Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Quatrième partie : l'événement

La crise du 13 mai, la République en danger ?

Comparaison entre 1958 et 1961

Marc Coppin

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Rioux, « Les Français et la guerre des deux Républiques », dans Mohammed Harbi et Benja (...)

1Période riche en bouleversements politiques, la guerre d’Algérie amena un changement de République. « L’une en mourut, l’autre en naquit » selon l’expression de Jean Pierre Rioux1. En mai 1958, lors de « la semaine des barricades » de janvier 1960 et pendant la tentative de putsch d’avril 1961, le conflit algérien a fait vaciller le pouvoir en place et entraîné une grave menace à l’encontre des institutions. Durant ces trois périodes, les Français du littoral de la côte d’Opale ont-ils eu, de façon égale, l’impression que la « République était en danger » ? Le choix de la presse locale a semblé le plus pertinent pour étudier la manière dont la guerre surgit dans le quotidien des Français : Nord Littoral pour le Calaisis, La Voix du Nord, pour Boulogne-sur-Mer, Nord Matin, pour Dunkerque, L’indépendant du Pas-de-Calais pour Saint-Omer et Le Journal de Montreuil. Mais d’autres sources, municipales et préfectorales notamment, ont aussi permis d’étudier le ressenti du conflit par la population de la Côte d’Opale au cours de ces trois événements majeurs.

Défendre une République mal aimée ?

  • 2 Procès-verbaux des séances de la CCI de Boulogne-sur-Mer des 7 octobre 1955 et 6 décembre 1957. Cot (...)

2L’instabilité de la IVe République et son incapacité à résoudre le « cancer algérien » sont très tôt dénoncées. M. Sarraz-Bournet, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Boulogne-sur-Mer2 fait régulièrement part de ses inquiétudes. « Il n’est pas possible qu’une nation qui, depuis la Libération [...] a vu se succéder vingt gouvernements différents ait une politique continue et soit capable d’adopter, dans les graves problèmes que soulève la gestion de l’Union Française, une ligne de conduite et de s’y conformer ensuite ». « Il nous faut bien convenir que la dégradation des mœurs politiques, la sclérose de nos institutions, l’absence d’autorité de l’État, nous ont conduit dans une impasse ».

  • 3 Nord Littoral, 17 mai 1958.

3L’impuissance de la IVe République est tout de suite jugée responsable de la crise du 13 mai 1958. « Il faut à la France un gouvernement qui gouverne » peut-on lire à la une de Nord Littoral. Il est fait référence à la « déliquescence des institutions et à la dégradation de l’esprit civique » depuis 1945. « Confiné dans ses jeux byzantins, le personnel politique du pays est demeuré sourd aux signes précurseurs ». La faiblesse de l’exécutif est clairement dénoncée et l’on parle de « pourvoir les institutions d’un cadre plus solide, plus cohérent3 ».

  • 4 Nord Littoral, 15 mai 1958, p. 3.

4Pire, peut-être, est l’image que l’homme de la rue a des institutions. Nord Littoral a interrogé le « Calaisien moyen » au lendemain du 13 mai4.

Un artisan de 43 ans, marié, 2 enfants : « le Français en a marre. L’Algérie c’est le signal d’alarme qui fera peut-être réfléchir les députés. Les petits jeux parlementaires sont à l’origine directe de ce coup de force [...] L’affaire d’Alger est une conséquence logique de ce j’m’enfoutisme officiel ».

Un cheminot, marié, 2 enfants, 34 ans : « Nous sommes au bord du précipice [...] Je ne prône pas une prise de pouvoir par l’armée. Rien ne vaut la bonne vieille République. Il nous faudrait un homme honnête, propre, énergique, capable de sortir la France du marasme dans lequel elle patauge... »

Un retraité de la fonction publique, 71 ans : « Le respect des lois est une grande, une belle chose. C’est pourquoi je n’approuve pas le coup de force des généraux. Cependant ces événements feront réfléchir nos parlementaires. Ceux-ci vont-ils recouvrer la raison ? »

Un contremaître, père de 5 enfants : « Je n’ai jamais fait de politique de ma vie, mais cette fois la coupe déborde. Notre régime, sur lequel tous les espoirs sont fondés, est bien mal parti. Les fautifs ? Mais ceux qui, depuis la Libération, se sont succédés au pouvoir ! Ces braves députés renversent le gouvernement mais ne sont point capables d’en reformer un autre ».

Un chef de bureau, 39 ans : « Ces messieurs du palais Bourbon récoltent ce que leur carence, leur bêtise et leur négligence ont semé depuis plusieurs années. Mais je souhaite de tout mon cœur que l’Algérie reste française ».

Un électricien de 29 ans : « Je sais cependant une chose : l’homme de la rue en a assez. La situation économique se pourrit de plus en plus. Quand le mouton sera affaibli, ses voisins l’égorgeront. La France est ce mouton... »

  • 5 Nord Littoral, 14 mai 1958.
  • 6 Interview réalisée par nos soins.

5La presse est critique à l’égard de la IVe République, mais le Comité de Salut Public constitué à Alger inquiète. Inquiétude dans la presse, chez les militants et au Conseil Général. « Va-t-on donc, aujourd’hui, dresser l’armée contre le peuple ? Est-ce la guerre civile que l’on cherche ? La France a connu bien des malheurs, mais aucun n’égalerait celui-là » peut-on lire dans Nord Littoral5. Jean-Jacques Barthe, ancien maire communiste de Calais, craint en mai 1958 l’installation de la dictature, mais ne peut manifester car il est alors sous les drapeaux6 ! L’inquiétude est également bien réelle au Conseil Général du Nord, réuni le 27 mai 1958 en session extraordinaire sous la présidence du socialiste Augustin Laurent, qui a adopté la motion suivante :

« Le Conseil Général constate :

que les douloureux et dramatiques événements qui se déroulent en Algérie depuis le 13 mai, se sont aggravés par un coup de force sur le territoire de la Corse, fomenté par les factieux d’Alger, et exécuté par des éléments militaires engagés dans la rébellion

que ce qui a pu apparaître un moment aux yeux de nombreux Français comme un mouvement passionnel du peuple algérien et de l’armée manifestant une farouche hostilité à toute politique d’abandon, prend aujourd’hui le caractère d’une vaste et dangereuse conjuration contre la République.

  • 7 La Voix du Nord, 28 mai p. 3.

Devant le spectre de la guerre civile qui menace, le Conseil Général, sûr de traduire la volonté de la population laborieuse du Nord qui a si souvent fait la preuve de son patriotisme et de son attachement à la démocratie, proclame sa fidélité inébranlable à la République, et fait connaître qu’il refuserait de s’incliner devant un gouvernement illégal et imposé par l’émeute ou par la sédition d’éléments militaires dévoyés. Il invite la population à se grouper et à se tenir prête à répondre aux appels qui pourraient lui être adressés par les comités de défense et d’action républicaine et par les municipalités républicaines. Il déclare que par application de la loi du 15 février 1872, si l’Assemblée Nationale venait à être dissoute illégalement, ou empêchée de se réunir, sans qu’il soit besoin de convocation spéciale, le Conseil Général se réunirait de plein droit, et, en vertu des pouvoirs que la loi lui confère, prendrait toutes les mesures rendues nécessaires par la situation. Il invite solennellement tous les Conseils Généraux de France à imiter son exemple. Vive la République. Vive la France7 ».

  • 8 La Voix du Nord, 30 mai p. 5.

6La solution gaulliste s’est cependant imposée rapidement et il y a eu beaucoup de scepticisme par rapport aux manifestations lancées par les syndicats, malgré des slogans comme « Halte à de Gaulle », et « Front populaire » lors de la manifestation du 29 mai à Calais, ou les cris d’« unité ! unité ! », suivis de la Marseillaise puis de l’Internationale à Boulogne8. L’union Henneguelle (maire socialiste de Boulogne-sur-Mer), Le Sénéchal (maire SFIO de Marquise), Spinglard (maire SFIO d’Outreau), Bardol (conseiller général communiste) à gauche, n’empêche pas les partisans du général de Gaulle d’être actifs. Un « Groupement régional pour le soutien de l’œuvre de rénovation nationale et républicaine du général de Gaulle et de son gouvernement » est rapidement créé. Le groupement, présidé par M. Jacques Vendroux député-maire de Calais, comporte 4 secteurs : Calais, Boulogne, Montreuil, Saint-Omer. Le docteur Jean Pierre Dickes se souvient avoir collé des affiches en faveur du retour du général à l’âge de 15 ans et demi. On pourrait reprendre la citation d’André Malraux dans une conférence de presse tenue fin juin 1958 : « Il y a des hommes qui souhaitent la République sans de Gaulle et d’autres de Gaulle sans la République, mais la majorité souhaite les deux ensembles ».

  • 9 Le Journal de Montreuil, 25 mai 1958, « Une crise grave ».
  • 10 Journal de Montreuil, 8 juin 1958.
  • 11 Procès-verbaux des séances de la CCI de Boulogne-sur-Mer des 6 juin et 4 juillet 1958. Cote 1ETP195 (...)

7Le Journal de Montreuil va jusqu’à réfuter l’emploi de l’expression de « généraux factieux », employée « par les hommes politiques et journaux d’extrême-gauche9 » à l’endroit des généraux Salan et Massu. « Il est regrettable que le gouvernement ait mis six jours à se convaincre du loyalisme des deux généraux ». Aucun regret à voir disparaître la République, au contraire. « Le seul dégât pourrait n’être que la fin de la IVe République – dont le bilan n’est pas bien fameux – et son remplacement par une Ve, basée elle aussi sur le suffrage universel, maintenant la responsabilité du Gouvernement devant le Parlement, et séparant (enfin) nettement les pouvoirs du législatif et de l’exécutif. Ainsi la France se tirerait de cette crise, non seulement à bon compte, mais avec profit »10. Même tonalité à la CCI de Boulogne11. Pour M. Sarraz-Bournet, « La situation semble solidement établie dans les mains du nouveau gouvernement et d’un chef qui a déjà rendu maintes fois de grands services au pays et dont tout le monde connaît le dynamisme et l’allant ». « Il est certain que le Président de Gaulle, avec sa façon de voir surtout dans le domaine extérieur, a amené un redressement assez sensationnel ».

Une population littorale pourtant concernée par la guerre

  • 12 Nord Littoral, 23 avril 1958, p. 2.

8Le désamour pour la IVe République qu’on a laissé mourir dans l’indifférence, n’empêche pas une forte réactivité aux événements d’Algérie. L’opinion publique observe avec angoisse l’évolution du conflit. Dans le mois précédant la crise, 22 familles du quartier populaire du Petit-Courgain, à Calais, ont adressé une lettre à Jacques Vendroux, et à Nord Littoral. Cette lettre est reproduite dans le numéro du 20 avril 1958 : « révoltées par l’annonce de la mort en Algérie de trois nouveaux soldats calaisiens. Nous nous demandons avec angoisse combien il faudra encore de cadavres pour que le gouvernement se décide à faire des rapprochements pour que cesse le massacre » ; « Nous pensons que nos enfants n’ont pas été élevés jusqu’à 20 ans pour se faire tuer dans une guerre qui dure depuis 4 ans et qui risque de durer autant que la guerre d’Indochine ». Plus amère encore, cette lettre signée Madame Veuve B... dans la rubrique « Nos lecteurs ont la parole ». « ... Cela devient plus qu’un abus quand vous entendez, en radio, des politiciens qui viennent vous dire : ce n’est pas une guerre mais une pacification. [...] Est-ce du cynisme ou de l’inconscience ? » ; « Le peuple est las de voir ceux qu’ils ont envoyés se faire tuer en Algérie en leur donnant le nom de pacification » ; « Quand on pense que l’homme du dernier quart d’heure... est un socialiste ; le parti qu’on vénérait pour ses doctrines de paix ; il l’assassine son parti »12.

  • 13 Nord Littoral, 17 mai p. 2.
  • 14 Nord Littoral, 16 mai p. 3.

9Lors du 13 mai 1958, le sentiment était à la dramatisation face à une situation très confuse où finalement cohabitaient trois pouvoirs : le pouvoir légal à Paris, le pouvoir insurrectionnel à Alger et un pouvoir moral à Colombey-les-deux-Églises. L’éditorial de Jean Lechantre dans Nord Matin, intitulé « Pour que vive la République », illustrait cette dramatisation. Mais la réaction à l’événement fut, somme toute, assez limitée. Sur le plan national comme sur la côte d’Opale les réactions à la guerre sont d’abord venues des partis de gauche et des syndicats. Ils ont trouvé, notamment chez les progressistes, les chrétiens, les enseignants, des milieux réceptifs à leur action. Au-delà d’une certaine unité de façade, par la constitution de « comités antifascistes et de défense républicaine », on retrouvait surtout les adhérents du PCF ou de la CGT. Les « comités de défense des institutions démocratiques et parlementaires », rassemblaient, eux, SFIO, FEN, MRP, CFTC. Ainsi le Comité Provisoire de Vigilance Antifasciste de Calais établi en mai 1958. Les signataires sont nombreux : PCF, PSU, CGT, SNES, Union des Femmes Françaises, Mouvement de la Paix, Ligue des Droits de l’Homme, FO, CFTC, SNI, SNET, SFIO, Ligue de l’Enseignement, Mouvement de Libération Ouvrière, Association Populaire Familiale, Libre Pensée. Les sections départementales adressent au préfet un télégramme pour « faire connaître au gouvernement leur volonté commune défendre institutions républicaines menacées »13 On dénonce les organisations fascistes et anti-démocratiques, on craint les atteintes aux institutions républicaines, on appelle à la résistance, à la vigilance14.

  • 15 Nord Littoral, 17 mai p. 2.
  • 16 Nord Littoral, 23 mai p. 3.
  • 17 La Voix du Nord, 22 mai, p. 3
  • 18 Nord Littoral, 31 mai 1958, p. 3 et Nord Matin, p. 4.

10Mais cette unité de mouvement fut éphémère. Les socialistes rendent le PCF responsable pour avoir « à plusieurs reprises privé la France d’un gouvernement, comme les poujadistes et les réactionnaires »15 ; l’Union locale des syndicats CFTC du Calaisis communique son retrait du Comité d’action et de lutte contre le fascisme et pour la paix en Algérie par volonté d’indépendance par rapport aux partis politiques16. La Confédération générale des Cadres « invite les fédérations et syndicats à ne prendre part à aucune grève politique »17. Les réactions de défense de la gauche aux événements du 13 mai ont été brèves. Ces réactions furent surtout axées sur la défense de la République, la lutte contre le fascisme et seulement en bout du compte contre la guerre (ou plutôt pour la Paix en Algérie). Parmi les plus mobilisés, les syndicats enseignants, unis autour de slogans communs aux syndicats de gauche, ou à des associations comme la Ligue des Droits de l’Homme : contre les « menées factieuses ou fascistes », pour la défense des institutions républicaines. La grande grève de l’enseignement organisée le 30 mai 1958, suivie à 85 % à Calais, à 84 % dans l’arrondissement de Dunkerque avait pour but de « sauver la République »18. Les premiers syndicats à s’investir furent le Syndicat National des Instituteurs (SNI) et la Fédération de l’Éducation Nationale (FEN). Quels furent les réels succès et impacts de ces grèves ? Celle du 30 mai 1958 a connu un succès très inégal : 65 % de grévistes dans le Nord, avec un chiffre de manifestants sur les pavés de Lille jamais encore atteint, mais des défections enregistrées ailleurs par crainte d’une manifestation politique. Dans le Pas-de-Calais, 70 % des instituteurs étaient en grève, mais dans le secondaire les chiffres du SNES sont moins triomphants, parfois même mauvais comme à Arras, la préfecture.

  • 19 Nord Littoral, éditorial du 30 mai 1958.
  • 20 Nord Littoral, éditoriaux des 20 et 22 mai 1958.

11L’engagement fut-il pro de Gaulle ou juste favorable à sa politique en Algérie ? À Calais on note une évolution sensible dans les éditoriaux. Le retour du général est accueilli sans enthousiasme. En mai 1958 on écrit « Il est toutefois infiniment regrettable que la carte de Gaulle soit jouée en des circonstances aussi malheureuses et que pour un certain nombre de Français elle prenne figure de carte forcée »19. Longtemps Nord Littoral est resté fidèle au gouvernement légitime de M. Pierre Pflimlin20. Au lendemain de la conférence de presse du général de Gaulle les réactions sont mitigées : « Il y a donc, dans les paroles prononcées par l’ancien chef de la France libre des raisons de se réjouir (c’est-à-dire le refus du coup de force) et des raisons de s’inquiéter (approbation de l’action de l’armée). Le moins que l’on puisse dire est que la pensée du général de Gaulle ne va pas faciliter la tâche du gouvernement que préside M. Pierre Pflimlin [qui doit] prendre les initiatives susceptibles de créer un choc psychologique et de ramener dans le giron métropolitain les brebis égarées... » Deux jours plus tard, le soutien reste entier : « Le gouvernement Pflimlin qui a fait face avec courage et discernement ne manque pas d’atouts [...] On ne peut que l’encourager ».

  • 21 Nord Littoral, éditoriaux des 25 et 26 janvier 1960.

12Mais fin janvier 1960, le voyage du président prévu à Alger début février est qualifié d’« acte de courage presque inouï [...] Ah comme nous sommes tentés de lui dire : Mon général, prenez bien soin de votre personne car vous incarnez, actuellement et tant que vous serez à la tête de l’État le meilleur pour ne pas dire le seul bouclier contre la subversion fasciste, contre le totalitarisme. Comme Jean le Bon à la bataille de Poitiers, gardez-vous à droite, gardez-vous à gauche et revenez-nous intact de votre voyage en Algérie ». « Nous pensons très sincèrement que le chef de l’État n’a vraiment pas le droit de risquer, outre-Méditerranée, une vie qu’il doit à la nation, à la France. [...] Sa vie ne lui appartient plus »21.

La République en danger ?

  • 22 Nord Littoral, éditorial du 30 janvier 1960.

13Avec la semaine des barricades de janvier 1960, le sentiment que la République est en danger va croissant. « Mon cher et vieux pays, nous voici donc ensemble, encore une fois, face à une lourde épreuve... Quel accent pathétique, quelle passion mal contenue et quelle émotion dans ces quelques mots, dans les paroles de cet homme vieillissant sur qui reposent nos inquiétudes et nos espoirs, quelle noblesse de ton et quelle fermeté de langage, propos d’un chef qui incarne, réellement, la patrie outragée et menacée [...] Sans fausse honte, nous l’avouons, les larmes nous venaient aux yeux en écoutant Charles de Gaulle, protecteur et rempart de la démocratie [...] Charles de Gaulle qui va, peut-être, nous l’espérons, nous le croyons, sauver une seconde fois ce pays de la dictature totalitaire »22.

  • 23 Nord Matin, 28 janvier 1960, p. 6 et 30 janvier, p. 11.

14Les télégrammes de solidarité et de confiance affluent à l’Élysée : comités locaux UNR, sections socialistes, syndicats enseignants, dockers ou cheminots, associations comme les amicales laïques, la Ligue des droits de l’homme, l’Union rationaliste ou le mouvement « Vie nouvelle pour accession à la dignité et à la responsabilité de tous les hommes » de Dunkerque, personnels de grandes entreprises comme l’usine de céramiques de Boulogne, maires qui réunissent dans l’urgence leur conseil municipal pour étudier la situation en Algérie comme à Saint-Pol-sur-Mer23 ou qui s’expriment seul comme Jules Hoocke maire de Nieppe. Plus rare, l’intervention du Grand Orient de France, obédience maçonnique peu habituée à faire parler d’elle, qui en avril 1960 se range aux côtés de partis de gauche, de syndicats ou d’associations comme la Libre-Pensée dans un appel intitulé : « Halte au fascisme ». Cette intervention est révélatrice de l’inquiétude qui règne en métropole.

  • 24 Délibérations du Conseil municipal de Dunkerque, séance extraordinaire du 24 avril 1961.

15Face au putsch d’avril 1961, on assiste cette fois à une véritable mobilisation de guerre. On a le réel sentiment que la République est en danger. Beaucoup de mesures préventives sont prises comme dans la plupart des départements, protection des points sensibles, notamment les aéroports, surveillance renforcée des étrangers, ou perquisitions chez les pro-putschistes. On assiste à la reconstitution des comités antifascistes et de défense des libertés républicaines et à l’envoi massif de télégrammes de soutien au chef de l’État de la part des Conseils généraux et municipaux. Jacques Vendroux envoie le télégramme suivant : « Administration municipale Calais convaincue de refléter les sentiments de l’immense majorité de la population de la ville, vous prie de croire à son respectueux dévouement comme à l’indéfectible attachement qu’elle porte à tout ce que vous représentez ». Paul Asseman, maire socialiste de Dunkerque, déroge à l’article 72 de la loi de 1884 interdisant à un Conseil municipal d’émettre des vœux à caractère politique : « Vivement ému de la situation dramatique du pays à la suite des événements d’Algérie, conscient d’être l’interprète de la population dunkerquoise, réprouve toute tentative d’usurpation du pouvoir légal, exprime à nouveau sa confiance au chef de l’État et aux pouvoirs publics pour la défense des institutions démocratiques et des libertés républicaines » dit la motion adoptée à l’unanimité par le Conseil municipal le 24 avril24. À Boulogne, Saint-Omer et Montreuil, les municipalités se réfugient derrière cet article pour éviter tout débat politique. Mais, localement, des personnalités comme Albert Denvers obtiennent à Gravelines le vote d’une motion de condamnation.

  • 25 L’Indépendant du Pas-de-Calais, 26 avril, p. 3.
  • 26 Nord Littoral, 26 avril 1961, p. 2.
  • 27 Nord Littoral, 29 avril 1961, p. 2.

16Les syndicats enseignants, SNI et FEN, s’engagent solennellement à s’opposer par la grève générale à tout coup de force. Des arrêts de travail sont très suivis le 24 avril car la tension est vive. À Dunkerque, 4 000 dockers, employés des ACBD (ateliers et chantiers de Dunkerque et de Bordeaux) débrayent. La grève est « suivie par la quasi-unanimité des salariés de la région de Saint-Omer et notamment dans les usines de la vallée de l’Aa. Pour l’industrie du papier-carton, le nombre des grévistes atteignait 100 %, aux fonderies Martel de Saint-Omer 95 % »25. Le soutien au général est total et la crainte pour la République réelle. On assiste à l’organisation spontanée de milices d’autodéfense UNR composées principalement de médaillés militaires. À Calais, « Des groupes de défense, formés de militants et de membres de l’UNR ont été organisés dans toute la ville et sont en permanence à la disposition de la force publique pour effectuer toutes les tâches de surveillance ou éventuellement de soutien dont celle-ci pourrait avoir besoin [...] C’est pourquoi l’UNR, soucieuse de renforcer l’organisation de ses groupes, invite les Calaisiens de bonne volonté, qui ont déjà manifesté le désir de soutenir la politique et l’action du général de Gaulle : soit à venir s’inscrire [...] en indiquant : nom, prénom, adresse, âge, numéro de téléphone, s’il y a lieu, moyen de transport disponible tels que vélomoteurs, automobiles... Calaisiens : aidez le général de Gaulle ! »26. « Le fascisme militaire ne passera pas » est un slogan récurrent. Les fédérations socialistes du Nord et du Pas-de-Calais « appellent leurs militants et tous les Républicains et les Démocrates à se considérer comme en état d’alerte ». Le soutien à de Gaulle vient parfois de loin. Une Calaisienne de Londres a envoyé à Nord Littoral un article publié dans le Daily Mirror, en anglais et en français. « Depuis 1940, le peuple britannique connaît, respecte et admire le général de Gaulle. De tout leur cœur, ils lui souhaitent aujourd’hui de sortir victorieux de cette crise. Ils adressent ce message au peuple de France : TENEZ BON DERRIÈRE DE GAULLE ! »27.

  • 28 Le Journal de Montreuil, 30 avril 1961.
  • 29 Nord Littoral, éditorial du 25 avril 1961.
  • 30 Nord Littoral, éditorial du 26 avril 1961.
  • 31 Nord Littoral, éditorial du 30 avril 1961.

17La presse est dure avec les putschistes, qui « ont franchi le Rubicon » selon Le Journal de Montreuil28, et ont humilié la France, « tombée au niveau de Cuba ». Elle loue par contre « L’attitude des partis politiques et des centrales syndicales, l’empressement aux bureaux de recrutement des milices, l’unanimité de la grève d’avertissement d’une heure, la détermination des simples citoyens [...] La France aidera son vieux chef à traverser cette mauvaise passe »29 affirme Nord Littoral qui sait à qui la France doit son sauvetage en ces heures sinistres. « Elle le doit à elle - même, bien sûr, à son sang-froid, à sa détermination, à sa confiance, au fait que tout un pays s’est dressé contre la menace de la subversion pour défendre son mode d’existence, ses libertés et sa joie de vivre [...] Mais elle la doit, essentiellement, cette victoire de la démocratie sur le fascisme naissant, au général de Gaulle. Longtemps les Français se sont demandés : “Sommes-nous gouvernés ?” Aujourd’hui, ils savent qu’à la tête de l’État, il y a un homme, un chef, à l’indomptable volonté et au tranquille courage qui, par deux fois déjà, dans l’Histoire contemporaine s’était dressé comme un rempart entre la France et son malheur. Pour la troisième fois, son autorité et son incomparable prestige ont servi de bouclier »30. Le journal se montre par ailleurs favorable à la prolongation des pleins pouvoirs accordés par l’article 16 de la Constitution, « qui laisse les mains libres au chef de l’État pour achever sa mission »31.

La confiance en de Gaulle

18L’étude de la presse locale mais aussi les rapports des Renseignements Généraux et les témoignages attestent de l’adhésion de la population au nouveau régime gaulliste lors des trois événements cités. On fait confiance à de Gaulle pour régler le problème algérien et avant tout maintenir le régime démocratique. Les résultats électoraux, élections législatives et référendums, montrent la confiance en sa politique algérienne. Les habitants du Littoral se sont montrés très attachés à la République et ses valeurs, et très opposés à toute forme d’extrémisme, notamment politique. Devant la gravité des événements, comme lors de la rébellion d’avril 1961, les habitants de la Côte d’Opale n’hésitent pas à réagir et à s’engager fortement.

  • 32 J. Vendroux, Ces grandes années que j’ai vécues... 1958-1970, Plon, 1975, 375 p.

19Cette attitude en 1961 peut s’expliquer par un attachement à la personne du général de Gaulle. Le 3 avril 1962, Jacques Vendroux notait dans son livre de souvenirs familiaux et politiques32 : « Depuis une semaine, nous sommes plongés dans la préparation du référendum sur les accords d’Évian. Je parcours consciencieusement ma circonscription ; mais ma propagande est superflue : les jeux sont faits. Deux considérations inspirent les électeurs : la confiance qu’ils ont en la politique de paix du général de Gaulle, le désir de voir revenir au plus tôt les jeunes soldats encore en Algérie ». Deux mois plus tard, il écrit encore : « nombre de Français tiennent à souligner la différence qu’ils font entre « l’homme du 18 juin » qu’ils continuent à respecter et à admirer, et le chef de la majorité actuelle qu’au contraire ils contestent ». Mais en 1958 ? Le retour au pouvoir de de Gaulle n’était ni prévu, ni même souhaité à en lire la presse. Il semble que l’impopularité de la IVe République dans l’opinion ait été mal perçue par les éditorialistes, ou les politiques en général.

20C’est donc l’attentisme qui domine en 1958, la crainte aussi, certes, mais la confiance prévaut dès lors que de Gaulle s’est déclaré prêt à « assumer les pouvoirs de la République ». Ce qui ne sera plus le cas en 1961, avec une crainte bien réelle cette fois, le sentiment que la République était en danger. Plus antifascistes qu’anticolonialistes, plus en faveur de la paix que de l’indépendance, les Français du littoral ont fait confiance au général, dès son retour au pouvoir.

Notes

1 Jean-Pierre Rioux, « Les Français et la guerre des deux Républiques », dans Mohammed Harbi et Benjamin Stora (dir.), La guerre d’Algérie, 1954-2004, la fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont, 2004.

2 Procès-verbaux des séances de la CCI de Boulogne-sur-Mer des 7 octobre 1955 et 6 décembre 1957. Cote 1ETP1955 et 1957.

3 Nord Littoral, 17 mai 1958.

4 Nord Littoral, 15 mai 1958, p. 3.

5 Nord Littoral, 14 mai 1958.

6 Interview réalisée par nos soins.

7 La Voix du Nord, 28 mai p. 3.

8 La Voix du Nord, 30 mai p. 5.

9 Le Journal de Montreuil, 25 mai 1958, « Une crise grave ».

10 Journal de Montreuil, 8 juin 1958.

11 Procès-verbaux des séances de la CCI de Boulogne-sur-Mer des 6 juin et 4 juillet 1958. Cote 1ETP1958.

12 Nord Littoral, 23 avril 1958, p. 2.

13 Nord Littoral, 17 mai p. 2.

14 Nord Littoral, 16 mai p. 3.

15 Nord Littoral, 17 mai p. 2.

16 Nord Littoral, 23 mai p. 3.

17 La Voix du Nord, 22 mai, p. 3

18 Nord Littoral, 31 mai 1958, p. 3 et Nord Matin, p. 4.

19 Nord Littoral, éditorial du 30 mai 1958.

20 Nord Littoral, éditoriaux des 20 et 22 mai 1958.

21 Nord Littoral, éditoriaux des 25 et 26 janvier 1960.

22 Nord Littoral, éditorial du 30 janvier 1960.

23 Nord Matin, 28 janvier 1960, p. 6 et 30 janvier, p. 11.

24 Délibérations du Conseil municipal de Dunkerque, séance extraordinaire du 24 avril 1961.

25 L’Indépendant du Pas-de-Calais, 26 avril, p. 3.

26 Nord Littoral, 26 avril 1961, p. 2.

27 Nord Littoral, 29 avril 1961, p. 2.

28 Le Journal de Montreuil, 30 avril 1961.

29 Nord Littoral, éditorial du 25 avril 1961.

30 Nord Littoral, éditorial du 26 avril 1961.

31 Nord Littoral, éditorial du 30 avril 1961.

32 J. Vendroux, Ces grandes années que j’ai vécues... 1958-1970, Plon, 1975, 375 p.

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540