Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Deuxième partie : cultures et sensibilités

La situation religieuse du diocèse de Lille en 1958

Catherine Masson

Texto completo

  • 1 Verscheure (dir.) Aspects sociologiques de la pratique dominicale, CDESR (Centre diocésain d’étude (...)

1Porter un coup de projecteur sur l’année 1958 du point de vue religieux dans le diocèse de Lille est particulièrement intéressant à plus d’un titre. En effet, cette année marque le 30e anniversaire de l’accession à l’épiscopat du cardinal Liénart qui restera encore 10 ans évêque de Lille et il est incontestable que sa personnalité a marqué d’une forte empreinte cette histoire. Le diocèse apparaît alors encore très dynamique tant du point de vue de ses mouvements et œuvres, que des vocations sacerdotales ou de la pratique religieuse. Le souci de la pastorale en milieu ouvrier est au cœur des préoccupations de l’évêque, non sans quelques tiraillements tandis que n’est pas éteinte la crise des prêtres-ouvriers (1954). 1958 est l’année de la mort de Pie XII et de l’élection de Jean XXIII qui dès janvier 1959 annonce la convocation d’un Concile... événement de l’Église universelle qui concerne chaque Église locale. 1958, année mariale (centenaire des apparitions de Lourdes) est aussi celle de la Mission de Lille – grande ville et capitale du diocèse – événement qui déborde largement les limites de la cité et aide à rendre compte de la situation et des priorités pastorales diocésaines de cette époque. Cet événement et la visite ad limina qui a eu lieu en 1957 ont donné lieu à de nombreux rapports et enquêtes riches de renseignements sur ce moment particulier de la vie diocésaine, en particulier l’enquête sociologique menée en 19571 par l’équipe chargée au niveau du diocèse de développer la sociologie religieuse alors très en vogue. Ceci nous permet de décrire la situation des chrétiens du diocèse et du clergé, avant d’analyser la vitalité des mouvements et œuvres sur fond de crise de la pastorale ouvrière en s’arrêtant particulièrement sur la Mission de Lille comme révélatrice des courants et tensions qui caractérisent alors la vie diocésaine. Nous verrons enfin comment l’Action catholique est alors envisagée comme solution à tous les problèmes.

Les chrétiens du diocèse de Lille et le clergé. Statistiques et éléments de sociologie 2

Le territoire et ses habitants

2Le diocèse de Lille est un des plus petits diocèses de France en superficie puisqu’il ne couvre que la moitié d’un département (2 288 km2). L’un des plus récents – fondé seulement en 1913 de la partition du diocèse de Cambrai – il correspond aux arrondissements de Lille et Dunkerque et est le 4e de France par sa population : 1 177 000 habitants en 1954, 1 233 000 en 1957, ce qui correspond à la population d’environ deux départements français moyens. Ce diocèse est fortement urbanisé avec quelque 71.5 % des habitants dans des villes, une urbanisation ancienne, aux origines médiévales mais qui s’est également beaucoup développée à la faveur de l’industrialisation depuis le XIXe siècle et continue à se développer en ces années 1950. L’économie de la région, éprouvée par les guerres, termine alors sa reconstruction.

3Du point de vue religieux les catholiques y constituent la grande majorité des croyants. Parmi les autres confessions chrétiennes il faut noter la présence de l’Église réformée. Il y a aussi de plus en plus de musulmans dans le contexte des événements d’Algérie. Le P. Pierre Descheemaeker est chargé depuis 1951 de suivre leurs problèmes. Des juifs, dont la communauté a été moins décimée que celle du Pas-de-Calais pendant la guerre sont également présents.

4Notons enfin que concernant les étrangers, des aumôneries existent à destination de plusieurs groupes catholiques étrangers comme les Polonais à Lille et Roubaix, les Belges à Lille, les Italiens à La Madeleine ou les Hongrois à Tourcoing. Des Uniates ukrainiens fuyant les persécutions ont trouvé refuge dans la région et leur culte avec leur pasteur Narozniak est accueilli à la cathédrale ND de la Treille.

Les fidèles catholiques

5Numériquement cependant les catholiques sont de loin les plus nombreux et les limites de cette communication nous amènent à focaliser notre regard sur leur situation... assez complexe et en pleine évolution.

  • 3 Une épidémie de grippe a donné lieu à une contestation des résultats. Ceci n'a toutefois pas été t (...)

6L’enquête sociologique de 1957 a permis d’évaluer la pratique religieuse selon les diverses catégories socioprofessionnelles : agriculteurs, ouvriers, employés et classes moyennes, bourgeoisie... avec toutes les nuances que comportent ces catégories. Réalisée dans toutes les églises le dimanche 27 octobre 19573 sur les pratiquants de plus de 12 ans, elle laisse apparaître une baisse de 29,9 % à 24 % depuis celle de 1949 (réalisée dans d’autres conditions sur les plus de 14 ans), mais souligne que cette baisse concerne essentiellement le milieu rural alors que la pratique se maintient en milieu urbain. Globalement le taux de pratique religieuse reste assez élevé en contradiction avec les hypothèses pessimistes sur les effets fâcheux de l’industrialisation sur la vitalité religieuse.

  • 4 A différencier de la population rurale (28 % de pratique). Sont définies comme zones rurales les z (...)

7Les agriculteurs4 sont de loin les plus pratiquants (60 %). Ils sont encore bien encadrés religieusement avec un maillage de paroisses desservies par des curés stables et actifs, qui animent à la fois le quotidien des paroisses, les grandes fêtes liturgiques ou les cérémonies agraires. Le syndicalisme rural d’inspiration chrétienne y est actif. Des écoles d’agriculture contribuent à éduquer dans un esprit chrétien les jeunes paysans. La JAC (Jeunesse agricole catholique) qui s’est répandue dans les campagnes est alors à son apogée...

8Le taux de pratique n’est plus que de 9 % chez les ouvriers. On comprend l’inquiétude déjà ancienne d’une Église qui dit « avoir perdu la classe ouvrière » et dont les recherches et orientations pastorales sont très marquées par cette inquiétude, nous y reviendrons. Il faut toutefois corriger également quelque peu ce chiffre qui concerne la pratique régulière en remarquant que le monde ouvrier reste dans sa grande majorité attaché aux cérémonies des quatre temps. Très peu d’enfants (2 %) ne sont pas baptisés ; peu de malades meurent sans ce que l’on appelait alors l’extrême-onction et les funérailles civiles sont encore rares. C’est la communion solennelle, traditionnelle au terme des 4 années de catéchisme qui connaît une certaine désaffection avec un déficit de quelque 25 % d’enfants. Il faut enfin ajouter qu’une minorité d’ouvriers chrétiens tient une grande place dans la vie syndicale et politique. Marquée en particulier pour nombre d’entre eux par leur passage à la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) puis dans les mouvements d’adultes d’Action catholique qui se sont formés à partir de la guerre, on les retrouve très actifs au sein de la CFTC qui a toujours eu l’appui du cardinal Liénart : André Glorieux est à la tête de la CFTC du Nord ; Eugène Descamps anime au sein de celle-ci le mouvement Reconstruction ; Fernand Bouxom un des fondateurs de la JOC est un parlementaire actif ; Robert Prigent a été ministre de la Population et de la Famille.

9La bourgeoisie chrétienne tient une place importante. Le mouvement original La Bourgeoisie chrétienne né en 1930 et fortement encouragé par le cardinal Liénart a dû se fondre dans la nouvelle ACI (Action catholique des milieux indépendants) en 1951. Dans ce cadre elle a évolué du « paternalisme au paritarisme » (Y.-M. Hilaire). Fervente, active, prolifique, elle est très dynamique dans le monde industriel et manifeste une grande capacité d’adaptation.

  • 5 La ville elle-même compte 194 616 heures + 164 726 pour la banlieue, soit 359 342 heures
    La populat (...)

10L’agglomération lilloise abrite environ 1 million d’habitants pour un espace de 20 km autour de Lille5. Lille et sa banlieue comptent environ 360 000 habitants dont 2/3 d’ouvriers parmi lesquels ¼ ont moins de 25 ans. La pratique religieuse concerne 1/5 employés, 1/10 ouvriers qualifiés, 1/35 OS ou manœuvriers. Sur 28 000 pratiquants de plus de 12 ans (messe du dimanche), 7 000 sont issus de milieu populaire (4 000 employés + 3 000 ouvriers).

11Dans le schéma dualiste qui prédomine alors, et tandis que progresse le secteur tertiaire, les employés et classes moyennes de plus en plus nombreux entre le prolétariat et la bourgeoisie sont pourtant peu considérés d’un point de vue pastoral. La pratique y est plus élevée chez les enseignants et les cadres que chez les commerçants, assez diverse chez les employés selon les milieux et professions.

12On peut conclure cet aperçu sociologique en soulignant deux particularités régionales : le fait que les jeunes s’engagent tôt dans la vie de travail, ce qui contribue à expliquer une insuffisante scolarisation par rapport au reste de la France, et l’importance de l’enseignement catholique. Un seul exemple, la ville de Roubaix, à municipalité socialiste, voit 40 % de ses enfants fréquenter les écoles libres. Les catholiques sont très attentifs aux débats concernant celles-ci dans l’attente d’une solution aux problèmes de leur reconnaissance et de leur financement (la loi Debré sera votée en 1959).

Le clergé

13Ce n’est qu’au milieu des années 1950 qu’on constate une diminution brutale du nombre des ordinations. L’année 1956 est celle du départ du contingent en Algérie. À partir de cette date le nombre des décès de prêtres l’emporte sur celui des ordinations. Le clergé du diocèse reste toutefois nombreux et assez jeune.

Répartition par âge au 30-11-60

Répartition par âge au 30-11-60

14Le clergé séculier est abondant. Jusqu’alors le diocèse de Lille était excédentaire en prêtres et plusieurs d’entre eux étaient envoyés exercer leur ministère dans d’autres diocèses ou en Afrique ou encore, à partir de 1957, au titre de l’encyclique Fidei donum. En 1960, 125 prêtres incardinés à l’origine à Lille exercent dans un autre diocèse ; 34 d’entre eux dans le diocèse de Cambrai. En 1960, 46 prêtres séculiers, non incardinés au diocèse, exercent dans le diocèse de Lille. En revanche à cette date il n’y a plus que 4 prêtres séculiers détachés temporairement en mission à l’étranger (Fidei donum). À ces prêtres s’ajoutent cependant les prêtres religieux missionnaires issus du diocèse : 303 en 1960. 186 sont en Afrique. Parmi eux 100 Pères blancs, 57 jésuites et 8 dominicains originaires du diocèse de Lille.

15Des prêtres réguliers sont présents sur le diocèse (chiffres de 1967), qui peuvent être issus d’autres diocèses ou pays : v. 200 prêtres religieux appartenant à 16 congrégations, parmi lesquels 25 dominicains et 37 jésuites, des frères membres d’une dizaine de congrégations, 2 918 religieuses de 74 congrégations réparties en 310 communautés (223 contemplatives, 1 200 hospitalières, 827 enseignantes, 822 éducatrices paroissiales). Ce clergé régulier se spécialise dans la prédication, les missions, l’enseignement et les aumôneries scolaires, universitaires, hospitalières ou des religieuses.

161960 représente l’apogée du ministère paroissial. Le diocèse de Lille crée de nouvelles paroisses jusqu’à la crise de civilisation des années 1968 et suivantes. Les chantiers du diocèse créés en 1956 construisent 17 nouvelles églises entre 1956 et 1967, dans un contexte d’urbanisation et de développement de villes nouvelles...

Répartition du clergé en activité

Répartition du clergé en activité

* Divers : Administration, prêtres étudiants, prêtres au repos, missionnaires diocésains

Clergé paroissial

1921

1960

1967

Curés doyens archiprêtres

360

384

394

Vicaires coopérateurs

278

304

236

Autres auxiliaires

36

29

Total

638

748

659

17Le nombre des prêtres professeurs diminue, celui des aumôniers augmente, d’autant plus que des professeurs et des vicaires sont en même temps aumôniers.

18Le clergé du diocèse de Lille est formé dans les petits séminaires d’Haubourdin et d’Hazebrouck puis dans le séminaire de philosophie de Merville et celui de théologie de Lille. Le niveau d’instruction est assez élevé, attesté par le nombre important de grades universitaires, en sciences sacrées, lettres et sciences obtenus par les clercs du diocèse. Parmi ceux-ci une vingtaine de doctorats en lettres, droit ou sciences acquis devant les Facultés d’État.

19La ville de Lille compte un nombre considérable de prêtres (même si c’est 10 fois moins que celui des Flandres rurales relativement à la population) : plus de 350 prêtres, disent ordinairement leur messe dans la ville de Lille. (113 curés ou vicaires, 127 prêtres dans l’enseignement (sans compter ceux du grand séminaire), 30 aumôniers, 98 religieux.)

L’évêque

20Ce diocèse est administré par le cardinal Liénart avec le concours de son conseil épiscopal qui comprend notamment un évêque auxiliaire (Mgr Henri Dupont), les deux archidiacres de Lille, Mgr Louis Prévost et des Flandres, Mgr Michel Devos, le secrétaire particulier du cardinal Mgr Lotthé, le chancelier Mgr André Chavanat, le directeur des œuvres le chanoine Jean Sauvage, futur évêque d’Annecy et le chanoine Fabre directeur de l’enseignement. Le cardinal est alors une des personnalités de premier plan de l’Église. Il a exercé une grande influence sur l’Église de France. Il est président de l’Assemblée des cardinaux et archevêques et prélat de la Mission de France.

21Évêque de Lille depuis 1928 il a alors défendu la CFTC contre les accusations du Consortium patronal textile et passait pour un « évêque rouge ». En fait ce « cardinal des ouvriers » est très populaire depuis le début de son épiscopat tandis qu’il prône un catholicisme social inspiré de Rerum novarum, fondé sur la collaboration de toutes les classes sociales. Respecté par les socialistes à cause de son attitude au moment du suicide du maire de Lille, Roger Salengro, il reste près de son peuple au moment de la débâcle et pendant l’occupation. Alors que les résistants chrétiens, qu’il ignore trop, déplorent sa fidélité excessive au maréchal Pétain, il prononce, en 1943, une parole libératrice sur le Service du Travail obligatoire qui n’est pas selon lui une obligation de conscience.

22Sa popularité reste intacte après la guerre et, au cours des années 1950, il multiplie les initiatives missionnaires : appui aux prêtres ouvriers, prise en charge de la Mission de France, encouragement au Réarmement moral, soutien à l’association Ad Lucem d’Aujoulat, concrétisation du jumelage Lille-Cameroun, appui au mouvement biblique et liturgique (Bible du cardinal Liénart, 1951), gestes de réconciliation avec les Allemands, enfin Lettre pastorale préconisant un changement d’attitude envers les juifs (1960) et une ouverture au mouvement œcuménique. Blessé par l’intransigeance de Pie XII dans l’affaire des prêtres ouvriers en 1953 il ne revoit le pape qu’à l’occasion de la visite ad limina en 1957. Il veille tout particulièrement au développement de l’Action catholique spécialisée qu’il privilégie dans son diocèse sans abandonner ni les œuvres ni les services créés par le catholicisme social. Pendant la guerre d’Algérie, il s’efforce d’allier la prudence pastorale et le rappel des exigences morales. S’il encourage des initiatives et organisations diverses comme en témoigne le rapport ad limina de 1957, il privilégie néanmoins parmi les moyens d’action pastorale l’Action catholique spécialisée.

Vitalité des mouvements et œuvres dans un contexte de crise dans la pastorale du milieu ouvrier

Mouvements et œuvres divers et très dynamiques

23Si moins de 10 % des pratiquants sont engagés dans les mouvements et œuvres, ceux-ci témoignent cependant d’une grande vitalité. La générosité des fidèles en est un témoignage. Elle est manifeste en faveur des chantiers du diocèse (17 églises ont été édifiées entre 1956 et 1970), du denier du culte dont les ressources augmentent (110 % de 1961 à 1967), des écoles (l’enseignement catholique a une grande importance dans le diocèse de Lille), d’œuvres diverses comme les colonies de vacances, les œuvres des paroisses, les conférences Saint-Vincent de Paul (2 000 membres actifs), le Secours catholique (6 820 adhérents), la Fraternité des malades qui s’occupe de 25 000 malades, 15 secrétariats sociaux (25 000 cotisants), etc.

24Une certaine ferveur religieuse, également, qui s’exprime entre autres dans la Prière des hommes à Marie (suivie en mai 1954 par 10 000 hommes dans le diocèse) ou l’Apostolat de la prière (66 000 associés) ; il est à noter que les congrégations à la Vierge sont très nombreuses et s’ouvrent aux hommes et jeunes gens. Il y a sur le diocèse plusieurs maisons de retraites et récollections. 20 000 personnes y participent annuellement surtout parmi les membres de l’Action catholique. Les diverses œuvres des vocations sacerdotales comptent 29 000 cotisants. Augmente également le nombre des catéchistes volontaires en lien avec les paroisses.

25Autre signe de cette vitalité, l’Action catholique générale et spécialisée, qui a été, dès les années trente, une priorité de l’épiscopat du cardinal Liénart : elle est née et s’est développée dans le diocèse, dès 1927, à partir de la JOC. Elle reste très présente même si les mouvements de jeunesse sont alors en crise sur le plan national, avec en 1956 la disparition de l’ACJF (Association catholique de la jeunesse française) et en 1957 les crises de la JEC (Jeunesse étudiante chrétienne) et de la Route (Scoutisme). La JAC et la JACF sont en plein essor atteignant 151 sections pour la première, 154 pour la seconde. Elles sont l’une et l’autre le principal agent de transformation des campagnes. Malgré les crises la JEC/F localement se porte assez bien. On remarque son influence sur le syndicalisme étudiant lillois, principalement durant la guerre d’Algérie. Plusieurs présidents de l’AGEL en sont issus. En 1956, 1 000 étudiants participent au pèlerinage de Lorette. On compte aussi une section de la JMC (Jeunesse maritime chrétienne), 80 sections de JICF (Jeunesse indépendante chrétienne féminine), 30 de JIC dont il est toutefois difficile d’évaluer la vitalité... de même pour la JOC/F qui affiche chacune 11 fédérations. Les patronages restent prospères. Le scoutisme est mal aimé du clergé qui leur préfère les Cœurs Vaillants ou les équipes de Pré-JOC. Les Cœurs Vaillants présents dans 100 paroisses, les Ames Vaillantes dans 110. Les scouts de France, sont tout de même 2 995 dans le diocèse, les guides, 1925.

26En ce qui concerne les mouvements d’adultes ils se partagent entre l’Action catholique générale et l’Action catholique spécialisée. La première comprend l’ACGH (hommes) héritière de la FNC et l’ACGF (femmes) héritière en 1953 de la Ligue féminine d’action catholique. L’ACGH compte 11 000 adhérents qui diffusent 10 500 journaux et est présente dans 289 paroisses. L’ACGF, 90 000 femmes qui pratiquent l’entraide, promeuvent l’éducation familiale et tiennent des bibliothèques, diffusent la culture chrétienne dans les foyers. L’Action catholique spécialisée par milieu de vie comprend 3 grands mouvements : l’ACI, qui a 128 équipes d’hommes et 905 militants et 326 équipes de femmes, l’ACO (Action catholique ouvrière) qui compte 13 fédérations et 150 équipes des deux sexes. L’ACR (milieu rural) possède 20 sections. 23 foyers militants en MFR (Mouvement familial rural). Le mouvement des jeunes foyers se développe également. Ces divers mouvements d’Action catholique spécialisée sont loin cependant de recouvrir toutes les classes sociales, et ignorent largement les classes moyennes qui montent. Celles-ci sont mieux atteintes par l’ACG à base familiale et paroissiale que par l’ACI par exemple, mais l’ACG est bientôt sommée de se préoccuper davantage de syndicalisme et de politique et commence à dépérir.

27Il y a aussi beaucoup d’autres œuvres concernant les étrangers, la presse et le cinéma, les missions étrangères. Les organisations professionnelles chrétiennes jouent un rôle important dans la vie sociale de la région, en particulier le syndicalisme chrétien.

28Commentant le rapport ad limina le cardinal Liénart soulignait cette vitalité :

Le rapport qui précède manifeste la vitalité religieuse du diocèse de Lille et la grande intensité du zèle apostolique qui anime son clergé et ses fidèles. Il faut noter cependant qu’à la suite de la guerre une partie de la population s’est laissée entraîner à une certaine négligence dans l’accomplissement de ses devoirs religieux et que le milieu ouvrier surtout dans les grandes villes subit fortement l’influence marxiste et considère souvent l’Église avec défiance sinon avec hostilité.

Mais si nous constatons d’une part l’extension du mouvement de déchristianisation qui éloigne de l’Église les moins instruits et les plus faibles dans la hiérarchie sociale, nous pouvons heureusement constater le progrès en profondeur qui s’opère chez les chrétiens demeurés fidèles. Chez ces derniers la foi est plus vive et plus agissante par la charité. Leur attachement à l’Église dont ils se sentent les membres vivants est sincère et généreux. Ils se nourrissent volontiers de la doctrine de l’Évangile et s’efforcent de la faire passer dans leur vie. Dépassant la conception trop étroite d’une vie chrétienne purement individuelle prêtres et laïques se préoccupent de rendre à la vie paroissiale son caractère de communauté : une communauté qui s’unit dans la prière liturgique pour rendre à Dieu un culte plus digne de Lui ; une communauté dont les membres apprennent davantage à se connaître et à s’aimer d’une charité fraternelle ; une communauté désireuse de s’ouvrir et d’être accueillante à ceux que la grâce de Dieu y ramène parfois après un long abandon.

Au progrès intérieur s’ajoute un effort de rechristianisation, mené par les jeunes et par les adultes, formés et soutenus par leurs aumôniers d’AC, dans tous les milieux : ouvriers, bourgeois, ruraux ou étudiants. Par eux l’Église est présente et elle agit dans la société comme un levain pour la purifier et la faire redevenir chrétienne...

29Ceci résume bien la pensée et l’action de l’évêque qui veille particulièrement au développement dans son diocèse de l’ACS qu’il privilégie, sans abandonner ni les œuvres, ni les services créés par le catholicisme social.

Contexte de crise dans la pastorale du milieu ouvrier

30La vie de l’Église diocésaine depuis la guerre a été marquée après la crise du MPF (Mouvement Populaire des Familles) à la fin des années quarante, par la formation de l’ACO voulue et refondée par l’épiscopat français en 1950. Celle-ci trouve alors difficilement un chemin dans les ambiguïtés d’une pastorale qui hésite entre l’enfouissement ou la conquête, faction spirituelle ou temporelle, tandis que les évêques refusent de perdre le contrôle d’un mouvement spécifiquement d’Église (mandat). C’est aussi le problème du glissement vers le temporel déjà amorcé dans les années 1940 et d’une certaine prise de distance vis-à-vis de la paroisse, l’ACO faisant bientôt passer au premier plan les solidarités de classe (aux dépens de l’approche paternaliste et caritative qui avait caractérisé les périodes précédentes). Elle cherche à recruter dans les milieux non-croyants et prend de plus en plus de distance vis-à-vis des paroisses, adoptant une stratégie quelle espère plus adaptée au monde ouvrier. Pour répondre aux besoins de l’évangélisation de celui-ci ont été mis en place, dans le diocèse des secteurs de Mission ouvrière, à Dunkerque, Roubaix puis à Lille même aux lendemains de la Mission. Ils tentent d’articuler Action catholique, prêtres-ouvriers et prêtres des paroisses. Mais les tensions sont parfois vives.

31La crise des prêtres ouvriers et sa résonance particulière à Lille, compte tenu de la personnalité et du rôle du cardinal, n'ont pas fini de développer ses conséquences et d’influencer les choix. En 1955 les prêtres ouvriers de Lille, momentanément inoccupés rédigent « le Grand Rapport » qui impressionne beaucoup le cardinal Liénart. C’est comme la caisse de résonance des remous provoqués par la crise, tableau de la situation ouvrière à cette époque mettant en scène des situations réellement dramatiques, mais aussi témoin de l’ouvriérisme avec lequel les problèmes sont abordés dans le Nord ; expression d’une angoisse face à la pauvreté spirituelle de ce monde ouvrier et du fossé immense qui le sépare de l’Église (approche plus affective que théologique). En 1956, le cardinal transmet à Rome son rapport sur la Mission ouvrière. Il y souligne l’effort apostolique qui a été entrepris et exprime le vœu que les prêtres puissent s’engager davantage dans la vie de travail. Il n’a pas de réponse sur ce point. En 1959 une nouvelle crise, aboutira à l’interdiction du travail ouvrier pour les prêtres et ne trouvera sa solution qu’à la fin du Concile. Dans ce contexte, en 1956, le chanoine Sauvage, alors supérieur du grand séminaire écrit au cardinal Liénart, parlant d’une ambiance faite d’inquiétude au sujet du marxisme et de désillusion face au mouvement missionnaire de l’intérieur, soulignant que « tout un groupe de prêtres et militants a laissé les préoccupations sociales et politiques prendre progressivement le pas sur les préoccupations religieuses. » Des distorsions apparaissent alors de plus en plus au sein du clergé, précise-t-il.

La Mission de Lille (1958) révélatrice de ces tensions6

  • 6 Cf. Notre contribution au colloque de Chambéry (mars 1999) : « La Mission de Lille (1958). Des par (...)

32La Mission de Lille se déroule en 1958 conformément au modèle mis en place sous l’égide du CPMI (Centre pastoral des missions à l’intérieur) animé par le père J.-F. Motte. Elle a fait l’objet d’une préparation très longue, initiée en 1955. Elle commence par une longue étude sur le terrain, fondée sur une enquête sociologique très poussée qui analyse la ville sous ses aspects les plus divers, spirituels et temporels, et étudie son « équipement pastoral ». Nous l’avons vu, celle-ci traduit assez bien la situation et les préoccupations pastorales du diocèse, si l’on fait bien sûr la part entre les réalités urbaines et celles du monde rural, qui représente certes une part très vivante de l’Église, mais une part minoritaire dans un diocèse fortement urbanisé et industrialisé. Elle se déroule de 1956 à 1958, à un moment où historiens et sociologues repèrent, en France, dans les statistiques, un premier décrochement dans le nombre des ordinations sacerdotales et où, connaissant l’avenir ils ont pu être tentés d’anticiper la crise. Or nous l’avons vu, la ville de Lille, comme le diocèse sont encore des lieux d’une grande vitalité religieuse.

Analyse pessimiste de l’action paroissiale

33Lorsqu’on analyse le courrier échangé par les responsables de la Mission de Lille et les comptes rendus des diverses commissions on constate que les objectifs de la Mission de Lille reposent sur une analyse que l’on pourrait être tenté aujourd’hui de qualifier de pessimiste. Il est vrai aussi que, dans la volonté d’améliorer le « dispositif pastoral », afin de mieux remplir la mission d’évangélisation, il est normal de mettre le doigt sur ce qui paraît défaillant. Nous allons donc évoquer l’analyse qui a été faite alors, par les responsables de la Mission, en ne perdant jamais de vue le dynamisme évoqué plus haut.

  • 7 Aumônier du secrétariat social, il avait joué un rôle très important auprès des militants au momen (...)

34Dans les premières rencontres, en 1955, ceux-ci en dessinent les grandes orientations. Le père Fernand Delmote7, curé de Saint-Joseph à Lille, secrétaire de la Commission permanente, s’interroge sur la hiérarchie des tâches sacerdotales et la répartition du clergé.

Nous avons à Lille, un clergé digne et de bonne volonté. Jadis, je disais : ce qui manque à notre clergé, ce n’est pas le dévouement, c’est l’intelligence de l’action. Aujourd’hui, je vois mieux vivre le clergé des paroisses, je serais plus sévère. Il a parfois même un manque de dévouement, en ce sens qu’on ne se donne plus à fond. Il y a des laïcs qui se sont passionnés pour leurs affaires, des militants qui luttent ardemment. En même temps il y a des prêtres qui n’ont plus la passion de l’apostolat.

35Jugement sévère qui oppose un clergé paroissial quelque peu désabusé, déçu par l’Action catholique, par la liturgie, sceptique quant au renouveau catéchétique et à la dimension missionnaire de la paroisse, à un clergé, issu de l’Action catholique, témoignant d’un véritable esprit confraternel et prêt à soutenir partout un laïcat dynamique. Le père Delmote parle de « marasme », de crise de l’action ouvrière et de désarroi de l’ACO. Sa réflexion aboutit à souhaiter une refonte profonde du dispositif pastoral qui permettrait une collaboration entre les paroisses, l’Action catholique, l’enseignement, les prêtres ouvriers.

36Cette lettre est assez significative du climat qui préside à la préparation de la mission. On y voit apparaître une tension en même temps que le souhait d’une interaction entre ces deux lieux missionnaires que sont la paroisse et le milieu de vie. Cela se traduit d’ailleurs dans la constitution des commissions, certaines ayant pour axe la paroisse (liturgie, catéchisme des enfants, prédication, Action catholique générale, information, Enfance, moins de 14 ans...) et d’autres dont l’axe est le milieu de vie.

Un objectif prioritaire : l’évangélisation du monde ouvrier

  • 8 On peut citer en particulier, une messe du travail à l’occasion du 1er mai, la célébration des com (...)

37La Mission elle-même est marquée par des prédications dans les paroisses (175 missionnaires y participent), des veillées et temps de prière. Elle est également l’occasion de quelques grandes manifestations avec l’objectif de signifier ce temps au regard de toute la population de la ville (pratiquants ou non)8.

38Les objectifs tels qu’ils sont proposés par le cardinal Liénart le 26 février 1958, (au début du Carême) invitent d’abord les « chrétiens de bonne volonté [à] s’offrir à Dieu », à « se laisser prendre par la grâce ». Le cardinal indique ensuite que la vie divine se sert de moyens concrets, d’institutions, de mouvements, d’œuvres, de services pour se communiquer aux hommes... », il s’agit donc de promouvoir par un engagement éclairé et généreux ces institutions. Les orientations, qui s’appuient sur le travail de préparation sont bien données par l’évêque. C’est plus qu’une incitation. « Il y aurait imprudence grave à s’orienter dans d’autres directions », écrit-il. Il précise également l’importance des institutions temporelles, pour réaliser la charité et la justice, même si elles ne sont pas mentionnées. L’objectif capital est de « mettre toutes les paroisses et toutes les institutions chrétiennes en état de mission, avec une polarisation autour de l’évangélisation du Monde ouvrier ». Les paroisses, i.e. les personnes et les institutions paroissiales. Le texte du cardinal est en fait très marqué par le rapport de la commission du Monde ouvrier qui fait le constat angoissé de la déchristianisation et souligne la nécessité d’une spiritualité incarnée. Sont ensuite détaillés les objectifs prioritaires et les objectifs complémentaires, étant prioritaire l’évangélisation du Monde ouvrier, « le plus apparemment déchristianisé » (les autres pouvant être déchristianisés à leur insu). C’est l’occasion d’un pas en avant vers la constitution d’une mission ouvrière. Cette orientation s’appuie également sur l’importance démographique (au moins ½ de la population active) de toutes les paroisses de Lille avec une attention particulière au sous-prolétariat. Trois orientations : des équipes d’ACO ; avec tous les travailleurs chrétiens, des équipes de mission de quartier ; des équipes de mission d’entreprise.

39L’évangélisation du monde indépendant, est donnée comme un second objectif, afin d’amener ses membres à dépasser les soucis personnels, pour entrer dans une perspective plus apostolique et prendre conscience de sa fonction sociale au service de l’ensemble de la société. Il faut chercher à contacter les catégories les moins touchées par un apostolat organisé, et également les jeunes peu atteints par les paroisses. En lien avec cet objectif l’évangélisation du monde scolaire par les établissements et le catéchisme.

40L’Action catholique générale, qui est alors le fer de lance de l’action paroissiale doit accentuer son caractère missionnaire et communautaire. Il faut insister sur la formation spirituelle et apostolique à assurer aux militants non engagés dans l’Action catholique de milieu.

Le rôle de la paroisse dans cette perspective

41Les objectifs complémentaires (non pas secondaires, mais complémentaires indispensable aux premiers c’est-à-dire à l’orientation de toutes les institutions de l’Église vers ceux du « dehors »), sont : la liturgie, la connaissance de la paroisse (sociologie), l’information avec la création de comités paroissiaux de presse, l’éducation de la jeunesse et pour cela la formation de cadres éducateurs et militants, l’entraide (les associations sont très nombreuses à Lille) avec l’éducation de la vertu surnaturelle de charité dans l’exercice des œuvres de miséricorde et la coordination des œuvres charitables, qui doivent être insérées dans un plan d’ensemble, la famille et la santé (création d’un centre pastoral familial et d’un comité de santé). Si la Commission du Monde Ouvrier souligne que la paroisse a un rôle essentiel à jouer dans l’évangélisation du monde du travail, elle apporte cette nuance :

Pour le remplir, le prêtre doit pourtant connaître ses limites à cause de cette évolution historique qui s’est réalisée dans le monde du travail. En effet, si la paroisse est relativement adaptée au milieu géographique dans les moyens apostoliques qu'elle met en œuvre, elle l’est moins aux réalités sociologiques nouvelles qui marquent si profondément les travailleurs dans les divers milieux de vie où se déroule leur existence. Aussi, pour assurer l'évangélisation profonde des milieux où s’exerce une vie très dense, très riche en valeur que l’action paroissiale ne peut recouvrir, l’Église fait aujourd’hui appel au laïcat, pour le charger de cette Mission.

42La perspective est bien celle d’une Action catholique spécialisée et mandatée que dans son ensemble la Mission tend à privilégier aux dépens d’autres formes d’apostolat. Le clergé des paroisses doit tendre à fonder des équipes d’ACO de JOC/F pour l’éveil et la formation de ce laïcat. Il est conseillé d’orienter vers ce que l’on appelle des « équipes d’acheminement » de l’ACO et de ne pas favoriser l’évasion des travailleurs chrétiens vers des tâches secondaires qui les éloigneraient de leurs responsabilités propres envers leur milieu de vie (en d’autres termes de ne pas les accaparer dans les œuvres et services paroissiaux)

43L’ACO et la JOC sont dites formes d’apostolats préférentiels. Les institutions, les œuvres chrétiennes et les autres mouvements doivent favoriser l’évangélisation du Monde ouvrier et éviter tout ce qui pourrait faire barrage. On souligne également la répercussion de l’action missionnaire d’un milieu sur un autre et donc la nécessité d’une action parallèle dans le milieu indépendant et auprès des jeunes de l’enseignement technique. L’ACG est elle-même invitée à s’ouvrir à l’apostolat en milieu de l’ACS. Ces orientations données à la mission de Lille sont en fait celles qui sont données dans d’autres missions et étendues par le cardinal lui-même à l’ensemble de son diocèse. Aussi est-ce dans cette perspective plus générale que nous aborderons notre dernier point posant la question de l’Action catholique spécialisée comme solution à tous les problèmes et celle des limites de ce choix.

L’Action Catholique Spécialisée comme solution aux problèmes

Une priorité donnée par l’évêque

  • 9 La question serait à creuser.

44L’action pastorale du cardinal Liénart reste multiforme mais la dernière partie de son épiscopat est caractérisée par cette forte accentuation en faveur de l’Action catholique surtout de l’Action catholique spécialisée. Priorité est donnée alors, jusqu’au Concile et même au-delà, à une Action catholique organisée et mandatée par la hiérarchie. De fait, si dans son rapport ad limina en 1957 le cardinal Liénart encourage les initiatives et actions diverses des laïcs, et s’il reste attaché à la forme traditionnelle de la vie ecclésiale qu’est la paroisse, il souhaite que la paroisse s’ouvre à l’Action catholique spécialisée et que les activités des paroisses prennent en compte l’approche par milieu qui est celle de l’ACS. C’est une caractéristique forte que l’on retrouve apparemment dans d’autres missions urbaines ou rurales qui se sont déroulées dans le diocèse de Lille, à cette époque9.

  • 10 Lettres aux prêtres portant sur l’organisation du diocèse, en vue d’une pastorale d’ensemble, 1956 (...)

45Cela se traduit également dans les orientations diocésaines des années 1956 et 196010, qui tout en s’appuyant sur un discours très ouvert embrassant la totalité de la mission du laïc, sont restrictives au niveau de l’organisation, dans la mesure où elles promeuvent une Action catholique spécialisée loin de prendre en compte les différents aspects de la mission apostolique des laïcs envisagée en introduction. Le cardinal Liénart veut lever l’équivoque entre le clergé paroissial qui poursuit un ministère assez traditionnel et les aumôniers d’ACS qui, au contraire, tendent à marginaliser le service paroissial. Si apparaît l’idée d’une complémentarité nécessaire, celle-ci est essentiellement au service de l’ACS (1956). Pour conjuguer les efforts missionnaires des paroisses et ceux de l’ACS, il demande d’organiser des commissions au niveau des doyennés et de l’archiprêtré (1960). Ceci est significatif de cette tension vers la spécialisation, puisque sont proposées au-delà des commissions chargées de l’enfance et des problèmes généraux de la paroisse comme la liturgie, de créer des commissions rassemblant jeunes et adultes par milieux. Dans cette perspective c’est à l’ACGH/F que revient la charge d’animer le laïcat sur le plan paroissial et de favoriser les liens à l’intérieur de la communauté chrétienne dans sa diversité et avec les non-croyants.

46Une autre question posée par cette priorité donnée à l’ACS est de savoir à qui elle s’adresse soit, prioritairement, à des militants pour développer leur esprit missionnaire soit, d’emblée, à un public plus large, non pratiquant, afin de lui proposer un chemin qui conduise à terme à en faire des militants. La constitution d’équipes d’acheminement tente de résoudre ce dilemme. Une lettre du R.P. Motte à F. Delmote, dans le cadre de la mission de Lille, le 3 février 1957 fait état de cette question :

Je crois comme vous que la Commission du MO va trop vite en s’adressant tout de suite aux non pratiquants. Tout notre effort en ce moment de préparation de la mission consiste à mettre les chrétiens en « état de mission ». Pour cela on a raison de ne pas orienter vers les mouvements d’AC. Notre tâche est de montrer les exigences apostoliques de la vie chrétienne. L’acheminement vers le mouvement se fera alors.

Un rétrécissement du regard. Un frein à la diversité et à la vitalité des œuvres

47Face aux problèmes que pose l’évangélisation et singulièrement celle du monde ouvrier, on manque en fait de solution et l’on en vient à penser que l’Action catholique pourrait résoudre tous les problèmes et que l’évangélisation ne peut se faire qu’à l’intérieur des milieux sociologiques. Certains s’en inquiétaient déjà en 1957. Ils admettent que l’ACO la JOC/F soient présentes comme des mouvements privilégiés et spécialement mandatés par l’Église pour l’évangélisation populaire, mais refusent que ce privilège soit un monopole. Ils constatent que tout compte fait les activités autres que l’AC touchent beaucoup de monde (sûrement plus d’individus que l’AC, sans pour cela toucher le milieu), qu’il ne faut pas jeter le discrédit sur les activités de base autour de la famille, l’école, la paroisse (lettre du 3/12/57).

48L’une des questions qui est traversée par la tension ACS et paroisse est : ACS ou ACG ? Faut-il réellement orienter des gens, pour des raisons sociologiques vers l’ACO alors qu’ils se retrouvent mieux dans d’autres formes d’apostolat. Beaucoup s’en sont trouvés désorientés. En fait l’ACG, à base paroissiale permet, entre autres, d’atteindre beaucoup mieux que l’ACI ou l’ACO, la classe moyenne montante. Mais elle est en quelque sorte sommée de s’intéresser surtout au syndicalisme et à la politique, à l’instar de ce qui se passe en ACS. C’est alors qu'elle commence à dépérir.

49Les intentions sont généreuses, mais c’est finalement toute l’Action catholique du diocèse qui souffre de cette priorité à l’ACS, comme de la priorité de fait accordée en son sein à la classe ouvrière qui va jusqu’à l’ouvriérisme d’une grande partie du clergé.

50À cette époque on passe progressivement de l’objectif construire une « chrétienté » à celui de construire une société plus juste et plus fraternelle, fondée sans doute sur les valeurs de l’Évangile, mais de façon beaucoup moins explicite, voire plus explicite du tout. C’est la pastorale de l’enfouissement qui s’impose tandis que l’infiltration de l’idéologie marxiste chez les prêtres et militants du milieu ouvrier est de plus en plus forte. Cette action catholique est de plus en plus sécularisée, solidaire d’un mouvement ouvrier qui prône la lutte des classes et tend à creuser le fossé entre les diverses branches de l’Action catholique. C’est l’amorce de l’effacement relatif, dans les années 60 de toutes les autres formes d’action religieuse.

51Les secteurs de mission ouvrière, de Dunkerque, Roubaix, puis celui de Lille créé au lendemain de la Mission de 1958, ont pour objectif d’organiser cette priorité et de réguler les rapports entre les différentes instances pastorales (paroisses ouvrières, mouvements AC, prêtres-ouvriers). Mais les tensions y sont souvent vives en particulier avec l’ACO. Une source supplémentaire de tension vient aussi dans les secteurs de Mission ouvrière de la difficulté pour les autres milieux d’y trouver leur place.

52Le cardinal s’inquiète certes de tout cela. Mais tandis qu’il a une certaine difficulté à appréhender certaines évolutions intellectuelles, politiques et sociales, il semble qu’il perd quelque peu le contact direct avec le diocèse qui avait caractérisé les premiers temps de l’épiscopat, percevant, désormais, essentiellement les choses à travers le regard de quelques militants, des prêtres ouvriers ou des aumôniers d’Action catholique.

53Au même moment la transformation des Congrès diocésains, qui sont devenus itinérants à partir de 1948, renforce ce phénomène. À partir de 1956, c’est l’éclatement des lieux géographiques comme des thèmes et des groupes. On peut penser que la fin de ces grandes manifestations au cours desquelles un courant passait entre tout un peuple rassemblé et son évêque, va paradoxalement renforcer un certain cléricalisme. Il va en même temps en isolant le cardinal Liénart, l’empêcher de saisir les déviations dont est victime l’Action catholique.

54La mission de Lille du fait de l’importance de la ville de Lille pour l’ensemble du diocèse, du poids qu’y joue l’évêque et des orientations qui y sont prises et qui imprègnent toute la pastorale diocésaine se situe à un moment important de la vie du diocèse ; elle est contemporaine, me semble-t-il, d’une étape qui s’est traduite dans les deux lettres du cardinal Liénart au clergé portant sur la pastorale d’ensemble.

55On ne peut pas encore parler de crise à l’époque de la mission de Lille, mais l’analyse de la crise des années 60-70 montre bien que l’ACS est alors au cœur des dérives qui caractérisent cette période et on peut percevoir certains germes dans les orientations données à la mission comme au diocèse. Lille n'est pas tout le diocèse mais ce qui s’y passe est à l’image de ce qui se passe dans d’autres secteurs urbains mais aussi ruraux, en ce qui concerne les choix pastoraux. Or il semble qu’à cette époque certaines dérives, entre autres celles liées à la pénétration marxiste et à une politisation croissante, sont déjà visibles.

56La mission de Lille se déroule après la crise du MPF et celle des prêtres ouvriers (pas encore achevée), tandis que l’ACO tente de donner un nouveau souffle à une Action catholique ouvrière traversée par l’idéologie marxiste et qu’avec la JOC elle tend à se penser seule capable d’entrer en contact avec le monde ouvrier et de permettre son évangélisation. Cependant, dans les paroisses, les œuvres diverses, en lien le plus souvent avec l’ACG, rassemblent encore tout un peuple de fidèles, sans doute plus soucieux de faire vivre l’institution ecclésiale, mais aussi de se donner dans l’action spirituelle ou caritative, que d’évangéliser son propre milieu de vie. Il y a alors dans les orientations diocésaines une sorte de crispation sur l’ACS qui semble à terme avoir été préjudiciable à la vitalité même de l’Église. Lorsque la Mission de Lille s’achève, en 1958, la crise ne fait que s’amorcer à Lille. Il n’est pas sûr que les solutions préconisées alors face à une situation dramatisée n’aient pas contribué à décourager certains sans atteindre dans l’apostolat de milieu les succès escomptés. On ne peut nier dans le diocèse en particulier le rôle essentiel joué par l’Action catholique spécialisée et cela dans tous les milieux. L’Action catholique a été une incontestable réussite de l’épiscopat du cardinal Liénart. Elle a certainement contribué à faire du diocèse de Lille un diocèse très dynamique, atteint plus tard que d’autre part la crise des vocations. Il n’empêche qu’à l’aube des années soixante d’autres formes d’évangélisation se développent et qu’il est temps de s’ouvrir à une action qui laisse au laïcat son originalité propre. Les évêques français et le cardinal Liénart en particulier n’y sont pas prêts et les débats au Concile avec le cardinal Suenens entre autres vont en témoigner.

Notas

1 Verscheure (dir.) Aspects sociologiques de la pratique dominicale, CDESR (Centre diocésain d’études socio-religieuses), Diocèse de Lille, 1961.

2 Cf. sur ce sujet par Y.-M. Hilaire « Le diocèse de Lille à l’époque de la construction du couvent des dominicains. 1955-1965 », inédit.

3 Une épidémie de grippe a donné lieu à une contestation des résultats. Ceci n'a toutefois pas été très significatif.

4 A différencier de la population rurale (28 % de pratique). Sont définies comme zones rurales les zones où 45 % de la population vivent de l’agriculture.

5 La ville elle-même compte 194 616 heures + 164 726 pour la banlieue, soit 359 342 heures
La population active est de 89 180 + 72 860, soit 162 040 ; Les ouvriers 59 680 + 52 140, soit 111 820, i.e. plus des 2/3 d’ouvriers ; Les jeunes (– 25 ans) 14 680 + 13 700, soit 28 380, soit ¼ de la population active du monde ouvrier ; Les femmes 89 980 + 72 800, soit 162 840 ; Femmes actives 35 920 + 25 680, soit 61 600, soit 1/3 de la population active

6 Cf. Notre contribution au colloque de Chambéry (mars 1999) : « La Mission de Lille (1958). Des paroisses encore vivantes. Un objectif essentiel l’Action catholique spécialisée », Les missions intérieures en France et en Italie, du XVIe au XXe siècle, Christian Sorrel et Frédéric Meyer (dir.), Bibliothèque des Etudes savoisiennes, t. VIII, Institut d’études savoisiennes, Université de Savoie, 2001, p. 463-474.

7 Aumônier du secrétariat social, il avait joué un rôle très important auprès des militants au moment de la crise du MPF et de la création de l’ACO.

8 On peut citer en particulier, une messe du travail à l’occasion du 1er mai, la célébration des communions solennelles avec un rassemblement des jeunes et de leurs parents à la foire commerciale de Lille le Lundi de Pentecôte 1958, en présence du cardinal Liénart, une procession aux flambeaux en l’honneur de la Vierge Marie, un « Train de la Mission » pour le pèlerinage à Lourdes, un concert du père Duval au Palais des sports, une fête de clôture avec cérémonie d’engagement présidée par le cardinal à la cathédrale. Il y a également toute une action d’information entreprise avec la diffusion du journal EQUEL (Église qui est à Lille)...

9 La question serait à creuser.

10 Lettres aux prêtres portant sur l’organisation du diocèse, en vue d’une pastorale d’ensemble, 1956 et 1960, (ADL).

Índice de ilustraciones

Título Répartition par âge au 30-11-60
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2310/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 84k
Título Répartition du clergé en activité
Leyenda * Divers : Administration, prêtres étudiants, prêtres au repos, missionnaires diocésains
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2310/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 15k

Autor

Université catholique de Lille

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540