Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Troisième partie : les forces politiques

Les Républicains populaires dans le Nord en 1958

Bruno Béthouart

Texte intégral

Introduction

1Alors que ce parti n’a que 14 ans d’existence, l’année 1958 représente déjà une date charnière. Elle lui procure alors, de manière relative mais réelle, une bonne surprise liée au retour du général de Gaulle. Des membres du MRP comme Maurice Schumann mais aussi André Diligent ou Roger Poudonson saluent le retour de celui qui, avec l’assentiment du Président de la République, se substitue au républicain populaire Pierre Pflimlin pour gérer le drame algérien et engager une véritable réforme de l’État espérée par le MRP. Les hésitations s’effacent lors des législatives de novembre 1958 et permettent une certaine renaissance. Pourquoi un tel sursaut notamment dans le Nord-Pas-de-Calais ?

2Il est nécessaire de reprendre les grandes étapes des fédérations du Nord et du Pas-de-Calais dans leurs combats électoraux, leurs alliances et leur présence au sein d’équipes municipales de droite ou de gauche au fil des années 1950 et d’en mesurer le lent déclin. L’importance de la chute fait suite à un départ tonitruant et s’explique en partie par des choix politiques tant nationaux que régionaux marqués par des ambiguïtés ou, pour le moins, des ambivalences.

3L’impact de cette année s’explique par le renouvellement des leaders, se mesure à l’avènement d’une équipe jeunes MRP dans le Pas-de-Calais mais la question fondamentale demeure : faut-il se ranger derrière le général de Gaulle ou donner la priorité aux convictions démocrates chrétiennes ? L’étude des différentes tendances représentées par de fortes personnalités permet de comprendre les choix, les problèmes qui naissent alors de ces différentes stratégies et qui annoncent l’éclatement futur.

Un parti en déclin durant les années cinquante

Un départ tonitruant

  • 1 Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais 1944-1967, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, p. (...)

4Les résultats du premier tour des élections municipales du 29 avril 1945 offrent en effet des perspectives très encourageantes : dans le nord, les républicains populaires obtiennent 33,4 % des suffrages exprimés à Cambrai, 31 % à Tourcoing, 26,6 % à Lille et à Roubaix, 26 % à Maubeuge et 21,2 % à Valenciennes. Le Pas-de-Calais n’est pas en reste puisque le MRP recueille 49,5 % de ces mêmes suffrages à Saint-Omer, 44,5 % à Béthune derrière l’UPRA, 42,8 % à Arras où il devance la SFIO et l’UPRA, 33,6 % à Boulogne où il est également en tête, 21,4 % à Lens derrière l’UPRA et la SFIO1.

  • 2 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

5Les élections législatives d’octobre 1945 puis de juin 1946 et de novembre 1946 participent peu ou prou à ce même élan. Dans le Nord, deux députés, Legry et Ioss, sont élus dans la 1re circonscription grâce aux 33,6 % en octobre 1945, puis Robert Prigent succède à Ioss en juin 1946 avant d’être le seul élu en novembre où le MRP recueille 29,3 %. Maurice Schumann triomphe dans la seconde circonscription en octobre 1945 en obtenant 41,3 % des suffrages exprimés : Robert Prigent, Robert Pouille et Courtecuisse sont également élus. En juin 1946, il ne reste que trois députés MRP, de même qu’en novembre 1946 où le score du MRP est de 28,3 %. Dans la troisième circonscription, celle de Douai et Valenciennes, Paul Gosset et Bocquet sont élus grâce aux 20,3 % lors des premières législatives puis aux 24,5 % et toujours malgré la baisse à 17,5 % en novembre 1946. Paul Gosset, membre de l’ACJF, de la Conférence Saint-Vincent de Paul, est cadre dans le tissage avant de devenir journaliste : il s’engage dans la résistance en tant que diffuseur de Témoignage Chrétien et dans l’OCM2. Dans le Pas-de-Calais, l’ampleur des scores est également saisissante : Jacques Vendroux, le beau-frère du général de Gaulle et Tellier obtiennent 46,4 % dans la première circonscription sur le littoral, puis il passe à 36,1 % en juin 1946. La chute est nette en novembre avec 21,7 % du fait du départ de Jacques Vendroux : Paul Caron est le seul élu. Dans la seconde circonscription, à l’intérieur des terres, Jules Catoire et Louis Beugniez sont élus députés grâce aux 28 % obtenus en octobre 1945, ils se maintiennent à 25,1 % en juin 1946 et baissent à 19 % en novembre. Les élections cantonales du 23 septembre 1945 accordent 28,4 % au MRP dans le département du Nord et 15,6 % dans le Pas-de-Calais. Sont élus conseillers de la République en décembre 1946 Maurice Walker et Henri Liénard dans le Nord avec 27 % des suffrages, Philippe Gerber, avocat arrageois, fondateur du PDP durant l’entre-deux-Guerres avec 39 % dans le Pas-de-Calais.

  • 3 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit., p. 71-78.

6Ces fédérations offrent deux profils distincts3. Celle du Nord est présidée par Jules Defaux (1885-1977) le médecin des pauvres, sillonniste ; il accueille la première réunion du CDL de Lille chez lui, et va ensuite devenir l’adjoint d’Augustin Laurent. L’industriel Jean Catrice qui prend sa succession est à la tête de la seconde fédération française avec 25 500 adhérents soit le cinquième des cotisants. Avec près de 70 % des cotisants, l’arrondissement de Lille domine la fédération, suivi par celui d’Avesnes qui ne compte que 10 % des adhésions puis Valenciennes, Douai et Dunkerque et Cambrai avec moins de 2 %. Un secrétariat fédéral est installé rue de la Barre avec Mlle Mouy, ancienne secrétaire d’Eugène Duthoit, le président des Semaines sociales. La section de Lille compte alors 1 700 membres, Roubaix 1 200, Tourcoing 1 600. La ville de Wattrelos est une section modèle : elle rassemble près de 800 membres issus du milieu populaire avec ses activités festives comme les ducasses à tartes et la venue de personnalités régionales ou nationales.

7Philippe Gerber préside la fédération du Pas-de-Calais dans un premier temps puis Jules Catoire, ancien vice-président confédéral de la CFTC lui succède. Elle compte 6 300 cotisants soit un quart de celle du Nord mais elle occupe la 6e position sur le plan national. La section de Lens animée par Albert Révillion rassemble 2 433 cotisants soit près de 40 %, Béthune en compte plus de 2 000 : le bassin minier représente la moitié des adhésions. Ces résultats prouvent l’efficacité de l’action des milieux démocrates chrétiens d’avant-guerre même si les résultats sont très décalés avec les scores électoraux de cette époque ; le PDP ne dépasse guère les 5 % sauf à Arras, Montreuil et Boulogne. La section d’Auchel compte 100 adhérents ; une petite équipe l’anime autour de Raymond Delehaye, Gaston Garéneaux et Georges Plancke.

  • 4 Interview de Marie Van Der Elst, 21.11.1971.

8La presse durant ces premiers temps fait fonction de relais : Nord Éclair est le premier quotidien à reparaître à la Libération ; il est préparé dans la clandestinité au sein du Journal de Roubaix dont le directeur Léon Robichez, ancien Jeune République, devient maire de Marcq-en-Baroeul à la Libération. Il existe également des journaux fédéraux comme l’Éveil du Peuple dans le Nord, et l’Essor puis l’Éclair du Pas-de-Calais, plus tardif. Des bulletins locaux animent les sections : Notre Lien à Wattrelos, Regard neuf à Tourcoing, Le Démocrate chrétien à Lens, Présence au Portel, L’Éclair de Capécure à Boulogne. Le MRP cultive l’originalité en créant des équipes spécialisées sur le modèle de l’Action catholique : l’équipe ouvrière dans le Nord se rassemble autour de Marie Van der Elst, véritable pasionaria du MRP, qui fait de son équipe « l’aiguillon social » et veut apporter « la température du monde ouvrier »4. Elle insiste sur la volonté d’« imposer une république populaire » en opposition avec une « république libérale et individualiste », et elle souligne leur rôle : « non pas la caution ouvrière mais les témoins de la classe ouvrière ». Cette équipe est résolument axée à gauche, sur un choix travailliste. Dans le Pas-de-Calais, il existe quatre équipes de dimension modeste : équipes ouvrière, féminine, familiaux, jeunes.

Le temps des désillusions

  • 5 Atlas électoral du Nord-Pas-de-Calais, 1946-1972, Lille, PUL, 1972, p. 15-45.

9Les élections municipales d’octobre 1947 puis celle de mai 1953 marquent un effondrement du MRP : après avoir obtenu 26,6 % à Lille en avril 1945, la liste MRP chute à 8,3 % en octobre 1947 et remonte légèrement à 9,4 % en mai 1953, de même celle de Roubaix passe de 26,6 % à 14,1 % puis 16,2 %. À Tourcoing, le score est d’abord de 31 % puis de 18,8 % et de 19 %. Le MRP choisit majoritairement de s’allier, comme à Lille, avec la SFIO qui profite de ces ententes ; il est surtout victime de la montée en 1947 du RPF. Dans le Pas-de-Calais, le même phénomène se produit : la section d’Arras recueille 42,8 % des voix en avril 1945, 19,8 % en octobre 1947 et 18,8 en mai 1953 ; à Béthune, l’effondrement est encore plus net avec 44,5 %, 7,4 et 11,6 alors qu’a Saint-Omer le résultat passe de 49,5 % en 1945 à 25,5 en 1947 puis 39,3 % en 1953 à cause d’une alliance avec le RPF5.

  • 6 Interview de Louis Beugniez, 20.06.1992.

10La chute est également manifeste aux élections législatives de juin 1951 et de janvier 1956. Dans la 1re circonscription du Nord, il n’y a plus de député MRP malgré les 17,5 % et 16,6 %. Robert Prigent est battu par Paul Reynaud à cause d’un refus d’apparentement avec la droite. Dans la seconde circonscription, avec 18,1 % en 1951, et 16,8 % en 1956, seuls Maurice Schumann et Jules Duquesne sont élus au Palais-Bourbon de même que Paul Gosset dans la troisième circonscription. Dans le Pas-de-Calais, il n’y a plus de député sur le littoral, seul Jules Catoire, grâce aux 12,4 % de voix en 1951 et 14 % en 1956 représente le MRP. La progression dans le bassin minier est réelle mais le résultat mince au regard du triomphe de la SFIO qui passe de 23,4 % en 1951 à 28,5 % en 1956. Louis Beugniez qui se représente à une élection législative partielle en 1954 doit, « sur ordre d’en haut », laisser le socialiste affronter le candidat de droite au second tour alors qu’il a ses chances dans une triangulaire6. Cet effondrement est en partie atténué par des résultats plutôt favorables aux élections cantonales de 1955 par rapport à ceux de 1949 : dans le Nord, la moyenne est de 14,6 % contre 13,5 % en 1949, dans le Pas-de-Calais, la progression est nette : de 10,5 % à 19,8 %. La percée dans le Pas-de-Calais s’explique par l’avènement de personnalités comme Joseph Bigot à Étaples. Aux élections sénatoriales, le MRP dans le Nord passe de 17,2 % en novembre 1948 à 16,7 % en mai 1952 avec Maurice Walker, écossais d’origine, protestant, cadre dans une entreprise, connu pour son sens social. Il devient par la suite président du groupe parlementaire MRP. Dans le Pas-de-Calais, le score passe de 11,8 % à 14,1 % avec un militant issu du monde agricole, Georges Boulanger en 1952.

Une conjoncture défavorable

  • 7 Archives de J. Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

11La rupture avec le général de Gaulle affaiblit le Mouvement. Jules Catoire se confie, dans une lettre au chef de la France libre dès novembre 1946 : « Quand je vois des listes ‘Union gaulliste’ constituées ou patronnées par des hommes de Vichy, des profiteurs, des antidémocrates, des réactionnaires sociaux condamnés par un jury d’honneur, quand je vois ces listes se réclamer de vous, je dis qu’il n’est pas possible que le général des chars et de la résistance couvre une telle marchandise »7. Le RPF obtient 43 000 voix à Lille contre 7 300 au MRP en octobre 1947, 5 300 voix à Arras contre 3 000 au MRP, 5 500 à Boulogne contre 3 200 au MRP, 3 400 à Saint-Omer contre 2 200 au MRP, 6 600 à Calais contre 1 800 au MRP.

  • 8 Interview d’André Diligent, 27.12.2000.
  • 9 Interview de Jules Catoire, 4.01.1978.

12Face à ce danger, l’émergence de la Troisième Force profite aux socialistes, notamment dans le Pas-de-Calais, et ensuite, au début des années 1950, aux modérés du CNI de Roger Duchet. Seule la SFIO progresse sur le plan régional : de 23,4 % en 1951 à 28,5 % en 1956. La position du MRP est ambiguë dans la région : proche des socialistes pour les questions sociales, pour le souhait d’une économie dirigée de la part de certains de ses dirigeants, attiré, d’autre part, vers les modérés et le gaullisme dans un désir de rigueur économique et surtout pour la défense de la liberté de l’enseignement. Son électorat catholique pratiquant se situe majoritairement à droite alors que les militants sont plus orientés à gauche. Dans la gestion de cette Troisième Force et lors de la tentative de solution de la querelle scolaire, Jules Catoire joue un rôle régional et national du fait de ses relations personnelles avec Guy Mollet. L’animosité contre Pierre Mendès France, l’autre solution de gauche, porte non seulement sur le « crime du 30 août » relatif à l’échec de la CED mais aussi sur le caractère conservateur de ses ministres et sa politique de rigueur. Cependant, l’équipe ouvrière du Nord, Jean Catrice, André Diligent et Jules Clauwaert ne partagent pas cette méfiance et considèrent que le leader radical est proche du MRP8. Un dernier facteur national handicape le MRP : l’usure du pouvoir. Installé sur l’aile droite du tripartisme, le MRP se fait alors reprendre par la gauche ; placé ensuite au centre du système de la Troisième Force, il est critiqué à droite et à gauche ; enfin devenu aile gauche d’une Troisième Force recentrée, il est alors dénoncé par la droite. Jean Catrice estime que le MRP a eu tort « de ne pas faire une cure d’opposition »9.

  • 10 Interview de Jules Catoire, 4.01.1978.
  • 11 Lettre envoyée à Mgr Perrin, archives de Jules Catoire.

13Dans la région Nord-Pas-de-Calais, les structures s’affaiblissent. La fédération du Nord ne compte plus que 3500 adhérents en 1950 contre 25 500 en 1946, soit 15 % contre 20 % en 1946 mais elle demeure l’une des plus importantes ; le poids de l’arrondissement de Lille devient prépondérant avec près des ¾ des adhérents. Dès les années 1950, 86 % des militants de la première heure ont disparu. Dans le Pas-de-Calais, la fédération ne dispose plus en 1947 que de 2 500 adhérents soit 3 % du total en France ; en 1956, ils ne sont plus que 840 adhérents soit une baisse supplémentaire des deux tiers. L’environnement porteur disparaît dans le domaine de la presse : des journaux internes disparaissent sur le plan local ; Nord Éclair prend de la distance avec l’accord des responsables du MRP comme Jules Catoire pour sauver la situation financière du journal ; La Voix du Nord adopte une attitude critique et se tourne vers le camp gaulliste en 1947. Les évêques, dans les déclarations officielles, prennent leur distance. Mgr Perrin, évêque d’Arras, s’oblige à un devoir de réserve malgré un sentiment personnel favorable10. Enfin certains militants syndicalistes chrétiens, jocistes, membres de l’ACO, et même certains aumôniers du travail prennent leurs distances. Jules Catoire manifeste son désarroi dans un courrier envoyé à son évêque en 1953 : « Monseigneur, tout cela est d’une extrême gravité non seulement pour ceux qui ont déjà franchi le pas mais aussi pour les autres et pour tous ceux que nous pouvons influencer, ceux de nos camarades que le doute pénètre peu à peu. On croit de moins en moins au christianisme, mais à une doctrine de libération sociale et humaine, à la nouvelle religion des Masses (la force du nombre) qui doit entraîner celle du Christ en attendant de la remplacer »11. Dans un tel contexte, des hommes de valeur battus aux élections prennent discrètement le chemin de la sortie du champ politique : Robert Prigent, ancien ministre, dans le Nord, Louis Beugniez, président de la Commission du travail et de la Sécurité sociale, dans le Pas-de-Calais.

14Il est difficile d’imaginer en 1957 que ces facteurs univoques vont, un temps, s’infléchir et redonner une certaine fraîcheur à ce parti frappé de tous côtés.

La bonne surprise de 1958

15Alors que tout semble concourir à plonger le MRP dans les profondeurs de l’oubli, une lueur d’espoir surgit : « en 1958, on a le vent en poupe » confie Henri Bourgain, militant MRP du Portel.

Le sursaut

  • 12 Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, op. cit, p. 59-62.
  • 13 Éclair du Pas-de-Calais, no 21, décembre 1958.

16Les législatives de novembre 1958, malgré la difficulté de la comparaison du fait du changement de scrutin et de l’absence de candidats dans certaines circonscriptions, représentent une période plus favorable. Les résultats de 195812 sont bons surtout si le candidat MRP ne possède pas de concurrent gaulliste ou, mieux encore, s’il est lui-même candidat gaulliste. Dans le Nord, sont élus Maurice Schumann dans la 10e avec 33,8 %, Carlos Dolez dans la 14e avec 29,9 %, André Diligent dans la 8e avec 65,3 % : il n’y a pas de candidat gaulliste en face d’eux. Les résultats sont encourageants pour Georges Delfosse dans la 1re avec 24,1 %, Henri Desbuquois dans la 13e avec 29,5 %, Paul Gosset dans la 20e avec 25,5 %. Dans le Pas-de-Calais, une élection surprend les spécialistes : Maurice Cassez l’emporte dans la 9e, celle de Béthune et Lillers à l’occasion d’une triangulaire mais Jules Catoire échoue face à un gaulliste Henri Duflot dans la 2e avec 21,4 %, de même Roger Poudonson devant Guy Mollet dans la 1re avec 21,9 %. Cependant Henri Bourgain fait une bonne percée dans la 5e avec 19 %, de même Désiré Fenard dans la 11e (Laventie, Lens) avec 19,3 %, Jules Carpentier dans la 14e (Carvin, Hénin) avec 14,6 %. Roger Poudonson, le secrétaire fédéral de la fédération MRP, titre dans le journal fédéral : « Dans le Pas-de-Calais, le MRP gagne 20 000 voix sur 1956 »13 : il précise qu’« avec un tel mode de scrutin et le savant découpage auquel on s’est livré, les augures auraient été bien étonnés si on leur avait prédit que le MRP serait de tous les partis traditionnels celui qui s’en tirerait le mieux !.. Cela prouve que le MRP est beaucoup plus solide que ne l’imaginent ceux qui, à chaque élection, se hâtent de l’enterrer : les fossoyeurs peuvent faire des heures supplémentaires ! ».

17Dans les autres élections, la tendance au redressement se confirme : aux élections cantonales dans le Nord, le MRP progresse de 2,4 % entre 1958 et 1961 et le parti double ses sièges, passant de 2 à 4 dans le Pas-de-Calais. Aux sénatoriales, entre mai 1952 et juin 1958, le Nord passe de 16,7 % à 18 % avec deux élus, Octave Bajeux et Maurice Walker. Le Pas-de-Calais malgré une progression de 14,1 % à 15,9 % n’obtient qu’un seul siège tenu par Georges Boulanger.

  • 14 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit., p. 61-71.
  • 15 Interview de Paul Bacon, 23.04.1992.

18Des causes nationales expliquent cette situation redevenue favorable. Le Mouvement se rallie au général de Gaulle : un seul député républicain populaire vote contre lors du vote de confiance : François de Menthon. Le retour de de Gaulle procure au MRP un regain de vigueur. Le MPR profite à l’évidence de la « sortie du désert » en devenant même quelquefois le représentant du gaullisme. Certains militants démocrates chrétiens, demeurés gaullistes au fond d’eux-mêmes, n’en ressentent aucune gêne, bien au contraire. D’autres considèrent le chef de la Résistance comme un « mal nécessaire » : il faut exploiter la situation pour la sauvegarde du Mouvement. De Gaulle le « fossoyeur » redevient comme en 1944-1945 la « manne providentielle »14. Il y a donc la volonté « d’exploiter la situation ». Jules Catoire se rallie en 1958 « pour éviter que le sang ouvrier ne coule ». D’autre part, certains ministres MRP ont joué un rôle positif : Paul Bacon, bien que battu, met en place le conventionnement des médecins en 1959, est le créateur des Assedic et de l’Unedic15. Robert Buron est un ministre des Transports appréciés et surtout l’homme des accords d’Évian en mars 1962.

Des facteurs personnels et structurels

  • 16 Interview de Roger Delelis, 21.04.1972.
  • 17 Interview d’Octave Bajeux, 20.04.1972.

19Il faut également prendre en compte des facteurs régionaux. Une nouvelle génération de leaders émerge : dans le Nord, c’est André Diligent qui arrive au premier plan. Fils de Victor, animateur du Sillon du Nord puis du PDP, cet avocat, adjoint de Jean Catrice à l’information à la Libération, a pris contact avec des dirigeants algériens comme Messali Hadj du MTLD dès 1954 et il dénonce les tortures en Algérie. Élu en 1958, il intervient de plus en plus au niveau fédéral, dans les congrès, les commissions exécutives comme rapporteur de politique générale. Il prend la succession de Jean Catrice dans le rôle d’animateur. Bon orateur, il fait renaître la chaude ambiance des pionniers du Sillon : « il a de l’ambition pour ses idées plus que pour sa personne » selon Roger Delelis16. Guy Chatiliez, journaliste grand reporter à Nord Éclair est issu d’une famille ouvrière. Lui-même jociste dans sa jeunesse, il s’engage dans un mouvement tiers-mondiste. En 1958, lors de la scission de la section de Tourcoing, il prend la direction de la partie restée fidèle à la Fédération. Refusant l’alliance avec la droite, il se présente aux élections en 1962 puis est partisan de l’opération Defferre avant de s’orienter vers le PS et de devenir le maire de Tourcoing. Georges Delfosse, permanent JOC, est membre de l’équipe ouvrière nationale, et devient secrétaire général adjoint du MRP en 1956. Candidat aux législatives de 1958, il fait partie d’une liste composée d’UNR, d’indépendants et de MRP à Lambersart aux municipales de 1959. Il soutient les projets de Joseph Fontanet et de Jean Lecanuet d’élargissement vers la droite. Il est hostile à l’alliance systématique avec les socialistes. Octave Bajeux, docteur en droit et paysan, ayant « toujours manié la plume et la fourche »17, est élu sénateur en 1958. C’est le véritable représentant du monde agricole dans la Fédération du Nord. Il est conscient de la difficulté pour les militants ouvriers de comprendre les problèmes agricoles. Il s’appuie sur une solide équipe de jacistes comme Léon d’Hem, ancien président national, Joseph Minne de Sainte-Marie-Cappelle.

  • 18 Interview de Roger Poudonson, 21.04.1978.
  • 19 Interview d’Henri Bourgain, 9.11.1971

20Dans le Pas-de-Calais, de nouvelles personnalités émergent : Roger Poudonson, né en 1922, a reçu une formation scoute. Déjà secrétaire depuis 1950, il devient le vrai patron de la Fédération à partir de 1958 après avoir relancé l’année précédente L’Éclair du Pas-de-Calais. Il accueille Émile Virel et son équipe de jeunes, et réagit contre les alliances avec les socialistes. Ulcéré de voir ceux-ci profiter de la « naïveté » des MRP, il décide de se présenter contre Guy Mollet à Arras : « Nous sommes fatigués de jouer de la mandoline sous les fenêtres de la belle socialiste »18. Malgré les pressions de l’UNR qui n’a pas de candidat contre Guy Mollet à Arras, malgré l’importance et le prestige de son adversaire, ministre d’État dans le gouvernement de Gaulle, il n’échoue qu’à 1 500 voix : « c’est un échec qui lance ». Élu sénateur, il devient alors le seul élu MRP du Pas-de-Calais et le pilier de la Fédération. Favorable à l’élargissement du Mouvement, il donne à la Fédération un esprit de corps et la notion de centrisme prend avec lui le dessus sur le caractère « démocrate chrétien ». Émile Virel, né à Méricourt en 1937, professeur d’histoire, est l’adjoint de Roger Poudonson. Homme d’organisation, à 20 ans, il décide d’offrir ses services au MRP dont il partage les objectifs : « j’avais l’intuition que le MRP correspondait le mieux à mes aspirations profondes dans la conception de l’homme, de la vie politique et de la morale politique » : il se décide à franchir le pas après avoir écouté Pierre-Henri Teitgen lors d’une session de formation. « Poulain » de Roger Poudonson, cet homme loyal est très organisé, « trop doctrinal » selon certains. Henri Bourgain19, fils de marins du Portel, travaille à la Sécurité sociale ; il relance le MRP sur « le plateau », soit à Outreau, Le Portel. Séduit par la doctrine sociale de l’Église, influencé par Jules Catoire et l’abbé Florimond Wiel, aumônier missionnaire du travail, il est battu en 1956, échoue de justesse en 1958. Il entre au comité directeur fédéral en 1957 puis au comité national. Il est convaincu de la nécessité de l’élargissement et participe à la transformation du MRP en Centre démocrate. Maurice Cassez, syndicaliste agricole, croix de guerre en 1914-1918, est appelé par Roger Poudonson en 1958. Il bat le socialiste Vanrullen au second tour dans la 9e circonscription, celle de Béthune : « il entre au Parlement avec un aspect juvénile, et plein de flamme » selon Roger Poudonson. Il est le type même du militant rural.

  • 20 Interview d’Émile Virel, 14.10.1978.

21Des structures nouvelles apparaissent. Certes les effectifs demeurent à un faible étiage : dans le Nord ; 2 200 adhésions en 1958, 2 400 en 1960 puis à nouveau en baisse avec 1 700 en 1963, ce qui représente encore 9 % des effectifs nationaux. Dans le Pas-de-Calais, ils sont 657 adhérents en 1958, 984 en 1962 et 890 en 1963 soit 5 % des effectifs nationaux. Mais le ciel s’éclaire avec une équipe jeunes qui décolle à l’initiative d’Émile Virel et de François Brunet, avec le soutien de Roger Poudonson20. Les débuts sont pragmatiques ; ils partent à la recherche de jeunes, répondent aux invitations puis mettent en place un fichier. Celui-ci affiche trois objectifs au départ ; d’abord informer par la diffusion de documents, utiliser la presse, et notamment l’Éclair du Pas-de-Calais puis former des militants grâce à un système de fiches de réunions autour de clubs de formation avec deux cycles dont l’un est plus simple pour les débuts, l’autre plus porté sur la politique, la démocratie, les partis politiques, la doctrine du MRP, l’origine et la mission du MRP. Il s’agit de faire prendre conscience « des exigences de pureté à l’égard, au service de la doctrine ». Ces jeunes estiment que, face aux militants engagés dans les compromissions inévitables de la vie politique, ils ont à rappeler ce que la doctrine représente, à toujours replacer la ligne politique au regard des principes du mouvement ». François Brunet n’hésite pas à écrire à Jules Catoire le 31 mars 1957 : « Je pense que votre attitude en face des exactions en Algérie n’est pas assez énergique. Personnellement, j’avoue que j’hésiterais beaucoup à conserver ma sympathie au MRP s’il conserve une attitude ambiguë dans ce domaine ». Il met à exécution sa menace par la suite.

  • 21 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, thèse de doctorat, op. cit., p. 460-471.

22Le 7 décembre 1957, l’équipe jeunes se constitue officiellement à Lens après une journée nationale à Rambouillet le 22 septembre. Un contact est pris avec 300 à 400 jeunes. La particularité du groupe est de ne jamais demander aux jeunes d’adhésion à un parti politique pas même le MRP : « nous nous considérions comme prêts à parler du MRP, prêts à les faire venir mais sans jamais leur demander de s’y engager »21. Ils cherchent à faire de cette équipe une sorte « d’antichambre du MRP » selon Roger Poudonson. Une structure départementale se met en place avec des fichiers des sections qui se constituent à Lens, Arras, Béthune, Carvin, Boulogne et Calais. Les responsables trouvent des animateurs ; René Dhaisne, Henri Dachicourt viennent remplacer François Brunet au niveau central. Chaque équipe locale se réunit une fois par mois pendant la période scolaire. Le but est de créer une équipe par canton. En mars 1958 a lieu la première grande manifestation à Avion : une bonne centaine de jeunes viennent écouter André Colin, président national : « une ambiance du tonnerre au congrès Jeunes » selon l’Éclair du Pas-de-Calais d’avril 1958. « Le démarrage est assez exceptionnel », selon Émile Virel. « En effet, à l’époque, la vie politique est assez désenchantée, les jeunes sont traumatisés par la guerre d’Algérie, par le désenchantement à l’égard de la vie politique, des compromis de la IVe République, c’est donc quelque chose d’inhabituel ».

  • 22 Archives d’Émile Virel.
  • 23 Éclair du Pas-de-Calais, septembre 1958.

23En mars 1959, le congrès se réunit à Boulogne avec Bernard Lambert. En janvier 1960, il est à Lens où une nouvelle équipe vient de se créer : André Diligent vient parler de l’Algérie. Lors du 4e congrès à Béthune sur le thème de l’Europe, Philippe Farine parle devant plus de 100 jeunes ; sept équipes fonctionnent, à Lens, Béthune avec René Dhaisne, Calais, Boulogne avec Roger Beauvois, Arras avec Henri Vigneron, Carvin et Noeux-les-Mines avec Pierre Leclercq ; sont en préparation les sections de Billy, Desvres, Auchel. Les responsables sont très souvent d’anciens fédéraux JOC ou JAC. Une page y est consacrée chaque mois dans l’Éclair et une brochure est conçue et écrite par Émile Virel, Une expérience, un témoignage 1958-196122. En octobre 1961, le cinquième congrès où vient s’adresser aux jeunes André Colin représente le sommet de l’équipe jeunes. Dans cette aventure, l’équipe fédérale autour d’Émile Virel joue un rôle décisif : elle établit un ordre du jour strict, interdit de prendre plus de deux fois la parole. Malgré ce lourd cahier des charges, René Dhaisne, Henri Dachicourt, Henri Vigneron sont très présents. Les responsables fédéraux sont également délégués à la commission nationale jeunes avec ceux du Loir-et-Cher, du Bas-Rhin, de la Haute-Garonne, de l’Ille-et-Vilaine, de la Seine, du Cantal. Émile Virel est élu au comité national du MRP. L’expérience du Pas-de-Calais fait école : les jeunes de Maine-et-Loire viennent assister à un congrès. Bernard Blin, député des Ardennes rappelle en mai 1959 que « l’expérience du Pas-de-Calais constitue à bien des égards un modèle ». Pierre Pflimlin lui-même fait parvenir un mot en réponse au bulletin de liaison envoyé par l’équipe jeunes à titre d’information en septembre 1958 : « Je vous remercie de m’avoir envoyé le bulletin de liaison. Ce bulletin se présente bien ». Ces quelques mots sont relayés par l’Éclair sous le titre « un encouragement de poids »23. Sous la houlette de Jules Catoire et surtout de Roger Poudonson, cette équipe est intégrée dans la fédération : cette démarche très précieuse pour la crédibilité de l’équipe renforce également les responsables qui se sentent ainsi partie prenante. Des places au nombre de quatre sont réservées au comité directeur (Dhaisne, Dachicourt, Virel, Brunet) : actifs dès le début, les jeunes envoient une motion prévoyant que les membres absents au moins quatre fois seront exclus.

24Dans l’affaire des municipales d’Arras, une minorité veut continuer en 1959 l’alliance avec la SFIO alors qu’une majorité s’est dégagée en faveur de la rupture. L’équipe jeunes prend position : elle affirme son « soutien absolu » à Jules Catoire et Roger Poudonson. Elle considère que l’attitude prise à Arras aura des répercussions sur l’avenir du Mouvement et sur l’engagement des jeunes dont le désintéressement est notoire. Elle demande des mesures pouvant aller jusqu’à l’exclusion, affirme être prête à remettre en question leur engagement si de telles mesures ne sont pas prises, estimant dans ce cas ne pouvoir assumer leurs responsabilités auprès de « militants » dont le seul souci est le succès personnel auquel ils sacrifient les intérêts essentiels et l’avenir du Mouvement. Cette motion datée du 11.09.1959 est signée par Émile Virel, Françoise Caffin, Henri Dachicourt. Cet esprit d’initiative correspond à la levée d’une nouvelle génération avec une solide formation. Cette accession à la maturité et aux responsabilités politiques n’a été possible que grâce à la compréhension des dirigeants fédéraux qui ont eu l’intelligence de saisir l’importance de cette initiative et qui lui ont donné l’éclat nécessaire. Le sursaut de la fédération en 1958 est en grande partie dû à cette équipe, au courant d’espoir qu'elle a fait naître dans la Fédération. « Ce fut une époque extraordinaire » confie Roger Poudonson.

à la recherche d’une stratégie

25Fort de ce succès, les deux fédérations doivent choisir leur destin futur.

Avec ou sans de Gaulle ?

  • 24 Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit., p. 460-471.
  • 25 Ibidem

26Les élections municipales remettent en selle le MRP notamment en cas d’alliance avec la SFIO. Celle-ci existe dans le Nord à Lille et Roubaix : les scores sont impressionnants ; respectivement 46,1 % en 1965 pour Lille avec Jules Defaux et Georges Hénaux, nouveaux adjoints, 53,7 % à Roubaix où les socialistes s’unissent aux MRP et indépendants alors qu’à Tourcoing, l’union avec l’UNR aboutit à un résultat de 59,3 % en 196524. À Dunkerque, le score est de 39,9 % dans une alliance avec les indépendants. Les progrès sont réels mais sans unité de stratégie. Dans le Pas-de-Calais, l’union avec les socialistes existe à Arras où le score est de 53,4 % avec Pierre Brunet comme animateur, de même à Béthune avec 56 %. À Boulogne, l’union se fait avec les Indépendants et ne recueille que 17,9 % : la même disparité des alliances remet en lumière les tendances profondes des sections. Cependant les alliances permettent aux républicains populaires d’être présents. Le référendum d’avril 1962 fait revenir le désaccord au sein du Mouvement : une majorité se porte sur le choix du « non » à cause du risque d’une démocratie césarienne, ultra-personnalisée, et du refus de la bipolarisation. Pourtant Maurice Schumann, Jean Catrice, Jules Clauwaert et André Diligent sont favorables au « oui » au nom de la nécessaire modernisation de la vie politique et parce que de Gaulle a les Français derrière lui. Une enquête chez des militants du Nord sur les causes du recul incrimine pour 45 % l’alliance avec les vieux partis, 34 % le « non » au référendum25.

  • 26 Interview de Maurice Schumann, 23.04.1972.
  • 27 Le MRP vous parle, no 69, avril-mai-juin 1996, p. 19. Extrait d’un compte rendu du Comité directeu (...)
  • 28 Dans le cadre de la préparation d’une de thèse de doctorat sur le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, (...)

27Parmi les chauds partisans d’un retour clair à Charles de Gaulle, Maurice Schumann incarne la double fidélité26. Né à Paris en 1911, dans une famille d’origine juive, il se convertit au christianisme. Possédant des racines familiales dans le Nord, marié à une Belge, ce journaliste de l’agence Havas, collaborateur à Sept, Temps présent, l'Aube, militant de la Jeune République, se rallie à de Gaulle dès juin 1940 ; il devient porte-parole de la France combattante à la radio de Londres. Il est élu premier président du MRP en novembre 1944, et symbolise le Parti de la Fidélité. Jean Catrice parvient à le convaincre de venir se présenter dans le département du Nord. Il est premier élu de France avec 184 00 voix en octobre 1945 : orateur brillant, passionné, il visite et ranime toutes les sections ; certains le surnomment « le marchand de paroles ». Il joue un rôle national dans le tripartisme, défend la position de Georges Bidault qui estime nécessaire de rester lors du départ de de Gaulle en janvier 1946 : il ne faut pas cesser « d’avoir une politique sociale et populaire » considère-t-il, ajoutant qu’il faut empêcher « la conquête du pouvoir par des hommes qui ont l’esprit totalitaire ». Le lendemain, 22 janvier, le porte-parole de la France Libre affirme que « de Gaulle parti, nous n’avons pas à lier notre sort au sien »27. En 1947, il estime que « cela a été un déchirement atroce mais je n’ai pas été tenté un seul instant par le RPF ». En 1958, le retour du général pose à nouveau le problème : il est l’un de ceux qui souhaitent le retour du guide. La double fidélité se trouve une nouvelle fois réunie dans le même combat. En 1962, il prend une double décision en apparence contradictoire : il accepte de démissionner du gouvernement avec les autres ministres MRP qui n’ont pas accepté les allusions méprisantes du général à leur « foi » européenne et il refuse de voter contre le référendum au suffrage universel : « je ne peux évidemment pas aller à l’encontre d’une doctrine qui a toujours été la mienne et me séparer du général : là, c’était le général ». Soucieux de ne pas casser le Mouvement, lui qui en a été le premier président, il réussit à obtenir l’investiture de la Fédération avec laquelle il est en opposition pour les législatives de 1962. Il se méfie de l’alliance avec la SFIO car, selon lui, « dans neuf cas sur dix, les socialistes ne renvoient pas l’ascenseur ». Jules Duquesne, son colistier est issu d’une famille modeste ; ouvrier, jociste puis membre de la CFTC, il s’engage dans la résistance et représente « le député ouvrier » proche de Maurice Schumann. André Diligent se montre également lucide et moral dans ses choix : « le travaillisme est dépassé alors qu’il fut notre chance il y a dix ans », dit-il en 1963. Une enquête auprès des militants28 indique un réel décalage entre les militants assez majoritairement méfiants devant le général et l’électorat qui glisse facilement du MRP aux candidats gaullistes.

  • 29 R. Lecourt, Entre l’Église et l’État, Concorde sans Concordat, 1952-1957, Paris, Hachette, 1978.
  • 30 B. Béthouart, Jules Catoire, Artois Presse Université, 1996, p. 230.

28La solution « sans de Gaulle » passe par une alliance avec les socialistes. Elle est présente chez les partisans d’un travaillisme à la base dès 1944 comme Léon Robichez, puis de parti comme Jules Catoire dans le cadre des négociations de Troisième Force sur les questions économiques et scolaires29. Robert Schuman, en décembre 1954, n’hésite pas, lors d’une remise de Légion d’honneur à Jules Catoire, à affirmer : « Nous sommes quelques-uns à partager un rêve d’un certain travaillisme encore mal défini. Nous recherchons une coopération entre ceux qui sont décidés à s’entendre au service d’une grande cause »30. Il existe un vrai débat au sein des deux fédérations sur les rapports avec la SFIO : certains veulent aller loin dans l’entente avec la SFIO tels Guy Chatiliez, Léon Robichez dans le Nord et d’autres s’en méfient comme Maurice Schumann dans le Nord, Louis Beugniez dans le Pas-de-Calais : « vous les habituez à voter socialiste ». Roger Poudonson engage la lutte en 1958 avec Guy Mollet. Jean Catrice, industriel, ancien membre de l’ACJF, du PDP, fortement engagé dans la Résistance puisqu’il accueille F.-L. Closon, « véritable chef moral de la Résistance », et fonde le RIC, choisit de faire venir Maurice Schumann dans le Nord. Jean Catrice est de tendance travailliste avant de se déclarer partisan d’une alliance avec Pierre Mendès France. Léon Robichez, journaliste, proche d’Esprit, Jeune République, prépare clandestinement Nord-Éclair, et devient maire de Marcq-en-Baroeul à la Libération. De tendance travailliste, il signe ses éditoriaux « Rob », titre en septembre 1945 après les cantonales : « c’est l’idée travailliste naissante qui triomphe ». Marie Van Der Elst et l’équipe ouvrière sont également favorables à des alliances à gauche et n’hésitent pas à entrer en débat avec Maurice Schumann sur cette question.

Le coup de massue de novembre 1962

  • 31 Éclair du Pas-de-Calais, février 1963.

29L’effondrement électoral aux législatives est lié à l’incompréhension des électeurs qui font totalement le choix du parti gaulliste. Dans le Nord, il n’y a qu’un seul élu, Maurice Schumann, qui venait de prendre position en faveur du référendum pour l’élection du président au suffrage universel. Dans le Pas-de-Calais : aucun élu. Maurice Cassez n’obtient que 21,9 %, Jules Catoire 14,8 %, Roger Poudonson 13,3 %, Henri Bourgain 14,1 %, Henri Catteau 14,4 % dans la 4e (Montreuil-Hesdin), Georges Boulanger 10,7 % dans la 7e (Calais). Dans le même temps, Henri Colette est élu dans la 6e (Lumbres) et Benjamin Catry dans la 8e (Fauquembergues) au détriment des centristes. Le contraste est donc flagrant entre la reprise de 1958 et l’échec de 1962. L’Éclair du Pas-de-Calais de février 1963 le reconnaît : « Nous avons perdu une bataille, nous n’avons pas perdu la guerre. Les dernières élections législatives ont secoué le MRP comme bien d’autres. Nous avons essuyé un échec que nous ne cherchons pas à nier. La vie est faite de succès et de revers et la vie politique ne fait pas exception... L’opinion publique dont le désir de simplification politique est évident attend quelque chose mais quoi ? Faut-il regrouper, rassembler et en ce cas dans quelles limites, avec quels critères et selon quelles procédures ? Voilà les questions que nous nous posons et que nous vous posons »31.

  • 32 Enquête auprès des militants dans le cadre de la thèse de doctorat.

30Des hésitations se manifestent alors sur la stratégie de reclassement. Un premier élan se manifeste en direction des socialistes à la suite du projet d’une « Grande Fédération » ; Guy Chatiliez, Marie Van Der Elst dans le Nord sont favorables alors que Marcel Ducrocq et Carlos Dolez sont opposés dans le Nord, Roger Poudonson et Maurice Cassez dans le Pas-de-Calais. Dès 1963, l’échec de la candidature Deferre renforce le camp des « gaullistes » de même à nouveau en 1965 à la suite de l’échec de la rencontre entre le comité des Démocrates et Defferre. Une autre solution, centriste, du « plus grand MRP » apparaît avec le lancement de la candidature Lecanuet pour les présidentielles de 1965 où il obtient un score honorable de 15,8 %. La création du Centre démocrate s’inscrit dans cette logique. En février 1966, la fédération MRP du Pas-de-Calais est remplacée par celle de ce nouveau parti qui naît officiellement en avril à Paris. En novembre 1967, de rudes affrontements lors du dernier congrès de la Fédération du Nord à Saint-André opposent partisans et adversaires du maintien du parti. Il existe une unanimité plus grande dans le Pas-de-Calais où le ralliement au CD est plus majoritaire. Dans le Nord, des divisions s’instaurent avec des choix à droite ou à gauche comme ceux de Chatiliez, et Coliche. Certains dans les deux fédérations auraient voulu continuer tels Catoire, et Ducrocq. Une majorité quitte tout engagement politique. Dans l’enquête déjà évoquée, 63 % considèrent que c’est une erreur d’avoir « mis en sommeil » le MRP32. Des tensions internes et des clivages multiples sont, pour partie, cause de l’affaiblissement local mais ces facteurs sont marginaux par rapport au positionnement général du parti face aux autres grandes formations politiques : y a-t-il en France une place pour un centre où se retrouverait démocrates chrétiens et sociaux-démocrates ou faut-il que la démocratie chrétienne s’installe au cœur du parti conservateur pour en devenir une composante majeure ou essentielle ?

31La perte des soutiens accentue la chute : le détachement progressif du clergé, proche du MRP jusqu’en 1953, se constate par la suite de même que la rapide prise de distance des chrétiens progressistes qui ne comprennent pas la méfiance du MRP devant les prêtres ouvriers. Une certaine presse est déjà hostile en 1944, notamment à cause de l’affaire de La Voix du Nord qui est lancé par Natalis Dumez et Jules Noutour mais récupéré à la fin de l’Occupation par Jules Houcke, un gaulliste qui oriente le journal après 1946. André Diligent accepte alors courageusement de conduire le combat pour la défense des propriétaires du journal : il est alors pendant plusieurs décennies victime d’un ostracisme sous la forme d’une censure de son nom dans le quotidien régional. Nord-Éclair, organe démocrate chrétien, doit se détacher pour subsister et choisit de se concentrer sur le noyau Lille-Roubaix-Tourcoing. La faible implantation municipale avec peu de mairies exceptés Louis Beugniez à Noyelles-Godault, Marcel Ducrocq à Saint-André, Henri Desbuquois à Hazebrouck et le choix de refuser tout favoritisme au nom de la morale ne permettent pas d’attendre des jours meilleurs.

Conclusion

  • 33 Intervention de Pierre-Henri Teitgen lors de la soutenance de la thèse de doctorat de 3e cycle de (...)

32L’année 1958 correspond à un moment de relance incontestable : les résultats aux élections législatives sont là pour le prouver de même que le dynamisme de l’équipe jeunes MRP, le renouvellement des dirigeants. Il existe cependant, dès le départ, des ambiguïtés dans le ralliement. Le débat perdure sur la pertinence de la stratégie entre les « héros de la résistance » plus favorables à l’alliance à gauche tels Catrice, Prigent, Catoire et la génération récente plus méfiante avec Poudonson, Virel dans le Pas-de-Calais et Delfosse dans le Nord. Cette hésitation se traduit de manière « biblique » dans le témoignage de Pierre-Henri Teitgen qui fait une approche mystique des républicains populaires et de leur « mission politique »33. Ne pouvant gouverner seul, le MRP doit se résigner à des formules de coalitions : « qui dit alliance dit nécessaires concessions réciproques, compromis. Ah que j’admirais nos voisins de gauche et de droite, [...] ils nagent dans le compromis comme poissons dans l’eau ». L’ancien président du Mouvement prend alors l’image des prophètes et des juges dans la Bible : « nous étions un parti dans lequel dix ou douze malheureux étaient envoyés comme juges dans les conseils des gouvernements tandis que la masse des militants en prophètes était sur la montagne et en permanence expliquait aux juges qu’ils étaient en train de trahir puisqu’ils étaient en train de compromettre ».

  • 34 Recherche faite à partir de l’Atlas de géographie électorale Nord-Pas-de-Calais, 1946-1972, op. ci (...)

La trajectoire électorale du MRP34

La trajectoire électorale du MRP34

CD : Centre Démocrate

Notes

1 Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais 1944-1967, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, p. 157

2 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

3 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit., p. 71-78.

4 Interview de Marie Van Der Elst, 21.11.1971.

5 Atlas électoral du Nord-Pas-de-Calais, 1946-1972, Lille, PUL, 1972, p. 15-45.

6 Interview de Louis Beugniez, 20.06.1992.

7 Archives de J. Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

8 Interview d’André Diligent, 27.12.2000.

9 Interview de Jules Catoire, 4.01.1978.

10 Interview de Jules Catoire, 4.01.1978.

11 Lettre envoyée à Mgr Perrin, archives de Jules Catoire.

12 Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, op. cit, p. 59-62.

13 Éclair du Pas-de-Calais, no 21, décembre 1958.

14 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit., p. 61-71.

15 Interview de Paul Bacon, 23.04.1992.

16 Interview de Roger Delelis, 21.04.1972.

17 Interview d’Octave Bajeux, 20.04.1972.

18 Interview de Roger Poudonson, 21.04.1978.

19 Interview d’Henri Bourgain, 9.11.1971

20 Interview d’Émile Virel, 14.10.1978.

21 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, thèse de doctorat, op. cit., p. 460-471.

22 Archives d’Émile Virel.

23 Éclair du Pas-de-Calais, septembre 1958.

24 Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit., p. 460-471.

25 Ibidem

26 Interview de Maurice Schumann, 23.04.1972.

27 Le MRP vous parle, no 69, avril-mai-juin 1996, p. 19. Extrait d’un compte rendu du Comité directeur.

28 Dans le cadre de la préparation d’une de thèse de doctorat sur le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, 150 militants ont accepté de répondre à un questionnaire en 1979-1980.

29 R. Lecourt, Entre l’Église et l’État, Concorde sans Concordat, 1952-1957, Paris, Hachette, 1978.

30 B. Béthouart, Jules Catoire, Artois Presse Université, 1996, p. 230.

31 Éclair du Pas-de-Calais, février 1963.

32 Enquête auprès des militants dans le cadre de la thèse de doctorat.

33 Intervention de Pierre-Henri Teitgen lors de la soutenance de la thèse de doctorat de 3e cycle de Bruno Béthouart sur Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, le 22 novembre 1980, Lille 3.

34 Recherche faite à partir de l’Atlas de géographie électorale Nord-Pas-de-Calais, 1946-1972, op. cit.

Table des illustrations

Titre La trajectoire électorale du MRP34
Légende CD : Centre Démocrate
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k

Auteur

Université du Littoral

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540