Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Quatrième partie : l'événement

L’opinion publique dans le Pas-de-Calais pendant la crise de 1958 (du début de l’année 1958 à la fin du mois d’août)

Philippe Roger

Texte intégral

  • 1 Un sujet très comparable a déjà été traité, mais à l’échelle nationale : Philippe Button, « L’opin (...)

1L’étude de l’opinion est depuis toujours un cauchemar méthodologique. Il n’est bien sûr pas question d’entrer ici dans le détail des questions qu’elle soulève : il s’agit simplement d’évoquer, à l’échelle d’un département, l’attitude de la population du début de l’année 1958 jusqu’à la fin du mois d’août. Ce travail, pour des raisons de format, s’appuie essentiellement sur les rapports officiels conservés aux archives départementales du Pas-de-Calais. Un point mérite d’être mentionné : à partir de juillet 1957, le ministère de l’Intérieur ne demande plus aux préfets qu’un rapport trimestriel sur l’état de leur département et non plus, comme auparavant, un rapport mensuel. Cette moindre fréquence gêne évidemment l’étude chronologique précise de l’évolution de l’opinion1.

Entre le calme et l’inquiétude

  • 2 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, 7 mars 1958, AD Pas-de-Calais, 1W8148.
  • 3 Sous-préfecture de Boulogne-sur-Mer, rapport trimestriel d’information, CAB/474/1958, décembre 195 (...)

2L’opinion paraît dans l’ensemble être restée plutôt calme dans le département pendant les premiers mois de l’année 1958. Cette tranquillité est cependant assez précaire. La hausse des prix préoccupe particulièrement les salariés et le préfet estime que cette question doit constituer l’une des priorités de l’action gouvernementale2. Le sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, soulignant la relative popularité dont jouit Félix Gaillard, souligne quelle « pourrait cependant subir de graves assauts si M. le Président du Conseil ne faisait rien pour enrayer la hausse des prix qui, chaque jour, diminue le pouvoir d’achat des salariés »3. Et le problème n’affecte pas que les salariés : les agriculteurs s’inquiètent quant à eux du coût des produits industriels qui augmente plus vite que celui des produits agricoles.

  • 4 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, 7 mars 1958.
  • 5 Idem.
  • 6 Sous-préfecture de Béthune, rapport trimestriel (décembre 1957, janvier et février 1958) AD Pas-de (...)

3Le deuxième sujet de préoccupation pour l’opinion est bien sûr l’Algérie. 4 000 nord-africains sont présents dans le Pas-de-Calais. C’est une communauté plutôt isolée, qui ne suscite guère de sympathie dans le reste de la population. La police et la gendarmerie semblent exercer une surveillance assez étroite. Les heurts entre nord-africains sont par ailleurs assez fréquents. Il est évident que la guerre d’Algérie suscite dans le Pas-de-Calais des réticences croissantes. Le bombardement de Sakhiet Sidi Youssef fait mauvaise impression, même si l’opinion n’est pas nécessairement hostile aux représailles contre la Tunisie et critique surtout la méthode employée. Les complications qui en découlent tendent par ailleurs à renforcer l’hostilité déjà latente dans la région à l’égard du Royaume-Uni et surtout des États-Unis. Il est en outre évident que la poursuite des combats suscite des doutes croissants : pour le préfet du Pas-de-Calais, de « plus en plus nombreux sont ceux qui deviennent sceptiques sur nos chances de mener à bien la pacification de l’Algérie et commencent à douter de la rentabilité de la présence française sous sa forme actuelle »4. Cette formule est très proche de celle qu’emploie le sous-préfet de Béthune : beaucoup « estiment par ailleurs trop coûteuse la poursuite de la « pacification », [les guillemets sont évidemment très intéressants] et dans toutes les classes de la Société, on rencontre maintenant des personnes qui commencent à douter de la rentabilité de la présence française sous sa forme actuelle »5. Et l’avis du sous-préfet de Montreuil-sur-Mer n’est pas très différent : « l’aggravation de la situation en Afrique du Nord préoccupe sérieusement une opinion de plus en plus sceptique sur nos chances de mener rapidement à bien la pacification de l’Algérie »6. L’opinion, ajoute le sous-préfet, s’interroge de plus en plus sur l’utilité des sacrifices consentis en Algérie. Ce scepticisme croissant sur la pérennité de la présence française en Algérie n’est pas, au printemps 1958, une spécificité du Pas-de-Calais, mais il est évident que celui-ci fait partie des départements où la lassitude de l’opinion est clairement perceptible.

  • 7 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, 7 mars 1958.

4Les questions constitutionnelles ne semblent par contre susciter qu’un intérêt réduit, même si la population du Pas-de-Calais souhaite une plus grande stabilité gouvernementale. Les projets de réforme électorale attirent cependant un peu plus l’attention et, affirme le préfet, « il n’est pas douteux que la majorité des électeurs souhaite le retour au scrutin d’arrondissement en raison de sa simplicité »7.

  • 8 Idem.
  • 9 Philippe Roger, « Un préfet de guerre froide, Georges Phalempin et la fédération communiste du Pas (...)
  • 10 Sous-préfecture de Béthune, rapport trimestriel (décembre 1957, janvier et février 1958).
  • 11 Philippe Roger, « La guerre d’Indochine et les populations du Pas-de-Calais », dans Frédéric Angle (...)
  • 12 Le sous-préfet de Montreuil-sur-Mer à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais. Cabinet. Le 28 février (...)

5Pendant les premiers mois de l’année 1958, ce sont les classiques élections cantonales qui préoccupent les forces politiques départementales (beaucoup plus d’ailleurs, semble-t-il, que l’opinion). Comme toujours, le parti communiste apparaît le plus actif. Les grands thèmes de sa campagne sont la lutte contre le survol de la France par des avions porteurs de bombes atomiques et la guerre d’Algérie. Le parti communiste s’efforce en effet d’utiliser l’émotion suscitée par l’annonce des pertes subies par les forces de l’ordre et, plus encore, par les jeunes recrues originaires de la région. Mais l’action des communistes paraît rencontrer peu de succès8. Comme l’écrit le sous-préfet de Béthune, le parti communiste « a déployé une activité beaucoup plus spectaculaire que réelle et payante. » Ce point n’est d’ailleurs, à vrai dire, pas une originalité de l’année 1958 et l’ostracisme que subit le parti communiste, qui a été renforcé par les événements survenus en Hongrie en 1956, reste de toute façon à peu près total9. En ce qui concerne la campagne communiste contre la guerre d’Algérie, le sous-préfet de Béthune estime que « la colère populaire dont on parle tant est une fiction qui n’engendre pas les mouvements de masse attendus »10. La fédération communiste reprend en fait les mêmes méthodes qu’au temps de la guerre d’Indochine et tente par exemple, de créer une association des anciens d’Algérie qui serait sous son contrôle. Comme au temps des représentations de Drame à Toulon11, la section de Calonne-Ricouart, sous la conduite du député-maire de cette ville, André Mancey, semble particulièrement active, mais sans parvenir à atteindre vraiment l’opinion. Curieusement, seul le sous-préfet de Montreuil-sur-Mer estime que l’opinion pourrait devenir perméable aux arguments communistes (et neutralistes) concernant l’Afrique du Nord12.

  • 13 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 juin 1958, AD Pasde-Calais, 1W8148.
  • 14 Procès-verbal des délibérations du conseil général du Pas-de-Calais, séance du mercredi 30 avril 1 (...)

6Le résultat du dernier acte important de la vie politique de la Quatrième République, les élections cantonales d’avril 1958, révèle surtout une grande stabilité de la politique départementale. Le parti communiste lance bien, au deuxième tour, un appel à l’unité des partis de gauche, retirant ses candidats en faveur des socialistes les mieux placés et demandant la réciprocité pour certains cantons, mais cet appel n’est évidemment pas entendu par la SFIO. Le parti communiste apparaît donc toujours complètement isolé, mais son électorat est absolument intact puisque les communistes obtiennent au premier tour 31,85 % des suffrages exprimés13. La première séance du nouveau conseil général se tient le 30 avril 1958, et le président de l’assemblée départementale, Émile Durieux, prononce à cette occasion un discours relativement pessimiste, regrettant l’instabilité gouvernementale, souhaitant que des solutions soient trouvées à ce problème et, surtout, manifestant sa préoccupation face aux événements d’Algérie : « L’Assemblée départementale n’a pas, c’est évident, à intervenir en ce qui concerne la politique et en particulier la situation en Algérie. Elle ne saurait cependant pas rester étrangère aux soucis des familles des militaires qui sont là-bas. Souhaitons qu’une solution à cette douloureuse situation intervienne rapidement et que tous nos jeunes gens reviennent bien vite. La situation économique de notre pays est forcément influencée par nos soucis d’Afrique du Nord, c’est donc de leur fin qu’en grande partie elle dépend »14.

7Pendant la crise de mai 1958, les synthèses journalières des Renseignements Généraux permettent de suivre avec une certaine précision l’évolution de l’opinion du Pas-de-Calais.

  • 15 Synthèse journalière, commissaire principal RG d’Arras à IGAME Lille, le 16-5-1958, AD Pas-de-Cala (...)
  • 16 Idem.

8La déclaration par laquelle le général de Gaulle se déclare prêt, le 15 mai, à assumer les pouvoirs de la République, suscite des déclarations qui semblent rigoureusement fonction des préférences politiques. Les anciens du RPF l’approuvent entièrement. Mais ils sont peu nombreux dans un département où le gaullisme n’a pas connu, pendant la Quatrième République, un grand succès. Ils sont en outre dispersés, sauf à Boulogne-sur-Mer. Les Indépendants qui sont dans l’ensemble favorables à un gouvernement stable avec un exécutif fort, sont cependant perplexes et restent dans l’expectative. Les républicains populaires s’en remettent à l’action du gouvernement, les socialistes approuvent entièrement l’attitude de Guy Mollet et les communistes se considèrent en état d’alerte permanent15. La synthèse du 16 mai évoque quelques prises de parole au sujet des événements d’Algérie par des délégués de la CGT dans certaines fosses et devant les dockers de Boulogne-sur-Mer. Dans quelques usines et sur quelques chantiers se produisent des arrêts de travail au cours desquels les responsables syndicaux font voter des motions de soutien à la République demandant des mesures énergiques contre le fascisme. Surtout, de très nombreuses sections communistes invitent les organisations de gauche, en particulier les socialistes, à des réunions communes visant à étudier la situation et à mettre au point des comités de défense des libertés démocratiques. Les communistes constituent à Calais un comité local de lutte contre le fascisme et pour la paix en Algérie, qui réclame la destitution des officiers factieux et des négociations avec les représentants du peuple algérien. Mais ce comité ne comprend que des représentants du parti communiste, de ses organisations satellites et de la CGT16.

  • 17 Synthèse journalière, commissaire principal RG d’Arras à IGAME Lille, le 17/5/1958, AD Pas-de-Cala (...)
  • 18 Pauline Pronau, Le mouvement Poujade dans le département du Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise pré (...)
  • 19 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, 17/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1 (...)
  • 20 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 juin 1958.

9La synthèse du 17 mai signale que la population suit attentivement le déroulement des événements, mais sans se départir de son calme. Cette appréciation sera très souvent répétée tout au long de la crise. Des comités de vigilance se constituent à Avion et à Sallaumines, mais ils ne regroupent que des militants ou des sympathisants communistes. La situation de Rouvroy est cependant un peu différente : dans cette ville, les socialistes se rapprochent en effet des communistes17. Cette synthèse mentionne également les réactions des poujadistes. Le Pas-de-Calais n’a pas été insensible au mouvement du papetier de Saint-Céré. Celui-ci a obtenu un relatif succès dans le département au début de l’année 1955 puis en 1956. Ces deux poussées du poujadisme ont cependant été éphémères et, au début de l’année 1958, le mouvement ne conserve une certaine existence qu’à Boulogne-sur-Mer18. Les poujadistes qui subsistent reçoivent la consigne le 17 mai de se tenir prêts à gagner Paris avec deux jours de vivre au premier appel !19 Ce mot d’ordre ne semble pas avoir suscité un enthousiasme excessif. Comme le remarque ultérieurement le préfet, les « militants susceptibles de répondre à un pareil ordre auraient d’ailleurs été très peu nombreux dans le Pas-de-Calais »20.

  • 21 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 20/5/1958, AD Pas-de-Calais (...)
  • 22 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 20/5/1958, AD Pas-de-Calais (...)

10Les déclarations du général de Gaulle lors de sa conférence de presse du 19 mai semblent avoir laissé l’opinion départementale, qui les a jugés trop vagues, assez perplexe. Chacun, à vrai dire, semble les avoir interprétées à sa façon. Pour les communistes, elles prouvent que le général de Gaulle est le chef des factieux. Les Indépendants sont plus que jamais dans l’expectative21. Quant aux dirigeants des fédérations MRP et SFIO, ils mettent au point le 19 mai au soir une déclaration commune demandant à leurs adhérents de se tenir mobilisés pour la défense de la République et à la population d’être calme, mais aussi d’être prête, le cas échéant, à s’opposer à toute tentative d’instauration d’un régime dictatorial22. Le 21 mai, les Renseignements généraux signalent à nouveau les efforts que le parti communiste continue de déployer pour constituer des comités de vigilance, sans pour autant obtenir, sauf exception, la participation de militants socialistes.

  • 23 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 24/5/1958, AD Pas-de-Calais (...)
  • 24 Idem.

11Les synthèses des 23 et 24 mai font état, dans l’opinion du Pas-de-Calais, d’une certaine poussée d’antiparlementarisme et d’une volonté croissante de réforme. Une partie de la population commencerait même à considérer que les événements d’Alger peuvent se révéler salutaires s’ils aboutissent « à faire sortir [les] parlementaires de leur torpeur et [à] abandonner leurs discussions stériles »23. La synthèse du 24 mai (qui ne prend pas encore en compte les événements survenus ce jour-là en Corse) mentionne par ailleurs que la population du département paraît plus rassurée et semble suivre avec un peu moins d’attention les événements24.

  • 25 Sous-préfecture de Montreuil-sur-Mer, rapport périodique d’information, mars, avril, mai 1958, 2 j (...)

12Le basculement de la Corse suscite en fait des réactions assez complexes. Il semble confirmer que l’opinion ne suit plus nécessairement de très près l’évolution de la situation. Le dimanche 25 mai, à midi, il n’est en effet pas encore connu de tous. Il n’empêche pas de nombreux départs en week-end et la côte d’Opale, en particulier Le Touquet, connaît à cette occasion une affluence tout à fait exceptionnelle25. Cette situation explique sans doute que les Renseignements Généraux estiment le 25 mai que ce sont désormais l’indifférence et la résignation qui dominent dans le Pas-de-Calais. L’on peut cependant se demander si cette analyse est correcte. Le même rapport indique en effet que l’opinion estime que la crise est désormais entrée dans une phase décisive et les synthèses des 26 et 27 mai précisent qu’une partie de l’opinion semble prendre conscience, à la suite des événements corses, de la gravité de la situation. Le 28, la succession rapide des événements paraît déconcerter une partie de l’opinion. La droite, en particulier, semble à nouveau perplexe. Elle fait surtout ressortir la difficulté de trouver sans de Gaulle une solution qui évite la rupture avec Alger. La gauche, de son côté, recommence par contre à croire que le recours au général de Gaulle n’est pas tout à fait inéluctable.

  • 26 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 28/5/1958, AD Pas-de-Calais (...)
  • 27 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 30/5/1958, AD Pas-de-Calais (...)
  • 28 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 31/5/1958, AD Pas-de-Calais (...)
  • 29 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 2/6/1958, AD Pas-de-Calais, (...)

13Un nouveau basculement se produit cependant le 29 mai : pour la majorité de la population du département, le retour du général de Gaulle est devenu inévitable26. L’opposition à ce retour recule ensuite nettement à la suite du message du président de la République annonçant son intention de faire appel au plus illustre des Français pour dénouer la crise et de la publication de l’échange de lettres entre Vincent Auriol et le général de Gaulle. Les communistes et la nouvelle gauche sont, à partir du 30 mai, les seuls opposants irréductibles à de Gaulle. Dans tous les milieux, la préoccupation essentielle est de toute façon désormais que la crise se termine sans effusion de sang27. Le 31, la population considère que l’investiture du général de Gaulle est certaine et les rassemblements organisés par les communistes et la CGT ne rassemblent qu’un nombre infime de participants28. Aussi n’est-il pas étonnant que l’opinion départementale, dans une très grande majorité, soit plutôt satisfaite au début du mois de juin : la crise a pu être dénouée sans guerre civile (perspective qui, naturellement, suscitait les plus fortes craintes) et les libertés essentielles ont été sauvegardées. Les responsables et les militants politiques sont cependant naturellement plus partagés. Les Indépendants et les républicains populaires sont soulagés mais redoutent que le général de Gaulle ne se heurte rapidement à de grosses difficultés, en particulier à propos de l’Algérie. Les socialistes apparaissent, à l’image de leurs instances dirigeantes le 31 mai et de leur groupe parlementaire le 1er juin, très divisés. Pour les uns, le général de Gaulle est un moindre mal. Pour les autres, il sera inévitablement débordé par l’extrême droite et il leur paraît pour le moins fâcheux que des bases légales aient été données à un régime susceptible de se transformer en dictature. Quant à l’opposition communiste, elle reste bien sûr entière, mais elle est cependant tempérée, en pratique, par l’impression qu’une agitation excessive ne serait pas suivie par les masses dans le Pas-de-Calais29.

Face à la perspective d’une nouvelle République

  • 30 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 juin 1958.
  • 31 Idem.
  • 32 Idem.
  • 33 Idem.

14Après la chronique au jour le jour des événements, les rapports trimestriels du préfet et des sous-préfets qui sont datés au début du mois de juin permettent aux hauts fonctionnaires du département d’effectuer, avec un peu de recul, un retour sur les réactions des populations du Pas-de-Calais pendant la deuxième quinzaine de mai. Le préfet insiste avant tout sur le calme, « qui touche presque à la passivité ou, suivant le cas, à la résignation »30 qui a régné dans le département et il s’efforce naturellement de l’expliquer. L’opinion lui apparaît certes très majoritairement hostile aux éléments subversifs qui sont à l’œuvre dans l’armée ou à Alger. Mais, estime le préfet, elle était lasse de « l’impuissance parlementaire »31. Dans ces conditions, les appels des partis de gauche ne pouvaient qu’échouer et le « mouvement de protestation n’aurait pris une véritable ampleur que si le nouveau gouvernement s’était imposé par la force »32. D’ores et déjà, note-t-il avec satisfaction, tout est rentré dans l’ordre. Il précise cependant que le choc provoqué par la crise du mois de mai ne doit pas être sous-estimé et que le nouveau gouvernement doit faire preuve d’habileté pour sauvegarder l’unité nationale (cette dernière préoccupation apparaissant de manière assez fréquente dans les rapports du préfet Georges Phalempin). L’opinion, estime d’ailleurs le premier fonctionnaire du département, compte « par ailleurs sur le prestige et l’autorité du libérateur de 1940-1945 pour imposer une solution acceptable pour tous »33.

  • 34 Sous-préfecture de Béthune, le sous-préfet de l’arrondissement de Béthune à Monsieur le préfet du (...)
  • 35 Idem.
  • 36 Idem.
  • 37 Idem.
  • 38 Idem.

15Il faut cependant signaler un rapport tout à fait atypique. C’est celui du sous-préfet de l’arrondissement de Béthune, qui comprend une prise de position politique très nette. Le sous-préfet souligne d’abord qu’il est difficile de rendre compte de mai : « les événements antérieurs au 13 mai ont perdu toute valeur ; les commentaires sur les événements postérieurs paraissent bien prématurés »34. Mais ces événements lui paraissent en même temps trop importants pour que « les réflexes locaux dans cet important bassin minier du Pas-de-Calais ne soient pas notés »35. De manière assez étonnante, ce sous-préfet en appelle d’ailleurs au regard de l’historien. Ce fonctionnaire apparaît il est vrai très pessimiste quant à l’évolution de la situation puisqu’il précise que « tous les représentants de la République se [voyant] à l’heure présente collectivement et impunément insultés, condamnés comme « Princes du système » à un prochain silence... les coadjuteurs des sous-préfectures ont intérêt à s’exprimer avant qu’il soit trop tard »36. Le sous-préfet de l’arrondissement de Béthune établit ensuite un parallèle entre la crise de 1948 et celle de 1958, en insistant - arrondissement de Béthune oblige - sur la situation des mineurs. En 1948, note-t-il, les pouvoirs publics ont réprimé tous les désordres avec le souci d’éviter, dans toute la mesure du possible, les effusions de sang, mais aussi avec la volonté fermement établie de ne pas céder. La situation de 1958 lui apparaît nettement différente. En premier lieu, le mineur n’est plus le même : sans aller jusqu’à parler d’embourgeoisement, « il faut noter que l’élévation du standard de vie modifie la psychologie du mineur autant que son confort. Il vit à crédit, se préoccupe des échéances mensuelles de son poste de télévision et même de sa voiture d’occasion »37. Ces mineurs partiellement transformés par la prospérité avaient en outre assisté en spectateurs, comme les autres Français, à la longue crise ministérielle d’avril et de mai 1958, et n’éprouvaient pas une très grande bienveillance pour les parlementaires. Pour le sous-préfet de Béthune, c’est donc une classe ouvrière divisée, anesthésiée par un certain bien-être individuel et éprouvant un certain sentiment d’impuissance politique qui fut surprise par la crise nationale de mai. Les événements auraient ensuite donné aux mineurs, « confusément d’abord, d’évidence ensuite, la conviction déprimante que les rigueurs du maintien de l’ordre leur sont exclusivement réservées »38. En définitive, donc, la « République, renversée par le refus d’obéissance, l’émeute, le coup de force n’a été défendue que dans l’ordre et la légalité et avec le chant de la Marseillaise. » Voici donc un tableau fort sombre tracé par un fonctionnaire qui, dans son rapport de septembre, n’hésite pas à parler de défaillance républicaine devant les périls.

  • 39 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, 5 juin 1958.
  • 40 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 27/5/1958, AD Pas-de-Calais (...)
  • 41 Idem.

16L’action de la CGT pendant la crise de mai 1958 est sans doute en effet assez révélatrice d’un certain attentisme de l’opinion, et en particulier du monde ouvrier. Depuis le début de l’année 1958, cette centrale était en fait assez active. Les mineurs sont fortement mobilisés pour la défense de leurs revendications. C’est la démission de Félix Gaillard qui semble avoir empêché l’éclatement d’une grève de longue durée à la fin du mois d’avril39. Confrontée aux événements de mai, la CGT lance pour le 27 un mot d’ordre de grève générale. Mais celui-ci n’est pas repris par la CFTC et par FO et la grève est en fait très inégalement suivie. Si les grévistes sont nombreux chez les dockers de Boulogne-sur-Mer et de Calais et surtout chez les mineurs, il n’y a par ailleurs que quelques grèves éparses40. Jean Ooghe, secrétaire de la fédération communiste du Pas-de-Calais, et Léon Delfosse, leader de la FRM-CGT, s’accrochent ensuite assez durement le 1er juin à Lens lors d’une séance du comité fédéral. Jean Ooghe exige une grève générale à tout prix pour le 2 juin. Léon Delfosse refuse absolument, estimant que les mineurs, ne suivront pas : « les mineurs n’oublient pas... que le premier jour de grève leur cause une perte de 5 000 frs »41. Léon Delfosse n’accepte qu’une résolution beaucoup plus modeste demandant aux mineurs d’attendre un quart d’heure avant leur descente au fond afin d’appuyer l’envoi de télégrammes affirmant leur volonté de défendre leurs libertés politiques et syndicales au président de la République. C’est d’ailleurs un échec total, ce mot d’ordre n’étant suivi que dans une poignée de fosses.

  • 42 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 juin 1958.

17Tout au long de la crise de mai 1958, les associations laïques et les syndicats enseignants constituent certainement l’un des groupes les plus actifs : ils adressent au préfet télégrammes et résolutions appelant à la défense des institutions républicaines et dénonçant le pouvoir personnel, organisent le 30 mai une grève uniquement politique que suivent à peu près 60 % des enseignants et une manifestation à Lens qui réunit plus de 2 000 personnes42.

  • 43 Sous-préfecture de Montreuil-sur-Mer, le 2 septembre 1958, le sous-préfet de Montreuil-sur-Mer à m (...)
  • 44 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 septembre 1958, AD Pas-de-Calais, 1W (...)

18Le calme à peu près général qui a caractérisé le Pas-de-Calais au printemps se maintient pendant l’été. Il est vrai que les vacances sont traditionnellement peu propices à l’agitation. Les plages du littoral connaissent d’ailleurs une affluence relative malgré le mauvais temps43. Ceci étant, calme ne veut pas nécessairement dire désintérêt, et le préfet note que l’opinion est sensible à la gravité des problèmes politiques. Les avis sur le projet de constitution (qui, ne l’oublions pas, n’est connu qu’à partir du 4 septembre) sont avant tout fonction des jugements portés sur le nouveau président du conseil : « il n’est pas douteux... que pour la plupart des électeurs, le référendum portera sur la confiance au général de Gaulle beaucoup plus que sur une constitution dont bien peu sont capables d’apprécier objectivement le contenu et moins encore les conséquences »44. Il est clair que deux autres questions inquiètent beaucoup plus l’opinion : d’abord celle de l’Algérie et du terrorisme et ensuite celle de la hausse des prix qui continue d’entretenir un mécontentement latent. Dans ces conditions, ceux qui espéraient un miracle sont déjà déçus.

  • 45 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 septembre 1958.
  • 46 Idem.

19Le parti communiste s’efforce bien sûr de capitaliser tous les mécontentements. Il mène d’emblée une campagne active contre de Gaulle et son gouvernement, accusés de tendances fascistes. Mais cette campagne, comme tant d’autres qui l’ont précédée, ne dépasse pas le cercle des électeurs habituels du parti communiste. C’est ainsi que les manifestations de masse prévues pour le 14 juillet sont plutôt des échecs, sauf à Boulogne-sur-Mer et à Outreau. Le seul succès tangible obtenu par les communistes est la fréquentation accrue des traditionnelles fêtes champêtres organisées par le parti pendant la belle saison : 2 500 personnes sont ainsi présentes aux Essars-les-Béthune contre 1 000 en 195745. La CGT soutient bien sûr l’action du parti communiste, mais elle reste de toute évidence assez prudente, de peur d’être abandonnée par sa base qui paraît peu disposée à bouger. Le comité régional des mineurs CGT essaie bien d’organiser le 18 juin une journée de défense des libertés, mais celle-ci passe inaperçue.46 Les congés payés contraignent ensuite la centrale syndicale à l’inaction. Lorsqu’elle peut reprendre son action, elle concentre les critiques qu’elle adresse au gouvernement sur les terrains sociaux qui lui paraissent les plus susceptibles d’entraîner l’opinion : refus d’augmenter les salaires, hausse du prix des produits alimentaires.

  • 47 Idem.

20Les communistes et leurs satellites s’efforcent bien sûr, pendant cet été 1958, de jouer la carte antifasciste et républicaine pour rassembler autour d’eux tous les opposants et, en particulier, naturellement, les socialistes qui n’approuvent pas la politique suivie par Guy Mollet. Mais ils ne peuvent en fait pas réellement profiter du trouble de la fédération socialiste. Comme l’explique le préfet, qui reprend le rapport du sous-préfet de Béthune, partagés « entre la crainte des communistes et celle des « colonels, les socialistes dans leur ensemble semblent donner la priorité à la première, plus immédiate dans le bassin minier »47. Parmi les socialistes qui manifestent le plus clairement pendant l’été 1958 leur opposition à Guy Mollet, il faut à nouveau citer les enseignants, ou du moins une partie importante d’entre eux, en particulier par le biais de leurs syndicats.

  • 48 Rapport trimestriel (juin, juillet, août 1958) du sous-préfet de l’arrondissement de Béthune à M. (...)
  • 49 Pauline Pronau, op. cit., p. 239.

21Les poujadistes du département, quant à eux, penchent plutôt en faveur du oui et sont donc gênés par la position de Poujade48. Cette contradiction provoque d’ailleurs la quasi-disparition du mouvement dans le Pas-de-Calais pendant l’automne 195849.

  • 50 Département du Pas-de-Calais, réponse au questionnaire sur le prochain référendum, 18 août 1958, A (...)
  • 51 Sous-préfecture de Béthune, le 11 août 1958, cabinet du sous-préfet, Référendum du 28 septembre 19 (...)
  • 52 Voici les résultats du référendum du 28 septembre 1958 dans l’arrondissement de Béthune :

22Pendant l’été 1958, le ministre de l’Intérieur envoie à tous les préfets une enquête visant à faciliter l’action du gouvernement pour la préparation du référendum. Le questionnaire gouvernemental est bien sûr diffusé par la préfecture aux sous-préfets mais aussi aux Renseignements généraux d’Arras, Béthune, Boulogne-sur-Mer, Calais, Lens et Montreuil-sur-Mer, ce qui permet de disposer d’une sorte de photographie de l’opinion départementale au mois d’août 1958. Les services du préfet, synthétisant les rapports des sous-préfets et de la police, évaluent à 60 % la proportion des électeurs déjà acquis au oui, contre 30 % de non et 10 % d’abstentions50. La seule prévision divergente est celle du sous-préfet de Béthune qui estime que les votes négatifs pourraient être les plus nombreux (40 % contre 30 %)51. Cette prévision (qui affecte en réalité de considérer que la position des socialistes est encore incertaine) ne correspond d’ailleurs pas aux chiffres avancés par les Renseignements généraux de Béthune et de Lens. Cette discordance est sans doute une nouvelle manifestation de l’attitude frondeuse du sous-préfet52.

  • 53 Département du Pas-de-Calais, réponse au questionnaire sur le prochain référendum.

23Les fonctionnaires du département sont dans l’ensemble convaincus que les électeurs suivront à l’occasion du référendum les consignes du parti auxquels ils accordent d’habitude leur confiance. La question est bien sûr particulièrement importante pour l’électorat communiste. En 1958, il y a déjà plusieurs années que le préfet a renoncé à l’espoir d’un déclin rapide du vote communiste : aucune crise du parti communiste, même les plus violentes comme celle de 1956, ne lui semble plus de nature à remettre en cause la fidélité de ses électeurs. Les cantonales du printemps 1958 ont d’ailleurs semblé lui donner raison une fois de plus. Aussi la préfecture estime-t-elle que la masse des électeurs communistes va naturellement voter non53. Les avis sont cependant parfois un peu plus nuancés. Sous-préfets et commissaires sont quelquefois perplexes : à Béthune et plus encore sur le littoral, un certain nombre d’électeurs communistes leur semblent susceptibles de basculer en faveur du oui : les femmes, les jeunes mais aussi les anciens résistants leur paraissent en effet sensibles au prestige du général de Gaulle. Le commissaire de Lens et, plus nettement encore, le sous-préfet de Béthune, rejettent par contre cette hypothèse.

24Les autres forces politiques susceptibles de répondre négativement au référendum (minoritaires de la SFIO, chrétiens progressistes et une poignée de radicaux mendésistes) ne représentent par contre pas grand-chose dans le département. Une place particulière doit être à nouveau attribuée aux enseignants qui constituent très certainement l’un des fers de lance du non : leurs syndicats, dont commissaires et sous-préfets soulignent l’importance, se prononcent très largement pour le non. Au sein de la SFIO, ce sont souvent des enseignants qui contestent le plus durement l’action de Guy Mollet : il faut surtout citer, sur le littoral, Henri Henneguelle. Celui-ci pèse bien sûr d’un grand poids sur la section de Boulogne-sur-Mer, mais son influence ne dépasse guère les limites de sa ville et elle semble efficacement contenue par Jeannil Dumortier et André Parmentier.

  • 54 Département du Pas-de-Caiais, réponse au questionnaire sur le prochain référendum.

25Les partis de droite et les gaullistes en pleine reconstitution soutiennent bien sûr le oui. Les associations d’anciens combattants non communistes, les anciens des FFL, d’Indochine et d’AFN ainsi que par la plus grande partie du clergé y sont aussi favorables. Le oui est également soutenu par la plus grande partie de la presse locale54.

  • 55 Département du Pas-de-Calais, réponse au questionnaire sur le prochain référendum.
  • 56 Philippe Roger, Un préfet de guerre froide, op. cit., p. 122.

26L’enquête envoyée par le ministère de l’Intérieur comporte une question sur les moyens qui sont susceptibles d’être employés pour influencer l’opinion. Ce point suscite des commentaires critiques du sous-préfet de Béthune qui se singularise à nouveau en s’interrogeant sur le sens que peut avoir pareille pratique en démocratie. La plupart des sous-préfets et des commissaires soulignent surtout la faible efficacité des moyens traditionnels. Les tracts n’ont que peu d’impact, les affiches sont de toute façon rapidement lacérées et les réunions ne sont en règle générale que peu suivies : la population apparaît en fait assez fatiguée des manifestations et des réunions publiques, et ce n’est sans doute pas une évolution récente. L’influence de la presse et de la radio semble plus grande. La presse départementale apparaît en tout cas, comme cela a déjà été noté, très majoritairement favorable au oui (cf. tableau en annexe). Mais surtout, note le préfet, le moyen qui peut le plus sûrement peser sur l’opinion du Pas-de-Calais est « sans conteste la télévision, dont la force de pénétration est particulièrement redoutée des communistes du fait de sa très large diffusion dans le bassin minier »55. Ceci n’est d’ailleurs pas tout à fait une nouveauté : le préfet du Pas-de-Calais signale depuis le milieu des années 1950 la méfiance qu’éprouve le parti communiste à l’égard de la télévision56.

  • 57 Il est cependant exact que le parti communiste est alors très puissant à l’extrémité occidentale d (...)

27Les militants communistes semblent avoir effectivement redouté l’effet de la télévision sur les femmes (ce qui n’est peut-être que le résultat d’un préjugé misogyne) et dénoncent en tout cas sa partialité : « ceux qui s’opposent à la dictature n’ont pas droit à la parole. Dans ces conditions, les communistes s’efforcent de moderniser leur communication électorale. La dynamique section d’Auchel utilise aussi largement que possible le disque « Union et action de tous les Républicains pour le NON au référendum-plébiscite » sur lequel sont enregistrés des extraits d’un discours de Maurice Thorez. Ils exploitent aussi le diapofilm « NON À DE GAULLE » qu’ils essaient de projeter même dans les maisons des corons. Il semble cependant qu’en dépit de cet activisme, une partie au moins des militants communistes aient perçu que l’opinion ne leur était pas favorable, ce qui peut conduire à un déni de réalité, une sorte de schizophrénie politique. L’on peut citer l’exemple d’une réunion des responsables de section de l’ouest du bassin minier qui se tient à Auchel le 27 août. L’un d’eux, également responsable du syndicat des mineurs CGT, après avoir déclaré que la situation était très favorable dans sa commune et que les responsables de FO se faisaient fort d’amener tous leurs amis à voter non, précise même que ses cinq beaux-frères socialistes qui ne lui adressaient plus la parole depuis longtemps sont revenus lui rendre visite. Reconnaissant que seul le parti communiste a su ouvrir les yeux des masses, ils incitent leur entourage à voter non. Cette touchante scène de famille ne présente que l’inconvénient d’avoir été vraisemblablement inventée, le même homme ayant peu auparavant avoué à ses amis ses craintes et ses incertitudes quant aux résultats du référendum57.

Conclusion

28Au printemps 1958, le système politique qui s’est mis en place dans le Pas-de-Calais entre 1945 et 1947 (ou 1949) ne semble pas sur le point de s’effondrer. L’opinion est cependant mécontente. Les questions constitutionnelles ne font à vrai dire guère partie de ses préoccupations, qui concernent avant tout la hausse des prix et l’Algérie. Le conflit algérien suscite en effet au début de l’année 1958 une lassitude croissante mais qui ne paraît pas, en dépit des efforts du parti communiste, prendre une forme politique.

29Pendant la seconde quinzaine du mois de mai, l’opinion dans son ensemble reste calme et les efforts déployés par le parti communiste ne dépassent que rarement les rangs de ses sympathisants. Si les activistes d’Algérie ou l’armée ne suscitent aucune sympathie, si l’action du général de Gaulle laisse quelquefois perplexe, bien peu nombreux sont ceux qui (en dehors peut-être des organisations enseignantes) soutiennent avec ardeur la Quatrième République. Celle-ci, on l’a vu, n’est pas vraiment remise en cause par la population du Pas-de-Calais, mais elle n’est pas davantage défendue. Le dénouement de la crise sans effusion de sang suscite un large soulagement. Les communistes essaient bien de mobiliser l’opinion, mais celle-ci ne répond pas à leurs attentes. La fédération, en fait, ne s’aperçoit pas (ou peut-être feint-elle de ne pas s’apercevoir) que, pour la première fois depuis la Libération, son influence politique pourrait être contestée.

Annexes

Annexe

Position de la presse départementale au mois d’août 1958 (tableau établi d’après les renseignements collectés par les services de la préfecture du département du Pas-de-Calais en réponse au questionnaire envoyé par le ministère de l’Intérieur, 18 août 1958, AD Pas-de-Calais, 1 W 45 524/2)

Titre

Diffusion dans le Pas-de-Calais

Attitude face au projet de référendum

Quotidiens

La Voix du Nord

110 000

Favorable

Nord-Matin (socialiste)

60 000

Neutralité plutôt bienveillante

Liberté (communiste)

31 600

Hostile

Journal du Pas-de-Calais et de la Somme (centre)

14 000

Favorable

Nord-Littoral

18 000

Favorable

La Croix du Nord (catholique)

6 500

Favorable

Libre-Artois (socialiste)

5 000

Neutralité bienveillante

Narodowiec (quotidien de langue polonaise)

41 000

Neutre

Hebdomadaires

L’avenir de l’Artois (centre)

42 000

Favorable

Le journal de Montreuil (radical)

5 500

Favorable

L’Indépendant du Pas-de-Calais

5 000

Favorable

L’Éclair du Pas-de-Calais (MRP)

10 500

Favorable

L’Ouvrier des Mines (organe du syndicat MJ des mineurs ;

10 000

Favorable

L’Écho des mines (journal du syndicat CFTC des mineurs)

25 000

Neutre

La Tribune des mineurs (FRM-CGT).

47 000

Hostile

Notes

1 Un sujet très comparable a déjà été traité, mais à l’échelle nationale : Philippe Button, « L’opinion publique en 1958 selon les rapports des préfets », dans Fondation Charles de Gaulle, L’avènement de la Ve République Entre nouveauté et tradition, Paris, Armand Colin, 1999, p. 203-218,

2 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, 7 mars 1958, AD Pas-de-Calais, 1W8148.

3 Sous-préfecture de Boulogne-sur-Mer, rapport trimestriel d’information, CAB/474/1958, décembre 1957, janvier-février 1958, le 28 février 1958, AD Pas-de-Calais, 1W8150.

4 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, 7 mars 1958.

5 Idem.

6 Sous-préfecture de Béthune, rapport trimestriel (décembre 1957, janvier et février 1958) AD Pas-de-Calais, 1W8150.

7 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, 7 mars 1958.

8 Idem.

9 Philippe Roger, « Un préfet de guerre froide, Georges Phalempin et la fédération communiste du Pas-de-Calais de 1947 à 1958 », Histoire et archéologie du Pasde-Calais, tome XXIV, année 2006, p. 148.

10 Sous-préfecture de Béthune, rapport trimestriel (décembre 1957, janvier et février 1958).

11 Philippe Roger, « La guerre d’Indochine et les populations du Pas-de-Calais », dans Frédéric Angleviel, Chants pour l’au-delà des mers, Mélanges en l’honneur du professeur Jean Martin, Paris, L’harmattan, 2008, p. 109-126.

12 Le sous-préfet de Montreuil-sur-Mer à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais. Cabinet. Le 28 février 1958. Rapport périodique d’information no 495/10, AD Pas-de-Calais, 1W8150.

13 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 juin 1958, AD Pasde-Calais, 1W8148.

14 Procès-verbal des délibérations du conseil général du Pas-de-Calais, séance du mercredi 30 avril 1958, p. 17, Arras, Imprimerie Centrale de l’Artois, 1958.

15 Synthèse journalière, commissaire principal RG d’Arras à IGAME Lille, le 16-5-1958, AD Pas-de-Calais, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

16 Idem.

17 Synthèse journalière, commissaire principal RG d’Arras à IGAME Lille, le 17/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

18 Pauline Pronau, Le mouvement Poujade dans le département du Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise préparé à l’université de Lille 3 sous la direction de Robert Vandenbussche, 2004, 267 p., annexes.

19 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, 17/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

20 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 juin 1958.

21 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 20/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

22 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 20/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

23 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 24/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

24 Idem.

25 Sous-préfecture de Montreuil-sur-Mer, rapport périodique d’information, mars, avril, mai 1958, 2 juin 1958, rapport no 1178/10, AD Pas-de-Calais, 1W8150.

26 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 28/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

27 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 30/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

28 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 31/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W 8903.

29 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 2/6/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

30 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 juin 1958.

31 Idem.

32 Idem.

33 Idem.

34 Sous-préfecture de Béthune, le sous-préfet de l’arrondissement de Béthune à Monsieur le préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, mars, avril, mai 1958, le 4 juin 1958, AD Pas-de-Calais, 1W8150.

35 Idem.

36 Idem.

37 Idem.

38 Idem.

39 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel, 5 juin 1958.

40 Synthèse journalière, commissaire principal RG Arras à IGAME Lille, le 27/5/1958, AD Pas-de-Calais, 1W8903.

41 Idem.

42 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 juin 1958.

43 Sous-préfecture de Montreuil-sur-Mer, le 2 septembre 1958, le sous-préfet de Montreuil-sur-Mer à monsieur le préfet du Pas-de-Calais, cabinet, 1705/10, AD Pas-de-Calais, 1W8150.

44 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 septembre 1958, AD Pas-de-Calais, 1W8148.

45 Préfet du Pas-de-Calais, rapport trimestriel d’information, 5 septembre 1958.

46 Idem.

47 Idem.

48 Rapport trimestriel (juin, juillet, août 1958) du sous-préfet de l’arrondissement de Béthune à M. le préfet du Pas-de-Calais, AD Pas-de-Calais.

49 Pauline Pronau, op. cit., p. 239.

50 Département du Pas-de-Calais, réponse au questionnaire sur le prochain référendum, 18 août 1958, AD Pas-de-Calais, 1W45524/2. Le préfet maintient ce pourcentage dans son rapport de septembre, tout en émettant une réserve sur le pourcentage des oui qu’il tend alors à considérer comme un maximum.
On sait que les résultats du référendum du 28 septembre 1958 dans le Pas-de-Calais ont été différents :

  • Abstentions : 10,3 % des électeurs inscrits.
  • Blancs et nuls : 1,2 %
  • Oui : 66,5 %
  • Non : 22 %

51 Sous-préfecture de Béthune, le 11 août 1958, cabinet du sous-préfet, Référendum du 28 septembre 1958, AD Pas-de-Calais, 1W45524/2.

52 Voici les résultats du référendum du 28 septembre 1958 dans l’arrondissement de Béthune :

  • Abstentions : 10,7 % des électeurs inscrits.
  • Blancs et nuls : 1,1 %
  • Oui : 60 %
  • Non : 28,2 %.

53 Département du Pas-de-Calais, réponse au questionnaire sur le prochain référendum.

54 Département du Pas-de-Caiais, réponse au questionnaire sur le prochain référendum.

55 Département du Pas-de-Calais, réponse au questionnaire sur le prochain référendum.

56 Philippe Roger, Un préfet de guerre froide, op. cit., p. 122.

57 Il est cependant exact que le parti communiste est alors très puissant à l’extrémité occidentale du bassin minier et que le non y enregistre souvent ses meilleurs scores le 28 septembre 1958.

Auteur

Université de Lille 3 - UMR CNRS - IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540