Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Troisième partie : les forces politiques

Le parti communiste français dans la région du Nord en 1958

Serge Curinier

Texte intégral

1Si l’année 1958 commence sans problème particulier pour le Parti communiste français dans la région du Nord, par contre elle se termine sur un double échec électoral, d’abord celui enregistré au référendum du 28 septembre 1958, confirmé ensuite aux élections législatives de novembre de la même année. Le PCF subit de plein fouet la crise politique qui entraîne la fin de la IVe République, le retour aux affaires du général de Gaulle, la naissance de la Ve République et la mise en place de nouvelles institutions. La nouveauté n’est pas tant sa marginalisation, qui est effective depuis 1947 mais il faudra déterminer si cette importante défaite électorale, la première depuis 1945, est seulement ponctuelle ou si elle annonce le début d’un déclin.

2Pour mener à bien cette étude, nous aborderons successivement trois aspects en suivant la chronologie de cette année et en respectant le cadre géographique de la région qui comprend les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Tout d’abord, nous montrerons que le début de 1958 voit un PCF puissant mais isolé, nous analyserons, ensuite, le PCF face à la crise de mai 1958 et ses échecs électoraux de l’automne, nous tenterons, enfin, de dégager les causes et un certain nombre d’enseignements de ces échecs.

Un PCF puissant mais isolé

A-La 2e force politique de la région

1-Les PCF en 1956

Tableau no 1 : Les élections législatives de 1956 dans la région du Nord

Tableau no 1 : Les élections législatives de 1956 dans la région du Nord

3À partir de ce tableau, on peut faire plusieurs remarques : sur l’ensemble de la région le PCF vient de très peu en seconde position derrière la SFIO, son pourcentage régional est largement supérieur à son pourcentage national avec presque plus de 5 %, enfin si l’écart est très faible dans le Nord, 1 573 voix, il est plus élevé dans le Pas-de-Calais, un peu plus de 17 650 voix.

4On notera toutefois que les deux partis de gauche arrivent très largement en tête dans la région : ils totalisent plus de 59 % des voix, avec une pointe dans le Pas-de-Calais, 64,3 %, contre 62,6 % dans le Nord.

2-L’évolution depuis 1945

Tableau no 2 : Les élections législatives dans la région du Nord depuis 1945

Tableau no 2 : Les élections législatives dans la région du Nord depuis 1945

5Dès 1945, on retiendra que le point de départ du PCF est tout de suite très élevé avec 28-29 % des voix et qu’il se maintient à ce niveau jusqu’en 1956 alors que la SFIO, après avoir été en tête, décline régulièrement à partir des élections de juin 1946, largement distancée par le PCF en 1951. Les élections de 1956 sont, cependant, marquées par son très net redressement : elle repasse devant le PCF, bénéficiant sans doute de la dynamique créée par le Front républicain. Si on compare, de nouveau, les résultats régionaux du PCF avec ses résultats nationaux, ils sont toujours largement supérieurs à la moyenne nationale : on notera même le décrochage pour 1956 entre les résultats régionaux et les résultats dans le pays : un écart de plus 3 %. Enfin, on constatera, pour la région, une diminution en valeur relative,-0,7 %, en 1956 par rapport à 1951 alors que le nombre de voix continue d’augmenter.

6Si l’on résume cette évolution, on constatera qu’en 1956 le PCF atteint son plus fort score, en chiffres absolus, dans la région mais sa progression en pourcentage est devenue pratiquement nulle, comme s’il avait épuisé toutes ses réserves alors qu’il a 42 720 votants supplémentaires par rapport à 1951. Il est intéressant, d’ailleurs, de rappeler que dans le même temps, en France, le PCF commence à reculer très légèrement en pourcentage (-2,2 %, 28 % à 25,8 %) alors qu’il gagne plus de 500 000 voix mais dans le même temps il y a 3 millions d’électeurs supplémentaires. En d’autres termes, sommes-nous au début d’une inversion de tendances avant même la crise politique de cette année 1958 ?

3-Les nuances locales

7On prendra comme point d’analyse les élections de 1956 pour le Nord et le Pas-de-Calais. Pour le premier, on notera l’inégalité des résultats du PCF : dans la 1re circonscription qui correspond à l’ouest du département, en gros de Dunkerque à Hazebrouck, les résultats sont assez faibles avec 16 % des exprimés. C’est un milieu surtout rural, les Flandres, le seul pôle véritablement industriel, c’est Dunkerque et son agglomération. En revanche, dans la 2e circonscription, l’agglomération lilloise : le score est meilleur avec 22,5 % mais le PCF est largement devancé par la SFIO, ce qui s’explique, sans doute, par une forte tradition socialiste et un vigoureux socialisme municipal. Enfin, c’est dans la 3e que le PCF fait son meilleur résultat en recueillant plus de 37 % des voix, largement plus que son score régional. Cette circonscription correspond aux grandes zones industrielles de l'est du département : l’extrémité du bassin minier avec le Douaisis et le Valenciennois, la métallurgie autour de Denain, une région d’industrie plus diffuse avec le Cambrésis, la vallée de la Sambre et la région de Fourmies. Cette circonscription est donc un véritable bastion communiste, la SFIO vient loin derrière avec 23,5 % des voix.

8Dans le Pas-de-Calais, on retrouve sensiblement la même opposition : dans la 1re circonscription, le score du PCF est très moyen avec 20 % des voix : c’est une zone surtout rurale, ce n’est que sur la côte, dans les foyers boulonnais et calaisiens, que les résultats sont meilleurs. Par contre, dans la 2e circonscription qui correspond à Arras et surtout au bassin minier, le PCF vient en tête avec presque 36 % des voix mais à la différence de la3e du Nord, la SFIO le suit de près avec presque 33 % des voix.

9L’implantation communiste n’est, donc, pas homogène : elle se fait sous la forme de gros blocs compacts, les zones urbaines et industrielles, dans lesquels les scores du PCF sont très élevés, alors que, dans de nombreux autres endroits, les zones rurales, les résultats sont beaucoup plus modestes, voire faibles. Elle coïncide parfaitement avec la nature d’un parti qui affirme sa spécificité ouvrière.

B-Un parti isolé

10Un événement important se déroule dans le Nord, juste avant la crise de mai 1958 : il s’agit d’une élection législative partielle qui se déroule dans la 3e circonscription pour remplacer un député décédé, Robert Nisse qui avait été élu sur une liste présentée par les Républicains sociaux et Indépendants et Paysans. Cette élection est riche d’enseignement sur la situation politique du PCF dans la région.

  • 1 Sous la IVe République, les élections législatives se font au scrutin proportionnel mais dans le c (...)

Tableau no 3 : L'élection partielle des 9 et 23 mars 1956 dans la 3e circonscription du Nord1

09/03/1958
(1er tour)

23/03/1958
(2e tour)

1956

Inscrits

541 058

540 963

554 103

Votants

388 019

402 227

494 136

Exprimés

375 176

393 586

485 910

Abstentions

28,28 %

10,8 %

Henri Fiévez (PCF)

152 538 (40,6 %°

171 026 (43,24 %)

163 809

Tarsyle Dewasmes (SFIO)

85 135 (22,7 %)

179 425 (45,5 %°

105 348

Carlos Dolez (MRP)

39 644 (10,5 %)

47 137

Jean Briquet (Radicaux-socialistes)

15 891 (4,2 %)’

41 324

Georges Sarazin (Indépendants et Républicains sociaux)

64 500 (17,2 %)

60 110

Maurice Théry (Poujadistes)

17 468(4,6 %)

17 247(4,5 %)

38 654

Pierre Desprez (Rassemblement national)

25 888 (6,6 %)

11Tout d’abord, on notera la forte abstention, 29 %, alors qu’en 1956 elle n’était que de 10,8 %. Cette élection n’a pas provoqué de passion. Au premier tour, malgré la forte abstention et un nombre de voix plus faible qu’en 1956, le candidat communiste, Henri Fiévez, arrive très largement en tête avec plus de 40 % dans un de ses bastions, en progressant de presque 3 %, très loin devant la SFIO qui, avec 22,7 %, perd presque 1 % par rapport à 1956. Au second tour, par contre, l’abstention recule de 3,5 %, soit un gain de 19 208 votants, les bulletins blancs ou nuls restent à peu identiques à ce qu’ils étaient au premier tour. Enfin, ce second tour est très significatif de la situation du PCF : il montre son isolement politique. La plupart des formations politiques arrivées derrière la SFIO, à l’exception des Poujadistes et une candidature de dernière minute, entre les deux tours, celle de Pierre Desprez, se sont non seulement retirées mais appellent à faire barrage au candidat communiste en se reportant sur le candidat socialiste, Tarsyle Dewasmes, pour éviter que ne se reproduise ce qui s’est passé il y a quelques semaines à Marseille, à savoir dans des conditions à peu près identiques l’élection d’un député communiste. Donc, le candidat socialiste est élu avec presque 8 400 voix d’avance en faisant un bond de 93 890 voix (110 % !) malgré un gain de presque 18 500 voix pour le candidat communiste, soit +12,1 %.

12Le candidat socialiste récupère, donc, un peu plus des trois quarts des voix des formations du Centre et de la Droite, le quart restant correspond pratiquement aux voix recueillies par le candidat du « Rassemblement national ». Mais si ce qui se passe dans cette circonscription est relativement banal sur le plan politique : depuis 1947, nous avons un PCF, certes puissant mais totalement isolé, cantonné dans son ghetto, victime des coalitions de 3e Force ou de Centre droit, l’application du scrutin majoritaire à deux tours est riche d’enseignement. Au second tour, dans le cas d’un affrontement entre deux candidats, une coalition des voix peut empêcher l’élection de députés considérés comme extrémistes, même si ces derniers arrivent très largement en tête à l’issue du premier tour.

Les déboires de l’année 1958

13On retiendra que la ligne politique du PCF pendant cette crise comme toujours, est élaborée à Paris, par la direction, et quelle est ensuite répercutée dans le Nord et le Pas-de-Calais comme dans les autres départements français. Les deux fédérations n’ont aucune autonomie politique : nous sommes dans un parti centralisé qui fonctionne selon le principe du « centralisme démocratique ».

A-La crise de mai 1958

1-Les composantes de la crise

  • 2 Liberté, 15 mai 1958, édition de Lille.

14On retrouve la question algérienne avec la crise du 13 mai et la mise en place d’un Comité de salut public à Alger. Dans son édition du 14 mai, Liberté titre : « Alerte au fascisme ! Coup de force à Alger du général Massu et des ‘ultras’ qui occupent les bâtiments officiels et adressent un ultimatum au Président de la République » et le lendemain : « La rébellion fasciste s’étend en Algérie... »2.

  • 3 Nord Matin, 18 mars 1958.

15La crise prend une nouvelle dimension avec le problème posé par de Gaulle et de son éventuel retour au pouvoir. La question n’est pas totalement nouvelle : dans Liberté du 12 mars, on pouvait lire un éditorial de Jacques Duclos, repris certainement de L’Humanité, titrant : « Il n’est pas de sauveur suprême ». Si l’auteur fait allusion à un couplet de L’Internationale, c’est surtout à la fois une mise au point et une réponse à Maurice Duverger sur un éventuel retour de de Gaulle au pouvoir. De même, l’édition du 15 mars, reprenait le texte d’une déclaration du Bureau politique du 14 mars dénonçant la « campagne pour le pouvoir personnel » menée par certains en faveur de de Gaulle mais sans citer expressément ce dernier. La polémique continue encore jusqu’à la fin du mois marquée par une nouvelle mise au point de Maurice Thorez, devant le Comité central qui se tient à Gennevilliers le 27 mars, et qui répond à ceux qui estiment que le PCF reste discret sur cette question car, dans le cas d’un éventuel retour de de Gaulle, la politique étrangère qui serait alors mise en place « ne déplairait pas à Khrouchtchev. »3

  • 4 Liberté, 17 mai 1958, édition de Lille.

16De Gaulle est tout de suite systématiquement dénoncé par le PCF et, à travers Liberté, on retrouve toutes les étapes chronologiques de la crise. Dans l’édition du 17 mai, on trouve à la « Une » : « Puissante levée antifasciste. Vigilance, Action, Unité de la classe ouvrière et du peuple de France pour briser le complot du général de Gaulle et de ses complices. » et « L’acte de candidature à la dictature militaire posé par de Gaulle qui apparaît comme le véritable chef des conjurés d’Alger fait peser sur le régime républicain une menace dont tous les travailleurs, les démocrates ont conscience de l’extrême gravité... ».4

  • 5 Idem, 20 mai 1958, édition de Lille.

17Après la conférence de presse tenue par le général de Gaulle le 19 mai à Paris, Liberté titre : « A la conférence de presse qu’il a tenue à Paris, hier à 15 heures achevant de se démasquer comme le chef des généraux félons et des ultras de Gaulle revendique la dictature personnelle hors des voies légales. », « Aucun doute ne subsiste. Il veut le pouvoir personnel. Il veut la dictature. Une dictature militaire appuyée sur les ultras et les forces les plus réactionnaires de notre pays. »5

  • 6 Idem, 25 mai 1958, édition de Lille.
  • 7 Idem, 30 mai 1958, édition de Lille.
  • 8 Idem, 1er juin 1958, édition de Lille.
  • 9 Idem, 3 juin 1958, édition de Lille.

18Enfin, la crise s’accélère à partir du 24 mai et des événements de Corse : « Graves événements en Corse, hier après-midi, à Ajaccio les fascistes s’emparent de la mairie, de la préfecture et de la poste... », « Contre de Gaulle, assurons la victoire de la République »6, « Un défi à la République ! Coty charge de Gaulle de former le gouvernement »7, « De Gaulle sollicite l’investiture cet après-midi, à 15 heures... », « Aujourd’hui dans toute la France, les Républicains manifestent contre la dictature »8, « La majorité réduite (329/224) qui a investi de Gaule lui confie les pleins pouvoirs »9

19Tous ces extraits de « Unes » ou articles montrent d’une part, la brutale montée de la tension mais aussi la diabolisation de de Gaulle qui est désigné comme le chef des comploteurs, celui qui aspire au pouvoir personnel, à la dictature et qui est assimilé au fascisme. Pourtant dans un article du 22 mai paru dans Liberté, Jacques Estager fait une distinction intéressante entre les « ultras » et de Gaulle : les premiers sont représentés comme le danger principal alors que le second apparaît comme celui qui peut les utiliser : dans ce cas, les termes, fasciste ou factieux, ne sont pas utilisés.

2-La tactique du Parti communiste

20Pendant cette crise, le PCF désire se présenter comme le meilleur défenseur du régime républicain. Trois aspects peuvent l’expliquer. Tout d’abord, il défend le régime par conviction : il faut défendre la démocratie mise en péril par les événements d’Algérie. La direction communiste a certainement en tête les précédents historiques des années 1930 : l’arrivée d’Hitler au pouvoir, la crise du 6 février 1934, la victoire de Franco en Espagne. Elle craint sans doute un coup d’État et la répression dont il serait une des premières victimes. La défense du régime peut, aussi, s’expliquer par intérêt : le régime présente un certain nombre d’avantages non négligeables, par exemple financiers : grâce au scrutin proportionnel, le PCF n’a jamais eu autant d’élus et donc d’argent. L’attachement au régime, enfin, relève sans doute de considérations stratégiques : les circonstances exceptionnelles pourraient permettre la mise en place d’une stratégie frontiste en réalisant le front unique ouvrier, première étape vers la conquête du pouvoir.

  • 10 Liberté, 3 juin 1958, édition de Lille, compte rendu de manifestations de métallurgistes à Denain (...)

21En tenant compte de ces trois éléments, la tactique mise en place par le PCF s’articule autour de deux niveaux. Il y a tout d’abord l’action politique, multiforme, dans laquelle on notera la place prise par Liberté qui joue le rôle d’agitateur au niveau régional, en comptant les numéros spéciaux auxquels il faut ajouter les très nombreux tracts, ensuite la mobilisation de l’appareil, des dirigeants aux militants, la méthode classique des « appels » de personnalités, le vote de résolution par les Conseils municipaux dans leur totalité ou par les élus communistes, des manifestations sur la voie publique.10. Enfin, le PCF appelle à la constitution de comités de vigilance antifasciste dans chaque localité mais aussi au niveau de la jeunesse lilloise regroupant la Jeunesse communiste de Lille, les Jeunes Jacobins du Nord, l’Union de la gauche socialiste, les Amis de TC, de l’UJFF, de l’UEC, le SNES (MI-SE) ainsi que les membres des organisations comme l’Assemblée générale des étudiants de Lille, des Jeunesses radicales-socialistes, du Cercle Mounier du lycée Faidherbe, de la FUAJ. Ces comités sont le moyen concret permettant l’unité du prolétariat en réalisant le front unique ouvrier, notamment en direction des Socialistes, unité du prolétariat, mais aussi avec l’espoir, secret, que l’union réalisée à la base permettra de déborder la direction de la SFIO

22Le deuxième niveau de l’action du PCF concerne l’action sociale : elle correspond à toute une série de débrayages partiels et de grèves à l’appel de la CGT, dont celle du 28 mai, surtout dans les grandes zones. Cette forme d’action s’explique par la double casquette du militant communiste : c’est un militant politique mais aussi un militant syndical qui doit jouer un rôle actif au sein de la CGT, cette dernière est un des principaux instruments qui lui permet d’établir le lien avec les « masses ».

  • 11 Rapport du commissaire divisionnaire, chef du service départemental des Renseignements généraux au (...)

23Il n’en demeure pas moins que cette stratégie est un échec et que le PCF n’arrive pas à s’opposer au retour au pouvoir de de Gaulle. La chronologie nous montre une montée de la protestation dont le point maximum est atteint entre le 28 mai, succès de la grande manifestation parisienne mais aussi lilloise, et les quelques jours suivant l’investiture du gouvernement de Gaulle, notamment sur la côte (Boulogne, Dunkerque), dans le Valenciennois, le Douaisis et une grève des enseignants. Mais, ensuite, on constate une retombée très rapide du mouvement et un retour complet au calme. Malgré la fin de la crise, la direction du PCF est prise dans une véritable spirale activiste en désirant maintenir un niveau de mobilisation élevé : elle appelle ses militants à faire du 18 juin une journée de protestation, du 14 juillet une journée de défense de la République, enfin elle les invite à préparer les prochaines échéances électorales de l’automne en leur donnant comme consigne de rester mobilisés pendant les vacances et de renoncer à leurs congés11. La direction reste sur l’idée que le nouveau régime fondé par de Gaulle est une « dictature personnelle et militaire », ce que déclare la Conférence nationale tenue à Montreuil en juillet. Cet activisme est, aussi, une façon d’éviter une véritable réflexion sur les causes profondes de son échec et aussi d’éviter les questions des militants. Cependant, la masse de l’opinion publique reste extérieure, ce qui fait l’intérêt des Français à partir de ce moment, c’est la coupe du monde de football qui s’ouvre en Suède et les exploits des Kopa et Fontaine...

B-Les échecs électoraux de l’automne 1958

1-L’échec au référendum du 28 septembre

  • 12 ADN, 459W142102.

24La campagne fut très longue, sans trêve estivale, ce qui n’empêche pas le PCF de connaître une nouvelle déconvenue en n’arrivant pas à mobiliser beaucoup de monde pour organiser une contre-manifestation à l’occasion de la venue du général de Gaulle à Lille le 4 septembre malgré les appels de Liberté et un très gros matériel de propagande : 500 personnes au maximum contre plusieurs milliers de sympathisants du général12.

Tableau no 4 : Les résultats du référendum du 28 septembre 1958 dans la région du Nord

Total Nord et Pas-de-Calais

France

PCF (Nord et Pas-de-Calais en 1956)

Inscrits

2 011 365

26 603 464

2 265 229

Votants

1 807 665

22 596 850

1 935 992

Exprimés

1 782 208

22 293 301

1 689 998

OUI

1 375 045 (77,2 %)

17 668 790 (79,26 %)

NON

407 193 (22,8 %)

4 624 511 (20,74 %)

515 092 (29 %)

25Cependant, le premier coup de tonnerre est l’échec du PCF au référendum du 28 septembre qui appelle plusieurs remarques : si on prend l’ensemble du Nord et du Pas-de-Calais, le PCF perd 107 899 voix, soit plus de 20,9 % par rapport à son chiffre de 1956. Ce chiffre doit aussi être nuancé car le PCF, même s’il est le seul grand parti à avoir appelé à voter « NON », d’autres sensibilités ont également appelé à voter « NON ». Enfin, si on compare les résultats de la région avec ceux observés en France, on constate que la résistance du PCF est meilleure dans notre région que dans le reste du pays, avec une différence positive de presque 2 % : 22,8 % contre 20,7 %.

Tableau no 5 : Les résultats du référendum du 28 septembre 1958 dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais

Nord

PCF en 1956 (Nord)

Pas-de-Calais Nord

PCF en 1956 (Pas-de-Calais)

Inscrits

1 281 037

1 534 026

730 328

731 203

Votants

1 152 200

1 286 310

655 465

649 682

Exprimés

1 135 352

1 157 419

646 856

532 579

OUI

889 047 (78,3 %)

485 998 (75,12 %)

NON

246 305 (21,6 %)

319 127 (31,2 %)

160 888 (24,8 %)

195 965 (30,8 %

26Si, à présent, on considère les résultats par département, on remarque que c’est dans le Nord que les pertes sont les plus lourdes : le PCF perd 22,8 % alors que, dans le Pas-de-Calais, l’érosion est moins forte avec – 17,8 %. De manière plus fine, dans le Nord, on constate des différences importantes par rapport à 1956. La chute affecte les bastions communistes mais la résistance est plus forte dans la 3e circonscription où, dans quelques communes du Douaisis ou du Valenciennois, le « NON » arrive à l’emporter.

  • 13 ADN, 459W142262.

27Après cet échec cuisant, la direction du PCF engage un processus d’analyse, nuançant ce qui avait été dit en juillet. Cet infléchissement est développé dans un rapport de Marcel Servin devant le Comité central les 3 et 4 octobre, à Ivry, ces analyses sont ensuite répercutées à travers de nombreux comptes rendus de réunions, tenues par les responsables fédéraux pour préparer les élections législatives mais elles ont aussi des retombées en cascades sur la CGT... On retiendra sur le plan politique d’abord des éléments classiques d’explication qui insistent sur l’énormité des moyens de propagande mis en œuvre par le gouvernement, dont la télévision qui n’en est qu’à ses débuts comme media de masse, la presse quotidienne régionale, les pressions de l’Église et de l’Armée. Cependant, d’autres aspects commencent aussi à apparaître d’autres aspects comme la peur de retrouver la situation du 13 mai et la crainte de la guerre civile exploitée par de Gaulle, l’insatisfaction générée par le régime précédent surtout à travers l’instabilité politique et la question algérienne qui deviennent des questions lancinantes... On note, également un début d’autocritique sur les méthodes utilisées : les outrances verbales, une propagande trop massive : tracts, éditions spéciales qui alimentent le traditionnel argument, c’est « Moscou qui paie »... Enfin, la défaite est attendue aux élections législatives, avec un argumentaire qui commence à se préciser : le « le Parti perdra une partie de ses élus à cause du scrutin de voleur mais le socle du Parti résiste » en attendant des jours meilleurs...13

2-Les élections législatives des 23 et 30 novembre 1958

Tableau no 6 : Les résultats du 1er tour

Tableau no 6 : Les résultats du 1er tour

28C’est le second coup de tonnerre de l’automne 1958 et un nouvel échec pour le PCF. Pour la région, au premier tour, on constate d’abord une légère progression de l’abstention : 114 554 voix par rapport au 28 septembre, soit +6 %. Le recul du référendum se confirme pour le PCF en valeur absolue : il obtient 384 730 voix mais il est même amplifié : entre septembre et novembre, il perd de nouveau 22 463 voix,-5,5 %. Si l’on compare à 1956, le recul est de 130 762 voix, soit - 25,3 % : en deux ans, le PCF a perdu plus d’un quart de ses électeurs dans la région. Par contre, le score régional du PCF reste largement supérieur à la moyenne nationale : 22,8 % contre 19,2 %.

29Dans les deux départements, on retrouve le même phénomène : dans le Nord, le PCF perd 25,8 % de ses voix de 1956 et 28,5 % dans le Pas-de-Calais. Dans le premier département, le recul a surtout eu lieu au moment du référendum, 22,8 % alors que, dans le second, il avait été plus limité au référendum, 17,8 %. Par contre, dans le Nord, il est plus modéré aux législatives,-3,9 %, alors que, dans le Pas-de-Calais, il est plus élevé aux législatives,-8 % : l’ajustement est, ici, plus tardif.

Tableau no 7 : Le résultat du 2nd tour

Tableau no 7 : Le résultat du 2nd tour

Il y a 5 élus dans le Nord et 7 dans le Pas-de-Calais.

30Au deuxième tour, dans la région, le PCF obtient 361 728 voix et enregistre donc une nouvelle perte de 23 002 voix, -6 %. mais ce chiffre n’est pas très significatif car, dans quelques circonscriptions, le candidat communiste s’est retiré au profit du socialiste. Si on compare les deux départements en voix, on constate la même tendance qu’au 1er tour mais un peu moins forte. Dans le Nord, le PCF recule de 5 % alors qu’il avait perdu 5,5 % par rapport au référendum. Dans le Pas-de-Calais, le recul est plus fort que dans le Nord, presque – 7,4 %, mais un petit peu moins qu’il n’avait été entre le référendum et le 1er tour des législatives (-8 %).

31Ainsi, on atteint peu à peu une sorte d’étiage mais le plus spectaculaire, c’est l’effondrement du nombre de députés communistes : en novembre 1958 le PCF n’a plus aucun élu alors qu’en 1956 il en avait 12,7 dans le Nord et 5 dans le Pas-de-Calais. La SFIO, quant à elle, maintient en gros ses positions avec un nombre de députés qui passe de 15 à 12 élus. Le PCF est victime de la mise en place du mode de scrutin majoritaire et, comme à l’élection partielle de mars 1956, il ne bénéficie d’aucun désistement. Alors qu’à plusieurs reprises son candidat se retire au profit du socialiste, dans un certain nombre de circonscriptions, le socialiste se retire au profit de modérés, surtout du MRP ou bénéficie des voix de droite pour l’emporter : une circonscription dans le Nord (20e), trois dans le Pas-de-Calais (6e, 12e, 13e).

  • 14 Résolution du Comité central du PCF reproduite dans Liberté, 13 décembre 1958.

32L’analyse de ces résultats est faite par une nouvelle réunion du Comité central, au début du mois de décembre dont on peut retenir que la direction minore la défaite et l’explique notamment par le mode de scrutin en parlant de « truquage électoral » et par la responsabilité des dirigeants SFIO. Les dirigeants communistes parlent d’une lourde menace fasciste mais on remarquera une évolution importante : de Gaulle n’est plus assimilé au fascisme, il est le masque dont « se sont affublées les forces réactionnaires et fascistes pour s’emparer du pouvoir ».14

Les causes et les enseignements de l’échec du Parti communiste

A-Les causes de l’échec

33Le PCF a connu un échec patent pour entraîner les travailleurs dans l’action contre la mise en place du nouveau régime. Tous les mouvements sont restés minoritaires et se sont très vite arrêtés début juin. Comment expliquer un tel échec ?

1-Une sous-estimation de l'impopularité du régime de la IVe

34Pour cette première cause, on pourrait faire deux remarques : d’abord, sans nier la menace factieuse représentée par les activistes d’Alger et les craintes sur le régime démocratique, on peut s’interroger sur le décalage entre l’appareil communiste qui a conscience des avantages que le régime lui apporte et qu’il risque de perdre et le ressenti de l’électorat communiste pour lequel, comme pour la majorité des Français, le pays était devenu ingouvernable à cause du régime. Ensuite, on peut penser que beaucoup d’électeurs communistes se rappellent des événements de la fin 1947-1948 et de la violente répression, conduite par Jules Moch dans le bassin minier, ce qui pourrait expliquer la faible mobilisation du mois de juin. Sans tomber dans l’anachronisme, on pourrait faire le parallèle avec le peuple parisien en 1852, au moment du coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte, qui ne bouge pas quand ceux qui ont animé la répression de juin 1848 le sollicitent pour défendre la République...

2-L’isolement du PCF

35C’est la deuxième grande cause de son échec : le PCF ne réussit pas à sortir de son ghetto malgré la gravité de la crise traversée. On insistera sur l’impossibilité de réaliser l’unité avec la SFIO. Cette dernière participe à un Comité de vigilance pour la défense de la République sur l’initiative de François Mitterrand, ouvert à toutes les forces démocratiques, politiques et syndicales mais non au PCF et à la CGT. Il faut citer, également, les nombreuses mises en garde des dirigeants socialistes à leurs militants, leur intimant l’ordre de ne participer à aucun comité contrôlé par le PCF. Donc, pendant la crise, on a la mise en place de deux structures : toutes celles qui dépendent du PCF avec ses organisations satellites et la CGT et celles mise en place par la gauche non communiste, allant jusqu’au centre gauche avec les organisations syndicales réformistes : CFTC et FO. Le facteur déterminant expliquant le refus de l’action commune, c’est certainement l’anticommunisme, très fort depuis 1948-1948, ravivé par les événements de Budapest toujours présents dans les mémoires et la crainte de la puissance du PCF capable de noyauter de nouvelles structures et d’imposer une solution de type Front populaire, première étape vers la transformation de la France en démocratie populaire.

3-Le PCF et de Gaulle

36Enfin, une troisième cause serait l’incapacité manifeste du PCF à cerner la véritable nature du régime mis en place par de Gaulle. De nombreux électeurs communistes et travailleurs, en effet, ne sont pas, sans doute, convaincus par l’argumentaire du PCF, présentant de Gaulle comme un factieux, encore plus un fasciste. Pour la plupart d’entre eux, de Gaulle, c’est l’homme du 18 juin, le chef de la Résistance mais aussi l’homme providentiel qui peut, dans les situations de crise, éviter au pays la guerre civile et le seul qui peut imposer à l’armée le retour à la discipline. Dans cette situation particulière, les arguments développés par le PCF ne sont pas compris, d’autant plus que ce dernier faisait partie du gouvernement présidé par ce même de Gaulle en 1944.

  • 15 ADN, 459W142262.

37C’est, enfin, l’échec de la dramatisation des enjeux : au moment du référendum, si l’on en croit les rapports des Renseignements généraux, la direction joue à fond cette carte. Ainsi, l’avenir présenté aux militants dans de nombreuses réunions internes apparaît comme très sombre : si le « OUI » l’emporte, c’est la crainte de la répression immédiate et de la dictature : des consignes sont données pour entrer dans une quasi-clandestinité. En revanche, si le « NON » est victorieux, le PCF redoute un coup de force de l’armée : dans ce cas de figure, il donne des consignes pour défendre les bâtiments publics et les usines en les occupant...15

B-Les enseignements de l’échec

38Plusieurs questions se posent.

1-Le lien entre le Parti et les travailleurs

  • 16 ADN, 459W142102.

39Parmi tous les différents aspects sur lesquels on peut réfléchir, un revêt une importance considérable, qui relativise la supposée toute-puissance du PCF : les consignes d’action extraparlementaires n’ont pas été suivies. On peut toujours discuter pour savoir si le PCF a réellement fait tous les efforts possibles pour s’opposer au retour de de Gaulle en déclenchant une crise sociale, en tout cas on constate que dans ses bastions, mis à part quelques frémissements, il ne se passe pas grand-chose, ce qui remet largement en cause cette idée d’un chef d’orchestre qui n’aurait qu’à appuyer sur un bouton pour que la grève s’étende à tout le pays. En revanche, pour le PCF, c’est un enseignement important qu’il analyse parfaitement ainsi que les services de l’État : dans cette situation, il s’est retrouvé totalement coupé de sa base sociale, ce qui est problématique pour un parti qui se définit comme l’avant-garde du prolétariat et qui doit avoir la capacité de l’entraîner dans l’action.16

2-Les liens entre le PCF et la CGT

  • 17 Idem, 459W142243.

40Cette question pose aussi celle des liens avec la CGT : c’est elle qui est montée en première ligne et qui subit aussi des retombées avec de nombreuses critiques dont se fait l’écho de nombreux rapports des Renseignements généraux, parmi lesquels on retiendra l’idée que, pour de nombreux travailleurs, la CGT sort de son rôle de défense des travailleurs en appelant à la grève. Beaucoup d’entre eux, d’ailleurs, ont critiqué ou n’ont pas compris l’attitude de la direction du syndicat, en général, et celle de Benoît Frachon, en particulier, en juin, refusant, comme celle du PCF, de rencontrer de Gaulle quand ce dernier se lance dans une consultation des forces politiques et syndicales.17

  • 18 Idem, 459W142102.

41Il est à peu près sûr que cet isolement et l’arrivée des élections professionnelles dans un certain nombre de grandes entreprises qui constitueront autant de tests conduisent à une forte inflexion de l’attitude de la centrale syndicale. Il est également à peu près sûr qu’une réflexion commune a dû s’engager parmi les responsables communistes, entre militants politiques et militants s’occupant surtout du syndicat. Par exemple, à Usinor Denain, la CGT revient à un discours marqué par une prudence extrême, d’autant plus que les élections professionnelles approchent dans cette entreprise : la grève, donc, n’est plus à l’ordre du jour ; il s’agit de « créer seulement les conditions psychologiques nécessaires à une prise de conscience de la classe ouvrière ».18

3-Quelle stratégie ?

  • 19 Liberté, 13 décembre 1958, édition de Lille.

42Tous ces événements consacrent l’échec de la stratégie fondée sur l’unité de la classe ouvrière, passant par l’unité entre le PCF et la SFIO, héritée des années 1930. À la fin de l’année 1958, loin d’abandonner cette stratégie, le PCF persiste dans cette ligne en parlant toujours de comités mais en n’en faisant plus une priorité. On peut d’ailleurs se demander si ce n’est pas, d’une manière implicite, reconnaître l’échec de cette forme d’action. Il se présente, enfin, comme le principal pôle de résistance face au pouvoir gaulliste, ce qui le conduit à appeler à l’union tous les démocrates mais en restant très vague et à dénoncer les dirigeants socialistes comme les principaux responsables de tout ce qui est arrivé.19

Conclusion

43C’est, donc, une année « terrible » pour le PCF : jamais, ce dernier n’avait subi une telle défaite depuis 1945. Mais une nouvelle échéance électorale se profile rapidement au printemps 1959, ce sont les élections municipales et l’intention déclarée de l’UNR de s’attaquer aux forteresses communistes, notamment celles qui constituent la « banlieue rouge » dans la région parisienne mais aussi celles qu’on trouve partout en France et notamment dans notre région. Ces élections ont lieu les 8 et 15 mars 1959 et sont pleines d’enseignements qui alimenteront notre conclusion.

44Elles sont marquées par une nette poussée communiste. Dans l’arrondissement de Lille, si l’on examine les résultats obtenus à Lille, Roubaix, Tourcoing, Halluin et Hellemmes, ils sont tous supérieurs à celui du premier tour des élections législatives de 1958, ce qui se confirme dans quelques autres villes du département, Valenciennes, Denain, Vieux Condé, Maubeuge, Fourmies, Cambrai, Dunkerque, Hazebrouck ainsi que dans le bassin minier, Béthune, Liévin, Sallaumines, Carvin, Hénin-Liétard, avec parfois des différences considérables. Ces résultats sont donc analysés par le PCF comme un succès et une défaite de la droite mais aussi une défaite de tous ceux qui se sont compromis avec cette dernière, entre autre la SFIO. Si la direction a habilement utilisé l’arrivée immédiate de ces élections pour éluder une réflexion en profondeur sur les échecs de cette année 1958 ainsi que les maladresses et une certaine arrogance de l’UNR, bien entendu, un certain nombre de raisons expliquent ces résultats. On retiendra, tout d’abord, la montée d’un profond malaise social alimenté par les mesures d’austérité prises part le gouvernement en décembre 1958, les mesures contre la laïcité, les tensions économiques dans le textile et la progression du chômage avec en toile de fond le problème algérien toujours présent. Ce malaise est également perceptible à partir des résultats aux élections professionnelles marqués par des progrès substantiels de la CGT : si le PCF s’est retrouvé isolé sur le plan politique face au retour de de Gaulle, abandonné par une partie de ses électeurs, il rétablit rapidement le lien avec eux, notamment les travailleurs par le biais des luttes sociales et de la CGT. Enfin, il faut également prendre en compte l’ancrage local du PCF, parfois très ancien et une gestion municipale satisfaisant dans l’ensemble la population.

45Cependant, il est utile de se méfier de ces résultats car un scrutin municipal n’a pas les mêmes enjeux qu’un scrutin national : une partie des électeurs peut choisir, soit le vote protestataire en choisissant la seule formation politique à ce moment qui est dans l’opposition, soit l’abstention. C’est pourquoi cette poussée communiste doit être mise en perspective avec le même type d’élection, notamment avec les élections municipales précédentes, celles de 1953 afin d’être confirmée ou infirmée. Ainsi, on peut observer pour l’arrondissement de Lille que, si les résultats du PCF de mars 1959 sont tous supérieurs dans les villes choisies à ceux des élections législatives de 1958, en revanche ils sont inférieurs à ceux de 1953 sauf de peu à Hellemmes. Il n’y a donc pas de progression communiste, on parlera plutôt d’un rééquilibrage, par rapport à une grosse défaite, le balancier après être allé très loin à droite revient un peu plus à gauche. Par contre, en quittant Lille, la situation est plus complexe : sur la côte, on retrouve le modèle lillois alors que dans l’Est du département, dans les régions à forte implantation communiste, les scores de 1953 sont pratiquement retrouvés, voire dépassés, avec quand même quelques exceptions notables : Cambrai et Fournies. Enfin, dans le bassin minier, mis à part Hénin-Liétard, les résultats de 1953 sont, également, le plus souvent égalés ou dépassés.

46Dans notre première partie, nous avions montré que le PCF entre 1956 et 1958 avait certainement atteint ses plus hautes eaux et qu’il ne progressait pratiquement plus, notamment en pourcentage. Après le séisme de 1958, le rééquilibrage de 1959 est donc un peu trompeur : il est effectif par rapport à 1958 mais pas par rapport à 1953 car les scores de cette année ne sont plus retrouvés, ce qui confirme l’idée d’une décrue mais pour le moment limité à la région lilloise et à certaines villes du département du Nord. En revanche, on constatera que les zones de plus forte résistance restent les régions à forte densité ouvrière où le PCF retrouve facilement, voire améliore ses résultats de 1953. Ces régions sont globalement le bassin minier du Pas-de-Calais avec une forte poussée alors que les pertes aux élections législatives avaient été plus fortes que dans le Nord, les pôles du Douaisis, du Valenciennois, la vallée de la S ambre et la région de Fourmies. Ce sont des régions qui correspondent à un certain type de classe ouvrière où dominent mineurs et métallurgistes.

  • 20 On pensera au rôle de la famille, à celui du voisinage...

47Si deux ensembles géographiques s’esquissent, les clés de l’explication sont sans doute à rechercher dans l’implantation traditionnellement plus forte de la SFIO dans la métropole lilloise mais aussi dans l’évolution contrastée de la sociologie régionale et une diversification sociale plus avancée dans les grandes villes, marquée par l’essor des classes moyennes. Sur un plan politique, les conséquences sont considérables : le discours communiste a moins de prise sur ces nouvelles couches sociales, qui peuvent rester globalement fidèles par tradition20. Enfin, même dans certains de ses bastions, ceux du Nord, à Fourmies, on notera, quand même, un tassement électoral par rapport à 1953. Certaines de ces localités ne sont pas à l’abri d’évolution semblables à celles observées dans la région lilloise ou dans le Pas-de-Calais, à Hénin-Liétard et Carvin.

48Si 1958 constitue, enfin, un séisme pour le PCF, ce dernier et la reprise de 1959 posent la question de la santé - électorale - du PCF. S’il est de bonne guerre qu’il estime que la crise est derrière lui et qu’il l’a plutôt bien franchie, sans trop de dégâts, on retiendra, quand même, qu’il perd entre 108 000 voix (référendum) et 150 000 voix (élections législatives), soit entre 21 % et presque 30 % de ses voix par rapport à 1956. Tout l’enjeu des échéances électorales suivantes sera de savoir si cet échec est seulement conjoncturel ou s’il annonce un mouvement de longue durée : dans ce cas, 1958, serait le moment où la tendance se renverse.

Bibliographie

Bibliographie

Instruments de travail

Liberté, La Voix-du-Nord, Nord-Matin ;

Archives départementales du Nord : les cartons 459 W 142 098, 142 102, 142 105, 142 136-142 138, 142 243-142 244, 142 246-142 247, 142 265, 142 274.

Adam (Henri), Hilaire (Yves-Marie), Legrand (André), Ménager (Bernard), Vandenbussche (Robert), Atlas de géographie électorale Nord-Pas-de-Calais, tome II, 1946-1972, Éditions universitaires, 1972, 167 p.

Gaudinière (Bernard), Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, 1994, 839 p.

Ouvrages généraux

Rioux (Jean-Pierre), La France de la Quatrième République, tome I, L'ardeur et la nécessité, 1944-1952, Le Seuil, collection Points Histoire, Paris, 1980, 309 p et tome II, L’expansion et l’impuissance, 1952-1958, Le Seuil, collection Points Histoire, Paris, 1983, 382 p.

Berstein (Serge), La France de l’expansion, tome I, La République gaullienne, 1958-1969, Le Seuil, collection Points Histoire, Paris, 1989, 375 p.

Annexes

Annexes

Annexe 1 : Les circonscriptions du département du Nord et le résultat des élections de 1956 à gauche

Annexe 2 : Les circonscriptions du département du Pas-de-Calais et le résultat des élections de 1956 à gauche

Annexe 3 : L’élection partielle des 9 et 23 mars 1958 dans la 3e circonscription du Nord

Annexe 4 : Les résultats du référendum du 28 septembre 1958 dans la région

Annexe 5 : Les élections législatives de novembre 1958

Annexe 6 : Les élections municipales de 1959 : un redressement électoral du PCF ?

Notes

1 Sous la IVe République, les élections législatives se font au scrutin proportionnel mais dans le cas d’élections partielles, on utilise le scrutin majoritaire à deux tours.

2 Liberté, 15 mai 1958, édition de Lille.

3 Nord Matin, 18 mars 1958.

4 Liberté, 17 mai 1958, édition de Lille.

5 Idem, 20 mai 1958, édition de Lille.

6 Idem, 25 mai 1958, édition de Lille.

7 Idem, 30 mai 1958, édition de Lille.

8 Idem, 1er juin 1958, édition de Lille.

9 Idem, 3 juin 1958, édition de Lille.

10 Liberté, 3 juin 1958, édition de Lille, compte rendu de manifestations de métallurgistes à Denain et de mineurs dans le Douaisis.

11 Rapport du commissaire divisionnaire, chef du service départemental des Renseignements généraux au préfet du Nord, Archives départementales du Nord, 459W142102.

12 ADN, 459W142102.

13 ADN, 459W142262.

14 Résolution du Comité central du PCF reproduite dans Liberté, 13 décembre 1958.

15 ADN, 459W142262.

16 ADN, 459W142102.

17 Idem, 459W142243.

18 Idem, 459W142102.

19 Liberté, 13 décembre 1958, édition de Lille.

20 On pensera au rôle de la famille, à celui du voisinage...

Table des illustrations

Titre Tableau no 1 : Les élections législatives de 1956 dans la région du Nord
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau no 2 : Les élections législatives dans la région du Nord depuis 1945
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau no 6 : Les résultats du 1er tour
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau no 7 : Le résultat du 2nd tour
Légende Il y a 5 élus dans le Nord et 7 dans le Pas-de-Calais.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2315/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540