Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Première partie : économie et société

L’urbanisation dans le Nord en 1958

Thibault Tellier

Texte intégral

Introduction

1Est-il légitime d’aborder la question de l’urbanisation dans le Nord de la France du seul point de vue de l’année 1958 ? Si l’approche apparaît effectivement féconde selon l’axe de la chronologie politique, il en va différemment sur celui de l’histoire urbaine pour laquelle les évolutions s’apprécient essentiellement sur le moyen terme, voire sur le long terme.

2Néanmoins, l’année 1958 marque une date importante dans l’histoire urbaine contemporaine. Elle voit en effet l’arrivée au pouvoir d’un nouveau ministre de la Construction en la personne de Pierre Sudreau. Ce dernier signifie d’ailleurs le caractère fallacieux qu’il y aurait à engager une rupture fondamentale entre la Ve République et le régime précédent. Avant d’être le ministre du général de Gaulle, Sudreau a été commissaire à la Construction et à l’urbanisme pour la Région parisienne durant les dernières années de la IVe République.

3Autre moment clé de l’année 1958 du point de vue des questions urbaines, l’adoption du décret ministériel sur les zones à urbaniser en priorité, les ZUP ; décret ayant surtout pour but d’intensifier et de rationaliser l’effort de construction engagé depuis cinq ans, c’est-à-dire depuis l’adoption du Plan Courant en 1953.

4On l’aura compris : l’année 1958 doit ici être prise comme une année de transition au seuil de deux périodes marquant une séquence historique à part entière. De ce point de vue, les deux recensements de 1954 et 1962 offrent un balisage utile à l’explicitation de notre sujet. Ainsi, on verra que 1958 apparaît comme une année pivot, constituant le passage à une intensification des processus d’urbanisation en France comme dans la région.

5Si la périodisation retenue doit être appréhendée sur une séquence chronologique élargie, en revanche, le traitement de la question à l’échelon régional paraît tout à fait pertinent. Région industrielle classique qui connaît des mutations accélérées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Nord-Pas-de-Calais connaît également une évolution sensible en ce qui concerne la question urbaine. En particulier, la question du logement, qui sera centrale dans ce texte, continue à apparaître en 1958 comme un « point noir » de la modernisation de la région. Il est donc acquis que les nouvelles dispositions ministérielles proposées en 1958 pour accélérer les opérations destinées à l’amélioration de l’habitat serviront la cause nordiste.

6Le but de cette communication consiste donc à étudier, à partir d’une approche régionale, l’impact de l’année 1958 sur l’évolution des politiques urbaines entre les deux recensements de 1954 et 1962. Pour cela, notre exposé sera divisé en trois parties : tout d’abord, l’état de la construction dans la région en 1958 ; ensuite, le cas spécifique de la métropole lilloise ; enfin, l’élargissement des problématiques urbaines après 1958. Le but étant de montrer en quoi cette année peut être appréhendée comme un moment de transition essentiel dans la transformation progressive de la question du logement en une question urbaine à part entière.

7Afin de mener à terme cette étude, un certain nombre de fonds ont été consultés aux Archives départementales du Nord (ADN). C’est le cas en particulier de celui du Comité d’études et d’action économiques et sociales (CERES) fondé en 1953 et qui offre un panorama régional utile pour ce type d’étude.

L’état du logement en 1958 au plan régional

8La situation dans le Nord Pas de Calais ne diffère guère de celle constatée au plan national dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. La région du Nord, elle aussi, cumule un déficit important de logements dû à la fois aux destructions de guerre, au vieillissement du parc immobilier existant ainsi qu’à une pression démographique sans précédent. L’image des courées insalubres continue à caractériser encore dans une large mesure l’image du Nord à la fin des années 1950. Pourtant, dès la fin de la guerre, des initiatives locales ont été mises en œuvre, à commencer par celle impulsée par un jeune patron roubaisien, Albert Prouvost, qui lance dès 1943 l’idée des Comités interprofessionnels du logement (CIL) destinés à mettre un terme à la crise du logement dans la métropole lilloise. Le succès sera tel que très rapidement, les CIL vont acquérir un rayonnement régional puis national. Parallèlement, l’œuvre des offices HBM (Habitations à bon marché) puis HLM (Habitations à loyer modéré) continuent leurs actions au plan local.

  • 1 Il n’est d’ailleurs pas étonnant de ce point de vue que ce soit un élu régional, du Pas-de-Calais (...)

9Les efforts entrepris demeurent néanmoins nettement insuffisants pour prétendre à disposer d’un parc de logements moderne et accessible à tous les nordistes. La déclinaison régionale des Trente Glorieuses passe donc également par une accélération des dispositions permettant la production à plus grande échelle de logements adaptés à la demande sociale1

  • 2 « Besoins en logements au 1er janvier 1959 pour la région Nord-Pas-de-Calais », ADN, 80 J 103.

10Au plan régional, les études menées par le CERES estiment à près de 221 000, le nombre de logements qu’il faudra construire au seuil des années 1960, sachant que le nombre de ceux qui existent est estimé à 3352.

  • 3 Une étude réalisée par l’INSEE en 1954 révélait que 40 % des immeubles nordistes n’étaient pas équ (...)
  • 4 « Étude faite pour la période 1968-1975 sur les besoins de logement durant cette période », ADN, 8 (...)

11Parmi les principales causes concernant les besoins, figurent en premier lieu la cohabitation et le surpeuplement ; vient ensuite le nombre élevé des habitations en meublés et garnis (près de 20 000 personnes vivraient dans un peu plus de 8 000 garnis et hôtels) ; enfin, suit le nombre de logements insalubres (pour le Nord, ils sont évalués à 32000, soit 5 % du parc immobilier)3. Or, du point de vue de la construction, le chiffre atteint pour la région entre 1954 et 1958 n’a été que de 96273, soit un déficit de près de 125 000 logements4.

  • 5 Le plus mauvais chiffre sera atteint en 1960 avec seulement 6,4 % de la construction nationale. La (...)
  • 6 Commission de l’habitat. Inventaire des moyens de production de l’industrie du bâtiment de la régi (...)
  • 7 ADN, 80 J 103.
  • 8 Union féminine civique et sociale, Compte rendu du congrès régional du Nord du 29 mars 1960.

12Au déficit constaté, vient également s’ajouter ce que l’on pourrait appeler les déficits cumulés sur la période 1960-1970. Au premier rang desquels se trouve la croissance démographique. La traduction en terme de logements à construire est estimée à 116 000. Quant à la vétusté qui ne va guère cesser de s’étendre au cours de cette nouvelle décennie, elle requiert la prise en compte de près de 109 000 nouveaux logements. Enfin, estiment les observateurs du CERES, la poursuite du développement économique de la région Nord entraînera des nouveaux besoins en logements ; besoins estimés à 221 000. Ce qui fait en tout un besoin de 345 000 logements nouveaux à prévoir sur dix ans. Or, le taux annuel de construction tel qu’il apparaît dans les années 1956-1958 ne laisse envisager un rattrapage du retard qu’à l’horizon de 1976. À l’aube de 1958, le choix est donc parfaitement clair : si l’on veut véritablement mettre un terme à la crise du logement au plan régional, il est nécessaire de passer de 20 000 à 30 000 le nombre des mises en chantier annuelles. De ce point de vue, il est effectivement indéniable que notre région cumule un handicap par rapport à la moyenne nationale. En 1958, 20 555 logements sont terminés dans la région, 314 000 au plan national, ce qui représente donc pour le Nord un pourcentage d’environ 7 % alors même que la proportion était encore de 8,8 % en 19555. Dans une enquête publiée en 1962, le CERES révèle que les deux dernières années, la région est au 21e et dernier rang des régions économiques françaises pour ce qui est du rapport entre le nombre de logements terminés et la population urbaine : 55,8 logements terminés pour 1000 h contre 80,5 en moyenne nationale. Par ailleurs, autour de 1958, on constate également une irrégularité concernant la part des logements sociaux dans l’ensemble de la construction. Cela est particulièrement vrai pour le département du Nord avec une proportion de 17,5 % en 1957 contre près de 32 % en 1959 et à nouveau une baisse en 1961 avec un taux de 20,20 %6. Si les documents consultés se limitent à une présentation chiffrée, on peut néanmoins en déduire un certain type d’appréhension pour le recours à l’habitat collectif décliné à grande échelle. Le fait que l’année 1959 se traduise par un relèvement significatif peut de ce point de vue être en partie expliqué par le choix offert par le décret sur les ZUP mais qui peine à trouver, sur le moyen terme, un rythme progressif et régulier. Il faut par exemple attendre 1960 pour que la ville d’Arras ouvre un chantier de plus de 500 logements en une seule et même opération. Il reste néanmoins à trancher une question, celle de savoir quels types de logements il convient de construire. Faut-il s’en tenir à l’habitat nordiste traditionnel, la maison individuelle, ou au contraire, évoluer radicalement vers les constructions collectives reproduites à grande échelle ? Cette dernière hypothèse ne va toutefois pas de soi. Une étude datant d’août 1957 sur le Valenciennois en montre les limites. Les besoins y sont alors estimés à 109 000 logements. Comme il y en a 84 500 de disponibles, il faut en construire 24 500. L’étude qui est menée à ce sujet consacre un chapitre à la question : « Comment résoudre le problème ? ». Une enquête est réalisée auprès de 300 familles logées dans un immeuble collectif. La question posée est la suivante : si vous aviez le choix, votre préférence irait-elle à l’habitat individuel ou à l’habitat collectif ? Seuls 2 % répondent en faveur du collectif. 98 % sont pour l’individuel7. De nombreux rapports sociaux corroborent cette affirmation. La tenue du congrès régional de l’Union féminine civique et sociale pour la région Nord est l’occasion de faire un premier bilan du développement de l’habitat collectif dans la région, sachant que l’on n’y trouve guère de densités équivalentes à celles de la région parisienne. Toutefois, les constats sont à peu près équivalents. En particulier, il est question de la carence, dans les nouveaux « grands immeubles », de certains équipements sociaux, sans lesquels il ne pourra y avoir, selon les organisatrices, « de véritables cités fraternelles »8.

  • 9 Cela n’empêchera toutefois le débat de se poursuivre. En 1963, une étude du Bureau detudes et de r (...)

13L’habitat collectif va malgré tout prendre une part importante dans les projets mis en œuvre à partir de 19589. La métropole lilloise apparaît alors comme un territoire propice à ce type de développement étant donné la demande qui s’y fait sentir. Parmi les réalisations les plus notoires en matière d’habitat collectif, on relève notamment de 1957 à 1960 la construction du groupe Concorde à Lille même. Progressivement, c’est l’ensemble du territoire métropolitain qui va être concerné par une intensification des constructions.

Le cas de la métropole lilloise

  • 10 Comité d’études et d’action économique et sociale, « Besoin en logements de l’agglomération Lille- (...)
  • 11 Concernant la métropole lilloise, la moyenne annuelle de constructions sur la période 1954-1962 ét (...)

14L’exemple de la métropole lilloise confirme le déficit en logements établi au tout début de la Ve République. Selon le recensement de 1954, la capitale régionale comptait alors 105 019 logements pour 310473 personnes. La part des logements vétustes y est particulièrement forte avec une proportion de 77 % des logements datant d’avant 1914, le plus fort contingent, 52 %, datant de la période comprise entre 1871 et 191410. Quant à ceux construits entre 1940 et 1954, ils ne représentent à peine que 4 % du total. Par ailleurs, 17 500 de ces logements ne disposent toujours pas, en 1958, ni de WC ni d’eau courante. Comme au plan régional, le rattrapage nécessaire implique donc un effort de construction soutenu. Selon l’étude publiée en 1960, il était primordial, à compter de 1960, et sur une période de 20 ans, d’envisager annuellement la construction de 25 000 logements afin de répondre à la demande11.

  • 12 La décision de réaliser l’opération de rénovation urbaine de l’îlot Édouard Anseele est prise par (...)

15En 1958, l’heure est en effet aux grands programmes pour la métropole lilloise, notamment à partir d’opérations de rénovation urbaine. Deux d’entre elles sont significatives : il s’agit du quartier Saint Sauveur à Lille, 1 100 logements prévus, et de celui de l’îlot Anseele à Roubaix, 1550 logements12. La barre symbolique des 1 000 logements commence en effet à être atteinte durant les années 1958-1960 avec la mise en chantier des premières ZUP dans la plupart des grandes agglomérations nordistes. De ce point de vue également, la métropole lilloise est en quelque sorte anticipatrice avec la construction dans chacune des grandes villes qui la composent d’une ZUP. C’est le cas à Roubaix avec la ZUP des Hauts Champs (avec Hem) et celle des Trois ponts au sud de la ville ; Tourcoing avec la ZUP de la Bourgogne ; Wattrelos enfin avec les ZUP de Beaulieu et de la Mousserie. Dans chacune d’entre elles, le chiffre de 1 000 logements est atteint très rapidement. La part du logement de l’habitat collectif ne cesse alors de s’affirmer. C’est également en 1958 que la préoccupation de l’aménagement de ces nouvelles zones urbaines devient majeure. Cette année-là, le CIL adopte le principe des plans directeurs devant aboutir à une coordination des travaux d’assainissement et de voirie, ainsi que, si possible, la prise en compte des équipements publics.

  • 13 Ignace Mulliez, « Évolution démographique et programmes de construction, 1956, 80 J 95.
  • 14 Notes et études documentaires, « Les grandes villes françaises », no 3206,3 juillet 1965. La parti (...)

16Aux raisons matérielles, s’ajoutent également des raisons sociales. Selon Ignace Mulliez, Président de la commission d’amélioration de l’habitat du CIL Roubaix-Tourcoing, on ne peut concevoir de véritable paix sociale tant que les foyers ouvriers ne seront pas tous propices à une vie familiale et heureuse : « Nous savons tous combien il est pénible au travailleur de retrouver le soir, à l’issue de sa journée, un taudis. L’expérience a prouvé que, dans bien des cas analogues, le chef de famille recherche, en dehors de son foyer, des sources de distraction. C’est alors une proie facile pour l’alcoolisme, et c’est, de toutes les manières, une famille qui sombre dans le désespoir [...]. S’arrêter ou ralentir l’effort, alors que l’on vient de faire brillamment cette preuve, serait désappointé cruellement la partie de la population qui n’a pas encore obtenu le logement qui lui est absolument nécessaire. Le découragement et la rancœur ne tarderaient pas à s’emparer de ceux qui n’auraient plus rien à attendre et alimenteraient un malaise social néfaste pour l’économie »13. Du point de vue de ce responsable du CIL, la construction devrait être en moyenne multipliée par sept pour parvenir à l’objectif affiché. À cet égard, les fonds d’archives du CERES révèlent un certain nombre de lettres adressées au nouveau ministre Pierre Sudreau afin qu’il augmente rapidement le quota des constructions à vocation sociale réservées pour la métropole lilloise mais plus largement, pour la région. Au-delà de la question stricte du logement, il s’agit également de garder sur place une main-d’œuvre qui n’hésitera pas, le cas échéant, à changer de région si des conditions de vie s’avèrent meilleures ailleurs. D’ailleurs, il est à noter qu’entre 1954 et 1962, alors que le rythme de croissance régional tend à s’affaiblir, l’agglomération lilloise n’en absorbe que 21 %. Elle n’est donc plus en passe d’être dès cette époque le grand pôle d’expansion régional quelle avait été jusqu’à la Seconde Guerre mondiale14.

17Si la question du logement demeure donc centrale dans les préoccupations régionales jusqu’en 1958, on constate également une certaine extension des problématiques dépassant le cadre du seul logement. À l’aube des années 1960, dans l’agglomération lilloise comme ailleurs dans le Nord-Pas-de-Calais, l’accent est mis sur la nécessité de proposer une vision plus globale des problématiques de l’urbanisation. Une nouvelle approche émerge, celle de l’aménagement des villes dans un premier temps, puis celle de l’aménagement régional ensuite.

De la question du logement à la question urbaine

18Si l’enjeu du logement demeure effectivement une question essentielle en 1958, un journaliste du journal Le Monde, Gilbert Mathieu, effectue cette année-là une enquête intitulée « Logement, notre honte », dans laquelle on constate un certain élargissement des problématiques. Il s’agit, en particulier, de trouver des réponses concernant l’encadrement de la croissance urbaine qui ne cesse de progresser et la création de zones de concentration urbaine. En 1958, les réflexions autour de l’Aménagement du territoire se font jour avec un nouvel élan, en attendant, cinq ans plus tard, la création de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR).

  • 15 ADN, 80 J 95. Ces chiffres marquent toutefois des décalages encore importants à la fin des années (...)
  • 16 André Cornette, « Arras et sa banlieue, Étude d’une évolution urbaine », Revue du Nord, no 167, ju (...)

19Concernant la région Nord-Pas-de-Calais, on constate également une tendance affirmée à la concentration urbaine autour de 1958. En 1960, les onze agglomérations du département du Nord concentrent à elles seules 83,7 % des logements. La part est en revanche plus faible pour le Pas-de-Calais avec seulement 38,1 % des logements compris dans dix agglomérations. En 1957, la part de ces logements était respectivement de 62,2 % pour le Nord et à peine 30 % pour le département voisin. On perçoit donc très nettement en quoi l’année 1958 constitue une année charnière en ce qui concerne le renforcement des agglomérations dans le maillage urbain. En cela, le Nord-Pas-de-Calais connaît une évolution semblable à ce qui est en train de se passer au plan national. La multiplication des programmes de construction type grands ensembles facilite également la concentration urbaine. Parallèlement, c’est autour de 1958 que l’on observe également un renforcement de la position de la métropole lilloise au sein de la hiérarchie urbaine régionale. La part de celle-ci ne cesse en effet de s’affirmer. En 1957, elle détenait 45 % des logements existant dans les 11 agglomérations du Nord. En 1958, la proportion était de 58 % et n’allait cesser de progresser avec 60 % en 1959 et 66 % en 1960. On relève également la même tendance par rapport cette fois à l’ensemble du département du Nord avec une part de 28,5 % en 1957 et 55,5 % en 196015. Il est donc indéniable que, de ce point de vue, 1958 agit comme un catalyseur des nouvelles orientations urbaines favorisant l’émergence de grandes agglomérations en lien avec les grands programmes de constructions dont il a été question dans la première partie. Si cela est effectif pour le département du Nord, cela vaut également pour le Pas-de-Calais dès l’entrée dans la décennie des années 1960. Dans sa livraison de l’été 1960, la Revue du Nord faisait paraître dans son numéro géographique un article sur « Arras et sa banlieue ». Pour son auteur, nul doute que la capitale du Pas de Calais était en train de connaître une évolution urbaine importante. À savoir qu’ayant atteint le seuil critique d’occupation du territoire communal, il lui restait désormais à se tourner vers certains territoires voisins pour assumer son développement. Ainsi, notait l’auteur de cette étude, mis devant le fait accompli, on ne pouvait plus penser Arras seulement comme ville mais bien comme agglomération16. Déjà, aux yeux des urbanistes, constatait-il, Achicourt, Saint Nicolas et Sainte Catherine étaient déjà compris dans ce qu’il était désormais convenu d’appeler, de manière définitive, « l’agglomération arrageoise ».

  • 17 Pierre Bruyelle, L’organisation urbaine de la région du Nord-Pas-de-Calais, Thèse de doctorat sout (...)
  • 18 CERES, « Étude sur l’armature urbaine du Nord-Pas-de-Calais », 1965.
  • 19 En 1964, afin de contribuer au rééquilibrage du territoire national et lutter contre « l’hypertrop (...)

20Parallèlement, comme le faisait remarquer Pierre Bruyelle dans ses travaux sur l’organisation urbaine du Nord Pas de Calais, ce n’est qu’à partir du recensement de 1954 que la définition des villes va prendre en compte les phénomènes de banlieue et d’agglomération17. Va alors s’établir une hiérarchie entre les agglomérations qui enregistrent une variation de population comparable à celle des agglomérations françaises de même taille, Dunkerque, Arras, Cambrai et celles qui, toujours entre le recensement de 1954 et celui de 1962, enregistrent au contraire un solde négatif18. Parmi ces dernières, on relève essentiellement d’anciens territoires miniers, Lens, Bruay et Denain. Pourtant, le principal enseignement à retirer de l’étude menée est que la plupart des agglomérations nordistes sont restées stables, c’est-à-dire quelles n’ont enregistré ni solde négatif, ni solde positif. Lille possède même le solde de migrations le plus faible parmi les métropoles d’équilibre retenues par le gouvernement avec seulement 1 % de variation19.

21Les études conduites par le CERES comme par d’autres organismes prennent donc de plus en plus en compte la notion d’agglomération dans les perspectives de développement urbain afin de donner une nouvelle dimension aux problématiques urbaines. À partir des années 1960, ce qui ressort le plus des enquêtes et autres rapports, c’est la nécessité pour la région Nord de se doter le plus rapidement possible d’une véritable économie tertiaire. L’étude du CERES note à cet égard que « la déficience du secteur tertiaire de la région Nord Pas de Calais est un phénomène si banal qu’il en vient à cesser d’être choquant. Pendant très longtemps, l’homme du Nord, à tous les degrés de l’échelle sociale, a tout sacrifié à un maître mot : produire ».

Conclusion

22Plus que la mise en œuvre d’une politique urbaine largement inédite, l’année 1958, du point de vue urbain, se trouve donc être à la confluence de deux tendances fortes : d’une part, un besoin important en logements, en particulier sociaux, relayé qui plus est par la persistance d’un courant d’inspiration hygiéniste qui consiste à faire du logement sain un gage de pacification sociale ; d’autre part, un courant inspiré par une volonté politique de modernisation qui entend faire de l’Aménagement du territoire et du développement régional une prochaine étape de la France revue et corrigée par le général de Gaulle et le gouvernement de Michel Debré.

  • 20 Pierre Bruyelle, L’organisation urbaine de la région du Nord-Pas-de-Calais, op. cit., annexe I, p. (...)

23En 1958, la région Nord Pas de Calais apparaît elle aussi à un palier de son histoire urbaine. Le taux régional d’urbanisation est passé de 75,73 % en 1954 à 80,30 % en 1962. Son statut de région massivement urbanisée paraît évident. En revanche, durant le même laps de temps, le Nord-Pas-de-Calais est passé de 10,61 % de la population urbaine nationale à 9,86 %20. Ses forces constituent donc également ses faiblesses.

  • 21 « Enquête de la SCET tendant à définir les besoins de logements de l’agglomération Lille-Roubaix-T (...)

24L’accent doit être tout d’abord mis, comme on l’a vu, sur l’intensification des moyens de production qui sont dédiés à la construction de logements. De ce point de vue, l’exemple de la métropole Lille-Roubaix-Tourcoing est significatif. L’année 1958 marque effectivement, de ce point de vue, un accroissement des rythmes annuels de constructions. Alors que ce chiffre était encore de 2846 en 1957, il atteint les 4924 en 1958 pour grimper jusqu’à 6924 en 196021.

25Grâce à la création des ZUP qui conditionnent le financement des opérateurs publics dans la mesure où les projets dépassent le chiffre des 500 logements, on va assister dans les années qui suivent 1958 à un changement d’échelle. Les programmes des CIL engagés avant et après 1958 sont de ce point de vue éclairants. On atteint alors les chiffres de plusieurs dizaines de milliers de logements à construire en une seule et même opération. C’est le cas d’un certain nombre d’opérations lancées en particulier dans la métropole lilloise. La courbe des moyennes franchit, dès 1958, la barre des 8 000 logements à construire. Dès 1959, on atteindra le chiffre symbolique des 10 000. C’est également le décret du 31 décembre 1958 qui impose désormais l’établissement, dans les communes importantes, d’un Plan d’urbanisme directeur. En même temps, l’année 1958 ne peut se suffire à elle-même. De nombreuses opérations d’urbanisme se sont déroulées de part et d’autre de cette année. La réalisation de nombreux quartiers s’est étalée sur plusieurs années. Ainsi, dans le quartier Belencontre de Tourcoing, l’achat des terrains a eu lieu entre 1953 et 1963. Les travaux, commencés en 1961, se sont achevés en 1964. De ce point de vue, 1958 ne constitue qu’une étape transitoire.

26Dernier élément concernant l’état de la question du logement en 1958 : la question du type de logements à construire. Plusieurs comptes rendus de réunions, en particulier des CIL, mettent l’accent sur le partage à réaliser entre habitat collectif et habitat individuel. Plusieurs courbes montrent que la rencontre entre constructions collectives et individuelles se fait précisément en 1958 au bénéfice des premières.

  • 22 CAC, 19 810400/Art. 46.

27L’année 1958 marque également un seuil dans la prise de conscience que la seule approche de l’aspect quantitatif, le nombre de logements à construire par an, ne peut suffire pour impulser une réelle dynamique urbaine. Les questions d’aménagement deviennent alors récurrentes et, de ce point de vue, sont appelées à déboucher rapidement sur la mise en œuvre de nouveaux outils. Ici également, 1958 marque moins une rupture que la marque d’une nouvelle impulsion voulue et coordonnée par l’État central. D’ailleurs, la consultation des archives du ministère de la Construction conservées au Centre des archives contemporaines montre que les premiers plans de développement régional datent plutôt des années 1956-1958, voire 1954 pour l’origine de certains d’entre eux. Une note du 17 avril 1958 du directeur des services départementaux du Nord, évoque par exemple l’urgence qu’il y a de reprendre l’étude du tracé de la nouvelle autoroute qui desservira le nord de la métropole et la liaison entre Lille et la Belgique22.

  • 23 Journal officiel, 11 octobre 1957, p. 9729.

28Il est également abordé, au cours des années qui précédent 1958, la nécessité de songer au regroupement des moyens dédiés à l’équipement des communes. En octobre 1957, est ainsi décidée la création officielle du groupement d’urbanisme de Lille-Roubaix-Tourcoing. Selon le second article du décret, il est stipulé que « les territoires de ces communes feront l’objet d’un projet d’aménagement d’ensemble qui sera établi et approuvé conformément aux dispositions des articles 13 et 19 du code de l’urbanisme et de l’habitation »23. Par la suite, il est vrai, la Ve République donnera une nouvelle impulsion à ces questions, notamment par le biais en 1963, de la création de la DATAR dont la première mission sera de favoriser un meilleur équilibre du territoire, notamment en procédant à la création de véritables métropoles régionales. Par la suite, la création des Organisations d’Études d’Aménagement des Aires Métropolitaines, les OREAM, viendra confirmer la volonté d’accroître le rôle des métropoles d’équilibre.

29La compréhension globale de l’évolution urbaine de la région Nord-Pas-de-Calais, comme des autres régions urbanisées d’ailleurs, ne peut donc réellement se faire que de part et d’autre de l’année 1958 qui apparaît plus alors comme un marqueur que comme un véritable révélateur.

Notes

1 Il n’est d’ailleurs pas étonnant de ce point de vue que ce soit un élu régional, du Pas-de-Calais en l’occurrence, Bernard Chochoy, en charge de la Construction dans le gouvernement Guy Mollet qui, en 1957, fait adopter une loi-cadre qui apparaît, sur bien des plans, comme réellement anticipatrice de celle sur les ZUP adoptée en 1958.

2 « Besoins en logements au 1er janvier 1959 pour la région Nord-Pas-de-Calais », ADN, 80 J 103.

3 Une étude réalisée par l’INSEE en 1954 révélait que 40 % des immeubles nordistes n’étaient pas équipés en eau et que seulement 4,6 % d’entre eux possédaient le tout à l’égout. Quant aux sanitaires, ils ne pourvoyaient que 7 à 9 % des logements du Nord, et 5 à 7 % des logements du Pas-de-Calais. ADN, 80 J 95.

4 « Étude faite pour la période 1968-1975 sur les besoins de logement durant cette période », ADN, 80 J 104. Il est rappelé que le nombre de logements terminés en 1961 au plan régional est de 20 119. Pour les auteurs, il est nécessaire de passer à 22 000 dès 1964 et 1965.

5 Le plus mauvais chiffre sera atteint en 1960 avec seulement 6,4 % de la construction nationale. La part n’a cessé de baisser entre 1955 et 1960.

6 Commission de l’habitat. Inventaire des moyens de production de l’industrie du bâtiment de la région Nord-Pas-de-Calais, ADN, 80 J 95.

7 ADN, 80 J 103.

8 Union féminine civique et sociale, Compte rendu du congrès régional du Nord du 29 mars 1960.

9 Cela n’empêchera toutefois le débat de se poursuivre. En 1963, une étude du Bureau detudes et de réalisations urbaines (BETURE) sur l’agglomération lilloise rappelle que les grands ensembles ne satisfont que dans de faibles proportions ceux qui les habitent. « Il semble, écrivent les auteurs du rapport, qu’on soit obligé d’admettre qu’ils représentent un moindre mal mais que la question pourrait être repensée pour la métropole du Nord. On ferait volontiers l’hypothèse que ces ensembles sont, avant tout, mal placés dans l’agglomération ; on les trouve généralement à la périphérie, très mal reliés au centre et ne disposant pas de toutes les facilités que l’on est en droit d’attendre dans une métropole ». BERU, « Rapport provisoire sur les problèmes sociologiques de Lille-Roubaix-Tourcoing et Armentières », septembre 1963.

10 Comité d’études et d’action économique et sociale, « Besoin en logements de l’agglomération Lille-Roubaix-Tourcoing. Évolution quantitative », avril 1960, ADN, 80 J 103.

11 Concernant la métropole lilloise, la moyenne annuelle de constructions sur la période 1954-1962 était de 4 358 logements (soit un total effectif de 39 221 en tout sur la période). En 1958, le chiffre était de 4 924, soit une hausse peu sensible. Selon les études consultées, les prévisions varient de 25 000 à 97 000 logements à mettre en chantier annuellement durant vingt ans.

12 La décision de réaliser l’opération de rénovation urbaine de l’îlot Édouard Anseele est prise par le Conseil municipal de Roubaix le 14 janvier 1957. Il s’agit d’une opération de grande envergure puisqu’elle ne couvre pas moins de 13 hectares. 1 550 logements y seront effectivement construits dont 1 100 HLM. Inédit dans le paysage urbain roubaisien, un immeuble de 13 étages sera construit dans le centre-ville. Didier Cornuel, Bruno Duriez, Le Mirage urbain : histoire du logement à Roubaix, Paris, Anthropos, 1983, p. 178-179.

13 Ignace Mulliez, « Évolution démographique et programmes de construction, 1956, 80 J 95.

14 Notes et études documentaires, « Les grandes villes françaises », no 3206,3 juillet 1965. La partie sur Lille, Roubaix, Tourcoing avait été rédigée par Pierre Bruyelle.

15 ADN, 80 J 95. Ces chiffres marquent toutefois des décalages encore importants à la fin des années 1950 en ce qui concerne la proportion entre la population et le nombre de logements disponibles. Lors du recensement de 1954, la population de l’agglomération lilloise représentait presque 50 % de l’ensemble des 11 agglomérations (714 000 habitants sur 1,4 M) et environ 34 % de la population du département (714 000 h sur un peu plus de 2 M). On constate donc un décalage persistant entre l’évolution démographique et le pourcentage de logements qui ont été construits dans la métropole au cours de cette même période.

16 André Cornette, « Arras et sa banlieue, Étude d’une évolution urbaine », Revue du Nord, no 167, juill.-sept. 1960, p. 37.

17 Pierre Bruyelle, L’organisation urbaine de la région du Nord-Pas-de-Calais, Thèse de doctorat soutenue en 1980, 2 vols., 1062 p.

18 CERES, « Étude sur l’armature urbaine du Nord-Pas-de-Calais », 1965.

19 En 1964, afin de contribuer au rééquilibrage du territoire national et lutter contre « l’hypertrophie parisienne », le gouvernement décida de retenir la liste de huit métropoles dites d’équilibre (Lille-Roubaix-Tourcoing, Nancy-Metz-Thionville, Lyon-Saint-Etienne-Grenoble, Aix-Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes-Saint-Nazaire et Strasbourg), afin d’y favoriser la vie économique, sociale et culturelle des régions concernées.

20 Pierre Bruyelle, L’organisation urbaine de la région du Nord-Pas-de-Calais, op. cit., annexe I, p. 1067.

21 « Enquête de la SCET tendant à définir les besoins de logements de l’agglomération Lille-Roubaix-Tourcoing », ADN, 80 J 176.

22 CAC, 19 810400/Art. 46.

23 Journal officiel, 11 octobre 1957, p. 9729.

Auteur

Université de Lille 3 - IUT - UMR CNRS IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540