Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Troisième partie : les forces politiques

D’une représentation parlementaire à l’autre : les députés du Nord et du Pas-de-Calais en 1956 et en 1958

Jean-Marc Guislin

Texte intégral

1Après le changement de régime adopté par les Français le 28 septembre 1958, les élections législatives des 23 et 30 novembre constituent, elles aussi, une rupture quant à la représentation parlementaire, tant au niveau national qu’au niveau local, avec un changement de majorité et un important renouvellement du personnel politique. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, la gauche passe de 28 à 12 députés, la droite de 10 à 25. Les communistes, qui étaient 12, ont disparu ; les gaullistes, qui étaient absents, arrivent en force avec 16 représentants.

2Nous évoquerons dans une première partie les députés des deux départements septentrionaux élus le 2 janvier 1956, puis dans un deuxième temps nous étudierons les profondes modifications apportées dans la procédure de désignation des parlementaires et leurs conséquences. Après avoir hésité, le général de Gaulle et ses amis politiques ont opté pour le scrutin d’arrondissement (uninominal, majoritaire à deux tours) qui impliquait le découpage de nouvelles circonscriptions - qu’il convient d’analyser -. Nous constaterons qu’il a avantagé les candidats de l’UNR ainsi que de la SFIO et qu’il a défavorisé ceux du PCF. Dans une dernière partie, nous tenterons de dresser un portrait de groupe des députés de la première législature de la Cinquième République.

Pour la dernière législature de la Quatrième République, près de 75 % de députés de gauche représentent les deux départements septentrionaux

  • 1 Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, 2. L’expansion et l’impuissance 1952-1958 (...)
  • 2 Henri Adam, Yves-Marie Hilaire, André Legrand, Bernard, Ménager, Robert Vandenbussche, Atlas élect (...)

3La dissolution de l’Assemblée nationale intervenue le 2 décembre 1955 revêt un caractère exceptionnel dans la mesure où c’est la première depuis 1877 et que cette opération parfaitement légale passe pour contraire à la tradition républicaine. Elle implique une campagne électorale rapide, « moins de trois semaines au cours d’un fort hiver »1, mais animée. Ce vif intérêt est manifesté par une augmentation notable du nombre des inscrits, surtout dans le Nord (mais également dans plusieurs départements urbains). La radio, la télévision y contribuent mais encore plus la gravité de la situation : guerre d’Algérie qui semble rencontrer un écho important à Lille où l’on est sensible aux « premières pertes importantes de l’armée »2, dysfonctionnements de la démocratie républicaine, mécontentement de certains éléments de la classe ouvrière révélé, par exemple, par les grèves dans la région nantaise pendant l’été, colère des classes moyennes indépendantes exprimée par la montée en puissance du mouvement Poujade qui, à l’extrême droite, avec ses listes « Union et Fraternité française », mène une campagne très dynamique.

  • 3 Cf. Bernard Ménager, Philippe Ratte, Jean-Louis Thiébault, Robert Vandenbussche, Christian-Marie W (...)

4Derrière Pierre Mendès France (radical socialiste, député-maire de Louviers, conseiller général de l’Eure) et Guy Mollet, (socialiste, député-maire d’Arras, ancien président du conseil général du Pas-de-Calais)3 s’organise le Front républicain que rejoignent les amis de François Mitterrand (UDSR, député de la Nièvre) et les gaullistes proches de Jacques Chaban-Delmas (député-maire de Bordeaux), tous anciens ministres. Cette coalition se prononce pour une paix négociée en Algérie, le progrès social et la modernisation du pays. Le parti communiste qui aurait souhaité un front unique de toute la gauche se trouve encore isolé et développe un discours catastrophiste. La majorité sortante derrière le président du Conseil, Edgar Faure (ex-radical, maire de Port-Lesney, conseiller général de Villers-Farlay, député du Jura), regroupe des radicaux de droite (Rassemblement des Gauches républicaines), le MRP, les Indépendants d’Antoine Pinay (député-maire de Saint-Chamond, conseiller général de la Loire), des gaullistes. Son slogan « Changer, en persévérant » attire moins les jeunes que les propositions de PMF ardemment soutenu par L’Express. On assiste à une prolifération des candidatures en raison de la multiplicité des tendances politiques, de l’éclatement des anciennes listes principalement modérées.

  • 4 Pour sa part, La Croix du Nord estime qu’il est impossible pour un catholique de voter SFIO (Cf. A (...)
  • 5 Ancien maire de Lens, député de la deuxième circonscription du Pas-de-Calais, Auguste Lecœur est e (...)

5Au nord du pays, les radicaux se rallient majoritairement au Front républicain - dont la défense de la laïcité est un des points importants du programme4 -. En revanche, de nombreux gaullistes se sont rapprochés des Indépendants et rallient la majorité sortante non sans quelques déchirements dans la deuxième circonscription du Nord ou la première du Pas-de-Calais, aux dépens de Jacques Vendroux, gaulliste orthodoxe et beau-frère du général de Gaulle. Les communistes, qui ont été ébranlés par plusieurs affaires, comme celles autour d’Auguste Lecoeur ou de René Camphin5, ont renouvelé leurs cadres et une partie de leurs candidats, avec notamment Gustave Ansart et Léandre Letocquart, respectivement secrétaires des fédérations du Nord et du Pas-de-Calais, ou Auguste Defrance qui remplace Gaston Dassonville (1893-1965) député sortant malade dans la première circonscription du Pas-de-Calais.

6Pour cette consultation, le mode de scrutin proportionnel, en place depuis 1945, demeure, de même que la division du Nord en 3 circonscriptions et celle du Pas-de-Calais en 2. En revanche le système des apparentements établi en 1951 n’est guère utilisé (3e circonscription du Nord) et joue donc moins contre le PCF.

7Le 2 janvier, l’abstention, au niveau national n’est que de 20, 4 %, soit un recul de 2,3 % par rapport à 1951. Le mouvement Poujade crée la surprise avec 2,5 millions de voix et 51 députés. Le PCF est stable avec près de 26 % des suffrages exprimés des voix mais, ayant moins souffert des apparentements, il obtient 50 parlementaires de plus (146). La droite remporte 500 000 voix de plus que la gauche, mais c’est le Front républicain qui est considéré comme vainqueur, avec 28 % des suffrages exprimés, environ 175 élus parmi lesquels 89 députés socialistes, dont 15 pour le Nord et le Pas-de-Calais soit près de 17 %.

8Localement, la participation est remarquable avec un taux de 88 % [79,6 % en France], mais un peu plus faible sur le littoral du Pas-de-Calais. La stabilité caractérise aussi le PCF : avec environ 25 % des inscrits, il gagne 2 députés, 12 au lieu de 10. La gauche non communiste progresse de 6-7 % et gagne également 2 sièges (16 élus) dont un au profit du parti radical qui pour la première fois sous la Quatrième République a un élu dans le Nord en la personne d’André Bonnaire (3e circonscription). Le centre droit (MRP + Indépendants) bénéficie de la disparition du RPF (18 %, 6 élus en 1951) et progresse de 5 points dans le Pas-de-Calais et de près de 8 dans le Nord mais n’a qu’un élu de plus (9 au lieu de 8, avec le gaulliste Robert Nisse dans la 3e circonscription du Nord). Le mouvement Poujade avec 7,5 %, plus faible de 2 points que sur l’ensemble de l’hexagone, n’a qu’un élu, Georges Helluin, dans la 2e circonscription du Nord, même si c’est en Artois (cantons d’Avesnes-le-Comte, Beaumetz-les-Loges, Pas-en-Artois) qu’il fait ses meilleurs scores.

  • 6 Nous avons retenu l’âge des députés à leur anniversaire de 1956 ; nous avons fait de même pour les (...)

9La moyenne d’âge des 38 députés est de 51 ans et demi, le plus âgé étant Paul Reynaud (78 ans), le plus jeune, le communiste Gustave Ansart (33 ans). Les élus de droite ont près de 56 ans en moyenne, ceux de la gauche non communiste 51 ans et demi, ceux du PCF près de 48 ans6. Il n’y a que 3 députées, toutes à gauche : 2 pour le PCF, Émilienne Galicier, députée du Nord depuis 1945, charcutière, présidente de l’Union des Femmes de France pour le Nord, Jeannette Prin, députée du Pas-de-Calais depuis 1951, employée des PTT ; 1 pour la SFIO, Rachel Lempereur, députée du Nord depuis 1945, directrice d’école, conseillère générale et adjointe au maire de Lille.

  • 7 A laquelle on peut ajouter le cheminot radical-socialiste André Bonnaire.
  • 8 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presses Université, 1996.
  • 9 En mars 1958, l’ingénieur des mines Robert Nisse (gaulliste) est remplacé par l’instituteur Tarsyl (...)

10Les ouvriers sont les plus nombreux avec 12 élus (31,5 % ; 22,1 % au niveau national) dont 9 pour le PCF (75 % des élus PCF et des élus ouvriers septentrionaux), 2 pour le MRP et un pour la SFIO7. La plupart ont été aussi d’importants militants syndicaux comme le communiste Gaston Coquel ou le démocrate chrétien Jules Catoire8, quant au socialiste Victor Provo, il est rapidement entré en politique. Le deuxième groupe professionnel important est formé par les enseignants avec 11 députés, tous à gauche, 10 SFIO, 1 PCF, parmi lesquels 9 instituteurs, dont 2 directeurs d’école, les socialistes Rachel Lempereur et Albert Denvers. Les 2 professeurs du secondaire sont les socialistes Guy Mollet et Jeannil Dumortier. Les avocats ne sont que 3, tous à droite, parmi lesquels Paul Reynaud. On trouve encore 2 journalistes, eux aussi à droite, parmi lesquels Maurice Schumann, 1 médecin, 1 ingénieur, soit 18 représentants des professions intellectuelles9 (47,38 % contre 45,3 % au niveau national). Quatre élus viennent du secteur commercial, 3 SFIO et assez normalement, le seul élu poujadiste, Georges Helluin, originaire de la Somme.

11Neuf députés seulement ne sont pas nés dans la région, dont 4 à droite mais la plupart des « horsains » y sont implantés depuis longtemps, à l’instar de Guy Mollet ; même l’ancien parachuté Reynaud représente le Nord depuis 1946.

12Cet ancrage local est confirmé par le nombre élevé d’élus locaux parmi les représentants des deux départements septentrionaux puisqu’il y a parmi eux 17 maires ou adjoints au maire (44,74 % ; tous à gauche, 4 PCF, 12 SFIO, 1 MRP) dont certains administrent d’importantes cités [les socialistes Darrou, maire d’Hazebrouck, Denvers, maire de Gravelines, Gernez, maire de Cambrai, Notebart, maire de Lomme, Provo, maire de Roubaix, Thomas, maire du Quesnoy ; Henneguelle, maire de Boulogne, Mollet, maire d’Arras, André Parmentier, maire de Calais], 14 conseillers généraux (37,83 % ; 4 PCF, 8 SFIO, 2 de droite). 10 cumulent 3 mandats (26,3 %) ; 7 SFIO (+ 1 en mars 1958). La réélection de 30 sortants (79 % des élus) confirme ce phénomène et prouve la faible audience, dans la région, du poujadisme dont le slogan était « Sortez les sortants ».

13Ces hautes personnalités politiques locales ont parfois une dimension nationale en raison de leur passage au gouvernement comme les socialistes Mollet et Thomas. En revanche, la droite compense sa faible implantation (Jules Duquesne, adjoint au maire de Roubaix et conseiller général de Roubaix Nord, Jean Lefranc, conseiller municipal d’Arras et conseiller général d’Arras) par une forte présence ministérielle passée (Catoire, Christiaens, Reynaud, Schumann).

  • 10 L’indépendant Lefranc s’abstient volontairement.

14Tous ces députés reflètent la plupart du temps la conduite de leur parti face aux grandes questions. Ainsi, 3 seulement, le 12 mars 1956, refusent d’accorder au gouvernement des pouvoirs spéciaux en Algérie : les indépendants Reynaud et Febvay, le poujadiste Helluin10. Le 5 juin 1956, Reynaud et Helluin refusent la confiance au gouvernement pour sa politique en Algérie, tandis que les communistes et les Indépendants Febvay et Lefranc s’abstiennent volontairement. Le 31 octobre 1956, Helluin s’oppose à l’ordre du jour de Paul Alduy exprimant la confiance au gouvernement à propos de la crise de Suez tout comme les communistes qui toutefois sont isolés, une semaine plus tard, pour refuser celui de Daniel Mayer « condamnant la répression en Hongrie et flétrissant ceux qui en France approuvent ce crime contre l’humanité ».

  • 11 Lors de ces deux votes, l’indépendant Lefranc agit comme le 12 mars 1956.

15Ils retrouvent Helluin, Febvay et Lefranc pour renverser le gouvernement de Guy Mollet, le 21 mai 1957, Reynaud, Nisse et Christiaens, choisissant de s’abstenir volontairement. Le 22 janvier 1957 les communistes, Nisse et Helluin refusent la confiance au gouvernement à propos des négociations qu’il mène pour créer la CEE ; les mêmes refusent de ratifier le traité de Rome le 10 juillet 195711.

  • 12 Le 1er juin 1958, pour l’investiture et le 2 juin pour les pouvoirs constituants.
  • 13 Cf. Atlas électoral, op. cit., p. 58. Tarsyle Dewasme dont le père fut conseiller d’arrondissement (...)

16Le retour du général de Gaulle est majoritairement soutenu puisque seuls les communistes, 5 socialistes [Coutant, Darrou, Henneguelle, Lempereur, Notebart] et le radical Bonnaire s’y opposent12. Cela confirme le rapprochement entre la droite et une partie des socialistes qui s’est clairement manifesté lors de l’élection partielle des 9-23 mars 1958 où le socialiste Tarsyle Dewasmes n’a été élu que de justesse face au communiste Henri Fievez13.

Le scrutin d’arrondissement favorise une forte poussée gaulliste, plus en nombre d’élus qu’en voix, plus dans le Nord que dans le Pas-de-Calais

17Les élections des 23-30 novembre interviennent deux mois après le referendum du 28 septembre par lequel les Français ont approuvé la nouvelle constitution et qui a été un triomphe pour le général de Gaulle (66,4 % de OUI en France, 69,4 % dans le Nord, 66,5 % dans le Pas-de-Calais).

18Le changement de régime s’accompagne d’un changement de mode de scrutin. Il y a alors un large consensus dans l’hostilité à la représentation proportionnelle qui favorise le morcellement partisan, typique de la Quatrième République désormais rejetée, et encore plus au système des apparentements qui est une tricherie. Les gaullistes préféreraient instaurer le scrutin majoritaire à un seul tour comme au Royaume-Uni (Debré, Capitant) ou le scrutin majoritaire de liste à deux tours, comme en 1871 ou 1885 (états-majors gaullistes, Soustelle, droite traditionnelle, Pinay). Finalement le 7 octobre, De Gaulle opte pour le scrutin d’arrondissement, c’est-à-dire, uninominal, majoritaire à deux tours dans le cadre de circonscriptions. Il est prévu qu’aucun candidat nouveau ne peut se présenter au second tour, qu’aucun candidat ne peut se maintenir au second tour s’il n’a pas obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés au premier.

19Le choix de ce système s’explique par le souhait du chef du gouvernement d’éviter une chambre « introuvable » [toujours difficile à manier et qui refléterait mal l’opinion] favorisée par le scrutin majoritaire de liste, de ne pas protéger le PCF dans ses bastions, de donner « une caution républicaine » à son régime. En effet le scrutin d’arrondissement, auquel le pays est attaché, a été le plus fréquemment utilisé sous la Troisième République, et notamment en 1889 pour briser la vague boulangiste.

  • 14 Maurice Duverger, « Paradoxes d’une réforme électorale » (p. 221-240), dans L’Établissement de la (...)

20Toutefois, « jamais en régime démocratique, la représentation nationale [n’a été] déformée à ce point »14 puisque la gauche avec 60 % des suffrages n’a que 32 % des sièges, l’UNR avec 18 % des suffrages, 40 % des sièges ! Cette fédération de groupements gaullistes a fait 500 000 voix de moins que le RPF en 1951 et les députés gaullistes n’étaient qu’une poignée à la fin de la Quatrième République. Cette disproportion est confirmée dans le Nord – Pas-de-Calais. Les auteurs de la loi n’ont pas voulu une telle déformation, mais les circonstances politiques particulières et le découpage électoral y ont largement contribué !

  • 15 Ibidem, p. 221.

21C’est à la mi-octobre que les nouvelles circonscriptions sont connues. Elles sont au nombre de 465, au lieu de 103 en 1956 pour 544 sièges et selon Maurice Duverger le pouvoir a manifesté alors « une remarquable honnêteté »15. Certes on a cherché à gêner le PCF, à aider certains amis mais l’inégalité des circonscriptions est beaucoup moins grande que sous la Troisième République. L’écart maximal est de 1 à 3,5 ; la grande masse des circonscriptions varie entre 45 000 et 70 000 électeurs. D’ailleurs les organisations agricoles se sont plaintes de la réduction de la représentation parlementaire du monde rural, alors que celui-ci demeure favorisé.

  • 16 Les informations de ce paragraphe et du suivant ont été trouvées pour une bonne part dans Le Monde(...)

22Le Nord qui perd un siège est découpé en 23 circonscriptions qui se rapprochent beaucoup de celles de 1936 (il y en avait 24), sauf pour le canton de Bavay (qui passe de la circonscription de Maubeuge à celle du Quesnoy) et pour l’arrondissement de Dunkerque qui perd une circonscription (de 4 à 3)16. On constate des variations sensibles de population sur le littoral où la 11e circonscription qui rassemble l’agglomération de Dunkerque et la ville de Gravelines a 117 738 habitants alors que la 12e qui regroupe les cantons ruraux autour de Bourbourg n’en compte que 68 860 ; mais également dans l’agglomération lilloise où la 4e (Lille-Est et Sud-Est) ne compte que 62 851 habitants face aux 117 738 de la 7e (Roubaix-Est).

23Les modifications sont plus sensibles dans le Pas-de-Calais qui pourtant garde 14 sièges (il a eu droit à 15 sièges de 1928 à 1951), notamment dans la région d’Arras et de Béthune. La 1re circonscription d’Arras, celle de Guy Mollet, englobe les 2 cantons d’Arras et celui de Vimy dont 7 communes, à majorité communiste, ont été transférées dans la 2e (Bapaume) à caractère agricole [Gavrelle, Izel, Neuvireuil, Oppy, Quiéry] ou la 12e (Liévin) bastion socialiste [Avion (dont le maire est le communiste Léandre Letocquart, député sortant), Eleu-dit-Leauwette].

  • 17 Beugin, Camblain-Châtelain, Caucourt, Divion, Estréé-Cauchy, Calonne-Ricouart, Gauchin-Légal, Herm (...)
  • 18 Auchel, Cauchy, Lozinghem.
  • 19 Lens, Billy-Montigny, Fouquières-les-Lens, Loison, Noyelles-sous-Lens, Sallaumines.

24Le canton d’Houdain dont le conseiller général est le communiste André Mancey, député sortant, est partagé entre la 3e circonscription (Saint-Pol) [12 communes]17 et la 10e (Bruay-en-Artois) [19 communes]. Le canton de Norrent-Fontes est partagé entre la 9e (Béthune) [3 communes]18 et la 11e (Cambrin) [27 communes]. Le canton de Lens est partagé entre la 13e circonscription (Lens) [6 communes]19 et la 11e (Cambrin) qui rassemble aussi le canton de Cambrin et celui de Laventie.

  • 20 L’Établissement de la Cinquième République, op. cit.
  • 21 Pour le PCF, tous les sortants se représentent ; pour la SFIO, Coutant et Delabre, pour la SFIO, B (...)

25 La campagne électorale est relativement « morne » au niveau national après « l’intense effort de propagande pour le referendum »20 Ces élections sont dominées par la personnalité du général de Gaulle dont se réclament presque tous les candidats sauf ceux du PCF, mais aussi les poujadistes et les mendésistes, faibles dans la région, ainsi que quelques socialistes en désaccord avec leur leader Guy Mollet. Pour les électeurs, il s’agit moins de choisir un homme que de confirmer le OUI ou le NON du 28 septembre. Le PCF et la SFIO présentent des candidats partout21 ; le MRP et les indépendants font l’impasse dans 7 circonscriptions (6 dans le Nord, 1 dans le Pas-de-Calais) ; les gaullistes n’ont que 17 candidats dans le Nord et 12 dans le Pas-de-Calais, contribuant ainsi aux succès des indépendants Motte, Reynaud (qui a prudemment opté pour la circonscription de Bourbourg et non pas celle de Dunkerque) et Guillain, des MRP Diligent, Dolez et Schumann, du socialiste Guy Mollet.

  • 22 Atlas électoral op. cit., p. 62

26Ce dernier cas explique pourquoi le quotidien Nord-Matin puisse titrer « Pour l’Algérie, deux hommes Guy Mollet et Charles de Gaulle : une seule et même politique », même si l’Algérie ne semble pas la principale préoccupation de cette campagne dans laquelle « la presse régionale s’engage assez tardivement »22.

27Logiquement, Liberté soutient les candidats du PCF, Nord-Matin et Libre-Artois ceux de la SFIO, Nord-Éclair ceux du MRP. La Voix du Nord est hostile aux Ultras de l’Algérie française, aux communistes et aux socialistes qui ont fait voter NON (Darrou, Lempereur, Notebart, Henneguelle) et conseille aux électeurs de donner une suite logique au OUI. La Croix du Nord appelle à la vigilance sur la question de la liberté scolaire.

28Il n’y a aucun élu au soir du premier tour où l’on enregistre 15 % d’abstentions. Les MRP Catoire et Gosset se retirent pour faciliter l’élection du gaulliste Duflot (2e circonscription du Pas-de-Calais) et du socialiste Duchateau (20e circonscription du Nord) contre le communiste Fievez. D’ailleurs, dans le même ordre d’idées, Nord-Matin signale l’appel de l’UNR en faveur de Guy Mollet. Toutefois la politique intérieure française est parasitée par l’offensive diplomatique de Khrouchtchev sur Berlin à la veille du deuxième tour qui voit un raz de marée gaulliste.

Résultats

  • 23 Maurice Duverger, dans L’Établissement de la Cinquième République, op. cit., p. 239.

29La participation demeure importante (84,1 %, 77,1 % en France) notamment dans le Nord, département le plus civique de France, même si la participation y recule dans 10 circonscriptions. Les gaullistes qui ont recueilli dans le Nord 17,9 % des voix au premier tour, obtiennent 54 % des sièges (13) ; dans le Pas-de-Calais les pourcentages sont respectivement de 14,4 % des voix et 21,4 % (3). Cette poussée est due à plusieurs facteurs : bon report des voix avec le MRP et les Indépendants (5e circonscription du Nord), attirance de voix de gauche contre le communiste (15e et 19e circonscriptions du Nord) ou dans de nombreuses triangulaires mettant en compétition un communiste, un socialiste et un gaulliste (2e, 4e, 6e, 7e, 18e et 23e circonscriptions du Nord, 2e circonscription du Pas-de-Calais). En outre, traditionnellement, dans le scrutin à deux tours, l’avantage appartient, dans chaque alliance, au plus fort des alliés23. Les zones de force du gaullisme sont l’agglomération Lille-Roubaix-Tourcoing, le Valenciennois, l’Avesnois, le sud-est de la Flandre intérieure, le Calaisis, le Boulonnais septentrional, le sud-est de l’Artois.

  • 24 Atlas électoral op. cit., p. 68.
  • 25 Le député socialiste de la 10e circonscription du Pas-de-Calais, Télesphore Caudron, ingénieur, dé (...)

30La stabilité du corps électoral est remarquable pour la SFIO (plus de 25 %) [11,8 % en France], pour le MRP et les Indépendants (autour de 10 % chacun, 4 MRP, 4 CNI, 1 concentration républicaine) [18,2 % pour les Indépendants, 8,1 % pour le MRP en France] qui obtiennent des scores flatteurs à Montreuil-sur-Mer, Saint-Omer, Lille, Roubaix, la Flandre intérieure, la vallée de la Lys. Toutefois, les socialistes dont « l’audience est diffuse »24 et l’électorat varié perdent 4 sièges (de 16 à 12,5 dans le Nord, 7 dans le Pas-de-Calais), victimes de la division de la gauche et du glissement d’une partie de leur électorat vers le gaullisme. Les 4 candidats favorables au NON sont battus (Lempereur dans la 2e, Notebart dans la 5e et Darrou dans la 12e du Nord ; Henneguelle dans la 5e du Pas-de-Calais), mais deux vedettes qui ont fait voter OUI sont tout autant battues, Victor Provo à Roubaix, et Eugène Thomas, ministre en exercice, au Quesnoy25.

  • 26 Dans la 2e circonscription du nord, Rachel Lempereur a refusé ce désistement. Il s’est également d (...)
  • 27 Cf. « Analyse approfondie des résultats » dans L’Établissement de la Cinquième République, op. cit

31Le PCF, lui aussi, pâtit de la désunion à gauche et sort grand perdant de ce scrutin, avec un recul de près de 7 points (de 25,5 % à 18,5 %) et la perte de tous ses sièges (14,3 % en France et 10 élus en tout). Dans plusieurs circonscriptions, il est battu par la SFIO qui bénéficie du concours de la droite (17e et 20e circonscriptions du Nord, 1re, 10e et 13e circonscriptions du Pas-de-Calais). Son désistement en faveur de socialistes hostiles à De Gaulle ne permet pas leur triomphe26. Le PCF résiste mieux en pays minier où il profite de l’homogénéité professionnelle, de la puissance de la CGT et de la tradition politique que dans la région lilloise où il souffre de la diversité professionnelle, du travail féminin et d’un moindre encadrement syndical27.

  • 28 Jules Catoire s’est retiré après le premier tour dans la 2e circonscription du Pas-de-Calais, pour (...)
  • 29 Jean Febvay s’est retiré après le premier tour dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais pour fa (...)

32Le triomphe gaulliste, très limité dans le Pas-de-Calais, a pour conséquence l’élimination de nombreux sortants : 26 sur 33 (78 %), au niveau national, la proportion est des 2/3 ce qui fait parler d’une « hécatombe des sortants » (Maurice Duverger) qui se représentaient. Parmi eux 12 communistes, 9 SFIO, 3 MRP28, 1 Indépendant29 ainsi que le seul poujadiste. Ce phénomène auquel contribue, comme de coutume, le changement du système électoral conduit donc à un important renouvellement du personnel parlementaire.

Une représentation parlementaire septentrionale plus jeune et moins ouvrière en 1958 qu’en 1956

33La proportion de bleus est en effet remarquable avec 25 députés désignés pour la première fois soit 67,5 % ; ce pourcentage, très proche de celui de l’ensemble de la représentation nationale, rappelle celui de 1871 (73 %). Trois députés font un come-back : les gaullistes Damette et Vendroux sortis en 1956 ainsi que le modéré Charles Delesalle ancien député et sénateur de la Troisième République, ancien Sous-Secrétaire d’État à l’Air dans le deuxième ministère Chautemps (novembre 1933-janvier 1934).

34Si ce renouvellement entraîne un rajeunissement au niveau national avec des députés de moins de 40 ans plus nombreux que ceux de plus 50, ce n’est pas le cas pour les départements septentrionaux pour lesquels la moyenne d’âge est de 52 ans, soit 6 mois de plus qu’en 1956. Le doyen est toujours Paul Reynaud, 80 ans, le benjamin est le gaulliste Ernest Denis, 28 ans. Les plus âgés sont les socialistes (54,8 ans), puis les centristes et modérés (53,8 ans), les gaullistes n’ayant en moyenne que 48,6 ans, ce qui les rapproche, à cet égard, des députés communistes de 1956.

35Les 3 sortantes ayant été battues, il n’y a plus qu’une seule députée, la gaulliste Madeleine Martinache, avocate, résistante, ce qui, proportionnellement, est moins faible qu’à l’échelon national 2,7 % contre 1,2 % pour 6 élues, alors qu’elles étaient 19, soit 3,5 % en 1956 ! Ce recul est notamment dû à la non-réélection de nombreuses communistes (elles étaient 15 en 1956).

36C’est aussi à la disparition des parlementaires communistes que peut être imputée la quasi-disparition d’élus d’origine ouvrière : un seul dans la région, le socialiste Fernand Darchicourt, ancien mineur contre 12 en 1956. À l’Assemblée de 1956, ils étaient 65 dont 50 PCF, en 1958, ils ne sont plus que 7, chiffre le plus faible depuis 1885 et en Europe occidentale en 1958.

37Ce glissement vers le haut de la hiérarchie sociale est confirmé par la forte diminution des instituteurs (3 au lieu de 9, tous socialistes), désormais moins nombreux que les professeurs (5 au lieu de 2, dont 3 socialistes), par l’augmentation du nombre des professions médicales (5 au lieu de 1, dont 3 gaullistes), des avocats (5 au lieu de 3, tous à droite). Le nombre de commerçants est stable (4), également partagé entre la droite et la gauche. Deux catégories font leur apparition : les patrons et administrateurs de société (3, tous à droite, dont l’emblématique Bertrand Motte) et les métiers liés à l’agriculture (4, tous à droite). Les professions intellectuelles sont les plus nombreuses (22 = 59, 5 %, proche des 57 % nationaux) et parmi elles, celles liées à l’Éducation nationale forment le groupe le plus important (9 = 24,3 %).

38À bien des égards, la représentation septentrionale ressemble à celle de l’ensemble de la nation, même si on n’y trouve aucun « parachuté », les horsains étant implantés de longue date, à l’instar des socialistes Darchicourt, Darras et Schaffner dans le pays minier où ils sont maires et conseillers généraux, respectivement, à Hénin-Létard, Liévin et Lens depuis plusieurs années.

  • 30 Mattei Dogan, « Changement de régime et changement de personnel », dans L’Établissement de la Cinq (...)
  • 31 Parmi les candidats de 1958, il y en a 800 et 500 parmi les suppléants ; 320 sont élus soit les 2/ (...)
  • 32 Outre ceux de 1956 déjà évoqués et toujours en place, citons l’UNR Pierre Carous maire de Valencie (...)
  • 33 Narcisse Pavot est conseiller général de Solesmes et maire de Viesly.
  • 34 Paul Bécue est conseiller général du Quesnoy-Ouest et maire d’Eth ; Henri Collette est conseiller (...)

39Ces trois députés illustrent parfaitement les « racines arrondissementières » - favorisées par le nouveau mode de scrutin -30 de nombre de leurs collègues puisque 64 % des membres du Palais-Bourbon siègent dans un conseil général et/ou un conseil municipal31. Pour les seuls élus septentrionaux, ils sont 22 (59,45 %) parmi lesquels on compte 19 maires ou adjoints (51,3 % ; 11 socialistes, 4 modérés, 4 gaullistes) qui administrent souvent des cités importantes32, 15 conseillers généraux (40, 5 % ; 9 socialistes, 5 gaullistes, 2 modérés), 12 cumulards (9 SFIO [Denvers à Gravelines, Caudron à Bruay-en-Artois, Dumortier à Boulogne, Forest à Maubeuge, Gernez à Cambrai, Pavot en Cambrésis33] ; 2 UNR [Bécue en Avesnois et Collette en Boulonnais34] ; 1 CNI [Guillain à Saint-Omer]). Ces fortes positions locales n’empêchent pas l’échec de quelques grands maires déjà évoqué, notamment celui d’Eugène Thomas, maire et conseiller général du Quesnoy, ministre des PTT dans le gouvernement du général de Gaulle, qui, peu après, est nommé au Conseil économique et social.

  • 35 L’Établissement de la Cinquième République, op. cit., p. 367.
  • 36 Le Monde, 2 décembre 1958, page dix.

40Il y côtoyait Guy Mollet, ministre d’État, ce qui fait que les députés septentrionaux sont donc forts de 4 ministres, un en exercice, un ancien de la Troisième République (Delesalle),un ancien de la Troisième et de la Quatrième (Reynaud), un ancien de la Quatrième et futur de la Cinquième République (Schumann). Une autre vedette est également présente dans ce groupe en la personne de Léon Delbecque, résistant, directeur commercial, âgé de 39 ans, champion de l’Algérie française, élu dans la 3e circonscription du Nord (Lille-Nord et Nord-Est) où « il bouscule quelque peu la tradition du vote modéré »35. Membre du cabinet de Jacques Chaban-Delmas, ministre de la Défense, du 5 novembre 1957 au 13 mai 1958, dans le gouvernement Félix Gaillard, il a été envoyé à Alger où il « a joué un rôle de tout premier plan dans les événements du 13 mai »36 à l’issue desquels il est devenu membre du comité de salut public. Candidat RPF malheureux en 1951, il n’a pas apprécié la présence de représentants des partis de la Quatrième République dans le gouvernement. Assez vite, il s’oppose, comme Jacques Soustelle, à la politique algérienne du général De Gaulle. Après avoir annoncé, en octobre 1959, sa démission de l’UNR comme plusieurs de ses amis politiques, il en est exclu en décembre.

  • 37 Seul Bertrand Motte, comme une minorité des Indépendants s’y oppose.

41La rupture est clairement manifestée le 6 décembre 1960 lorsqu’il vote la motion de censure condamnant la force de frappe qui n’obtient que 215 voix parmi lesquelles se trouvent celles des socialistes, mais aussi celle des modérés Delesalle, Guillain et Motte, du MRP Cassez et des dissidents gaullistes Georges Brice et Ernest Denis. Pour les six derniers, il s’agit aussi de montrer leur opposition à une éventuelle « République algérienne » évoquée par le président de la République dans son allocution du 4 novembre 1960. Pourtant, aucun n’a condamné la politique algérienne du gouvernement le 15 octobre 1959 ni refusé, le 2 février 1960, les ordonnances accordant les pleins pouvoirs au gouvernement pour un an, après la semaine des barricades à Alger37. Un an avant, tous les députés SFIO du Nord et du Pas-de-Calais ont voté contre la loi Debré d’aide à l’enseignement privé.

  • 38 Imitant Mirabeau, il déclare : « Monsieur le Premier Ministre, allez dire à l’Elysée que notre adm (...)
  • 39 Brice, Delbecque et Denis depuis leur rupture avec l’UNR sont « non inscrits ».

42La guerre d’Algérie finie, l’opposition relève la tête et les pratiques autoritaires du gouvernement aussi bien que les options européennes du général de Gaulle déplaisent de plus en plus. Le projet d’élection du président de la République au suffrage universel précipite les choses et le 4 octobre 1962, après un débat au cours duquel s’illustre Paul Reynaud38, le gouvernement Pompidou est renversé par 280 députés parmi lesquels 23 des deux départements septentrionaux, seuls les 13 UNR39 et le MRP Schumann restent fidèles à la majorité gaulliste qui, élargie de nouveau, va durer encore près de dix-neuf ans.

Conclusion

  • 40 Le cas du communiste Henri Fiévez est un peu semblable : vaincu en 1956 et en 1958, il est élu dan (...)
  • 41 La plupart des dirigeants nationaux battus aux élections législatives de 1958 retrouvent à cette o (...)

43Parmi ces 23 opposants, seuls 10 socialistes sont réélus le 25 novembre 1962 aux côtés de 9 UNR qui sont en tout 17. La poussée gaulliste de 1958 n’a donc pas été un feu de paille. Si les élections de 1962 sont fatales aux modérés, elles constituent, a contrario, une revanche pour la gauche puisque les socialistes emportent un siège supplémentaire tandis que les communistes passent de zéro à sept députés. Pour plusieurs, Arthur Notebart, Henri Martel, Arthur Musmeaux, Jeanne Prin, Arthur Ramette, il s’agit d’un retour après l’échec de 195840. L’UNR Louis Christiaens qui s’était retiré en 1958 fait, lui aussi, un come-back. D’autres vaincus de 1958 réapparaissent un peu plus tard comme les communistes Mancey en 1967, Maton et Ansart en 1973. Les élections sénatoriales du 26 avril 1959 n’ont apporté leur lot de consolation à aucun battu de 1958 dans la région41, mais la haute assemblée accueille ultérieurement 2 vaincus de 1962, André Diligent et Pierre Carous en 1965 puis 2 vaincus de 1958, Henri Henneguelle en 1967 et Léandre Letocquart en 1973.

44Pour les gaullistes, dans le Nord et le Pas-de-Calais, les élections législatives de 1962, après le triomphe du referendum constitutionnel du 28 octobre, sont une confirmation : ils obtiennent environ 25 % des voix des inscrits (+ 10 points environ) et 17 élus sur 37 ; mais ils n’ont plus d’alliés au centre et à droite auxquels ils ont pris la moitié des voix. Ils ne connaîtront un nouveau raz de marée qu’en 1968 [22 élus sur 37 = 59,45 % ; + de 35 % des inscrits] et en 1993 [22 élus (avec l’UDF) sur 38 = 57,9 %, grâce au Nord (17 sur 24)], confirmant la faiblesse du gaullisme dans le Pas-de-Calais et l’irrégularité des résultats de la droite dans la région.

  • 42 Béatrice Giblin-Delvallet, La région, territoires politiques. Le Nord-Pas-de-Calais. Au bout du tu (...)

45Les raisons de ce phénomène sont peut-être à rechercher dans la faiblesse des leaders de droite dans la région dont aucun ne parvient à s’imposer dans la métropole lilloise ni dans une grande ville dans les années 1960-1970, à l’exception de Jacques Vendroux, Pierre Carous, Claude Prouvoyeur ou Jacques Legendre. L’héritage politique y contribue également sans doute, dans ces contrées septentrionales où « dès les débuts du XXe siècle, le patronat [...] s’accommoda d’une gestion municipale socialiste, voire d’une représentation socialiste à l’Assemblée nationale »42.

Notes

1 Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, 2. L’expansion et l’impuissance 1952-1958, Paris, Seuil, coll. Points Inédit Histoire, 1983, p. 86 ; sur les élections générales de 1956, voir Maurice Duverger, François Goguel, Jean Touchard, Les Élections du 2 janvier 1956, Cahiers de la FNSP, Partis et Élections, 82, Paris, Armand Colin, 1957.

2 Henri Adam, Yves-Marie Hilaire, André Legrand, Bernard, Ménager, Robert Vandenbussche, Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais 1946-1972, Lille, Université de Lille 3, 1972, p. 47. Cet ouvrage a été notre premier instrument de travail.

3 Cf. Bernard Ménager, Philippe Ratte, Jean-Louis Thiébault, Robert Vandenbussche, Christian-Marie Wallon-leducq (éd.), Guy Mollet, un camarade en république Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaire de Lille, 1987.

4 Pour sa part, La Croix du Nord estime qu’il est impossible pour un catholique de voter SFIO (Cf. Atlas électoral, op. cit., p. 47).

5 Ancien maire de Lens, député de la deuxième circonscription du Pas-de-Calais, Auguste Lecœur est exclu du PCF en 1954 ; on peut citer encore la mort mystérieuse du député René Camphin (1913-1954), ouvrier typographe, proche de Lecoeur et Tillon ; le 5 mars 1954, il doit présenter au comité central un réquisitoire contre Lecoeur ; prétextant un malaise, il quitte la séance sans avoir lu son texte ; le lendemain, il est retrouvé asphyxié à son domicile ; son siège est perdu lors de l’élection partielle de mai 1954 au profit du socialiste Camille Delabre.

6 Nous avons retenu l’âge des députés à leur anniversaire de 1956 ; nous avons fait de même pour les élections législatives de 1958.

7 A laquelle on peut ajouter le cheminot radical-socialiste André Bonnaire.

8 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presses Université, 1996.

9 En mars 1958, l’ingénieur des mines Robert Nisse (gaulliste) est remplacé par l’instituteur Tarsyle Dewasmes (SFIO).

10 L’indépendant Lefranc s’abstient volontairement.

11 Lors de ces deux votes, l’indépendant Lefranc agit comme le 12 mars 1956.

12 Le 1er juin 1958, pour l’investiture et le 2 juin pour les pouvoirs constituants.

13 Cf. Atlas électoral, op. cit., p. 58. Tarsyle Dewasme dont le père fut conseiller d’arrondissement (Condé-sur-Escaut) et maire d’Hergnies, est instituteur, détaché aux services départementaux de la Jeunesse et des Sports. Il est maire d’Hergnies depuis la Libération et conseiller général (Condé-sur-Escaut) depuis 1949. Henri Fiévez (1909-1997), technicien métallurgiste, un des organisateurs de la grève des mineurs du Nord en mai 1941, maire de Denain (1945-1947, 1977-1983), conseiller général de Denain (1945-1982), député (1947-1951, 1962-1973).

14 Maurice Duverger, « Paradoxes d’une réforme électorale » (p. 221-240), dans L’Établissement de la Cinquième République. Le referendum de septembre et les élections de novembre 1958, Préface de Jean Touchard, Paris, Cahiers de la FNSP, 109, Armand Colin, 1960, p. 222.

15 Ibidem, p. 221.

16 Les informations de ce paragraphe et du suivant ont été trouvées pour une bonne part dans Le Monde du 14 octobre 1958.

17 Beugin, Camblain-Châtelain, Caucourt, Divion, Estréé-Cauchy, Calonne-Ricouart, Gauchin-Légal, Hermin, Houdain, Ourton, Rebreuve-sous-les-Monts, Ranchicourt.

18 Auchel, Cauchy, Lozinghem.

19 Lens, Billy-Montigny, Fouquières-les-Lens, Loison, Noyelles-sous-Lens, Sallaumines.

20 L’Établissement de la Cinquième République, op. cit.

21 Pour le PCF, tous les sortants se représentent ; pour la SFIO, Coutant et Delabre, pour la SFIO, Bonnaire pour le parti radical, Bonnaire, pour les indépendants, Christiaens et Lefranc se retirent.

22 Atlas électoral op. cit., p. 62

23 Maurice Duverger, dans L’Établissement de la Cinquième République, op. cit., p. 239.

24 Atlas électoral op. cit., p. 68.

25 Le député socialiste de la 10e circonscription du Pas-de-Calais, Télesphore Caudron, ingénieur, décède le 14 mai 1959 ; il est remplacé par son camarade Raymond Derancy, inspecteur de service commercial, né le 8 avril 1906 à Hersin-Coupigny (Pas-de-Calais).

26 Dans la 2e circonscription du nord, Rachel Lempereur a refusé ce désistement. Il s’est également désisté dans la 3e circonscription du Nord en faveur du socialiste Lussiez afin de faire barrage à l’ultra de l’Algérie française, Léon Delbecque.

27 Cf. « Analyse approfondie des résultats » dans L’Établissement de la Cinquième République, op. cit.

28 Jules Catoire s’est retiré après le premier tour dans la 2e circonscription du Pas-de-Calais, pour faciliter l’élection de l’UNR Duflot, face aux candidats marxistes et laïques ; Paul Gosset a fait de même dans la20e circonscription du Nord au profit du socialiste Duchateau et aux dépens du communiste Fiévez.

29 Jean Febvay s’est retiré après le premier tour dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais pour favoriser la victoire de l’UNR Collette sur le socialiste sortant, Henneguelle, favorable au NON et qui bénéficie du désistement du communiste Jean Bardol.

30 Mattei Dogan, « Changement de régime et changement de personnel », dans L’Établissement de la Cinquième République, op. cit., p. 241 et suivantes.

31 Parmi les candidats de 1958, il y en a 800 et 500 parmi les suppléants ; 320 sont élus soit les 2/5 des conseillers généraux de France. La 10e circonscription du Nord (Armentières) révèle bien toute l’influence de ces élus : le MRP Maurice Schumann l’emporte dans les cantons de Tourcoing-Nord et Quesnoy-surDeûle dont les conseillers généraux sont de sa tendance politique, tandis que son adversaire de droite Paul Theeten qui bénéficie d’une triple investiture (CNI, UNR, DC) ne triomphe que dans le canton d’Armentières dont il est l’élu [cf. Yves-Marie Hilaire dans L’Établissement de la Cinquième République, op. cit., p. 360].

32 Outre ceux de 1956 déjà évoqués et toujours en place, citons l’UNR Pierre Carous maire de Valenciennes, le SFIO Duchateau, maire de Denain ; le MRP Dollez et l’UNR Sarazin sont tous les deux adjoints au maire de Douai ; le MRP Diligent est adjoint au maire de Roubaix,

33 Narcisse Pavot est conseiller général de Solesmes et maire de Viesly.

34 Paul Bécue est conseiller général du Quesnoy-Ouest et maire d’Eth ; Henri Collette est conseiller général de Guînes et maire de Licques.

35 L’Établissement de la Cinquième République, op. cit., p. 367.

36 Le Monde, 2 décembre 1958, page dix.

37 Seul Bertrand Motte, comme une minorité des Indépendants s’y oppose.

38 Imitant Mirabeau, il déclare : « Monsieur le Premier Ministre, allez dire à l’Elysée que notre admiration pour le passé est intacte, mais que cette Assemblée n’est pas assez dégénérée pour renier la République » (cf. Atlas électoral, op. cit., p. 74).

39 Brice, Delbecque et Denis depuis leur rupture avec l’UNR sont « non inscrits ».

40 Le cas du communiste Henri Fiévez est un peu semblable : vaincu en 1956 et en 1958, il est élu dans la 20e circonscription du Nord en 1962, 1967 et 1968.

41 La plupart des dirigeants nationaux battus aux élections législatives de 1958 retrouvent à cette occasion un siège parlementaire : Gaston Defferre, Jacques Duclos, Edgar Faure, François Mitterrand [cf. Serge Berstein, op. cit., p. 43].

42 Béatrice Giblin-Delvallet, La région, territoires politiques. Le Nord-Pas-de-Calais. Au bout du tunnel. Préface de Michel Delebarre et François Goguel. Paris, Fayard, 1990, p. 347.

Auteur

Université Lille 3 - UMR CNRS IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540