)

Témoignage de M. Yves-Marie Hilaire

Texte intégral

1L’année 1956 marque une inflexion fondamentale dans l’histoire de la France et plus particulièrement dans son histoire religieuse. En janvier 1956 la victoire de la gauche aux élections législatives est suivie d’une profonde déception. On attendait Mendés France, qui avait obtenu la paix en Indochine en 1954, mais c’est Guy Mollet qui forme le gouvernement. Celui-ci, élu sur un programme de paix en Algérie, capitule le 6 février à Alger devant une manifestation de pieds-noirs et intensifie la guerre en appelant le contingent à combattre en Algérie et à servir pendant 27 mois. Face à un peuple musulman longtemps hésitant ou divisé et à des adversaires nationalistes cruels, les jeunes Français sont incités à mener une « sale » guerre sous couvert d’opérations de « pacification ». Une grande partie de la jeunesse étudiante accepte mal de devoir risquer sa vie pour une cause peu justifiée, voire injuste. Le patriotisme, ainsi galvaudé, ne retrouvera plus son éclat.

2Les mouvements catholiques, défavorables à cette guerre, qui refuse de s’avouer telle, sont menacés par une série de crises : disparition de l’Association catholique de la jeunesse française en 1956, année de son 70e anniversaire, démissions à la tête de la Route des Scouts de France en 1957, crise de la Jeunesse étudiante chrétienne. S’il y a encore 800 ordinations de prêtres séculiers en 1956, ce chiffre ne sera plus atteint par la suite, les épreuves de la guerre d’Algérie et la fermeture progressive des petits séminaires avec la scolarisation généralisée à 16 ans entraînant une diminution des vocations.

3Cette histoire du combat pour la paix en Algérie se déroule en trois phases. Sous la IVe République, de 1956 à 1958, il faut d’abord informer l’opinion grâce à des comités qui diffusent une documentation véridique. Puis, sous la Ve République, de 1958 à 1960, l’engagement des divers syndicats contribue à faire basculer l’opinion. Enfin de 1961 à 1962, les tensions et affrontements en vue de la paix aboutissent à une large entente politique et syndicale contre l’Organisation armée secrète (OAS). Mêlé à ces trois phases comme militant du CEPA (Comité d’études du problème algérien) puis du CDLI (Comité de défense des libertés individuelles) et comme représentant du SGEN (Syndicat général de l’Éducation nationale) et de la CFTC, j’évoquerai ici l’histoire du combat pour la paix en Algérie vue de Lille.

Sous la IV e République (1956-1958) : informer l’opinion, du CEPA au CDLI

4Face à l’intensification de la guerre d’Algérie, je suis sollicité comme historien-géographe par la Paroisse universitaire, Pax Christi et diverses paroisses et communautés pour évoquer avec un regard chrétien les problèmes liés au nationalisme, à la colonisation, au sous-développement, à la nécessaire mutation des missions. D’autre part, la nécessité d’informer l’opinion et de faire réagir une presse locale quelque peu anesthésiée par la propagande gouvernementale d’un État en conflit fait naître à Lille en 1956 dans une mouvance de gauche critique, le Comité d’études du problème algérien (CEPA). Ce comité rassemble à titre individuel Agache, des Jeunesses radicales, Fallas, des Jacobins du Nord, tous deux proches de Mendès France à cette époque, Ferry, du Mouvement de libération ouvrière, Fouret, de la Nouvelle Gauche, Petite, du Mouvement de la Paix, Rullier, des Amis de Témoignage chrétien, Samyn, de la Jeune République et Vallée de Vie Nouvelle. Sur ces 8 militants, 6 sont chrétiens. Ayant la confiance des Amis de Témoignage chrétien, je participe souvent aux réunions de ce comité en 1957-1958. Sur invitation du CEPA, Jean Dresch, professeur de géographie à la Sorbonne, nous parle du problème algérien le 25 janvier 1957 au Palais de la Bière. Cet hiver-là une conférence de Georges Suffert, interdite par la préfecture, a lieu devant un public restreint dans l’arrière-salle d’un café. Le 30 mars 1957, dans le cadre d’une réunion privée d’information, Robert Barrai, journaliste à Témoignage chrétien, s’exprime devant plusieurs centaines de personnes à l’Hôtel Maréchal. Il tente de répondre à la question : « en Algérie, la paix est-elle encore possible ? » Le 5 mars 1958, le journaliste et poète kabyle converti au christianisme, Jean Amrouche, très sensible aux liens culturels qui rapprochent la France et l’Algérie, évoque le drame algérien devant 500 personnes dans la salle du Cinévog.

5Une conférence pendant l’hiver 1957-1958 nous a remués, celle de Denise Walbert, fille d’officier, assistante sociale, qui avait été torturée par les parachutistes lors de la bataille d’Alger. Denise Wabert décrit les tortures et signale la menace qui pèse en France – et pas seulement en Algérie – sur les libertés individuelles.

6À la suite des saisies répétées de journaux – ainsi le 6 mars 1958, les hebdomadaires L’Express, France-Observateur, Témoignage chrétien, France nouvelle – et influencés par les révélations précises de Denise Walbert sur la torture en Algérie, notre groupe de chrétiens militants pour la paix pense que les libertés fondamentales sont menacées dans un Etat qui se délite et nous fondons en mars 1958 le Comité de Défense des Libertés Individuelles, domicilié chez Yvette Spriet, 24 rue d’Amiens. Deux tracts sont diffusés à Lille peu après : l’un commente la devise républicaine Liberté, Égalité, Fraternité bafouée par les pouvoirs publics ; l’autre reproduit un extrait de la Lettre aux communautés de la Mission de France de mars 1958 qui condamne les tortures et le terrorisme, reconnaît que l’accession à l’indépendance d’un peuple qui serait distinct du peuple français ne peut être écartée et réclame la reconnaissance des droits de chacune des deux communautés en Algérie, la musulmane et l’européenne.

Les espoirs déçus d’un syndicaliste aux débuts de la V e République (1958-1960/61)

7Les événements de mai 1958 provoquent la naissance de la Ve République, mais permettent aussi à plusieurs syndicats de manifester leur inquiétude devant l’aggravation de la crise algérienne qui met en péril les libertés républicaines. C’est le cas de la CFTC, méfiante à l’égard de la CGT qui a approuvé la répression soviétique en Hongrie en 1956, et c’est aussi le cas de l’Union nationale des étudiants de France, syndicat très représentatif – 100 000 étudiants y sont inscrits sur 170 000 – et concerné au premier chef par la guerre d’Algérie.

8Membre du Syndicat général de l’Éducation nationale (SGEN), appartenant à la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (CFTC), mes collègues de Tourcoing m’avaient confié le secrétariat de la section du lycée en 1955-1956. Professeur au lycée Faidherbe de Lille en 1956, chargé de cours à la faculté des Lettres à partir de 1959, je me trouve en contact avec les étudiants et mon syndicat me fait confiance pour le représenter dans les négociations avec l’UNEF. Le 29 septembre 1959 le recteur Debeyre me fait nommer par arrêté ministériel membre du Conseil d’administration du Conseil régional des œuvres universitaires où je rencontre régulièrement les présidents lillois de l’UNEF. J’ai ainsi entretenu des relations cordiales successivement avec Jean-Marie Dupont, Jean Cooren, André Legrand, Bernard Frimat.

9Je continue mes interventions à la demande de diverses paroisses ou communautés. Ainsi en 1960 j’évoque en divers lieux les pays sous-développés, les trois solutions proposées par de Gaulle en Algérie, l’Αlgérie et la jeunesse française. La réflexion sur la colonisation s’inspire du droit de communication entre les peuples définis au XVIe siècle par le théologien espagnol Vitoria et impliquant des droits et des devoirs rigoureux. Deux grands livres récents alimentent ma réflexion en théologie politique : Idéologies et réalité de Jeanne Hersch, une philosophe suisse, que Mgr Tiberghien m’avait conseillé de lire, et l’Homme et l’État de Jacques Maritain, son meilleur ouvrage de pensée politique. Le 12 septembre 1957, avec un étudiant en médecine Janot, membre du CEPA, j’avais rencontré à l’Hôtel Terminus pendant près de deux heures Maurice Schumann. Nous avions évoqué les réformes à effectuer en Algérie : la reconnaissance claire de la personnalité algérienne, la nécessité du collège unique qui mettrait les colons en face de leurs responsabilités, les perspectives d’avenir incertaines avec la perspective probable d’une centaine de députés algériens à l’Assemblée nationale. Au cours de la guerre d’Algérie, j’ai eu deux entretiens avec le cardinal Liénart, l’un accompagné de Mme Lippmann du CDLI, l’autre de Wiart du SGEN : le cardinal encourageait notre action pacificatrice et déplorait certains abus commis par la police française à l’égard des travailleurs algériens. Le texte des cardinaux et archevêques du 14 octobre 1960 sur le problème algérien recueillait notre assentiment : refus de l’insoumission, condamnation de la torture, promotion d’un statut de l’Algérie « consacré par l’adhésion libre des populations » et permettant « la cohabitation de plusieurs communautés ».

10Le CDLI organise des conférences faites par des orateurs soucieux de la paix en Algérie. Ainsi, le 10 mai 1960, André Philip parle à la Maison des tanneurs des aspects économiques du problème algérien ; nous échangeons ensuite avec lui en petit comité chez les Lippmann. En mai 1961 se succèdent, devant 200 à 300 personnes, Jean-Marie Domenach, directeur de la revue Esprit, sur la défense de nos libertés, André Mandouze sur « La Politique actuelle face au problème algérien » et Hubert Beuve-Méry, directeur du Monde, sur l’information concernant la guerre d’Algérie. Le drame algérien et la défense des libertés donnent encore matière à des conférences de Jacques Fonlupt-Esperaber, Georges Hourdin, Maurice Duverger et Gérard Esperet, vice-président de la CFTC.

11Face à la montée du terrorisme dans le milieu algérien du Nord, vingt-huit prêtres de Lille et le CDLI veulent témoigner et tiennent une conférence de presse le jeudi 22 juin 1961 : en quinze jours dans le Nord, vingt Maghrébins ont été tués et dix blessés dans une trentaine d’attentats. Le conflit algérien s’étend sur le territoire de la métropole et la paix paraît plus que jamais nécessaire. Lors de la conférence de presse, un débat a lieu parce que maître Czismadia et maître André Diligent, député du Nord, font remarquer que le document présenté insiste sur les responsabilités du Mouvement national algérien (MNA) de Messali Hadj dans le terrorisme, mais que ces jours derniers le Front de libération national (FLN) avait tué plusieurs tenanciers de café membres du MNA.

12Le vendredi 23 et le samedi 24 juin se tient à Lille le quatrième colloque juridique de l’Association pour la sauvegarde des institutions judiciaires et la défense des libertés individuelles présidée par le bâtonnier Thorp. Après les colloques de Royaumont, Aix-en-Provence et Grenoble, celui de Lille a pour thème : « les problèmes juridiques posés par la mise en œuvre de la politique d’autodétermination et le retour aux conditions d’un État républicain et démocratique ». J’ai assisté à ce colloque avec Paul Vignaux. Au sujet du Sahara, je me rappelle avoir proposé un argument à Pierre Cot qui était à côté de moi. Ce brillant avocat l’a utilisé avec un talent que j’ai admiré.

13L’entrée en scène du syndicalisme contribue à faire évoluer l’opinion sur le problème algérien. Celle-ci bascule en faveur de la paix au cours de l’été 1960 après l’échec des négociations de Melun avec le FLN, échec qui fait craindre une guerre interminable. À Lille 500 personnes participent à la manifestation du 28 juin 1960 pour la paix en Algérie à l’appel de l’UNEF, de la FEN et du SGEN, 3 000 à celle du 27 octobre, organisée par la CGT, la CFTC, l’UNEF et la FEN. Les préventions anticommunistes de la CFTC et laïcistes de la FEN s’estompent devant le péril fascisant qui se profile à Alger. Ce rapprochement sur le problème algérien impressionne la presse régionale qui reproduit plus volontiers nos communiqués. J’avais pressenti cette évolution dans un rapport adressé à Paul Vignaux au début de juillet. Celui-ci m’avait demandé pendant la semaine des barricades à Alger en janvier 1960 d’envoyer au général de Gaulle à l’Élysée, un télégramme ainsi rédigé : « Syndicat général de l’Éducation nationale-Nord, nous vous soutenons », ce que j’avais fait. Le 27 octobre la CFTC me fait confiance pour intervenir en son nom lors du meeting à la salle Roger Salengro. Le lendemain, au lycée Faidherbe, un stagiaire de philosophie évoque le récent meeting devant son conseiller pédagogique, Pierre Roubinet : « il a bien parlé hier l’ouvrier de la CFTC ». Pierre Roubinet lui répond : « l’ouvrier de la CFTC, c’est mon collègue historien que vous voyez là-bas dans cette cour ».

Vers la paix : le conflit avec l’OAS

14La dernière période de la guerre d’Algérie en 1961-1962 est marquée par les attentats de l’Organisation Armée Secrète (OAS) qui atteignent la région du Nord, impressionnent fortement l’opinion et l’incitent à souhaiter une paix prochaine. Tandis que les libéraux sont assassinés par l’OAS en Algérie, les attentats au plastic se multiplient en métropole. La police française doit combattre sur deux fronts contre le FLN et l’OAS. Par crainte d’un attentat, nous éloignons le petit lit de Jean-François (6 mois) de la porte de notre appartement, rue Royale.

15Le jeudi 16 novembre 1961, après l’attentat contre le professeur Godement, un meeting intersyndical se tient à la Faculté des Sciences. J’interviens au nom du SGEN pour expliquer ; « l’OAS part d’une idée fausse, la déformation d’une idée vraie qui est le droit des minorités. Elle refuse à la majorité le droit de s’exprimer vraiment et veut s’imposer par la force et la guerre et prolonger la guerre. Nous sommes contre les solutions de partage et le racisme ».

16Le 19 décembre 1961 a lieu une journée de manifestation nationale contre l’OAS et pour la paix en Algérie par la négociation qui rassemble CGT, CFTC, FEN et UNEF. Dans la nuit du 15 janvier 1962, le local de l’UNEF, rue de Valmy, est plastiqué. Le soir même à 18 h 30 un meeting de protestation qui rassemble plus de 2000 personnes envahit la rue de Valmy. J’y prends la parole au nom du SGEN en rappelant que « la liberté de l’esprit, fondement d’une vie intellectuelle, ne peut survivre longtemps dans un climat de violence » et que l’Université française est menacée dans son existence même par des méthodes totalitaires destructrices de toute liberté ».

17Peu après, vingt organisations lilloises se rencontrent pour réclamer une paix négociée en Algérie et une action efficace contre l’OAS. Parmi celles-ci les divers syndicats, le CDLI et plusieurs partis politiques, le Parti communiste, le Parti socialiste unifié, et le Mouvement républicain populaire, ce qui élargit vers le centre la protestation. La SFIO se tient d’abord à l’écart avant de rejoindre ce comité de liaison anti-OAS.

18Le 6 février 1962, lors de la journée de protestation universitaire, près de 2 000 personnes écoutent un cours public du professeur Pierre Reboul, doyen de la Faculté des Lettres, qui se montre fort éloquent sur « La vocation de l’Université dans la situation actuelle ». D’abord il refuse une certaine neutralité de l’Université dans cette conjoncture : « Tout enseignement est témoignage parce que notre enseignement témoigne que la France doit être une nation raisonnable et juste. Faux universitaires que ceux qui se drapent dans leur dignité et attendent le coup de couteau pour murmurer : « tu quoque mihi Salan » ». Et il continue : « cette magnifique et nécessaire neutralité de l’École nous fait un devoir de prendre parti... Philippe est aux portes d’Athènes. Il faut que Philippe sache qu’il ne les franchira pas. Il faut qu’il sache qu’il y a incompatibilité – non pas d’humeur mais de principe – entre l’École française et un mouvement de plastiqueurs, de racketteurs et d’assassins. Il faudrait la pire et la plus ridicule des mauvaises fois pour avancer qu’un gouvernement issu, directement ou indirectement, de l’OAS, conservera les libertés nécessaires à notre métier ». Le doyen Reboul précise : quelques voix d’évêques ont, pendant la guerre, rappelé la frontière entre le bien et le mal, entre le déshonneur et la dignité. L’Université aujourd’hui ne peut faire moins... Notre chance veut que par l’effet d’une double tradition chrétienne et philosophique, la patrie n’ait jamais, dans les principes, tourné le dos à l’humanité... Nous condamnons toutes les violences... Nous avons le devoir de dire que le patriotisme de l’OAS est un leurre ».

19Le 8 février 1962, sur l’initiative de la CPTC, une manifestation silencieuse a lieu devant le monument aux morts de Lille en hommage à tous les morts de la guerre d’Algérie. Mais ce jour-là à Paris une provocation d’une partie de la police entraîne la mort de 8 manifestants au métro Charonne. La grève générale du 13 février, jour des obsèques des tués, est l’occasion de défilés de protestation dans toute la Prance. A Paris, Paul Vignaux rend hommage aux morts du 8 février en signalant que la manifestation parisienne exprime « l’affirmation d’une force populaire qui doit permettre d’écarter, après les obstacles à la négociation avec le Gouvernement provisoire de la république algérienne, ceux (violences fascistes ou intrigues politiciennes) que l’on pourrait opposer à l’application de l’accord qui semble si proche. »

20Après la signature des accords d’Évian, le cessez-le-feu intervient en Algérie le 19 mars 1962. L’indépendance de l’Algérie est acceptée par le peuple français le 8 avril au moyen d’un référendum dans lequel 90 % des votants émettent un oui. Le référendum a permis au peuple français, dans sa très grande majorité, allant des communistes à la droite, d’accepter l’indépendance d’une Algérie qui avait été française de 1830 à 1962. L’OAS se lance alors dans une stratégie de désespoir assassinant pieds-noirs libéraux et musulmans, pratiquant la tactique de la terre brûlée, incendiant la bibliothèque d’Alger, sous la direction de Georges Bidault devenu un fanatique de l’Algérie française. Les pieds-noirs, qui fuient précipitamment la terre de leurs pères, et les harkis qui seront massacrés par le FLN, peu respectueux des accords d’Évian, seront les victimes de cette stratégie folle.

21Toute une jeune génération a été durablement marquée par une longue guerre difficile à justifier et longtemps mal conduite. Son patriotisme, exacerbé pour une minorité, émoussé pour une majorité, sera à nouveau secoué par la crise de civilisation de 1968 qui manifestera la prétention de faire table rase du passé.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540