Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Première partie : économie et société

Papeteries et cartonneries de la vallée de L’Aa à la fin des années 1950 : l’exemple des Cartonneries de Gondardennes

Ludovic Laloux

Texte intégral

1Fleuve côtier de 80 km, l’Aa prend sa source à Bourthes dans les collines de l’Artois, traverse Saint-Omer, se divise en plusieurs bras et s’écoule vers la mer du Nord. Au XIXe siècle, dans la partie méridionale de l’Audomarois, une centaine de moulins pour moudre de la farine fonctionnent sur ses rives. À cette époque, la conversion de plusieurs d’entre eux s’opère afin de constituer la force motrice de fabriques de papier qui constituent un centre majeur de la production de papier au nord de la France. Dans la vallée de l’Aa se développe également la fabrication de carton à l’enrouleuse, notamment pour des boîtes de chaussures ou de chapeaux, puis, à partir des années 1930, à l’onduleuse afin de réaliser des cannelures qui offrent un matériau renforcé.

  • 1 Anciens établissements Dambricourt constitués en 1896.

2En 1943-1944, les Allemands établissent dans la partie septentrionale de la France un ensemble de sites de lancement de V 1 et de V 2. Après les bombardements de la fin de l’été 1943 qui détruisent le vaste bunker d’Éperlecques destiné à la préparation des V 2, les Allemands décident de transformer le dépôt de fusées de Wizernes, destiné initialement à fournir le site d’Éperlecques, en une base de lancement de V 2 et établissent dans ce but une coupole constituée d’une dalle béton de sept mètres d’épaisseur et de 90 mètres de diamètres. Cette construction surplombe plusieurs papeteries et cartonneries établies en contrebas à Wizernes dans la vallée de l’Aa. Du 11 mars au 1er septembre 1944, l’aviation alliée effectue 28 bombardements de la coupole d’Helfaut en larguant 23 000 bombes, soit un total de 5 000 tonnes. Ces attaques aériennes détruisent de nombreuses maisons et entreprises sises aux alentours, parmi lesquelles la Société des papeteries de l’Aa1 et les Cartonneries de Gondardennes sises à Wizernes. Dans les environs comme à Wardrecques, diverses destructions intervenues lors du repli des forces d’occupation allemandes à la fin de l’été 1944 affectent d’autres entreprises qui produisent du papier et du carton.

  • 2 Marc de Ferrière le Vayer, De la fin des familles à la mondialisation - L'industrie papetière fran (...)

3Pour l’étude des années qui suivent, Marc de Ferrière le Vayer montre, dans son ouvrage De la fin des familles à la mondialisation – L’industrie papetière française depuis 1945, qu’à la fin des années 1950 ce secteur d’activité se situe à la charnière de deux phases : « Une première forme de reconstruction s’achève à la fin des années 1950, une adaptation aux nouveaux enjeux européens et mondiaux s’impose désormais »2. Parmi les papeteries et cartonneries de la vallée de l’Aa à cette époque, les Cartonneries de Gondardennes présentent l’intérêt d’être à la fois une papeterie et une cartonnerie. Par rapport à la réflexion de Marc de Ferrière le Vayer, il convient de s’interroger pour savoir si leur évolution correspond à la tendance nationale en ayant soin d’analyser l’ampleur de la reconstruction qui s’effectue, les ressources employées pour le fonctionnement des usines ainsi que les relations entre celles-ci.

Une reconstruction qui couvre toute la iv e république (1946-1958)

  • 3 Guy et François Caron, « Une sucrerie, une distillerie, une cartonnerie : histoire d’un site indus (...)

4Après la Deuxième Guerre mondiale, la production nationale de papier et de carton ne retrouve son niveau d’avant le conflit que vers 1952. En ce domaine, les entreprises de ce secteur d’activité de la vallée de l’Aa accusent un certain retard, imputable il est vrai aux destructions subies lors du conflit. Les démarches administratives en vue de procéder à la reconstruction s’échelonnent durant toute la IVe République, soit jusqu’en 1958. L’exemple des cartonneries de Gondardennes illustre bien des aspects des aléas rencontrés dans ce secteur d’activité industrielle. À l’origine, l’entreprise fut établie en 1897 à Wizernes. En 1911, les dirigeants de la société implantent une autre usine plus vaste, plus moderne et plus compétitive à Wardrecques sur une partie de l’emplacement de la distillerie Porion3. Les bombardements de 1944 évoqués ci-dessus détruisent totalement le site de Wizernes et les Allemands, au moment de leur retraite au début du mois de septembre 1944, incendient celui de Wardrecques, ce qui entraîne l’anéantissement des capacités de production. Pour l’essentiel, il n’y subsiste guère que quelques bureaux. En raison de l’ampleur des dégâts à Wizernes, la direction de l’entreprise décide de concentrer les efforts de reconstruction sur le seul site de Wardrecques. Celle-ci s’engage dès la fin du conflit.

5Parmi les facteurs qui conduisent à ne reconstruire que le site de Wardrecques figure le double intérêt de sa localisation en bordure du canal de Neuffossé, d’Aire-sur-La-Lys à Arques, et de sa desserte ferroviaire par un embranchement qui rejoint la voie ferrée de SaintOmer à Hazebrouck. Cette situation doit faciliter les livraisons de paille de la région et du reste de la France, ainsi que l’arrivée de charbon du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais nécessaire au fonctionnement de l’entreprise.

6Les travaux commencent à Wardrecques et la mise hors d’eau, effective le 25 août 1946, permet d’envisager l’avenir plus sereinement pour la mise en place des ateliers. Un groupe d’experts agréé par le ministère de la Reconstruction et de l’urbanisme vérifie en 1949 le rapport administratif prévu pour la reconstruction qui s’engage. Cependant, ce ministère procède à une contre expertise du dossier de dommages de guerre avec la nomination d’un nouvel expert. Ce dernier s’était déjà rendu auprès des Papeteries de l’Aa à Wizernes le 7 juillet 1949 pour une autre opération de contrôle des dommages de guerre au sein de cette entreprise. L’objet de la nouvelle expertise menée à Gondardennes est de constituer un dossier plus conforme aux normes administratives en vigueur. Plusieurs années s’avèrent nécessaires pour que les difficultés s’aplanissent progressivement. Parmi les problèmes rencontrés figure la commande d’une machine retenue à la frontière franco-belge pendant plusieurs mois pour des questions douanières indépendantes de l’entreprise, ce qui en pénalise sa production.

7Par une lettre datée du 10 novembre 1956, le secrétariat d’État à la Reconstruction et au Logement annonce la fin de l’instruction du dossier des dommages de guerre par l’administration. Toutefois, le transfert des indemnités du site de Gondardennes à Wizernes tarde à être effectif. En 1957, la situation semble se débloquer lorsque l’entreprise cède à la commune de Wizernes son terrain industriel de trois hectares et quatre autres parcelles. Cela devrait permettre de relancer les constructions de maisons. Pourtant, les tergiversations administratives persistent. Après moult échanges épistolaires, le 30 septembre 1958, le directeur de Gondardennes adresse un nouveau courrier au directeur des Dommages de guerre à propos du transfert et du changement d’affectation des indemnités relatives aux maisons ouvrières de son entreprise qui furent détruites à Wizernes lors des bombardements de 1944. Il s’agissait d’obtenir que les indemnités puissent être allouées au site de Wardrecques seul reconstruit au détriment de celui de Wizernes. En réponse, le ministère de la Construction adresse une lettre en date du 30 octobre 1958 qui accepte la décision de transfert et le changement d’affectation.

La préférence, de fait, accordée aux ressources et aux marchés locaux et nationaux

8Après la Deuxième Guerre mondiale, la reprise de la production passe par la reconstitution de la machine à onduler allemande Muller, installée initialement en 1936, et qui offre une largeur de 2,20 mètres. Prévue lors de son installation en 1918 pour produire du carton, une machine du constructeur belge Chantrenne, de 2,20 mètres également, est endommagée lors du deuxième conflit mondial. Après la guerre, reconstruite et transformée, elle fournit du papier. En réalité, il s’agit d’un papier carton qui sert à fabriquer le carton ondulé.

9Dans les années d’après-guerre, l’entreprise met une décennie pour retrouver son niveau de production d’avant le conflit. En 1954, avec 6088 tonnes de carton plat et 1947 tonnes de carton ondulé, la production totale atteint 8 035 tonnes mais elle croît d’un peu plus du quart entre 1954 et 1955. En effet, cette année-là dans un contexte national d’embellie de la fabrication avec 1 780 000 tonnes de cartons produites, 10675 tonnes de carton sortent des ateliers des Cartonneries de Gondardennes, dépassant le niveau de 10 598 tonnes atteint en 1938-1939. La situation s’améliore encore nettement au cours des années suivantes, ce qui s’explique surtout par l’augmentation de la production de carton ondulé. Pourtant, la production de 1957 ne progresse même pas de moitié par rapport au niveau atteint pendant les années 1938-1939, alors qu’en moyenne, en France, la production industrielle double. Il est vrai que l’empreinte de la guerre marque durablement l’entreprise :

Graphique : Cartonneries de Gondardennes : évolution des productions de papier carton et de carton ondulé (1954-1960)

Graphique : Cartonneries de Gondardennes : évolution des productions de papier carton et de carton ondulé (1954-1960)

Tableau 1 : Cartonneries de Gondardennes : statistiques de l’évolution des productions de papier carton et de carton ondulé (1954-1960)

Année

Production (tonnes)

Papier carton

Carton ondulé

Total

1954

6 088

1 947

8 035

1955

7 464

3 212

10 676

1956

7 841

4 444

12 285

1957

8 259

6 316

14 575

1958

8 152

6 796

14 948

1959

7 744

6 858

14 602

1960

8 442

8 914

17 356

Source : Cartonneries de Gondardennes, rapports des assemblées générales relatifs aux années 1954-1960.

10En 1956, la société procède à un triplement de son capital qui passe ainsi de 64 200 000 à 192 600 francs avec un actionnariat qui demeure familial à 100 %. Cette même année, une machine à papier et à carton est acquise d’occasion et s’ajoute à celle d’avant-guerre. Elle présente une largeur de 2,20 mètres. Machine reconstituée, machine reconstruite et transformée, machine d’occasion... ces éléments qui désignent le matériel s’expliquent par la difficulté pour l’entreprise de se fournir en matériel neuf. Il s’agit, il est vrai, de matériel particulièrement important et imposant. Pour du matériel plus modeste, il est procédé à des achats de produits neufs. Ainsi, en est-il en 1954 pour :

  • un hache-paille est acheté à l’entreprise Nexon (qui est un atelier de construction mécanique) installée à Limoges ;
  • un pulp-master, destiné à malaxer les vieux papiers récupérés pour les transformer en une pâte homogène, est acquis auprès de l’usine nantaise de la société anonyme Batignolles-Chatillon ;
  • un appareil récupérateur de pâte (récupérateur Sveen Pedersen) est acheté à une entreprise suédoise (Ingeniorsfirm Fliesberg à Stockholm) ;
  • un épurateur de pâte épaisse, système Voith type « A ». Il s’agit d’un appareil allemand fabriqué à Heidenheim (Brenz) et destiné à éliminer des impuretés grossières de pâte de vieux papier diluée à une densité maximale de 4,5 %. Passée le 9 décembre 1954, la commande est expédiée d’Allemagne le 10 février 1955.

11Le matériel en fonctionnement offre des capacités de production insuffisantes et ne permet pas de répondre à toutes les demandes à satisfaire. Les ventes sur les marchés étrangers jouent dans ces conditions le rôle d’amortisseur. Au milieu des années 1950, les exportations représentent environ un dixième de la production. Elles diminuent à hauteur de 5 % en 1956 et cessent en particulier de juillet à octobre à destination de la Grande-Bretagne en raison de la baisse des prix de vente dans ce pays et de la demande accrue sur le marché français. Ensuite, les exportations se réduisent en 1957, au point de disparaître pendant quelque temps cette année-là, avant de se situer à 0,5 % en 1958 :

  • 4 Cartonneries de Gondardennes, assemblée générale du 17 mai 1958 pour l’exercice de l’année 1957, r (...)

12La disparité constatée entre les productions de notre machine à papier carton et de notre machine à onduler a eu pour conséquence un allongement des délais de livraison de nos produits à notre clientèle et même l’obligation de suspendre nos exportations à l’étranger.4

  • 5 Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République - L’expansion et l’impuissance 1952-1958, (...)

13Cette tendance à la baisse rejoint le propos de Jean-Pierre Rioux qui s’interroge, pour l’époque, sur les liens entre prise en compte de la nouveauté et évolution de l’économie : « Serait-ce [...] parce que l’économie française est demeurée jusqu’en 1958 largement autarcique ?5 Apparaît ici en filigrane l’idée d’un secteur d’activité qui se recroqueville sur lui-même.

  • 6 Cession partielle le 5 août 1931 puis complète le 5 février 1932.

14Installé à Tourcoing depuis l’entre-deux-guerres, l’atelier de 1560m2 de l’Enrouleuse moderne du Nord, filiale des Cartonneries de Gondardennes depuis le début des années 19306 fabrique des produits qui tombent en désuétude, principalement des casquettes et des valises en simili cuir, et qui subissent une concurrence de plus en plus vive du carton ondulé puis du plastique ou d’autres matières. À la fin des années 1950, les bénéfices de l’Enrouleuse moderne du Nord diminuent, voire disparaissent. En découlent la vente du site en 1958 et le transfert, l’année suivante, des machines et équipements de Tourcoing à Wardrecques afin d’y poursuivre leur utilisation pour des productions plus usuelles. Le 5 août 1959, l’assemblée générale extraordinaire des Cartonneries de Gondardennes entérine la fusion par voie d’absorption de cette filiale, engagée depuis le 2 juillet précédent, qui est dès lors dissoute.

  • 7 Voir Charles Thomas, La paille cette méconnue, brochure, Roubaix, imprimerie Delannoy et Nivesse, (...)

15Le carton à base de paille demeure fabriqué avec des ressources de l’agriculture française. Outre les Cartonneries de Gondardennes, plusieurs entreprises françaises utilisent cette matière7 : les établissements R. Charbonneau & Cie à Corbeil-Essonnes pour des paillassons sulfatés pour des serres et des châssis, des emballages antichocs et isothermes, des cordes pour fonderie ; la Société générale des papeteries du Limousin à Saint-Junien pour des papiers de cannelure et de couverture destinés à être transformés en emballages carton ondulé ; la société Stramit à Puiseaux pour des panneaux agglomérés destinés à la construction.

16La paille qui arrive à Wardrecques provient, le plus souvent par voie ferrée, du Nord et du Pas-de-Calais mais aussi du Bassin parisien : de la Marne, de l’Eure et des environs de Pithiviers. La paille de blé constitue le meilleur produit. Toutefois, la paille d’avoine ou d’orge est parfois utilisée. La paille est une ressource abondante car la tige des céréales est alors longue, que la coupe est basse et que la paille demeure relativement peu utilisée pour la litière des animaux en raison de l’utilisation fréquente des prairies et non de la stabulation. Dans le domaine des ressources humaines, la main-d’œuvre masculine l’emporte nettement par rapport à la présence féminine :

Tableau 2 : Cartonneries de Gondardennes : jours de travail par an et évolution des effectifs du personnel (1957-1960)

Tableau 2 : Cartonneries de Gondardennes : jours de travail par an et évolution des effectifs du personnel (1957-1960)

Source : Cartonneries de Gondardennes, rapports des assemblées générales relatifs aux années 1957-1960.

17En fin d’année 1958 s’amorce une récession qui frappe les fabricants de cartons et de papiers avec une baisse notable des commandes. Elle se prolonge et s’accentue en 1959. Ces difficultés économiques expliquent, par rapport aux années antérieures, la diminution du nombre de jours ouvrés qui se produit en 1958 et qui s’amplifie en 1959.

Relations entre les entreprises de la vallée de l’Aa

18Établies à Wizernes, les Papeteries de l’Aa transmettent aux Cartonneries de Gondardennes leur dossier relatif à la reconstruction et aux dommages de guerre, notamment les courriers des experts chargés de contrôler l’entreprise au nom du ministère de la Reconstruction et de l’urbanisme. Ce geste témoigne de l’existence de liens de solidarité entre industriels qui se connaissent.

19Pour certains achats, les Cartonneries de Gondardennes se fournissent auprès d’Avot-Vallée, entreprise sise à Blendecques, du carton mixte, du goudron mixte chamois, du papier kraft bicolore et du papier kraft. Elles s’approvisionnent également en papier kraft auprès de la Cellulose du Pin. La Calaisienne, de son côté, leur livre de la pâte à papier. Les relations qui existent entre industriels des environs immédiats implantés à Blendecques, Wizernes et Wardrecques dépassent le cadre commercial et témoignent d’une certaine sociabilité entre entrepreneurs. Elles attestent l’existence d’un certain microcosme local, celui du secteur de la production de papier et de carton regroupé sur les quelques kilomètres de la vallée de l’Aa. La complémentarité l’emporte en fait sur la concurrence.

  • 8 En 1963, l’acquisition d’une nouvelle machine à onduler d’occasion d’un mètre trente de large pour (...)
  • 9 Archives des Cartonneries de Gondardennes, compte rendu de la réunion du conseil d’administration (...)

20Après avoir duré de la Libération jusqu’à la fin de la IVe République, la phase de reconstruction liée aux dommages de guerre touche à sa fin en 1958. À cette époque, des problèmes subsistent et il s’avère nécessaire, pour les machines les plus importantes de l’entreprise, de procéder à l’acquisition de matériel d’occasion8. L’outillage d’une envergure moindre est en revanche acheté neuf. Sans être euphorique, la situation s’améliore progressivement en cette fin des années 1950. Les responsables de l’entreprise constatent à ce moment-là : « Le carnet de commande est suffisamment garni.9

  • 10 Ainsi s’opère le constat suivant : « Ainsi que nous vous l’avons fait pressentir l’année passée, n (...)

21Toutefois, même si des liens étroits existent entre industriels et si domine le recours aux ressources régionales ou nationales pour les matières premières, la reconstruction paraît tardive avec un outil de production vieilli pour ses deux composantes principales qui datent de 1918 et de 1936 et ont subi les affres de la Deuxième Guerre mondiale. À la fin des années 1950, le matériel utilisé atteint ses limites de modernisation10. Il devient impératif, pour rester compétitif, d’investir dans du matériel neuf, mais les ressources financières manquent, notamment en raison du versement tardif des dommages de guerre. Ces différents points rejoignent les propos tenus, en 1966, par un certain Dobrow, représentant des papetiers américains aux négociations du Kennedy round qui s’est déroulé de mai 1964 à juin 1967 :

  • 11 Recueil mensuel d’information de la Copacel, no 23, mai 1966.

22« L’industrie papetière en France est dans un triste état : elle n’a pas confiance dans l’avenir ; les installations de production sont vieilles et il n’y a pas une capacité d’investissement suffisante pour un équipement moderne et concurrentiel »11.

Notes

1 Anciens établissements Dambricourt constitués en 1896.

2 Marc de Ferrière le Vayer, De la fin des familles à la mondialisation - L'industrie papetière française depuis 1945, Orléans, Editions ENP, 2006, 303 p., p. 32.

3 Guy et François Caron, « Une sucrerie, une distillerie, une cartonnerie : histoire d’un site industriel à Wardrecques », Généalogie 62, no 98, 2e trimestre 2008, 168 p., p. 103-116.

4 Cartonneries de Gondardennes, assemblée générale du 17 mai 1958 pour l’exercice de l’année 1957, rapport du conseil d’administration, 2 p., p. 1.

5 Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République - L’expansion et l’impuissance 1952-1958, Seuil, no 16, 1983, 384 p., p. 201.

6 Cession partielle le 5 août 1931 puis complète le 5 février 1932.

7 Voir Charles Thomas, La paille cette méconnue, brochure, Roubaix, imprimerie Delannoy et Nivesse, 2e édition, 1974, 32 p., p. 31.

8 En 1963, l’acquisition d’une nouvelle machine à onduler d’occasion d’un mètre trente de large pour des fabrications spéciales montre que, au cœur de la période dite des Trente glorieuses, l’entreprise ne possède pas encore les moyens de s’équiper avec du matériel neuf et vraiment compétitif.

9 Archives des Cartonneries de Gondardennes, compte rendu de la réunion du conseil d’administration des Cartonneries de Gondardennes du 27 septembre 1958.

10 Ainsi s’opère le constat suivant : « Ainsi que nous vous l’avons fait pressentir l’année passée, nous constatons que notre machine à papier carton, modernisée cependant autant que faire se pouvait, est arrivée à son maximum de rendement, et que seule, la mise en service d’une seconde machine pourra maintenant permettre d’élargir notre production. » Archives des cartonneries de Gondardennes, rapport du conseil d’administration pour l’assemblée générale du 11 mai 1957 des cartonneries de Gondardennes, 2 p., p. 1.

11 Recueil mensuel d’information de la Copacel, no 23, mai 1966.

Table des illustrations

Titre Graphique : Cartonneries de Gondardennes : évolution des productions de papier carton et de carton ondulé (1954-1960)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau 2 : Cartonneries de Gondardennes : jours de travail par an et évolution des effectifs du personnel (1957-1960)
Légende Source : Cartonneries de Gondardennes, rapports des assemblées générales relatifs aux années 1957-1960.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Auteur

Université de Lille 3 - UMR CNRS IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540