Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Deuxième partie : cultures et sensibilités

Pratiques et spectacles sportifs en Nord-Pas-de-Calais en 1958 : le temps des masses ?

Olivier Chovaux

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de ce Ministère : Michel Héluwaert, Jeunesse et Sports : propos sur des utopies aba (...)
  • 2 « Il s’agit d’un budget remarquable par son insignifiance stabilisée ». Propos d’Olivier le Noé, « (...)

1Si 1958 constitue dans bien des domaines une année de ruptures, il est plus délicat de la considérer comme telle dans le domaine du sport. Il faut plutôt comprendre la nomination de Maurice Herzog au poste de Haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports dès septembre comme la volonté de donner à ce secteur hybride1 une impulsion et cohérence nouvelles, sans renier toutefois le processus d’étatisation de ce secteur, amorcé sous le Front populaire. Consolidées par Vichy, amplifiées par les gouvernements de la IVe République qui ne disposaient pourtant que de budgets étriqués en ce domaine2, les politiques sportives qui se succèdent dotent le pays d’une administration et de réglementations ad hoc, tandis que l’ordonnance du 28 août 1945 détermine un mode d’organisation particulier : relevant d’une mission de service public, le sport est placé sous le contrôle de l’État. Le principe de la délégation de pouvoir confie à des fédérations agréées la promotion des pratiques et la gestion des compétitions. Perceptible à l’orée des années soixante, « l’élan gaullien » en matière de sport vise à offrir à la jeunesse française des loisirs sains et variés, au moment où pratiques et spectacle sportif se massifient autant qu’ils se diversifient.

  • 3 On pourra sur ce point consulter : Patrick Clastres, Mémoires de jeunesse de Pierre de Coubertin, (...)
  • 4 Ce sont d’ailleurs les sports individuels valorisant l’effort physique qui semblent privilégiés : (...)

2On sait finalement bien peu de chose sur ce que le Général de Gaulle pensait du sport : il a certes pratiqué chez les Jésuites d’Antoing le football, l’escrime et le tennis. La formation militaire reçue à Saint-Cyr lui permet de découvrir l’athlétisme, la gymnastique et l’équitation, même si, de l’avis de son fils Philippe, « il nageait comme un fer à repasser ». Quelques lignes extraites de « vers l’Armée de métier » (1934) résument des convictions qui s’inscrivent dans le droit fil de la pensée coubertinienne3 : « qu’on mette à profit la volonté d’adresse et de force prodiguée sur tant de stades, le goût de dépasser les autres dont s’enivre la jeunesse, la renommée que l’opinion dispense au champion ; bref, l’immense dépense d’énergie et d’orgueil consentie par notre siècle en faveur de l’effort physique et de la compétition ». En revanche, l’ensemble de ses biographes s’accorde à souligner combien le Général était passionné par les retransmissions des spectacles sportifs : en 1958, il assiste en spectateur assidu aux matches de l’Équipe de France lors de l’épopée suédoise, ainsi qu’à la tournée du XV de France en Afrique du Sud. Les actualités télévisées le montreront saluer le peloton du Tour mettant respectueusement pied à terre lors de son passage à Colombey-les-deux-Eglises en 1960 et renvoyer le ballon sur le terrain lors de la finale de la Coupe de France de football en 1965. Car la médiatisation des spectacles sportifs et leur internationalisation s’accommodent fort bien d’une politique de grandeur que le Général souhaite voir décliner dans le domaine du sport, via les exploits de nos champions nationaux : « chaque fois que vous paraissez, vous emportez une partie du rayonnement de la France », leur déclare-t-il en 1966, à l’occasion d’une remise de décorations. Il inaugure d’ailleurs ce genre particulier qui consiste à attribuer la Légion d’Honneur aux « héros sportifs » les plus méritants : 21 d’entre eux seront ainsi décorés entre 1958 et 19664.

  • 5 Le lecteur voudra bien se reporter aux références bibliographiques des notes de bas de page.
  • 6 Jean-Marc Silvain, « MEMOS, ou la sauvegarde de la mémoire du sport, » dans Françoise Bosman, Patr (...)
  • 7 Faute d’avoir pu accéder aux archives des Ligues régionales, on ne trouvera pas ici de données sta (...)

3Chacun comprendra l’impossibilité de mesurer, pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais, l’impact d’une politique sportive à peine esquissée en 1958. Il s’agit donc de proposer ici, autour de cette année-repère, une photographie des pratiques et spectacles sportifs au Nord de la France. La saisie d’une victoire ponctuelle, inscrite dans le temps éphémère de l’événement, ne permet pas toujours de mesurer la trajectoire sportive d’un champion, ni de mesurer les progrès ou les échecs en matière de sports collectifs. On écartera ici délibérément la situation de l’éducation physique et sportive (EPS) dans l’Académie de Lille, pour s’intéresser exclusivement au sport fédéral et aux formes de mise en scène qu’il supporte, notamment pour ce qui concerne le haut niveau. Et ce pour des raisons strictement méthodologiques : si l’histoire du sport hexagonal a fait l’objet de publications remarquées, ses déclinaisons régionales sont encore peu nombreuses pour ce qui est du Nord-Pas-de-Calais et le travail de poldérisation doit encore se poursuivre5 : les fonds conservés au Centre des Archives du Monde du Travail de Roubaix restent pour le moment limités, en dépit du lancement du projet MEMOS6. La position hermétique du Comité Régional Olympique et Sportif (GROS) demeure une énigme7 et l’absence d’une réelle culture de la conservation des archives des Ligues régionales (à l’exception toutefois de la Ligue du Nord - Pas-de-Calais de Football) contrarie le travail de l’historien. La presse sportive régionale constitue donc une ressource privilégiée pour observer les faits saillants des sports les plus exposés et de leurs principaux acteurs.

Un véritable « élan gaullien » en matière de sport 8

  • 8 Expression empruntée à Jean-Luc Martin, La politique de l’éducation physique sous la V République. (...)
  • 9 Il deviendra Secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports en 1963, avant d’être évincé en 1966 et (...)
  • 10 Jean Paul Callède, Les politiques sportives en France. Éléments de sociologie historique, Économic (...)
  • 11 Marianne Amar, « Sport, éducation et redressement national », dans Pierre Arnaud (dir.), Éducation (...)
  • 12 Selon l’expression empruntée à Nathalie Heinich, L’élite artiste. Excellence et singularité en rég (...)
  • 13 Sur cette question, Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube de (...)
  • 14 Le 8 août 1958,1e Groupe d’Études et de Rencontres des Organisations de Jeunesse et d’Éducation Po (...)

4L’arrivée de Maurice Herzog9 au poste de Haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports dès le 27 septembre 1958 est le premier signe de cette volonté de rupture affichée par le Général de Gaulle. Non que les politiques menées sous la Quatrième République en matière de sport et d’éducation physique aient été complètement inefficaces10. Mais leur filiation avec le Régime de Vichy11 et leur manque d’ambition imposaient cette « nouvelle donne ». Le choix de Maurice Herzog relevant dès lors de l’évidence : vainqueur de l’Annapurna le 3 juin 1950, auteur d’un bestseller vendu à dix millions d’exemplaires et traduit en quarante langues relatant la conquête de ce « premier 8 000 », il représente pour la jeunesse l’un de ses « héros sportifs singuliers »12 dont la presse relate inlassablement les exploits. Bien qu’issu du monde économique, il n’est pas un novice en politique : membre du Haut Comité à la Jeunesse installé par Edgar Faure en 1955, il intégrera le cabinet d’André Moynet, Secrétaire d’État rattaché à la Présidence du Conseil, en charge de la coordination des problèmes de Jeunesse (1954-1956). Héritant d’un secteur jusque-là en déshérence, Maurice Herzog oriente son action autour de trois pôles distincts, mais dont la complémentarité relève de l’évidence : la jeunesse, l’éducation physique et sportive, le(s) sport(s). Au moment où le pouvoir considère la première comme « matérialiste, désabusée, déchristianisée, démoralisée, amorale et détachée »13, Herzog va s’attacher, via le sport, à redonner à la jeunesse un idéal et des valeurs compatibles avec les ambitions du nouveau régime, au risque de susciter la méfiance des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, qui soupçonnent le Général de Gaulle de vouloir ainsi l’instrumentaliser14. Pour ce qui est de l’éducation physique et sportive (EPS), en dépit des Instructions officielles du 1er octobre 1959 qui consacrent paradoxalement un « modèle suédois » largement dépassé, l’objectif affiché par Maurice Herzog est bien celui de la sportivisation des pratiques physiques scolaires : l’arrêté du 5 octobre 1959 rend obligatoire l’épreuve d’EPS au baccalauréat en couronnant les « sports de base » que sont l’athlétisme, la natation et la gymnastique ; la circulaire du 1er juin 1961 transforme la « demi-journée de plein air » en demi-journée de sport ; les Instructions officielles du 1er août 1962 complétant un processus parachevé par les textes publiés en 1967. Parce que « la place de la France dans le sport mondial est liée de toute évidence au développement d’une conscience sportive dans la formation des jeunes français », Maurice Herzog entend faire de l’EPS l’un des fers de lance de sa politique sportive.

  • 15 Jean Luc Martin, op. cit.
  • 16 Consulter Philippe Tétart (dir.), Histoire du sport en France de la Libération à nos jours, Vuiber (...)
  • 17 Propos de Maurice Herzog, cité par Jean-Luc Martin, Ibid.
  • 18 Le 1er septembre 1960, une caricature de Jacques Faizant montre le Général de Gaulle affublé d’un (...)
  • 19 Malgré les réticences de Christian Fouchet, Ministre de l’Éducation nationale qui considérait en 1 (...)
  • 20 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement et de l’éducation depuis 1930 (vol. 4), Perrin, Coll. Te (...)
  • 21 Philippe Tétard (dir.), op. cit.

5Parce qu’il s’inscrit dans les perspectives gaulliennes de « grandeur de la France », le sport civil (autrement appelé sport fédéral) va donc bénéficier de toutes les attentions. Dans ce domaine, « la Cinquième République aura les moyens de mettre concrètement et de façon directive les orientations de la Quatrième »15 : il s’agit désormais, par une massification et une démocratisation des pratiques sportives, de dégager de la masse l’élite sportive indispensable au rayonnement de la Nation, au moment où les spectacles sportifs internationaux bénéficient d’une médiatisation sans précédent16. La contre-performance des athlètes français lors des Jeux Olympiques de Rome en 1960 constituant un véritable électrochoc, qui souligne l’impérieuse nécessité d’une réforme des structures du sport français, notamment en ce qui concerne le haut-niveau : « si la France brille à l’étranger par ses penseurs, ses savants, ses artistes, elle doit aussi rayonner grâce à ses sportifs. Un pays doit être grand avant tout par la qualité de sa jeunesse et on ne saurait concevoir une telle jeunesse sans un idéal sportif »17. S’il paraît bien délicat d’isoler l’année 1958 dans ce qui se révèle être un processus complexe, quelques caractéristiques majeures du développement du sport en France, à l’orée des années soixante, méritent d’être ici soulignées : le volontarisme du Général de Gaulle, souvent symbolisé par un dessin fameux de Jacques Faizant paru dans le « Figaro »18, contribue tout d’abord à l’accélération de sa démocratisation. La sportivisation des pratiques physiques scolaires déjà évoquée19 et le vote, dès 1962, de crédits en faveur du développement d’équipements sportifs et socio-éducatifs sont la conséquence d’une juvénilisation de la société française dont les effets sont d’abord visibles à l’École20. Si les moins de 20 ans représentent 29 % de la population française en 1936, ils comptent pour plus de 33 % de celle-ci dès 1962. La pression des contingents nés entre 1946 et 1947 provoque une « explosion scolaire » dont l’onde de choc affecte les fédérations sportives olympiques : 869 641 licenciés en 1949 contre 907 677 en 1958. Cette « première vague de sportivisation de la société française », selon l’expression de Philippe Tétard21 doit toutefois être nuancée : elle profite d’abord aux disciplines « traditionnelles », nées de la greffe des sports anglais dès la fin du XIXe et qui ont, dans l’entre-deux-guerres, consolidé leur enracinement au sein des pratiques culturelles de masse : outre le triptyque « gymnastique-athlétisme-natation », les sports collectifs représentent à eux seuls 23,8 % du total des licenciés en 1958. Sans oublier l’hégémonie de la Fédération Française de Football (FFF) qui compte au milieu des années cinquante 477 439 licenciés, soit près de 40 % de la totalité des licenciés, toutes fédérations olympiques confondues. Réformée en 1961, l’Association du Sport Scolaire et Universitaire (ASSU) rassemble pour sa part plus d’un demi-million de licenciés dès 1958. Cette inégale distribution s’explique sans doute par la faible part des dépenses consacrées au(x) sport(s) dans les budgets des ménages, où le poste « loisirs » ne représente que 6 % au début des années soixante. Enfin, faute d’enquêtes d’envergure (la première date de 1967), il est impossible d’évaluer pour la période considérée le taux de pratiquants évoluant hors système fédéral.

  • 22 Alfred Wahl, Les archives du football. Sport et société en France (1880-1980), Gallimard, Coll. Ar (...)
  • 23 Paul Yonnet, Huit leçons sur le sport, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, p. 126-161
  • 24 Dans le Nord-Pas-de-Calais, la reparution du quotidien La Voix du Nord dès le 5 septembre 1944 per (...)
  • 25 Sur ces questions : « La fabrique des sports », Le temps des Médias, no 9, 2007-2008, 276 p.

6Il en va tout autrement de l’autre dimension du fait sportif en France, celle du spectacle : chaque semaine, des centaines de milliers de spectateurs se pressent autour des stades pour assister aux championnats de France de football22. Fondées sur le principe d’incertitude du résultat et d’identification23, les compétitions sportives offrent un divertissement peu onéreux, dont les médias se font largement l’écho : paraissant trois fois par semaine au lendemain de la guerre en lieu et place de « l’Auto », le journal « l’Équipe », tirant à plus de 65 000 exemplaires, règne sans partage après la disparition du « Sport » en 194824. Radio-Luxembourg et Europe 1, fondée en 1955, assurent la retransmission des grands événements sportifs de l’année, que les aficionados suivent en direct dans les cafés et bistrots. Mais c’est bien l’irruption de la télévision dans les foyers français qui va permettre de prolonger, hors du stade, la consommation individuelle et collective du spectacle sportif. Crée à l’initiative de Pierre Sabbagh en 1949, le journal télévisé se dote d’un service des sports dès 1957, dirigé par Léon Zitrone. « Sport dimanche » puis « Télé dimanche », animé par Raymond Marcillac à partir de 1959 devient le rendez-vous hebdomadaire des amateurs de sport : les retransmissions des 24 heures du Mans, du Tour de France (les premiers reportages datent de 1949) ou des 6 jours de Paris attestent que, dans le domaine du sport, « la télévision a mis le grand braquet »25.

Pratiques de spectacle et héros sportifs en Nord-Pas-de-Calais

  • 26 Pour ce qui est du football : Olivier Chovaux, Cinquante ans de football dans le Pas-de-Calais. Le (...)
  • 27 Sur l’histoire du LOSC : Patrick Robert, De Lille-Fives à l’Europe. Le LOSC de 1944 à 2001, Éditio (...)
  • 28 Le Président Henno avait coutume de déclarer : « la seule équipe qui peut battre le LOSC, c’est l’ (...)

7Les départements du Nord et du Pas-de-Calais n’échappent pas aux mutations des pratiques et spectacles sportifs que connaît le territoire national. Si leur enracinement précoce dès la fin du siècle précédent justifie une vitalité plus contemporaine26, la densité démographique et urbaine, l’essor industriel et la diffusion de la culture de masse au début des années soixante expliquent également le succès des sports au Nord de la France. Si les pratiques tendent à se diversifier, le football demeure néanmoins « suzerain en son royaume » : chaque dimanche, équipes amateurs et professionnelles drainent autour des stades un public dont la densité et la passion augmentent à mesure que l’on s’élève dans les niveaux de compétition. Partie médiatisée de l’iceberg sportif régional, les clubs pros sont le reflet de ces évolutions : dans l’agglomération lilloise, le Lille Olympique Sporting Club (LOSC) connaît quelques difficultés, après ce qu’il convient d’appeler ses « Dix Glorieuses » : au lendemain de la fusion de l’Olympique Lillois et du Sporting Club Fivois le 23 mars 1944, le « Stade Lillois » (devenu LOSC quelques mois plus tard)27 accumule les titres sportifs : doublé Coupe-Championnat de France en 1946, victoires lors des éditions 1947 et 1948 de la Coupe de France, quatre titres de Vice-champion de France, sept finales de Coupe de France... Les aléas du professionnalisme mettent un terme à cette « décade prodigieuse » à partir de 1955 : si les succès du LOSC s’expliquent par la présence au sein de l’équipe fanion de nombreux internationaux, leurs prétentions salariales, le marché des transferts, les carences de l’entraîneur André Cheuva et les difficultés financières du club précipitent sa chute. En 1955, un déficit de 18 millions de francs oblige le Président Henno à ne plus payer ses 36 joueurs « amateurs », pourtant salariés au club. Dès le 21 août, une partie de l’effectif avait déjà menacé de faire grève si les questions de salaires n’étaient pas rapidement réglées. Fait inédit dans l’histoire du football professionnel, un délégué de la FFF sera même missionné le 15 janvier 1956, lors du match Lille/Lyon, afin de saisir la recette de la rencontre. La présence dans les tribunes de Paul Nicolas, sélectionneur national, met un terme à l’opération. Successeur du Président Henri Jooris, décédé en 1940, Louis Henno semble incapable de redresser la situation : le transfert de Jean Vincent à Reims pour la somme de 19 millions de francs en 1956 et l’aide apportée par la municipalité au financement de la section amateur du LOSC se révèlent insuffisants. Personnage haut en couleurs28, surnommé « Louis XIX » par ceux qui dénoncent son autoritarisme et sa gestion à courte vue, le Président Henno ne peut empêcher le LOSC de descendre en Deuxième Division à la fin de la saison 1956. Et le journal l’Équipe de dénoncer ses errements : « en dix ans d’existence, le LOSC a transféré une quarantaine d’éléments, vedettes et de second plan, sans les remplacer à valeur égale. Il s’est mis dans la situation d’un commerçant à la tête d’une belle affaire, mais a progressivement liquidé son stock sans le renouveler, vivant au jour le jour dans la facilité ». Si le club réintègre l’élite dès la saison suivante, une nouvelle relégation en juin 1958 entraîne un changement de l’équipe dirigeante : en juillet 1959, Louis Henno et André Cheuva quittent le club : Pierre Klès devient Président tandis que Jules Vandooren, ancien joueur de l’Olympique Lillois dans les années trente, prend en mains l’effectif pro. De nombreux transferts (dont celui d’Yvon Louis au HAC pour la somme de 25 millions de francs) permettent au club d’assainir sa masse salariale.

  • 29 Sur le supportérisme régional et ses manifestations les plus contemporaines : Williams Nuytens, La (...)
  • 30 La Voix du Nord, 1er janvier 1946, extrait.
  • 31 Sur Henri Jooris : Olivier Chovaux, « Henri Jooris (1879-1940), ou l’incarnation du « césarisme sp (...)
  • 32 Sur ces questions : Didier Demazière (dir.), Le peuple des tribunes. Les supporters de football da (...)
  • 33 Il faudra attendre 1964 pour que le club retrouve l’élite du football français. À cette date, « Al (...)
  • 34 L’épopée suédoise de 1958 permet au football français de sortir de son marasme. Consulter : Olivie (...)
  • 35 Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), La culture de masse en France de la Belle-Époqu (...)

8Pour autant, ces médiocres résultats sportifs ne semblent pas avoir affecté la fréquentation du nouveau stade Henri Jooris. Animée par d’anciens supporters de l’Olympique Lillois, un nouveau club de supporters, « Allez Lille », est fondé en 1946 à l’initiative de commerçants locaux29. Ce que la presse régionale ne manque pas de souligner : « nous sommes à la veille à Lille comme à Roubaix, de la renaissance de mouvements de supporters et de leur ambiance créatrice »30. À la différence d’un supportérisme lensois plus essaimé, les sections lilloises se concentrent essentiellement dans les cafés de l’agglomération qui distribuent la marque de bière « Excelsior », du défunt Président Jooris31. Lieux de sociabilité sportive par excellence, ils accueillent parfois près de 300 membres pour une même section et organisent les déplacements, tournois, bals et tombolas destinées à financer leur activité. Un bulletin interne est même diffusé à compter de 194832. Si le match opposant le LOSC au Stade de Reims se déroule devant 23 000 spectateurs le 5 janvier 1958, l’affluence moyenne se situe autour de 16 000 spectateurs, pour la période allant de 1949 à 1955. Outre un nombre limité d’abonnés (moins de 1 000 en 1954, alors qu’« Allez Lille » compte près de 5 000 membres) et les mauvais résultats sportifs du LOSC33, d’autres facteurs expliquent cette relative désaffection, exception faite des matches de galas et autres derbys qui attirent toujours autant de monde : un spectacle sportif de piètre qualité, conséquence de la faiblesse du niveau de jeu des clubs français, si on les compare aux grandes équipes européennes34 ; un désintérêt des jeunes vis-à-vis des rencontres de football, au moment où l’offre des pratiques culturelles se diversifie et devient massive35.

  • 36 Sur ces questions : Olivier Chovaux, « Football minier et paternalisme sportif dans l’entre-deux-g (...)
  • 37 En cette période de pénurie, l’attribution d’un logement gratuit dans une cité minière et la gratu (...)
  • 38 Témoignage d’André Delelis, cité par Laurent Dremière, La saga des Sang et Or, Éditions la Voix du (...)
  • 39 En 1955, l’équipe du RCL effectuera l’une de ses dernières tournées en Pologne. Sur les origines d (...)
  • 40 Sur cette question, Marion Fontaine, « Lens les Mines. Le football et les cités, dans Football, sp (...)
  • 41 Propos de Claude Dubocage, rédacteur du magazine Sang et Or.
  • 42 Marion Fontaine, op. cit.
  • 43 France Football, 18 janvier 1955.

9Situation bien différente pour cet autre équipe-phare de la région qu’est le Racing Club de Lens (RCL), emblématique club du pays minier, installé en Première division depuis la saison 1936-1937. Fondé en 1906, il devient au milieu des années trente propriété de la Compagnie des Mines de Lens, ses dirigeants ayant vite compris que le football, sport populaire par excellence, pouvait constituer un puissant vecteur d’identification et de contrôle social36. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les Houillères Nationales du Bassin du Nord – Pas-de-Calais (HNBNPC) prennent le relais. Dès 1948, chaque joueur pro bénéficie du statut du Mineur et se voit offrir un emploi à mi-temps ou une formation37. Ce mode de fonctionnement s’inscrivant dans la veine d’un paternalisme sportif aux contours connus : « un ouvrier mineur qui jouait au football avait tous les droits. Le club avait des vues sur un joueur dont le père travaillait aux Houillères. Sous la responsabilité paternelle, le garçon a signé au Racing et le père, qui travaillait à Auchel, a rejoint le groupement de Lens, avec tous les avantages dont le logement. Et bien, du jour au lendemain, il a tout perdu lorsque le fils est parti jouer ailleurs. C’était une politique patronale forte. Aux Houillères, on avait nationalisé la matière, mais pas l’esprit »38. En 1952, Jean Michaux, nouveau directeur de production du groupe de Lens-Liévin devient le véritable patron du Racing. De l’avis d’André Delelis, « il se comporte avec le club comme le propriétaire d’une écurie de courses » : peu au fait des questions sportives, il gère le Racing de manière pragmatique, selon des critères strictement économiques : les sommes consacrées aux transferts sont ainsi indexées sur le prix de vente du charbon et les joueurs les plus talentueux sont vendus afin d’équilibrer les comptes. Leur recrutement géographique évolue également : L’arrivée des premiers mineurs marocains en 1956 contrarie la « filière polonaise » qui, jusque-là, constituait une véritable marque de fabrique du club39 : dès 1957, Henri Tranin débauche ainsi Ahmed Oudjani, évoluant jusqu’alors à l’US Vendôme, club de CFA (Championnat de France Amateur). Il importe que la composition de l’équipe première épouse, peu ou prou, la sociologie du « peuple des tribunes ». Si 40 % du budget des Œuvres sociales des HNBNPC sont absorbées par le Racing, les dirigeants des Houillères y trouvent visiblement leur compte : en ces temps de marasme économique, de mécontentement social et d’agitation syndicale, le spectacle sportif offert par le club des « Gueules Noires » constitue le meilleur des dérivatifs40. Ce qui explique sans doute que l’emprise des Houillères s’étende aux organisations de supporters : parce que « le football s’ancre dans la culture masculine du boire » (Alain Corbin), les sections du « Supporters Club Lensois » (SCL, datant de 1926) et de « Sang et Or » (fondé en 1945) se multiplient dans les cafés des cités minières, à condition toutefois qu’ils ne soient pas tenus par des sympathisants communistes ou militants syndicaux : forte de 4 sections en 1949, le club « officiel » du SCL en compte 46 en 1956, soit plus de 5 000 membres. Ce « supportérisme sous contrôle » permet aux Houillères de gérer la billetterie, d’organiser les ramassages en car à destination du stade Bollaert, de faire apposer à la devanture des bistrots le drapeau du club les soirs de victoire, de placer des encarts publicitaires dans les journaux des HNBNPC... Une note interne aux directeurs de production, datant de 1955, précise d’ailleurs que « tous les employés (de votre groupe) désirant se consacrer au football doivent obligatoirement s’inscrire, à savoir : au Racing Club de Lens pour ceux de la zone de Maries à Douai ; à l’USVA pour les groupes du bassin Nord »41. Conjuguées à l’encadrement d’un supportérisme « officiel », ces recommandations doivent limiter le développement d’un football ouvrier et corporatif, en partie géré par les syndicats. Comme le souligne Marion Fontaine, le Racing Club de Lens a bien participé au processus de dépolitisation des cités minières42. Symbole et vecteur de l’identité minière (c’est d’ailleurs en 1956 qu’une lampe de mineur est insérée dans le blason du club), le RCL « grandit alors à l’ombre des terrils »43 : au moment où la fermeture progressive d’un certain nombre de puits (Béthune, Auchel, Bruay en Artois) entraîne des mouvements de population vers l’Est du bassin, la célébration en 1956 du cinquantenaire du club réactive, via la télévision, ce lien organique : entourée de ses dirigeants, toute l’équipe du Racing participe à l’émission « 36 chandelles » de Jean Nohain, au milieu de mineurs en tenue de travail et de groupes folkloriques polonais en costumes traditionnels.

  • 44 .À l’époque, la rivalité entre les deux clubs lors des derbys est encore peu exacerbée, comme en té (...)

10Au plan sportif, la fin des années cinquante est marquée par l’obtention d’un titre de Vice-champion de France en 1956-1957, une modeste 11e place l’année suivante et un échec en demi-finale de la Coupe de France contre le Stade de Reims le 27 avril 1958. Rénové au cours de la saison 1953-1954, le stade Félix Bollaert possède désormais une capacité d’accueil de 26 000 places. Tribunes en partie couvertes et projecteurs (récupérés suite au démantèlement de la gare de triage de Pont-à-Vendin) améliorent les conditions de confort. À l’image de son voisin lillois44., le Racing connaît en 1958 quelques difficultés : terminant à la 18e place, il échappe de peu à la relégation en 2e division. L’arrivée de Jules Bigot au poste d’entraîneur doit enrayer une spirale de mauvais résultats ayant là aussi une incidence sur la fréquentation du stade. Comme le rappelle le magazine « Sang et Or » en 1961, la consommation du spectacle sportif doit rester conviviale et populaire : « Persuadez votre famille, vos camarades, qu’une après-midi à Bollaert, c’est tout de même quelque chose de bien agréable ».

  • 45 À ce jour, la meilleure affluence réalisée par le club date du 30 août 1959, avec 10084 spectateur (...)
  • 46 Sur l’histoire de l’USVA : Michel Morneau, De l’US Valenciennes Anzin à Lyon, quelle aventure ! So (...)

11Deux autres clubs nordistes évoluent également parmi l’élite professionnelle : L’Union Sportive Boulonnaise (USB), qui intègre le Championnat de France de 2e Division à l’issue de la saison 1958-1959, après la défection du FC Perpignan. Entraînée par Jean Prouff, l’équipe professionnelle ne compte cependant aucune vedette. Avec un budget de 30 millions de francs (dont 5 millions de subventions municipales), le club du Président Pierre Wattez, parfois comparé à un « petit Nantes » joue les seconds rôles. Niché au cœur de la Haute-ville, le Stade de la libération accueille en moyenne près de 5 400 spectateurs à chaque rencontre45. Pour sa part, l’Union Sportive de Valenciennes Anzin (USVA) accède en 1re Division en 1956 après sa victoire en match de barrage contre le LOSC. Maintenu par la seule rétrogradation de l’ΟΜ la saison suivante, l’USVA termine à la 16e place lors de la saison 1958-1959 et finit par redescendre en 196046.Un mot enfin sur les clubs amateurs évoluant en CFA ou dans les Championnats de Ligue (notamment la Division d’Honneur) qui eux aussi attirent chaque dimanche plusieurs centaines de spectateurs, voire davantage lorsqu’ils atteignent les phases finales de la Coupe de France et s’inclinent face à des équipes professionnelles : c’est le cas de l’US Bruay, qui évolue en CFA et accède aux l/16e de finale en 1954 et aux l/32e l’année suivante, de l’AC Cambrai (1/32e en 1958), du Denain Athletic Club, équipe de DH soutenue par Usinor et qui échoue de peu contre Angers (0/1) en 1/16e de finale lors de l’édition 1957. Dans les Championnats nationaux, l’US Maubeuge décroche le titre en CFA en 1957, trois ans après son accession. Cette vitalité du football nordiste, amateur ou professionnel, est sans doute l’une des raisons de sa popularité.

  • 47 Fabien Wille, « La genèse du spectacle sportif télévisé : la mise en image de Paris-Roubaix », dan (...)
  • 48 Victoires de Fred de Bruyne en 1957, Léo Van Daele (1958), Noël Foré (1959), Pino Cérami (1960). S (...)

12D’autres pratiques et compétitions sportives se partagent également les faveurs du public, en dépit d’une exposition médiatique plus ponctuelle. Terre de cyclisme, le Nord-Pas-de-Calais accueille chaque année de nombreux critériums et classiques : Née en 1896, « Paris-Roubaix » bénéficie dès le début des années cinquante des progrès techniques autorisant la retransmission télévisée en direct des derniers kilomètres de course et de l’arrivée sur le vélodrome47. Dans une région bien équipée en postes de TV, les exploits des coureurs sont d’autant plus suivis qu’ils exaltent l’effort physique et des valeurs proches de la culture ouvrière. Remportée en 1956 par Louison Bobet, cette classique est ensuite littéralement confisquée par les coureurs belges et hollandais48. Fondé en 1955 par René Quillot, le « Grand Prix de Dunkerque Primerose » se déroule en 6 étapes et 5 jours de course. Remportés en 1957 par le Belge Joseph Planckaert (devant Jean Stablinski), « les Quatre jours de Dunkerque » voient leur notoriété augmenter, après la double victoire de Jacques Anquetil lors des éditions 1958 et 1959. A ces compétitions majeures viennent s’ajouter d’autres courses moins prisées, telles Paris-Valenciennes (Stablinski, 1955), le Grand prix cycliste d’Isbergues, Paris-Bruxelles ou encore Paris-Arras (Stablinski, 1957), sans oublier les compétitions de cyclo-cross et notamment le très sélectif Championnat des Flandres. Après le football et le cyclisme, les meetings d’athlétisme occupent l’espace sportif médiatique : né en 1953, le cross international du quotidien « La Voix du Nord » attire plus de 10 000 spectateurs et près de 1 500 participants, lors de sa 2e édition, remportée par le marquettois Abd El Krim. En 1956, le Nord accueille les Championnats de France de cross-country où Michel Bernard se classe second, avant de décrocher le titre national le 27 janvier 1958. En 1956, c’est Alain Mimoun qui s’imposera dans le cross de Dunkerque.

  • 49 Né à Avion en 1935, joueur du Racing Club de Lens, du Stade Rennais (1958) et de l’AS Monaco (1960 (...)

13Si la presse sportive régionale se fait l’écho de ces manifestations, elle met également l’accent sur celles et ceux qui remportent titres et médailles. Pour l’année 1958, l’analyse des articles de « la Voix des Sports » montre que le petit Panthéon sportif des « héros sportifs régionaux » épouse la hiérarchie des pratiques les plus populaires : footballeurs, cyclistes et athlètes laissent peu de place aux boxeurs, basketteurs, nageurs ou haltérophiles... Essentiellement masculine, cette liste non exhaustive permet de distinguer deux catégories de champions : ceux dont la notoriété a largement dépassé le cadre des frontières septentrionales, par l’obtention de titres nationaux et internationaux, l’exemplarité de la carrière sportive et un nombre conséquent de sélections en Équipe de France : Jean Baratte, Jules Bigot, Jean Vincent, Théodore Szkudlapski49 et Raymond Kopa sont les footballeurs les plus cités. Pour les autres disciplines, les noms de Marcel Bernard (tennis), Michel Bernard et Michel Jazy (athlétisme), Jean Degros (Basket-ball), Jean Stablinski (cyclisme), Jean Debuf (haltérophilie) et René Liber (boxe) confirment l’hégémonie des sports traditionnels et populaires en Nord-Pas-de-Calais :

Jean Baratte (1923-1986) : joueur de l’Iris Club de Lambersart, puis de l’Olympique Lillois, membre de l’Équipe de Lille des Flandres (1943-1944), il est l’un des joueurs les plus talentueux du LOSC au cours des « 10 Glorieuses » du club. Auteur de 18 buts en Équipe de France à l’occasion de ses 33 sélections, il termine sa carrière de joueur en 1956 avant de se reconvertir comme entraîneur.

Jules Bigot (1915-2007)  : recruté par l’Olympique Lillois en 1931, il est sélectionné une première fois en équipe de France le 9 février 1936 contre la Tchécoslovaquie. Il sera ensuite entraîneur de Toulouse (1952-1957) puis de l’Équipe de France de Football (1954) avant de prendre en mains le Racing Club de Lens (jusque 1962) puis le LOSC (1963-1966).

Raymond Kopa : né en 1931 à Nœux-les-Mines, il signe sa première licence à l’US Nœux en 1949. Recruté par le SC Angers en 1949 puis le Stade de Reims (1951-1952). Après une première sélection en Équipe de France en octobre 1952, il entame dès 1956 une carrière européenne : transféré au Real de Madrid pour un montant de 56 millions de francs, il sera désigné « meilleur joueur » de la Coupe du Monde de 1958, en Suède.

Jean Vincent : né à Laboeuvrière en 1930, joueur du LOSC, il est sélectionné pour la première fois en Équipe de France en 1954, puis transféré à Reims en 1956. Il devient entraîneur en 1964.

Marcel Bernard : surnommé « l’intellectuel du tennis », il est sélectionné une première fois en Équipe de France lors de la Coupe Davis de 1935 et remporte la victoire en double avec Jean Borotra l’année suivante. Vainqueur de Roland-Garros en 1946, il est le no 1 du tennis français dans les années cinquante.

Michel Bernard : né en 1931, il multiplie les titres régionaux de crosscountry avant d’intégrer l’Équipe de France en 1955. Titulaire de 67 sélections, il décroche le titre de Champion de France du 5 000 m en 1958 et 1959, et du 1 500 m en 1959. Il bat le record du monde du 4x1 500m le 28 juin 1961 et sera finaliste de l’épreuve du 1 500 m lors des Jeux de Tokyo en 1964.

Michel Jazy : né à Oignies en 1936, licencié dès 1950 au Stade Français, il devient en 1955 Champion de France Juniors. Sélectionné en Équipe de France pour les Jeux de Melbourne (1956) et l’épreuve du 1500 m, il devient la même année Champion de France du 800 m. Médaillé de bronze lors des JO de Rome en 1960 (1 500 m), il bat le record du mile en 1965.

Jean Degros : né en 1939 à Pecquencourt, membre de l’Amicale Sportive Denain-Voltaire (fondée en 1946), il est appelé en Équipe de France de Basket en 1957. Il participe aux JO de Rome en 1960. Titulaire de 148 sélections, il permet à son club d’accéder en 1re Division nationale en 1960 et de décrocher un titre de Champion de France en 1965.

Jean Stablinski (1932-2008) : né à Thun-Saint-Amand, il remporte en 1950 le Tour des Flandres et intègre l’équipe des « Polonais de France » en 1952 avant d’intégrer l’équipe professionnelle « Gitane ». Vainqueur de Paris-Bourges et de Paris-Valenciennes en 1954, du Tour de l’Oise en 1957, du Tour d’Espagne en 1958, il intègre l’Équipe de France de cyclisme l’année suivante. Champion de France en 1961 et 1963, vainqueur de Paris-Bruxelles en 1963, il participera aux Championnats du Monde la même année. Il se reconvertit comme directeur sportif à compter de 1969.

Jean Debuf : né à Bousbecque, il fut 15 fois Champion de France d’haltérophilie de 1948 à 1960. 4e aux Jeux de Londres en 1950, 5e aux JO d’Helsinki et médaillé de bronze aux Jeux de Melbourne (1956).

  • 50 Éléments biographiques réunis à partir de : Patrick Robert, Le Nord – Pas-de-Calais, terre de cham (...)

René Liber : né en 1934 à Roubaix, il échoue en demi-finale aux Jeux de Melbourne en 1956 et déroche une médaille de bronze. Passant chez les professionnels en 1958, il devient Champion d’Europe des poids-mouche en 196550.

14Il convient d’ajouter à cette série de noms connus même des profanes une autre liste, que seuls les aficionados des disciplines concernées peuvent connaître : pratiquant des sports plus confidentiels, réalisant des performances plus ponctuelles, ces champions ou équipes nordistes de « seconde zone » bénéficient d’une exposition médiatique limitée : on peut citer ici Françoise Derommelaere, licenciée à l’EΝ Tourcoing et Championne de France du 200 m brasse en 1954, 1956 et 1957, Charles Humez, Champion d’Europe des poids moyens en 1957, ou encore Henri Bultel, Champion France de skiff (aviron) en 1955 et 1956. Du côté des sports collectifs, les performances réalisées par les Enfants de Neptune de Tourcoing (Champions de France de water-polo en 1957), l’équipe féminine de l’Olympique de Dunkerque (Championne de France d’Excellence en 1954), l’équipe masculine de Boulogne Bucaille (qui échoue en ½ finale de la Coupe de France en 1956) soulignent la relative bonne santé des sports nordistes.

  • 51 Christian Bromberger, Passions ordinaires : football, jardinage, généalogie, concours de dictée... (...)

15Effective dès l’entre-deux-guerres, la vitalité des sports dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais se confirme autant qu’elle s’amplifie à l’aube des années soixante. La rupture axiologique de l’année 1958 n’est finalement qu’un leurre, tant les ressorts de cette vitalité s’inscrivent dans un temps plus étiré. A l’image de ce que connaît l’ensemble du territoire, les pratiques et les spectacles sportifs septentrionaux se construisent sur un socle de sports populaires et traditionnels : le football, le cyclisme, l’athlétisme et dans une moindre mesure la boxe attirent les foules à l’occasion de compétitions inscrites dans un temps ritualisé. Ce nouvel âge d’or du sport régional est la conséquence d’une médiatisation accrue, et de cette autre forme de consommation du sport qu’est la participation au spectacle sportif : se rendre au stade pour applaudir son équipe préférée, se presser le long des routes pour voir passer son champion..., génèrent autant de petites passions ordinaires51 et engagements partisans qui transforment le simple spectateur en supporter et le profane en expert : la fabrication par la presse des « héros sportifs régionaux » accentue le phénomène : en insistant sur leurs racines nordistes, les médias soulignent combien ces champions ou équipes incarnent et diffusent les valeurs caractéristiques d’une région : le Racing Club de Lens et Raymond Kopa sont des archétypes connus, alors que le « Napoléon du football » n’a jamais évolué dans une équipe nordiste... En se démocratisant dans les stades et autour des stades, le sport intègre de manière définitive la culture de masse. Et pour une fois, le Nord-Pas-de-Calais ne fait pas figure d’exception.

Notes

1 Sur l’histoire de ce Ministère : Michel Héluwaert, Jeunesse et Sports : propos sur des utopies abandonnées, L’Harmattan, Coll. Espaces et temps du sport, 2002, 261 p.

2 « Il s’agit d’un budget remarquable par son insignifiance stabilisée ». Propos d’Olivier le Noé, « La politique gaullienne des équipements sportifs », dans Charles de Gaulle et la Jeunesse, Plon, 2005, 627 p.

3 On pourra sur ce point consulter : Patrick Clastres, Mémoires de jeunesse de Pierre de Coubertin, Éditions du nouveau monde, 2008, 157 p.

4 Ce sont d’ailleurs les sports individuels valorisant l’effort physique qui semblent privilégiés : cyclistes (5), coureurs automobiles et alpinistes (4), boxeurs (2), skieur, rugbyman, escrimeur, nageur, rameur (1). Cité par Paul Dietschy, Patrick Clastres, Sport, société et culture en France du XIXe à nos jours, Hachette Supérieur, 2006, p. 160.

5 Le lecteur voudra bien se reporter aux références bibliographiques des notes de bas de page.

6 Jean-Marc Silvain, « MEMOS, ou la sauvegarde de la mémoire du sport, » dans Françoise Bosman, Patrick Clastres, Paul Dietschy (dir.), Le sport, de l’archive à l’histoire, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2006, 363 p.

7 Faute d’avoir pu accéder aux archives des Ligues régionales, on ne trouvera pas ici de données statistiques qui auraient renseigné sur la distribution des pratiques en région.

8 Expression empruntée à Jean-Luc Martin, La politique de l’éducation physique sous la V République. L’élan Gaullien (1958-1969), PUF, coll. Pratiques corporelles, 1999, 216 p.

9 Il deviendra Secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports en 1963, avant d’être évincé en 1966 et remplacé par François Missoffe. Sur l’action de Maurice Herzog, consulter : Jean-Luc Martin, op.cit.

10 Jean Paul Callède, Les politiques sportives en France. Éléments de sociologie historique, Économica, 2000, 190 p.

11 Marianne Amar, « Sport, éducation et redressement national », dans Pierre Arnaud (dir.), Éducation physique et sport en France (1920-1980), AFRAPS, 1995, p. 119-128.

12 Selon l’expression empruntée à Nathalie Heinich, L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, 2005.

13 Sur cette question, Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Fayard, 2007,498 p.

14 Le 8 août 1958,1e Groupe d’Études et de Rencontres des Organisations de Jeunesse et d’Éducation Populaire (GEROJEP) s’oppose à la nomination de Maurice Herzog. Cité par Paul Dietschy, Patrick Clastres, Ibid.

15 Jean Luc Martin, op. cit.

16 Consulter Philippe Tétart (dir.), Histoire du sport en France de la Libération à nos jours, Vuibert, 2007, 523 p.

17 Propos de Maurice Herzog, cité par Jean-Luc Martin, Ibid.

18 Le 1er septembre 1960, une caricature de Jacques Faizant montre le Général de Gaulle affublé d’un survêtement et d’une petite valise, déclarant devant une Marianne dépitée face à la débâcle française lors des Jeux de Rome, « Dans ce pays, si je ne fais pas tout moi-même... ». Cité par Jean-Luc Martin, Ibid., p. 77.

19 Malgré les réticences de Christian Fouchet, Ministre de l’Éducation nationale qui considérait en 1964 l’éducation physique et sportive comme une matière « non essentielle », ce processus de sportivisation et de scolarisation de l’EPS se poursuivra au cours de la décennie. Cité par Thierry Terret, Histoire du sport, PUF, coll. Que sais-je ? 2007.

20 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement et de l’éducation depuis 1930 (vol. 4), Perrin, Coll. Tempus, 2004 (rééd.)

21 Philippe Tétard (dir.), op. cit.

22 Alfred Wahl, Les archives du football. Sport et société en France (1880-1980), Gallimard, Coll. Archives, 1989, 350 p.

23 Paul Yonnet, Huit leçons sur le sport, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, p. 126-161

24 Dans le Nord-Pas-de-Calais, la reparution du quotidien La Voix du Nord dès le 5 septembre 1944 permet la création d’un hebdomadaire consacré spécifiquement au(x) sport(s) : La Voix des Sports, dont le premier numéro date du 5 février 1946.

25 Sur ces questions : « La fabrique des sports », Le temps des Médias, no 9, 2007-2008, 276 p.

26 Pour ce qui est du football : Olivier Chovaux, Cinquante ans de football dans le Pas-de-Calais. Le temps de l’enracinement (fin XIXe-1940), Arras, Artois Presses Université, 2001, 378 p. Pour les autres pratiques sportives : Claude Fouret, L’échappée sportive. Sport, gymnastique et éducation physique dans le Nord du Moyen Âge à 1945, Archives départementales du Nord, 2000, 122 p.

27 Sur l’histoire du LOSC : Patrick Robert, De Lille-Fives à l’Europe. Le LOSC de 1944 à 2001, Éditions La Voix du Nord, 2001, 222 p.

28 Le Président Henno avait coutume de déclarer : « la seule équipe qui peut battre le LOSC, c’est l’équipe réserve du LOSC... ». Cité par Patrick Robert, op. cit.

29 Sur le supportérisme régional et ses manifestations les plus contemporaines : Williams Nuytens, La popularité du football. Sociologie des supporters à Lens et à Lille, Artois Presses Université, coll. Cultures sportives, 2004, 391 p.

30 La Voix du Nord, 1er janvier 1946, extrait.

31 Sur Henri Jooris : Olivier Chovaux, « Henri Jooris (1879-1940), ou l’incarnation du « césarisme sportif » dans l’entre-deux-guerres », dans Christian Dorvillé (dir.), Sports en Nord (tome II), Presses universitaires du Septentrion, 2009.

32 Sur ces questions : Didier Demazière (dir.), Le peuple des tribunes. Les supporters de football dans le Nord – Pas-de-Calais, Documents d’ethnographie régionale, no 10, 1998, 239 p.

33 Il faudra attendre 1964 pour que le club retrouve l’élite du football français. À cette date, « Allez Lille » ne compte plus que 1 500 membres répartis en 33 sections.

34 L’épopée suédoise de 1958 permet au football français de sortir de son marasme. Consulter : Olivier Chovaux, « L’Équipe de France de football au miroir des styles nationaux : « la longue nuit du football français » (1930-1950) », dans Alfred Wahl (dir.), Aspects de l’histoire de la Coupe du Monde de football, Presses Universitaires de Metz, 2008, p. 108-122.

35 Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), La culture de masse en France de la Belle-Époque à aujourd’hui, Fayard, 2002, 461 p.

36 Sur ces questions : Olivier Chovaux, « Football minier et paternalisme sportif dans l’entre-deux-guerres : le cas exemplaire du Racing Club de Lens », dans Denis Varaschin (dir.), Travailler à la mine : une veine inépuisée, Artois Presses Université, coll. Histoire, 2003, p. 185-208. Également : Olivier Chovaux, « La vitalité du football-association en pays minier dans l’entre-deux-guerres : caractères originaux d’une sociabilité sportive urbaine », dans Alain Lottin, Jean-Pierre Poussou (dir.), Naissance et développement des villes minières en Europe, Artois Presses Université, coll. Histoire, 2004, p. 453-469.

37 En cette période de pénurie, l’attribution d’un logement gratuit dans une cité minière et la gratuité du charbon étaient appréciables, y compris pour les footballeurs professionnels.

38 Témoignage d’André Delelis, cité par Laurent Dremière, La saga des Sang et Or, Éditions la Voix du Nord, 1997, 238 p. Maire de Lens de 1966 à 1998 et député du Pas-de-Calais (1967-1981), André Delelis obtiendra que le Stade Bollaert ne soit pas détruit mais concédé à la ville de Lens, suite au désengagement des Houillères le 13 mai 1969.

39 En 1955, l’équipe du RCL effectuera l’une de ses dernières tournées en Pologne. Sur les origines de cette filière : Olivier Chovaux, « Le football : un exemple « d’intégration de surface dans l’entre-deux-guerres », dans Tous Gueules noires. Histoire de l’immigration dans le bassin minier du Nord – Pas-de-Calais, Centre Historique Minier de Lewarde, Coll. Mémoires de Gaillette, no 8, octobre 2004, p. 139-151

40 Sur cette question, Marion Fontaine, « Lens les Mines. Le football et les cités, dans Football, sport mondial et sociétés locales », Histoire et Sociétés, no 18/19, juin 2006, p. 176-188.

41 Propos de Claude Dubocage, rédacteur du magazine Sang et Or.

42 Marion Fontaine, op. cit.

43 France Football, 18 janvier 1955.

44 .À l’époque, la rivalité entre les deux clubs lors des derbys est encore peu exacerbée, comme en témoigne cet extrait : « Amis lillois, merci de votre sportivité. Merci de l’accueil que vous avez réservé à notre équipe devant la vôtre. Merci de ne pas vous être montés chauvins. Merci encore aux dirigeants des clubs de supporters de la sympathique réception qu’ils nous ont ménagée après le match » Sport-Mine, journal des sportifs de la région lensoise, 8 mars 1959

45 À ce jour, la meilleure affluence réalisée par le club date du 30 août 1959, avec 10084 spectateurs venus assister au match USB/LOSC. Sur l’histoire du club : Frédéric Lenel, Un siècle de passion en Rouge et Noir, Punch Éditions, Boulogne-sur-Mer, 2000, 112 p

46 Sur l’histoire de l’USVA : Michel Morneau, De l’US Valenciennes Anzin à Lyon, quelle aventure ! Soixante ans d’histoire de football, éditions la Voix du Nord, 2007, 173 p

47 Fabien Wille, « La genèse du spectacle sportif télévisé : la mise en image de Paris-Roubaix », dans Sébastien Fleuriel (dir.), 100 Paris-Roubaix. Patrimoine d’un siècle, Presses Universitaires du Septentrion, 2002, p. 177-200.

48 Victoires de Fred de Bruyne en 1957, Léo Van Daele (1958), Noël Foré (1959), Pino Cérami (1960). Sur l’histoire de Paris-Roubaix, Pascal Sergent, Chronique d’une légende : Paris-Roubaix, éditions Flandria Nostra, Belgique, 1989, 242 p.

49 Né à Avion en 1935, joueur du Racing Club de Lens, du Stade Rennais (1958) et de l’AS Monaco (1960), il incarne cette génération de « galibots footballeurs » analysée par Gregory Frackowiak, « Théodore Szkudlapski dit « Théo » : essai de biographie d’un « galibot footballeur » », dans Pratiques et spectacle sportifs au Nord de la France (XIXe-XXe), Revue du Nord, no 355, avril-juin 2004, p. 367-391.

50 Éléments biographiques réunis à partir de : Patrick Robert, Le Nord – Pas-de-Calais, terre de champions, éditions La Voix du Nord, 2000, 187 p.

51 Christian Bromberger, Passions ordinaires : football, jardinage, généalogie, concours de dictée..., Hachette Littératures, Coll. Pluriel, 1998, 544 p.

Auteur

Atelier SHERPAS, ER3S, EA 4110 - Université d’Artois

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540