Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Deuxième partie : cultures et sensibilités

L’école dans le Nord-Pas-de-Calais

Reconstruction et mutations 1945-1958

Philippe Marchand

Texte intégral

  • 1 Loi du 21 septembre 1951 permettant d’attribuer des bourses nationales jusque-là réservées aux élèv (...)
  • 2 Prolongation de l’obligation scolaire jusqu a 16 ans, distinction des études secondaires en cycles, (...)

1S’il est une année qui n’a pas grande signification dans l’histoire de l’enseignement pendant la seconde moitié du XIXe siècle, c’est bien l’année 1958. Pas de grande réforme en cours ! Le dernier projet, le projet Billères, a été enterré en juillet 1957. Deux raisons peuvent cependant justifier un arrêt sur cette année 58. Sur le plan national, elle clôt une période qui a vu le rejet, en 1947, du plan Langevin - Wallon conçu pour apporter de réelles solutions aux problèmes de l’École, l’instauration de l’aide à l’enseignement privé1 et enfin, aspect beaucoup moins connu, la reconstruction de l’appareil éducatif malmené pendant les années de guerre et confronté à partir des années 50 aux premiers effets de la croissance démographique. En même temps, en 1958, nous sommes à la veille des grandes réformes des premières années de la Cinquième République substituant à l’organisation compartimentée de l’École en trois ordres, le primaire, le secondaire et le supérieur, un véritable système éducatif avec l’espoir de réaliser la démocratisation de l’enseignement tout en trouvant des solutions à l’explosion scolaire2.

  • 3 Ce plan nous expose à quelques répétitions.

2L’arrêt sur l’année 1958 permet donc de faire le point sur la situation des trois ordres d’enseignement public en prenant comme champ d’observation le Nord et le Pas-de-Calais depuis la Libération3. On nous reprochera sans doute le caractère approximatif de ces quelques pages. L’historien qui se penche sur ces années 1945-1955 se trouve en effet confronté dans le cas de notre région à un problème de sources. Ces années ont généré beaucoup de sources, en particulier sur la reconstruction et la rénovation du réseau des établissements d’enseignement. Elles sont difficilement accessibles faute d’inventaires détaillés permettant d’aller directement aux documents exploitables pour notre sujet. Beaucoup de documents ont aussi été détruits lors de déménagements des inspections académiques des deux départements.

  • 4 L’académie de Lille 1955-1965, Lille, 1965, 242 p.

3Il faut se féliciter de l’initiative du recteur Guy Debeyre qui, en 1965, fait publier un volume retraçant l’histoire de l’académie de Lille de 1955 à 19654. C’est une mine d’informations qui malheureusement, ne remonte pas avant 1955. De plus, jusqu’en 1962, les données concernant le primaire et le secondaire sont totalisés au niveau de l’académie soit des cinq départements qui la composent. Enfin signalons l’intérêt des publications de l’INSEE que nous avons amplement utilisées.

  • 5 On peut faire la même remarque pour les autres périodes.
  • 6 Cf. la présentation de ce programme par Bernard Ménager, « La reconstruction des villes du Nord-Pas (...)
  • 7 Auteurs : Muriel Verron (Arras), Emmanuel Mégret (Boulogne-sur-Mer), JeanFrançois Machon (Cambrai), (...)

4Les difficultés d’accès aux sources peuvent expliquer le désintérêt pour l’histoire de l’enseignement dans le Nord-Pas-de-Calais pour la période qui nous intéresse. En atteste le silence sur ce sujet dans les volumes de la collection Histoire des Villes publiée par les Éditions des Beffrois5 et, surtout, l’absence de mémoires de maîtrise consacrés à l’histoire de l’enseignement sous la Quatrième République. On citera cependant les mémoires de maîtrise préparés sous la direction de Bernard Ménager dans le cadre d’un programme de recherches sur la reconstruction des villes au lendemain de la guerre6. On peut glaner quelques informations dans les mémoires consacrés à Arras, Boulogne-sur-Mer, Cambrai, Douai et Dunkerque7.

  • 8 L’académie de Lille est réduite à deux départements par le décret du 12 décembre 1961 créant l’acad (...)
  • 9 Sur ces trois recteurs, on se reportera à Jean-François Condette, Les recteurs de l’académie de Lil (...)

5Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut rappeler que les départements du Nord et du Pas-de-Calais font partie pendant la période considérée de la « grande » académie de Lille créée par la loi du 14 juin 1854 regroupant outre les deux départements cités l’Aisne, les Ardennes et la Somme8 Trois recteurs s’y succèdent : Paul Duez, 1940-1946, Michel Souriau (1946-1955) et Guy Debeyre (1955-1977)9.

L’enseignement primaire

  • 10 Dunkerque et Boulogne-sur-Mer sont pratiquement rasées à 100 %.
  • 11 Expression utilisée par les membres du Comité départemental des constructions scolaires le 10 novem (...)
  • 12 France-Illustration – Monde-Illustré, 8, 15 et 22 octobre 1949.
  • 13 Annuaire statistique Régional, Lille, INSEE, Édition 1951, p. 89.

6Au lendemain du second conflit mondial, l’urgence est la remise en état du réseau des écoles maternelles et des écoles primaires. Si la situation générale est moins grave qu’en 1919, les destructions n’en sont pas moins importantes avec plus de 700 salles de classe totalement détruites. Dans les villes côtières (Boulogne-sur-Mer, Calais et Dunkerque10)) et dans plusieurs villes de l’intérieur (Douai, Maubeuge, Valenciennes) sévèrement touchées par les opérations militaires de mai-juin 40, par les bombardements aériens et par les combats de la Libération, des locaux de fortune et des baraquements provisoires vont accueillir les élèves pendant plusieurs années. Il faut aussi tenir compte du vieillissement du réseau scolaire hérité de la Troisième République auquel viennent s’ajouter les écoles des compagnies minières nationalisées. Or, comme le déplorent les membres des comités départementaux des constructions scolaires, leur état laisse souvent à désirer. La situation « particulièrement tragique »11 des départements du Nord et du Pas-de-Calais en matière d’équipement scolaire dans les années qui suivent la Libération retient l’attention des journalistes de France-Illustration – Monde Illustré qui lui consacrent plusieurs articles12. À ces difficultés s’ajoute à partir de 1951-1952 l’arrivée dans les classes maternelles et primaires des enfants du « baby-boom ». Rappelons que le nombre de naissances qui dans le Nord et le Pas-de-Calais était de 51 573 en 1944 passe à 78 796 en 1946 et 82 016 en 194913. Les effectifs du premier degré qui avaient chuté pendant la guerre repartent à la hausse à partir de 1951-1952. En 1953-1954, ils dépassent de quelques 22 000 unités ceux de 1939.

Effectifs du premier degré public

Années

Nord

Pas-de-Calais

Total

1938-1939

247,2

174,7

421,9

1950-1951

212,6

165,4

378

1951-1952

223,9

174,1

398

1952-1953

237,8

180,4

418,2

1953-1954

259,3

191

444,3

1954-1955

272,7

202

474,7

1955-1956

292

213,3

505,3

1956-1957

303

223,5

532,5

1957-1958

324,6

233,7

558,3

1958-1959

342,6

242,6

585,2

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif, 1960 - Unité : 1 000, p. 168.

7C’est à la rentrée d’octobre 1954 que le flux des générations atteint la classe de cours moyen. Pour cette seule rentrée, les services académiques estiment que 400 classes supplémentaires sont nécessaires. Aussi, des années 1950 à 1958, a-t-on beaucoup construit et rénové. Les inaugurations d’écoles et surtout de groupes scolaires regroupant école maternelle, école de filles et école de garçons font la une des journaux locaux.

  • 14 Les comités départementaux dénoncent aussi les lenteurs de l’administration centrale dans l’attribu (...)

8En 1958, la situation matérielle s’est nettement améliorée. Les classes où il fallait souvent entasser plus de cinquante élèves sont en voie de disparition. Les efforts ont également porté sur la création de centres médico-scolaires et de terrains de sport. Les logements de fonction ont aussi bénéficié de l’attention des autorités. Des points noirs subsistent en particulier dans les secteurs fort urbanisés. Les centres urbains intra muros perdent leurs habitants au profit des banlieues disposant de terrains constructibles où poussent HLM et lotissements de maisons individuelles. Dans les nouveaux quartiers qui se multiplient, il faut, souvent dans l’urgence, construire des écoles. Pour financer les travaux, les municipalités ont recours à l’emprunt ce qui n’est pas sans conséquences sur l’équipement des nouvelles écoles. Dans son rapport sur l’année scolaire 1957-1958, l’inspecteur d’académie du Nord signale que les municipalités qui font de gros efforts pour la rénovation et/ou la construction de nouveaux locaux scolaires doivent payer de lourdes annuités d’emprunt au détriment de l’achat du matériel éducatif qui manque dans de très nombreuses classes14.

9Pendant les années 1950-1958, le fonctionnement de l’enseignement primaire dans le Nord et le Pas-de-Calais souffre d’un handicap : la pénurie de personnel. Aux conséquences du conflit, surtout sur le personnel masculin, il faut ajouter la suppression des écoles normales par le régime de Vichy. Cette mesure a incontestablement été préjudiciable au recrutement de personnel en nombre et en qualité. Le décret du 8 juin 1946 ouvrant le recrutement d’élèves - maîtres et d’élèves - maîtresses aux titulaires du baccalauréat admis directement après un concours en stage de formation professionnelle ne donne pas pour notre région les effets escomptés. Pour pallier la pénurie de personnel, les autorités académiques ont massivement recours à l’auxiliariat sollicité par le biais des petites annonces dans les journaux.

10Dès 1952, les autorités académiques suggèrent la création d’une nouvelle école normale dans le département du Nord. Elles finissent par obtenir du ministère, mais non sans mal, l’autorisation d’implanter, deux classes de formation professionnelle à Lille. Ouvertes en octobre 1955, elles dépendent administrativement des écoles normales de filles et de garçons de Douai et ont comme objectif de faciliter le recrutement de maîtres compétents dans le secteur de Lille-Roubaix-Tourcoing, « riche en bacheliers mais déficitaire en maîtres qualifiés ». Trois ans plus tard, pour développer son recrutement, le Centre de Lille des écoles normales du Nord ouvre deux classes préparant à la deuxième partie du baccalauréat.

  • 15 AD Nord 1 N Rapport de l’inspecteur d’académie pour l’année scolaire 1957-1958 dans Conseil général (...)

11En dépit de l’appel aux auxiliaires et de l’ouverture du Centre de Lille, la pénurie de personnel subsiste encore en 1958 et de nombreuses classes ont toujours des effectifs élevés. En conclusion de son rapport de l’exercice de 1957-1958, l’inspecteur d’académie du Nord constate : « Les conditions de travail du personnel enseignant ont encore été difficiles cette année ».15.

12Ce tableau rapide de la situation de l’enseignement primaire dans le Nord et le Pas-de-Calais ne serait pas complet si on n’en signalait pas deux caractères originaux. C’est tout d’abord « le grand prestige » dont jouit le certificat d’études primaires auprès des populations locales. Le nombre de candidats venant de l’enseignement du second degré, l’importance des sessions pour adultes montre qu’il garde une réelle valeur. En second lieu, c’est le succès des cours complémentaires dont le nombre :

Nombre de cours complémentaires publics

Années

Nord

Pas-de-Calais

Total

1959-1951

79

31

110

1955-1956

89

35

124

1958-1959

92

37

129

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif, 1960, p. 167-168

13et les effectifs sont en augmentation constante.

Effectifs des cours complémentaires publics, p. 174

Années

Nord

Pas-de-Calais

Total

1950-1951

8 026

6 269

14 295

1951-1952

8 235

6 417

14 662

1952-1953

8 065

6 805

14 870

1953-1954

8 593

7 150

15 743

1954-1955

9 026

7 723

16 749

1955-1956

9 993

9 187

19 180

1956-1957

12 396

9 519

21 915

1957-1958

13 558

12 030

25 588

1958-1959

16 752

13 413

30 165

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif 1960-Unité : nombres absolus, p. 174

14Ce succès s’explique, en plus de la préparation aux écoles normales et aux petits concours administratifs, par leur adaptation aux exigences locales. En même temps, les rapports des inspecteurs d’académie signalent que beaucoup d’élèves poursuivent leurs études au-delà de la troisième pour tenter de passer le baccalauréat moderne prime. Cette présence dans les cours complémentaires d’élèves se destinant à enseignement long peut surprendre. Elle s’explique par des circonstances locales comme l’éloignement d’un établissement du second degré, mais aussi par les difficultés d’accueil que connaît cet enseignement.

15Les cours complémentaires souffrent eux aussi d’une réelle pénurie de personnel spécialisé. L’ouverture en 1955 d’une section académique de formation des maîtres de cours complémentaires au Centre de Lille des écoles normales du Nord, puis la mise en place, en 1957-1958, du système de la liste d’aptitude permettant aux maîtres du primaire de subir un concours spécial portant sur leurs connaissances et leurs aptitudes pédagogiques, contribuent à améliorer la situation.

L’enseignement secondaire

  • 16 Lycée Watteau, Notre lycée 1939-1945 : historique et témoignages, Valenciennes, 1995, deuxième édit (...)

16Les lycées et les collèges ont eux aussi payé un lourd tribut à la guerre. De nombreux établissements ont été totalement ou partiellement détruits par les bombardements. D’autres ont été occupés pour servir d’hôpitaux (lycée de jeunes filles de Douai), de prisons (lycée de jeunes filles de Valenciennes), de caserne puis de centre d’internement (collège de garçons de Boulogne) et ont été l'objet de dévastations et de pillages systématiques. Une lettre de la directrice du lycée de jeunes filles de Valenciennes donne une idée de la situation qui est celle de bon nombre d’établissements : « Extérieurement, le lycée est presque intact ; il y manque quelques carreaux. À l’intérieur, c’est une dévastation totale [...] En dehors des grands travaux de maçonnerie, eau, gaz, électricité, lavabos, waters, serrures et poignées de portes, menuiserie, chauffage central, tout est à refaire pour remettre les bâtiments en état d’habitabilité16 ».

  • 17 Jean-Pierre Dournel, Mariette : 1835-1985 ; histoire d'un lycée, Boulogne, Imprimerie du Littoral, (...)

17Les travaux de remise en état du réseau secondaire vont s’étaler sur une dizaine d’années car les villes doivent faire face à d’autres priorités et la participation de l’État au titre des dommages de guerre se fait souvent attendre. Le cas du collège Mariette de Boulogne-sur-Mer est exemplaire à cet égard. Les travaux de reconstruction de l’aile droite du collège détruite par les bombardements de la Libération sont interrompus en 1947 faute des sommes nécessaires au règlement des travaux. Ils ne reprennent qu’en 1950, la ville devant recourir à un lourd emprunt pour financer la part qui lui revient17. La réfection de la toiture connaît le même sort. Commencée en 1949, elle est interrompue faute de crédits en 1952.

18On peut considérer que la situation est redevenue normale en 1958. Mais pour quelques établissements accueillants, combien de lycées et de collèges vétustes, inadaptés pour l’accueil d’une population scolaire en croissance continue. On peut citer comme exemple de cette situation le lycée Faidherbe de Lille, le plus important de l’académie, et, en particulier, son second cycle, toujours installé dans les bâtiments inaugurés en novembre 1854.

19Comme le montre le tableau placé en annexe, le réseau secondaire public était resté stable pendant l’entre-deux-guerres. Qu’en est-il en 1958 ? On peut tout d’abord relever des modifications de structure. Les collèges de garçons et de filles de Cambrai ont accédé au rang de lycées. À Dunkerque, les deux collèges de filles et de garçons sont en un premier temps jumelés puis transformés en lycée mixte. La mixité est instituée dans les collèges de Bavay et de Maubeuge jusque-là exclusivement masculins.

20Mais surtout, la croissance des effectifs à partir de la rentrée 1954-1955 rend urgente la création de nouveaux établissements en particulier dans le bassin minier et dans l’agglomération lilloise. Dans le bassin minier, des lycées sont ouverts à Hénin-Liétard, à Lens, à Bruay-en-Artois, établissements auxquels vient s’ajouter pour le Pas-de-Calais un lycée à Saint-Pol-sur-Ternoise. Le Pas-de-Calais jusqu’alors sous-équipé commence à rattraper son retard. Dans l’agglomération lilloise, le lycée de Faidherbe de Lille ouvre deux annexes, l’une à Marcq-en-Baroeul, l’autre à Haubourdin.

  • 18 Dans ce tableau ne sont pas comptabilisés les effectifs des classes primaires des lycées soit 7 054 (...)

Effectifs de l’enseignement secondaire public. Classes secondaires18

Années

Nord

Pas-de-Calais

Total

1950-1951

12 709

5 994

18 703

1951-1952

13 333

5 260

18 593

1952-1953

13 951

6 560

20 511

1953-1954

14 809

6 915

21 724

1954-1955

16 045

7 590

23 635

1955-1956

16 979

8 848

25 827

1956-1957

18 627

9 414

28 041

1957-1958

19 892

10 830

30 722

1958-1959

22 008

12 159

34 167

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif 1960, p. 180.

21L’augmentation des effectifs des lycées et collèges ne doit pas dissimuler le retard dont souffre la scolarisation secondaire dans le Nord-Pas-de-Calais. En 1956-1957, alors que le taux moyen d’élèves scolarisés dans le secondaire par rapport aux effectifs totaux du premier et du second degré atteint 9,3 % au niveau national, il n’est que de 7 % dans le Nord pour tomber à 5,1 % dans le Pas-de-Calais. Si ce taux est aussi élevé chez les filles que chez les garçons au niveau national (9,3 % pour les filles, 9,2 % pour les garçons), il présente un écart important dans nos deux départements. Dans le Nord, ce taux est de 7,3 % pour les garçons contre 6,3 % pour les filles. Dans le Pas-de-Calais, l’écart est beaucoup plus important : 6,1 % pour les garçons, 4 % seulement pour les filles. Au total en 1958, il reste beaucoup à faire pour que le niveau moyen des études secondaires dans le Nord-Pas-de-Calais rattrape le niveau national.

22Lycées et collèges souffrent aussi, comme les écoles primaires, de la pénurie d’enseignants qualifiés. Les autorités académiques font massivement appel à l’auxiliariat qui en 1958 représente 28 % du corps enseignant. Certaines années, les candidatures de maîtres auxiliaires s’avèrent insuffisantes pour combler les vides. La création des Instituts de préparation aux enseignements du second degré en 1956-1957 à la Faculté des Sciences et à la Faculté des Lettres est chaleureusement accueillie.

L’enseignement supérieur

  • 19 Devenue Faculté de Droit et des Sciences économiques par le décret du 26 août 1957.
  • 20 Faculté des Lettres et Sciences humaines en 1957.
  • 21 Sur situation de l’Université de Lille à la Libération, cf. Jean-François Condette, La Faculté des (...)

23Si pendant les jours difficiles de l’Occupation, la ville de Lille a subi de lourds bombardements, les quatre facultés du Quartier latin - médecine et pharmacie, droit19, lettres20, sciences - formant l’Université de Lille n’ont pas eu à souffrir de destructions matérielles à l’exception des pillages et des dégradations commises par l’occupant en particulier à la Faculté des Sciences. En revanche, les bâtiments extérieurs tels l’Institut de mécaniques des fluides, l’Institut de stomatologie, l’Institut de médecine légale et sociale et la Cité universitaire situés près d’objectifs militaires ont été touchés par les bombes21.

  • 22 Cf. Jean-François Condette, op. cit., p. 375.
  • 23 Les chiffres donnés par l’Annuaire statistique régional, édition 1951, p. 135 les étudiants inscrit (...)

24Curieusement, les effectifs des quatre facultés avaient connu une réelle croissance passant de 2 365 étudiants en 1940-1941 à 5 360 en 1944-194522. De la Libération à l’année universitaire 1954-1955, les effectifs restent relativement stables ne dépassant pas la barre des 6 000 étudiants23. Les choses changent à partir de l’année 1955-1956 qui marque le début d’une formidable croissance.

Nombre d'étudiants par faculté à l’Université de Lille 1950/1951 – 1960/1961

Nombre d'étudiants par faculté à l’Université de Lille 1950/1951 – 1960/1961

Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1960, p. 183 - L’Académie de Lille 1955-1965, p. 64, p. 72, p. 79, p. 89.

  • 24 INSEE, Annuaire rétrospectif, 1960, p. 199. Le Nord figure dans les départements dont le rapport se (...)

25À la rentrée de novembre 1958, près de 11 000 étudiants et étudiantes sont inscrits dans les quatre facultés ce qui représente une augmentation de près de 50 % depuis 1950-1951. Cette croissance qui n’en est qu’à ses débuts ne doit cependant dissimuler un fait important : la faiblesse du taux de scolarisation au-delà du baccalauréat dans le Nord et surtout dans le Pas-de-Calais. Une enquête réalisée à la rentrée de l’année 1954-1955 par le Bureau Universitaire de la Statistique sur l’origine géographique des étudiants montre que le Pas-de-Calais compte le plus faible rapport d’étudiants à la population des 20-29 ans soit moins de 10 étudiants pour 1 000 personnes se situant dans cette tranche d’âge24.

  • 25 Cf. Guy Debeyre, « L’expansion universitaire dans la région depuis la seconde guerre mondiale » dan (...)

26Cela ne va pas sans poser de problèmes au niveau des infrastructures. En effet, dans les années 1950, les quatre facultés sont encore dans les bâtiments édifiés au temps de Géry Legrand. Ils s’avèrent vétustes et inadaptés pour l’enseignement et la recherche. Pour remédier à toutes les difficultés qu’engendre cette situation, les recteurs Souriau et Debeyre sont à l’origine de travaux d’importance qui modifient en profondeur le tissu universitaire lillois25.

27Des projets envisagés dans les années précédant la guerre sont repris et menés à bien. Ils concernent la Faculté mixte de Médecine et de Pharmacie et la Faculté de Droit. Les locaux de la Faculté de médecine construits en 1884 étaient devenus dès l’entre-deux-guerres insuffisants. Conscient de cette situation, le professeur Oscar Lambret envisage dans les années précédant la guerre le regroupement en un même lieu de l’équipement hospitalier lillois et d’une faculté agrandie et modernisée. La construction de cet ensemble retardée du fait de la guerre est à l’ordre du jour dès la Libération venue. Le 3 octobre 1953, on inaugure la Cité hospitalière que la faculté de médecine et de pharmacie rejoint en 1954 non sans mal. Il faut en effet toute l’énergie du recteur Souriau et du doyen Combemale pour que la faculté ouvre ses portes à cette date. Ainsi se trouve constitué ce qu’avait envisagé Oscar Lambret : un vaste ensemble hospitalo-universitaire précurseur des CHU de la réforme Debré. Le jumelage étroit Faculté - Hôpital n’est cependant complètement réalisé qu’en 1957 - 1958 avec l’installation des hôpitaux de la Charité et Saint-André. Tous les services de clinique à l’exception de ceux d’obstétrique et de rhumatologie sont regroupés dans le même ensemble qui devient un formidable outil au service des étudiants, des enseignants et de la population. Un Institut de Stomatologie dont la construction, démarrée en 1956, est achevée en 1960 vient le compléter.

28On assiste au même scénario avec le Faculté de Droit. S’estimant trop à l’étroit dans les locaux occupés avec ceux de la Faculté des Lettres depuis 1895, le doyen Paul Duez projette en 1937 de construire une nouvelle faculté sur des terrains disponibles dans le quartier Saint-Sauveur, non loin de l’ancienne Foire Commerciale. Le projet de Paul Duez, ajourné par la guerre, est repris en 1946. Le 23 octobre 1948, la nouvelle Faculté de Droit est inaugurée. Jugés trop vastes par quelques personnalités parisiennes, les nouveaux bâtiments s’avèrent rapidement insuffisants. La création de nouveaux enseignements, la mise en place du nouveau régime de la licence en droit rendent rapidement nécessaires un premier agrandissement des locaux. Les travaux commencés en 1956 s’achèvent en 1957.

29Le départ de la Faculté de Droit en 1948, puis celui de l’Office du baccalauréat, installé dans l’ancienne faculté de pharmacie, apportent un peu d’espace aux littéraires. Ce départ s’accompagne d’importants travaux de rénovation, d’agrandissement et de modernisation. À la veille de la rentrée universitaire, le 4 octobre 1953, les travaux menés de main de maître par le doyen Louis Jacob sont achevés. Le dédoublement des étages donnant sur la cour intérieure et la construction d’une tour de trois étages à l’intérieur de cette cour permettent de mettre en service 40 salles de cours, trois amphithéâtres et des bureaux pour le corps enseignant. Professeurs et étudiants sont au large, pas pour longtemps.

  • 26 Le terrain d’aviation n’étant nullement déclassé et l’autorité militaire réclamant son extension, l (...)
  • 27 L’installation à Phalempin entraînant la disparition de la seule partie boisée de l’agglomération l (...)

30Le sort de la Faculté des Sciences est beaucoup moins heureux. Les bâtiments avaient été construits entre 1890 et 1895 à l’époque où la faculté ne comptait pas plus d’une centaine d’étudiants. Ils sont 1 808 en 1955. Lors de la célébration de son premier centenaire en 1955, le recteur Souriau affirme qu'elle est depuis 25 ans la moins bien servie des quatre facultés lilloises. La surélévation des bâtiments anciens, la construction de bâtiments provisoires dans les espaces encore libres sont loin de suffire aux besoins d’effectifs toujours croissants. Les plaintes des étudiants et du corps enseignant finissent par être entendues. Dès son arrivée à la tête de l’académie, Guy Debeyre comprend que la seule solution d’avenir est de la « transporter » en dehors de Lille pour en faire un vaste complexe scientifique préservant l’avenir de l’enseignement et de la recherche, servant aussi de moteur à l’expansion économique régionale. Ce projet soulève une levée de boucliers dès lors qu’il est question de trouver l’emplacement de la future cité scientifique. En un premier temps, le choix se fixe sur la commune de Bondues26, puis sur celle de Phalempin27. Finalement, c’est un terrain situé aux confins des communes d’Ascq, d’Annappes et de Lezennes qui est retenu. Inscrits par le ministère de l’Éducation nationale en tête du plan - programme de 1956-1961, les travaux ne commenceront qu’en 1964 alors que la réflexion d’une opération de même type pour la faculté des Lettres est en cours. La mutation de l’espace universitaire lillois change d’échelle.

31Pendant cette période, d’autres réalisations sont menées à bien, les unes pour abriter de nouveaux services universitaires (le Centre pédagogique régional, le Centre régional de documentation et d’équipement pédagogique), les autres pour améliorer les conditions de vie de la population étudiante (construction de la résidence Georges Lefevre, restaurant universitaire U2).

  • 28 L’académie de Lille, op. cit., p. 5.

32À travers ces quelques pages, dont il faut espérer quelles susciteront des recherches plus approfondies sur des années mal connues, on devine l’ampleur de la tâche accomplie de 1945 à 1958 pour reconstruire le réseau éducatif de nos deux départements durement touchés par la guerre et en proie aux premiers effets de la massification scolaire. Certes, en 1958, on pouvait regretter des taux de scolarisation inférieurs aux moyennes nationales. On pouvait aussi regretter des classes encore surchargées, la vétusté de quelques établissements secondaires, la pénurie d’enseignants. En dépit de ces quelques zones d’ombre l’académie était en ordre de marche pour affronter les années de « tempête continuelle »28 qui, au milieu de l’explosion scolaire et des réformes successives devaient atteindre successivement le premier degré, le second degré et enfin l’enseignement supérieur et modifier en profondeur notre territoire académique.

Annexes

Annexes

1. Le réseau secondaire public dans le département du Nord 1914, 1939, 1951, 1958

1. Le réseau secondaire public dans le département du Nord 1914, 1939, 1951, 1958

c.g. : collège de garçons c.f. : collège de filles l.g. : lycée de garçons c.s.f. : cours secondaire féminin c.f : collège de filles l.f. : lycée de filles c.m collège mixte l.m. : lycée mixte

2. Le réseau secondaire public dans le département du Pas-de-Calais 1913, 1939, 1951,1958

2. Le réseau secondaire public dans le département du Pas-de-Calais 1913, 1939, 1951,1958

c.g. : collège de garçons c.f. : collège de filles l.g. : lycée de garçons
c.s.f. : cours secondaire féminin c.f : collège de filles l.f. : lycée de filles
c.m collège mixte l.m. : lycée mixte

3. Nombre d’étudiants par faculté à l’Université de Lille 1940/1941 - 1949/1950

3. Nombre d’étudiants par faculté à l’Université de Lille 1940/1941 - 1949/1950

Source : Annuaire statistique régional, 1951, p. 135.

4. Nombre d’étudiants par faculté à l’Université de Lille 1955/1956 - 1960/1961

4. Nombre d’étudiants par faculté à l’Université de Lille 1955/1956 - 1960/1961

Source : L'Académie de Lille 1955-1965, p. 64, p. 72, p. 79, p. 89.

Notes

1 Loi du 21 septembre 1951 permettant d’attribuer des bourses nationales jusque-là réservées aux élèves fréquentant les établissements publics aux élèves des établissements privés.

2 Prolongation de l’obligation scolaire jusqu a 16 ans, distinction des études secondaires en cycles, création des collèges d’enseignement secondaire, réforme des études supérieures. Toutes ces réformes se font de 1959 à 1964, en particulier sous les ministères Berthoin (1er juin 1958 - 8 janvier 1959) et Christian Fouchet (7 décembre 1962 - 8 avril 1967).

3 Ce plan nous expose à quelques répétitions.

4 L’académie de Lille 1955-1965, Lille, 1965, 242 p.

5 On peut faire la même remarque pour les autres périodes.

6 Cf. la présentation de ce programme par Bernard Ménager, « La reconstruction des villes du Nord-Pas-de-Calais après la seconde guerre mondiale », Revue du Nord, tome LXXXVII-n° 311, p. 615-645.

7 Auteurs : Muriel Verron (Arras), Emmanuel Mégret (Boulogne-sur-Mer), JeanFrançois Machon (Cambrai), Géraldine Hecquet (Douai) et Florence Bénédict (Dunkerque).

8 L’académie de Lille est réduite à deux départements par le décret du 12 décembre 1961 créant l’académie de Reims qui comprend les Ardennes et par le décret du 9 juin 1964 donnant naissance à l’académie d’Amiens qui se voit attribuer l’Aisne et la Somme.

9 Sur ces trois recteurs, on se reportera à Jean-François Condette, Les recteurs de l’académie de Lille XIXe et XXe siècles, Lille, CRDP, 2001.

10 Dunkerque et Boulogne-sur-Mer sont pratiquement rasées à 100 %.

11 Expression utilisée par les membres du Comité départemental des constructions scolaires le 10 novembre 1949 (Ad Nord 1 W 518301)

12 France-Illustration – Monde-Illustré, 8, 15 et 22 octobre 1949.

13 Annuaire statistique Régional, Lille, INSEE, Édition 1951, p. 89.

14 Les comités départementaux dénoncent aussi les lenteurs de l’administration centrale dans l’attribution des subventions de l’Etat.

15 AD Nord 1 N Rapport de l’inspecteur d’académie pour l’année scolaire 1957-1958 dans Conseil général du département du Nord Rapports des chefs de service

16 Lycée Watteau, Notre lycée 1939-1945 : historique et témoignages, Valenciennes, 1995, deuxième édition.

17 Jean-Pierre Dournel, Mariette : 1835-1985 ; histoire d'un lycée, Boulogne, Imprimerie du Littoral, 1985, p. 84.

18 Dans ce tableau ne sont pas comptabilisés les effectifs des classes primaires des lycées soit 7 054 élèves garçons et filles en 1957-1958.

19 Devenue Faculté de Droit et des Sciences économiques par le décret du 26 août 1957.

20 Faculté des Lettres et Sciences humaines en 1957.

21 Sur situation de l’Université de Lille à la Libération, cf. Jean-François Condette, La Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945 Une faculté dans l'histoire, Arras, Presses Universitaires du Septentrion, 1999, p. 400-401.

22 Cf. Jean-François Condette, op. cit., p. 375.

23 Les chiffres donnés par l’Annuaire statistique régional, édition 1951, p. 135 les étudiants inscrits dans les facultés de l’État et dans les Facultés catholiques.

24 INSEE, Annuaire rétrospectif, 1960, p. 199. Le Nord figure dans les départements dont le rapport se situe entre 13 et 15,9 pour 1 000.

25 Cf. Guy Debeyre, « L’expansion universitaire dans la région depuis la seconde guerre mondiale » dans Robert Vandenbussche (éd.), 1896-1996 Cent Ans d’Université lilloise, Lille, Centre d’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 18, 2000, p. 189-190.

26 Le terrain d’aviation n’étant nullement déclassé et l’autorité militaire réclamant son extension, le projet est abandonné.

27 L’installation à Phalempin entraînant la disparition de la seule partie boisée de l’agglomération lilloise, le projet est abandonné.

28 L’académie de Lille, op. cit., p. 5.

Table des illustrations

Titre Nombre d'étudiants par faculté à l’Université de Lille 1950/1951 – 1960/1961
Légende Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1960, p. 183 - L’Académie de Lille 1955-1965, p. 64, p. 72, p. 79, p. 89.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 1. Le réseau secondaire public dans le département du Nord 1914, 1939, 1951, 1958
Légende c.g. : collège de garçons c.f. : collège de filles l.g. : lycée de garçons c.s.f. : cours secondaire féminin c.f : collège de filles l.f. : lycée de filles c.m collège mixte l.m. : lycée mixte
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 2. Le réseau secondaire public dans le département du Pas-de-Calais 1913, 1939, 1951,1958
Légende c.g. : collège de garçons c.f. : collège de filles l.g. : lycée de garçonsc.s.f. : cours secondaire féminin c.f : collège de filles l.f. : lycée de fillesc.m collège mixte l.m. : lycée mixte
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 3. Nombre d’étudiants par faculté à l’Université de Lille 1940/1941 - 1949/1950
Légende Source : Annuaire statistique régional, 1951, p. 135.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 4. Nombre d’étudiants par faculté à l’Université de Lille 1955/1956 - 1960/1961
Légende Source : L'Académie de Lille 1955-1965, p. 64, p. 72, p. 79, p. 89.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteur

Université de Lille 3 - UMR CNRS IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540