Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Quatrième partie : l'événement

Un « Nordiste » candidat à l’élection présidentielle de décembre 1958

Albert Châtelet contre Charles de Gaulle. La toge contre l’uniforme ?

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, Le renouveau (1958-1962), Paris, Presses Pocket, 1970, p. 41.

« Le 21 décembre, les électeurs présidentiels [...] élisent le chef de l’État. Si remplie que soit ma carrière publique, c’est la première fois que je fais acte de candidature [...].
Georges Marrane au nom des Communistes, le doyen Châtelet pour une Union des forces démocratiques se sont présentés également. Le collège des 76 000 notables donne au général de Gaulle 78 % des voix »1.

1C’est ainsi que Charles de Gaulle, revenu au pouvoir avec les événements du 13 mai 1958 sur le forum d’Alger, forge sa légende et présente son élection à la présidence. Si le vainqueur du jour occupe dans l’historiographie, une place considérable, il n’en est pas de même pour ses deux adversaires. Georges Marrane est ainsi identifié par son étiquette politique, représentant désigné du danger communiste qui, en pleine guerre froide, doit servir de repoussoir. Albert Châtelet, quant à lui, est présenté comme « le doyen », figure certes respectable mais surannée, universitaire égaré en politique et dont la fonction, chez de Gaulle, efface même le prénom. L’engagement d’Albert Châtelet dans cette lutte électorale perdue d’avance n’est cependant en rien l’entreprise déraisonnable d’un universitaire vieillissant et déconnecté des réalités du monde mais bien au contraire la volonté d’incarner une candidature de témoignage démocratique. Cette candidature d’Albert Châtelet est à la conjonction de trois éléments que nous voudrions ici expliciter. Elle est, tout d’abord, l’aboutissement du cheminement personnel d’un boursier conquérant qui a consacré sa vie à l’École, à la République et aux valeurs humanistes. Mais cette trajectoire individuelle se retrouve intégrée dans un mouvement politique plus large qui est celui du refus de la poursuite de la guerre en Algérie et dans une analyse critique des conditions du retour de Charles de Gaulle au pouvoir. La candidature Châtelet témoigne enfin, c’est le troisième élément, d’un très complexe processus de remise en cause des diverses composantes de la Gauche française que l’Union des forces démocratiques (UFD) tente sans succès de dépasser.

Un boursier conquérant de la République : « le doyen » Châtelet

  • 2 Voir Jean-François Sirinelli, « Des boursiers conquérants : École et promotion républicaine sous la (...)

2Albert Châtelet est l’incarnation de cette République des bons élèves que le régime républicain ne cesse de célébrer dans sa volonté de montrer que les talents ont désormais remplacé la naissance dans la formation de la nouvelle élite de l’Etat2.

Un fils d’instituteur artésien devenu professeur de faculté

  • 3 Voir Jean-François Condette, « Albert Châtelet » dans Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biograp (...)
  • 4 Entretien avec la famille Châtelet, Paris, 4 mai 2004.

3Il est né le 24 octobre 1883 à Valhuon, dans un petit village du Pas-de-Calais3. La famille, artésienne depuis des générations, a des origines modestes. Le grand-père du futur doyen cesse de cultiver la terre pour devenir militaire puis cabaretier mais c’est le père qui franchit une « étape » importante en devenant instituteur en 1870. Albert subit la très forte influence de son père dont il suit les cours dans sa classe unique de Valhuon mais aussi les multiples activités périscolaires. Tout en demeurant le chantre de l’église bien après 1882, François Châtelet organise des cours du soir et consacre beaucoup d’énergie à son enseignement agricole, multipliant les sorties pédagogiques mais aussi les expérimentations dans son champ d’essai. Le culte du savoir et le goût de l’effort sont les vertus majeures du panthéon familial. Âgé de 12 ans, Albert Châtelet intègre en octobre 1895 le petit collège de Saint-Pol-sur-Ternoise pour six années d’études où il collectionne les prix. Interne, il connaît la vie austère d’un pensionnat inconfortable aménagé dans une ancienne manufacture de tabac. Bachelier en juillet 1901, il entre comme boursier au lycée de Douai en octobre 1901 et y suit trois années de classes préparatoires aux grandes écoles. Son admission à l’École normale supérieure lors du concours de l’année 1904, marque la consécration des efforts familiaux. Après une année de service militaire (1904-1905), Albert rejoint la rue d’Ulm en novembre 1905. C’est au cours de ces années qu’il rejoint, certainement sous l’influence du bibliothécaire Lucien Herr, les troupes jaurésiennes du quartier latin pour deux années4. Licencié ès sciences en 1907, agrégé de mathématiques en août 1908, Albert Châtelet décide de se lancer dans la rédaction d’une thèse de doctorat tout en essayant d’éviter une nomination provinciale qui risque de le couper du vivier universitaire parisien. Il vit alors de suppléances assurées dans les lycées de la capitale puis obtient une bourse Commercy (1909-1910). Sa thèse, qui a pour titre Sur certains ensembles de tableaux et leur application à la théorie des nombres, est soutenue en Sorbonne le 29 janvier 1911 et reçoit un accueil favorable dans le monde scientifique.

  • 5 Voir Christophe Charle, La République des Universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, 506 p.

4Après la vague des nombreuses créations de postes au sein de l’Université, en lien avec les réformes républicaines opérées par Louis Liard dans les années 1880-1900, la période est désormais plus délicate pour les jeunes chercheurs, les places étant prises5. Albert Châtelet doit se résoudre à accepter une affectation provinciale et il est nommé professeur de mathématiques spéciales au lycée Descartes de Tours (arrêté du 24 août 1911). En 1911-1912, il obtient l’un des deux cours ouverts par la Fondation Peccot (Collège de France) avant d’être chargé en janvier 1913 du cours de mécanique rationnelle et appliquée à la faculté des sciences de Toulouse. L’arrêté du 5 août 1914 notifie ensuite à Châtelet qu’il est nommé maître de conférences de mécanique à la faculté des sciences de Lille mais la mobilisation et l’invasion allemande l’empêchent de rejoindre son poste. Mobilisé dès le 2 août, il est affecté dans le Train sanitaire, contribuant à l’évacuation vers l’arrière des blessés transportables. L’épreuve de la guerre est pour lui, comme pour beaucoup de jeunes Français, une césure forte, qui le fera ensuite militer très activement pour la promotion de l’idée de paix entre les nations et entre les hommes. On le retrouve à partir de mars 1916 à Gâvres, près de Lorient où il est détaché à la Commission des expériences d’artillerie navale. Il y demeure jusqu’en février 1919, travaillant à l’amélioration des tables de tir pour les canons et au perfectionnement des études balistiques.

Un universitaire consacré et une grande figure de l’administration

5Lorsqu’il rejoint en mars 1919, son poste à la faculté des sciences de Lille, Albert Châtelet découvre une ville et une faculté exsangues, après 1 465 jours d’occupation allemande. Nommé professeur titulaire de la chaire de mathématiques générales (décret du 21 janvier 1920), il est élu doyen en novembre 1921, à l’âge de 38 ans, et le demeure jusqu’à sa nomination au poste de recteur en 1924. La consécration est ici très rapide alors que le doyen Châtelet multiplie les initiatives concrètes pour reconstruire les bâtiments détruits ou détériorés par la guerre et doter son institution de moyens humains et matériels.

  • 6 Voir Jean-François Condette, Les recteurs d’académie de 1809 à 1940 : l’évolution d’une fonction ad (...)

6La retraite du recteur Georges Lyon en 1924 accélère sa promotion. Par décret du 1er juin 1924, Albert Châtelet est nommé recteur de l’académie de Lille qui regroupe alors cinq départements (Nord, Pas-de-Calais, Somme, Aisne et Ardenes) et de très nombreux établissements. Il demeure à ce poste pendant plus de douze années et y réalise une œuvre majeure, se transformant en recteur bâtisseur et en réformateur des écoles du Nord. Représentant direct du ministre dans son ressort académique, grande figure morale, le recteur de la Troisième République est aussi, à partir de la loi de juillet 1896, le président de droit du conseil de l’Université et joue donc un rôle très important dans la dynamisation des structures éducatives régionales6. Il se fait le défenseur des projets des diverses facultés auprès des élites politiques et économiques régionales et du ministère, construit de multiples instituts, s’intéresse à l’amélioration des conditions de vie des étudiants, contribuant par exemple à la construction des deux premières résidences étudiantes.

  • 7 Antoine Prost, Histoire de l’Enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, 1986, « L’ (...)
  • 8 Philippe Hugot, La gratuité de l’enseignement secondaire, Paris, L’Harmattan, 2005, 306 p.

7Dans le secondaire, il gère certes le malthusianisme encore très net de cet enseignement mais tente aussi, en partisan de l’École unique7, d’en rapprocher les diverses filières et d’en démocratiser le recrutement. Il œuvre à la mise en place du « collège unique » de Saint-Amand, inauguré en 1926, l’une des premières tentatives opérées en France afin de fédérer dans un même établissement les diverses filières de l’enseignement « moyen ». Les études y commencent, pour tous les élèves, par une sixième de détermination. Il applique aussi dans son académie les diverses mesures qui, progressivement, dans les années 1928-1933, mettent en place la gratuité du secondaire8 et s’engage dans l’organisation du Congrès de l’enseignement secondaire du Havre du 31 mai au 4 juin 1936, initiative destinée à approfondir la réflexion sur la modernisation pédagogique du second degré.

  • 9 Antoine Prost, « Les instructions de 1938 » dans Antoine Prost (dir.), Jean Zay et la gauche du rad (...)
  • 10 Il s’agit en fait de consacrer un après-midi par semaine à des activités qui placent l’élève au cen (...)

8Par le décret du 31 décembre 1936 publié au Journal officiel du 5 janvier 1937, il est ensuite choisi par Jean Zay, jeune ministre de l’Éducation nationale du Front populaire, comme chef de la nouvelle direction de l’Enseignement du second degré. Châtelet participe à la rédaction du projet de loi déposé par Jean Zay le 5 mars 1937 qui propose une profonde réforme de l’enseignement mais qui n’a pas l’honneur d’un examen approfondi par le Parlement. Albert Châtelet se charge surtout de rapprocher les programmes des filières encore trop divergentes qui doivent composer cet enseignement du second degré (les écoles primaires supérieures, les diverses classes des lycées et collèges de la 6e à la 3e, certains cours des écoles pratiques) afin de permettre les possibles réorientations. Il est engagé dans la rédaction des Instructions de 1938 qui réaffirment les principales missions de l’enseignement et son contenu fondamentalement humaniste9 et met en place, à titre expérimental, les classes d’orientation (arrêté du 22 mai 1937) qui tentent de créer une sorte de sixième de détermination proposant des formations diversifiées et un examen attentif des aptitudes des élèves par leurs enseignants afin de préparer une orientation plus réfléchie. Il lance aussi les loisirs dirigés10. Albert Châtelet est aussi choisi comme président de la Fédération des Éclaireurs de France en 1937 où il succède à Georges Bertier, travaillant au renforcement de l’implantation du mouvement au sein de l’Éducation nationale.

  • 11 Archives nationales, F17 25623, Dossier Châtelet, Lettre du 16 septembre 1940 à Georges Ripert.

9La Seconde Guerre mondiale apparaît alors comme un sérieux coup d’arrêt dans sa carrière. Après avoir essayé de gérer une situation très délicate, œuvrant au maintien d’une organisation scolaire au cours de l’année 1939-1940, Albert Châtelet est remercié par le régime de Vichy. Le 14 septembre 1940, Georges Ripert lui demande de se retirer. Dans une lettre du 16 septembre, Châtelet donne sa démission en se déclarant fier d’avoir servi l’œuvre scolaire du Front populaire11. Sanctionné financièrement, il est replacé autoritairement dans le cadre des professeurs de départements et nommé à la faculté des sciences de Caen. Aidé par des collègues de la Sorbonne, il réussit à se maintenir sur Paris et se retrouve chargé de l’enseignement dans une maîtrise de conférences d’arithmétique. Nommé maître de conférences d’arithmétique supérieure par René Capitant (arrêté du 20 avril 1945), il est ensuite promu professeur d’arithmétique et de théorie des nombres à la Sorbonne (décret du 31 juillet 1945) et occupe cette fonction jusqu’à sa retraite. Éphémère directeur des Mouvements de Jeunesse et de l’Éducation populaire (juillet 1945-juillet 1946), à la suite de la démission de Jean Guéhenno, il fonde à la Sorbonne, un séminaire dynamique d’arithmétique mais est rattrapé par son passé d’administrateur. Ses collègues l’élisent doyen de la faculté des sciences de Paris en février 1949 puis de nouveau en février 1952. Il tente alors de faire face à une situation difficile pour la faculté qui voit ses effectifs augmenter fortement alors que ses locaux sont saturés. Le doyen multiplie les démarches afin d’acquérir des terrains pour la construction d’une nouvelle faculté, tout en travaillant au réaménagement des locaux existants. Âgé de 70 ans en 1953, il demande sa mise à la retraite qui lui est accordée en janvier 1954.

Paix et raison : Un intellectuel engagé : la lutte contre la guerre en Algérie

10Dès lors, « le doyen Châtelet » s’engage dans les combats qui lui sont chers. Il ne s’agit en rien d’une conversion subite à la mystique de l’intellectuel engagé mais d’une rupture du silence par la fin de son devoir de réserve. Albert Châtelet devient ainsi le président de l’Union rationaliste en juillet 1955 et le demeure jusqu’à son décès. Il tente de dynamiser cette société de libre-pensée fondée en 1930 afin de « défendre et de répandre dans le grand public l’esprit et les méthodes de la science », en luttant contre les superstitions et les religions révélées au nom de la Raison, organisant de multiples conférences qui font l’éloge de la méthode scientifique.

11L’engagement militant d’Albert Châtelet se fait intense et il prend de lourdes responsabilités dans de multiples mouvements. Au nom de la fraternité des hommes, au-delà des clivages idéologiques et des coupures de la guerre froide, Châtelet milite pour le rapprochement des nations qui doit commencer par la reprise des échanges culturels. On le voit ainsi s’intéresser fortement à la Chine de Mao et entrer dans le Comité parisien de l’Association des Amitiés franco-chinoises où il réclame que le gouvernement français reconnaisse le gouvernement de Pékin (ce sera fait en 1964). C’est cependant essentiellement l’Europe qui le préoccupe. Il s’agit pour lui de maintenir le contact avec les pays de l’Est, au-dessus du rideau de fer. Il prêche alors, à contre-courant des vents dominants, pour l’amitié franco-soviétique et rejoint l’Association France-URSS où il travaille à la multiplication des échanges culturels entre les deux nations. Il part en voyage en URSS, visitant Moscou, Leningrad et Bakou à la tête d’une délégation française du 29 avril au 19 mai 1958 et c’est au « pays des soviets » qu’il apprend les événements du 13 mai 1958 sur le forum d’Alger.

  • 12 Voir Georges Castellan et R. Lenoir, France-République démocratique allemande : 30 ans de relations (...)

12Très favorable à la multiplication des liens avec la République fédérale d’Allemagne (RFA), il ne cesse de militer pour que la France n’oublie pas la République démocratique allemande (RDA). Il travaille donc à établir et à renforcer les liens culturels et en particulier universitaires entre la France et la RDA, participant à la fondation et devenant le président des Échanges franco-Allemands, Association française pour les échanges culturels avec l’Allemagne d’aujourd’hui, fondée à Paris en avril 195812. Il ne cesse alors de réclamer la reconnaissance officielle de la RDA par la France (obtenue en 1973) et la multiplication des échanges avec ce pays. Membre de diverses commissions d’experts intervenant sur le site de Saclay, Albert Châtelet, passionné par la recherche nucléaire, s’oppose à la politique française d’utilisation de l’atome à des fins militaires. En 1959, il donne d’ailleurs sa signature à plusieurs textes qui demandent à Charles de Gaulle d’arrêter la préparation des essais nucléaires sur la base de Reggane. Il rejoint aussi le Comité français du Conseil mondial pour la paix aux côtés de Frédéric Joliot-Curie.

  • 13 Voir Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises : manifestes et pétitions au XXe(...)
  • 14 Archives départementales du Pas-de-Calais (désormais ADPdC), 81 J 37, Motion du troisième colloque (...)

13Mais le grand combat est celui de la lutte contre la guerre d’Algérie13. S’il rejoint divers comités assez éphémères, Châtelet s’engage fortement au sein de deux structures. Il est tout d’abord le grand artisan de la tenue de plusieurs colloques universitaires pour la paix. L’idée est de rassembler, autour d’une même table, des universitaires ne partageant pas forcément les mêmes points de vue sur la question algérienne, afin de réaliser des synthèses qui permettent de dégager les principes de la politique à suivre. Le 1er colloque universitaire pour la solution du problème algérien est organisé le 2 juin 1957 et le président du comité est bien Albert Châtelet. Il multiplie d’ailleurs ensuite les courriers qui sont autant de rappels aux intervenants afin qu’ils lui fournissent leur texte en vue d’une publication. Les archives privées d’Albert Châtelet n’ont cependant pas conservé grand-chose de cette première initiative qui apparaît comme un coup d’essai. Il est certain cependant que Châtelet réunit autour de lui plusieurs orateurs dont les professeurs Berque, Duverger, Schwartz, Vignaux, Portal, Marrou, Philip, Prenant et Dresch. Le second colloque universitaire est ensuite organisé le 12 janvier 1958 et débouche sur le vote d’une motion qui reconnaît la nation algérienne et son droit à l’indépendance mais aussi la nécessité de reconnaître l’existence de la minorité européenne. L’essentiel passe par l’arrêt immédiat des hostilités et l’ouverture des négociations avec le FLN et le GPRA. Un troisième colloque est ensuite organisé le 27 avril 1958 et une motion est adoptée qui constate : « Qu’une part considérable du peuple algérien rejette toute formule d’intégration à l’État français, toute charte octroyée telle que la loi-cadre ; Qu’il existe en Algérie une importante minorité attachée à la France par origine ou par sentiment et dont l’existence et l’avenir doivent être sauvegardés dans le cadre d’une vie commune ; Que la force est et sera impuissante à établir un ordre qui traduise les réalités vivantes et les équilibres nouveaux de ce pays [...]. Que la poursuite de la guerre constitue un grave danger pour l’économie nationale, le régime républicain, l’audience internationale de la France, l’avenir matériel et moral de la jeunesse14 ».

14Dès lors, l’ouverture de négociations s’impose qui doivent être précédées de l’affirmation du droit à l’autodétermination de l’ensemble des populations qui constituent le peuple algérien, « le droit à l’autodétermination impliquant le droit à l’indépendance ». Au-delà de ces affirmations cependant, la définition des perspectives d’avenir pour les deux rives de la Méditerranée est l’objet de fortes divisions.

  • 15 Pierre Vidal-Naquet, L’affaire Audin, Paris, Éditions de Minuit, 1958, 100 p.
  • 16 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la Guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard, (...)

15L’autre engagement fort d’Albert Châtelet, entre 1958 et 1960, se déroule au sein du Comité Maurice Audin dont il devient le premier président. Contre la version officielle de l’armée, le Comité ose défendre une autre vérité, criant à la torture et à l’assassinat15. Il s’agit dès lors de découvrir les circonstances exactes de la disparition du jeune enseignant après son arrestation par l’armée française, mais aussi de lutter contre les violations des droits de l’homme dans cette guerre qui utilise la torture16. Les réunions se multiplient ensuite pour tenter d’organiser une structure plus durable. Une réunion est organisée le 16 décembre 1957 où l’on retrouve, entre autres, Marcel Prenant, Laurent Schwartz, Maurice Duverger, André Philipp, Louis Althusser, Michel Crouzet, Jean Gillet, Luc Montagnier et Pierre Vidal-Naquet. Les statuts du Comité Maurice Audin sont mis en place dans une réunion le 25 mars 1958. « Cette association a pour but de faire connaître la vérité sur la mort de Maurice Audin, d’obtenir que justice soit rendue sur son cas et d’assurer un soutien matériel et moral à la femme et aux enfants du disparu. En outre, le comité se fixe comme tâche la défense des droits fondamentaux menacés par les événements d’Algérie, par la pratique de la torture ainsi que par les attentats à la liberté et à la dignité des individus ». Albert Châtelet est alors étroitement associé aux campagnes de dénonciation de la torture.

L’opposition d’Albert Châtelet au retour de Charles de Gaulle, la crise des gauches et la fondation de l’UDF

16L’entrée dans la bataille électorale de 1958 n’obéit pas, pour Albert Châtelet, à un plan préétabli et c’est dans ce contexte d’opposition à la poursuite de la guerre en Algérie qu’il se retrouve face à Charles de Gaulle.

L’opposition au retour du Général de Gaulle

  • 17 René Rémond, Le retour de De Gaulle, Bruxelles, Complexe, 1998, p. 15.
  • 18 ADPdC, 81 J 38, documents divers.

17Cette entrée tardive dans l’activité politique est indissolublement liée aux événements qui succèdent à la journée du 13 mai 1958 et à une analyse qui se veut critique des conditions du retour du Général au pouvoir. « Entre le 13 et le 31 mai, beaucoup de Français ont vécu dans l’appréhension d’une intervention militaire en métropole et d’une guerre civile, ouverte ou latente. Cette crainte et le désir d’écarter à tout prix cette éventualité ont été déterminants dans les stratégies du personnel politique17 ». Pour Albert Châtelet, l’entreprise gaullienne n’est pas conforme à l’esprit démocratique. Elle profite d’une tentative de coup de force militaire pour détruire un régime et en imposer un autre. Dès le 25 mai 1958, un Comité national universitaire de défense de la République est fondé par les professeurs Kastler, Schwartz, Jankélévitch, Ricoeur et Madaule, entre autres. Albert Châtelet, de retour d’URSS le 20 mai, adhère au Comité et entre dans le bureau directeur. Ses archives personnelles conservent diverses brochures, tracts et notes de ce Comité national universitaire qui siège à l’Institut du radium18. Châtelet est présent à la réunion du 5 juillet 1958 qui exige la nécessaire réunification des forces républicaines et la rédaction d’un programme commun de défense de la République.

  • 19 Jean Lacouture, Pierre Mendes-France, Paris, Seuil, 1981, discours, p. 437-438.
  • 20 Serge Berstein, La France de l’expansion, tome I : La République gaullienne (1959-1969), Paris, Seu (...)

18Albert Châtelet est très proche, à cette date, de l’analyse de Pierre Mendès France qui, le 1er juin, lors du vote d’investiture à l’Assemblée déclare : « Quoi qu’il en coûte aux sentiments que j’éprouve pour la personne et pour le passé du général de Gaulle, je ne voterai pas en faveur de son investiture [...]. Je ne puis admettre de donner un vote contraint par l’insurrection et la menace d’un coup de force militaire19 ». Dès lors, Châtelet rejoint l’argumentaire des opposants au projet de Constitution et fait campagne contre le « Oui » au référendum du 28 septembre 1958. L’échec est au rendez-vous car, si l’on met à part le Parti communiste, aucune des grandes forces politiques organisées n’est en mesure de s’opposer à la Constitution, « à la fois parce qu’elles ont participé à son élaboration et parce que leurs profondes divisions ne leur permettent pas d’aller à contre-courant des vents dominants de l’esprit public20 ». À gauche, le Parti radical, amputé de ses chapelles dissidentes, fait le choix du « Oui » même si cette famille politique se coupe de son ancien leader Pierre Mendès France. La majorité du Parti socialiste SFIO se rallie, elle aussi, à la Constitution. Dès lors, les partisans du « Non » apparaissent comme des « cas critiques » incapables de saisir les enjeux du moment, à moins qu’ils ne soient complices des menées du Parti communiste.

La crise des Gauches

  • 21 Daniel Ligou, Histoire du socialisme en France (1871-1961), Paris, PUF, 1962, p. 633.
  • 22 Voir Serge Berstein, « La crise de la IVe République » dans, Fondation Charles de Gaulle, L’avèneme (...)

19C’est pour combler ce vide politique qu’il ne peut admettre, refusant de laisser en tête-à-tête le Parti communiste et le parti gaulliste qui, pour lui, ne sont pas munis d’un certificat de démocratie authentique, qu’Albert Châtelet s’engage dans l’aventure de l’Union des Forces démocratiques (UFD). Pour tenter de fédérer les « enfants perdus de la gauche française21 », l’idée de fonder une structure nouvelle s’impose peu à peu et Châtelet, figure importante de l’opposition universitaire au retour de Charles de Gaulle, se retrouve associé à cette tentative de recomposition. Le choc du 13 mai 1958 et l’attitude à adopter face au retour du général de Gaulle, le positionnement à opérer face au projet constitutionnel, avivent les divisions internes au sein des partis de gauche22.

  • 23 Voir Jean-Louis Rizzo, Pierre Mendes France, Paris, La découverte, 1994, 123 p. ; Serge Berstein, « (...)
  • 24 Jean-Louis Rizzo, Mendès France ou la rénovation en politique, Paris, Presses de la FNSP, 1993, p.  (...)

20Très proche des valeurs revendiquées traditionnellement par le Parti radical, Albert Châtelet ne peut se satisfaire des engagements présents du vieux parti qui, déjà fortement secoué après 1946 par de multiples exclusions, ne réussit pas, dans les années 1950 à opérer sa mue23. L’échec de la greffe mendésiste à partir de 1955 et la multiplication des tensions font alors éclater le parti en plusieurs tronçons qui ne cessent de s’opposer24.

  • 25 Voir Marc Sadoun, « Les socialistes entre principes, pouvoir et mémoire », dans Jean-Pierre Rioux ( (...)

21Nous retrouvons le même processus de division au sein du Parti socialiste (SFIO) où une grande majorité des militants, favorable au maintien d’une politique de fermeté en Algérie, s’oppose peu à peu à des groupes plus radicaux qui exigent à la fois des réformes sociales et économiques profondes et la fin de la guerre par l’ouverture de négociation et l’acceptation de l’indépendance25.

  • 26 Daniel Ligou, Histoire du socialisme en France (1871-1961), Paris, PUF, 1962, p. 607.
  • 27 Voir Jean-Jacques Kessler, De la gauche dissidente au nouveau PS : les minorités qui ont rénové le (...)
  • 28 Voir Gilles Morin, De l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie un parti Socialiste autonome (1 (...)
  • 29 Annie Kriegel, Les communistes français dans leur premier demi-siècle (1920-1970), Parils, Seuil, 1 (...)

22Une minorité d’abord assez faible, mais de plus en plus visible, se déclare « ouvertement hostile à la politique Mollet-Lacoste26 ». L’acceptation par Guy Mollet du retour du Général au pouvoir et son entrée dans le dernier gouvernement de la Quatrième République dirigé par Charles de Gaulle, sa participation très active au projet constitutionnel et ses appels à voter « Oui » à la nouvelle Constitution, multiplient les tensions. En septembre 1958, le congrès socialiste d’Issy-les-Moulineaux aboutit à une réelle crise. Le 12 septembre, le Parti décide, par 2 786 mandats contre 1 176, d’appeler à voter « Oui » lors du référendum. C’est alors qu’arrive le débat sur l’Algérie. Édouard Depreux déclare que « malgré le vote, nous tenons à affirmer notre ferme résolution de poursuivre publiquement notre action contre la Constitution autoritaire et le référendum plébiscitaire. La République menacée dans ses principes essentiels, c’est le socialisme atteint du même coup dans sa raison d’être et dans les espérances qu’il porte27 ». Il ne peut cependant empêcher le ralliement de la majorité à la politique menée par Lacoste. Contre ce ralliement, la minorité, animée par Depreux, Verdier et Savary, décide de quitter la SFIO pour fonder, le 14 mai 1958, le Parti socialiste autonome (PSA) auquel adhèrent ensuite André Philip, Daniel Mayer et plusieurs députés28. Le Parti communiste, premier parti de France en 1945, subit une érosion progressive de son influence, à mesure qu’il se replie dans sa stratégie « classe contre classe » et s’isole dans sa position de défense systématique, après 1947, des choix soviétiques. Ses positions anti-impérialistes constantes qui dénoncent le plan Marshall et l’OTAN, son combat contre la Communauté européenne de défense, son soutien intransigeant à une politique de décolonisation totale, l’isolent de l’opinion - les révélations du XXe congrès du Parti communiste d’Union soviétique et du rapport Khrouchtvhev qui dénoncent les « crimes de Staline », l’entrée des chars soviétiques à Budapest en novembre 1956, entraînant de multiples ruptures de fidélité. La « contre-société » communiste analysée par Annie Kriegel se lézarde29. Albert Châtelet n’a jamais adhéré à l’idéologie communiste et ne peut se retrouver dans les analyses et les positionnements nationaux ou internationaux du Parti. C’est ce groupe que va ensuite rejoindre Pierre Mendès France.

La fondation de l’Union des forces démocratiques

  • 30 Olivier Duhamel, La Gauche et la Ve République, Paris, PUF, 1980, p. 42.

23L’Union des forces démocratiques (UFD) est alors créée le 7 juillet 1958 et Albert Châtelet est intégré dans l’aventure dès le départ. Sous la présidence de Daniel Mayer, président de la Ligue des droits de l’Homme et ancien député socialiste exclu de la SFIO, on y retrouve quelques radicaux autour de la figure de Pierre Mendès France, la gauche de l’UDSR (Union démocratique et socialiste de la Résistance) derrière François Mitterrand, quelques catholiques de gauche issus de la Jeune République ainsi que les membres de l’Union de la Gauche socialiste récemment créée autour des rédacteurs de l’hebdomadaire France-Observateur, Gilles Martinet et Claude Bourdet. Dans ce rassemblement d’individualités exclues ou démissionnaires de leurs anciennes structures, le problème majeur est celui de l’unité d’action qui, si elle existe pour dire non à la Constitution et à de Gaulle, se dérobe dès qu’il s’agit d’annoncer un projet politique. La création de l’UFD apparaît comme un réflexe démocratique de républicains sincères qui refusent de légaliser le retour de Charles de Gaulle au pouvoir et qui espèrent la paix en Algérie par l’acceptation de l’indépendance. Le refus relève donc « de la morale républicaine plus que des options politiques »30.

  • 31 ADPdC, 81 J 38, documents sur l’UFD.
  • 32 ADPdC, 81 J 38, Statuts provisoires de l’UFD.

24Les archives d’Albert Châtelet contiennent un dossier sur l’UFD couvrant la période de juillet 1958 à avril 196031. Le projet de statuts provisoires, réalisé début juillet 1958, signale ainsi : « l’association l’Union des Forces démocratiques, fondée le 7 juillet 1958, a pour but de réaliser le rassemblement des organisations, groupements et individus de la gauche non communiste en vue de défendre la République et la Démocratie et de promouvoir un programme politique conforme au manifeste adopté en commun [...]. L’UFD est dirigée par un bureau national provisoire de 12 membres, composé de MM. le doyen Châtelet, Édouard Depreux, Jean Hyppolite, Maurice Lacroix, Gilles Martinet, Pierre Mendès France, François Mitterrand, Francis Perrin, Laurent Schwartz et Robert Verdier »32.

  • 33 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, tome IV, Pour une République, op. cit., « Manifeste de l’UF (...)

25Après bien des débats, les initiateurs de l’UFD finissent par se mettre d’accord sur un programme commun minimal qui est rendu public le 18 juillet 1958 et qui tente de proposer une alternative au duo trop bien préparé entre le PCF et la nouvelle Union pour la nouvelle République (UNR) en cours de constitution33. Ce manifeste de l’UFD demeure en fait fidèle au républicanisme traditionnel de la gauche, sans se placer dans une perspective révolutionnaire.

26« Les signataires de ce manifeste : M. le doyen Châtelet, MM. Étienne Cremieu-Alcan, Édouard Depreux, Jean Hippolyte, Alfred Kastler, Maurice Lacroix, Gilles Martinet, Daniel Mayer, Pierre Mendes-France, François Mitterrand, Francis Perrin, Laurent Schwartz et Robert Verdier, hommes politiques et hommes de science représentant les diverses tendances de la gauche non communiste, se sont associés pour mettre un terme au fractionnement néfaste des forces démocratiques. La crise actuelle a été rendue possible par l’absence d’une Gauche capable de représenter efficacement l’idéal de liberté et de progrès de la majorité du pays. Nous entendons désormais associer nos efforts. Ensemble nous défendons la liberté contre ceux qui la menacent, ensemble nous construirons une France rénovée, tournée vers le progrès, une France démocratique, fidèle à sa mission dans le monde, une France aimée et respectée au-dedans et au dehors ».

27On retrouve bien ici les valeurs qui sont celles du doyen Châtelet et la conclusion du Manifeste, si elle n’est pas directement inspirée par lui, doit satisfaire pleinement le président de l’Union rationaliste’. « Contre les prétentions insolentes de la force et de la violence, la France assurera une fois de plus le triomphe de la raison et du progrès ».

28L’UFD admet volontiers les défaillances de la Quatrième République qui ne sont pas révélatrices de la faillite du principe républicain mais témoignent de la trahison des hommes et des partis. Le manifeste dénonce alors le projet constitutionnel et les conditions du retour au pouvoir de Charles de Gaulle, en signalant qu’il n’a jamais condamné les factieux d’Alger. Le Général ne cesse de renforcer son pouvoir et de réduire les libertés démocratiques. Au niveau de la politique extérieure, le Manifeste demeure assez vague et réclame certes la fin de la guerre d’Algérie et l’ouverture de négociations qui reconnaissent l’indépendance de la nation algérienne mais se contente ensuite de prôner la création, entre peuples libres de l’ancien empire, d’une sorte de communauté librement consentie. Le programme économique et social demeure, lui aussi, assez modéré, appelant de ses vœux une action étatique forte, par le lancement d’un plan de modernisation et d’équipement, par une politique active de constructions de logements, de relance de l’agriculture et de l’industrie. La nationalisation du système de crédit est revendiquée alors qu’une réforme de la fiscalité doit permettre de renforcer la justice sociale. Il faut aussi accentuer la participation des salariés à la gestion de leur entreprise et développer un ambitieux projet de modernisation scolaire.

Les combats perdus de l’UFD

  • 34 ADPdC, 81J38., Documents internes à l’UFD.

29L’entrée dans le combat politique est cependant très difficile pour l’UFD qui a contre elle les principales forces politiques constituées. Le Parti radical et la SFIO se rallient au texte constitutionnel et la seule grande force oppositionnelle est le Parti communiste avec lequel une alliance est impossible. Sans moyens matériels, l’UFD ne peut toucher la masse de l’opinion. Les archives personnelles d’Albert Châtelet contiennent divers documents internes de l’Union dont un texte (sans date) où l’UFD prend longuement position contre l’avant-projet constitutionnel34. La grande critique touche le déséquilibre des pouvoirs, en faveur de l’Exécutif. Un « gouvernement prête-nom et un Parlement de façade » vont devoir s’aligner sur les seules volontés du chef de l’État. Le texte dénonce aussi le silence de Charles de Gaulle en ce qui concerne l’Algérie, ce qui laisse la porte ouverte à toutes les suppositions.

  • 35 Ibid., UFD, Document interne.

30Albert Châtelet participe aux réunions parisiennes de l’UFD. Un document est ainsi préparé qui s’intitule Principes essentiels sur lesquels devrait être basée notre Constitution. Il signale aussitôt que « c’est la première fois dans l’histoire de la République française que le peuple est appelé à se prononcer sur un projet élaboré par un homme et non par ses représentants réunis en Assemblée constituante »35. Le principe même du référendum est faussé dans l’application que veut en faire le gouvernement. En effet les citoyens n’ont pas le choix. Il leur est demandé de plébisciter le général de Gaulle ou de retomber dans l’ancien système dont personne ne veut. Albert Châtelet participe à l’élaboration collective des textes de l’UFD sans qu’il soit possible d’en savoir beaucoup plus sur son rôle effectif. Il découpe aussi de multiples articles de presse sur le projet constitutionnel, se composant un gros dossier, avec les analyses parues dans Le Monde, Le Figaro et L’Express, conservant les principaux discours de Pierre Mendès France. Une nouvelle fois, il semble bien qu’Albert Châtelet serve avant toute chose de caution morale, sorte d’incarnation de la République des universitaires, qui atteste que les actions entreprises respectent bien les valeurs républicaines.

  • 36 Pour une analyse détaillée des résultats du référendum du 28 septembre puis des élections législati (...)

31La campagne électorale est très dure pour l’UFD qui a du mal à lutter contre la machine gaulliste. Au soir du 28 septembre 1958, la victoire des partisans de la Cinquième République est nette alors que le taux de participation est très élevé avec seulement 15,06 % d’abstention. La Constitution est adoptée par près de 80 % des suffrages exprimés (79,26 %)36. Les Français ont plébiscité le général de Gaulle peut-être autant que le texte constitutionnel et l’UFD doit reconnaître sa défaite. Elle engage alors immédiatement le second combat électoral de sa courte existence, à savoir les législatives de novembre 1958. Pour ces élections rapprochées, le camp gaulliste agit avec stratégie. Le 1er octobre 1958, l’Union pour la nouvelle république (UNR) est fondée qui rassemble la plupart des formations qui soutiennent le général de Gaulle. La victoire gaulliste est attendue et la campagne est morne. Parmi les partisans du « Non », le Parti communiste apparaît toujours aussi isolé. Il concentre son énergie sur quelques fiefs électoraux qu’il espère pourvoir sauver. Pour l’UFD, la question est désormais de savoir si elle demeure une structure fédérative, sorte de regroupement de forces politiques constituées en dehors d’elle, ou si elle se transforme en un parti politique exigeant de ses membres une adhésion à son seul mouvement. Les discussions sont difficiles entre ses principaux leaders qui soupçonnent souvent chez le voisin des ruses personnelles. Après de multiples démarches, une liste de 90 candidats est mise en place. La gifle du premier tour, au soir du 23 novembre, est alors dure à encaisser pour l’UFD qui ne rassemble que 1,2 % des suffrages exprimés, ses principaux leaders étant battus. Les résultats du second tour, le 30 novembre, amplifient les tendances relevées. Le Parti communiste subit une importante défaite puisqu’il ne lui reste plus que dix députés contre 150 en 1956. Les socialistes et les radicaux ne tirent pas non plus leur épingle du jeu, la SFIO perdant 51 sièges (44 élus) et les radicaux 35 (23 élus) alors que le MRP a 57 élus. C’est l’UNR qui triomphe avec 198 députés alors que les « modérés », eux-mêmes souvent alliés avec Charles de Gaulle ont 133 élus. L’UFD est laminée et n’a aucun élu.

Albert Châtelet, candidat à l’élection présidentielle de décembre 1958

32La crise est latente au sein du fragile cartel que constitue l’UFD alors que se profile le dernier rendez-vous, à savoir l’élection présidentielle. D’après la nouvelle Constitution, l’élection se fait au suffrage indirect, 81 764 grands électeurs (députés, sénateurs, conseillers généraux, maires, une partie des membres des conseils municipaux) étant convoqués le 21 décembre 1958 pour élire le président de la République.

Réussir à trouver un candidat pour l’UFD

  • 37 Le Monde des 14 et 15 décembre 1958.
  • 38 Le Monde du 16 décembre 1958.
  • 39 Claude Juin, Daniel Mayer, l’homme qui aurait pu tout changer, Paris, Romillat, 1998, p. 298-299.

33Après la nette victoire de l’UNR aux législatives, la fin de l’année 1958 peut apparaître, pour les forces gaullistes, comme une facile marche au sacre. Le Monde des 14 et 15 décembre 1958 titre : « Le général de Gaulle est officiellement candidat à la présidence de la République [...]. Un seul candidat en dehors du général de Gaulle a réuni les 50 signatures de grands électeurs nécessaires pour se mettre sur les rangs : M. Georges Marrane, sénateur communiste de la Seine. Aucun candidat n’est plus recevable au-delà du samedi 13 à minuit »37. Le lendemain cependant, en page 5, le Monde signale avec surprise une candidature de dernière minute : « Pas de combat entre deux blocs déclare l’UFD en présentant la candidature de M. Albert Châtelet à la présidence de la République »38. En réalité, le plus dur pour l’UFD a été de trouver un candidat car ni Mitterrand, ni Mendès France n’acceptent le défi. Comme le signale Daniel Mayer : « Non sans mal, car qu’est-ce qu’il a fallu user d’efforts et de persuasion et s’user soi-même dans cette campagne, j’ai obtenu que l’UFD ait son propre candidat. Ce candidat, Albert Châtelet, je suis allé le chercher. L’effort de persuasion auprès de lui a été vigoureux et très long. Je suis allé le voir à plusieurs reprises. Il m’a dit qu’il donnerait sa réponse 48 heures après notre dernier entretien. Il a fini par la donner. Heureusement elle était favorable [...]. Je me souviens de deux ou trois demandes et d’une réponse que j’ai attendue avec beaucoup d’anxiété parce qu’on arrivait à la fin des délais d’inscription »39.

  • 40 ADPdC, 81 J 38, Papiers divers sur l’UFD.

34Lors de la réunion du bureau national, le 15 décembre 1958, est ensuite rédigée une courte motion : « Le bureau s’élève contre la dangereuse simplification qui tend à présenter la politique française comme un combat entre deux blocs. Il veut donner aux démocrates qui n’approuvent pas l’action de la majorité gouvernementale actuelle l’occasion de se grouper40 ». Contre les « faux socialistes » ralliés à de Gaulle, contre le régime personnel qu’il a mis en place, la candidature Châtelet permet aux grands électeurs qui refusent de voter communiste ou gaulliste, de trouver un moyen d’expression.

  • 41 Voir la biographie de Georges Marrane dans le Dictionnaire du Mouvement ouvrier français, tome 35, (...)

35La campagne n’est pas très vive car les jeux semblent être déjà faits, le mode l’élection qui repose sur le choix des grands électeurs, n’incitant pas non plus à une réelle campagne d’opinion. Face à l’homme du 18 juin et face à Georges Marrane41, Albert Châtelet fait figure de novice. La SFIO continue à s’aligner sur les positions prises depuis mai 1958 par Guy Mollet et, pour le Parti, la candidature Châtelet est une candidature de division, destinée à affirmer l’existence de l’UFD, regroupement de dissidents.

  • 42 L’Express du 18 décembre 1958, p. 12.

36Le candidat Châtelet ne désire pas se transformer, à 75 ans, en homme politique et refuse de faire campagne. Jean Cau dans l’Express du 18 décembre 1958 publie une interview d’Albert Châtelet où il présente à la fois sa carrière et son engagement sous le titre « Candidat pour l’honneur42 ». Au journaliste qui lui demande : « Pourquoi avez-vous accepté » ? Châtelet répond : « Parce que je ne pouvais ni ne devais refuser [...]. Parce qu’il ne faut pas que les gens prennent l’habitude des dilemmes, De Gaulle ou les communistes, qui contiennent les germes de guerre civile ; parce que, au-delà de ce dilemme, il y a la démocratie [...]. Je ne me leurre pas : ma candidature est symbolique et de principe. Mais arrive le jour où les symboles deviennent le réel ».

Les résultats de l’élection présidentielle

  • 43 ADPdC, 81 J 124, Tribune du peuple, hebdomadaire du parti d’union de la gauche socialiste, 27 décem (...)

37Au soir du 21 décembre 1958, les résultats sont sans surprise certes, mais honorables pour Albert Châtelet. Charles de Gaulle est élu président de la République par 78,5 % des suffrages exprimés contre 13,1 % à Georges Marrane alors que le score d’Albert Châtelet (8,4 % des suffrages) surprend les observateurs. Pour la seule métropole, sans l’Algérie et les territoires d’Outre-Mer, il y a 76 359 grands électeurs inscrits pour 76 009 votants et 74391 suffrages exprimés. Le candidat communiste Georges Marrane obtient 10 127 voix (13,61 %) ; Albert Châtelet totalise 6 617 voix (8,90 %) et Charles de Gaulle en compte 57 649 (77,49 %). Tribune du Peuple, dans son numéro du 27 décembre 1958, titre : « L’élection de De Gaulle consacre l’instauration du pouvoir personnel mais l’opposition démocratique est une réalité. 6 722 grands électeurs ont voté pour le doyen Châtelet43 ».

  • 44 France-Observateur du 24 décembre 1958.
  • 45 14,18 % dans l’Aude, 14,77 % dans le Gard, 13,54 % dans l’Hérault, 25,36 % dans le Vaucluse.

38Les résultats montrent à la fois le succès de la candidature de Charles de Gaulle dans tous les départements mais aussi l’implantation sélective de la candidature représentée par le doyen. La géographie électorale du vote Châtelet correspond logiquement à celle du vote traditionnel en faveur des forces républicaines de gauche. Comme le signale France Observateur le 24 décembre 1958 : « le candidat de l’UFD est arrivé en seconde position, donc avant M. Marrane, dans 39 départements métropolitains. La moitié de ces départements se trouvent dans le Sud-Ouest ou dans le Sud-Est où la majorité du corps électoral présidentiel était composé de notables socialistes et radicaux dont une partie importante, répugnant à voter pour le général de Gaulle malgré les consignes de leurs partis, a préféré reporter ses voix sur le doyen Châtelet44 ». D’après nos calculs, les scores les plus élevés sont recensés dans le Midi toulousain et ses départements environnants mais aussi dans le Midi méditerranéen et sur les terres languedociennes45. D’autres départements plus isolés donnent aussi des résultats très satisfaisants au candidat de l’UFD comme le territoire de Belfort (14,43 %), l’Eure (15,4 %), les Basses-Alpes (21 %) ou la Nièvre (18,98 %). Les terres de faiblesse pour l’UFD sont essentiellement de deux ordres : celles ou le Parti communiste est fortement implanté comme le Nord (8,05 %), le Pas-de-Calais (7,53 %), la Loire (3,98 %) ou qui sont aux mains de fédérations socialistes dirigées énergiquement, dans la ligne suivie par Guy Mollet, comme le Nord et les Bouches-du-Rhône où Gaston Defferre s’est rallié à la ligne molletiste (6,15 %). La seconde catégorie de départements correspond aux terres traditionnelles de la droite souvent marquées par la ruralité ou par des héritages historiques importants comme les marches de l’Est, un grand Ouest français ou la bordure Nord-Ouest du Massif Central. Le doyen Châtelet est cependant très déçu de ses scores dans les départements septentrionaux de son ancienne académie.

Les derniers combats d’Albert Châtelet

39Une fois l’élection présidentielle réalisée, Albert Châtelet reprend le combat qui lui apparaît prioritaire, c’est-à-dire celui de la paix en Algérie. Tout en continuant son engagement au sein du Comité Maurice Audin, il réfléchit à l’organisation d’un quatrième colloque universitaire mais il apparaît hésitant : « De Gaulle, qui n’a guère de respect que pour les forces manifestées et appuyées, se souciera de nos suggestions comme d’une guigne ». Le comité décide finalement d’organiser ce quatrième colloque le 30 mai 1959.

  • 46 ADPdC, 81 J 37, Lettre du 8 décembre 1959.

40La négociation doit reposer sur deux préalables : l’impossibilité de détruire la volonté d’émancipation de la majorité musulmane mais aussi l’impossibilité d’éliminer la minorité européenne. Les tensions semblent cependant assez fortes entre les intervenants de ce quatrième colloque. Jacques Berque, très attaché à la présence française, est attaqué par Maurice de Gandillac professeur à la faculté des lettres de Paris. « Je crains un peu que des considérations de M. Berque ne soient en quelque sorte le sucre dont on enrobe l’amère pilule pour la faire avaler. Il faut voir les choses en face et ne pas oublier qu’en toute hypothèse, la lutte actuelle rend illusoire l’espérance d’une nation algérienne qui soit autre chose qu’une partie de la nation arabe, c’est-à-dire qu’une communauté violemment opposée à ce qui rappelle le temps de son humiliation ». Un cinquième colloque est ensuite envisagé et Châtelet multiplie les consultations. Une nouvelle réunion a lieu le 8 décembre 1959 dans les salons de l’Hôtel Lutétia et une lettre à Charles de Gaulle est rédigée : « Aujourd’hui plus que jamais, une solution durable du conflit apparaît impossible sur le plan militaire. La poursuite de la guerre ruine la France et l’Algérie ; les pertes en vies humaines sont lourdes de part et d’autre, comme vous l’avez vous-même signalé [...]. Nous vous demandons respectueusement d’user de votre autorité et de tout votre pouvoir pour mettre fin aux hostilités. Vous avez parlé de la paix des braves ; vous avez par-là même implicitement reconnu que les combattants algériens ne sont pas des « rebelles » mais des hommes qui luttent pour leur dignité. Algériens, ils désirent avoir le droit d’être des Algériens et d’être reconnus comme tels »46.

  • 47 Ibid., Lettre de François Mitterrand à Albert Châtelet.

41Albert Châtelet, très fatigué, tente de mobiliser son réseau, lance de multiples invitations. Une lettre de François Mitterrand, datée du 3 décembre 1959 décline l’invitation mais promet l’envoi d’un représentant de l’UDSR47. Albert Châtelet travaille, au printemps 1960, à la préparation de ce colloque alors qu’il est fortement affaibli par ses problèmes de santé. Le 13 mai 1960, un mois avant sa mort, une nouvelle réunion se déroule chez lui et il est décidé de ne pas organiser ce cinquième colloque.

  • 48 ADPdC, 81 J 38, Lettre de François Mitterrand à Albert Châtelet datée du 11 juin 1959.
  • 49 Ibid., Discours dactylographié d’Albert Châtelet à Château-Chinon, septembre 1959.

42Le lien avec l’UFD est aussi maintenu mais de manière plus lâche. Une lettre de François Mitterrand, le 11 juin 1959, l’invite dans la Nièvre. « Monsieur le doyen et cher ami, le dimanche 28 juin, se tiendra à Château-Chinon, l’assemblée générale de l’UFD de la Nièvre. Cette manifestation peut avoir un grand retentissement national si les organisations qui participent à l’UFD veulent bien déléguer ce jour-là des personnalités choisies parmi leurs dirigeants »48. Reportée à cause de la proximité des vacances, le meeting a lieu le 27 septembre et Albert Châtelet s’est bien déplacé, acceptant d’y prononcer un discours. « Pour répondre à l’attente de mon ami François Mitterrand, je ne puis mieux faire que de vous parler de la formation et de l’avenir de notre jeunesse de France, ce qui est inséparable de l’organisation et de l’avenir de notre recherche scientifique49 ». Il dénonce alors la politique du gouvernement, beaucoup trop timorée en ce qui concerne l’Éducation et la recherche. Cette politique s’en prend aussi aux fondements laïques de l’École française et Châtelet dénonce les projets en cours de discussion qui doivent permettre le financement par l’État de l’enseignement privé (la future loi Debré). Le doyen Châtelet comprend très vite que l’UFD est condamnée, le processus de fédération se réalisant autour du Parti socialiste autonome (PSA) puis du Parti socialiste unifié (PSU) qui est fondé en avril 1960.

43Albert Châtelet, malade, n’est plus de la partie. Très fatigué, mais réaliste sur les limites de l’influence des intellectuels sur la marche du monde, le « doyen » ne peut cacher une forte lassitude face à tant de combats apparemment perdus. En 1960, la France est toujours en guerre sur l’autre rive de la Méditerranée alors que Charles de Gaulle incarne désormais la figure présidentielle de la nouvelle République. Le réformateur des structures éducatives qu’est Albert Châtelet, est aussi profondément déçu par la timidité des réformes scolaires et universitaires opérées par les gouvernements successifs depuis 1945 alors que l’ardent défenseur de la laïcité scolaire ne décolère pas du vote de la loi Debré en décembre 1959. Au niveau international, les causes défendues par le doyen semblent aussi perdues. Ni la République démocratique allemande, ni la Chine n’ont été reconnues par la France alors que les tensions Est-Ouest sont encore très vives. Retrouvant ses passions mathématiciennes, l’enfant de Valhuon désire terminer un gros travail d’algèbre laissé en suspens. Dans ce dernier combat, la toge ne devait pas rencontrer sur sa route l’uniforme mais la mort, Albert Châtelet décédant le 30 juin 1960 des suites d’une crise d’urémie. Ainsi s’achevait l’itinéraire républicain d’un Artésien trop méconnu qui avait tenté de modifier le cours de l’année 1958.

Notes

1 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, Le renouveau (1958-1962), Paris, Presses Pocket, 1970, p. 41.

2 Voir Jean-François Sirinelli, « Des boursiers conquérants : École et promotion républicaine sous la Troisième République », dans Serge Berstein et Odile Rudelle, Le modèle républicain, Paris, PUF, 1990, p. 243-262.

3 Voir Jean-François Condette, « Albert Châtelet » dans Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à mai 1968, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, tome III (CA-COR), p. 254-257 ; Jean-François Condette, Albert Châtelet, la République par l’École, Arras, Artois Presses université, 2009, 605 p.

4 Entretien avec la famille Châtelet, Paris, 4 mai 2004.

5 Voir Christophe Charle, La République des Universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, 506 p.

6 Voir Jean-François Condette, Les recteurs d’académie de 1809 à 1940 : l’évolution d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP, 2006, tome 1, 451 p. ; Jean-François Condette, « Stimuler ou contraindre : les recteurs d’académie et l’enseignement supérieur sous la Troisième République », dans Jean-François Condette et Henri Legoherel (dir.), Le recteur d’académie. Deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 135-155.

7 Antoine Prost, Histoire de l’Enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, 1986, « L’école unique des origines à nos jours », p. 405 et suivantes.

8 Philippe Hugot, La gratuité de l’enseignement secondaire, Paris, L’Harmattan, 2005, 306 p.

9 Antoine Prost, « Les instructions de 1938 » dans Antoine Prost (dir.), Jean Zay et la gauche du radicalisme, Paris, Presses de sciences Po, 2003, p. 193-208.

10 Il s’agit en fait de consacrer un après-midi par semaine à des activités qui placent l’élève au centre des démarches d’apprentissage et qui permettent aussi de sortir de la classe (visite de musées, d’usines, de fermes, atelier théâtre...).

11 Archives nationales, F17 25623, Dossier Châtelet, Lettre du 16 septembre 1940 à Georges Ripert.

12 Voir Georges Castellan et R. Lenoir, France-République démocratique allemande : 30 ans de relations, Paris, PUF, 1978, p. 5 et suivantes

13 Voir Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises : manifestes et pétitions au XXe siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 209 et suivantes ; Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli, La Guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, Complexe, 1991, 404 p.

14 Archives départementales du Pas-de-Calais (désormais ADPdC), 81 J 37, Motion du troisième colloque universitaire.

15 Pierre Vidal-Naquet, L’affaire Audin, Paris, Éditions de Minuit, 1958, 100 p.

16 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la Guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard, 2001, 474 p.

17 René Rémond, Le retour de De Gaulle, Bruxelles, Complexe, 1998, p. 15.

18 ADPdC, 81 J 38, documents divers.

19 Jean Lacouture, Pierre Mendes-France, Paris, Seuil, 1981, discours, p. 437-438.

20 Serge Berstein, La France de l’expansion, tome I : La République gaullienne (1959-1969), Paris, Seuil, 1989, p. 24.

21 Daniel Ligou, Histoire du socialisme en France (1871-1961), Paris, PUF, 1962, p. 633.

22 Voir Serge Berstein, « La crise de la IVe République » dans, Fondation Charles de Gaulle, L’avènement de la Ve République, Paris, Armand Colin, 1999, p. 40-48.

23 Voir Jean-Louis Rizzo, Pierre Mendes France, Paris, La découverte, 1994, 123 p. ; Serge Berstein, « L’échec de la greffe mendésiste : un radicalisme de gauche est-il possible » ? dans Antoine Prost (dir.), Jean Zay et la gauche du radicalisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 235-244.

24 Jean-Louis Rizzo, Mendès France ou la rénovation en politique, Paris, Presses de la FNSP, 1993, p. 147 et suivantes.

25 Voir Marc Sadoun, « Les socialistes entre principes, pouvoir et mémoire », dans Jean-Pierre Rioux (dir.), La Guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990, p. 225-234.

26 Daniel Ligou, Histoire du socialisme en France (1871-1961), Paris, PUF, 1962, p. 607.

27 Voir Jean-Jacques Kessler, De la gauche dissidente au nouveau PS : les minorités qui ont rénové le Parti socialiste, Toulouse, Privat, 1990, 470 p.

28 Voir Gilles Morin, De l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie un parti Socialiste autonome (1954-1960) : un courant socialiste de la SFIO au PSU, Paris I, Thèse de doctorat, 1990-1991, Lille, ANRT, 4 tomes, 699 p.

29 Annie Kriegel, Les communistes français dans leur premier demi-siècle (1920-1970), Parils, Seuil, 1985, p. 31.

30 Olivier Duhamel, La Gauche et la Ve République, Paris, PUF, 1980, p. 42.

31 ADPdC, 81 J 38, documents sur l’UFD.

32 ADPdC, 81 J 38, Statuts provisoires de l’UFD.

33 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, tome IV, Pour une République, op. cit., « Manifeste de l’UFD », p. 949-952.

34 ADPdC, 81J38., Documents internes à l’UFD.

35 Ibid., UFD, Document interne.

36 Pour une analyse détaillée des résultats du référendum du 28 septembre puis des élections législatives de novembre 1958, voir François Goguel, Chroniques électorales, La Cinquième République du général de Gaulle, Paris, Presses de la FNSP, 1983, p. 7-131.

37 Le Monde des 14 et 15 décembre 1958.

38 Le Monde du 16 décembre 1958.

39 Claude Juin, Daniel Mayer, l’homme qui aurait pu tout changer, Paris, Romillat, 1998, p. 298-299.

40 ADPdC, 81 J 38, Papiers divers sur l’UFD.

41 Voir la biographie de Georges Marrane dans le Dictionnaire du Mouvement ouvrier français, tome 35, quatrième partie, 1914-1939 sous la direction de Jean Maitron et de Claude Pennetier, Paris, Éditions ouvrières, 1989, p. 345-348.

42 L’Express du 18 décembre 1958, p. 12.

43 ADPdC, 81 J 124, Tribune du peuple, hebdomadaire du parti d’union de la gauche socialiste, 27 décembre 1958.

44 France-Observateur du 24 décembre 1958.

45 14,18 % dans l’Aude, 14,77 % dans le Gard, 13,54 % dans l’Hérault, 25,36 % dans le Vaucluse.

46 ADPdC, 81 J 37, Lettre du 8 décembre 1959.

47 Ibid., Lettre de François Mitterrand à Albert Châtelet.

48 ADPdC, 81 J 38, Lettre de François Mitterrand à Albert Châtelet datée du 11 juin 1959.

49 Ibid., Discours dactylographié d’Albert Châtelet à Château-Chinon, septembre 1959.

Auteur

IUFM Nord-Pas-de-Calais, Université d’Artois, IRHiS-Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540